Navigation – Plan du site
Zone libre

Pour une société « suffisamment bonne » : reconnaître une pluralité de contributions et de parcours

Marie-Laurence Poirel , Michèle Clément , Jean Gagné et Lourdes Rodriguez

Résumés

À partir des résultats d’une recherche qualitative et participative ayant impliqué des personnes qui vivent avec un problème de santé mentale, des intervenants et des gestionnaires de milieux de pratique en santé mentale et visant à explorer les représentations d’une intégration sociale jugée réussie, cet article propose une analyse et une réflexion sur les conditions de possibilité d’une société suffisamment bonne et inclusive pour les personnes vivant avec un problème de santé mentale. L’élargissement du prisme de la reconnaissance sociale s’est dégagé comme une condition essentielle à cet égard qui, elle-même, implique certaines conditions, avec en particulier un travail de reconnaissance de la différence en tant que telle et la mise à distance d’une logique d’utilité.

Haut de page

Texte intégral

1Après plusieurs décennies de désinstitutionnalisation psychiatrique et de programmes visant la réinsertion sociale, un écart important subsiste dans notre société entre des visées collectives de lutte contre l’exclusion et la réalité des personnes qui vivent avec un problème grave de santé mentale (Poirel et Weiss, 2014 ; Blais et al, 2008 ; Ware et al, 2007). Encore trop souvent, ces dernières vivent dans la société sans sentir qu’elles en font vraiment partie. Comment comprendre un tel écart ? Comment agir pour que les personnes vivant avec un problème de santé mentale se sentent reconnues comme citoyennes et citoyens à part entière ? Telles sont les préoccupations à l’origine d’une recherche qualitative et participative réalisée à partir de 2012 dans six régions du Québec, avec des personnes ayant un vécu de problèmes en santé mentale, des intervenants et des gestionnaires d’une vingtaine de milieux de pratique en santé mentale.

  • 1 L’utilisation des termes intégration, inclusion et insertion ne fait pas consensus. Les définitions (...)

2Une double ambition de compréhension et d’action a animé cette recherche. Dans le foisonnement des études existantes sur les barrières et les défis à l’intégration sociale des personnes vivant avec un problème grave de santé mentale1, une direction était restée peu explorée : la présence de tensions dans la compréhension de l’intégration (Bonnet et Arveiller, 2008 ; Corin, 2002 ; Corin et Lauzon, 1988). Cette question a été au cœur de notre recherche. Par ailleurs, celle-ci a été initiée et menée avec pour principal horizon celui d’une société suffisamment bonne et inclusive pour les personnes vivant avec un problème grave de santé mentale, dont les conditions restent encore largement à penser et à définir. À cet égard, au fil de la démarche, une conviction s’est progressivement imposée à nous : dans leur diversité et leur pluralité, les acteurs du terrain que nous avons rencontrés – des personnes vivant avec un problème de santé mentale, des intervenants et des gestionnaires de différents milieux de pratique en santé mentale – nous donnent des indications puissantes pour penser certaines conditions d’une telle société. Et c’est ce que nous voudrions tenter de mettre en évidence avec cet article, dont la trame essentielle prend donc appui sur des savoirs ancrés dans l’expérience vécue et dans les conditions réelles de la pratique sociale et psychosociale. Dans cette perspective, nous commencerons par présenter quelques aspects touchant à la conception et à la réalisation de notre démarche de recherche, nous nous intéresserons ensuite aux principaux résultats qui s’en sont dégagés, puis nous discuterons de ces résultats, notamment en résonance avec des travaux d’auteurs contemporains qui, dans des perspectives philosophiques et socio-anthropologiques, ont contribué à inscrire la question de la reconnaissance à l’agenda de la pensée sociale.

Une démarche de réflexion collective : perspectives théoriques et stratégies méthodologiques

Ce n’est pas l’homme [sic] se parlant
lui-même en un dialogue solitaire mais
[…] les hommes parlant et communiquant
les uns avec les autres qui habitent la Terre
Hannah Arendt

3C’est la rencontre de questions restées béantes lors de recherches antérieures et d’une occasion particulière de financement dans le cadre d’Actions concertées portant sur la pauvreté et l’exclusion sociale, auxquelles sont associés différents partenaires (Fonds de recherche du Québec – Société et culture, ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale, ministère de la Santé et des Services sociaux, Société d’habitation du Québec) qui a rendu possible la conception et la réalisation de la recherche qui a inspiré l’écriture du présent article : Repenser l’intégration dans la collectivité des personnes vivant avec des problèmes de santé mentale importants. Pour une démarche citoyenne de réflexion et d’action.

4Pour tenter de repenser l’intégration et l’inclusion sociale, la nécessité d’un travail de pensée à plusieurs s’est d’emblée imposée. Dans cette perspective, un comité de suivi composé d’une diversité d’acteurs (militantes ayant un vécu de problèmes de santé mentale, représentants de milieux de pratique en santé mentale et représentants de milieux de la recherche) a été mis en place et a accompagné la recherche à ses différentes étapes. Le projet d’un exercice de pensée à plusieurs a aussi guidé le choix des stratégies méthodologiques sur lesquelles nous revenons un peu plus loin.

  • 2 Nous avons ainsi d’emblée opté pour une compréhension dynamique du rôle des représentations dans le (...)

5Des activités de recherche antérieures nous avaient donné quelques indications selon lesquelles on trouverait dans les milieux de pratique en santé mentale des compréhensions et des représentations différentes de l’intégration dans la collectivité des personnes vivant avec un problème de santé mentale important, des représentations auxquelles seraient associées des significations et des valeurs différentes (Corin, Poirel et Rodriguez, 2011 ; Rodriguez et Poirel, 2011). Dans leur prolongement, nous avons alors formulé l’hypothèse suivante : la coexistence, largement implicite, de représentations différentes de l’intégration et des conditions qu’elle suppose au sein des milieux de pratique en santé mentale, pourrait constituer en elle-même un défi sinon une barrière supplémentaire à l’actualisation d’un projet d’intégration et d’inclusion de ces personnes. D’où l’importance de rendre davantage explicites ces différences de représentations de l’intégration et les significations et les valeurs qui leur sont associées et d’engager un dialogue entre elles, et ce, tout d’abord au sein des milieux de pratique en santé mentale2.

6La théorie de la construction sociale du stigma et la mise en évidence sous-jacente de la prégnance sur le plan socioculturel des références au normal et à l’a-normal (Goffman, 1975) permettent de préciser la perspective dans laquelle s’est inscrite cette hypothèse. La théorie de la construction sociale du stigma met en relief comment les phénomènes de stigmatisation – dont sont l’objet certains groupes et personnes « porteurs de différences » – deviennent possibles dans un espace social où la conformité à la norme s’exerce comme pression acceptée et acceptable, et donne la mesure de la valeur devant être reconnue et accordée à chacun et à chacune (Benoît, 2007). Or, certaines tendances fortes dans nos sociétés semblent témoigner d’une propension à se faire de plus en plus normatives. Les représentations d’une intégration sociale jugée réussie se voient de plus en plus circonscrites au travail salarié et à la réussite matérielle (Gori, 2010 ; Dardot et Laval, 2009). Une tendance au resserrement et à l’uniformisation influerait ainsi sur les représentations d’une intégration sociale jugée réussie. Dans ce contexte, pour tenter de sortir de la stigmatisation sociale et de représentations stigmatisantes, deux voies, au moins, s’offrent aux personnes ayant un vécu de problèmes de santé mentale importants, des problèmes qui bousculent les repères du rapport à soi, du rapport aux autres, du rapport au monde. D’un côté, il s’agit de tenter de rejoindre les rangs des « normaux » et de se faire reconnaître comme tels, ce qui implique d’en accepter et d’en assumer les règles et les contraintes. D’un autre côté, l’enjeu est de faire reconnaître la légitimité et la valeur de positions et de postures autres face au monde commun, ce qui constitue un défi de taille pour les personnes concernées, pour les milieux de pratique en santé mentale et pour la collectivité.

7Sans négliger la complexité d’un phénomène comme la stigmatisation sociale, dont les ressorts se laissent difficilement simplifier et réduire (Bertini, 2007 ; Benoît, 2007 ; Yang et al, 2007), nous avons d’emblée souligné nos doutes quant à la possibilité qu’un projet collectif d’intégration des personnes vivant avec un problème de santé mentale important puisse être actualisé en l’absence de déplacements dans les représentations de l’intégration dans la collectivité qui aillent dans le sens d’une plus large inclusion des singularités et des différences. Avec cette recherche, nous esquissions ainsi l’espoir de contribuer au développement et à la diffusion d’une représentation élargie de l’intégration dans la collectivité des personnes vivant avec un problème de santé mentale, de ce qu’est une intégration « réussie » (prenant en compte la complexité et la diversité des phénomènes impliqués, la singularité des trajectoires individuelles et leur pluralité, l’expérience de différents acteurs, la responsabilité collective face à l’intégration). Cet espoir était annoncé dans notre devis de recherche ; nous pouvons donc supposer qu’il fut entendu par les partenaires impliqués dans son financement.

  • 3 Dans la langue japonaise, on parle de toujishas pour évoquer les « personnes ayant une expérience v (...)

8Le propos et la visée de cette recherche appelaient une perspective et des stratégies méthodologiques à la fois qualitatives et participatives. À cet égard, l’essentiel était d’associer une diversité d’acteurs à la réflexion en vue de l’élaboration progressive d’une sorte de pensée élargie sur les questions de l’intégration et de l’inclusion sociale. D’une part, la composition du comité de suivi ayant accompagné la recherche à ses différentes étapes a reflété cette diversité. D’autre part, des personnes ayant un vécu de problèmes de santé mentale (81), des intervenants (33) et des gestionnaires (17) de 19 milieux de pratique en santé mentale, institutionnels et communautaires, situés en zones urbaine et semi-urbaine dans six régions du Québec, ont participé aux activités de collecte de données (131 personnes au total). À cet égard, deux stratégies complémentaires ont été utilisées : le focus group et l’entrevue individuelle semi-structurée. Quinze focus groups ont été réalisés (six avec des personnes ayant un vécu de problèmes de santé mentale, six avec des intervenants et trois avec des gestionnaires). Parallèlement, des entrevues individuelles ont été réalisées avec des personnes ayant un vécu de problèmes de santé mentale, appelées toujishas dans cette démarche de recherche3, afin d’explorer plus en profondeur certaines dimensions et leur inscription dans un parcours singulier. Les toujishas ont reçu une compensation pour leur participation à un focus group ou à une entrevue. Le recrutement des différents participants a été effectué par l’intermédiaire d’une personne-ressource dans chaque milieu de pratique engagé dans la recherche. Le projet a été réalisé après l’obtention d’un certificat d’approbation éthique du bureau d’éthique de la recherche de la Faculté des arts et des sciences de l’Université de Montréal, et de trois autres certificats d’approbation éthique délivrés par les comités d’éthique d’établissements de santé et de services sociaux participant au projet.

9Les canevas de focus groups et d’entrevues s’articulaient autour de trois grands axes : 1) les représentations de l’intégration dans la collectivité des personnes vivant avec un problème important de santé mentale, en particulier les représentations d’une intégration jugée « réussie » ; 2) les perceptions des principaux obstacles à l’intégration de ces personnes ; 3) les perceptions des pistes d’action et des stratégies à mettre en place pour contrer les barrières à l’intégration et des principaux acteurs à mobiliser. Dans les entrevues individuelles, les participantes et les participants ont aussi été amenés à parler de leur parcours personnel et de leurs aspirations. Ces différentes activités ont permis de recueillir un matériel d’une grande complexité et d’une grande richesse. Différentes étapes d’analyse ont été réalisées, notre stratégie d’analyse reposant à la fois sur une attention à la trame et à la singularité de chaque récit et sur le croisement des différents témoignages au sein d’un même groupe de participants et entre les différents groupes de participants.

10Une étape importante de notre démarche de recherche a été la tenue d’un forum d’échanges et de réflexion sur les résultats de la recherche ayant réuni des participantes et des participants appartenant aux trois groupes (personnes ayant un vécu de problèmes de santé mentale, intervenants, gestionnaires) issus de milieux de pratique de six régions du Québec. Compte tenu de la complexité de ce qui avait émergé de l’analyse et des différents registres à partir desquels se dégageaient les résultats, ces derniers ont été principalement présentés à travers de brèves mises en scène suivies d’échanges (Poirel, 2013). Ce forum a constitué un moment important d’exercice de construction d’une pensée élargie pour préciser les conditions d’une vision inclusive de l’intégration à partir des savoirs d’acteurs du terrain. Dans la suite de cet article, nous présenterons dans un premier temps ce qui ressort de l’analyse des témoignages et de leur croisement quant à la compréhension de l’intégration dans la collectivité et des conditions qu’elle suppose. Nous discuterons par la suite des implications de ces résultats à partir de l’interpellation puissante qui s’en dégage.

L’intégration dans la collectivité : une diversité de points de vue et de parcours

  • 4 Ces différents points de vue ont été présentés dans un article à paraître dans la revue Nouvelles p (...)

11Faire en sorte que les personnes qui vivent avec un problème grave de santé mentale puissent non seulement vivre dans la société mais y avoir une place et, quand elles le désirent, s’y sentir parties prenantes constitue certainement une préoccupation partagée par les participants à la recherche. Néanmoins, différents points de vue se font entendre sur ce qui est souhaité pour ces personnes4. Nous verrons que deux d’entre eux s’inscrivent dans le paradigme aujourd’hui dominant de l’intégration, c’est-à-dire ce qui est considéré comme une intégration réussie, et qu’un troisième point de vue implique plutôt une sorte de décentrement par rapport à ce paradigme. Chacun de ces points de vue sur l’intégration, loin de se faire entendre de façon désincarnée et détachée, fait étroitement écho, pour les personnes qui vivent un problème de santé mentale, à des expériences et des parcours de vie singuliers et, pour les intervenants et les gestionnaires, réfère à des situations concrètes. Avec des accentuations différentes sur lesquelles nous aurons à revenir, on retrouve ces différents points de vue chez les trois groupes de participants.

12Un premier point de vue exprime le souci que les personnes qui vivent avec un problème de santé mentale important aient l’opportunité et soient soutenues pour rejoindre un modèle normatif d’intégration. L’accessibilité au monde du travail régulier se dégage ici comme une préoccupation centrale. « L’idéal, c’est que (la personne) rembarque dans le système » remarque un intervenant. « (C’est vrai) pour moi, tu n’es pas inclus tant que tu n’as pas un salaire dans un milieu normalisé », souligne un participant toujisha. « (Aller) sur le marché du travail, c’est comme si tu embarquais dans le mouvement de la société », ajoute un autre.

13Un deuxième point de vue met en relief les limites de la représentation aujourd’hui dominante de l’intégration lorsqu’elle est appliquée à la situation des personnes vivant avec un problème grave de santé mentale, sans que cette représentation dominante soit en elle-même mise en question. On met alors surtout l’accent sur des dimensions comme la fragilité et les limites présentes chez les personnes aux prises avec un problème de santé mentale important, qui nécessiteraient des espaces et des mesures protégées. « Souvent, les personnes n’ont pas la capacité d’avoir un travail performant… trop de pression », souligne un intervenant. Chez les toujishas, l’expérience de souffrance et le désarroi de celles et ceux qui se sentent incapables de rejoindre un idéal normatif d’intégration et les attentes sociales qui garantissent une reconnaissance s’expriment ici, particulièrement lors d’entrevues individuelles, comme on l’entend chez ce participant toujisha :

J’ai essayé plusieurs fois […] Jusqu’à m’en rendre malade parce que je veux être comme tout le monde […] ce n’est pas de la volonté, puis ce n’est pas des efforts qu’il me manque. Mais comme j’ai toujours cet espoir-là bien c’est comme malgré que je tombe bien je me relève, puis je réessaie puis tout ça. Mais je ne sais pas c’est quoi la solution.

14À partir du troisième point de vue, la question de l’intégration et de ses significations se voit d’emblée placée sous l’angle d’une problématisation. La notion d’intégration apparaît ici fortement polysémique. On met en tension la définition dominante de l’intégration avec d’autres visions et définitions et on en appelle à un décentrement par rapport au paradigme dominant de l’intégration. Ainsi, selon un des intervenants rencontrés :

Je ne pense pas que monsieur et madame Tout-le-Monde c’est tout le monde. (…) c’est une catégorie de gens qui choisissent ou en tout cas qui se ramassent dans du 9 h à 5 h puis qui travaillent, puis dans des conditions de vie normales. Mais ce n’est pas ça la société. La société c’est un ensemble de toutes sortes de gens qui font cette société-là. 

15De ce point de vue, on mise sur la créativité des milieux de pratique en santé mentale, des politiques et de la communauté pour développer et offrir différentes opportunités aux personnes. L’enjeu d’une contribution potentiellement spécifique des personnes vivant avec un problème important de santé mentale et de la reconnaissance de cette contribution est soulevé. « Il y a différentes façons de contribuer au monde », souligne un gestionnaire. « Mais ça nous demande, à nous, de remettre en question nos notions de réalité », remarque un autre. C’est ce qu’exprime ce participant toujisha :

Il faudrait fondamentalement une société qui considère la condition humaine pour ce qu’elle est réellement […] On a comme trouvé une façon de […] hiérarchiser la valeur de l’existence des individus. Tu as des existences humaines qui sont considérées comme ayant plus de valeur que d’autres… en termes de correspondance aux modèles sociaux […] [Il faudrait apprendre à] considérer la valeur de l’expérience humaine quel que soit l’individu qui la vit […] la joie, le plaisir, la souffrance d’un individu à l’autre, ça ne change pas radicalement.

16Les trois points de vue sur le sens à donner à l’intégration se font entendre dans les trois groupes de participants. Par ailleurs, l’appel au décentrement face au paradigme dominant s’exprime plus volontiers chez les gestionnaires, tandis que la prégnance du paradigme dominant d’une intégration normative transparaît davantage des témoignages des toujishas, que ce soit comme aspiration (premier point de vue) ou comme poids (deuxième point de vue), plus particulièrement lors d’entrevues quand il s’agit d’évoquer son désarroi face à un idéal normatif qui apparaît difficilement atteignable.

Un appel à la reconnaissance

17De manière particulièrement forte, les témoignages des personnes ayant un vécu de problèmes de santé mentale mettent en évidence comment les différents points de vue qui s’expriment sur le sens à donner à l’intégration et les conditions que celles-ci supposent s’incarnent dans des existences, des situations et des parcours singuliers. Une charge puissante de sentiments et d’affects envahit les différents points de vue où se font en particulier entendre le souci de se sentir utile, la honte d’avoir l’impression de ne pas l’être et un appel important à la reconnaissance.

18L’importance de se sentir utile, de « pouvoir sentir que je contribue à ma société », comme l’exprime un participant toujisha, se fait entendre dans plusieurs témoignages et semble venir juguler un sentiment de honte qui perce de certains récits : celle de se sentir sans cesse redevable devant la collectivité. « Être à la charge de la société c’était comme très diminuant c’était vraiment… J’avais honte de ça », raconte en entrevue un autre participant toujisha. Le sentiment d’utilité semble résonner souvent comme une justification de son existence parmi les autres et dans le monde. Les témoignages vont en fait distinguer deux formes de contribution, dont la reconnaissance serait loin d’être la même dans notre société : d’un côté, une contribution « utile » qui donne un statut et une valeur sociale comme peut l’être le travail rémunéré ; d’un autre côté, des formes de contribution qui, tout en étant revendiquées comme « utiles » par les personnes rencontrées, ne bénéficient pas de la même reconnaissance sociale, tels le bénévolat et l’engagement social. « Dans le fond, on reçoit un chèque puis on redonne à la société en faisant du bénévolat », explique un participant toujisha. Les témoignages font ressortir comment ce sentiment d’autoreconnaissance d’une forme de contribution qui reste à l’écart d’un modèle plus normatif peut être long à formuler et à accepter, comme l’illustrent les propos de cet autre participant toujisha :

Il y a deux systèmes dans la vie. Le premier système est celui qu’on connaît où on va aller à l’école, puis après ça on va sur le marché du travail, ça c’est A. Il y a B qui existe. Fait que, oui, tu vas à l’école, mais après ça, si t’as une problématique X, tu reçois mettons de l’aide du gouvernement, mais toi, ta façon de redonner, c’est peut-être d’aller faire du bénévolat. C’est ta façon de redonner à la société, de redonner pareil. Mais juste ça, ça m’a tellement pris du temps à comprendre et à l’accepter.

19En même temps, ce constat tel qu’il s’exprime dans les témoignages et à travers leurs croisements met en évidence l’appel, souvent plus implicite qu’explicite, des personnes à une réduction de cet écart de reconnaissance. Plus largement, chacun des points de vue sur l’intégration partagés à travers les témoignages de toujishas implique un appel, parfois douloureux, à la reconnaissance : dans certains cas, c’est une aspiration à être reconnu comme un semblable ; dans d’autres cas, c’est le besoin d’être reconnu et entendu dans sa souffrance et que celle-ci ait droit de cité qui va s’exprimer ; dans d’autres cas enfin, parfois au plus profond des témoignages, comme si peut-être manquaient les mots ou la légitimité pour l’évoquer, l’importance d’être accepté et reconnu dans sa différence se fait entendre.

Penser les conditions d’une société suffisamment bonne et inclusive : un monde commun aux couleurs d’arc-en-ciel

Une société décente n’est pas celle
qui distribue de la reconnaissance
mais (celle) qui contribue à ce que ses membres
aient de la valeur à leurs propres yeux
et aux yeux des autres
Alain Caillé

20Face à la pluralité d’expériences, de situations, de parcours par rapport à l’intégration dans la collectivité chez les personnes ayant un vécu de problèmes de santé mentale, la réponse sociale la plus spontanée peut être de les hiérarchiser en fonction de paramètres tels que la conformité à certaines normes sociales et le jugement porté quant à l’utilité ou à la contribution sociale. Dans notre société, les différents parcours semblent loin en effet de recevoir la même qualité de reconnaissance sociale, comme le mettent en évidence les résultats de cette recherche, particulièrement à travers les témoignages de personnes vivant avec un problème de santé mentale. Cet écart de reconnaissance tend à s’étendre aux organismes et aux milieux de pratique en santé mentale, plus ou moins valorisés en fonction du projet d’intégration qui les anime et du degré de correspondance de ce projet à un modèle plus ou moins normatif d’intégration (Poirel et al, à paraître).

21Mais la conclusion qui s’est dessinée au fil de cette recherche et qui s’est imposée à nous à son terme comme une interpellation lancée par les acteurs du terrain de la santé mentale dans leur diversité va à l’encontre d’un type de réponse qui tendrait à hiérarchiser les parcours. Cette interpellation met le doigt sur l’impossibilité, qui est d’abord une impossibilité éthique, de privilégier un point de vue particulier sur l’intégration et les parcours dont il témoigne (plus ou moins proches des normes sociales dominantes), et dès lors sur l’impératif et la responsabilité de travailler pour toutes les personnes qui vivent un problème de santé mentale et de contribuer à faire reconnaître la légitimité des différents parcours. Dans cette perspective, les résultats de notre recherche et les conclusions qui s’en dégagent nous amènent à refuser et à dénoncer fermement la tentation qui consisterait à établir une sorte de hiérarchie, même implicite, entre différents parcours d’intégration, comme s’il y avait des parcours plus ou moins « réussis », et aussi, en ce sens, entre les organismes qui soutiennent davantage tel ou tel type de parcours, réputés plus ou moins performants par rapport au soutien à une intégration normative.

22Nous l’annoncions au début de cet article, pour penser certaines des conditions de possibilité d’une société suffisamment bonne et inclusive pour les personnes vivant avec un problème de santé mentale, les acteurs du terrain rencontrés dans cette recherche, dans et par la pluralité de leurs perspectives et expériences, apportent des indications puissantes. À cet égard, deux conditions exigeantes se dégagent plus particulièrement du travail de pensée élargi, ancré dans des expériences vécues et concrètes, qui a accompagné notre recherche ; l’une et l’autre renvoient à des défis d’ordre d’abord socio-anthropologique : la première condition pose la nécessité de prendre acte des limites et des impasses des modes dominants de régulation sociale de la différence ; la seconde condition met en évidence l’importance de remettre en question et remettre à sa juste place la logique de l’utilité.

Et si la normalisation n’était pas la seule ni la meilleure réponse à la stigmatisation ?

23Pour faire face à une différence qui déstabilise ou dérange, les sociétés humaines semblent avoir mis au point deux principaux modes de régulation, la stigmatisation, qui semble plus courante, et la neutralisation ou l’absorption, comme si le plus difficile était de reconnaître la différence en tant que telle (Bertini, 2007). Par rapport aux personnes vivant avec un problème de santé mentale, nos sociétés occidentales semblent avoir successivement eu recours à l’un et l’autre de ces deux grands modes de régulation de la différence. Ainsi, dans le champ de la santé mentale aujourd’hui, tout discours sur la différence et l’altérité tend à être teinté de suspicion. La montée en force d’un discours qui s’attache à normaliser les problèmes de santé mentale et les personnes concernées, atténuant la différence et accentuant la ressemblance, a notamment été animée par un souci – légitime – de lutte contre la stigmatisation, avec la préoccupation de se démarquer d’une époque antérieure où la tendance avait été de radicaliser l’altérité et la différence avec pour contrepartie la stigmatisation et la mise à l’écart institutionnalisée des personnes touchées par la folie. Par ailleurs, à l’instar d’autres études, cette recherche met en relief les limites et les effets pervers potentiels d’une perspective qui survalorise la normalisation, en particulier un risque réel d’exclusion de celles et ceux qu’on ne parviendrait pas à « normaliser » ou chez qui la souffrance se ferait particulièrement résistante, insistante et dérangeante (Poirel et Weiss, 2014 ; Corin, 2002 ; Barazer et Ehrenberg, 1991). Dans la même perspective, on peut évoquer aussi une certaine naïveté à vouloir évacuer des expériences qui, pour certaines d’entre elles, viennent bousculer radicalement les repères du sens commun.

24D’ailleurs, les témoignages de personnes ayant un vécu de problèmes de santé mentale rencontrées dans cette recherche nous montrent qu’une conception de l’intégration ou de l’inclusion au monde « tel qu’il va » (Karsz, 2011) qui inspire les discours sur la normalisation pourrait être en partie illusoire. Dans et par leur pluralité, ces témoignages mettent en effet en évidence que tout projet d’inclusion sociale, dans sa radicalité, appelle une certaine transformation du monde et des valeurs et repères qui ont du sens et guident l’action dans le monde et donc, à la base, une résistance à la pression exercée par certaines normes existantes pour que la reconnaissance sociale s’élargisse à d’autres formes d’expériences et de parcours. Au-delà des réponses inverses de la stigmatisation et de la normalisation, les résultats de cette recherche parlent pour une reconnaissance de la différence en tant que telle, évoquant ainsi en creux le dépassement des logiques sociales les plus répandues face à la différence. À l’encontre d’une vision pessimiste, la rencontre des savoirs d’expérience recueillis dans la recherche permet d’envisager comme aiguillon l’utopie d’une société où la différence de la folie pourrait être mieux reconnue, et esquisse certaines balises pour travailler dans cette direction.

Au-delà d’une logique d’utilité

  • 5 À partir d’une réflexion sur le don, un auteur comme Jacques T. Godbout propose une tout autre conc (...)
  • 6 À partir de données de terrain, les résultats de cette recherche font écho à des débats portés par (...)

25Nous remarquions comment, à travers plusieurs témoignages de personnes ayant un vécu de problèmes de santé mentale, le sentiment d’utilité résonne comme une justification de son existence dans le monde et parmi les autres, et comment ce sentiment semble préserver de celui d’être redevable et en dette envers les autres et la société. De ce point de vue, se sentir utile, ce serait un peu comme se sentir en règle avec une dette encombrante5. Ainsi exprimés, ces deux sentiments semblent largement prisonniers d’une logique particulière, d’une logique marchande de calcul, d’un intérêt bien compris (Godbout, 1995 ; Caillé, 2007a)6. Or, il se pourrait qu’une telle logique constitue une impasse pour une pensée inclusive de la reconnaissance.

26Le défi apparaît grand tant la logique de l’utilité semble avoir pénétré les mentalités contemporaines, jusque chez des acteurs à la conscience humanitaire et sociale aiguisée et préoccupés par une véritable inclusion des personnes et des groupes marginalisés. Les appels à « s’impliquer », à « agir socialement » ou encore à « être un citoyen actif » ressemblent parfois à des impératifs sociaux, voire à des injonctions qui peuvent orienter le regard et l’appréciation vers certains parcours, provoquer le malaise par rapport à d’autres parcours voire l’en détourner (Corin, Poirel et Rodriguez, 2011).

27Une logique d’utilité porte pourtant le risque d’instrumentaliser l’être humain (sommé de faire sa part) et celui d’alimenter le mépris et la honte pour toutes celles et tous ceux qui seraient réputés peu « utiles » socialement. Une telle logique apparaît en ce sens difficilement conciliable avec la perspective d’une pensée inclusive de la reconnaissance ; à partir d’elle, il semble malaisé, sinon impossible, de penser une reconnaissance véritable de différents parcours. En d’autres mots, la logique de l’utilité tend à resserrer et à refermer l’horizon de la reconnaissance.

28Certains témoignages recueillis durant notre recherche nous amènent à nous décentrer d’une logique d’utilité, évoquant beaucoup plus l’importance et la qualité du sentiment d’exister. En même temps, c’est souvent davantage en creux des témoignages que ce sentiment se fait entendre, comme s’il était difficile de trouver les mots pour exprimer quelque chose d’une expérience dont la reconnaissance semble loin d’être acquise.

Élargir le prisme de la reconnaissance sociale

29L’appel et l’interpellation lancés par des acteurs du terrain de la santé mentale rencontrés pendant cette recherche pourraient être résumés ainsi : comme collectivité et comme société, nous nous devons de travailler à élargir ce qui apparaît digne de valeur sociale et conséquemment reçoit de la reconnaissance sociale. C’est là une des conditions essentielles en vue d’une société plus inclusive pour les personnes qui vivent un problème grave de santé mentale, et sans doute plus largement pour celles et ceux dont le la situation et le parcours ne rencontrent pas certaines normes sociales.

  • 7 À partir d’autres expériences et du croisement d’une diversité d’expériences, des ouvrages récents (...)

30À cet égard, le travail de pensée élargie mobilisé dans cette recherche a fait émerger deux conditions d’un élargissement du prisme de la reconnaissance sociale, la première portant sur un travail de reconnaissance de la différence en tant que telle, la seconde sur une reconnaissance de l’autre qui serait dégagée, voire libérée d’une injonction d’utilité. Des « utopies concrètes » (Durand Folco, 2015) rencontrées au fil de la recherche par l’intermédiaire d’espaces sociaux alternatifs qui non seulement acceptent, mais reconnaissent et valorisent différentes manières d’être au monde témoignent en elles-mêmes de l’actualisation possible de telles conditions (Hage et Poirel, 2014). On peut dire que ce qui s’expérimente dans ces espaces (qui souvent conjuguent à la fois l’action collective et des expériences artistiques et culturelles, une vie communautaire interne intense et des interactions significatives avec d’autres espaces sociaux) participe concrètement à un projet de transformation du monde par la base, à partir de l’horizon d’un monde commun où chacune, chacun aurait sa place7.

31Cette visée d’élargissement de ce qui apparaît digne de valeur et reçoit de la reconnaissance sociale qui se dégage de cette recherche comme programme à poursuivre trouve des appuis chez des auteurs contemporains, philosophes, anthropologues et sociologues, qui, à partir d’angles différents, ont contribué à mettre à l’agenda de la pensée sociale la question de la reconnaissance. À cet égard, certaines perspectives ont inscrit la question et l’enjeu de la reconnaissance au cœur de la pensée et de la culture moderne, mettant au jour les vecteurs individuels d’un besoin de reconnaissance, nécessaire à la constitution identitaire et à la réalisation personnelle de chacune et de chacun. Tout en proposant une compréhension certes plus large et plus complexe de la reconnaissance, les travaux d’Axel Honneth se situent largement dans ce cadre (Honneth, 2000).

  • 8 Dans ces perspectives, la question de la reconnaissance est souvent abordée en lien avec celle du d (...)

32Selon d’autres perspectives, c’est à un autre niveau que se jouerait l’essentiel des enjeux entourant la question de la reconnaissance. Plus proches de notre propos, les auteurs qui se situent dans ce type de perspectives aborderont ainsi la question et l’enjeu de la reconnaissance davantage sous un angle socio-anthropologique8. À cet égard, au-delà de leur apport singulier dont nous ne pouvons rendre compte ici, différents travaux mettent en évidence comment la reconnaissance représente d’abord et fondamentalement une forme d’échange symbolique entre les membres d’une collectivité (Caillé, 2007b), comment la reconnaissance « au sens fort » appelle et implique la circulation et la réciprocité (Ricœur, 2004 et 2005), comment la qualité d’une société a nécessairement à voir avec la reconnaissance. De cette perspective, la reconnaissance est vue comme un liant, essentiel à l’équilibre et à la santé d’une société et de ses membres. En retour, nous pouvons supposer qu’une pratique limitative, inévitablement excluante, de la reconnaissance dans une société ne peut faire autrement qu’avoir des conséquences sur l’équilibre et la santé de cette société et de ses membres.

33Bien que nous ne puissions approfondir cette question ici, les résultats de notre recherche nous invitent aussi à penser ensemble l’élargissement de la reconnaissance et l’accessibilité à des conditions de vie décentes, et donc les dimensions symboliques et interactionnelles de la reconnaissance avec des dimensions plus institutionnelles et structurelles (la reconnaissance des droits sociaux ne saurait demeurer une abstraction et appelle des actions concrètes). Ainsi, travailler à l’élargissement de la reconnaissance sociale exige des actions non seulement sur le plan symbolique et culturel mais aussi sur le plan des conditions de vie concrètes (Hage et Poirel, 2014).

Haut de page

Bibliographie

Barazer, Claude, et Corinne Ehrenberg (1991), « La folie perdue de vue », Esprit, vol. 9, no 20, p. 29-39.

Benoît, Jean (2007), « Logiques de la stigmatisation, éthique de la déstigmatisation », L’information psychiatrique, no 83, p. 649-654.

Bertini, Marie-Joseph (2007), « Usages épistémiques et sociaux de la stigmatisation », L’information psychiatrique, no 83, p. 663-665.

Blais, Louise (dir.) (2008), Vivre à la marge. Réflexions autour de la souffrance sociale, Québec, Presses de l’Université Laval.

Bonnet, Clément, et Jean-Paul Arveiller (2008), « Les enjeux de l’emploi pour les personnes handicapées psychiques », L’information psychiatrique, vol. 84, no 9, p. 835-840.

Caillé, Alain (dir.) (2007a), La quête de reconnaissance, Paris, La découverte.

Caillé, Alain (2007b), « Reconnaissance et sociologie », dans Alain Caillé (dir.), La quête de reconnaissance, Paris, La découverte, p. 183-208.

Corin, Ellen (2002), « Se rétablir après une crise psychotique : ouvrir une voie ? Retrouver sa voix ? », Santé mentale au Québec, vol. 27, n1, p. 65-82.

Corin, Ellen, et Gilles Lauzon (1988), « Réalités et mirages : les espaces psychiques et sociaux de la réinsertion », Santé mentale au Québec, vol. 13, no 1, p. 69-86.

Corin, Ellen, Marie-Laurence Poirel et Lourdes Rodriguez (2011), Le mouvement de l’être. Paramètres pour une approche alternative du traitement en santé mentale, Québec, Presses de l’Université du Québec.

Dardot, Pierre, et Christian Laval (2009), La nouvelle raison du monde, Paris, La Découverte.

Dardot, Pierre, et Christian Laval (2014). Commun. Essai sur la révolution au XXIe siècle. Paris, La Découverte.

Dufort Francine et al. (2000), « La grossesse à l’adolescence : prises de position d’adolescents et de praticiens travaillant en prévention », Journal international sur les représentations sociales, vol. 3, no 1, p. 4.

Durand Folco, Jonathan (2015), « De l’effet des utopies concrètes contemporaines », Le Devoir, Des idées en revue, 21 avril.

Godbout, Jacques T. (1995), L’esprit du don, Montréal, Les Éditions Boréal. En collaboration avec Alain Caillé.

Goffman, Erving (1975), Stigma, Paris, Éditions de Minuit.

Gori, Roland (2010), « Flexibilité du diagnostic en psychiatrie », L’information psychiatrique, no 86, p. 329-337.

Hage, Merdad, et Marie-Laurence Poirel (2014), Regarder l’arc-en-ciel. Pour réinventer l’intégration. Documentaire. En collaboration avec le comité de suivi de la recherche Repenser l’intégration dans la collectivité des personnes vivant avec des problèmes de santé mentale importants. Pour une démarche citoyenne de réflexion et d’action.

Honneth, Axel (2000), La lutte pour la reconnaissance, Paris, Éditions du Cerf. Traduit de l’allemand par Pierre Rusch.

Karsz, Saul (2011), Pourquoi le travail social ? Définition, figures, clinique, Paris, Éditions Dunod.

Manier, Bénédicte (2012), Un million de révolutions tranquilles. Comment les citoyens changent le monde, Paris, Les éditions qui libèrent.

Poirel, Marie-Laurence (2013), La fable des trois voyageuses.

Poirel, Marie-Laurence, et Benjamin Weiss (2014), « Vous avez dit intégration ? Usages et tensions dans l’utilisation de la notion d’intégration sociale dans les publications gouvernementales et les programmes sociaux au Québec (1989-2012) : le cas des personnes vivant avec des problèmes de santé mentale », dans Marie-Chantal Doucet et Nicolas Moreau (dir.), Penser les liens entre santé mentale et société, Québec, Presses de l’Université du Québec, p. 160-179.

Poirel, Marie-Laurence et al. (à paraître), « Entre pressions normatives et résistances : l’intégration dans la collectivité des personnes vivant avec un problème de santé mentale », Nouvelles pratiques sociales, dossier Normativités, marginalités sociales et intervention.

Ricœur, Paul (2004), Parcours de reconnaissance, Paris, Stock.

Ricœur, Paul (2005), « Devenir capable. Être reconnu », Esprit, n7, p. 125-129.

Rodriguez, Lourdes, et Marie-Laurence Poirel (dir.) (2011), « Le traitement dans la communauté, Santé mentale au Québec, numéro thématique, vol. 36, no 1, p. 7-12.

Yang, Lawrence Hsin et al. (2007), « Culture and stigma », Social Science & Medicine, vol. 7, no 64, p. 1524-1535.

Ware, Norma C. et al. (2007), « Connectedness and Citizenship: Redefining Social Integration », Psychiatric Services, vol. 58, no 4, p. 469-474.

Haut de page

Notes

1 L’utilisation des termes intégration, inclusion et insertion ne fait pas consensus. Les définitions varient d’ailleurs selon les contextes et les auteurs, en fonction des réponses qui sont apportées à des enjeux tout à fait essentiels. Derrière les problèmes de définition, se trouvent en effet des questions fondamentales (qui porte la responsabilité de l’intégration ou de l’inclusion ? Par quelles voies celles-ci passent-elles fondamentalement ? L’intégration ou l’inclusion implique-t-elle une adaptation au monde tel qu’il est ou appelle-t-elle une transformation sociale ? Etc.). Les réponses apportées à ce type de questions sont en elles-mêmes plus importantes que le terme que l’on choisit d’utiliser.

2 Nous avons ainsi d’emblée opté pour une compréhension dynamique du rôle des représentations dans le champ social fondée sur la notion d’une plasticité des représentations, celles-ci n’étant pas « figées une fois pour toutes ; elles ont plutôt tendance à se transformer selon l’expérience des acteurs sociaux et l’influence de l’environnement social » (Dufort et al., 2000 : 4).

3 Dans la langue japonaise, on parle de toujishas pour évoquer les « personnes ayant une expérience vécue » (de problèmes de santé mentale ou physique, d’un traumatisme social ou naturel…).

4 Ces différents points de vue ont été présentés dans un article à paraître dans la revue Nouvelles pratiques sociales.

5 À partir d’une réflexion sur le don, un auteur comme Jacques T. Godbout propose une tout autre conception de la dette qui remet en question un rapport surtout négatif à la dette et défend l’hypothèse d’une dette originelle qui instaurerait les bases d’un rapport de réciprocité (voir Gotbout, 1995).

6 À partir de données de terrain, les résultats de cette recherche font écho à des débats portés par le Mouvement anti-utilitariste dans les sciences sociales (MAUSS).

7 À partir d’autres expériences et du croisement d’une diversité d’expériences, des ouvrages récents proposent une analyse plus large des modes d’actualisation des projets et des initiatives de changement social dans le monde contemporain. Voir par exemple, Manier (2012) et Dardot et Laval (2014).

8 Dans ces perspectives, la question de la reconnaissance est souvent abordée en lien avec celle du don. Voir par exemple Caillé, A. (2007b : 183-208).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Laurence Poirel, Michèle Clément, Jean Gagné et Lourdes Rodriguez , « Pour une société « suffisamment bonne » : reconnaître une pluralité de contributions et de parcours », Éthique publique [En ligne], vol. 18, n° 1 | 2016, mis en ligne le 08 mai 2016, consulté le 17 août 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/2451 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.2451

Haut de page

Auteurs

Marie-Laurence Poirel

Marie-Laurence Poirel est professeure à l’École de service social de l’Université de Montréal. Elle est membre de l’Équipe de recherche et d’action en santé mentale et culture et de l’Alliance internationale de recherche universités-communautés - Santé mentale et citoyenneté (ARUCI-SMC). Ses recherches, dont plusieurs sont réalisées en partenariat, portent sur le rôle des savoirs d’expérience dans l’intervention, sur l’expérience du traitement médical et non médical chez les personnes vivant un problème de santé mentale et sur les questions liées à l’intégration et à l’inclusion sociale des personnes et des groupes marginalisés. En 2011, elle a publié avec E. Corin et L. Rodriguez un ouvrage intitulé Le mouvement de l’être. Paramètres pour une approche alternative du traitement en santé mentale. Contact : marie-laurence.poirel@umontreal.ca

Michèle Clément

Michèle Clément, Ph. D. est chercheure au centre de recherche sur les soins et service de première ligne de l'Université Laval, CSSS de la Vieille-Capitale. Elle est membre de l’Équipe de recherche et d’action en santé mentale et culture et de l’Alliance internationale de recherche universités-communautés - Santé mentale et citoyenneté (ARUCI-SMC). Elle travaille dans le champ de la santé mentale sur des questions d'inclusion sociale, de droits, de citoyenneté ainsi que d'organisation et d'évaluation des services de santé mentale. En 2009, elle a publié (avec L. Gélineau et A.-M. McKay) un ouvrage intitulé Proximités : lien, accompagnement et soins (PUQ). Contact : michele.clement@csssvc.qc.ca

Articles du même auteur

Jean Gagné

Jean Gagné est professeur au Département de sciences humaines, lettres et communications de la télé-université de l’Université du Québec (TÉLUQ). Il est membre de l’Alliance internationale de recherche universités-communautés - Santé mentale et citoyenneté (ARUCI-SMC) et de l’équipe PRAXCIT. Dans ses activités de recherche, il s'intéresse à la participation citoyenne et aux liens entre les inégalités sociales, les discriminations et la santé mentale. Contact : jean.gagne@teluq.ca

Lourdes Rodriguez

Lourdes Rodriguez est professeure titulaire à l’École de service social de l’Université de Montréal. Elle assure depuis plusieurs années la direction de l’Équipe de recherche et d’action en santé mentale et culture ainsi que de l’Alliance internationale de recherche universités-communautés - Santé mentale et citoyenneté (ARUCI-SMC). Parmi ses publications, elle a notamment dirigé un avis pour le Comité de la santé mentale du Québec, Repenser la qualité des services en santé mentale. Changer de perspective, publié en 2006 aux Presses de l’Université du Québec. Contact : lourdes.rodriguez.del.barrio@umontreal.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org