Navigation – Plan du site
La protection des personnes vulnérables

Les dérives éthiques de la psychiatrie à la remorque de l’État

Frédéric Grunberg

Résumés

La psychiatrie se trouve souvent dans une position ambiguë face à l’État qui, d’une part, lui demande de soigner des malades et, d’autre part, cherche à l’impliquer dans des politiques de contrôle social. Cette double allégeance de la psychiatrie mène souvent à des dérives éthiques, illustrées ici par quatre exemples : l’extermination des malades et déficients mentaux en Allemagne national-socialiste ; l’internement abusif dans des institutions psychiatriques des dissidents politiques en ex-Union soviétique ; l’implication des psychiatres dans les exécutions des condamnés à mort aux États-Unis ; l’implication de la psychiatrie dans le contrôle social des déviants sexuels tels que les pédophiles.

Haut de page

Texte intégral

1La psychiatrie se trouve souvent dans une position ambiguë face à l’État qui s’est donné la mission, à la fois, de protéger et de soigner les malades mentaux et de protéger la collectivité de leurs comportements potentiellement dangereux. C’est ce double objectif de la psychiatrie qui fera l’objet de cet article et, dans ce contexte, nous examinerons quatre grandes dérives éthiques : l’eugénisme et l’extermination des malades et des déficients mentaux en Allemagne national-socialiste ; l’internement abusif des dissidents politiques dans l’ex-Union soviétique ; la psychiatrie et la peine de mort aux États-Unis ; et le contrôle social de la pédophilie.

De l’eugénisme à l’extermination des malades et déficients mentaux en Allemagne nazie

2Au début du siècle dernier, une des théories dominantes de la psychiatrie était celle de la dégéné rescence des malades mentaux et des criminels, théorie qui avait été élaborée au dix-neuvième siècle par Bénédict Auguste Morel et reprise par un grand aliéniste français, Valentin Magnan.

3Très rapidement, au contact des théories de défense sociale et de l’alarme eugénique après les travaux de Francis Galton, la prophylaxie individuelle deviendra le dépistage des dégénérés à isoler, et les conseils eugéniques se fixeront dans des législations draconiennes de stérilisation obligatoire dont se doteront plusieurs États.

  • 1 J. Bieder, « Un aperçu sur la psychiatrie allemande en 1934 », Annales médico-psychologiques, vol. (...)

4Le cas le plus funeste est celui de l’Allemagne nazie où, de la stérilisation obligatoire des malades et des déficients mentaux, on
est passé à leur extermination.
Une des premières lois pro-
mulguées par l’État allemand
après la prise du pouvoir par
Hitler et le parti national-
socialiste fut la loi pour la
prévention de la procréation
des personnes atteintes de
maladie héréditaire (1933).
La schizophrénie, la psychose maniaco-dépressive, l’épilepsie
et l’alcoolisme étaient consi-
dérés comme des maladies
mentales héréditaires exposant
 à la stérilisation obligatoire.
 De nombreux psychiatres allemands parmi les plus éminents ont soutenu cette législation. Ernst Kretschmer, dans un exposé cité par Bieder, pouvait déclarer : « Aucune loi morale ou aucune sorte de conception profonde de l’humanité ne peut nous contraindre à laisser ses lignées se perpétuer1. »

5Robert Gauf, élève d’Émile Kraepelin, écrivait ceci, en 1938, dans les Annales médico-psychologiques, sur les tendances de la psychiatrie allemande. « La révolution politique qui se produisit avec la prise du pouvoir par Adolf Hitler au printemps de 1933 et qui fit triompher en Allemagne les conceptions du national-socialisme est devenue d’une importance décisive pour la psychiatrie allemande. En effet si, depuis le début du vingtième siècle, des chercheurs éminents, tels que Alfred Plötz et Ernst Rudin, avaient combattu pour l’étude bio-héréditaire des malades mentaux et des criminels ; si les grandes idées eugéniques de Galton avaient, depuis longtemps, trouvé une vive approbation en Allemagne ; si en Amérique du Nord et en Suisse on avait indiqué la voie à suivre pour endiguer l’augmentation des dégénérescences héréditaires (Loi de stérilisation des États-Unis et du Canton de Vaud en Suisse), ce n’est qu’en 1933 que l’Allemagne appliqua une législation consciente de ses buts pour limiter la reproduction d’individus héréditairement tarés et pour éviter aussi un mélange de race nuisible. » Cette législation, dont la loi la plus importante, celle du 14 juillet 1933, exige la stérilisation des malades mentaux héréditaires, des imbéciles, des épileptiques et des alcooliques graves, place, au-dessus des intérêts personnels de l’individu, le droit à la vie et à la santé de la collectivité et contraint le psychiatre a de grandes recherches sur l’hérédité biologique.

  • 2 L. Singer et J. Garabé, « Les crimes nazis contre les malades mentaux », dans T. Albernhe (dir.), C (...)

6Comme le rappellent Singer et Garabé, la stérilisation obligatoire des malades mentaux fut la première étape d’un programme de suppression des « vies indignes d’être vécues2 ». Avant d’aboutir à l’euthanasie, la propagande nazie prépara l’opinion publique à cette fin. Elle souligna que Hitler lui-même dans Mein Kampf avait proclamé « que l’État devait se substituer à la nature défaillante et supprimer les existences inutiles ».

  • 3 R. J. Lifton, The Nazi Doctors, New York, Basic Books, 1986.

7Tel que rapporté par Lifton, en octobre 1939, un mois après le début de la guerre, Hitler signe un texte qui posait les fondements de l’extermination en masse des malades mentaux : l’opération T4, ainsi dénommée d’après l’emplacement de son bureau spécial au 4 de la Tiergartenstrasse à Berlin3. Cette entreprise fut dirigée par le chef de la chancellerie du Führer, Philip Bouhler, assisté par trois professeurs de psychiatrie, Nitsche, Heyde et Menneeke, dont la mission était « d’octroyer une mort miséricordieuse à des malades jugés incurables au terme d’un examen rigoureux de leur état et dans les limites des possibilités humaines de jugement ».

8Chaque hôpital psychiatrique du Troisième Reich reçut des grilles pour le recensement des malades, qui furent classés en trois groupes : les patients atteints de schizophrénie, d’épilepsie, de sénilité, de paralysie générale, de débilité mentale, d’encéphalite, de maladie de Huntington et de tous les autres troubles neurologiques en phase terminale ; tous les patients hospitalisés depuis au moins cinq années ; tous les patients criminels, étrangers ou juifs. La sélection des malades pour l’euthanasie se faisait indépendamment par trois experts psychiatres recrutés par l’État. Les malades sélectionnés étaient alors transférés dans cinq centres d’extermination, tous des hôpitaux psychiatriques, le plus connu étant Hadamar. Les malades arrivaient par autobus et, en deux heures, après leur admission, ils étaient tués dans des « douches » spéciales à l’aide d’oxyde de carbone.

9Les familles recevaient alors trois lettres. La première les informait que le patient devait être transféré dans une autre institution à cause de la guerre et du manque de personnel. La deuxième lettre informait les familles que le patient était arrivé dans la nouvelle institution, mais que les visites étaient temporairement suspendues à cause des conditions de guerre mais qu’elles seraient informées en cas de changement significatif dans la santé du patient. La troisième était une lettre de condoléances informant les familles du patient du décès et des causes.

10Évidemment, tout ce programme d’extermination était censé demeurer secret parce qu’il s’agissait essentiellement de citoyens allemands, aryens par surcroît, et qui n’étaient pas des opposants politiques du régime. Cependant, c’est la troisième lettre qui mit la puce à l’oreille de la population car, comme dans toute opération bureaucratique, aussi rigoureuse soit-elle, des erreurs se glissent. C’est à propos des causes fictives de décès que la supercherie fut découverte. Par exemple, des familles furent informées que leur enfant était mort de péritonite à la suite d’une appendicite aiguë alors qu’elles savaient que l’enfant avait déjà été opéré de l’appendicite avant d’être placé en institution. L’opération T4 n’était plus un secret et, sur l’ordre d’Hitler, elle fut suspendue en 1941 après l’intervention vigoureuse des Églises en particulier de l’évêque de Munster, Grap Von Galen.

11Il est intéressant de signaler que, dans le programme T4, l’objectif économique était considéré comme aussi important que l’objectif eugénique. En effet, K. Brandt, le médecin attaché à la chancellerie d’Hitler, avait présenté des statistiques indiquant que, au moment de la suspension de l’opération T4, en août 1941, 70 273 malades avaient été mis à mort et que les économies réalisées suivant ses calculs s’élevaient à 141 775 573,80 reichmark.

12Il faut déplorer que de nombreux psychiatres allemands, souvent parmi les plus éminents, aient participé activement à cette œuvre. Il faut cependant reconnaître que d’autres, non moins éminents, tels que Bonhoeffer, professeur titulaire de la chaire de psychiatrie à l’université de Berlin, Ewald, professeur à l’université de Gallanger, Creutzfeld, professeur à Kiel, Bumke, professeur à Munich, ainsi que Kleist, s’y sont ouvertement opposés. À l’exception de Bonhoeffer, antinazi notoire qui participa à la tentative d’assassinat d’Hitler en 1944, aucun des psychiatres qui s’étaient opposés au nazisme n’a subi de préjudices.

L’internement abusif des dissidents politiques dans l’ex-Union soviétique

13À la suite des dénonciations par Khrouchtchev, en 1956, des répressions sanglantes de Staline en URSS, la psychiatrie soviétique s’est mise à la remorque de l’État dans la répression moins sanguinaire des dissidents politiques. Ne pouvant plus utiliser les méthodes de terreur stalinienne, le KGB a dû faire appel à des moyens plus subtils pour réprimer l’opposition au régime. En collant l’étiquette de malades mentaux aux dissidents politiques et en les internant dans les hôpitaux psychiatriques, l’État soviétique et le KGB, son organe de répression, n’avaient plus besoin d’utiliser le peloton d’exécution ou le goulag arctique pour réprimer la dissidence politique. En utilisant la psychiatrie plutôt que la police, la nouvelle forme de répression avait meilleure apparence puisqu’il s’agissait d’un problème de santé plutôt que de déviation politique.

  • 4 A. Koryagin, « The Involvement of Soviet Psychiatry in the Persecution of Dissenter », British Jour (...)

14Anatoly Koryagin, alors jeune psychiatre débutant sa carrière en Sibérie, décrit bien les pressions exercées sur lui, au début des années 1960, par le KGB et des fonctionnaires du ministère de l’Intérieur pour effectuer des expertises psychiatriques de soi-disant « malades mentaux », qui n’étaient autres que des déviants politiques trop de visibles4. Koryagin, qui avait résisté à ces pressions, devient lui-même objet des persécutions de l’État soviétique et a dû quitter le pays.

  • 5 D. Cohen, Soviet Psychiatry, Londres, Palatin Grafton Books, 1989.

15Tel que rapporté par Cohen, une des victimes les plus notoires de l’utilisation abusive de la psy chiatrie par l’État soviétique était le major général Grigorenko, qui avait eu une carrière militaire des plus distinguée au cours de la deuxième guerre mondiale5. Il avait dénoncé le sort des Tatars, peuple minoritaire persécuté par l’État stalinien. Les activités politiques de Grigorenko à la défense des nationalistes tatars devenaient de plus en plus gênantes pour l’État. En mai 1969, il fut assigné pour témoigner dans un procès intenté contre une nationaliste tatar à Taskent. À son arrivée à l’aéroport de Taskent, Grigorenko fut mis en état d’arrestation et déféré à une commission de trois psychiatres. Cette commission statua que Grigorenko était sain d’esprit, responsable de ses actes et ne nécessitait aucune hospitalisation dans un hôpital psychiatrique. Évidemment, cette décision ne satisfaisait pas le KGB, qui voulait à tout prix éviter un procès public pour Grigorenko, qui fut alors transféré à l’institut Serbsky à Moscou.

16Une nouvelle commission de psychiatres, présidée par le docteur G. Morosof, fut plus respectueuse des directives du KGB en concluant que Grigorenko souffrait d’un « développement paranoïaque de la personnalité associé à des idées réformistes ». Avec ce diagnostic, Grigorenko n’eut pas à comparaître au procès de Taskent, ayant alors été jugé inapte à comparaître à cause de sa maladie mentale. Par la suite, il fut jugé non responsable de l’accusation de fabrication et de diffusion d’informations diffamatoires sur l’URSS et fut interné quatre ans dans un hôpital psychiatrique spécialisé à Chernyakhovsk.

  • 6 Z. Medvedev et R. Medvedev, A Question of Madness, Londres, Macmillan, 1971.

17Au début des années 1970, le cas de Grigorenko et d’autres encore, comme celui du biologiste Thomas Medvedev et du défenseur des droits de l’homme Vladimir Bikovsky, commençaient à défrayer la chronique internationale particulièrement dans les pays occidentaux6. En 1977, à Honolulu, et en 1983, à Vienne, l’Association mondiale de psychiatrie commençait à discuter ouvertement des abus de la psychiatrie soviétique. L’Association des psychiatres américains et le Collège royal des psychiatres du Royaume-Uni demandaient une enquête impartiale, qui fut évidemment rejetée par l’Association des neuropathologistes et psychiatres de l’URSS, qui préféra quitter l’Association mondiale de psychiatrie, en 1982, plutôt que de risquer l’expulsion.

18Quels sont les facteurs qui ont contribué à mettre toute une profession telle que la psychiatrie à la remorque de l’État soviétique ? Évidemment, les facteurs politiques prédominent dans un État totalitaire tel que l’URSS. Mais il faut aussi tenir compte de la plus grande complexité des problèmes inhérents aux questions psychiatriques, qui entraînent une moins grande précision dans le diagnostic que dans les autres spécialités médicales.

19Les psychiatres soviétiques avaient alors utilisé des diagnostics farfelus tels que « la forme fruste de schizophrénie », « la paranoïa avec délire de réforme », pour psychiatriser des dissidents politiques. De plus, l’État soviétique avait en place deux réseaux de services psychiatriques. Le premier, consistant en dispensaires et en hôpitaux psychiatriques relevant du ministère de la Santé intégrés aux autres services de santé ; le deuxième, consistant en hôpitaux spéciaux à mission médico-légale relevant du KGB et du ministère de l’Intérieur, et le plus notoire étant l’institut Serbsky de Moscou.

20Après la prise du pouvoir par Gorbatchev, une nouvelle législation beaucoup plus libérale fut mise en place dans le contexte de la perestroïka, ce qui permit à la psychiatrie soviétique de réintégrer l’Association mondiale de psychiatrie à son congrès d’Athènes en 1989. Il est cependant intéressant de lire sous l’article 9 de cette loi de fin de régime soviétique : « Une personne dont le comportement permet de conclure qu’elle souffre d’un trouble mental et qu’elle perturbe l’ordre social ou viole les règles de la communauté socialiste et constitue un danger pour elle-même et pour son entourage, peut être soumise à un examen psychiatrique sans son consentement. »

La psychiatrie et la peine de mort aux États-Unis

21Le psychiatre, surtout le psychiatre expert, s’est toujours trouvé dans une situation morale difficile lorsqu’il doit témoigner dans un procès sur la responsabilité criminelle ou l’aptitude à subir un procès d’un individu accusé d’un crime pouvant entraîner la peine de mort. C’est bien pourquoi de nombreux psychiatres, y compris l’auteur de cet article, ne témoignaient que pour la défense dans des procès où l’État pouvait imposer la peine de mort. Heureusement que dans tous les pays occidentaux le psychiatre n’est plus soumis à ce grand dilemme éthique vu que la peine de mort a été abolie partout, sauf aux États-Unis.

22En effet, pendant dix ans, de 1966 à 1977, la cour suprême des États-Unis avait imposé un moratoire sur la peine de mort après avoir entendu la cause Furman v. Georgia, dont le verdict de peine capitale avait été jugé « arbitraire et capricieux », violant le huitième amendement de la constitution qui interdit les punitions exceptionnelles et cruelles (cruel and unusual punishment). La cour suprême enjoignait donc aux États de mettre au point des procédures et des lignes directrices rigoureuses pour qu’un jury puisse objectivement imposer la peine de mort dans un procès pour meurtre. Il faut signaler qu’aux États-Unis, à l’encontre du Canada, le Code criminel n’est pas uniforme. Chaque État a le sien, ainsi que celui du gouvernement fédéral.

  • 7 T. Pearlman, « The Ethics of the Texas Death Penalty and Its Impact on a Prolonged Appeals Process  (...)

23Au fil des ans, trente-six États et le gouvernement fédéral se sont conformés aux desiderata de la cour suprême et ont rétabli la peine de mort à partir de 1977. Depuis, le nombre d’exécutions n’a fait qu’augmenter, le Texas en tête7. En effet, cet État s’est conformé aux desiderata de la cour suprême en demandant au jury dans un procès pour meurtre de répondre à trois questions avant d’imposer la peine capitale : Est-ce que la conduite de l’accusé était clairement intentionnée à causer la mort de la victime ? Est-ce que la conduite de l’accusé était une réponse déraisonnable aux provocations de la victime ? Est-il probable et hors de tout doute raisonnable que l’accusé présentait le danger de récidiver dans un comportement violent mettant en danger la sécurité de la société ?

24Si l’État réussit, hors de tout doute raisonnable, dans sa preuve à répondre par l’affirmative aux trois questions, le jury doit imposer la peine capitale. Si la réponse est négative à une des trois questions, une peine d’emprisonnement à perpétuité est alors imposée. L’État fait donc appel à l’expertise psychiatrique pour étayer sa preuve s’il requiert la peine de mort, et des psychiatres se sont mis à sa disposition à cette fin.

25En fait, le psychiatre qui se met à la remorque de l’État dans ce processus de mise à mort d’un accusé s’implique de trois points de vue. Premièrement, du point de vue du procès, l’implication des psychiatres américains ne diffère pas de celle des psychiatres dans d’autres juridictions où il s’agit de déterminer la responsabilité criminelle ou l’aptitude à subir un procès pour un accusé qui manifeste des troubles mentaux.

26Deuxièmement, du point de vue de la sentence, le rôle du psychiatre dans la mise à mort de l’accusé est beaucoup plus important dans un État comme le Texas puisqu’on lui demande de déterminer la dangerosité de l’accusé. Par exemple, dans la cause Barefoot v. Estelle en 1983, le docteur Grigson, un psychiatre retenu par l’État, sans jamais examiner cliniquement l’accusé Barefoot et en se fondant uniquement sur l’étude du dossier, concluait que l’accusé était un sociopathe qui présentait une probabilité à 100 % de récidiver dans un comportement dangereux. Il est intéressant de noter que, dans ce procès, l’Association des psychiatres américains était intervenue en amicus curiæ se rangeant du côté de la défense en faisant valoir que la psychiatrie n’avait pas la compétence de prédire à 100 % la dangerosité d’une personne. Cette intervention n’a pas été retenue par le jury qui imposa la peine de mort à l’accusé, décision entérinée par la cour suprême. Barefoot fut exécuté.

27Du point de vue de l’exécution, enfin. Certains États américains exigent que les condamnés à mort soient aptes mentalement à se faire exécuter. Ils doivent donc être examinés par un psychiatre afin de déterminer cette aptitude, exigence archaïque qui remonte à la common law. Cette procédure atteint des proportions grotesques surtout lorsque le psychiatre détermine que le condamné est inapte à se faire exécuter et recommande un traitement psychiatrique afin de le rendre apte.

28Comment a réagi la communauté psychiatrique nationale et internationale à ces aberrations de la psychiatrie américaine ? Lors du congrès de Madrid en août 1996, L’Association mondiale de psychiatrie a adopté à l’unanimité en assemblée générale la déclaration suivante : « Des psychiatres ne peuvent en aucun cas participer à des exécutions légales ni participer à l’évaluation de l’aptitude à se faire exécuter. »

  • 8 A. M. Freedman et A. L. Halpern, « The Psychiatrist’s Dilemma : A Conflict of Roles in Legal Execut (...)

29Il est intéressant de noter que le code de déontologie de l’Association médicale américaine interdit aux médecins toute participation au processus d’exécution des condamnés à mort. Cependant, en 1995, par un tour de passe-passe casuistique, l’Association médicale américaine exempta les psychiatres experts de cette interdiction sous prétexte que le psychiatre expert n’est pas tenu aux mêmes règles éthiques que le psychiatre médecin traitant. En effet, la finalité d’une expertise psychiatrique n’est pas dans le meilleur intérêt du patient. Elle vise plutôt à aider le processus judiciaire à accomplir sa tâche, c’est-à-dire rendre la justice. Ce raisonnement est de toute évidence fallacieux car, comme le remarquent deux éminents psychiatres américains, Alfred M. Freedman et Abraham L. Halpern : « Nous sommes nombreux à penser que l’évaluation clinique de l’aptitude d’un condamné à se faire exécuter est contraire à l’éthique, parce qu’elle donne à la profession médicale un rôle décisif dans le dernier obstacle légal à l’exécution. L’examen clinique et les tests utilisés afin de déterminer l’aptitude à se faire exécuter devraient se distinguer des autres activités médico-légales à cause de la proximité de l’activité clinique et la mise à mort du condamné8. »

La psychiatrie et le contrôle social de la pédophilie

30Depuis quelques années, les pédophiles prédateurs défraient la chronique et causent beaucoup d’anxiété dans la société, particulière-
ment lorsqu’ils se retrouvent en liberté après avoir purgé leur
peine de prison. Des voix se
font de plus en plus entendre
réclamant que l’État continue
de les tenir à l’écart de la
société. L’État a donc été tenté
d’utiliser les institutions psy-
chiatriques comme lieux d’in-
ternement pour les pédophiles
prédateurs qu’il ne pouvait pas
retenir légalement. Il faut noter
que, au cours de leur procès, la
non-responsabilité criminelle
pour cause de maladie mentale
n’avait pas été retenue et ils ont été condamnés à une peine de prison, plutôt que de se faire hospitaliser pour traitement dans un hôpital psychiatrique.

31Au Canada, l’Association des psychiatres s’est vivement opposée à ce stratagème qui n’a pas réussi à s’implanter, alors qu’aux États-Unis il a été retenu par plusieurs États et entériné par la cour suprême dans la cause Kansas v. Hendricks en 1997, mettant une fois de plus la psychiatrie à la remorque de l’État dans son rôle de contrôle social.

32Leroy Hendricks présentait une histoire de délits sexuels depuis 1955 où il fut inculpé et condamné pour exhibitionnisme. Par la suite, il n’a fait que récidiver malgré de nombreuses incarcérations. En 1984, il fut condamné à dix ans de prison après avoir été jugé coupable de « comportements indécents » avec deux garçons âgés de treize ans. En 1994, à l’expiration de sa peine de prison, l’État du Kansas fait interner Hendricks dans un hôpital psychiatrique pour une période indéterminée jusqu’à ce qu’il réponde à un traitement qui le rendrait inoffensif.

  • 9 P. S. Appelbaum, « Confining Sex Offenders : The Supreme Court Takes a Dangerous Path », Psychiatri (...)
  • 10 T. S. Szasz, « Towards the Therapeutic State », New Republic, 11 décembre 1965, p. 26-29.

33Hendricks contesta la légalité de son internement dans un hôpital psychiatrique auprès des tribunaux de l’État du Kansas, qui lui ont donné raison, en statuant que la pédophilie n’est pas une maladie mentale stricto sensu. Cependant, en appel auprès de la cour suprême, l’État du Kansas obtint que la décision des tribunaux de première instance soit renversée permettant l’internement psychiatrique de Hendricks. Dans son jugement, la cour suprême autorise l’internement psychiatrique de personnes souffrant d’un « trouble de la volonté incontrôlable les rendant dangereux ». Mais comme le fait remarquer un éminent psychiatre américain, Paul S. Appelbaum, où cette jurisprudence nous mène-t-elle9 ? Avec ce genre de raisonnement, on pourrait interner dans les hôpitaux psychiatriques une bonne proportion des criminels qui ont purgé leur peine et qui ont des difficultés à contrôler leurs impulsions à cause de leur personnalité antisociale. En fait, l’hôpital psychiatrique pourrait devenir un centre de détention préventif pour un éventail très large de la maladie mentale, englobant de plus en plus de personnes présentant des comportements socialement déviants et dangereux, donnant raison au chantre de l’antipsychiatrie T. S. Szasz qui parlait de « l’État thérapeutique10 ».

34Quant à la pédophilie, il s’agit d’une perversité qui répond très difficilement aux traitements, y compris la castration chimique ou chirurgicale, et ne répond jamais à un traitement obligatoire. Cependant, il est tout à fait légitime que la société demande à l’État de protéger l’intégrité et quelquefois la vie de ses enfants menacés par des pédophiles prédateurs. La psychiatrie peut les aider quelquefois s’ils ont la motivation de vouloir contrôler leurs pulsions, mais elle ne peut se substituer à la justice et au système correctionnel et c’est à ce niveau que l’État doit trouver des solutions à ce problème.

35Dans cet article, nous avons examiné quatre situations qui ont en commun des psychiatres qui se mettent à la remorque de l’État dans sa mission de contrôle social. Cependant l’ampleur de la dérive éthique est différente.

  • 11 J. Postel et C. Quetel, Nouvelle histoire de la psychiatrie, Toulouse, Privat, 1983.

36Dans le premier cas, c’est-à-dire en Allemagne national-socialiste, État totalitaire par excellence, des psychiatres se sont mis à la remorque d’un État engagé dans une entreprise éminemment criminelle condamnée sans équivoque par le tribunal de Nuremberg à la fin de la deuxième guerre mondiale. Toute argumentation sociobiologique et néodarwinienne n’apporte aucune circonstance atténuante à l’implication de ces psychiatres. Elle ne mérite pas non plus une discussion plus étoffée sauf que ces événements funestes furent gardés sous silence pendant longtemps par la psychiatrie allemande et la communauté psychiatrique internationale. Par exemple, dans un admirable ouvrage sur l’histoire de la psychiatrie, Nouvelle histoire de la psychiatrie, publiée en 1983 par Jacques Postel et Claude Quetel, seulement deux paragraphes (p. 469) sont consacrés à ces événements tragiques11. Mais, fait encore plus surprenant, dans le chapitre consacré à la psychiatrie en Allemagne par Peter Berner, on peut lire : « L’ère national-socialiste, la deuxième guerre mondiale et ses conséquences eurent une influence néfaste sur la continuation de la réforme hospitalière. Des efforts considérables dans cette direction furent toutefois déployés dans la dernière décade [sic]. » On ne trouve pas un mot sur les agissements des psychiatres dans l’opération T4 ou à Hadamar.

37Dans le deuxième cas, il s’agissait aussi d’un État totalitaire, car l’État soviétique s’était donné un prétexte médico-légal pour réprimer et punir des opposants au régime.

38Dans les deux derniers cas, un État de droit démocratique, les États-Unis d’Amérique, fait appel à la psychiatrie, pour se donner bonne conscience dans la mise à mort ou la déprivation de la liberté d’individus qui menacent indubitablement la sécurité de la société. Il est tout à fait légitime pour la psychiatrie d’assister l’État de droit dans l’administration de la justice en l’aidant à déterminer la responsabilité criminelle de ceux qui violent les lois de la société et mettent en danger sa sécurité collective. Il est cependant tout à fait illégitime et immoral pour la psychiatrie de mettre ses institutions et son savoir à la remorque de l’État pour réprimer et punir. La psychiatrie est une spécialité médicale dont le but est de soigner des personnes atteintes de maladie mentale. Toute déviation de cette mission ne peut qu’apporter des dérives éthiques telles que nous les avons présentées dans cet article.

Haut de page

Notes

1 J. Bieder, « Un aperçu sur la psychiatrie allemande en 1934 », Annales médico-psychologiques, vol. 154, no 2, 1996, p. 147-151.

2 L. Singer et J. Garabé, « Les crimes nazis contre les malades mentaux », dans T. Albernhe (dir.), Criminologie et psychiatrie, Paris, Ellipses, 1997.

3 R. J. Lifton, The Nazi Doctors, New York, Basic Books, 1986.

4 A. Koryagin, « The Involvement of Soviet Psychiatry in the Persecution of Dissenter », British Journal of Psychiatry, vol. 154, 1989, p. 336-340.

5 D. Cohen, Soviet Psychiatry, Londres, Palatin Grafton Books, 1989.

6 Z. Medvedev et R. Medvedev, A Question of Madness, Londres, Macmillan, 1971.

7 T. Pearlman, « The Ethics of the Texas Death Penalty and Its Impact on a Prolonged Appeals Process », Journal of American Academic Psychiatry Law, vol. 26, no 4, 1998.

8 A. M. Freedman et A. L. Halpern, « The Psychiatrist’s Dilemma : A Conflict of Roles in Legal Execution », Australian and New Zeeland Journal of Psychiatry, vol. 33, 1999, p. 629-635.

9 P. S. Appelbaum, « Confining Sex Offenders : The Supreme Court Takes a Dangerous Path », Psychiatric Services, vol. 48, no 10, 1997.

10 T. S. Szasz, « Towards the Therapeutic State », New Republic, 11 décembre 1965, p. 26-29.

11 J. Postel et C. Quetel, Nouvelle histoire de la psychiatrie, Toulouse, Privat, 1983.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Grunberg , « Les dérives éthiques de la psychiatrie à la remorque de l’État », Éthique publique [En ligne], vol. 3, n° 1 | 2001, mis en ligne le 13 septembre 2016, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/2620 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.2620

Haut de page

Auteur

Frédéric Grunberg

Frédéric Grunberg est médecin psychiatre à l’hôpital Louis-H. Lafontaine.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org