Navigation – Plan du site
Dossier : Responsabilité sociale et éthique de la recherche

Noir Canada. Une recherche socialement responsable

Jean-Marc Larouche et Anne-Marie Voisard
p. 105-121

Texte intégral

1Parmi les responsabilités qui incombent au chercheur en sciences sociales, il en est une qui relève de son rôle dans la Cité : celle de contribuer, par la qualité de son apport scientifique, à éclairer ses concitoyens sur des enjeux collectifs, dans une quête du bien commun et des valeurs qui lui sont associées, notamment la protection de la vie et de la dignité humaine. L’engagement du chercheur à faire progresser la connaissance a pour corollaire le devoir exigeant d’alerter l’opinion publique chaque fois qu’il y a lieu de croire que le vivant est menacé ou que les droits imprescriptibles de l’humanité sont bafoués. En adoptant la perspective d’une démarche critique, le chercheur contribue à l’élargissement du champ de la conscience sociale, à la remise en question de formes établies de pensée et de vie collective ainsi qu’à la compréhension de mécanismes voilés d’oppression, de domination et d’exploitation qui caractérisent les rapports sociaux et politiques. Ultimement, l’engagement du chercheur le conduit à proposer des voies autres d’émancipation et à participer à la redéfinition de l’intérêt commun, notamment, en interpellant au débat public ceux qui tendent à l’esquiver. L’exercice de cette responsabilité suppose une autonomie intellectuelle par rapport à différents groupes, instances ou institutions (gouvernements, églises, corporations, institutions publiques ou parapubliques, groupes d’intérêts) (Van Campenhoudt, 1999 ; Lajoie, 2009). L’autonomie tant scientifique qu’éthique du chercheur est ainsi la condition de son engagement et de sa liberté d’expression dans l’espace public (Saïd, 1996).

2Or, à l’heure où la mainmise du secteur privé est grandissante sur l’orientation et la diffusion de la recherche, la liberté intellectuelle des chercheurs est soumise à de nouvelles modalités de censure particulièrement opaques qui tendent à se voir conférer une légitimité légale. Ainsi en témoignent les poursuites en diffamation intentées par les multinationales Barrick Gold et Banro Corporation à l’endroit des chercheurs Delphine Abadie, Alain Deneault et William Sacher, membres du collectif Ressources d’Afrique et coauteurs de l’ouvrage Noir Canada : pillage, corruption et criminalité en Afrique (2008).

3C’est en prenant acte de ce dossier que nous voulons dégager dans cet article non seulement l’importance et les enjeux de la responsabilité sociale des chercheurs, mais aussi l’importance de la responsabilité sociétale – collective–de soutenir la double autonomie (scientifique et éthique) des chercheurs et de faire contrepoids à ces nouvelles formes de censure que constitue le phénomène des poursuites-bâillons. C’est dans cette double perspective que ce qu’il est convenu d’appeler « l’affaire Noir Canada » entre de plain-pied dans le domaine de l’éthique publique. Dans la première partie de ce texte, nous présenterons la genèse et la visée de l’ouvrage Noir Canada et nous nous attarderons au phénomène des poursuites-bâillons ; dans la deuxième partie, nous montrerons en quoi la recherche qui sous-tend cet ouvrage est exemplaire de cette double autonomie scientifique et éthique.

Noir Canada : Une recherche censurée

4Noir Canada résulte du travail d’un collectif de recherche : Ressources d’Afrique. Animé par Deneault, il regroupe des auteurs interdisciplinaires posant les problèmes de l’Afrique en fonction des ressources du continent et des modalités d’exploitation qui y prévalent. Dans la continuité de François-Xavier Verschave (1998, 2000), pionnier de la conceptualisation et de la constitution en objet d’étude de la « Françafrique », puis de la « Mafiafrique », le collectif Ressources d’Afrique s’était à l’origine donné pour mission de colliger puis d’analyser une pléthore d’informations sur les liens politiques, diplomatiques et financiers qu’entretient le Canada avec le continent africain. C’est avec consternation que les membres du collectif en sont venus à découvrir l’existence, dans une documentation publique internationale fort crédible, de nombreuses sources critiques et de documents circonstanciés faisant état de cas d’abus, de méfaits, voire de crimes qu’auraient commis en Afrique un nombre considérable de sociétés minières canadiennes : pillage institutionnalisé, projets destructeurs pour l’environnement financés à même les fonds publics, négligence industrielle et atteinte grave à la santé des populations, expropriations violentes, voire meurtrières, ingérence politique, privatisations forcées, corruption, évasion fiscale à grande échelle, contrats léonins, collusion avec des seigneurs de guerre ou des dictateurs, vente d’armes, etc. Sans financement aucun et hors des murs de l’institution universitaire, Abadie, Deneault et Sacher se sont dès lors appliqués à mettre en perspective ces informations et à analyser le système de pillage et d’exploitation des ressources africaines que rendent possible les autorités politiques canadiennes, certaines de ses agences comme l’Agence de développement international ainsi que de nombreuses institutions internationales (Fonds monétaire international, Organisation mondiale de la Santé, Banque mondiale). Ce faisant, ils ont entrepris de lever le voile sur l’existence d’un « noir Canada » qui n’a pas grand-chose à voir avec cet « ami de l’Afrique », intrinsèquement bon, pacifiste et généreux, tel qu’on tend à nous le présenter largement dans la sphère publique.

5Au moment d’écrire le livre, près de 60 % des sociétés minières du monde étaient officiellement inscrites sur les marchés boursiers du Groupe TMX (cette proportion tourne aujourd’hui autour de 75 %), ce qui conférait à Toronto le statut de capitale financière mondiale de l’industrie minière et pour cause ! L’ouvrage Noir Canada : pillage, corruption et criminalité en Afrique, synthétisant la critique internationale contre les méfaits de cette industrie en s’appuyant sur un imposant appareil de notes de plus de 1 200 entrées, met en lumière un système dans lequel la juridiction canadienne permet aux sociétés extractives canadiennes d’agir à l’étranger en toute impunité. Les auteurs montrent que celles-ci bénéficient sur le plan politique d’une couverture juridique au Canada par rapport à ce qu’elles peuvent faire au Sud pour acquérir des gisements. Pis, elles reçoivent également de la part des autorités canadiennes un appui politique, diplomatique et financier sans égal malgré la nature controversée de leurs activités à l’étranger. Le Canada incite également les investisseurs institutionnels à placer leurs actifs précisément dans le domaine minier. Tout cela fait dire aux auteurs de Noir Canada que l’État canadien s’apparente à un paradis judiciaire de type offshore pour l’industrie extractive mondiale (Adabie, 2009). Ces questions, estiment-ils, concernent les citoyens canadiens qui se trouvent à financer indirectement ces sociétés (par l’intermédiaire de leurs fonds de retraite, de leur REER, de leurs placements d’assurances ou de leurs placements publics) et qui, ultimement, ont le droit de connaître la réputation de l’État canadien à l’étranger, selon de multiples sources publiques et crédibles.

6Sur le plan méthodologique, l’ouvrage repose sur six thèses, elles-mêmes étayées par un certain nombre de gloses (commentaires explicatifs), lesquelles consistent en une démonstration offerte à l’appréciation du lecteur à partir de sources qui sont explicitement citées, soupesées et analysées. Parmi les documents dûment référencés dans le livre, mentionnons des rapports d’experts mandatés par le Conseil de sécurité de l’ONU, des dépositions faites à un forum tenu à la Chambre des représentants (Congrès américain), un rapport parlementaire du Congo oriental, des documents produits par des organisations non gouvernementales crédibles, des articles de correspondants chevronnés tels que Colette Braeckman ou Dominic Jonhson, des recherches universitaires, etc. En aucun cas les auteurs de Noir Canada ne prétendent professer une vérité unique et définitive, tout comme ils n’entendent pas se substituer à la justice. Ils précisent dans leur introduction (2008 : 14-15) que Noir Canada ne constitue pas une condamnation sommaire des sociétés extractives canadiennes. Ils estiment par ailleurs qu’il est impossible que tant de sources crédibles de par le monde, tendant au même postulat, à savoir l’existence d’un phénomène général de pillage, de corruption et de criminalité en Afrique, médisent à l’unisson. Leur démarche consiste donc à réclamer des autorités publiques d’instaurer une commission d’enquête indépendante, bénéficiant des moyens financiers, logistiques et légaux pour faire la lumière sur toutes ces allégations.

  • 1  Rappelons que l’ouvrage a remporté en juin 2009 le prix Richard-Arès. La Ligue d’action nationale (...)

7Or ce sont eux, Abadie, Deneault et Sacher, que l’on retrouve aujourd’hui sur le banc des accusés, tout comme leur éditeur Écosociété (Montréal), à la suite de la publication de Noir Canada : pillage, corruption et criminalité en Afrique1. Les compagnies aurifères Barrick Gold et Banro Corporation, citées dans l’ouvrage parmi plusieurs autres compagnies extractives canadiennes, leur intentent depuis le printemps 2008 des poursuites en diffamation à la hauteur de 11 millions de dollars ; poursuites que de multiples acteurs de la société civile, dont un collectif de près de 70 juristes, ont tôt fait de qualifier de poursuites-bâillons (SLAPP) (Collectif des juristes, 2009). Il est difficile en effet d’y voir autre chose qu’une tentative de diversion visant à étouffer dans l’œuf le débat public sur des questions particulièrement dérangeantes, y compris pour certains grands conglomérats médiatiques dont les administrateurs, par exemple, ont siégé dans les années 1990 au conseil consultatif international de Barrick Gold.

8Phénomène en pleine émergence au Québec depuis quelques années, les poursuites-bâillons peuvent être définies comme des actions en justice entreprises contre des organisations ou des individus engagés dans l’espace public dans le cadre de débats mettant en cause des enjeux collectifs, et ayant pour effet de limiter l’étendue de la liberté d’expression de ces organisations ou individus et de neutraliser leur action par le recours aux tribunaux en les intimidant, en les appauvrissant et en les détournant de leur action (Gouvernement du Québec, Ministère de la Justice, 2007).

9Pour Pierre Trudel (2007), professeur titulaire au Centre de recherche en droit public (CRDP) de la Faculté de droit de l’Université de Montréal, les poursuites-bâillons sont encouragées par la portée étendue du droit à la réputation par rapport à la liberté d’expression en droit québécois. Or plusieurs juristes universitaires et praticiens estiment que l’adoption par l’Assemblée nationale du Québec en juin 2009 de la Loi modifiant le Code de procédure civile pour prévenir l’utilisation abusive des tribunaux et favoriser le respect de la liberté d’expression et la participation des citoyens aux débats publics, qui engage des changements de droit procédural (la forme) et non de droit substantif (le fond), ne permet pas de renverser le déséquilibre actuel et d’élaborer les conditions d’un véritable débat public.

  • 2  Un site Internet opposé aux activités de Barrick dans le monde, www.protestbarrick.net, rapporte q (...)
  • 3  Par ailleurs, le procès intenté par la compagnie Banro en Ontario a eu pour effet de dédoubler cet (...)

10Il appert également, dans notre système de droit, que le simple fait d’engager des poursuites confère au requérant une multitude de droits sur la partie adverse, contrainte d’assurer sa défense, soit des requêtes à répétition, des demandes de documents, l’assignation à des journées d’interrogatoire, la préparation de volumineux dossiers de défense, etc. Et puisque les personnes morales se voient reconnaître les mêmes droits que les personnes privées, en l’occurrence le droit à la réputation, Barrick Gold, dont le chiffre annuel d’affaires est supérieur à celui de plusieurs États du monde, peut entreprendre une action en justice pour « rétablir sa réputation », laquelle était déjà largement entachée à l’échelle internationale bien avant la publication au Québec de Noir Canada2. Les frais et les contraintes qu’entraîne le seul fait de se faire poursuivre peuvent acculer à la faillite auteurs et éditeurs, avant même qu’ils n’aient pu s’adresser à un juge3.

11Pour sa part, Barrick Gold a malgré tout cela mis sévèrement en demeure les auteurs et la maison d’édition Écosociété de ne pas qualifier la poursuite qu’elle leur intente de poursuite-bâillon, procédure à laquelle les défendeurs renvoient symboliquement dans l’espace public comme étant un « SLAPP au carré » (Shields, 2008). Cette démarche n’est pas sans soulever de vives inquiétudes dont on trouve un écho sous la plume du poète Paul Chamberland :

Adresser une mise en demeure qui interdit à ses opposants l’usage de certains mots, en l’occurrence l’expression poursuite-bâillon, est un geste qui porte beaucoup plus à conséquence que la poursuite elle-même. En tentant de judiciariser le simple fait d’appeler un chat un chat, elle s’arroge la prérogative exorbitante et carrément indue de breveter un bien commun inaliénable parce que ne faisant qu’un avec ce qui fait l’être de l’homme : le langage, la parole (2008).

12En attendant, les poursuites intentées contre les auteurs de Noir Canada menacent de priver les citoyens de débats cruciaux pour la démocratie. Pis, il y a lieu de redouter que par crainte de représailles judiciaires sévères, de plus en plus d’universitaires et d’intellectuels tombent sous la coupe de l’autocensure et évitent la diffusion de résultats de recherche ou passent sous silence des questions d’intérêt public. De pareilles distractions, dispositifs ouverts ou dissimulés de censure, ne sauraient être tolérées si l’on tient un tant soit peu dans notre société à la liberté de la pensée critique, sans entrave et sans intimidation, contre toutes les formes de la pensée unique.

Noir Canada : Une recherche exemplaire

13Nous rappellerons d’abord ce qui caractérise et distingue cette recherche afin de bien dégager en quoi elle nous apparaît exemplaire sur les plans scientifique et éthique.

14Depuis la fin du XIXe siècle, la spécificité des sciences sociales (sciences humaines, sciences morales, sciences de la culture ou de l’esprit), tant par leurs objets, leurs méthodes et leurs visées, est à la fois un acquis et un défi sans cesse à défendre pour ceux qui les pratiquent devant ceux pour qui le modèle des sciences de la nature devrait aussi s’imposer dans l’étude des « affaires humaines » en société. La mise en perspective des distinctions entre les approches des sciences sociales et celles des sciences de la nature fait partie de la formation de base en sciences sociales, notamment en sociologie. Ainsi, étudier la composition chimique et les propriétés physiques de cailloux formant le Bouclier canadien n’engage pas le chercheur de la même manière que celui qui étudie des rapports sociaux ou des institutions sociales. Les cailloux sont investis de propriétés qui sont en quelque sorte neutres d’un point de vue moral. L’analyse de la composition d’isotopes de soufre dans les cailloux permettra au géologue de déduire des indications mesurables quant à la composition de l’atmosphère au moment de la formation desdits cailloux. Sa recherche est motivée par la mise en lumière des lois de la nature, ici du sol, de ses caractéristiques géologiques, non seulement pour la gloire de la connaissance en elle-même (recherche fondamentale) mais aussi pour ces incidences pratiques, en l’occurrence ici, le potentiel d’exploitation minière fondé sur cette connaissance géologique. L’intérêt de la connaissance est ici technique. Il est légitime, il fonde un projet de maîtrise à la fois cognitive et instrumentale, donc technique de la nature.

15À contrario, la matière première des rapports sociaux et des institutions sociales n’est pas neutre d’un point de vue moral. On peut même affirmer que la « morale » en est le principal élément. Le sociologue Guy Rocher le signale éloquemment :

[…] la morale est un des fondements de la vie sociale et même un des fondements de la pensée humaine. La morale constitue presque, en elle-même, une sociologie. En tant qu’êtres humains, nous pensons notre société et la disons en termes moraux pour lui donner un sens. Et du même coup, nous lui donnons un sens parce que nous lui en imposons un. C’est là toute la beauté de la morale. C’est une représentation qui est à la fois une action. Elle est les deux à la fois : praxis et interprétation. Elle se rend nécessaire à la société et à l’esprit humain parce qu’elle est à la fois connaissance et réalisation de cette connaissance (1989 : 211).

16Dans la vie sociale, dans les rapports sociaux que le sociologue étudie, sont donc en jeu des valeurs morales : la justice, l’égalité, la dignité et leurs contraires, les diverses formes d’injustice, d’inégalité et de mépris. Comment rendre compte objectivement de ces enjeux ? Comment faire une science des enjeux éthiques ? Ces questions sont le lot et le pain quotidien de la recherche en sciences sociales, plus particulièrement dans la perspective des sciences dites critiques, dont témoigne avec rigueur et pertinence celle qu’ont réalisée les auteurs de Noir Canada.

  • 4  Pour Max Weber, ce « rapport aux valeurs » joue un rôle indispensable dans l’appréhension de l’obj (...)

17Dans ce type de recherche, le chercheur ne s’engage pas dans l’étude des rapports sociaux sans reconnaître ce « rapport aux valeurs4 » qu’induit son objet. La prise en compte en toute transparence de ce rapport aux valeurs ne diminue pas la qualité scientifique de son travail toujours tributaire du bon usage des méthodes pour la collecte, l’analyse et l’interprétation des données selon un schème bien explicité. Dans le cas qui nous préoccupe, les chercheurs ont constitué un corpus documentaire des plus impressionnants leur permettant d’étayer des faits et de mettre en perspective les lectures de divers acteurs sur ces faits (tant celles des organisations non gouvernementales, des entreprises, des organismes gouvernementaux, etc.). À partir de cette documentation (fondant la factualité et la présentation des diverses lectures), ils ont mené une analyse sociopolitique de ces faits et de ces lectures, soit sous l’angle explicite d’une mise à jour des rapports de pouvoir et des mécanismes qui les justifient. En limitant la recherche à une documentation dont les sources sont par ailleurs toutes indiquées, cette recherche est d’autant scientifiquement valide que ces sources sont toutes contrôlables, soit accessibles et vérifiables. Par ailleurs, en s’appuyant sur une documentation référenciée, les chercheurs ne fondent pas leur analyse sur autre chose que celle-ci et, en ce sens, elle souscrit à une règle élémentaire : l’épreuve de la validation des sources et de la vérification par d’autres chercheurs. Le cas contraire serait de prétendre tirer des analyses et des conclusions à partir de sources non référenciées et peu vérifiables. Dans cette perspective, on ne saurait leur reprocher de ne pas avoir entrepris d’autres procédures de collecte et de validation de données.

  • 5  Nous pensons bien sûr que les chercheurs en sciences de la nature ont les mêmes défis en matière d (...)

18Mais il y a plus, si le chercheur en sciences de la nature, le géologue par exemple, n’est pas particulièrement responsable de l’usage que feront les pouvoirs publics et l’industrie de ses découvertes, bien qu’il puisse l’être et s’y intéresser5, le chercheur en sciences sociales s’implique, porte et engage une responsabilité en inscrivant son travail dans le débat public sur des enjeux sociaux d’intérêt public. En étudiant des rapports sociaux, en l’occurrence ici des rapports sociaux marqués par des déficits moraux au sein de populations africaines affectées par l’exploitation minière d’entreprises canadiennes, en analysant les mécanismes juridiques, politiques et financiers par lesquels des entreprises considèrent qu’elles n’ont pas d’obligation de rendre compte des « externalités » morales produites par leurs exploitations, en montrant comment ces mécanismes participent d’une dépolitisation (l’intérêt pour la chose publique comme lieu de litiges et de conflits) au profit de la gouvernance technocratique et d’une réduction de la pensée critique au profit des consensus obtenus au prix de la vérité, en resituant également ces rapports et mécanismes sociaux dans un contexte à la fois diachronique (historique) et synchronique (liens avec d’autres phénomènes), les chercheurs et auteurs de Noir Canada contribuent non seulement à l’avancement des connaissances élargies sur leur objet et ses enjeux, notamment politiques, mais permettent et garantissent également par cette prise en compte contextuelle (diachronique et synchronique) l’avènement d’une réflexivité critique.

19En d’autres mots, les connaissances qui dévoilent des mécanismes de voilement aux acteurs des processus de leur domination, de leur exploitation et qui démontrent l’indexation des rapports sociaux par l’injustice telle que ressentie et manifestée par les acteurs eux-mêmes, permettent à ceux-ci et à la société civile dans son ensemble des gains de lucidité. Le savoir participe d’une réflexivité critique qui donne l’occasion à toute société et à l’ensemble de ses membres de développer une conscience historique d’eux-mêmes, ce qui les rend aptes à prendre conscience et à s’affranchir des obstacles, des préjugés et autres inhibitions que certains acteurs s’emploient par ailleurs à nourrir et à consolider, telle une démarche judiciaire visant à interdire la publication de travaux comme celui de Noir Canada. Puisqu’une des visées de la recherche est de mettre en lumière les mécanismes (pratiques et rhétoriques) de voilement aux acteurs de leurs conditions, ce que l’ordinaire de la tradition critique en sociologie appelle la critique de l’idéologie, le chercheur ne peut se limiter qu’à répéter le langage des acteurs et leur auto-interprétation toujours faite à partir de leur position sociale et de leurs intérêts. On comprendra, dans cette perspective, que l’interprétation du point de vue des entreprises minières n’est pas pour le chercheur une source de données, mais elle devient l’objet même de son analyse en tant que leur auto-interprétation est partie prenante de l’idéologie, des mécanismes et processus de justification et de voilement. On ne saurait reprocher aux auteurs de Noir Canada d’avoir versé dans une critique abusive de celle-ci puisqu’ils ne se sont autorisés, pour ce faire, qu’à s’appuyer, comme pour les autres acteurs, sur de la documentation vérifiable par d’autres, donc sur une documentation référenciée. Aussi ne saurait-on leur reprocher de ne pas avoir communiqué avec les représentants des entreprises minières ni avec d’autres acteurs dans ce dossier. S’ils l’avaient fait, leur démarche, telle qu’envisagée, réalisée et explicitée dans la publication, aurait perdu en crédibilité tant sur le plan scientifique que sur le plan éthique.

20Sur ce point, la nouvelle version de l’Énoncé de politique des trois Conseils : Éthique de la recherche avec des êtres humains, loin d’être parfaite, contient un ajout des plus importants pour la reconnaissance des recherches à portée critique :

Il n’est pas nécessaire d’obtenir le consentement d’une organisation pour entreprendre une recherche portant sur celle-ci. Il faut adapter l’évaluation du consentement dans le cas de recherches impliquant une étude critique, c’est-à-dire l’analyse des structures ou des activités sociales, des politiques publiques ou d’autres phénomènes sociaux. Si l’objectif de la recherche est d’adopter une perspective critique en ce qui a trait à un établissement, à une organisation ou à quelque autre entité, le fait que l’entité visée ne donne pas son appui à la recherche ne doit pas empêcher l’approbation éthique de cette recherche. Dans les cas où la recherche en sciences humaines entraîne une critique ou une remise en question des politiques et des pratiques des institutions, des pouvoirs publics, des groupes d’intérêt ou des entreprises il se peut que les chercheurs ne tentent pas d’obtenir la permission de l’organisation pour procéder à la recherche proposée. Si l’approbation de l’organisation était nécessaire, il est peu probable que des questions telles que les agressions sexuelles en milieu institutionnel ou les efforts des gouvernements pour faire taire les scientifiques dissidents feraient l’objet de recherches valables. Nous serions alors privés des connaissances et des enseignements qui découlent de ces formes de recherche (Groupe consultatif interagences en éthique de la recherche, 2009 : 31).

21En clair, le droit du public à l’information, à la publication de résultats de recherche dans ces milieux prime sur un prétendu droit au consentement de l’organisation, de l’entreprise. Ces précisions viennent contrecarrer les effets de censure que l’on veut imposer au nom de manquements à l’éthique de la recherche. En effet, une compagnie ou un organisme public ayant fait l’objet d’une étude critique pourraient faire valoir que les chercheurs auraient dû obtenir leur consentement ou du moins les rencontrer dans le contexte de leur étude, en d’autres termes, il s’agirait d’utiliser une certaine conception de la déontologie en recherche pour faire taire les chercheurs, bref d’en faire un levier de censure. Nous ne pouvons que nous réjouir de l’avancée explicite faite par les trois conseils sur ce sujet et nous espérons que cette avancée se consolide et qu’elle puisse s’étendre ; encore une fois, l’autonomie scientifique et éthique des chercheurs est ici en jeu.

22Le chercheur n’est donc pas un journaliste dont la visée se limite à rapporter les faits et les points de vue ; le chercheur analyse à partir d’un point de vue inséparable d’un rapport aux valeurs et, comme nous l’avons souligné plus haut, à partir d’une documentation limitée et de schèmes explicites d’interprétation. Il y a ainsi des conséquences éthiques et méthodologiques aux choix épistémologiques et à la visée de la recherche (Gosselin, 1992). La cohérence entre des médiations théoriques et des procédures méthodologiques est ainsi garante d’un travail bien fait.

23La visée du travail des chercheurs engagés dans une démarche critique, tels les auteurs de Noir Canada, n’est pas d’embrigader la science derrière un projet éthique ou politique particulier, mais de mieux faire comprendre le monde que l’on habite en sachant et en explicitant qu’ils sont eux-mêmes (les chercheurs) situés par rapport aux valeurs, notamment en préférant la lucidité à l’ignorance, la diffusion des savoirs et leur appropriation par les acteurs en position de vulnérabilité ou de réclamation, en préférant la critique des idéologies et des pratiques justifiant les abus de pouvoir à leur perpétuation sans entraves. Contrairement au géologue dont on vient de dire qu’il n’est pas responsable de l’usage des connaissances qu’il produit, les chercheurs engagés dans une démarche critique veulent au contraire que leurs résultats alimentent la conscience publique et ils doivent en quelque sorte anticiper, dans une certaine mesure, les effets de leur diffusion dans la société. En ce sens peut-on dire que l’intérêt de connaissance ici approprié n’est pas un intérêt technique, mais un intérêt émancipateur. C’est le sens de la perspective critique attribuée à la raison depuis le Siècle des Lumières, avec des philosophes tels Kant et Fichte. La raison qui a une vertu émancipatrice, libératrice, fondant l’autonomie du sujet et dissolvant l’emprise de la conscience dogmatique. C’est cet héritage que reprend aujourd’hui en sciences sociales la théorie critique, celle qui par l’analyse des processus et des rapports sociaux cherche à objectiver leurs distorsions basées sur des inégalités ou des dominations brisées sur des illusions entretenues par les acteurs tant individuels que collectifs (Renault et Sintomer, 2003).

24En distinguant les intérêts de connaissance qui légitiment aussi bien les sciences de la nature (intérêt technique) que les sciences sociales critiques (intérêt émancipateur), on aura saisi et compris, à la lecture de Noir Canada, que ses auteurs ont élaboré leur travail dans la perspective toute légitime en sciences sociales de la théorie critique. Leur méthode et leur visée sont des plus clairement exprimées dès l’introduction, fidèlement suivies tout au long de l’ouvrage et pleinement assumées en conclusion. En appelant les autorités publiques à mettre en place une commission indépendante permettant de « faire le point sur les investissements politiques, industriels et financiers en Afrique depuis une vingtaine d’années » (2008 : 14), ils ne proposent rien de moins que de mettre en débat ce qu’ils ont soulevé dans leur livre. Leur recherche participe et contribue de manière critique au nécessaire débat public sur de tels enjeux.

25Cela ne va pas sans une responsabilité que le sociologue J.-M. Berthelot a su dire mieux que tout autre :

[…] non pas seulement une responsabilité technique de mise à disposition de la collectivité de moyens d’action sur le réel, mais bien plus profondément, une responsabilité éthique et politique de définition des conditions épistémologiques et pragmatiques d’un juste usage des connaissances scientifiques produites. Or, si ces conditions épistémologiques, sont, à l’inverse de tous les discours totalitaires d’affirmation péremptoire d’une vérité révérée, la reconnaissance de l’incomplétude et l’appréciation du risque d’incertitude immanents aux savoirs scientifiques (notamment en sciences sociales), les conditions pragmatiques sont celles de l’ouverture à la société entière d’une discussion argumentative, dont la science fait quotidiennement l’expérience dans son travail, mais que seul l’ensemble des concernés peut entreprendre, dès lors qu’il ne s’agit plus seulement du vrai, mais du bien (1996 : 247).

26Lorsque des chercheurs en sciences sociales veulent contribuer à une meilleure connaissance et à une meilleure compréhension de ce qui est en jeu dans des rapports sociaux, tels ceux qui sont examinés dans Noir Canada, ils font bien sûr un travail scientifique qui participe au renouvellement des connaissances relatives à cette problématique, mais aussi, ils accomplissent dans le même temps un travail éthique puisque, ce faisant, ils transforment l’espace public, dans lequel s’inscrit toute recherche, en un espace éthique de discussion et de reconnaissance des situations vécues par des populations. Cet espace éthique de discussion est ce que la philosophie et la sociologie politique contemporaine estiment comme essentiel à la démocratie. Une telle approche ne vise pas à confondre les genres, mais à articuler de manière renouvelée les rapports entre le cognitif et le normatif, entre les faits et les valeurs et, surtout, à reconnaître que le sujet épistémique est aussi un sujet éthique, parce que lui aussi « appartient à une communauté de langage et de communication comme condition de possibilité de connaissance objective » (Quéré, 1996 : 120).

Conclusion

  • 6  Nos propos reprennent ici ceux que le sociologue belge Luc Van Campenhoudt a développés dans un ar (...)

27Les chercheurs en sciences sociales ont un devoir6 : ils sont collectivement responsables de la lecture (analyse, compréhension, explication) des problèmes sociaux. Leur responsabilité est de produire une vision réflexive du monde, de la société et de l’expérience humaine, soit d’élaborer des thématisations des problèmes que les acteurs pourront discuter et où ils pourront puiser des ressources cognitives pour évaluer les situations auxquelles ils font face et élaborer leurs projets. En ce sens, les chercheurs en sciences sociales sont des « médiateurs » dans le débat et l’espace publics.

Si la tâche générale des sciences sociales est d’élucider ce que nos sociétés sont en train de faire d’elles-mêmes, la responsabilité éthique et politique de la recherche nous semble consister d’abord à mener des recherches là où notre société s’ignore elle-même en raison des rapports de pouvoir qui la structurent. Il ne faut pas voir dans cette position un a priori négatif à l’égard du pouvoir, une forme de gauchisme sociologique, mais bien une double nécessité scientifique et éthique. Scientifique, car la responsabilité de médiateur dans le débat public réclame l’étude des forces les plus déterminantes de la vie collective qui répugnent à se prêter elles-mêmes comme objet de recherche. Éthique, car cette position dirige l’attention des sciences sociales au centre même de la question éthique fondamentale des limites du pouvoir que l’être humain peut exercer sur ses semblables (Van Campenhoudt, 2000 : 102).

28Dans cette perspective, la recherche de Noir Canada est exemplaire, tant sur le plan scientifique que sur le plan éthique. Elle l’est d’autant que ce collectif de recherche « hors les murs » de l’Université est exemplaire pour la recherche universitaire, en ce qu’il ne bénéficie pas des structures et de dispositifs facilitant la recherche ni non plus de la garantie de liberté universitaire dont le levier est de pouvoir faire, sans entraves, sans censure, la critique de tout pouvoir. À l’heure où trop souvent la recherche universitaire participe de la légitimation ou du cautionnement des pouvoirs ou que ses savoirs sont instrumentalisés par ceux-ci, les signataires de Noir Canada témoignent tout autant de leur autonomie que de leur probité sur les plans scientifique et éthique. En cela, ils témoignent aussi de leur responsabilité sociale, bref, ils montrent que leur recherche est socialement responsable.

Haut de page

Bibliographie

Adabie, D., A. Deleneault et W. Sacher (2009), « Le Canada, paradis judiciaire de l’industrie minière », Le Devoir, 27 avril, [En ligne], [http://slapp.ecosociete.org/fr/node/15899], (13 avril 2010).

Berthelot, Jean-Michel (1996), Les vertus de l’incertitude. Le travail de l’analyse dans les sciences sociales, Paris, Presses universitaires de France. (Coll « Sociologie d’aujourd’hui ».)

Chamberland Paul (2008), « Une confiscation du débat public », Le Devoir, 1er octobre, [En ligne], [http://www.ledevoir.com/non-classe/208403/une-confiscation-du-debat-public], (13 avril 2010).

Collectif des juristes (2009), « Anniversaire de la Déclaration des droits de l’homme – Où en est la liberté d’expression au Québec et au Canada ? », Le Devoir, 10 décembre, [En ligne], [http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/278943/anniversaire-de-la-declaration-des-droits-de-l-homme-ou-en-est-la-liberte-d-expression-au-quebec-et-au-canada], (13 avril 2010).

Deneault, Alain, Delphine Abadie et William Sacher (2008), Noir Canada : pillage, corruption et criminalité en Afrique, Montréal, Écosociété.

Gosselin, Gabriel (1992), Une éthique des sciences sociales. La limite et l’urgence, Paris, L’Harmattan.

Gouvernement du Québec, Ministère de la Justice, Les poursuites stratégiques contre la mobilisation publique - les poursuites-bâillons (SLAPP), Rapport du comité au ministre de la Justice, Montréal, 15 mars 2007, [En ligne], [http://www.justice.gouv.qc.ca/francais/publications/rapports/pdf/ slapp.pdf]

Groupe consultatif interagences en éthique de la recherche (2009), Proposition de la 2e édition de l’Énoncé de politique des trois Conseils : Éthique de la recherche avec des êtres humains, Version révisée, art. 3.6.

Lajoie, Andrée (2009), Vive la recherche libre. Les subventions publiques à la recherche en sciences humaines et sociales, Montréal, Liber.

Quéré, Louis (1996), « Vers une anthropologie alternative pour les sciences sociales », dans C. Bouchindhomme et R. Rochlitz (dir.), Habermas, la raison, la critique, Paris, Éditions du Cerf, p.105à 138.

Renault, Emmanuel, et Yves Sintomer (dir.) (2003), Où en est la théorie critique, Paris, La Découverte.

Rocher, Guy (1989), Entre les rêves et l’histoire. Entretiens avec Georges Khal, Montréal, VLB éditeur. (Coll. « Études québécoises ».)

Said, Edward (1996), Des intellectuels et du pouvoir, Paris, Seuil.

Shields, Alexandre (2008), « Barrick Gold met Écosociété en demeure de ne plus utiliser l’expression poursuite-bâillon », Le Devoir, 23 septembre, [En ligne], [http://www.ledevoir.com/societe/justice/206947/barrick-gold-met-ecosociete-en-demeure-de-ne-plus-utiliser-l-expression-poursuite-baillon], (13 avril 2010).

Trudel, Pierre (2007), « Les poursuites-bâillons et le droit à la réputation », Le Devoir, 19 juillet, [En ligne], [http://www.ledevoir.com/societe/justice/150762/libre-opinion-les-poursuites-baillons-et-le-droit-a-la-reputation], (13 avril 2010).

Van Campenhoudt, Luc (2000), « La responsabilité de la recherche universitaire », Éthique publique. Revue internationale d’éthique sociétale et gouvernementale, vol. 2, no 2, p. 99-106.

Verschave, François-Xavier (1998), La Françafrique, Paris, Stock.

Verschave, François-Xavier (2000), Noir silence, Paris, Les Arènes.

Weber, Max ([1917] 1992), « Essai sur le sens de la neutralité axiologique dans les sciences sociologiques et économiques », dans Essais sur la théorie de la science, Paris, Pocket, p. 365-433.

Haut de page

Notes

1  Rappelons que l’ouvrage a remporté en juin 2009 le prix Richard-Arès. La Ligue d’action nationale attribue ce prix chaque année, depuis 1991, à l’auteur d’un essai publié au Québec sur les grandes questions d’intérêt national.

2  Un site Internet opposé aux activités de Barrick dans le monde, www.protestbarrick.net, rapporte quotidiennement depuis 2007 les commentaires critiques et les événements de protestation relativement aux exploitations de Barrick ou à sa gestion courante. Une journée « anti-Barrick », l’International Day of Action Against Barrick Gold, est également suivie dans le monde le 2 mai depuis 2007.

3  Par ailleurs, le procès intenté par la compagnie Banro en Ontario a eu pour effet de dédoubler cet arsenal de contraintes, les lourdes procédures judiciaires se reproduisant dans une seconde juridiction, sans parler des frais considérables qui s’ajoutent. L’éditeur Écosociété et les auteurs et auteures requièrent d’ailleurs de la Cour ontarienne qu’elle présente son cadre judiciaire comme étant inapproprié à cette poursuite et ils demeurent toujours (mars 2010) en attente d’une décision. Celle-ci sera connue vraisemblablement plus de deux ans après le début des procédures.

4  Pour Max Weber, ce « rapport aux valeurs » joue un rôle indispensable dans l’appréhension de l’objet d’étude, dans son ciblage et dans la problématisation de la recherche. Voir Weber ([1917] 1992).

5  Nous pensons bien sûr que les chercheurs en sciences de la nature ont les mêmes défis en matière de responsabilité sociale et d’exigence éthique ; cependant, nous établissons ici le contraste pour mettre en lumière le fait que l’objet même du chercheur en sciences sociales, soit les enjeux sociaux d’intérêt public, est à mettre en débat dans l’espace public.

6  Nos propos reprennent ici ceux que le sociologue belge Luc Van Campenhoudt a développés dans un article intitulé « La responsabilité de la recherche universitaire » (2000).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marc Larouche et Anne-Marie Voisard , « Noir Canada. Une recherche socialement responsable », Éthique publique, vol. 12, n° 1 | 2010, 105-121.

Référence électronique

Jean-Marc Larouche et Anne-Marie Voisard , « Noir Canada. Une recherche socialement responsable », Éthique publique [En ligne], vol. 12, n° 1 | 2010, mis en ligne le 10 mai 2011, consulté le 26 juin 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/249 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.249

Haut de page

Auteurs

Jean-Marc Larouche

Université du Québec à Montréal

Articles du même auteur

Anne-Marie Voisard

Éditions Écosociété

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org