Navigation – Plan du site
Les communautés des communs à l’épreuve

Sciences de gestion : comment la quête d’excellence freine la libre circulation des savoirs

Marie-France Lebouc et Anne Chartier

Résumés

Professeures dans une école de gestion, nous menons, depuis des années, un dialogue réflexif sur nos pratiques de recherche et de publication. La gestion est un domaine de plus en plus populaire et où la concurrence entre écoles s’exacerbe. Les gestionnaires et les chercheurs des écoles de gestion ressentent un besoin stratégique d’excellence et de bonne réputation, ce qui passe, bien sûr, par la publication. Comment les contraintes actuelles de publication pèsent-elles sur nous, les chercheurs ? Quels savoirs produisons-nous dorénavant et pour qui ? Nous tenterons de répondre à partir d’un examen de nos propres pratiques. Notamment, nous verrons que des barrières empêchent l’accès à ces savoirs. Comment sortir de ces problèmes ? Toujours à partir de notre compréhension personnelle de l’intériorisation et de l’institutionnalisation des contraintes de publication, nous émettrons une opinion plutôt pessimiste sur les chances de l’accès libre de libérer la circulation des savoirs en sciences de gestion.

Haut de page

Texte intégral

1Toutes deux professeures-chercheures affiliées à une école de gestion, nous avons, depuis des années, engagé un dialogue réflexif sur nos pratiques de recherche et de publication. Cet article marque le point où cette prise de recul se situe aujourd’hui.

2La gestion est l’un des principaux domaines dans lesquels les étudiants s’inscrivent à l’université. Les écoles de gestion fournissent ainsi une source de revenus importante aux universités auxquelles elles se rattachent. De même, la recherche dans ce domaine est favorisée depuis plusieurs années par les politiques publiques qui y voient la possibilité de trouver des voies de soutien ou d’amélioration des activités économiques. Les écoles de gestion et leurs professeurs sont plus que jamais sous l’œil du public.

3Sous la pression de ce regard, les gestionnaires et les chercheurs des écoles de gestion ressentent le besoin d’être performants et de conserver une bonne réputation. Comme il est normal dans un domaine universitaire, cela passe par la production et la diffusion de savoirs scientifiques, c’est-à-dire par la publication.

4Comment les contraintes actuelles de publication pèsent-elles sur les chercheurs des écoles de gestion et comment affectent-elles la pertinence des savoirs produits ? Quels problèmes éthiques engendrent-elles ? Quels dispositifs de gestion des savoirs permettraient de sortir de ces problèmes ? Nous tenterons de répondre à ces questions à partir d’un examen des pratiques de publication telles que nous les avons actualisées et telles que nous comprenons qu’elles le sont par les chercheurs des écoles de gestion.

5Après une clarification du vocabulaire, nous présenterons les traits particuliers du champ des sciences de la gestion, qui est celui dans lequel nous nous inscrivons. Nous évoquerons en particulier l’accroissement de la concurrence entre écoles, y compris à l’international. Les chercheurs en administration, comme les autres, font dorénavant face à la mondialisation.

6Le corps de l’article montrera comment cette situation d’accroissement à tout va de la concurrence influe sur les pratiques de publication, ce qui, par effet de domino, se répercute sur certaines pratiques de recherche, donc de production des savoirs. En gestion, le publish or perish prend des couleurs sombres qui dessinent une épistémologie caractérisée par une confusion des moyens et des fins, ainsi que par la domination et le mépris de certaines formes de production et de mise à disposition des savoirs.

7Selon nous, cette situation freine la constitution en communs des savoirs qui sont produits dans les écoles de gestion alors qu’ils pourraient être accessibles et profitables, non seulement à la communauté universitaire, mais également aux praticiens.

8Qu’entendons-nous par communs ? Notion dérivant principalement des travaux d’Ostrom, les communs peuvent être définis comme des ressources dont l’accès et l’utilisation relèvent de dispositifs d’auto-organisation par les utilisateurs de ces ressources. Ce sont donc des ressources dont la gouvernance se présente comme alternative à la fois à la privatisation et à la gestion publique par l’État. Les enclosures sont des barrières, des restrictions à l’accès et à l’utilisation de ces ressources. Les enclosures sont donc les mécanismes qui s’opposent à la constitution en commun d’une ressource.

9En particulier, puisque nous traitons ici de savoirs, il importe de noter qu’il existe une définition propre à ce que l’on appelle « les communs de la connaissance » :

Ni publics, ni privés, mais pourtant favorisant la richesse commune (tant publique que privée) par la création, la maintenance et la diffusion des connaissances partageables, les communs de la connaissance nous montrent qu’on peut raisonner le savoir, l’échange, la transmission, l’enrichissement mutuel en dehors des formes rigides de la propriété, de l’accaparement privé, de l’intérêt économique d’un côté et le modèle abstrait du « public » de l’autre (Le Crosnier et al., 2011 : 51).

10Nous montrerons à partir de notre propre expérience de chercheures en sciences de gestion les enclosures qui ont été érigées autour des savoirs que nous contribuons à produire. Cela nous amènera à joindre nos voix à celles de chercheurs d’autres domaines qui réclament un changement dans le mode de gestion et de diffusion des savoirs en faveur d’un modèle qui permette d’instituer en communs de la connaissance les savoirs scientifiques que nous produisons.

Écoles de gestion : portrait du champ sous-jacent

11Commençons par décrire le domaine dans lequel nous nous inscrivons. Avant d’en dire l’importance, parlons de son nom. « Sciences de l’administration », « sciences de la gestion », « sciences des organisations » sont autant de termes pour désigner un même champ que nous appellerons ici sciences de gestion. Les structures universitaires correspondantes reçoivent des noms aussi variés : « écoles de gestion » ou « de commerce », « facultés des sciences de l’administration » ou « écoles de management ». Les Anglo-saxons parlent surtout de Business schools. Pour simplifier, nous retiendrons « écoles de gestion », que ces dernières soient situées au sein d’un campus multidisciplinaire ou qu’elles forment des entités autonomes.

12La variété de ces dénominations traduit le fait que l’on réfère à un ensemble de disciplines, dont certaines ont peu en commun. Les regroupements varient d’une école à l’autre. Certaines disciplines incluses dans une école peuvent ne pas l’être dans une autre, telles la recherche opérationnelle ou la logistique. Certains cours présents dans les programmes des écoles de gestion peuvent être donnés hors de l’école, comme l’éthique dite des affaires, l’économie, les statistiques ou la communication. La géométrie des écoles de gestion est très variable. Plutôt qu’à une discipline, le champ qui sous-tend les écoles de gestion s’apparente donc à un assemblage de domaines d’étude variés dont le plus petit dénominateur commun tient à ce que leurs objets sont des organisations (ex. : la stratégie), des phénomènes se déroulant dans des organisations (ex. : la gestion des ressources humaines), ou découlant des activités organisationnelles (ex. : la finance). Les écoles ont un autre point en commun, le fait que les savoirs qu’on y produit ont pour source, et pour cible principale, l’entreprise privée. Nous reviendrons sur l’incidence de cet élément sur les savoirs produits.

13Paradoxalement, le flou des frontières et la nature multiple des disciplines enseignées dans les écoles de gestion résulte davantage en une rigidité d’opinion sur ce que devraient être les pratiques de publication et les savoirs produits qu’en l’acceptation de la diversité et de la flexibilité à laquelle on pourrait s’attendre. C’est ce paradoxe et ses conséquences éthiques négatives qui nous ont conduites à rédiger cet article.

Scientificité et réputation : l’idéal d’un chercheur en gestion

14Le dialogue que nous poursuivons régulièrement nous a permis de prendre conscience que nous faisons partie intégrante du système qui, tout en nous contraignant, nous habilite à conduire notre carrière. En suivant Giddens (1984), force nous est de reconnaître que ce système est bien entendu structurant pour nous, ce que nous lui reprochons, mais qu’il est également structuré par nous, ce que, lorsque nous en prenons conscience, nous nous reprochons.

15Nous allons à présent faire part des désirs ou idéaux que, comme membres d’une école de gestion, nous critiquons tout en devant reconnaître que nous les avons intériorisés et même souvent actualisés. Ils forment le fond des enjeux auxquels les chercheurs des écoles de gestion font face. Ce n’est qu’en posant cette toile de fond sur laquelle s’inscrivent nos pratiques de publication que nous pourrons donner du sens à ces dernières et voir comment elles résultent en une série d’enclosures qui font obstacle à la diffusion de ce qui est publié.

« Désir de science » (Jurdant, 1999)

  • 1 Voir notamment les écrits de Richard Déry au Québec, par exemple Lebrun et Déry (2009); et en angla (...)

16Une partie importante de notre formation et de notre socialisation en école de gestion a tourné autour de la question du statut de sciences des sciences de la gestion, question classique dans les sciences de l’humain et du social. Jurdant (1999) parle du « clivage […] épistémologique et institutionnel qui, depuis le début du XXe siècle, oppose les sciences de la nature aux sciences de l’homme ». En gestion, ce clivage est sûrement ressenti d’autant plus fortement que le domaine comprend des objets et des méthodes variés, certaines propres aux sciences de la nature, d’autres aux sciences de l’humain. Il fait même l’objet d’une littérature épistémologique spécifique, d’ailleurs abondante au Québec1.

17Presque omniprésente, la question du statut scientifique de nos travaux et la comparaison implicite, voire inconsciente avec les sciences de la nature, relève à nos yeux de l’anxiété et du complexe. Selon Busino (2003) :

[l]’assimilation implicite du monde social au monde physique et la foi dans le pouvoir explicatif des outils de la « reine des sciences » [la physique], nous ont fait transposer mécaniquement dans les sciences sociales tout ce qui avait produit quelques résultats dans les disciplines « dures ». Dans ce contexte, on nie, ou on oublie, que l’objet d’étude, l’organisation, est un construit humain et que les phénomènes sociaux que l’on y étudie relèvent de l’interprétation.

18Quels sont les critères idéaux de la scientificité qui sont discutés autour de nous et que, à certains égards, nous retenons pour nous-mêmes ? Le complexe de la discipline reine conduit à désirer la formalisation mathématique de l’observation, jugée d’autant plus précieuse qu’elle permettrait la mesure précise des phénomènes. De là, on franchit un pas supplémentaire en souhaitant des méthodes d’analyse quantitatives recourant à de larges échantillons. Ainsi, durant une entrevue d’embauche, la personne candidate présente une recherche doctorale avec un n de 2 000 observations, qui tire des murmures appréciateurs des recruteurs, membres de notre école de gestion. Dans nos propres recherches doctorales, nos n respectifs étaient de 16 et de 13. L’une de nous accompagne systématiquement ce dévoilement quasi honteux de la justification qu’il s’agissait d’entrevues accompagnant six mois d’observation participante, l’information clé étant six mois, longueur difficilement envisageable de nos jours.

19Le caractère suprême de scientificité est donc celui de la généralisabilité ou de l’universalité qui permet de s’assurer que l’on ne travaille pas uniquement sur un phénomène local, ancré, contextualisé. Les discussions sont parfois houleuses entre les chercheurs qui aspirent à des conclusions généralisables ou universelles et ceux qui retiennent des méthodes plus ancrées, inductives, interprétatives ou constructivistes ; parfois même, il n’y a pas de discussion, seulement le silence qui dit toute la considération respective dans laquelle se tiennent les collègues.

20Le problème, il est vrai, n’est pas exclusif à la gestion. On le retrouve aussi en sociologie. Selon Jurdant (1999), le « désir de science » est dicté par la peur du relativisme absolu et se traduit par l’impératif qu’il faut « qu’il n’y ait pas autant de sociologies que de sociologues ». L’appel à unifier des sous-champs des sciences de gestion apparaît d’ailleurs régulièrement dans les revues scientifiques. Par exemple, McKinley (2007) souhaite l’uniformisation des modes d’instrumentation en sciences de gestion comme c’est le cas (selon sa compréhension) dans les sciences de la nature. Marty (2013) commente la valeur des études qualitatives qu’on trouve dans toutes les sciences sociales dont celles de l’administration et note que :

[l]a recherche qualitative doit […] s’attacher avant toute chose aux formes de son expression en gardant constamment à l’esprit les caractéristiques fondamentales de la pensée scientifique reconnues par les communautés scientifiques déjà-là, c’est-à-dire celle des sciences exactes et expérimentales (Marty, 2013).

21Marty cite aussi l’affaire Sokal-Bricmont qui avaient réussi à publier un texte canular dans une revue en sciences humaines, montrant ainsi l’absence de scientificité hors des sciences exactes et de leurs méthodes.

22Le complexe de nombre de nos chercheurs en sciences de gestion fait donc miroir aux préjugés des scientifiques des sciences « dures » (Jurdant, 1999). Or, si ce complexe nous paraît relever d’une compréhension naïve des pratiques de recherche dans l’immense domaine des sciences dites exactes, il nous faut aussi reconnaître qu’il nous touche à un certain degré. Il nous arrive de nous étonner devant ce que publient des collègues en sciences de l’humain ou du social. C’est donc qu’inconsciemment nous avons intériorisé des canons de scientificité qui participent de ce désir de science.

23Les tensions engendrées de longue date par ce désir de science et que nous intériorisons sont exacerbées par le contexte économique contemporain difficile et la nécessité d’attirer plus d’étudiants.

Désir d’attraction

24Nombreux sont les étudiants qui veulent obtenir un diplôme en affaires ou en gestion. Les écoles de gestion sont souvent importantes par le nombre d’étudiants et capitales grâce aux revenus qu’elles génèrent. Ainsi, au Québec, en 2012 les diplômes décernés en sciences de gestion représentaient 30 % de l’ensemble des diplômes universitaires (MEESR, 2015 : 77). L‘apport financier de ces écoles pèse lourd maintenant que le financement public et les dons privés deviennent plus difficiles à obtenir.

25Sur des campus multidisciplinaires, l’afflux pécuniaire provenant des écoles de gestion permet un commensalisme qui alimente des programmes plus coûteux et moins profitables.

26Le développement d’une base de revenus constants devient donc crucial pour les écoles de gestion, ce qui passe par un taux d’inscription stable ou en croissance. La démographie des pays occidentaux ne permet plus de le faire localement et l’on ne peut donc plus se limiter aux bassins traditionnels de recrutement que constituaient les régions limitrophes.

27Il faut attirer des étudiants venant de loin. Or, la mobilité étudiante nationale et internationale est en forte hausse. Parmi les facteurs importants dans le choix fait par les étudiants figure la réputation nationale et internationale de l’école. La réputation devient donc un facteur stratégique. Elle est la clé de l’avantage concurrentiel d’une école qui, comme une entreprise privée, doit se démarquer de la concurrence. Pour cela, beaucoup d’écoles recourent à l’agrément par des organismes internationalement reconnus, agréments qui couvrent soit l’école et tous ses programmes, soit un programme précis.

28Trois organismes principaux coexistent dans le monde de la certification des écoles de gestion : l’Association to Advance Collegiate Schools of Business (AACSB); l’Association of Masters of Business Administration (AMBA); la European Foundation for Management Development (EFMD), qui délivre, entre autres, l’agrément EQUIS, agrément institutionnel des plus recherchés.

29Venant d’un établissement qui possède de tels agréments, nous pouvons attester que leur obtention exige de nombreuses heures de travail, le montage d’un dossier complexe et détaillé sur tous les aspects de l’école. Elle va aussi avec des visites de plusieurs jours par les arbitres de l’organisme d’agrément, ce qui met les membres de la direction en émoi, puisqu’au-delà du dossier monté la recommandation des arbitres est cruciale. L’agrément sert de sceau de qualité et est pris en compte dans les classements que la presse anglo-saxonne des affaires consacre aux meilleures écoles de gestion dans le monde2. Les écoles tirent une grande fierté de l’obtention d’agréments multiples. Selon MBAToday3, en 2015, seules 72 écoles de gestion sur environ 13 600 recensées par l’AACSB (Nelson, 2011) seraient simultanément récipiendaires des agréments AACSB, EQUIS, et AMBA (qui ne reconnaît que des programmes) et seules 36 sont agréées à la fois par l’AACSB et l’EQUIS.

30Nous sommes de ces 36 et la formulation « nous sommes » laisse à penser que même en n’adhérant que mollement à la course à l’agrément, nous ne sommes pas insensibles à la distinction, voire que nous y trouvons une légitimité qui rejaillit sur nous et nous permet d’annoncer avec quelque fierté à quelle école nous appartenons. C’est d’ailleurs l’explication que certains théoriciens des organisations donnent à cette quête de l’excellence visible :

Meyer et Rowan (1977) proposent l’idée que les structures, les règles et les procédures organisationnelles véhiculent un ensemble de croyances […] que les structures formelles ont des dimensions symboliques. L’adoption de règles et de procédures n’est pas toujours que rationnelle. Elle succombe souvent à l’attrait des « mythes rationalisés » véhiculés à leur endroit. Par exemple, en adoptant des pratiques de certification ou de participation à un réseau, c’est moins l’efficacité qui est visée que la recherche de légitimité vis-à-vis des acteurs externes. […] Ce constat est particulièrement vrai pour les organisations situées dans des environnements fortement institutionnalisés (p. ex., hôpitaux, universités), qui, en augmentant leur légitimité, augmentent du même coup les ressources dont elles ont besoin pour survivre (Rouleau, 2006 : 83-84).

31Cette « recherche de légitimité » qui accompagne le désir d’attraction se répercute sur la manière dont nous, les professeurs, pouvons exercer nos fonctions, et notamment publier.

L’hégémonie du chiffre

32Comme membres d’une école de gestion, nous vivons quotidiennement le fait que le besoin de se démarquer des écoles concurrentes grâce à des agréments tels que ceux décrits ci-dessus entraîne un resserrement du type d’activités et la quantification des contributions.

Contraction du type d’activités souhaitables

33En raison des agréments, les professeurs et autres enseignants doivent maintenir un niveau permanent d’excellence pour permettre à l’institution d’obtenir et de renouveler l’agrément périodiquement. Par exemple, l’AACSB exige que les professeurs-chercheurs soient académiquement qualifiés (AQ) et les autres enseignants professionnellement qualifiés (PQ). Pour être AQ, en plus d’être détenteurs d’un Ph. D., nous devons nous livrer à des activités dites de développement, consistant en des contributions intellectuelles « de haute qualité » (AACSB, 2013, Standard 2). Il revient à l’école de décider de quelle manière cela se traduit concrètement.

34Pour démontrer la qualité des productions de l’école, le plus facile est de la mesurer à l’aune de normes internationalement reconnues, notamment en insistant sur la publication d’articles dans des revues scientifiques avec comité et en adoptant les classements internationaux de revues établis par des organismes tels que le CNRS4, l’Australian Business Dean Council (ABDC)5 ou le Financial Times (FT).

35Le contour précis que prend le publish or perish dans les écoles agréées dicte maintenant à chacun de nous de publier surtout des articles dans les revues les mieux classées possible. Ce faisant, on nie la valeur scientifique des revues ayant échappé à ces classements et celle des autres formes de production de savoirs, tels les actes des colloques, les chapitres ou les livres.

  • 6 Voir notamment DiMaggio et Powell (1983).

36Or, toutes les écoles qui reçoivent ces agréments ou apparaissent dans les classements réputés atteignent ces objectifs de performance en recherche et en publication avec pour résultat ce que les théoriciens des organisations nomment une tendance à l’isomorphisme6, c’est-à-dire à l’adoption de mêmes formes, que ce soient des structures, des procédures, des règles ou des normes semblables. Une fois réputées, classées ou agréées, il reste donc encore à nos écoles à se démarquer des autres, en particulier de celles qui sont proches géographiquement. Par conséquent, la pression interne est forte pour continuer à viser toujours plus haut. L’ironie de la situation est que ce besoin initial de se démarquer conduit au besoin constant de faire encore davantage tout en tendant vers l’uniformité.

37Non seulement l’objectif qui nous est fixé est-il toujours plus d’articles dans des revues toujours mieux classées, mais il s’assortit de règles qui l’institutionnalisent. Ainsi, dans certaines unités de notre école, on attribue un pointage à nos publications en fonction de la nature de la publication et, pour un article, du classement de la revue dans laquelle il paraît. Cette pratique est courante dans les écoles de gestion réputées. Les revues sont classées en fonction d’une cote locale (A, B, C ou D) et de leur taux de citation qui est un index proposé par des entreprises comme Thomson. Certaines revues deviennent alors le Graal de plusieurs chercheurs. Qui ne rêve de ce que nous appelons familièrement une A, sans parler d’une FT ?

38Le bénéfice accordé aux articles scientifiques fait que même un article placé dans une revue "B" peut rapporter davantage qu’un livre entier et qu’un écrit vaut toujours mieux qu’une communication orale. Certaines contributions ne sont pas reconnues dans le pointage, car elles ne permettraient pas d’atteindre les objectifs de réputation et de scientificité : exit donc un travail qui n’est pas évalué par les pairs, qui est de portée locale ou qui ne figure pas dans les listes de classement utilisées par l’école. La rivalité s’étend jusqu’aux revues publiées par les écoles elles-mêmes. C’est ainsi que la revue publiée par une de nos écoles concurrentes y est bien cotée alors qu’elle est mal considérée dans nos unités.

39Se dessine donc ici une première forme d’enclosure qui dérive de l’élitisme dans la publication. Cet élitisme ne se traduit pas par « ta contribution à la théorie X dans ton chapitre du livre édité par Y et Z est remarquable » mais plutôt par « bravo pour ta FT ».

40Nous ne pourrions aller jusqu’à dire que le contenu de la publication compte peu désormais, mais il faut bien admettre qu’il y a au minimum une forme d’externalisation du jugement de la valeur sur le fond des publications. Ce jugement est délégué aux arbitres des revues, dont c’est bien entendu le travail. Notre admiration pour une FT traduit notre confiance dans le système et notre conviction que l’article est très fort. L’évaluation de la contribution d’un chercheur aux communautés dans lesquelles il s’inscrit (communauté de chercheurs de sa discipline, des disciplines connexes, communauté de praticiens, etc.) devient assujettie à son apport au renforcement de la réputation de son école.

41Le désir d’attraction, stress véritable vécu par les responsables des écoles de gestion, réduit le spectre des activités dans lesquelles il est souhaitable de voir les chercheurs s’engager. En prenant un sens aussi détaillé et restreint, le publish or perish instaure un contrôle sur des activités académiques qui, sans cela, prendraient des formats variés jugés difficiles à évaluer quant à leur légitimité, à leur pertinence et surtout à leur répercussion sur la réputation de l’école. La peur du relativisme resurgit maintenant sous la forme précise de l’encadrement des pratiques de publication, ce qui limite les formes de savoirs produits aux contenus les plus « vendeurs », ainsi que les cibles de tels savoirs à un public susceptible de « l’acheter ».

42Ainsi, dans les facultés des sciences de gestion, tout comme dans d’autres facultés de plus en plus « occupées » par l’entreprise privée, comme pharmacie ou médecine par exemple, le savoir perd son statut de « commun ». Son accès devient plus restreint, privé, cerné d’une enclosure. En effet, les revues dans lesquelles il est souhaitable de publier sont la propriété de grandes maisons d’édition qui contrôlent la circulation des savoirs produits de plusieurs façons. Elles peuvent d’abord concentrer les moyens de circulation de ces savoirs. Ainsi la compagnie Sage détient 900 titres de revues scientifiques en catalogue; Thomson, qui calcule et publie l’indice d’impact des journaux scientifiques, a acquis et fusionné avec le groupe Reuters et forme un géant dans les médias scientifiques. Elles peuvent ensuite mettre l’embargo sur l’accès aux publications, par exemple par le retrait rétroactif de tous les articles d’une revue incluse dans une banque de données. Enfin, certaines peuvent interdire la diffusion libre des publications par les auteurs eux-mêmes. Les droits d’auteur n’appartiennent d’ailleurs pas aux chercheurs qui écrivent les articles mais aux maisons d’édition qui les publient.

L'hégémonie du chiffre : la quantification de la contribution

43Nous serons d’autant plus reconnues dans notre école que nous contribuerons à sa réputation. Cette contribution est mesurée par la formule suivante :

C= (Xj.j)+A

44Où « C » est la mesure de la contribution, « Xj » le nombre d’articles scientifiques publiés dans les revues cotées « j », « j » la valeur de la cote pour les revues cotées « j », et « A » la somme des autres contributions.

45La valeur de notre contribution est donc ramenée à un nombre auquel s’ajoutent d’autres nombres tels que le nombre de dollars obtenus en subventions de recherche ou le nombre d’étudiants encadrés aux cycles supérieurs. Plusieurs écoles utilisent le résultat pour l’attribution des promotions, comme l’agrégation et la titularisation, ou pour ajuster la rémunération avec des primes de marché ou un salaire entièrement personnalisé dans les écoles sans convention collective (surtout aux États-Unis). Il est aussi possible d’attribuer des récompenses financières comme des fonds de fonctionnement ou de recherche supplémentaires en fonction du nombre de points obtenus. Notre valeur est mesurée par un nombre et récompensée par un nombre. On peut parler ici de l'hégémonie du chiffre au détriment du sens.

Une logique d’accès restreint

46En reconsidérant l’équation de la contribution ci-dessus, on voit que nous devons viser le maximum de publications, c’est-à-dire d’articles scientifiques dans des revues bien cotées. Deux pratiques de recherche découlent de cet impératif : on étudie ce qui est publiable et on fragmente le travail en un maximum de publications.

N’étudier que le hautement publiable

47Comment optimiser notre ∑Xj.j ? Le plus efficient consiste à penser à la publication dès les débuts de la recherche. Dans la chasse aux FT, aux A ou aux B, le plus astucieux est de se mettre au plus tôt en quête du sujet et du design qui auront toutes les chances d’être publiés plutôt que de choisir un sujet qui nous motive pour sa profondeur et d’espérer être capables d’en tirer un ou plusieurs manuscrits gagnants.

48De ce fait, comme nos collègues, nous sommes portées à respecter certaines normes de publication, qui connaissent heureusement des exceptions, mais dont nous allons voir qu’elles ont un effet sur la libre circulation des savoirs produits.

491. La publication doit se faire en anglais, langue des revues internationalement les mieux cotées. Les revues locales ou dans la langue locale ont un facteur d’impact inférieur et ne peuvent se mesurer aux publications des compagnies privées multinationales. Quand il s’agit de maximiser le j dans l’équation de la contribution du chercheur, l’anglais devient un passage obligé. Cela grève les ressources disponibles pour les chercheurs puisque ceux dont la langue maternelle n’est pas l’anglais doivent payer des traducteurs professionnels à moins de pouvoir collaborer avec des collègues anglophones.

50Les revues non anglophones sont sous-représentées dans les classements internationaux de revues et d’articles. Larivière et Macaluso (2011) ont étudié l’effet de prendre en compte d’autres langues que l’anglais sur l’impact des publications. L’effet est faible si l’on considère l’ensemble des disciplines, notamment dans les universités anglophones. Mais en se limitant aux sciences humaines et sociales hors monde anglophone, ils notent une augmentation d’environ un tiers pour les chercheurs francophones. Donc la combinaison de la quête du meilleur indice d’impact et de la faveur accordée aux revues anglophones limite la publication et la circulation de savoirs dans toute autre langue. Non seulement les savoirs produits sont inaccessibles à ceux qui ne maîtrisent pas l’anglais, ce qui constitue une enclosure, mais encore les savoirs en d’autres langues que l’anglais sont progressivement asphyxiés. En sus des barrières à leur circulation, ils sont en danger.

512. Il nous faut privilégier les designs de recherche et les sujets qui facilitent la publication. D’une part, un design hypothético-déductif assorti d’une méthode quantitative ou mixte est un choix raisonnable car il est le plus fréquent dans les publications. Ce design est normal au sens statistique du terme, c’est-à-dire qu’il correspond à l’observation la plus fréquente.

52D’autre part, même si les sujets retenus par les revues très cotées sont variés, certains sujets sont pourtant moins porteurs pour la publication. Une étude de Pilkington et Lawton (2014) confirme ce que beaucoup de chercheurs en gestion savent implicitement. Les publications anglophones nord-américaines semblent centrées sur l’amélioration des pratiques de gestion. Hors Amérique du Nord, les revues anglophones sont plus ouvertes aux études sur le sens et sur les relations sociales intra et inter organisationnelles. Or, nombre des revues les plus cotées en sciences de gestion sont nord-américaines. On peut donc lire moins d’études qualitatives que quantitatives en sciences de gestion ou encore moins d’articles théoriques que d’études empiriques. Le phénomène est plus marqué dans les publications en anglais que dans une autre langue et se vérifie plus souvent pour les revues nord-américaines que hors Amérique du Nord (Pilkington et Lawton, 2014).

53La faveur pour les méthodes quantitatives signifie aussi que l’accent est mis explicitement sur la collecte de grands nombres de données, notamment pour faciliter la généralisation des résultats. Il en découle trois conséquences sur les savoirs produits et circulants en sciences de gestion. Premièrement, non seulement les méthodes mais aussi les sujets très contextualisés, donc portant sur un phénomène local, sont moins prisés, sauf à révéler une anomalie notable à un phénomène général. Il est plus difficile de placer, dans une revue à fort indice d’impact, un article basé sur une étude au design interprétatif et très contextualisé dont la rigueur est peut-être plus difficile à certifier. Deuxièmement, nous devons inclure dans ce qui précède les questions culturelles. Si un phénomène est local au sens de culturel, il n’est donc pas porteur de généralisabilité et moins utile à la maximisation de notre contribution. La concentration des savoirs dans des publications anglophones nord-américaines ne laisse d’ailleurs pas de place aux exceptions culturelles. Troisièmement, alors que les méthodes quantitatives couvrent un vaste éventail, Lockett, et al. (2014) constatent que certains designs de recherche y sont prépondérants, quel que soit le phénomène étudié, minant ainsi l’adéquation design-objet d’étude. Pour eux, le recours quasi absolu au test de signification de l’hypothèse nulle reflète une culture de recherche dans laquelle les chercheurs privilégient le design par rapport au phénomène étudié. C’est exactement ce que nous observons et que l’une d’entre nous a d’ailleurs choisi dans une recherche en cours. Et la question qui se pose porte alors sur la validité des savoirs ainsi produits.

54Une nouvelle fois, nous constatons que certains savoirs ne peuvent circuler que difficilement en raison des obstacles à leur publication, mais qu’ils ont aussi tendance à être produits en moins grande quantité puisque leur valeur pour les chercheurs diminue – ils sont moins utiles à nos carrières.

553. Est également très difficile à publier la réplication d’une étude précédente afin d’en vérifier plusieurs aspects. Comme l’une d’entre nous s’intéressait à la possibilité de publier une telle réplication, elle en a discuté avec l’éditeur d’une revue. Il a rejeté l’idée et l’a justifié par la nécessité d’éviter les doublons et par l’évolution des méthodes statistiques qui rendent difficile la comparaison de telles réplications après quelques années. La règle semble appliquée à de très nombreuses revues classées, tant le taux de réplication d’études publiées est faible. Le problème émerge d’ailleurs dans d’autres disciplines où prévaut une forme d’hégémonie du chiffre telle que nous la décrivons ici.

56Le paradoxe est le suivant : pour répondre à son désir de science, un ensemble de chercheurs favorise la généralisabilité comme seul facteur de scientificité et néglige la reproductibilité. De nouveau, la question surgit de savoir ce que valent les savoirs disponibles s’ils ne peuvent être validés par réplication à moins que celle-ci s’écarte suffisamment de la recherche initiale pour pouvoir être considérée comme une nouvelle étude. Un autre principe qui pourrait être appliqué aux savoirs, en tant que communs, est celui de la diffusion de savoirs connotés dont on peut cadrer les limites, compte tenu des interprétations historiques et sociales possibles.

Maximiser le ratio publications/étude

57Pour maximiser nos ∑Xj.j respectifs, nous devons être attentives à ne pas livrer toute l’information relative à notre étude en une seule publication mais en tirer plusieurs articles. C’est le cas pour les chercheurs comme pour les doctorants. Nos deux thèses étaient des monographies dont nous avons tenté de tirer une ou plusieurs publications après coup. Aujourd’hui, les doctorants font des thèses issues généralement de trois articles, qui doivent être acceptés par des revues classées avant le dépôt de la thèse. La pratique vise à renforcer le curriculum vitae des étudiants en vue de leur première embauche. Ils ont en terminant leur doctorat ce que nous, professeures, avons dû fournir pour obtenir notre agrégation.

58Pour les doctorants, les trois articles correspondent à la structure en trois parties d’une thèse classique : cadre conceptuel, méthode, résultats. En revanche, pour les chercheurs en poste, la pratique de multiplication des articles résulte en une division des savoirs qui engendre à son tour la diminution moyenne de leur teneur.

59Les articles publiés dans les revues cotées innovent dorénavant à la marge par rapport aux articles déjà parus. De cette façon, nous minimisons les risques de rejet en divisant notre originalité par le nombre d’articles tirés d’une même étude, espérant rendre notre message moins nouveau et plus digestible. Bien entendu, cette digestibilité ne s’entend qu’indirectement par rapport à une communauté d’utilisateurs. Elle vise d’abord les éditeurs et les arbitres qui détiennent les clés de la publication, donc de la circulation des savoirs que nous produisons.

60Tous les éléments que nous avons cités dans cette section constituent les normes informelles de la publication dans le domaine des sciences de gestion. Nous en tirons quatre constats : des barrières à la circulation des savoirs s’élèvent, certaines formes de savoirs disparaissent, les savoirs qui continuent d’être produits se dissolvent dans le nombre des articles, lesquels paraissent dans des revues aux mains de quelques multinationales. Alors quels savoirs pouvons-nous dire que nous produisons et pour qui ?

Quels savoirs et pour qui

61Pour qui publions-nous vraiment ? En sciences de gestion, nous pouvons avoir deux publics cibles, les chercheurs et les praticiens.

62Sans prétendre que les chercheurs ne lisent pas les travaux des autres, il est pourtant clair que nous lisons d’autres travaux surtout pour recenser les écrits en vue de la production d’un nouvel article ou de sa mise à jour. Et encore pouvons-nous attester que c’est une tâche qui se délègue très bien à un assistant de recherche. Concrètement, les savoirs produits dans les écoles de gestion servent surtout à l’accroissement de la réputation des chercheurs de ces mêmes écoles, non par l’accumulation de ces savoirs, mais par le cumul individuel du nombre des publications.

63Le système fonctionne en boucles de rétroaction positive. Tout accroissement de la réputation d’un chercheur accroît celle des journaux dans lesquels il publie, et réciproquement. Une relation identique lie la réputation d’un chercheur et celle de son école. Tout est affaire de réputation chiffrée que chaque acteur du système doit maximiser pour lui-même, s’appropriant une quantité de réputation et grimpant sur celle des autres pour hausser la sienne. Générosité et partage gratuit ne sont pas de mise : on thésaurise.

64Ce phénomène s’apparente à la notion aristotélicienne de chrématistique définie comme l’accumulation des richesses ; le mot vient du grec chrêma qui désigne toute chose que l’on peut utiliser, qui est utile et, notamment, l’argent. Il existe une première sorte de chrématistique, nécessaire et naturelle puisqu’elle permet de mieux gérer sa maison et la Cité. Une autre forme, au contraire, est méprisable car elle consiste à accumuler les richesses pour elles-mêmes, donc comme fin et non plus comme moyen. C’est généralement dans ce sens péjoratif que le terme est employé. Aristote la dénonce comme étant contraire à la nature et à la gestion responsable de la Cité, et donc non vertueuse. Il écrit : « C’est une étrange richesse que celle dont le possesseur, quelque grande qu’elle soit, mourra de faim » (Aristote, 1881 : 22).

65Appliquée à la production de savoirs plutôt qu’à l’argent, l’image demeure aussi saisissante. Le chercheur et sa réputation forment l’avenue sans issue au fond de laquelle stagnent les savoirs produits.

66La communauté des chercheurs des écoles de gestion – autant que celle des praticiens dans les organisations – sont de moins en moins bien servies par les savoirs produits.

67Pour les premiers, les chercheurs, la pertinence des savoirs se mesure comme on vient de le voir par la possibilité d’accroissement du taux de citation. Encore ont-ils accès aux savoirs contenus dans les publications, du moins tant qu’ils sont membres d’écoles ayant les moyens financiers de payer ces accès. Ayant toutes deux exercé auparavant dans d’autres écoles, nous avons été confrontées à des situations où nous ne pouvions pas toujours accéder aux écrits dont nous avions besoin. Et même lorsque ces accès sont payés, comme chercheurs, nous ne pouvons rien face au retrait unilatéral et rétroactif qu’une maison d’édition peut parfois faire de ses publications dans les bases de données. Pour les chercheurs, l’accès est donc payant, onéreux et non garanti.

68Pour les seconds, les praticiens, le problème de l’accès se complique. Les savoirs produits sont publiés dans des revues qui ne leur sont pas destinées. Dans notre école, les revues pour les praticiens ne sont pas cotées ; le fruit de notre travail ne leur est donc pas destiné. Ceux qui voudraient néanmoins vraiment accéder à ces savoirs se heurteraient à un triple problème. Tout d’abord, il leur faut savoir où chercher l’information. Nos étudiants, futurs praticiens, ne sont pas formés à chercher et à accéder aux savoirs scientifiques. Ensuite, il leur faut avoir les moyens financiers de se les procurer. Étant donné la cherté des accès, les petites et moyennes organisations sont exclues. Enfin, il leur faut en comprendre le contenu. Ces savoirs ne sont pas formulés dans des termes que la formation des praticiens les a préparés à lire et ne se présentent pas non plus sous une forme immédiatement assimilable à qui veut les mettre en pratique.

Conclusion

69Le dialogue réflexif que nous entretenons depuis plusieurs années sur nos pratiques de publication nous a permis de dresser les constats que nous avons mentionnés ci-dessus. Bien sûr, il nous sert aussi à exprimer nos prises de position d’une façon politiquement non neutre face à ces constats. L’érection de barrières à l’accès, l’atrophie de certaines formes de savoirs – ceux que nous souhaitons pouvoir produire –, l’absurdité de voir les praticiens être étudiés sans pour autant qu’on se soucie de leur retourner les savoirs produits pour améliorer de façon effective les pratiques ne nous laissent pas indifférentes. Cependant, après des années de carrière, nous savons qu’il est plus facile d’énoncer notre frustration que de trouver une solution effective. L’aurions-nous d’ailleurs seulement envisagé avant d’obtenir notre permanence et notre agrégation ? Nous sommes convaincues qu’il y a des moments dans la carrière d’une professeure d’école de gestion réputée où il vaut mieux épouser le système que tenter de le réformer.

70En fait, d’autres possibilités à la mainmise des maisons d’édition existent déjà. Par exemple, des revues scientifiques proposent l’accès libre à leurs articles. Les journaux en accès libre offrent ce qu’il est désormais convenu d’appeler la voie dorée. Mais c’est un doré qui est peu attirant pour nous : à nous deux, nous ne connaissons qu’une poignée de revues dans lesquelles nous pourrions tenter de placer nos travaux, seulement une poignée et, qui plus est, ces revues sont mal cotées ou pas cotées du tout. Les grandes maisons d’édition se mettent progressivement à l’accès libre. Sage, par exemple, a créé Sage Open, journal en accès libre. L’une de nous a remarqué : « ce n’est pas vraiment une revue. Le nom ne dit rien et ils publient pêle-mêle des articles sur tous les sujets en sciences de l’humain et du social ». Sommes-nous indécrottables ? Pas tant que cela, car comme l’ont constaté Piron et Lasou (2015),

les dimensions techniques de la publication scientifique sont bien moins importants que la réputation et le prestige des revues, notamment leur facteur d’impact ou classement. […] Le libre accès n’est pas du tout un critère significatif pour le choix d’une revue (2015 : 33-35).

71Or, aucun des répondants au sondage effectué par Piron et Lasou ne venait du domaine des sciences de gestion. La marche à franchir nous paraît encore très haute pour aller vers les publications en accès libre.

72La voie dite verte semble certainement plus prometteuse pour des chercheurs dont les préoccupations tournent autour du prestige que les noms de revue font rejaillir sur les savoirs qu’ils produisent. Par « voie verte », on entend la possibilité pour les auteurs qui ont réussi à faire paraître un article dans une revue avec comité de rendre cet article accessible à tous en le plaçant dans un site de dépôt. Piron et Lasou (2015) constatent le manque d’information des chercheurs sur le fait que la majorité des revues à accès fermé permettent en fait l’autoarchivage par les auteurs. Nous-mêmes étions peu au fait de cette possibilité et c’est une des découvertes importantes que nous a permis l’écriture de cet article. La voie verte permet aux chercheurs dans une situation semblable à la nôtre de concilier la quête de prestige de la publication dans des journaux fortement cotés avec la diffusion beaucoup plus large des savoirs que nous produisons. Est-ce pour autant une véritable solution aux problèmes d’accès que nous avons décrits dans les sections précédentes ?

73En fait, au vu de ce que nous constatons et dont nous avons fait part ici, les solutions énoncées ci-dessus ne constituent que des solutions techniques et ont peu de chances de succès si elles ne s’accompagnent pas d’un changement culturel au sein des écoles de gestion. En effet, qu’il s’agisse de la voie verte ou de la voie dorée, plusieurs des problèmes que nous avons évoqués vont demeurer. Ainsi, les formes de contribution que ces deux voies permettent sont encore des articles scientifiques et aucune des deux ne favorise la valorisation d’autres formes de contribution. Ensuite, elles ne portent que sur l’accès aux savoirs publiés mais pas du tout sur la nature de ces savoirs. Par conséquent, il n’est pas sûr que, dorée ou verte, les voies de l’accès libre redonnent une place légitime aux sujets et designs de recherche dont nous avons expliqué plus haut qu’ils s’étiolaient. Rien non plus ne semble appelé à changer en ce qui concerne la langue de diffusion de ces savoirs.

74Il nous semble donc que l’accès libre n’est pas la panacée aux enclosures qui empêchent la constitution en communs de la connaissance des savoirs scientifiques en sciences de gestion. Quels que soient les dispositifs techniques envisageables, la solution doit passer par la transformation des mentalités des chercheurs en sciences de gestion. Mais il y a tant de règles institutionnalisées et intériorisées à défaire que la route semble être longue et que la voie, pour les années de carrière qui nous restent, ressemblera davantage à celle de la résistance qu’au défilé victorieux des avocats des communs.

Dialogue :
A : Tu réalises qu’
Éthique publique n’est pas une revue classée chez nous ?
MF : Ah ! Ça veut dire qu’il va falloir qu’on entame le processus pour la faire classer.
A : Une telle m’a dit que ça lui avait pris quinze heures de travail pour faire classer la revue de son dernier papier.
MF : Et bien sûr, sans garantie que ce soit accepté !

Haut de page

Bibliographie

Aristote (1881), La politique. Traduction française de Thurot, Paris, Garnier frères. En ligne à http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k56523593/, consulté le 25 août 2015.

Busino, Giovanni (2003), « La preuve dans les sciences sociales », Revue européenne des sciences sociales, vol. XLI, no 128, p. 11-61.

Giddens, Anthony (1984), The Constitution of Society, Berkeley, University of California Press.

Hatchuel, Armand (2005), « Towards an epistemology of collective action: management research as a responsive and actionable discipline », European Management Review, vol. 2, no 1, p. 36-47.

Jurdant, Baudoin (1999), « Le désir de scientificité », Alliage, nos 41-42.

Larivière, Vincent et Benoit Macaluso (2011), « Improving the coverage of social science and humanities researchers' output: The case of the Érudit journal platform », Journal of the American Society for Information Science and Technology, vol. 62, no 12, p. 2437-2442.

Lebrun, Catherine et Richard Déry (2009), « Dialectique de la liberté en sciences de gestion : contrainte et habilitation par la technique », Management international, vol. 13, no 3, p. 17-28.

Le Crosnier, Hervé et al. (2011), « Vers les communs de la connaissance” », Documentaliste-Sciences de l'Information, 2011/3, vol. 48, p. 48-59.

Lockett, Andy, Abagail McWilliams et David D. Van Fleet (2014), « Reordering Our Priorities by Putting Phenomena before Design: Escaping the Straitjacket of Null Hypothesis Significance Testing », British Journal of Management, vol. 25, no 4, p. 863-873.

Marty, Robert (2013), « La question de la scientificité en recherche qualitative », Recherches qualitatives, Hors-série 15.

McKinley, William (2007), « Managing Knowledge in Organization Studies Through Instrumentation », Organization, vol. 14, no 1, p. 123-146.

Ministère de l’Éducation, de l’enseignement supérieur et de la Recherche (MEESR) (2015), Statistiques de l’enseignement supérieur, édition 2014.

Meyer, John et Brian Rowan (1977), « Institutionalized Organizations: Formal Structure as Myths and Ceremony », American Journal of Sociology, vol. 83, no 2, p. 340-363.

Nelson, R. Colin (2011), The Global Spread of Business School Accreditation, Blog de l’AACSB (Association to Advance Collegiate Schools of Business), 31 août. En ligne à http://aacsbblogs.typepad.com/dataandresearch/2011/08/the-global-spread-of-business-school-accreditation.html, consulté le 25 août 2015.

Ostrom, Elinor (2010), La gouvernance des biens communs : Pour une nouvelle approche des ressources naturelles, Bruxelles, éditions de Boeck.

Pilkington, Alan et Thomas C. Lawton (2014), « Divided by a Common Language? Transnational Insights into Epistemological and Methodological Approaches to Strategic Management Research in English-Speaking Countries », Long-Range Planning, vol. 47, no 5, p. 299-311.

Rouleau, Linda (2007), Théories des organisations, Québec, Presses de l’Université du Québec.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment les écrits de Richard Déry au Québec, par exemple Lebrun et Déry (2009); et en anglais voir par exemple Hatchuel (2005).

2 C’est le cas de The Economist ou du Financial Times.

3 Source : http://www.mba.today/guide/triple-accreditation-business-schools, consulté le 25 août 2015.

4 Voir https://www.gate.cnrs.fr/spip.php?article889.

5 Voir http://www.abdc.edu.au/pages/abdc-journal-quality-list-2013.html

6 Voir notamment DiMaggio et Powell (1983).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-France Lebouc et Anne Chartier , « Sciences de gestion : comment la quête d’excellence freine la libre circulation des savoirs », Éthique publique [En ligne], vol. 17, n° 2 | 2015, mis en ligne le 07 novembre 2016, consulté le 28 mars 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/2248 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.2248

Haut de page

Auteurs

Marie-France Lebouc

Marie-France Lebouc, Ph. D., est professeure agrégée au Département de management de l’Université Laval. Ses intérêts de recherche portent sur l’éthique de la gestion, ainsi que sur l’éthique du développement Nord-Sud.

Anne Chartier

Anne Chartier, Ph. D., est professeure agrégée au Département des systèmes d’information organisationnels à l’Université Laval. Ses intérêts de recherche portent sur les enjeux éthiques liés au développement, à l’implantation et à l’utilisation des systèmes d’information tant dans les organisations que dans la société.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org