Navigation – Plan du site

Présentation

Jocelyne Saint-Arnaud

Texte intégral

1L’État a-t-il la responsabilité des plus vulnérables et des plus faibles de notre société ? À l’époque de l’État-providence, une telle question aurait paru incongrue. Cependant, des dérives institutionnelles, tant dans le domaine de la santé mentale que dans la prise en charge des personnes inaptes ou dans la garde en institution des enfants délaissés, couplées à une politique de restriction budgétaire issue, entre autres, de l’augmentation des coûts des systèmes de santé soulèvent des questions sur le rôle protecteur de l’État. Ce rôle s’exerce par l’intermédiaire d’institutions – curatelle, hôpitaux psychiatriques, garderies, par exemple – qui devraient assurer l’égalité de traitement à l’ensemble de la population concernée. Encore faut-il que le service offert soit adéquat, c’est-à-dire qu’il réponde aux besoins des groupes auxquels il est destiné.

2Ce numéro d’Éthique publique porte sur trois grands thèmes : la protection des personnes vulnérables, la désinstitutionnalisation des services de santé et l’intervention dans le domaine de la petite enfance. Plusieurs articles dénoncent certaines dérives institutionnelles. Ainsi, Denis Lazure demande réparation pour les orphelins de Duplessis, victimes de politiques gouvernementales ayant incité, pour des raisons économiques, à des diagnostics de maladies mentales chez des enfants parfaitement sains, mais brimés dans leur développement cognitif par des règles institutionnelles quasi carcérales. Dans cette affaire, des psychiatres ont collaboré avec l’État pour atteindre des objectifs économiques; ailleurs, on les sollicite pour des fins politiques, ce que dénonce à son tour Frédérick Grunberg. Sous la caution de certains psychiatres, des États totalitaires ont pratiqué l’eugénisme ou l’internement abusif, et des pays démocratiques déterminent si une personne est apte à subir la peine de mort ou exercent un contrôle social de la pédophilie.

3Quoi qu’on en dise, il y a des êtres plus vulnérables, que ce soit en raison de leur jeune âge ou en raison de maladies débilitantes. Prendre des décisions dans le meilleur intérêt du mineur ou de la personne inapte, tel que stipulé par le Code civil québécois, par exemple, n’est pas chose facile, comme le montre Hubert Doucet. Micheline Lynch interroge le rôle du curateur public en tant que gestionnaire des biens et des soins des personnes inaptes placées sous sa garde. Le curateur public, par la voix de Hoa Nguyen, définit son rôle et clarifie les dilemmes éthiques auxquels il doit faire face. La question du respect de l’être vulnérable, illustré par le cas de l’embryon, est traitée d’un point de vue juridique par Gérard Mémeteau. Les institutions ne sont pas toujours adaptées aux groupes auxquels elles s’adressent et l’étude de Michel Mercier à propos d’un décret wallon laisse entrevoir la possibilité d’institutions plus adéquates pour répondre aux besoins de la société civile par le relais des organismes associatifs.

4Sous le poids des coûts des systèmes de santé, nous assistons aujourd’hui à une profonde transformation des institutions sanitaires. Dans ce contexte, la désinstitutionnalisation des services de santé mentale a été le précurseur du virage ambulatoire et des nombreux défis qu’il pose à notre société. La réforme inquiète. Des parents, comme Françoise Laurin, s’interrogent sur le sort réservés aux enfants handicapés physiques ou mentaux qui doivent quitter le centre de santé pour un autre milieu de vie. Claude Locas critique avec véhémence le désengagement de l’État dans la prise en charge hospitalière de ces enfants. On craint la mise en place de services inadéquats dans la communauté. Thierry Webanck et Henri Dorvil montrent qu’il est difficile pour les personnes qui souffrent ou ont souffert de troubles du comportement de réintégrer la société et surtout d’y trouver les services appropriés. Selon Daniel Reinharz, les systèmes de santé doivent maintenir un équilibre entre efficience, qualité des services, équité et respect de l’autonomie des professionnels et des usagers. Les mécanismes d’allocation des ressources constituent un des outils permettant à l’État d’inciter les professionnels et les usagers à contribuer positivement à atteindre ces objectifs. Tâche difficile, puisque la désinstitutionnalisation a eu des effets pervers, notamment en termes de suivi et d’accès aux services pour les personnes atteintes de troubles mentaux et leurs proches. Ces aspects sont analysés par Jocelyne Saint-Arnaud qui conclut sur les conditions préalables à la mise en place d’une structure de soin pour ces personnes dans la communauté, assurant ainsi une égalité d’accès à des services adéquats.

5Depuis 1997, l’État québécois s’est impliqué dans les services de garde pour les enfants d’âge préscolaire, tant en termes de financement qu’en termes de philosophie éducative mettant l’accent sur la prévention et l’intervention auprès des familles à risque. Anne Deret relate ces développements. Marianne Kempeneers s’intéresse à l’enfant à risque en montrant l’écart entre les discours scientifiques et la pratique, de même que les difficultés qui en résultent. Françoise-Romaine Ouellette nous invite à réfléchir au phénomène de l’adoption et au respect de l’intérêt de l’enfant, particulièrement dans le cas de l’adoption plénière qui provoque une rupture de filiation.

6Que ce soit dans le domaine de la petite enfance, des soins de santé ou même de la gestion des biens pour les personnes placées sous un régime de protection, l’implication de l’État dans des services institutionnalisés repose sur une conception de la société juste. L’institutionnalisation d’un service le rend accessible à toute la population qui le requiert; en ce sens, il s’agit d’une condition essentielle à la mise en place d’un traitement égalitaire pour tous. Cependant, dans une situation comme celle du curateur public ou de tout autre organisme n’ayant pas les ressources suffisantes pour mener à bien sa mission, c’est le fonctionnement institutionnel qui est défectueux et qui doit être corrigé par des mesures appropriées. Dans le cas de la désinstitutionnalisation des soins en santé mentale, la problématique est différente puisque aucune institution ne garantit l’accessibilité aux services dans la communauté. Tout se passe comme si l’universalité d’accès à des soins de qualité était limitée aux centres hospitaliers. Quand on passe du centre hospitalier à la communauté, on s’aperçoit que le suivi des cas et le soutien apporté aux familles et aux organismes communautaires ne sont pas encadrés par une structure institutionnelle propre à ce type de soin. Il y a bien quelques projets structurants de services aux personnes atteintes de troubles mentaux sévères et persistants, mais ils n’offrent pas (et ce n’est pas leur rôle de le faire) une universalité d’accès à leur programme, encore moins à l’ensemble des soins en santé mentale. Pour ce faire, il faut explorer de nouvelles avenues, tout en tablant sur les acquis passés, aller au-delà des affrontements idéologiques et des luttes entre professions, pour centrer les soins sur les besoins sanitaires de la population. En fait, la désinstitutionnalisation de certains services hospitaliers devrait faire place à l’institutionnalisation de nouveaux services de soins offerts en tout temps dans la communauté. Sans institutionnalisation de tels services, c’est l’accessibilité aux soins pour l’ensemble de la population qui est menacée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jocelyne Saint-Arnaud , « Présentation », Éthique publique [En ligne], vol. 3, n° 1 | 2001, mis en ligne le 13 septembre 2016, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/2608

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org