Navigation – Plan du site
Rendre justice

L’éthique et le juge. Réflexion d’une juge pour enfants

Andrée Ruffo

Résumés

C’est en voulant répondre à trois questions névralgiques (Juger qui et quoi ? ; Juger pour quoi faire ? Comment bien juger pour faire le bien ?) que l’auteur nous fera découvrir toute l’humanité qui doit habiter le juge. C’est cette humanité qui nous oblige d’accepter que le juge a ses forces et ses faiblesses, ses grandeurs et ses misères. Ce n’est qu’à partir du moment où le juge accepte une mort à soi et au monde et une nouvelle naissance à l’autre qu’adviendra cette éthique. Ainsi, il se fera le serviteur de la liberté et de la justice.

Haut de page

Texte intégral

1L’éthique et le juge : voilà un thème qui fait peur. Au premier abord seulement puisqu’à la réflexion ce sujet m’habite depuis… je ne sais trop quand en vérité, tellement il est présent dans ma vie, mais de manière plus aiguë et plus douloureuse pendant toutes ces années où j’ai dû défendre ma liberté d’exercer mon rôle de juge, et plus particulièrement de juge pour enfants, en conformité avec les principes éthiques. C’est donc avec humilité et joie que je partage cette réflexion qui aura certes besoin de se parfaire encore et encore.

2Juger. Juger qui et quoi ? Juger pour quoi faire ? Comment bien juger pour faire le bien ?

Juger, porter jugement

3Depuis notre plus tendre enfance, combien de fois ne nous a-t-on pas répété : « Il ne faut pas juger ! C’est mal de juger ! Pour qui se prend-on pour juger les autres ! »

4Jusqu’à l’ânonnement, on nous a répété encore et encore ces règles si claires pourtant et par ailleurs si peu respectées : « Il faut aimer, non juger. Il faut comprendre, non juger. Il faut accepter, non juger. Il faut pardonner, non juger. » Parce que juger l’autre, c’est mal, et que ce que l’on attend de nous, c’est de faire le bien.

5Juger l’autre, c’est mal. C’est entendu, n’en parlons plus ! Au contraire, parlons-en pour ne plus jamais entendre un juge déclarer à un père incestueux : « Vous êtes un écœurant ! » À une mère toxicomane : « Vous êtes un déchet de la société ! » À un adolescent délinquant : « Tu es un pourri, bon pour faire de la chair à canon ! »

6S’il faut bien marquer les limites qu’on ne peut transgresser, il faut rappeler à l’auteur de ces actes de transgression qu’il n’est pas exclu de la société en réaffirmant la loi. Ce sera attester qu’on le croit capable de s’y soumettre un jour et qu’il demeure un partenaire de la vie commune. C’est l’éthique de la reconnaissance mutuelle qui permettra de juger l’acte, jamais l’homme.

7Qui est donc cette personne chargée par la société de juger ? Est-elle pour autant condamnée à faire le mal ? Le prix à payer pour ce titre de « juge », que d’aucuns estiment si prestigieux, auquel certains avocats aspirent, qu’ils sollicitent et envient, prêts à toutes les tractations pour l’obtenir, en apparence du moins, serait-il de vivre en marge des valeurs sociales reconnues et acceptées ?

8Cette personne qui accepte ce rôle social, ô combien exigeant, est tout simplement un humain qui, dans la mission qu’il tente d’accomplir, cherche comme tous les autres humains un sens à sa vie, rendant justice en appliquant le droit. Quoi de plus simple !

9Et pourtant !

10Un juge est donc un humain avec ses forces et ses faiblesses, ses grandeurs et ses misères. Un juge n’est qu’un humain en quête de bonheur, d’absolu, profondément habité par une édifiante soif de justice. Un juge sait bien que, pour juger, il faut une certaine mort à soi et au monde, et une nouvelle naissance à l’autre (co-naissance). Ou du moins devrait-il le savoir !

11C’est pourquoi il est non seulement utile, mais nécessaire et urgent de repenser les modes de nomination des juges, les promotions de certains d’entre eux, leur accession pour ne pas dire leur ascension à des postes d’autorité.

12Il est urgent de dénoncer les ruses et ambitions des plus petits, orchestrant l’aliénation de la volonté individuelle.

13Il est nécessaire de clarifier les attributs des juges qui exercent une autorité (autorité sur qui, sur quoi au juste ?).

Juger, rendre justice

14Le rôle du juge, rappelons-le, est de rendre justice en appliquant le droit. Ce droit qui nous donne accès à notre humanité réelle – dans l’altérité – pour construire notre existence avec l’autre.

15Ce sera donc pour cet autre personne qu’un juge décidera. Un juge pour enfants est chargé de protéger cet enfant. Une fois le besoin de protection établi, un juge devra trouver les moyens pour mettre fin à une situation préjudiciable à la sécurité et au développement de l’enfant, aidé par l’enfant lui-même, ses parents, le directeur de la protection de la jeunesse, des experts et tout autre témoin capable de clarifier la situation et d’aider à préciser les solutions.

16De quoi s’agit-il au juste ? Elles sont si complexes ces situations répétées souvent de génération en génération avec les mêmes abus, rejets et la même dépendance ; si douloureuses ces situations où le visage des grands-parents labourés par la souffrance nous parle d’impuissance et de résignation ; si décevantes, sinon désespérantes ces situations où tout parle de violence, d’insécurité, et de haine ; si désolantes, quand on ne sait plus parler d’espérance, d’amour, qu’on ne sait plus rêver et qu’on se sait condamné à souffrir et à faire souffrir.

17« Comment alors bien faire pour faire le bien » (Éric Tucks) ?

Comment bien faire pour faire le bien

18Il faudra, pour répondre à cette question, oser parler du juge. Il faudra parler avec honnêteté et réalisme, avec courage et sérénité.

19Qui est ce juge ? Qui doit-il être ?

20D’entrée de jeu, disons qu’il doit être tout simplement. Ne pas se lover dans le paraître et dans l’avoir, ne pas avoir abdiqué son idéal au profit de l’idéal de l’autre dans un rapport d’aliénation. Il doit savoir ce à quoi il aspire et y tendre résolument.

21Il doit être conscient de son rôle, compétent, laborieux, compatissant, à l’écoute de l’autre, curieux, toujours à l’affût de nouvelles connaissances, ouvert, sincère et courageux. Un juge doit aimer son métier et respecter toutes les personnes appelées à témoigner devant lui. Respecter tous et chacun en acceptant qu’il soit autre, en acceptant de se rendre proche et miséricordieux (« qui a le cœur sensible à la misère ») et en s’engageant dans une relation non pas qui empêche de vivre, mais qui aide à mieux vivre.

22Un juge doit se montrer bienveillant pour tous, quelles que soient leurs actions. Sa conduite, digne et sereine, doit être empreinte de courtoisie et de noblesse, respectueuse en toutes circonstances.

23Mais surtout, un juge doit être libre, de cette liberté qui lui permettra de rendre véritablement justice.

Libre de l’intérieur

24Nous savons tous, comme nous le rappelait Alain Peyrefitte, que nous sommes « prisonniers de nos voix intérieures ». Encore faut-il que ces voix intérieures ne soient pas tonitruantes. Encore faut-il que ces voix intérieures ne soient pas si envahissantes qu’on ne puisse faire place à d’autres voix qui nous parlent de l’autre. Encore faut-il reconnaître ces voix et les nommer pour qu’elles prennent vie !

25Ces voix nous parlent-elles de vengeance, d’humiliation, de compétition, de peur, de rejet, d’envie ? Ces voix nous parlent-elles de haine ou d’amour ? Ces voix nous parlent-elles de vie ou de mort ? Ces voix nous parlent-elles de chaînes, de noirceur ou de soleil et d’espaces ?

26Ces voix doivent être écoutées, comprises, être nourries ou même remplacées, le cas échéant, par des voix porteuses d’espérance qui, elles, parleront alors de grandeur, d’amour, de compassion, de générosité, de respect, de découvertes cent fois renouvelées et multipliées au gré de chaque rencontre.

27Ces voix nous parlent alors de joie, de partage et de bonheur. Ces voix venues de l’intérieur, devenues nobles et généreuses, nous comblent alors de paix. Ces voix nous parlent de sincérité, de lucidité et de modestie. Ces voix qui amèneront un juge à s’engager au service d’une parole de justice pour esquisser un horizon d’humanité.

28On aura alors conscience qu’en acceptant de devenir juge on accepte de travailler sur soi pour devenir libre et unifié. « La vie de chaque homme est un chemin vers soi-même, l’essai d’un chemin, l’esquisse d’un sentier. Personne n’est jamais parvenu à être entièrement lui-même ; chacun cependant tend à le devenir, l’un dans l’obscurité, l’autre dans plus de lumière, chacun comme il peut » (Hermann Hesse).

29Un juge sera alors heureux de partager cette mission avec d’autres humains. Un juge qui aura consenti à l’exigence de la justice aura le courage de dénoncer l’injustice et participera alors à cette prise de parole qui fonde l’homme.

30C’est par la parole qu’on devient homme. C’est par la parole qu’on devient femme. C’est par la parole qu’on naît à l’humanité.

31Libre de l’extérieur

32Un juge conscient de ses responsabilités ne sera jamais un être de compromis. Il ne pourra en effet compromettre l’idéal de justice qu’il porte pour satisfaire un goût des honneurs et de reconnaissance, un besoin de se sentir apprécié et d’être accepté dans le « club ».

33Un juge conscient de ses responsabilités ne pourra jamais céder à ses désirs de promotion ou d’accession à une cour supérieure, comme si, là, on était encore plus juge.

34Comment pourrait-il ajuster ses jugements aux multiples pressions de tous ordres ? Force est de constater que l’organisation des juges devient si fortement structurée que son action paralysante freine l’activité créatrice et spirituelle de beaucoup de juges.

35Résultat : infantilisés, dépossédés de leur véritable mission, trop de juges dépérissent et comptent les mois sinon les jours les séparant de la retraite. Un juge libre ne saurait continuer à siéger sous pression dite amicale d’un juge qui aurait autorité sur lui, alors qu’il a par ailleurs déjà déclaré sa partialité. Comment pourrait-il, le cas échéant, silencieux et complice, renoncer à dénoncer des gestes inacceptables, occultés et scandaleux ?

36Un juge libre, libéré de la peur et d’un carriérisme paralysant, pourrait alors s’engager véritablement au service de la justice avec une réelle liberté d’écoute, liberté de regard, liberté de parole, liberté d’action.

37Il pourrait s’engager dès lors résolument à accomplir sa mission, capable de définir ce qu’il doit faire, fidèle à son serment d’office, avec une conscience aigüe de ce qui est advenu ; capable de perpétuels renouvellements et surtout de dépassements.

38Les faits ne parlent pas d’eux-mêmes. Seule une éthique de la communication nous dira comment il faut vivre, ce qu’il faut respecter et ce que l’on doit faire pour faire le bien.

39Un juge libre saura témoigner (faire la preuve de…), témoigner de la vérité, témoigner de la souffrance, témoigner de sa foi dans l’humain.

  • 1 La séparation des pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire impartit la responsabilité des ressou (...)

40Un juge libre saura témoigner de sa volonté de promouvoir la justice, dénonçant le manque de ressources qui en dernière analyse entache son indépendance judiciaire1 ; témoigner de son amour pour les enfants en affirmant haut et fort l’urgence de respecter leurs droits pourtant reconnus dans tant et tant de lois, chartes, conventions ; témoigner de sa vision de la vie, respectueux d’une vision différente, sans crainte de représailles futiles et de grossières accusations.

41Un juge libre saura différencier son devoir de réserve de l’interprétation perverse (falsifiée) que certaines autorités cherchent à lui imposer (autorités au service de qui au juste ?), le condamnant au silence, jusqu’au mutisme parfois, ayant compris que le silence n’est jamais neutre, se rappelant qu’à travers l’histoire le silence s’est souvent retrouvé au banc des accusés et même au banc des assassins.

42Aujourd’hui encore, le silence tue. Aujourd’hui encore, le silence tue des millions d’enfants.

43« L’homme se tait, son silence s’ajoute à d’autres silences. Il savait. Tout le monde savait. Il médite sur ces silences, celui de la complicité, celui de la honte, le silence de la stupeur ou de l’aveuglement, du racisme. Le silence des victimes, celui des bourreaux, la peur de dire, celle de savoir » (M.-F. Collard).

44Un juge libre osera-t-il réclamer son droit au silence ? son droit à la complicité ? son droit à la neutralité ?

45Pour ma part, je ne sais comment parler de blessures, de souffrances, d’abandon et de rejet, de façon neutre. Moi, je ne sais pas. Je ne veux pas savoir. Et surtout, je ne veux jamais apprendre.

46Quand Sophie, trois ans, abusée par son père et ses amis se retrouve devant moi, brisée, incapable de faire confiance, toute meurtrie, que signifie au juste « l’objectivité » ?

47Quand Sylvain est là, devant moi, humilié, enfermé dans les souvenirs des soirées où il a été attaché pour être mieux frappé, des journées entières où il a travaillé comme une bête, que veut dire « neutralité » ?

48Et Cédric, considéré longtemps comme un idiot en raison de ses difficultés d’apprentissage et qu’on a si efficacement convaincu qu’il ne cherche même plus à communiquer avec les humains ; il ne converse maintenant qu’avec les oiseaux et les chats…

49Et Lyne, chère Lyne. À treize ans, danseuse nue, prostituée, droguée. Comme si rien ne pouvait plus la toucher, la blesser. Tout me parle de l’inceste qu’elle a subi depuis tant et tant d’années. Au juste, depuis quand ? Depuis qu’elle a cinq ans. Du moins, là remontent ses souvenirs.

50Devant ces enfants, l’objectivité, la neutralité prennent pour moi des couleurs de lâcheté, de retrait, de complicité, d’indifférence, d’impuissance et de trahison.

  • 2 J. Bigot, Des enfants sans voix ni lois. Un juge des enfants parle…, Paris, Pygmalion, 2000. Josian (...)

51Moi je refuse. Je refuse à jamais de ne pas sentir. Et alors, qu’en serait-il de l’obligation du juge de rappeler la dignité de la personne humaine ; valeur transcendante qui doit inspirer et dicter toute notre action. Un juge conscient de l’urgence de rétrécir l’écart entre les grands principes reconnus et acceptés par la communauté internationale et la réalité des personnes dans le monde contemporain sera vigilant pour vérifier si ses actions servent l’homme ou cautionnent des pouvoirs aveugles et sourds, mais surtout insensibles, indifférents aux souffrances qu’ils créent par de plus en plus d’inégalités. « Je me suis retirée parce que j’ai eu le sentiment que ce petit monde, qui fréquente la juridiction des mineurs, n’aurait peut-être jamais sa part de bonheur à laquelle chacun sur terre aspire, et que, de surcroît, mon intervention pouvait le leur laisser croire2

Les enfants : consensus éthique

52Aujourd’hui, à travers le monde, on peut, sans risquer de se tromper, affirmer qu’il existe un consensus éthique au niveau ou autour des enfants. Des distinctions théoriques s’imposent, je laisse à d’autres le soin de les faire.

53Et pourtant, malgré ce consensus éthique, jamais nous n’avons observé un tel terrorisme contre un groupe de personnes ; en l’occurrence, les enfants – les plus petits, sans voix, si vulnérables. Des millions d’enfants vivent sous la terreur, soumis à des pouvoirs étrangers à toute forme d’humanité, qui consacrent argent, énergie, influences, menaces, chantage, à établir leur régime de violence de façon encore plus absolue, sur un nombre toujours plus grand de personnes, de pays et de continents.

54Aujourd’hui, comment peut-on encore parler de justice ? On sait pourtant qu’on ne pourra aspirer à vivre dans un monde juste que lorsque chaque homme, chaque femme, chaque enfant aura les moyens d’aller au bout de lui-même, d’accomplir sa destinée. L’éthique est liée à une forme d’humanisme, à la conception qu’à un certain moment on se fait de l’être humain.

55Dans ce contexte, que vaut donc un enfant ? Que représente-t-il au juste ?

56Est-ce à dire qu’aujourd’hui on devrait demeurer silencieux et résigné, accepter l’existence et surtout la croissance de ces pouvoirs qui décident avec une telle arrogance et un tel cynisme qui doit vivre, qui doit mourir ? quels pays seront bombardés, lesquels seront épargnés ? quels enfants seront soignés ? combien d’enfants pourront manger, et dans combien de pays devrons-nous les regarder mourir de faim ?

  • 3 A. Jacquard, À toi qui n’es pas encore né, Paris, Calmann-Lévy, 2000.

57Un juge doit participer aux efforts de l’humanité pour rendre ce monde plus juste, pour toujours plus de personnes. La volonté politique n’est jamais spontanée, d’où la nécessité de nourrir cette volonté par une légitime prise de parole pour que l’on accède à une véritable démocratie, qui ne forcerait pas à la désobéissance parce qu’on aurait l’impression de n’obéir qu’à soi-même – parce que la loi s’impose, loi reconnue comme étant un absolu. Le pouvoir politique aurait alors rejoint le pouvoir spirituel. Alors seulement on pourra parler d’unité et de paix sociale. D’où l’importance de lutter pour que le pouvoir accepte de soumettre sa pratique à l’exigence éthique fondamentale : le respect des droits de la personne. C’est je crois ce qu’Albert Jacquard appelle la « démocratie de l’éthique ». « Il s’agira de définir un comportement respecté par tous à partir de la diversité des impératifs, exprimés par chacun3

58Un juge pourra retrouver sa liberté de penser (et de juger) lorsqu’il rétablira, avec les autorités qui parfois aliènent et organisent le vide intérieur de son âme, des relations naturelles dans la dignité. Seul un sursaut éthique peut nous sortir de notre inculture actuelle.

59Pour contrer le danger qui nous guette, seule la volonté éthique d’un grand nombre de juges pourra faire renaître un éveil spirituel pour nourrir la civilisation, civilisation née de l’esprit (ce qui rend les individus plus aptes à vivre en société), une civilisation qui n’accepte jamais la résignation et qui rappellera encore et encore que l’égalité est le fondement de la liberté et de la justice seules garantes de la paix intérieure comme de la paix dans le monde.

60Telle est ma foi ! Telle est mon espérance ! Je continuerai d’en témoigner ; tel est mon engagement ! Tant qu’il y aura des enfants qui souffrent, en manque d’amour. Tant que, libres et unifiés, égaux et libérés, nous ne pourrons vivre dans un monde sans crainte d’être exploités.

61Un juge est appelé à répondre à une exigence de justice et de liberté. Il n’est le maître ni de la justice, ni de la liberté. Il n’en est que le serviteur.

Haut de page

Notes

1 La séparation des pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire impartit la responsabilité des ressources à l’exécutif.

2 J. Bigot, Des enfants sans voix ni lois. Un juge des enfants parle…, Paris, Pygmalion, 2000. Josiane Bigot a été juge pour enfants en 1977, puis premier juge de l’application des peines et enfin vice-présidente chargée du tribunal pour enfants. Elle est aujourd’hui présidente de la Cour d’assise du Bas-Rhin. Elle a fondé trois associations en faveur de la réinsertion sociale.

3 A. Jacquard, À toi qui n’es pas encore né, Paris, Calmann-Lévy, 2000.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Andrée Ruffo , « L’éthique et le juge. Réflexion d’une juge pour enfants », Éthique publique [En ligne], vol. 3, n° 2 | 2001, mis en ligne le 15 mai 2016, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/2518 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.2518

Haut de page

Auteur

Andrée Ruffo

Andrée Ruffo est juge pour enfants à la chambre de la jeunesse de la Cour de justice de Longueuil.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org