Navigation – Plan du site
Les approches conceptuelles et méthodologiques

Controverses et acceptabilité sociale des projets de développement économique : former les futurs décideurs à la décision collective

Chantale Mailhot

Résumé

Entretien réalisé par Chantale Mailhot avec Madeleine Akrich, ingénieure et sociologue, créatrice du cours « Controverses environnementales », et avec Liliana Doganova, chargée de recherche, cofondatrice – avec Brice Laurent, également chargé de recherche et ingénieur au corps des mines – de l’option « Affaires publiques et Innovation » à l’École des Mines de Paris.

Haut de page

Texte intégral

1À l’École des Mines de Paris, il existe depuis une bonne quinzaine d’années un cours de « Description des controverses », élaboré par Bruno Latour, sociologue des sciences et des techniques, un cours de « Controverses environnementales » depuis 1993 et, depuis peu, une option « Affaires publiques et Innovation ». Ces enseignements partent du constat que les situations de controverse sont extrêmement répandues aujourd’hui : l’ingénieur comme les décideurs y sont confrontés presque quotidiennement. L’objectif des cours de controverse est d’introduire les élèves à ces sujets qui recèlent beaucoup d’incertitude et requièrent davantage qu’une expertise technique pour être résolus. Derrière ces enseignements se trouve ainsi l’ambition de former le futur ingénieur et décideur à dépasser le seul enjeu technique des controverses et à s’ouvrir à la décision collective. C’est ce que nous expliquent les deux chercheures du Centre de sociologie des sciences de l’École des Mines de Paris.

Pourquoi un enseignement basé sur les controverses ?

Les controverses sont aujourd’hui de plus en plus importantes et portent sur des technologies souvent complexes qui soulèvent un ensemble de problèmes environnementaux, économiques et techniques. Ces problèmes sont caractérisés par la présence d’incertitudes fortes. Il ne s’agit pas de situations où l’expert ou le chef d’entreprise connaît la vérité et doit l’expliquer aux parties prenantes, mais de situations où il existe une incertitude sur les effets potentiels des projets, leurs caractéristiques techniques, la manière de les organiser, les modèles économiques à mettre en place, la manière d’associer les parties prenantes. Ce sont des situations où il ne s’agit plus seulement de communiquer, mais de savoir prendre des décisions de manière collective à travers un ensemble de dispositifs de concertation et de réglementations qui doivent aussi être élaborées de manière conjointe (Liliana Doganova).

L’enseignement des controverses est particulier en ce que les situations de controverse sont tellement complexes qu’il n’y a pas forcément une bonne solution. Il y a une multitude de solutions possibles, une multitude d’acteurs, une multitude d’options, et il est tout aussi compliqué et important de rendre compte de la diversité de ces options, voire de les garder ouvertes à la discussion, que de trouver la bonne réponse et de fermer les autres options (LD).

Nous faisons le pari que les étudiants qui suivent les cours portant sur les controverses en sortiront changés. Durant toute leur scolarité, ils ont vécu dans un monde dans lequel les problèmes à résoudre sont univoques – il y a une seule façon de poser le problème – et admettent toujours une solution et une seule. L’enseignement de controverses est là pour leur faire prendre conscience du fait que dans la vie réelle les choses sont nettement moins claires : les acteurs se battent pour faire valoir leur définition des problèmes principaux, et les « solutions » ne sont pas évidentes ; quand elles existent, elles sont partielles, disputées et entachées de multiples incertitudes. L’objectif est de faire en sorte que s’ils sont confrontés à une opposition à un projet qu’ils veulent développer, ils réagiront différemment de leurs prédécesseurs. Ils ne partiront pas forcément du principe que ce sont les autres qui ont tort, et qu’eux ont raison. Et ils vont peut-être prendre plus au sérieux ce qui leur est dit, considérer qu’ils peuvent apprendre des choses de ceux que l’on appelle les « profanes », et qu’il n’est donc pas inutile de construire des instances de discussion, de concertation (Madeleine Akrich).

Et pourquoi cette nouvelle option « Affaires publiques et Innovation » ?

Les situations d’innovation sont extrêmement intéressantes pour étudier les objets techniques ainsi que les problèmes politiques, parce que ce sont dans ces situations que l’on trouve le plus de controverses. On entend le concept de politique, d’une part, au sens de réglementation et de politique publique et, d’autre part, au sens des publics tels que les associations, les organisations non gouvernementales et des problèmes. Et sur le plan pédagogique, les situations d’innovation sont extrêmement intéressantes pour comprendre comment les marchés, les techniques et les publics sont construits.

Pour ce qui est des affaires publiques, les formations ou les métiers font souvent référence dans l’entreprise à des métiers de lobbying. On y traite de la manière dont fonctionnent les différentes institutions. Ce n’est pas notre conception des affaires publiques ; nous entendons affaires publiques au sens du philosophe, c’est à dire, au sens d’issues, de problèmes. L’idée est d’arriver à l’institution par les problèmes qu’elle est en train de gérer. Notre option conçoit les affaires publiques en termes de prises de décisions collectives (LD).

Il y a donc une position éthique ou une politique forte derrière les cours de controverse ?

Les situations de controverses sous-tendent une question d’éthique par cette idée que tous les acteurs concernés ont leur mot à dire dans la formulation des problèmes et de leur solution. On souvent aborde les situations de controverse avec l’idée préconçue que les scientifiques vont avoir raison, vont avoir des arguments rationnels, vont être dans le vrai et que les opposants ne vont pas être rationnels, qu’ils vont être dans le faux ou bien vont être dans l’émotionnel. Du coup, on ne peut pas forcément accorder le même crédit à tous les types d’arguments ou, en tout cas, on ne va pas les traiter de la même manière. Ce que l’on essaie d’apprendre aux élèves, c’est justement que tous les types d’acteurs ont leur mot à dire dans les controverses, dans les situations d’incertitude (LD).

Le concept d’acceptabilité sociale implique souvent, au contraire, de prendre le parti de ceux qui développent un projet et considèrent qu’il faut juste le rendre acceptable. Il ne s’agit pas alors de transformer le projet mais simplement de mieux le communiquer à un public irrationnel. Le concept renvoie aussi à une position particulière pour le sociologue qui devient plus ou moins le « bras armé » des porteurs de projet et d’une certaine technocratie. Il s’agit de fournir des arguments à ceux qui veulent le projet, lequel n’a aucune raison, de leur point de vue, de ne pas se réaliser (MA).

Les profanes se donnent pourtant aujourd’hui des outils pour qu’on les prenne au sérieux et que l’on cesse de penser qu’ils sont irrationnels. Les opposants dans un certain nombre de projets font aussi appel à des experts, des gens qui sont reconnus. Ou alors ils font eux même de la collecte d’information, de témoignages. Ils vont chercher dans la littérature scientifique de quoi comprendre ce qu’ils observent et comment l’expliquer, être capable de l’utiliser comme un argument (MA).

C’est une autre raison pour laquelle les controverses ne sont pas des situations pathologiques. Elles ont un intérêt, notamment pour la production des connaissances. Les différents types d’acteurs scientifiques ou non scientifiques, experts ou associations qui s’engagent dans l’action participent à la production et à l’accumulation des connaissances (LD).

La sociologie des sciences et des techniques a aussi montré que tout projet technique est porteur de manière assez indissociable d’un projet politique ou organisationnel, et donc a un effet de transformation potentielle sur l’environnement, sur l’organisation sociale, etc. C’est dans cette perspective que l’idée de démocratie technique prend son sens : les ingénieurs, les techniciens, les scientifiques ne sont pas les seuls habilités à qualifier les projets et à prendre des décisions. Tous ceux qui sont potentiellement concernés doivent avoir voix au chapitre pour faire valoir leurs arguments. Du fait de l’intrication entre aspects techniques et aspects sociaux, des personnes ordinaires peuvent être amenées à mettre en cause certains éléments des dispositifs proposés, voire à les remettre en cause globalement (MA).

Vous parlez d’un contexte de plus en plus controversé. Qu’est-ce qui diffère aujourd’hui ?

Il y a eu une prise de conscience progressive, après les Trente Glorieuses, de sérieux inconvénients (c’est le moins que l’on puisse dire) qui accompagnent le « progrès » basé sur le développement technologique. Pollutions environnementales, scandales sanitaires ont notamment été à la base d’une critique de ce type de développement. Ils ont favorisé l’émergence de groupes concernés, d’associations qui ont commencé à constituer un contre-pouvoir important. Plus récemment, le développement d’internet notamment et l’élévation du niveau général d’éducation ont accéléré ce mouvement d’appropriation des problèmes par le public. En outre, les sciences ne suffisent plus à trancher un certain nombre de problèmes. Il reste toujours des incertitudes, et un certain nombre de décisions techniques, organisationnelles ou politiques sont susceptibles, même si elles sont argumentées et soutenues par des experts, d’avoir des effets, des conséquences qui n’ont pas forcément été envisagés par les experts. Les experts sont experts de certains domaines, mais pas forcément de tout (MA).

Jusqu’à récemment l’impact des activités des entreprises sur l’environnement était traité sous la forme d’une externalité. Aujourd’hui, ces questions sont au cœur des débats. Les entreprises mettent en place des outils qui leur permettent de mesurer mais aussi de diminuer leurs externalités ou, plus précisément, leur impact sur l’environnement. Il y a des réglementations qui sont mises en place pour mettre ces questions environnementales au cœur de l’activité des entreprises. On ne peut plus considérer aujourd’hui les controverses comme extérieures, ou relevant de l’ordre de l’exceptionnel, de l’accidentel ou du rare conflit pathologique. Elles sont désormais considérées comme des situations porteuses de questions économiques, environnementales, techniques, et où on retrouve un ensemble de parties prenantes qui, toutes, réclament d’être associées aux décisions publiques et avec autant de poids finalement les unes que les autres. Il n’est plus possible d’assumer d’emblée que seul l’ingénieur, le responsable juridique ou l’expert a forcément la bonne solution qu’il faut expliquer et faire accepter à ceux qui ne comprennent pas. Il est désormais entendu qu’il doit y avoir un véritable dialogue, une véritable concertation avec les parties prenantes qui ne peut se limiter à un exercice unilatéral de communication (LD).

Ces évolutions touchent ainsi la décision corporative et publique ?

Les dispositifs de consultation qui sont mis en place par les pouvoirs privés et publics ont aussi évolué. Les premières approches reposaient sur la communication ou la mesure de l’opinion publique avec des sondages. Ces premiers instruments servaient à cerner les peurs des gens, peurs souvent vues comme irrationnelles. Il fallait, d’une part, prendre la mesure de ces peurs irrationnelles et, d’autre part, rassurer, expliquer, communiquer.

Aujourd’hui, on commence à observer des choses différentes. L’idée semble davantage d’organiser un dialogue avec les parties prenantes, même si ces dispositifs peuvent être extrêmement critiqués. Les critiques portent sur la manière dont les débats sont organisés, dont le dialogue est cadré par les pouvoirs publics et sur le fait que ces dialogues n’ont pas toujours d’impact sur les caractéristiques techniques des projets qui sont déployés plus tard.

Mais par rapport aux premiers dispositifs qui consistaient à mesurer l’opinion et à communiquer pour rassurer, c’est une phase différente. L’incertitude est reconnue. Il ne s’agit pas juste d’expliquer, puisqu’un certain nombre de choses ne peuvent justement pas être expliquées, mais il faut pouvoir discuter, débattre avec l’ensemble des parties prenantes.

Et c’est justement à ce type de situation que nous essayons de préparer nos élèves à travers nos formations (LD).

Vos cours reposent toujours sur des études de terrain. Pourquoi ?

Dans le cours « Affaires publiques et Innovation », par exemple, un voyage d’études est organisé afin que les étudiants puissent voir ce mélange de questions économiques, politiques et techniques liées aux activités industrielles sur le terrain. Nous sommes, par exemple, allés en Nouvelle-Calédonie.

Il y a beaucoup de questions qui se posent en Nouvelle-Calédonie autour des activités minières qui sont le moteur de l’économie du pays, avec des investissements financiers de multinationales extrêmement importants. En même temps, c’est un territoire riche en biodiversité, dont certaines zones sont classées au patrimoine mondial de l’UNESCO. C’est une nature magnifique avec des espèces endémiques. Les autorités kanakes sont très conscientes de la nécessité de développer l’activité minière, en tout cas souscrivent à l’idée qu’il faut développer l’activité minière pour accéder à l’indépendance et, en même temps, les activités minières ont un impact sur le pays et sur le mode de vie et sur la nature qui est aussi une source de vie, un milieu de vie pour les tribus kanakes. Il y a eu, par exemple, la construction, dans le nord de la Nouvelle-Calédonie, d’une usine portée par un parti indépendantiste. Ce projet était mis en place pour servir l’indépendance du pays. C’est un mélange entre une mission politique et un développement économique assez intéressant. En même temps, il y a eu des accidents, par exemple de l’acide qui s’est échappé d’une des usines et qui s’est écoulé dans le lagon à côté, qui est un lagon classé à l’UNESCO. L’acide a tué de nombreux poissons. Il y a eu une opposition extrêmement violente des populations locales, des Kanaks, notamment autour des projets étrangers qui s’installaient.

Il y a là un concentré de problématiques environnementales, économiques et politiques qui est à la fois complexe et, puisque c’est un petit territoire, « facile » à étudier en deux semaines. Nous avons fait des entretiens avec l’ensemble des parties prenantes. Nous avons discuté avec les entreprises minières, visité les sites industriels, discuté aussi bien avec des directeurs de mines, les responsables des RES, les représentants des pouvoirs publics, les experts, les associations environnementales, etc. Nous avons visité les installations, des installations qui sont assez impressionnantes aussi bien par leur volume, parce que ce sont vraiment des choses assez gigantesques et qui sont installées devant une mer magnifique, dans un cadre vert magnifique, etc. Nous avons ainsi vu de nos yeux la confrontation environnement-industrie, la tension entre l’environnement et l’industrie.

Le fait de se plonger dans le terrain et de rencontrer tous ces acteurs dont on aurait pu dire qu’ils n’ont pas forcément raison, qu’ils n’ont pas nécessairement les compétences pour parler de ces questions, le fait de voir la manière dont ils réfléchissent, les arguments qu’ils avancent et l’important contenu et compétences techniques qu’ils possèdent pour pouvoir discuter de ces questions, et non pas servir simplement de « pots de fleurs », comme ils disaient, il n’existe pas de meilleur moyen pour faire comprendre aux élèves la nécessité de prendre en compte tous les avis et le poids qui doit être donné à ces différentes parties prenantes. Les étudiants avaient ainsi deux défis : prendre en compte l’opinion de tous les acteurs et maintenir la complexité des questions, ne pas la réduire, en rendre compte, la décrire et à la comprendre.

Les controverses ont produit des résultats intéressants là-bas. Le Code minier calédonien a été révisé. Un nouveau code minier a été produit à la suite d’un processus de consultation et de discussion qui a duré plusieurs années. Il y a eu la production de ce qu’ils ont appelé un « schéma de valorisation » des ressources minières, où étaient associées l’ensemble des parties prenantes. Le dispositif pourrait certainement être amélioré, mais il y avait quand même ce processus qui a été fait, donc un code qui a été réformé. On voit bien également comment les épreuves ont posé des questions aux entreprises, question dont elles ont dû tenir compte pour changer complètement leur politique. Il y a un exemple, au niveau des outils qui sont implantés, une des entreprises a mis en place ce qu’elle a appelé un « pacte de développement durable » et qui est a été signé avec les communautés environnantes. Encore une fois, il est possible de critiquer ces outils, mais c’est déjà un pas en avant assez intéressant par rapport, par exemple, à une simple production de brochure mise en évidence sur le site web de l’entreprise ! (LD)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chantale Mailhot , « Controverses et acceptabilité sociale des projets de développement économique : former les futurs décideurs à la décision collective », Éthique publique [En ligne], vol. 18, n° 1 | 2016, mis en ligne le 08 mai 2016, consulté le 26 juin 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/2405 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.2405

Haut de page

Auteur

Chantale Mailhot

Chantale Mailhot est professeure agrégée aux HEC Montréal. Ses recherches portent sur le transfert des connaissances, la transformation et l’innovation sociale. Elle s’intéresse aux pratiques de transformation sociales, d’engagement et de participation citoyenne, ainsi qu’à la gestion de projets d’innovation sociale. Ses travaux récents sur le transfert des connaissances en sciences sociales, les pratiques de coordination dans les partenariats de recherche et les mécanismes d’engagement dans les collaborations sociales ont été publiés dans la revue Leadership, la Revue canadienne des sciences administratives et le Journal of Management Studies.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org