Navigation – Plan du site
Zone libre

Imaginaire pornographique et morale sexuelle. Une analyse du cas français

Jean Constance

Résumés

La pornographie serait-elle l’objet d’un malentendu ? Alors qu’elle s’offre une santé particulièrement réjouissante au regard du commerce mondial, il semblerait que les jugements portés sur elle ne parviennent jamais à toucher leur but. C’est que la pornographie brouille cette aptitude à dessiner clairement les limites que l’on souhaiterait repérer entre réel et imaginaire. La condamnation de cette imagerie sous l’étiquette « obscène » révèle ainsi l’incapacité à juger de la place véritable des représentations de la sexualité dans notre société, mais aussi et surtout, elle révèle la difficulté à identifier le réel lui-même, et signe un dialogue de sourds sur le sens que l’on pourrait donner aux choses représentées en général. C’est sans doute qu’il y a méprise sur l’objet même de la représentation. C’est aussi que l’analyse qui ressort de ce phénomène ne parvient que rarement à sortir d’un aveuglement subtilement construit par les appartenances culturelles et les intérêts idéologiques. Effaçant les frontières a priori certaines entre imaginaire et réel, l’image pornographique donnerait au jugement une portée incapable de s’ancrer dans l’un où l’autre monde.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 A. Rey, Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Dictionnaires le Robert, 1993.

1Si l’on se réfère à la classique définition du dictionnaire, la pornographie serait une « représentation (par écrits, dessins, peintures, photos [ou films]) de choses obscènes destinées à être communiquées au public », le mot obscène supposant fréquemment une intolérable transgression lors du versement de ces représentations dans le public. Il faut donc interroger le terme « obscène », fréquemment utilisé sans être véritablement défini, et qui recouvre une sorte d’évidence vague par rapport à laquelle il convient d’admettre une négativité de la chose ainsi qualifiée. Contrairement à ce qui est fréquemment avancé, l’étymologie du mot ne permet pas une décomposition entre ob (devant) et scenae (scène), mais l’acception qui en découle n’est pas totalement éloignée de cette signification. L’obscène désigne précisément, tel un « oiseau de mauvais augure », quelque chose d’assez « hideux » pour mériter d’être caché1, une chose dont l’actualisation signe un déplacement du refoulé et de l’interdit dans l’univers du dit et du visible. Le fait de taxer de ce terme certaines choses « dérangeantes » permet donc leur évacuation dans la sphère des objets immoraux, tout en se passant d’expliciter la pertinence de la censure. Ainsi qualifiée, la pornographie désignerait toutes sortes de choses que la « décence » exigerait de ne pas montrer, de ne pas dire ou de ne pas faire publiquement et ne renverrait pas spécifiquement à l’idée généralement entendue d’une représentation explicite de rapports sexuels.

2Prenons pour exemple le film Crash de Cronenberg, qui, dès son passage au festival de Cannes, en 1996, fut taxé de « pornographie ». Cette accusation ne visait en rien des images explicitement sexuelles, puisque les scènes érotiques ne dévoilaient rien de plus que ce que tout autre film montre quotidiennement au cinéma. Le problème qui se posait cependant était la mise à mal du culte de l’automobile. Alors que l’automobiliste tente de se dégager des véritables aspirations qui l’attirent vers la voiture, alors que l’industrie automobile donne à sa marchandise un habillage esthétisant, Cronenberg met au jour ce qui se trame quotidiennement sur les routes de nos pays dits « développés » : en fait de culte voué à l’automobile, c’est un culte à la mort violente qui s’exécute au quotidien dans nos villes et sur les grands axes autoroutiers. Là où nous affichons la prudence et le respect des codes, s’affirme en fait un désir de transgression des lois et de jeu pulsionnel avec la mort. Dans Crash, le danger est pleinement conscient, la vitesse excessivement planifiée, l’accident s’organise. Une telle représentation a immédiatement éveillé l’horreur (feinte ou réelle) d’un public forcément concerné : la normalisation de la conduite fait ici place à la recherche du pire, à une fascination du mal, à une sexualisation de la tragédie mortifère qui orne nos « voies de communication ». Le risque n’est plus l’option d’une personne inconsciente et marginale, il est l’objet d’une recherche effrénée, camouflée par les préceptes moraux et sécuritaires d’une « bonne » conduite collective totalement banalisée.

3Même accusation pour le film Secret Honor de Robert Altman qui dut prendre à sa charge l’étiquette de « pornographie politique ». Cette fois, aucune image à caractère sexuel : l’acteur (Philip-Baker Hall) y joue, totalement seul, le rôle du président Nixon lors de sa démission en 1974. Une satire fortement insupportable puisqu’elle montre, durant une heure trente, le délire d’un homme enfermé dans son bureau en compagnie… d’un magnétophone. On se demande dès lors dans quelle mesure cette élucubration ne rejoint pas celle d’un réalisateur un peu délirant, tant le personnage s’exhibe dans un monologue quasi masturbatoire, c’est-à-dire blasphématoire eu égard à son statut d’homme « le plus puissant du monde ». Tout comme dans Crash, le qualificatif « pornographique » vient accuser une intolérable interprétation de la réalité.

  • 2 Entretien accordé au journal Libération, 17 juillet 1996, à l’occasion de la sortie de Crash. Voir (...)

4Cette acception du mot « pornographie » est donc très large et tend à se confondre sans trop de nuance avec le terme « obscène ». David Cronenberg déplore lui-même ces accusations un peu hasardeuses qui vident de leur sens le mot lui même : « En tant que scénariste, j’aime la précision des mots. Ça m’ennuie de voir à quel point ce mot [pornographie] est galvaudé et que le mot en perd de sa signification originelle pour ne plus désigner que quelque chose de mal. Littéralement et si on part de l’origine grecque, pornographie signifie peindre ou écrire à propos des prostituées, et c’était destiné à stimuler les sens à la manière d’un aphrodisiaque, et seulement ça. Et pour moi ça ne signifie rien d’autre, la pornographie est un genre2

  • 3 C.-J. Bertrand et A. Baron-Carvais, Introduction à la pornographie. Panorama critique, Paris, La Mu (...)
  • 4 Aujourd’hui, les filles qui tournent des films pornographiques insistent sur le fait qu’elles ne so (...)

5Il serait donc sans doute préférable de restreindre ici cette définition à une idée plus précise. Bien que simple dans sa formulation, admettons que « la pornographie, c’est toute représentation qui recherche, ou possède, un effet fortement aphrodisiaque3 ». Car il est vrai que les représentations pornographiques, ayant longtemps mis en scène des prostituées (pornê)4, ont presque toujours pour effet d’exciter celui ou celle qui les regarde, les lit ou les entend.

6Ainsi sommes-nous un peu plus au clair avec les approches étymologiques. Reste que, après qu’on a essayé quelques distinctions lexicales, cette charge morale dont on accrédite la pornographie ne cesse de dévaluer ce sens originel qui reste pourtant assez simple et précis. Ce que Cronenberg refuse logiquement d’admettre dans sa définition ne peut cependant être catégoriquement négligé ici, puisque c’est justement cette charge négative qui fait de la pornographie un objet de conflit social ou de discorde politique.

  • 5 La sphère de l’imaginaire reste cependant une zone sensible dans laquelle peuvent s’exprimer une so (...)

7Le problème est que l’appréciation que l’on donne à la pornographie varie sensiblement selon les lieux et les moments. Il en va ainsi d’un individu à un autre, d’un groupe culturel à un autre, d’une société à une autre, et cela varie également dans le temps, c’est-à-dire dans la vie d’une personne comme dans l’histoire d’une culture. Ce mouvement perpétuel et parfois inattendu qui trace les limites de ce qu’il est permis ou non de montrer fait de la pornographie un lieu assez flou où se cristallisent inévitablement des conflits d’intérêts visant à faire prendre l’avantage à une vision du monde plutôt qu’à une autre. L’enjeu que représente le sexe n’est pas nouveau, et l’on sait à quel point il est ce par quoi tout une société vise à réguler l’ensemble de ses activités, risquant, si elle ne gère pas comme il se doit cet objet pulsionnel, de faire face aux désordres les plus intenses. L’anthropologie et la psychanalyse illustrent assez bien ce phénomène en décrivant par exemple la prohibition fondamentale et quasi universelle de l’inceste. De là se manifestent, dans toute société humaine, des règles sociales, politiques et économiques essentielles, auxquelles rien ni personne ne peut véritablement déroger – sinon par le biais de l’imaginaire – sans s’exposer à de fortes répressions collectives5.

  • 6 Rappelons que Georg Simmel (« Le conflit », Sociologie. Étude sur les formes de la socialisation, P (...)

8La pornographie est donc une imagerie qui heurte les représentations morales de la sexualité et inquiète une certaine norme sociale. De fait, elle va faire émerger d’inévitables conflits, interrogeant fortement un éventuel changement des mœurs – que ce changement soit jugé comme participant à un « progrès » ou à une « régression ». Les batailles qui opposent, depuis fort longtemps, « moralistes » et « libertins » – pour caricaturer quelque peu cette figure du conflit6 – tracent en quelque sorte une dialectique sociétale dans laquelle les uns vivent tantôt cachés tantôt au grand jour, selon que les autres ont remporté ou non une victoire politique plus ou moins affirmée. Mais qu’elle soit larvée ou qu’elle paraisse au grand jour, la guerre idéologique que se livrent les deux camps participe à un marquage très significatif des comportements les plus quotidiens. Certes, il ne s’agit pas là d’envisager que ces conflits engendrent des changements particulièrement radicaux au regard de l’histoire de l’humanité – il s’agirait en fait d’un mouvement social, plus qu’historique, dont les oscillations fournissent à l’histoire elle-même des options plus ou moins favorables à tel ou tel changement. Mais d’un point de vue plus ponctuel, le conflit qui oppose ces deux tendances donne à une société deux « pôles-types » – au sens où Weber parlait d’idéal-type – autour desquels s’agencent l’ensemble des mœurs.

9La pornographie donne donc à voir, dans une sorte de caricature, le pôle débridé des comportement sexuels. À son opposé, d’autres représentations davantage conformes aux buts que poursuit globalement une société ne manquent pas de venir contrecarrer dans une réciprocité ce qu’il semblerait nécessaire de refouler. De là, on peut admettre l’enjeu fondamental de ces représentations de la sexualité dans l’étude des mœurs, et chercher à comprendre par ce biais toutes sortes de comportements qui ont parfois tendance à nous échapper.

L’invasion pornographique

  • 7 La loi X du 31 décembre 1975 est une loi de finances visant à censurer, par le biais de l’économiqu (...)
  • 8 La seule société Vivid Interactive, spécialisée dans la pornographie, vendrait près de deux cent mi (...)

10Tout commence par une invasion. Ou tout au moins par le sentiment d’une intrusion excessive à laquelle certains tentent de s’opposer, parfois timidement, parfois d’une manière plus assurée et organisée. Parlé-je ici d’invasion pornographique ou d’invasion de la morale ? Autant dire que le phénomène est à peu près identique. Regardons cependant la société occidentale actuelle, et admettons qu’il en ressort davantage que la pornographie a largement pris ses marques, malgré un moralisme qui veille continuellement à la contrer. Dans la France du début des années soixante-dix, une certaine libéralisation a laissé libre cours aux pornographes, mais l’euphorie qui l’accompagnait a dû être balayée par une montée en puissance d’associations familiales qui revendiquaient une protection de la morale publique. La loi X de 1975 a donné à celles-ci une arme redoutable pour mettre un coup de frein à cet « insoutenable » spectacle7. Cependant, jamais la pornographie n’a été l’objet d’un marché aussi considérable, d’une diffusion si importante, affichant ainsi une santé économique presque insultante8. Comment, malgré tant d’opposition, est-elle parvenue à un tel résultat ?

Technologie

  • 9 Voir B. Arcand, Le jaguar et le tamanoir. Anthropologie de la pornographie, Montréal et Paris, Boré (...)
  • 10 « Les sites roses investissent massivement dans les nouvelles technologies. […] Ces technologies on (...)
  • 11 Toujours selon Le Journal de l’atelier, « 8 7 % des internautes américains [auraient] déjà surfé su (...)
  • 12 Plongés en pleine « crise de la net-économie », les marchands de pornographie sur internet semblent (...)

11L’image pornographique a ce privilège et cet inconvénient de montrer immédiatement « l’obscénité » qu’elle met en scène, et, surtout, elle a cette qualité d’être très rapidement et presque universellement communicable. Dès lors, elle peut, d’un certain point de vue, constituer un « danger » pour les masses et poser d’insurmontables problèmes à tous ceux qui veulent contrôler la nature des messages échangés au sein d’une société. C’est pourquoi les pornographes ont compris qu’il était essentiel de maîtriser des techniques aptes à faire passer ces images entre les mailles du filet, jouant sur au moins une triple difficulté : celle de les saisir, celle d’en identifier la provenance, celle de légiférer sur leur échange. Les moyens techniques de communication de ces images donnent, depuis l’apparition et le développement d’internet, beaucoup de fil à retordre aux contrôleurs de la morale publique. Cependant, une telle situation n’est pas nouvelle. Dès son apparition, l’imprimerie fut aussi utilisée pour la diffusion de textes pornographiques9 ; la photographie annonçait logiquement une distribution massive de cartes postales érotiques ; plus tard, la vidéo, puis le DVD, court-circuitant les salles de cinéma et la loi X, allaient permettre la diffusion de films pornos au domicile même de chaque consommateur ; internet, quant à lui, fut un nouveau moyen d’échapper à la censure, et de rendre encore plus disponibles des images de sexe. Alors qu’au long de l’histoire évoluent des techniques de communication au service officiel de la liberté d’expression, ces mêmes techniques sont systématiquement prises d’assaut par les pornographes eux-mêmes, constituant sans cesse le versant « infernal » de cette liberté. Les marchands de pornographie, dans la logique des choses, excellent particulièrement dans leurs capacités à utiliser les supports garantissant les meilleures diffusions, et ce, fort souvent en avant-garde10. Leur but est de déjouer sans cesse les restrictions techniques en utilisant, voire en provoquant de nouvelles technologies de diffusion. Séduisant ainsi les consommateurs par une facilité d’accès, et prenant aussi les législateurs au dépourvu, ils gagnent assez efficacement un public toujours plus important11. Cette maîtrise de la technologie, cette capacité à s’adapter sans cesse aux nouvelles techniques communicationnelles est au fondement même de la survie de ce commerce. C’est sans doute ce qui fait aujourd’hui de lui un modèle économique incontesté12.

Médias

12La médiatisation des protagonistes du X devenait dès lors une sorte de suite logique au succès économique du porno. La fusion quasi achevée entre les intérêts des médias et ceux des entreprises impliquait inévitablement que les formules de promotion deviennent totalement réciproques. La télévision « grand public » – ce n’est plus une grande découverte – n’héberge pas de contenus culturels particulièrement novateurs, mais répond davantage à des impératifs politiques et financiers déterminants pour le mode d’existence qu’elle s’est choisie. On n’est pas sans savoir que les invités d’un plateau de télévision, tout en faisant leur propre promotion, permettent à des émissions fréquemment coupées par de la publicité de donner des points à leur audimat. Ce faisant, la présence d’acteurs et d’actrices pornos sur ces plateaux n’a strictement rien d’étonnant. Alors qu’elle brasse des millions de dollars chaque année, la production pornographique ne peut plus être totalement honteuse de son activité, et, surtout, assure inévitablement une audience déjà conquise. Elle devient dès lors une affiche publicitaire et promeut non plus des obscénités, mais « un genre comme un autre » qu’il convient de ne plus négliger. Les conditions de cette alliance obligent donc à un compromis auquel chacune des deux parties (les médias et les pornographes) accepte de se plier : d’un côté, sous couvert d’information, on fait de la publicité aux pornographes, de l’autre, on accepte d’être poli et habillé. Les seuls qui n’y trouveront que peu leur compte seront les téléspectateurs eux-mêmes, qui n’y verront aucune pornographie, mais qui auront tout de même droit à leurs pages publicitaires, et, peut-être, à une envie supplémentaire d’acheter un film X. Mais le consommateur, habitué à ce genre d’escroqueries divertissantes, ne s’interdira pas d’écouter ou de regarder ces « bêtes curieuses » du monde porno. C’est d’ailleurs cet aspect quelque peu zoographique, tel celui désuet des foires d’antan, qui prédomine dans ce genre de spectacle et qui fait de ce voyeurisme-exhibitionnisme basique une formule qui marche bien.

  • 13 Telle est l’expression employée par le réalisateur J. B. Root pour parler de ses propres acteurs, d (...)
  • 14 Sur la question du « mot-sexe », voir P. Baudry, « K7 X», Quel corps, nos 50-51-52, « Imaginaires s (...)

13L’imprévisibilité de ces « bêtes de foire13 » en fait donc l’attrait. Au début des années 1990, Tabatta Cash, l’une des actrices les plus connues en France depuis la retraite de Brigitte Lahaie, fut invitée à présenter une émission nocturne sur la radio parisienne Skyrock. Répondant en direct à l’un de ses auditeurs – qui lui reprochait le peu de dialogues dans ses films –, elle affirma qu’il était effectivement difficile de parler avec une bite dans chaque trou. Le ton d’un franc-parler était donné : la pornographie pouvait désormais s’offrir un langage cru que tout le monde devrait s’habituer à entendre14. Les libertés de langage venant de la bouche de pornographes devaient au final sembler des plus logiques, et relativement acceptables. Il devait en aller de même pour leurs pratiques, dont les médias ont montré qu’elles pouvaient servir d’argumentaire contre des conceptions jugées trop étriquées de la sexualité.

  • 15 Dans son ouvrage (La vie sexuelle de Catherine M., Paris, Seuil, 2001), Catherine Millet expose de (...)

14En effet, la présence d’une actrice sur un plateau de télévision peut aujourd’hui devenir une caution plus ou moins subtile pour décrédibiliser un opposant caricaturé au « libertinage ». Lors de l’émission «Ça s’en va et ça revient » (France 2, 19 juillet 2001), le présentateur Thierry Ardisson invita Charles Millon, président de la droite libérale chrétienne, qu’il mit face à Clara Morgane, actrice porno et, entre autres, à Catherine Millet15. Après le passage d’un documentaire sur des croisières partouzardes au Québec, l’animateur ne laissa pas d’accuser une morale « passéiste » – incarnée par cette droite libérale chrétienne – qui s’imposerait comme un barrage à l’émancipation sexuelle de tous. L’actrice, qui n’avança que des arguments personnels, joua le rôle instrumental de témoin d’une sexualité dite libre. Puisqu’il n’y eut au final aucun débat de fond, il ne restait plus qu’à mettre en scène un jeu déséquilibré dans lequel le fervent chrétien devait jouer, seul face à un groupe convaincu de son moralisme réactionnaire, le rôle d’un défouloir collectif propre à cautionner les pratiques « libertines ». La pornographie est ici utilisée comme un élément somme toute assez banal d’un paysage plus ou moins libertin. Par l’actualisation de ce paysage, dont la pornographie n’est qu’un détail, les médias participent parfois à la construction d’une représentation « positive » du libertinage, débarrassé des lois « traditionnelles » du mariage et de la fidélité conjugale, activant de ce fait une dégradation supplémentaire de l’image d’un moralisme jugé trop conventionnel.

Esthétique

  • 16 Je renvoie au célèbre texte de Walter Benjamin, « L’œuvre d’art à l’époque de sa reproduction mécan (...)
  • 17 Voir à ce propos le commentaire critique sur l’apparition du film super 8, soulignant les négligenc (...)
  • 18 Par exemple, dans O. Nicklaus, « L’inventeur du porno-chic », Max, no 139, août 2001.

15Les lieux médiatiques où s’est imposée la pornographie se sont donc multipliés au cours de ces dernières années. De cette manière, la pornographie a imposé des représentations de la sexualité et de l’érotisme auxquelles ses consommateurs ont plus ou moins accepté d’adhérer. Il a donc fallu qu’elle donne à ses contenus des formes spécifiques en fonction des publics qu’elle visait. Immanquablement, elle a inventé ou adopté – volontairement ou non – des formes particulières dont l’agencement a contribué à l’élaboration d’une esthétique du sexe. Cette esthétique est en partie conditionnée par les divers outils de communication et de saisie de l’image. De la gravure au daguerréotype, de l’image fixe à l’image animée, du cinéma à la vidéo, puis de la VHS à la webcam, les techniques de fabrication et de diffusion des images ont défini les conditions physiques de la représentation, et par là même la spécificité de sa forme. Consciemment ou non, des artistes et des techniciens ont modelé l’image en fonction des outils et des savoir-faire dont ils disposaient. Les origines de la photographie (l’apparition du daguerréotype) laissent encore les créateurs dans une démarche proche de celle déjà connue chez l’artiste peintre. Les images ainsi obtenues sont des objets uniques, non reproductibles, et sont présentées dans des salons parisiens pour hommes, dans des cadres élégamment conçus. C’est là qu’on commence à échanger les premiers nus féminins de l’histoire de la photographie érotique. Et c’est pour pallier cette carence technique de la reproductibilité des images qu’on parvient enfin à inventer la photographie à proprement parler, en remplaçant le positif par le négatif. C’est ici qu’on s’interroge sur le statut de l’œuvre d’art, dont la multiplication de l’original laisse penser qu’elle perd une certaine « authenticité », son « ici et maintenant » (hic et nunc)16. L’œuvre d’art n’était pas tant en péril, mais la massification des matériels de saisie de l’image a laissé la main, au cours des années, à une somme d’amateurs qui ignoraient strictement les « règles de l’art » et provoquaient le scandale des « esthètes »17. On en vint donc à une production – privée ou publique – d’images pornographiques dont les qualités ne correspondaient pas toujours aux normes établies de l’esthétique. Aujourd’hui cependant, certains artistes intègrent cette « déficience » de la technique à une esthétique nouvelle, attribuant une valeur à l’imperfection de l’image. En témoignent par exemple les œuvres du photographe Terry Richardson, dont le travail vise à casser la beauté froide et artificielle des images de mode. Il détourne ainsi l’idée générale de perfection, associée aux dimensions propres et lisses de l’image. Débarrassant les représentations du corps de leurs attributs « esthétisants », mettant en scène des corps véritablement sexués, Richardson est gratifié par la presse du titre d’« initiateur du porno-chic18 ».

  • 19 Glamorama, de Bret Easton Ellis (Paris, Robert Laffont, 2000), brosse un portrait cynique de l’univ (...)
  • 20 Le cinéma de Andrew Blake, par exemple, est assez connu pour ces qualités.
  • 21 Filmant des couples volontaires dans leurs ébats sexuels, Lætitia – et sa maison de production Nano (...)

16Mais derrière cette imagerie officielle d’une high society englamourée19, les classes fortunées peuvent trouver de véritables satisfactions pornographiques dans des productions « obscènes » très « soignées ». Avec les moyens économiques dont elle dispose, cette pornographie d’esthète cherche à adopter des formes artistiques « travaillées », qui aident à ce que certains apprécient au moins la qualité de la photographie ou la beauté des cadres et l’originalité des décors. Dans cette pornographie, les mises en scène élaborent des situations érotiques sophistiquées, confinant fréquemment à un sado-masochisme « élégant » et peu violent : par le biais de rituels spécifiques, les acteurs et actrices viennent répondre aux fantasmes logiques d’une classe dominante20. La caution artistique, de plus, signe une esthétique de reconnaissance dans laquelle l’image de sexe prend également place. Cela contredit forcément l’idée selon laquelle avoir vu un film porno permet de les avoir tous vus. On pourrait croire que – l’expérience artistique en moins – cette imagerie est la même que celle d’une pornographie dite « amateur21 ». Mais l’esthétique « mal léchée » d’un « porno du peuple » ne peut être confondue avec celle d’une catégorie sociale qui se distingue par son argent, mais aussi et surtout par ses goûts et sa sexualité. Dans le sexe lui-même, les habitus de classes demeurent encore fortement distinctifs.

17En dehors des formes définies par cette esthétique, le sexe prend logiquement des allures de vulgarités. Émergeant de toute part, le « porno amateur » élabore une césure dans les représentations du sexe. Dépourvus de toute « finesse », les auteurs semblent soumis à leurs incompétences techniques et artistiques. Oubliant les règles élémentaire du cadrage, improvisant les éclairages, négligeant une disposition précise des acteurs et des objets, manquant une somme considérable de raccords, ne se souciant pas toujours des critères physiques des acteurs, le porno du peuple paraît ne pas savoir offrir un minimum de qualité à ses productions. Il n’a cependant pas pour premier soucis de répondre aux critères bourgeois de l’esthétique. Bien au contraire, il cherche avant tout à s’emparer des nouvelles technologies de communication pour donner à la sexualité populaire une représentation qui lui était jusque-là économiquement peu accessible. Il en résulte une esthétique qui se pose à mi-chemin entre le cinéma de famille et l’esprit de documentaire, renforçant l’illusion d’une équivalence entre image et vérité. Le sentiment que laisse cette imagerie est celui d’une présence des corps qu’elle met en scène, qui ajoute à la véracité du spectacle ainsi obtenu, et répond, en fin de compte, à des attentes populaires en quête « d’authenticité ».

  • 22 Il est vrai aussi que la pornographie de certains se trouvera en dehors même de ce qu’il est coutum (...)

18Ainsi, au sein même de la pornographie, peuvent donc se mettre en place des particularités qui divisent encore le genre selon les sensibilités culturelles. Divisions qui sont autant de réponses aux diverses classes de consommateurs, et permettent ainsi de dire que chaque milieu socioculturel peut trouver dans toute la production pornographique sa propre pornographie22. En ce sens, les représentations dites « obscènes » n’épargnent aucune classe sociale, aucun individu, et sont susceptibles de plaire, ne serait-ce que par le fait qu’elles répondent à des critères esthétiques très divers, à tout spectateur potentiel. La circulation libre de ces productions fait de plus que les distinctions esthétiques ne sont pas aussi hermétiques que ce que nos descriptions semblent laisser entendre un peu plus haut. Chacun peut en effet se servir, dans un sex-shop ou sur internet, dans le rayon qui lui convient le mieux, allant découvrir s’il le souhaite les ébats de la haute bourgeoisie ou bien ceux d’un commerçant de quartier. Mais dans tous les cas, ce qui fait sans doute signe dans les conflits que provoque la pornographie, c’est cette indistinction quasi généralisée des œuvres produites, cette disparition de barrières sociales qui confineraient une pornographie vulgaire dans les ghettos populaires, et une pornographie bourgeoise chez les élites.

19Maîtrise des technologies, adoption des médias, invasion transversale de la société : la pornographie s’affiche en tout lieu et semble imposer ses représentations comme une norme comportementale à suivre. Mettant en porte-à-faux les préceptes du monde « civilisé », elle ne peut durablement installer ses images aux vues de tous sans heurter considérablement les aspirations morales d’une part notable de la population. Peut-on dès lors s’étonner de la voir condamner publiquement des atteintes qu’elle porte aux valeurs sacrées dont le sexe est empreint ? Ce serait oublier qu’une société n’est jamais uniforme et qu’elle se construit sans cesse dans le conflit… et les contradictions.

Pornographie et ordre moral

  • 23 L’UNAF est divisée en vingt-deux unions régionales (URAF) et cent unions départementales (UDAF). El (...)
  • 24 Extrait de l’allocution de Jacques Chirac lors de la remise de la médaille de la Famille française (...)

20Il existe en France une somme d’associations qui se sont fixé pour but de protéger la famille, mais aussi et surtout une idée de la famille. L’UNAF, Union nationale des associations familiales23, réunit en son sein des centaines de ces associations et leur confère au final un pouvoir non négligeable dans la sphère politique. À tel point que le président de la République lui-même entretient avec cette union des relations de confiance privilégiées : « Elle rassemble aujourd’hui, déclare-t-il, près d’un million de familles, je crois, 8 500 associations, plus de 150 000 bénévoles. Rien ne peut se décider qui touche à l’avenir des familles sans que ne se fassent entendre, haut et fort, le point de vue et la vigilance de l’UNAF24

21Madame Christine Boutin, quant à elle, est un exemple type de la passerelle qui se place entre les lieux décisionnels du politique et les milieux explicitement défenseurs de valeurs familiales catholiques, dites « conservatrices25 ». Députée UDF à l’Assemblée nationale, elle est également présidente de l’Alliance pour les droits de la vie, association composée de milliers d’adhérents (plus de dix mille foyers selon le site internet26), rattachée à l’UNAF, mais aussi à la communauté catholique française.

  • 27 C. Boutin, « La lettre de Christine Boutin », publiée sur le site internet de l’Alliance pour les d (...)
  • 28 Entretien du 29 février 2000. On constatera que le discours des censeurs reste sensiblement identiq (...)

22Pour Christine Boutin, la pornographie est devenue un modèle à combattre, puisqu’elle est une image parfaite de tout ce qui dégrade la « dignité humaine », et, de manière plus générale, une image qui représente, plus qu’une simple rupture, une « régression » de toute notre civilisation. Non, il ne faut pas suivre le modèle pornographique qui « agresse nos familles et enferme les plus faibles dans une dépendance humiliante27 ». De plus, la pornographie détruit les fondements mêmes de notre civilisation, puisqu’elle vient nier toute notre culture « en abaissant la personne au niveau de ses instincts les plus primitifs28 ».

  • 29 Telle semble être en tout cas la motivation première de M. Rex à Montpellier, affirmant qu’il ne re (...)

23Cette idée d’élévation de la personne – et de la civilisation en général – ne paraît pourtant pas être mise en péril par la pornographie, tout au moins selon ceux qui la fabriquent et la défendent. Car certains se refusent à croire que des images d’actes explicitement sexuels puissent être purement et simplement accusées des maux de notre société. Pour nombre de réalisateurs ou de producteurs, ce genre est avant tout une représentation caricaturale, parfois critique ou tout simplement ludique de nos sexualités et de la morale qui veut les régir. Pour d’autres, la pornographie est tout simplement « un commerce qui marche bien29 » et qui permet aussi de prendre du plaisir en se rinçant l’œil, parfois même en s’envoyant en l’air.

  • 30 Tel est le cas du film de Virginie Despente et Coralie Trinh-Thi, Baise-moi, interdit par le Consei (...)
  • 31 Ce fut le cas pour le livre de Jacques Henric, Adorations perpétuelles (Seuil), dont la seule couve (...)

24Le simple fait de prendre du plaisir ne suffit pourtant pas, bien au contraire, à convaincre les associations familiales qui veillent à ce que les idéologies et les comportements libertins ne viennent pas perturber l’espace public. On peut même dire que peu de justifications, sinon aucune, parviennent à faire plier ces défenseurs d’une morale où le sexe détient des valeurs sacrées. Ce fer de lance qu’est la cellule familiale, considérée comme le fondement même de la société, permet à ces associations de lutter de manière relativement efficace contre toute forme de « dérive ». Encore plus sensible sur le plan législatif, l’argument de la protection des enfants, fruit « logique » de toute union hétérosexuelle, permet aux défenseurs de l’ordre moral de mettre fréquemment la loi de leur côté. Sitôt qu’une image devient dérangeante, qu’un message met en question la traditionnelle idée de la famille et des « bonnes mœurs » en matière de comportement sexuel, l’article 227-24 du Code pénal français est mis en avant afin d’empêcher par exemple la distribution d’un film30. C’est ce qui fait que, dans des procédures identiques, on parvient parfois à faire retirer un livre d’une librairie ou à interdire une affiche de cinéma trop insultante31. C’est que la pornographie n’a pas bonne publicité partout, et que la loi pourrait très bien s’insurger, par le biais de personnes trop susceptibles, contre certaines productions jugées trop agressives.

  • 32 Telle fut la présentation qu’en fit Mireille Dumas dans son émission La vie à l’endroit, « Vous ave (...)
  • 33 John B. Root, Porno blues. La belle et édifiante histoire d’un réalisateur de films X, La Musardine (...)

25C’est pourquoi des réalisateurs comme John B. Root travaillent ardemment au nettoyage de l’image du X. Présenté comme « l’intello du porno32 », John B. Root est un personnage qui sait tenir un discours « propre », cohérent, déculpabilisé et déculpabilisant devant toutes sortes de public. Entouré d’une équipe savamment choisie, il se préoccupe avant tout de présenter le porno comme un genre à part entière, et qui devrait s’apparenter à une forme d’expression artistique. « Il y en a, dit-il, qui font du porno pour baiser les filles à l’œil. Il y en a qui font du porno pour gagner plein de sous. Il y en a qui font du porno pour avoir du pouvoir sur les femmes. Il y en a qui font du porno parce qu’ils sont trop bêtes pour faire autre chose. Moi je fais du porno parce que je crois que c’est de l’art. (Fou rire dans la salle)33

26Présenté ainsi, le porno révolte un peu moins les assemblées. Surtout, il a le mérite de s’affirmer avec humour et une certaine dédramatisation. Cet humour n’est cependant pas qu’une clownerie. Comme le titrait un article du journal Libération, avec B. Root, « le porno cherche ses lettres de noblesse ». Il lutte véritablement pour mettre à la retraite cette forme amoindrie du cinéma porno que la loi X a fait naître, empêchant des réalisations un tant soit peu travaillées. Que l’aspiration artistique soit une réalité ou un prétexte (sans doute les deux à la fois), que le but soit réussi ou non, elle n’en demeure pas moins une légitimation du genre pornographique qui s’inscrit dans la liste des argumentaires dénoncés par les moralistes. Aussi longue soit cette liste, le conflit qui divise partisans du porno et anti-pornos va bien au-delà. Ce conflit, il se loge dans une division davantage politique et sociale.

Porno-rébellion

  • 34 Je n’entends donc pas ici ce terme d’un point de vue absolu et universel, tel que le décriraient la (...)

27Si l’on reprend la problématique psychanalytique, on peut grossièrement admettre que derrière la société officielle et son discours manifeste se cache une sorte d’anté-civilisation dont le discours reste latent. En ce sens, on pourrait s’aventurer à dire que la pornographie participe dans sa production d’images à l’envers d’un discours officiel, discours dans lequel la sexualité appartient davantage à une logique productiviste fardée d’une morale qui la cautionne. Entendons ici « productiviste » au sens assez large du terme, c’est-à-dire dans une optique où la sexualité se doit de participer à une économie générale, orientée vers des buts collectifs. Envisageons également la morale comme un discours logiquement normatif, cherchant à donner à ces buts un sens auquel devra adhérer le plus grand nombre34. Ici, alors, les règles édictées s’élaborent pour contrôler la libido collective afin qu’elle serve le projet global de tout une société. En dehors de ce projet, les comportements qui ne se conforment pas aux règles peuvent être assimilés à une forme de chaos. Dans les sociétés occidentales, les représentations de l’Enfer ou du Purgatoire se sont longtemps reflétées, et se reflètent toujours, dans des images orgiaques où le sexe ne subit plus aucun contrôle, et où le dangereux polymorphisme de l’enfant pervers ressurgit sans mesure. Cet état régressif et définitif est de plus associé à une éternelle souffrance, punition divine dont on ne peut se défaire, et qui s’affiche comme la rançon de la désobéissance à la règle majeure : faire sacrifice de ses instincts au bénéfice d’une économie générale, transcendée en l’image d’une entité supérieure capable de punir ou de récompenser.

28La pornographie joue ici dans la cour des transgresseurs en ce sens qu’elle dissocie l’orgie et la souffrance et qu’elle redistribue les valeurs à l’inverse exact de ces préceptes moraux. Pour elle, la souffrance est justement cet impératif productiviste auquel nous devons tous nous plier dans la crainte et la culpabilité. Le sexe, quant à lui, est tout ce à quoi les faiseurs de lois craignent que nous prenions goût, puisqu’il est le seul véritable plaisir dont nous puissions bénéficier. Le corps, pour le pornographe, se doit donc de participer aux usages d’une luxure bienfaisante et salvatrice, car libératrice des souffrances imposées par le travail et les lois économiques qui l’organisent. Œuvrant donc en négatif, la pornographie balaie délibérément les cadres d’une civilisation en imposant des images qui l’agressent sans merci. Elle utilise avec délectation ce que les règles officielles refoulent le plus fortement, et ce dans le but d’élaborer une contre-vision du monde, apte à déstabiliser les certitudes auxquelles chacun doit être converti. Le sexe va donc être ici ce à l’aune de quoi tout pourra être mesuré. Il permettra de construire un tableau dévalué de tout ce qui s’impose comme inévitable borne de repérage pour guider, en masse ou en groupes plus restreints, tous ceux qui appartiennent de fait au projet économique, politique ou religieux en cours. La pornographie s’inscrit en plein dans ce contre-projet, dans cette part d’ombre maudite par les instances du pouvoir.

Porno-conformisme

  • 35 Telle l’image d’un Che Guevara, dont on ne sait plus trop bien ce qu’elle cache d’histoire véritabl (...)
  • 36 Je renvoie bien sûr ici à G. Debord, La société du spectacle, Paris, Buchet-Chastel, 1967.

29Telle est cependant une idée que l’on peut avoir de la pornographie, sans doute si l’on fait référence à quelques grands auteurs ou cinéastes tels que Sade, Pasolini ou Buñuel. Pourtant, rien n’est si sûr quand on parle aujourd’hui de pornographie. Car ce serait lui donner la part belle que de cautionner béatement le discours de ses propres marchands : la pornographie comme critique sociale peut tout autant se décliner en une pornographie capable de souscrire au projet même de la société qu’elle dit dénoncer. De la même manière qu’on récupère certaines icônes révolutionnaires pour promouvoir un objet de consommation, anéantissant dans le même coup tout le signifiant politique et historique de certaines luttes contre l’oppression, la pornographie peut elle-même être débarrassée de ces attributs critiques35. Comme en tout lieu, le spectacle, auquel participe une part majeure de la pornographie, s’impose comme une parodie de l’histoire, vidant celle-ci de toute sa consistance36.

30Quand le pornographe se prononce aujourd’hui sur son activité, il semble défendre une véritable position pour la liberté d’expression : « nous osons dire ce que tout le monde pense tout bas », ou plus précisément : « nous montrons ce que tout le monde veut voir ». Il s’avère effectivement que tout le monde veut bien voir du sexe, et qu’on ne peut nier cette fonction première de l’image pornographique. Cependant, et dans ce contexte, il est difficile de ne pas voir dans le combat pour la défense d’une liberté d’expression une lutte égale sinon supérieure pour la liberté de vendre et de consommer. Ce point de vue semble certes éclipser la revendication au droit de « jouir sans entrave », dont la légitimité est loin d’être contestable. Mais ce combat ne peut prétendre à une véritable libération quand il décide d’évacuer de ses représentations toute forme d’image qui mettrait véritablement en péril la morale dominante, et, par voie de conséquence, le commerce même de la pornographie.

  • 37 P. Martinet et A. Minard, « X comme Icare », La Revue du cinéma (Image et son), mai 1980, p. 67.

31Depuis la loi X qui censure le genre, il faut bien admettre que toutes ou presque toutes les problématiques religieuses, politiques ou sociales ont disparu du paysage pornographique. Après 1975, en France, les producteurs ne voulaient déjà plus s’aventurer à des mises en scène trop dangereuses pour leur marché. Montrer du sexe, même si certains s’en offusquent, passe beaucoup plus facilement que de se moquer d’une religion très représentée ou de dénoncer ouvertement certaines pratiques fascisantes ou mensongères d’un pouvoir politique en place. « Cette chute du cinéma X français est surtout imputable à une poignée de producteurs-distributeurs-exploitants qui ont à eux seuls contribué à vider le porno de toute sa substance et l’ont désamorcé par une formidable auto-censure qui bannit systématiquement toute réflexion sociale, religieuse ou politique (le producteur bienveillant acceptera volontiers qu’une actrice se masturbe avec une bougie, mais essayez d’y substituer un crucifix !)37

  • 38 Sur les images subversives de l’histoire du cinéma, lire le très bon livre de A. Vogel, Le cinéma. (...)
  • 39 B. Labruce et R. Castro, Hustler White, États-Unis, 1996. Ce cinéma « gay » ne va pas sans frôler l (...)
  • 40 Ce film, adaptation du livre de Virginie Despentes (Paris, Florent-Massot, 1996) s’ouvre sur une sc (...)

32De plus, il semblerait pertinent qu’une pornographie critique puisse prendre place au sein même des œuvres culturelles, et non plus dans un « ghetto » où semblent se conforter, parce qu’ils en tirent sans doute profit, la plupart des pornographes d’aujourd’hui. Même si certains films pornos sont un peu plus virulents que d’autres, le fait même qu’ils ne sortent plus en salles enveloppe de toute manière ce genre de productions d’une certaine insignifiance sociale et politique. Les lieux où sont confinées les œuvres ne peuvent pas être anodins. Là où la loi X a véritablement remporté ses points, c’est en faisant disparaître chez les cinéastes toute prétention à s’essayer dans ce genre, et ce au sein même du cinéma. Pour les autres, elle leur a manifestement fait intégrer les règles à suivre en les laissant organiser leur propre auto-censure. C’est donc dans le cinéma dit « traditionnel » que l’on va peut-être trouver les propos les plus osés et les tentatives de faire passer des images généralement refusées par les instances de la censure38. Tel fut le cas du très dérangeant Hustler White de Bruce Labruce, qui évita de justesse le « ixage » français39. Le film Baise-moi40 connut une tout autre aventure en se voyant purement et simplement retiré des salles de projection françaises. Il illustre pourtant cette tentative de réintroduire des images explicites de sexe au sein d’un discours plus revendicatif. Alors que cette œuvre semblait en partie dénoncer une conception peu brillante de la condition féminine, elle fut paradoxalement accusée de porter atteinte à la dignité de la femme. Les censeurs n’ont parfois besoin que de se convaincre eux-mêmes pour parvenir à retirer une œuvre de la circulation publique.

  • 41 L’individualisation de la consommation culturelle n’est pas sans interroger la sociologie elle-même (...)

33Ce pouvoir brusque et unilatéral impose donc que le cinéma pornographique soit condamné à ne pas avoir de pertinence qui dépasse celle des corps emboîtés. Il semblerait qu’on veuille plutôt conserver une séparation des discours d’une part et des scènes pornographiques de l’autre, faisant du genre une représentation muette, automatiquement « ixée » par la censure, ou confinée à une production vidéo qui n’incite que peu au débat public41. C’est ainsi que l’amalgame permet de confondre les représentations du sexe à buts purement érotiques (et jugées en ce sens obscènes) et celles où son utilisation s’exhibe comme un instrument de subversion. La réduction du second cas au premier permet sans cesse d’élaguer toute représentation contestataire. Cultiver la culpabilité générale qui entoure le sexe occidental offre de faire admettre publiquement que les pornographies sont des représentations éhontées et que le qualificatif « obscène » n’a pas besoin d’argumentaire superflu pour les dévaloriser.

34Ces obscénités de première main servent donc parfaitement à la censure de toute production qui déborderait les limites d’une décence prédéfinie. Il ne reste dès lors à la création porno qu’un repli vers des productions sans autre relief que celui de leur évaluation érectile ou éventuellement esthétique.

  • 42 Ladite « pauvreté » des films pornographiques ne signifie cependant pas qu’elle leur enlève toute v (...)
  • 43 Ainsi l’association féministe Chiennes de garde, présidée par la médiatique Isabelle Allonso, a-t-e (...)
  • 44 Il est assez difficile d’évaluer les sommes échangées en amont de la distribution elle-même, dans l (...)

35Du fait de cet appauvrissement de leur contenu42, il est difficile d’admettre des productions pornographiques qu’elles offrent, telles quelles, une grille de lecture véritablement critique de notre société. Ainsi, tant que les pornographes ne se chargent pas de mettre en péril certaines normes morales – pour le respect desquelles certaines associations féministes ou religieuses exercent de fortes pressions politiques43 – il leur est toujours permis de jouer avec les lois pour faire de leur commerce une affaire relativement intéressante. Les grands bénéficiaires n’étant d’ailleurs pas les créateurs eux-mêmes, mais davantage les distributeurs, qui récoltent la plus grosse part du bénéfice44. De manière globale, la pornographie finit par participer aussi, tout comme les sports nationaux, à cette bonne assurance où les masses trouveront un moyen de canaliser leurs pulsions. Telle quelle, elle vient donc puiser son fonds dans les arcanes d’un inconscient collectif, habituellement réputé pour son archaïsme et pour être ce fondement archétypal capable de faire écho en chaque individu. Mais existe-t-il une œuvre qui échappe à cette remarque ? Sans doute pas. Ce qui devient alors véritablement intéressant, ce n’est plus de faire simplement la critique de la pornographie en tant que séparée du « système des images », mais davantage d’effectuer la critique de cette critique en la réintégrant à l’ensemble de l’univers communicationnel auquel elle appartient et au sein duquel elle partage les bénéfices d’un spectacle désormais planétaire.

Le spectacle du sexe

  • 45 De nombreuses séries télévisées focalisent leur intérêt quasi exclusivement sur des histoires de se (...)
  • 46 Selon D. H. Lawrence, cette dissimulation serait intimement liée à la représentation d’une sexualit (...)

36Ainsi, tandis que la morale rhabille nos instincts, la pornographie nous laisse-t-elle dans la stupeur d’un univers totalement dévoilé. De l’une à l’autre, il semblerait que nous ressemblions à des navigateurs hagards, louvoyant entre deux réalités aberrantes, dont les images seraient le reflet : l’une où les habits font loi, l’autre où la nudité est logiquement obscène ; l’une où le sourire de la jeune fille évoque l’innocence propre d’une éducation bourgeoise, l’autre où la sodomie à laquelle elle s’adonne dénote la perversité cachée en cette apparente candeur. Le flot d’images quotidien s’annonce comme une lutte spectaculaire, un combat dans lequel les stimuli doivent parvenir à émouvoir au mieux le spectateur. Au cœur de ces images, la pornographie touche au but par la provocation d’un choc dont la longueur d’onde submerge toute autre représentation. Elle est, tout comme d’autres images extrêmes (catastrophes, accidents, etc.), celle qui provoque le plus de sensationnel, celle qui donne au réel un sentiment étrange de proximité. N’accomplit-elle pas cependant un mariage parfait avec l’image publicitaire, celle de la mode, celle des « télé-réalités », celle de l’événement journalistique ? Ne vient-elle pas combler ce manque à voir dans le spectacle de bonne tenue, qui ne s’autorise pas à montrer explicitement le corps dans l’acte sexuel, dans l’accident, la maladie, la guerre, et qui pourtant attire les masses par cette promesse rarement tenue – et se repent s’il est allé « trop loin » ? L’inconsistance des feuilletons télévisés ou des émissions de jeu ne flirte-t-elle pas avec un certain grégarisme populiste ? Ne congédie-t-elle pas l’intelligence, même la plus simple ? Ne fait-elle pas du spectateur un voyeur abasourdi ? En quoi se distingue-t-elle alors de l’inconsistance pornographique ? Sinon qu’elle ne montre pas le sexe ou la violence qu’elle promet ? La comparaison entre un mauvais film pornographique et une mauvaise série télévisée n’est pas totalement incongrue45. Le mauvais jeu des acteurs, les costumes et décors minimum, le choix de jeunes gens esthétiquement irréprochables, les allusions permanentes au sexe, ainsi que l’inconsistance des scénarios font qu’il ne manque au second que ce que le premier montre expressément : des images de sexe, et l’intérêt primaire qui l’accompagne. Le sexe doit donc être totalement dissimulé, tandis que sa permanente allusion serait entièrement tolérable46.

  • 47 Voir par exemple les articles de F. Amalou, « Fouiller la mémoire pour accroître l’effet des public (...)

37Ne peut-on donc supposer que, dans ce cadre précis, l’image pornographique est le complément logique du spectacle diffusé chaque jour dans notre environnement médiatique ? Un spectacle qui joue sans cesse avec l’obscène, qui l’appelle à nous en se gardant de nous l’offrir véritablement ? Le principe de « douche froide » auquel nous soumet ce régime poursuit fréquemment des buts consommatoires, visant à reporter la dépense dans un acte exutoire ultérieur47. La pornographie, elle, propose une dépense masturbatoire immédiate, comblant le manque engendré par le spectacle officiel et par les cadres sociétaux qui le permettent. Il demeure donc difficile d’exclure la pornographie de ce flux continu d’images spectaculaires, puisqu’elle en est un des versants logiques, ayant pour seule originalité de se spécialiser dans le sexe. Ce spectacle qu’elle donne à voir – empli des stéréotypes nécessaires à l’internationalisation de son commerce – se conforme donc inévitablement à une mondialisation marchande qui ajuste ses produits à des objets standardisés.

  • 48 Le spectacle est devenu aujourd’hui une véritable marchandise. La substitution semble particulièrem (...)
  • 49 Lire à ce propos R. Sennett, Les tyrannies de l’intimité, Paris, Seuil, 1995.
  • 50 Formulé par l’un des sites parodiques de l’émission Loft Story : www.la-maman-de-jean-edouard.fr.st(...)

38Contre la morale que tente de se donner la société démocratique occidentale, la pornographie ne fait rien d’autre que participer spontanément à ce versant dont est pourtant empreint tout l’Occident. Là où prédomine le système de l’argent, il peut bien être envisagé que les sentiments ne font plus autant lien avec le sexe, et que ce dernier peut bien s’en détacher, pourvu qu’il fasse preuve d’un bon spectacle48. La somme immense de films ou de photographies pornographiques produits sur la planète laisse supposer que leurs acteurs – souvent amateurs occasionnels – ont intégré l’insignifiance globale que pouvait recouvrir la notion d’intimité49. Dans cet univers, l’insignifiance de la vie privée est la condition même de l’échange indifférencié des marchandises et des êtres humains (en supposant qu’ils soient encore distincts). Devenant marchandise de premier ordre, le corps, « libéré » de trop fortes contraintes morales, peut intégrer sa place au sein des biens de grande consommation. De ceux qui assistent à ce long spectacle, tout comme dans le Vidéodrome de Cronenberg, sans doute peut-on imaginer que l’écran les a déjà happés, et qu’ils sont entrés dans le grand show – au moins le souhaiteraient-ils. À ceux qui s’exposent « volontairement » aux yeux des caméras, on peut bien offrir ce pernicieux adage : « Faites-leur croire que l’amour n’est pas intime, et qu’ils seront adulés50

39La pornographie ne renvoie donc pas à une imagerie isolée de la somme d’images dont nous sommes quotidiennement les réceptacles. Elle met seulement en scène l’absurdité même de la vie sociale, résumant toute forme de hiérarchisation, de distinction, de différenciation ou de séduction à la fonctionnalité d’une mécanique sexuelle. Si elle heurte autant la morale, c’est sans doute parce qu’elle n’a plus – ou de moins en moins – d’espace privilégié, de lieu qui n’appartienne qu’à elle, et qui l’empêche de convoquer sans cesse, au sein même d’une réalité qui se veut omnisciente, une double lecture du réel. Elle se mêle sans vergogne – et pourquoi ne le ferait-elle pas ? – à l’espace global d’une communication mondiale, abolissant dès lors toute distinction de destinataire, déstabilisant de fait tout discours normatif, et mettant sur la sellette un idéal démocratique qui rêve d’égalité, de liberté et de transparence.

Haut de page

Notes

1 A. Rey, Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Dictionnaires le Robert, 1993.

2 Entretien accordé au journal Libération, 17 juillet 1996, à l’occasion de la sortie de Crash. Voir également J.-M. Frodon, « Éros et Thanatos ont un accident de voiture », Le Monde, 18 juillet 1996. Dans les mêmes pages, lire aussi « Inévitable », de Pascal Mérigeau, qui rapporte les violents qualificatifs (« scandaleux, grossier, choquant… ») attribués au film du réalisateur canadien.

3 C.-J. Bertrand et A. Baron-Carvais, Introduction à la pornographie. Panorama critique, Paris, La Musardine, 2001, p. 10.

4 Aujourd’hui, les filles qui tournent des films pornographiques insistent sur le fait qu’elles ne sont pas des prostituées, mais des actrices, bien que la rémunération de leurs prestations sexuelles laisse encore à penser à une partie de la population qu’il s’agit là d’un commerce proche de la prostitution.

5 La sphère de l’imaginaire reste cependant une zone sensible dans laquelle peuvent s’exprimer une somme de représentations subversives. La difficulté à appréhender les frontières qui séparent réel et imaginaire expose certaines représentations à être condamnées au même titre que l’acte lui-même. C’est sur ce terrain sensible, qui fait tampon entre l’idée d’un acte et sa réalisation, qu’explosent généralement des luttes de légitimité.

6 Rappelons que Georg Simmel (« Le conflit », Sociologie. Étude sur les formes de la socialisation, Paris, PUF, 1999) voyait très logiquement le conflit comme une socialisation dont le but est une nécessaire synthèse, c’est-à-dire une unité qui abolit les différentes parties opposées. Le conflit est donc forcément annonciateur d’une norme, soit qui anéantira au moins l’une des parties (en en gardant au moins une), soit qui les intégrera toutes.

7 La loi X du 31 décembre 1975 est une loi de finances visant à censurer, par le biais de l’économique, la production de films « pornographiques et d’incitation à la violence ». Elle impose encore aujourd’hui un retrait des salles de cinéma non spécialisées, une exclusion de l’aide au cinéma, une TVA et une TSA (taxe spéciale) majorées, ainsi qu’un prélèvement de 20 % sur les bénéfices. Sur la courte période qui précéda cette loi, et qui fut féconde en productions pornographiques, lire l’excellent ouvrage de F. Jouffa et T. Crowley, Entre deux censures. Le cinéma érotique de 1973 à 1976, Paris, Ramsay, 1989.

8 La seule société Vivid Interactive, spécialisée dans la pornographie, vendrait près de deux cent mille DVD par mois, et détiendrait un chiffre d’affaires de plus de quatre-vingt millions de dollars pour l’année 2000.

9 Voir B. Arcand, Le jaguar et le tamanoir. Anthropologie de la pornographie, Montréal et Paris, Boréal et Seuil, 1991, chap. 3. Voir également le récit de l’apparition de l’Enfer dans la Bibliothèque nationale de France lors de la IIIe République dans A. Stora-Lamarre, L’Enfer de la IIIe République. Censeurs et pornographes (1881-1914), Paris, Imago, 1990.

10 « Les sites roses investissent massivement dans les nouvelles technologies. […] Ces technologies ont souvent été étendues par la suite, et avec succès, à l’ensemble du commerce électronique et du e-buisiness. Les sites roses furent ainsi les premiers à utiliser le streaming audio et la vidéoconférence à haute résolution (30 images par seconde) » (Le Journal de l’atelier. Le journal de la NetÉconomie, Paris, La Pérouse, no 63, février-mars-avril 1999, p. 98). Vivid Interactive, elle, adapte ses contenus (photo, vidéo) pour des terminaux portables : téléphones mobiles 3g, PDA, PC de poche. Des concurrents sont déjà sur les starting-blocks : Erotigo s’affiche avec le slogan « Sex in the palm of your hand », et PF Entertainment-Sinpalm avec « Porn in the palm of your hand » (B. de La Perrière, « Love, life and e-mail », Internet Actu, 26 juillet 2001, www.internetactu.com).

11 Toujours selon Le Journal de l’atelier, « 8 7 % des internautes américains [auraient] déjà surfé sur un site rose ». Un tel résultat, peut-être discutable, pourrait laisser entendre qu’il suffit d’être connecté à internet pour consommer, peu ou prou, du porno.

12 Plongés en pleine « crise de la net-économie », les marchands de pornographie sur internet semblent s’imposer comme des modèles économiques pour toutes les entreprises du net : « À la conférence Internet Content West, début juin à Los Angeles […] des acteurs de la Net économie en plein marasme [sont] pressés autour d’une ancienne strip-teaseuse pour boire ses conseils sur la façon de gagner de l’argent sur le Net » (E. Richard, « Le web porno, modèle juteux », Libération, 15 août 2001).

13 Telle est l’expression employée par le réalisateur J. B. Root pour parler de ses propres acteurs, dans l’émission de Mireille Dumas, La vie à l’endroit, « Vous avez dit porno ! », France 2, 1999.

14 Sur la question du « mot-sexe », voir P. Baudry, « K7 X», Quel corps, nos 50-51-52, « Imaginaires sexuels », 1995. Lire également son ouvrage La pornographie et ses images, Paris, Armand Colin, 1997.

15 Dans son ouvrage (La vie sexuelle de Catherine M., Paris, Seuil, 2001), Catherine Millet expose de manière assez crue la somme considérable d’orgies auxquelles elle s’est prêtée tout au long de son existence.

16 Je renvoie au célèbre texte de Walter Benjamin, « L’œuvre d’art à l’époque de sa reproduction mécanisée », Écrits français, Paris, Gallimard, 1991.

17 Voir à ce propos le commentaire critique sur l’apparition du film super 8, soulignant les négligences techniques et esthétiques des pornographes amateurs, dans Histoire du film X clandestin, DVD édité chez Blue One, France, 2000.

18 Par exemple, dans O. Nicklaus, « L’inventeur du porno-chic », Max, no 139, août 2001.

19 Glamorama, de Bret Easton Ellis (Paris, Robert Laffont, 2000), brosse un portrait cynique de l’univers grisé de la mode aux États-Unis. Ce remarquable livre ne manquera pas de nourrir notre intérêt sociologique pour ce milieu.

20 Le cinéma de Andrew Blake, par exemple, est assez connu pour ces qualités.

21 Filmant des couples volontaires dans leurs ébats sexuels, Lætitia – et sa maison de production Nanou Contact – est sans doute celle qui popularisa en France le plus sérieusement ce genre de pornographie.

22 Il est vrai aussi que la pornographie de certains se trouvera en dehors même de ce qu’il est coutume d’appeler pornographie, et de ce que les moralistes n’osent même pas imaginer « obscène ». Ainsi un journaliste me confia-t-il un jour que les modèles présentant des sous-vêtements dans les catalogues de la grande distribution constituaient pour lui une image propice à son excitation sexuelle.

23 L’UNAF est divisée en vingt-deux unions régionales (URAF) et cent unions départementales (UDAF). Elle est actuellement présidée par M. Hubert Brin.

24 Extrait de l’allocution de Jacques Chirac lors de la remise de la médaille de la Famille française au palais de l’Élysée, à M. Burnel, président de l’UNAF (1976-1996), le 3 juin 1996.

25 Parfaitement consciente des qualificatifs de « réactionnaire » qu’elle se voit attribuer, elle m’a affirmé préférer ce terme à celui de « progressiste », qu’elle attribue davantage à ceux qui « réfléchissent après avoir agi ». Entretien recueilli par moi-même à l’Assemblée nationale, le 29 février 2000.

26 Adresse internet : http://perso.wanadoo.fr/theotokos/ALLIANCE.html.

27 C. Boutin, « La lettre de Christine Boutin », publiée sur le site internet de l’Alliance pour les droits de la vie.

28 Entretien du 29 février 2000. On constatera que le discours des censeurs reste sensiblement identique depuis plus d’un siècle. Lire à ce propos le très intéressant ouvrage de A. Stora-Lamarre (op. cit.), où elle décrit comment s’organisent, en pleine démocratie, des ligues moralistes extrêmement puissantes, qui gagneront à coups de procès l’instauration d’une censure impitoyable. Voir également l’incontournable ouvrage de V. Pareto, Le mythe vertuiste et la littérature immorale, Genève, Droz, 1971, où les « vertuistes », dans l’Italie de 1910, ne sont autres que les censeurs eux-mêmes.

29 Telle semble être en tout cas la motivation première de M. Rex à Montpellier, affirmant qu’il ne regarde jamais de films pornos, et qu’il aime surtout le contact avec la clientèle (entretien recueilli par moi-même, le 27 novembre 1996 à Montpellier). M. Rex est le tenancier de trois sex-shops et d’un peep-show (auquel est associée Lætitia, ladite « Reine du porno amateur »). Ancien gérant du dernier cinéma porno montpelliérain, il organise aujourd’hui de nombreux spectacles érotiques dans les discothèques de la région.

30 Tel est le cas du film de Virginie Despente et Coralie Trinh-Thi, Baise-moi, interdit par le Conseil d’État, contre l’avis de la ministre de la Culture, Catherine Tasca, à la suite de la demande de l’association Promouvoir, « association de défense des valeurs judéo-chrétiennes et de la famille », basée à Carpentras.

31 Ce fut le cas pour le livre de Jacques Henric, Adorations perpétuelles (Seuil), dont la seule couverture (L’origine du monde de Gustave Courbet) a suffit à énerver quelques esprits. Quant à l’affiche du film Larry Flint, elle dut être retirée de l’espace public pour avoir porté atteinte à la foi de fervents catholiques.

32 Telle fut la présentation qu’en fit Mireille Dumas dans son émission La vie à l’endroit, « Vous avez dit porno ! », France 2, 1999. Appellation qui fait doucement rigoler le réalisateur. C’est ainsi également qu’une de ses actrices me parle de lui, insistant sur le nombre considérable de pages de ses scénarios.

33 John B. Root, Porno blues. La belle et édifiante histoire d’un réalisateur de films X, La Musardine, 1999, p. 35.

34 Je n’entends donc pas ici ce terme d’un point de vue absolu et universel, tel que le décriraient la philosophie ou, d’une autre manière, la religion, mais relatif et contextuel, c’est-à-dire d’un point de vue économique, historique, sociologique.

35 Telle l’image d’un Che Guevara, dont on ne sait plus trop bien ce qu’elle cache d’histoire véritable pour tous ceux qui la brandissent. Sans doute la définition du « kitch » donnée par Milan Kundera, dans L’insoutenable légèreté de l’être, renvoie-t-elle au parfait symptôme de ce que l’on nomme aujourd’hui postmodernité. Que reste-t-il du Che ? Une icône que l’on élève au-dessus des foules en colère. La pornographie elle aussi serait ce « stade intermédiaire entre l’être et l’oubli », lieu où le sexe s’affirme comme dernière preuve du lien social, comme résidu d’une socialité où le seul emboîtement des corps signifie ce qu’il nous reste de solidarité affective, voire amoureuse.

36 Je renvoie bien sûr ici à G. Debord, La société du spectacle, Paris, Buchet-Chastel, 1967.

37 P. Martinet et A. Minard, « X comme Icare », La Revue du cinéma (Image et son), mai 1980, p. 67.

38 Sur les images subversives de l’histoire du cinéma, lire le très bon livre de A. Vogel, Le cinéma. Art subversif, Paris, Buchet-Chastel, 1977.

39 B. Labruce et R. Castro, Hustler White, États-Unis, 1996. Ce cinéma « gay » ne va pas sans frôler les limites d’une représentation explicite du sexe, mettant en scène quelques situations peu habituelles, telle la pratique du « moignon-fucking », où l’on pénètre un partenaire avec l’extrémité d’une jambe amputée.

40 Ce film, adaptation du livre de Virginie Despentes (Paris, Florent-Massot, 1996) s’ouvre sur une scène de viol avec pénétrations explicites.

41 L’individualisation de la consommation culturelle n’est pas sans interroger la sociologie elle-même, sachant que les œuvres ainsi reçues occupent une place économique tout à fait signifiante, tout en restant parfaitement ignorées de la culture dominante. La pornographie participe en plein dans cette logique et pose justement problème sitôt qu’elle s’immisce au sein même de cette culture.

42 Ladite « pauvreté » des films pornographiques ne signifie cependant pas qu’elle leur enlève toute valeur et qu’elle empêche d’une part de leur donner un sens sociologique, d’autre part de les soumettre à l’analyse cinématographique. En témoigne par exemple l’excellent article de Alain Marty, « Et si nous analysions un film pornographique », La Revue du cinéma (Image et son), no 324, janvier 1978.

43 Ainsi l’association féministe Chiennes de garde, présidée par la médiatique Isabelle Allonso, a-t-elle fait déprogrammer de la chaîne Canal Plus le film HPG, son vit, son œuvre, dont les propos ne semblaient pas convenir au « respect de la femme ».

44 Il est assez difficile d’évaluer les sommes échangées en amont de la distribution elle-même, dans la mesure où une assez grande partie du milieu pornographique participe à une économie souterraine, peu ou non déclarée.

45 De nombreuses séries télévisées focalisent leur intérêt quasi exclusivement sur des histoires de sexe. Histoires dans lesquelles le sexe est cruellement absent. De multiples exemples sont repérables par un simple zapping sur des milliers de chaînes télévisées dans le monde.

46 Selon D. H. Lawrence, cette dissimulation serait intimement liée à la représentation d’une sexualité dégradée, salie et honteuse. D. H. Lawrence, Pornographie et obscénité (1929), Paris, Mille et une nuits, 2001.

47 Voir par exemple les articles de F. Amalou, « Fouiller la mémoire pour accroître l’effet des publicités », et « Méthodes manipulatoires », Le Monde, 6 juillet 2001. Dans ces articles, la journaliste s’étonne de l’indifférence dans le débat public de cette association entre publicitaires et scientifiques (psychologues en particuliers) visant à explorer notre inconscient pour mieux l’exploiter.

48 Le spectacle est devenu aujourd’hui une véritable marchandise. La substitution semble particulièrement nette dans la fameuse formule de Guy Debord, paraphrasant les premières lignes du Capital de Marx : « Toute la vie des sociétés dans lesquelles règnent les conditions modernes de production s’annonce comme une immense accumulation de spectacles. Tout ce qui était directement vécu s’est éloigné dans une représentation. »

49 Lire à ce propos R. Sennett, Les tyrannies de l’intimité, Paris, Seuil, 1995.

50 Formulé par l’un des sites parodiques de l’émission Loft Story : www.la-maman-de-jean-edouard.fr.st, à propos des participants au « jeu » de la chaîne française M6, France, 2001.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Constance , « Imaginaire pornographique et morale sexuelle. Une analyse du cas français », Éthique publique [En ligne], vol. 4, n° 2 | 2002, mis en ligne le 06 septembre 2016, consulté le 28 avril 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/2216 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.2216

Haut de page

Auteur

Jean Constance

Jean Constance est doctorant en sociologie, université Marc-Bloch, Strasbourg III et membre de l’équipe rédactionnelle de la revue Quasimodo, Montpellier, revue spécialisée dans les problématiques liées aux questions du corps.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org