Navigation – Plan du site
La prévention en action

Risques sous surveillance : une analyse géographique de l’utilisation de la vidéosurveillance

Valérie November , Francisco Klauser et Jean Ruegg

Résumés

Gérer des risques implique la mise au point de dispositifs de surveillance capables de donner des indications précises sur la situation à gérer, de manière à pouvoir décider de l’intervention la plus adéquate à fournir. Cet article interroge d’un point de vue géographique la vidéosurveillance, dispositif de surveillance doté de caméra dont la pratique est en train de s’étendre, et propose une réflexion sur les transformations des espaces urbains publics concernés qu’il est possible d’observer. Si les caractéristiques des espaces surveillés vont être déterminantes dans le type de vidéosurveillance qui sera pratiqué – en fonction des catégories de risques qui y sont identifiées –, cette dernière joue à son tour un rôle important dans le processus de transformation des espaces publics, notamment en augmentant la part de la sécurité privée dans le domaine public.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article est issu des réflexions théoriques et des recherches empiriques menées par F. Klauser sur la vidéosurveillance, par V. November sur les risques et par J. Ruegg sur la régulation des territoires. Il prolonge des réflexions menées par les auteurs dans le cadre d’une recherche européenne COST A14, intitulée « Vidéosurveillance : mécanismes de régulation dans l’espace à usage public ».

Texte intégral

  • 1 Nous considérons en effet que la vidéosurveillance n’est pas seulement un dispositif technique. Des (...)
  • 2 B. Rochette et E. Marchandet, « Vidéosurveillance et télésurveillance : médiations techniques et mé (...)
  • 3 Parmi les exceptions, nous pouvons mentionner Cahiers de la sécurité intérieure,« Urbanisme et sécu (...)

1Toute gestion des risques implique la mise au point de dispositifs de surveillance capables de donner des indications claires et précises sur la situation à gérer, de manière à pouvoir décider de l’intervention la plus adéquate. Nous assistons actuellement au développement croissant de dispositifs de surveillance à distance dotés de caméras. La vidéosurveillance est particulièrement intéressante à étudier, car non seulement elle soulève des questions éthiques sur les conditions politiques et sociales de sa mise en place, mais elle conduit aussi à réfléchir sur les transformations de la relation entre les risques et les espaces publics urbains que l’utilisation de ce dispositif sociotechnique entraîne1. La vidéosurveillance peut être définie en effet comme un instrument « pour surveiller un territoire à l’aide de caméras reliées à un central2 ». Considérer la vidéosurveillance comme un dispositif sociotechnique est un aspect qui a fait l’objet de peu de réflexions en termes spatiaux et la recherche francophone est relativement pauvre en études mettant en évidence cette dimension3.

  • 4 La prévention « situationnelle » vise à agir avant tout sur les lieux de l’incivilité ou du crime. (...)

2Cet article vise à combler quelque peu cette lacune en se concentrant sur l’analyse des qualités des espaces surveillés et la mise en évidence de la dynamique spatiale des risques. Nous proposons, à l’aide d’une réflexion géographique sur la vidéosurveillance et les risques, de répondre à la question suivante : la vidéosurveillance, qui est un outil utilisé dans le cadre de ce qui est appelé « la prévention situationnelle4 », est-elle une instrumentation en adéquation avec la dynamique spatiale des risques qu’elle est censée surveiller ?

  • 5 F. Klauser, La transformation de la territorialité urbaine en raison de la vidéosurveillance généra (...)
  • 6 V. November, Les territoires du risque : le risque comme objet de réflexion géographique, Berne, Pe (...)
  • 7 Ces études ont été réalisées par V. November dans le cadre d’un mémoire de maîtrise, intitulé Rôle (...)

3Cette analyse s’appuie sur des recherches théoriques et empiriques menées sur l’utilisation de la vidéosurveillance en Suisse, en général, et sur son développement à Genève, en particulier5. En outre elle prolonge une réflexion sur la relation générale que les risques entretiennent avec les espaces qu’ils affectent6. Cette dernière, basée sur des études analysant simultanément différentes catégories de risques (sociaux, environnementaux, industriels) dans des espaces géographiques précis7, permet d’intégrer la problématique de la vidéosurveillance dans un questionnement plus vaste sur les risques et leur dynamique spatiale. Dès lors, pour pouvoir ébaucher une réponse à la question posée, il convient de se pencher en premier lieu sur les différentes modalités de déclinaison des risques dans l’espace, autrement dit la mise en évidence d’une sorte de « grammaire spatiale » des risques, et de se demander quels sont les espaces qu’ils affectent. En second lieu, nous prendrons le problème par l’autre bout et examinerons les espaces concernés par la vidéosurveillance, et ce, en nous concentrant en particulier sur les espaces suisses et genevois. Cela devrait nous permettre, en troisième et dernier lieu, d’ébaucher une analyse géographique de la vidéosurveillance et de mettre en évidence s’il y a adéquation ou non entre les formes spatiales concernées par la vidéosurveillance et les dynamiques spatiales des risques observés. Mentionnons cependant d’entrée que les éléments de réponse rapportés dans cet article relèvent davantage d’une esquisse posant des jalons de réflexion théorique que d’une étude d’impact de cette adéquation.

La « grammaire » spatiale des risques

  • 8 V. November, « Risques naturels et croissance urbaine : réflexion théorique sur la nature et le rôl (...)
  • 9 M. Callon, P. Lascoumes et Y. Barthe, Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie techniq (...)

4L’une des caractéristiques commune aux différentes catégories de risques, qu’ils soient sociaux, technologiques majeurs ou environnementaux, est de comporter une dimension spatiale qui se manifeste directement, au moment de leur apparition, et indirectement, dans les stratégies adoptées à titre préventif. En théorie en effet, le risque peut être défini comme quelque chose de potentiel, qui ne s’est pas encore produit, mais dont on pressent qu’il se transformera en événement néfaste pour les individus ou pour une collectivité dans un ou des espaces donnés. Cette définition volontairement large du risque, déjà proposée lors de précédents travaux8, s’éloigne finalement très peu de celle adoptée par Callon, Lascoumes et Barthe dans leur étude sur les risques environnementaux. En effet, pour ces auteurs, un risque est « un danger bien identifié, associé à l’occurrence d’un événement ou d’une série d’événements, parfaitement descriptibles, dont on ne sait pas s’ils se produiront mais dont on sait qu’ils sont susceptibles de se produire9 ». Seule différence notable, notre définition intègre explicitement la dimension spatiale, qui se justifie pour deux motifs au moins. Quand le risque est considéré comme une projection dans le futur de signes d’une situation contemporaine qui hypothèque concrètement le territoire (en positif ou en négatif, d’ailleurs), il permet alors de faire ressortir quantité de décisions individuelles (quitter un quartier dangereux ou y rester) ou de mesures de gestion par la collectivité (zones industrielles, zones d’habitation, par exemple), de dispositions réglementaires ou de politiques publiques adoptées à titre préventif et qui toutes s’inscrivent, d’une manière ou d’une autre, dans le territoire. Il s’agit de la raison « indirecte » mentionnée ci-dessus qui s’ajoute à la raison « directe » plus immédiatement intelligible. Dans cette perspective, il est important de mettre en exergue que toute identification de risques a une incidence sur le devenir des espaces qu’ils concernent. Tel est le point de vue qui est retenu dans les développements suivants.

Une répartition non-homogène des risques dans le territoire

5D’une manière générale, les études de terrain permettent de mettre en évidence la non-homogénéité de la répartition des risques dans l’espace. Premièrement, quels que soient les risques concernés (sociaux, industriels ou environnementaux), ils semblent s’attacher à certains lieux, les rendant plus vulnérables : dans le cas du risque incendie, par exemple, les lieux les plus vulnérables cités lors de l’enquête sur Genève étaient les autoroutes, les raccordements ferroviaires, les tunnels, les gazoducs, la zone de stockage de pétrole, les axes de grands transits. Ces lieux font l’objet d’un plus grand nombre d’interventions de la part des services de secours, et sont davantage l’objet de mesures de prévention. Les entretiens menés ont fait ressortir des lieux spécifiques de risques (liés à l’exploitation de produits toxiques dans certaines entreprises), localisés de manière très ponctuelle dans le territoire, ainsi que des zones d’activités qui concentrent un certain nombre de risques, comme les zones industrielles et d’artisanat.

6En termes géographiques, le maillage du territoire affecté par les risques peut se décliner principalement en trois modes : parfois les risques s’insèrent dans un nœud du territoire, comme les raccordements ferroviaires ou un grand carrefour, ou dans des zones d’activités comme les groupements d’entreprises, les zones de dépôts de produits dangereux, ou encore la gare. Ils sont présents aussi dans des « lignes » du territoire, comme les tunnels autoroutiers ou les grands boulevards. Ces « lignes » correspondent aux différents réseaux qui traversent le territoire. La dispersion des risques suit donc trois formes : ils peuvent s’insérer dans les « lignes » du territoire (les réseaux), rester confinés dans des « points » (les nœuds) ou, au contraire, connoter des « surfaces » entières (les zones).

  • 10 J.-C. Bolay, Urbanization and Environment : Which Sustainable Housing for the Poors of Latin Americ (...)
  • 11 J. Gallais, Les tropiques. Terres de risques et de violence, Paris, Armand Colin, 1994.

7D’autres exemples amènent aussi à observer des concentrations de risques de différentes catégories en certains lieux, alors que d’autres endroits en semblent exempts : populations dites « à risque », habitant sur des sites pollués, exposées du même coup à des maladies graves ; ou encore, des risques naturels (des inondations, par exemple) menaçant une population plutôt pauvre, qui n’a pas les moyens financiers d’aller habiter ailleurs. Dans une étude détaillée sur l’urbanisation en Amérique latine, Jean-Claude Bolay souligne à cet égard que, dans les villes de ce continent, les plus pauvres vivent systématiquement dans des lieux où les problèmes écologiques sont concentrés10. Nous pouvons mentionner Rio de Janeiro, ville citée par Jean Gallais, où les habitants des favelas, population défavorisée s’il en est, s’installent sur les parois escarpées des mornes qui dominent la baie, alors que ces dernières présentent un risque d’éboulement et de glissement de terrain11. Nous pouvons encore évoquer le quartier de Nylon à Douala, au Cameroun, bidonville en voie de réhabilitation installé sur d’anciens marécages, sur des terrains qui sont par conséquent inondables en cas de montée des eaux. Il y aurait donc accumulation de risques de différentes catégories en certains lieux. Le Nord, pas plus que les pays du Sud, n’est épargné, comme nous l’avons vu encore récemment avec les inondations dans le sud de la France.

Des risques « diffus » et des risques « concentrés »

  • 12 V. November, Rôle et nature du risque dans la structure urbaine, op. cit.

8Cette première répartition des risques dans l’espace géographique se double d’une seconde, provisoirement qualifiée de « risques focalisés » (concentration de risques en un endroit) et de « risques diffus » (dispersion de risques dans un territoire) dans une recherche antérieure12. Par risques « focalisés », ou « concentrés », nous entendons tous les risques qui se situent dans des lieux précis du territoire. Les risques de cette catégorie peuvent donc se répartir selon les modalités exprimées ci-dessus. Les risques « diffus » concernent, eux, une échelle géographique plus vaste. Cela peut être un quartier où des risques sont connus et mettent à mal toute son identité. Les risques liés au transport de matières dangereuses, tout le long des axes routiers, peuvent être qualifiés de risques diffus, tout comme le risque d’incendie, qui peut survenir partout.

  • 13 J.-P. Galland, Les risques du ministère de l’Équipement, des Transports et du Logement, notes du Ce (...)

9Depuis, cette distinction semble avoir fait du chemin puisqu’on la trouve également dans le rapport du ministère français de l’Équipement, des Transports et du Logement (METL)13, aux côtés de la catégorie des « risques territorialisés ». Il est particulièrement intéressant de noter que le passage de la catégorisation des risques selon leur « nature » (industriel, technologique majeur, social, naturel) à leur modalité de répartition dans l’espace (« risques réseaux », « risques territorialisés », « risques diffus ») coïncide avec la démarche retenue par le METL.

10Cet essai de catégorisation de la dynamique spatiale des risques appelle deux commentaires : d’une part, il faut mentionner que les acteurs interrogés étaient toujours conscients de la « volatilité » des lieux de risques, c’est-à-dire le fait que les mesures de gestion conduisaient parfois non pas à éliminer le risque, mais seulement à le déplacer un peu plus loin (comme cela est ressorti par exemple lors de l’entretien réalisé avec un responsable de la police genevoise, ou encore avec des membres d’associations communautaires dans le quartier Saint-Sauveur à Québec). D’autre part, la catégorisation spatiale change selon l’échelle d’analyse adoptée : un risque aura tendance à être soit diffus soit ponctuel à l’échelle interurbaine, alors qu’à l’échelle intra-urbaine il se déclinera tantôt en points, tantôt en lignes, tantôt en surfaces de risques.

11Les risques sociaux, ceux majoritairement concernés par la vidéosurveillance, c’est-à-dire les différentes formes d’incivilités, de délinquance et autres faits de criminalité, semblent aussi se décliner selon cette grammaire spatiale. En effet, de manière similaire à ce qui a été observé lors de l’enquête sur le risque incendie à Genève, les risques sociaux peuvent être repérés dans des points précis de la ville : c’est le cas, par exemple, de la place des Volontaires, qui est un lieu de trafic de stupéfiants tout en étant un haut lieu de culture avec les scènes de spectacle les plus courues de Genève. Si l’on se réfère à un ensemble urbain plus grand, les risques peuvent caractériser aussi des quartiers entiers, comme certaines cités plus défavorisées à la périphérie de cette même ville. Il faut enfin signaler que, simultanément, des risques sociaux sont également présents sous forme de réseaux, comme les narcotrafiquants qui alimentent par ailleurs des points précis de la ville (la place déjà mentionnée ou la gare, par exemple).

12Si les risques couverts par la vidéosurveillance, c’est-à-dire ceux liés à la délinquance et à la criminalité, semblent se décliner selon cette « grammaire spatiale », il convient maintenant de se pencher sur la vidéosurveillance telle qu’elle est mise en place notamment en Suisse et à Genève et de voir comment elle se situe, en tant que dispositif destiné à gérer ces risques, face à cette dynamique spatiale des risques.

Pratiques de vidéosurveillance et contexte genevois

13Globalement, la vidéosurveillance est un phénomène en pleine expansion. En Suisse, il est cependant plus récent qu’en Angleterre et aux États-Unis, et le pays ne dispose par exemple pas à son sujet d’une réglementation juridique explicite et spécifique. Malgré cet essor, la vidéosurveillance reste un monde relativement opaque et mal connu. Les informations recueillies sont confidentielles, d’une part, et les données relatives aux formes d’organisation et aux modalités de la surveillance sont rares, d’autre part. Même l’ampleur réelle du phénomène reste largement méconnue, puisqu’il n’existe aucun registre des caméras de surveillance qui permettrait d’évaluer le nombre dédié au contrôle de l’espace public en Suisse.

  • 14 F. Klauser, La transformation de la territorialité urbaine, op. cit.

14Pour examiner la logique de localisation et les conséquences spatiales de la vidéosurveillance, il a donc fallu, en amont, effectuer un inventaire des caméras privées et publiques visant l’espace public au centre-ville de Genève14. En considérant qu’un « espace public » concerne tout « espace ouvert extérieur à usage public », comme les rues, les places, les trottoirs, mais aussi l’université et les passages piétons, il est devenu possible de répondre aux questions « qui surveille ? », « qu’est-ce qu’on surveille ? » et « comment surveille-t-on ? ». Dans le territoire genevois considéré, on trouve le quartier des affaires et des banques, des rues concernées par la prostitution, un quartier d’habitations et de petits commerçants, ainsi que la Vieille-Ville.

  • 15 La documentation spécialisée utilise souvent le sigle CCTV (Closed Circuit Television) pour « vidéo (...)
  • 16 Les résultats genevois sont comparables à ce qu’il est permis d’observer dans d’autres villes de Su (...)
  • 17 Les commerces utilisant une surveillance vidéo visant l’espace public extérieur sont très variés : (...)

15En ce qui concerne la ville de Genève, la vidéosurveillance de l’espace public effectuée par des acteurs publics ne représente qu’une petite partie des caméras installées sur l’échantillon pris en considération. À part le système de vidéosurveillance de la circulation autoroutière, il n’existe aucun système fermé de vidéosurveillance de l’espace public (CCTV)15 géré par la police, comme c’est le cas en France, en Angleterre et aux États-Unis. D’autres acteurs publics utilisent par contre des caméras de surveillance en vue de sécuriser certains bâtiments ainsi que certains lieux à risque (21 %)16. En ce qui concerne les institutions privées, à part les institutions financières dont les caméras constituent à peu près 38 % des 277 caméras trouvées, les hôtels, les restaurants et les boîtes de nuit (16 %) ainsi que divers commerces (19 %)17 peuvent être considérés comme les grands utilisateurs de vidéosurveillance. Certaines caméras (6 %) n’ont pas pu être identifiées en termes d’appartenance précise à une institution.

16Toutefois, il faut noter que, dans la plupart de ces exemples, les capacités techniques des caméras permettent d’agrandir le champ visuel au-delà de ce qui est nécessaire, quand bien même c’est ce « nécessaire » qui sert de légitimation à la mise en place du dispositif. Les limites spatiales de l’endroit visé sont donc dépassées, et la surveillance est prolongée sur l’espace public ambiant. Correspondent à ce cas de figure, par exemple, les caméras de vidéosurveillance du nouveau bâtiment de l’université de Genève (Uni Mail), celles placées aux abords des entrepôts de la compagnie de transports publics genevois (TPG) et celles installées aux lieux d’accès du centre d’entretien des chemins de fer fédéraux (CFF). De plus, plusieurs bâtiments abritant le siège d’administrations cantonales (Département de l’aménagement, de l’équipement et du logement, Hôtel des finances), le consulat de France ou le siège de la communauté israélite de Genève, sont équipés de caméras de surveillance offrant des potentialités similaires.

  • 18 Une visite récente en Irlande semble toutefois indiquer que l’importance de la taille de l’entrepri (...)

17Ainsi, d’une manière générale, la vidéosurveillance à Genève semble être caractérisée par une grande fragmentation des utilisateurs et par une gestion privatisée majoritaire. D’après nos observations, les caméras sont principalement localisées dans le quartier où les échanges de type commerçant et financier sont dominants. Ce quartier est le pouls bancaire de Genève et concentre donc un nombre important d’institutions financières. Les utilisateurs de caméras, bien que situés de manière concentrée sur les mêmes lieux, disposent chacun de leur propre dispositif de surveillance. C’est pourquoi nous pouvons constater une sorte de « morcellement » ou de fragmentation de la surveillance. Ce tableau doit cependant être nuancé dans la mesure où la taille des entreprises jouerait également un rôle18. L’inventaire a en effet mis en évidence qu’il y avait très peu de caméras de surveillance en Vieille-Ville. Or, celle-ci abrite des commerces et des institutions comparables, sauf en ce qui concerne leurs dimensions : on y trouve plutôt de petits magasins de mode haut de gamme, des galeries d’art, ainsi que de petites bijouteries.

18Enfin, les caméras sont souvent orientées de manière très précise sur une partie du trottoir et de la rue qui avoisine la sortie de service des bâtiments concernés. Elles sécurisent d’autres lieux à risque aussi, par exemple l’espace autour d’un distributeur automatique d’argent. C’est pourquoi nous avons pu constater que les caméras répondent, d’un côté, à un type de risques extrêmement précis, liés à la fonction spécifique d’un lieu donné. Les caméras de surveillance contrôlant l’entrée de certains hôtels de luxe et de discothèques, semblent suivre la même logique. D’un autre côté, on constate que certains lieux surveillés le sont de manière plus « diffuse », c’est-à-dire que l’œil de la caméra surveille le bâtiment en entier. Dans ce cas, les caméras sont placées afin de balayer toute la façade extérieure du bâtiment, ce qui augmente évidemment l’espace touché qui déborde, en l’occurrence, sur le domaine public.

  • 19 Elle est élaborée dans F. Klauser, La transformation de la territorialité urbaine, op. cit.

19À partir de cette étude, il est possible de faire ressortir plusieurs utilisations de la vidéosurveillance. Nous en rendons compte sous la forme d’une typologie sommaire19, mais il est bien clair que, souvent, les caractéristiques se combinent et se mélangent.

  • 20 A. Vitalis, « Être vu sans jamais voir », Le Monde diplomatique, mars 1998, p. 28.
  • 21 D. Hanot, Liberté télésurveillée, Paris, L’Harmattan, 1996, p. 8.

20Un premier objectif lié à la vidéosurveillance peut être dit sécuritaire. Comme le souligne Vitalis, l’objectif sécuritaire est, historiquement, à l’origine de l’emploi des caméras de surveillance20. L’étymologie de « sécurité », qui est un des droits fondamentaux, provient du latin securitas qui signifie un état de certitude face à une menace de danger21. Cette menace de danger, gérée par l’intermédiaire de la vidéosurveillance, peut être de nature diverse. Il s’agit non seulement des risques sociaux (comme les agressions, les vols, etc.), mais aussi des risques environnementaux et technologiques comme les incendies. Il faut noter que l’objet lui-même, exposé au risque et censé être protégé, peut être lui aussi de nature diverse : il peut s’agir de biens, de personnes, de capitaux. Dans de nombreuses situations d’ailleurs, ces objets se combinent. À Genève, la vidéosurveillance du passage piéton souterrain de la gare (appelé « Métro Shopping ») ne vise pas seulement à protéger les personnes, mais aussi la marchandise. D’après notre inventaire, il semble que la sécurité soit la raison première de la vidéosurveillance à Genève.

  • 22 En Angleterre, la vidéosurveillance « conservatrice » a fait l’objet de plusieurs études. Voir à ti (...)
  • 23 Notons par exemple la vidéosurveillance du 1,2 km du « trottoir de la prostitution » à Olten depuis (...)

21Une deuxième dimension liée à la vidéosurveillance relève d’un objectif conservateur. Elle repose sur le caractère normatif des caméras de surveillance et concerne, grosso modo, tous les aspects de la surveillance qui ont trait à la consolidation de l’ordre social22. Contrairement à la dimension sécuritaire, il s’agit là davantage d’un usage collectif de l’instrument que d’un usage individuel. Tandis que les institutions privées utilisent leur système de vidéosurveillance dans une optique sécuritaire en vue de protéger un point précis dans le territoire (sécurité des biens, des personnes et des capitaux), la surveillance « conservatrice », visant à stabiliser l’ordre social en général, relève beaucoup plus de la sphère publique et de la collectivité dans son ensemble. Elle concerne donc en premier lieu les autorités de justice et de police. En Suisse, bien qu’il existe plusieurs projets de systèmes fermés de vidéosurveillance (CCTV) relevant de cette catégorie23, le nombre de caméras de surveillance utilisées par les acteurs publics est relativement restreint.

22Troisièmement, un objectif productiviste peut être mentionné. Il s’agit de cas où la vidéosurveillance est utilisée dans le dessein d’améliorer le déroulement et la gestion d’une activité. Il s’agit d’une catégorie très hétérogène impliquant des acteurs publics aussi bien que privés. Le pilotage de caméras destinées à réguler les feux de circulation répond à cet objectif puisqu’il permet à la police d’améliorer substantiellement la fluidité du trafic et la sécurité routière. La surveillance des entrées-sorties de secours utilisées par les pompiers ou les ambulanciers fait également partie de cette catégorie.

  • 24 Plusieurs autres catégories d’objectifs peuvent être signalées, en plus de ces trois types généraux (...)
  • 25 P.-A. Preti et P. Schouwey, « Un automobiliste au passé trouble a été abattu froidement en pleine n (...)

23Toutefois, dans la pratique, on constate que ces trois formes d’utilisation tendent à se mélanger24. Des caméras à objectif productiviste peuvent également servir à d’autres fins. Ainsi, récemment, la police cantonale de Genève a utilisé des images enregistrées par une caméra dédiée au contrôle de la circulation routière pour éclaircir un meurtre, car la caméra était le seul témoin visuel disponible25.

  • 26 Dans la législation suisse, la liberté individuelle constitue un des principes de base de la consti (...)
  • 27 M.-C. Renard, Les enjeux sociaux de la vidéosurveillance : processus de la mise en place d’un nouve (...)

24Cet essai de typologie appelle deux commentaires, d’ordre plus général. Premièrement, il y a deux types d’utilisateurs de vidéosurveillance, privés et publics. Cette distinction, qui figure également dans la réglementation juridique26, n’est pourtant pas si facile à établir dans les faits. Il apparaît que plusieurs types d’acteurs peuvent avoir en même temps accès aux informations fournies par les caméras de vidéosurveillance, peu importe qu’ils soient publics ou privés et qu’ils soient ou non coordonnés. Un élément supplémentaire peut souvent venir brouiller les pistes : ce n’est pas forcément celui qui installe le dispositif qui va en être le bénéficiaire. Renard a ainsi montré dans une étude sur la vidéosurveillance au centre-ville de Lyon que le Centre de supervision urbaine de la ville, qui s’occupe de la maintenance et du fonctionnement du dispositif, et qui est un organe public, protège principalement des intérêts privés, en l’occurrence ceux des commerçants. De plus, il est prévu d’étendre ce dispositif de surveillance public à d’autres secteurs de la ville et, à terme, d’arriver à un fonctionnement mixte public-privé, voire à la privatisation complète du dispositif. En vue d’une rentabilisation de la prestation, une des évolutions principales envisagée par le Centre de supervision urbaine de Lyon est sa transformation en une société prestataire de service qui serait à disposition de tous les acteurs qui la solliciteraient27.

  • 28 Voir E. Heilmann et A. Vitalis, Nouvelles technologies, nouvelles régulations, Paris, IHESI, 1996.

25Deuxièmement, cette typologie prolonge en quelque sorte une autre classification, plus traditionnelle, des pratiques de vidéosurveillance. La documentation spécialisée distingue en effet souvent la vidéosurveillance de « prévention », c’est-à-dire celle qui incite à adopter le comportement requis, de celle de « répression », c’est-à-dire celle utilisée après coup lors d’enquêtes policières, notamment. Toutefois, ainsi que le soulignent Vitalis et Heilmann, les deux formes de vidéosurveillance sont souvent combinées, dans la pratique28.

  • 29 Voir, pour les États-Unis, I. Ramonet, « Tous fliqués », Manière de voir, no 56, mars-avril 2001, p (...)
  • 30 D. Borchers, « Von Angesicht zu Angesicht », Neue Zürcher Zeitung, 5 juillet 2002, p. 8.
  • 31 S. Grob, « Mit Videokamera gegen Autodiebe », Tages-Anzeiger, 27 juin 2000, p. 15.

26La formule retenue aura une forte incidence sur la visibilité des caméras de surveillance. Pour la surveillance préventive, il est nécessaire que les individus se sachent surveillés, les caméras seront posées de façon ostensible et leur présence sera signalée par un affichage adéquat. La vidéosurveillance répressive, elle, fonctionne avec des caméras cachées et miniaturisées, dont les capacités ne cessent d’augmenter avec les progrès technologiques de ces dernières années. Il est important de noter également que le caractère technique plus ou moins sophistiqué de l’équipement est déterminant pour l’efficacité du dispositif de surveillance. En effet, celui-ci s’appuie de plus en plus sur la technologie numérique, qui permet une gestion améliorée des informations ainsi que sur de nombreuses applications nouvelles, par exemple, la reconnaissance faciale, qui connaît un certain succès en Angleterre et aux États-Unis29. À l’heure actuelle, en Suisse, le seul système de reconnaissance faciale est utilisé par l’aéroport de Zurich30. Il existe par contre plusieurs systèmes de reconnaissance automatique des plaques minéralogiques des voitures31. Ce développement technique pose d’ailleurs des problèmes éthiques concernant le risque d’atteinte à la vie privée, puisque souvent la position de la caméra, les possibilités de zoom et la grandeur de l’angle de prise de vue peuvent permettre l’identification des surveillé(e)s.

27Après avoir dégagé les principales caractéristiques des pratiques de surveillance par caméra et entrevu brièvement comment la vidéosurveillance est pratiquée à Genève, regardons maintenant comment cette surveillance s’organise en termes spatiaux et comment elle peut être comprise d’un point de vue géographique.

Analyse géographique : les effets spatiaux de la vidéosurveillance

  • 32 Une des recherches les plus poussées de la vidéosurveillance de l’espace privé est celle de M. Akri (...)

28Nous proposons d’examiner les différentes logiques spatiales liées à la vidéosurveillance, en nous basant dans un premier temps sur la distinction générale entre surveillance des espaces privés et surveillance des espaces publics32. Dans un deuxième temps, la dimension territoriale des caméras de surveillance est examinée à deux échelles distinctes : la nature et le fonctionnement des téléréseaux de surveillance à grande échelle géographique ; ensuite, à plus petite échelle, nous approfondirons la réflexion portant sur la distribution spatiale de ces systèmes.

Logique de « point » et logique de « surface »

29Nous avons vu, du point de vue de la gestion du risque, que la vidéosurveillance dans sa dimension sécuritaire concernait plutôt des usagers privés et que la dimension conservatrice concernait plutôt la collectivité. L’organisation et les capacités techniques du système ainsi que la position et la direction des caméras dépendent principalement de cette distinction. La quasi-totalité des caméras de surveillance à Genève visent le périmètre immédiat des institutions privées. Dans la plupart des cas – même en ce qui concerne les caméras gérées par les institutions publiques –, elles sont placées le long des murs extérieurs ou sous l’avant-toit des bâtiments permettant ainsi la prise de vue de l’entrée et de l’espace environnant. La vidéosurveillance permet ainsi en premier lieu de protéger un bâtiment vis-à-vis de l’extérieur. La protection est conçue « du dedans » pour sécuriser l’espace privé face à des dangers venant « du dehors », c’est-à-dire de l’espace public. Puisque l’installation et la gestion des caméras de surveillance sont financées par les acteurs privés, c’est l’utilité privée et les intérêts personnels qui conditionnent le choix d’un système de vidéosurveillance. Très souvent, la surveillance suit une logique de point. C’est l’endroit précis identifié comme point à risque qui est visé et qui fait l’objet d’une surveillance particulière : la porte de service de la poste, l’entrée d’un hôtel de luxe ou d’une boîte de nuit, ou encore le poste de péage d’un parking. C’est l’intérêt particulier qui justifie cette surveillance ciblée sur une partie précise du territoire. La question de savoir si le système est trop intrusif par rapport à l’espace public ou s’il menace par trop la liberté individuelle des passants devient alors secondaire : c’est l’objectif sécuritaire interne et privé qui compte.

30Au contraire de la logique de point de la vidéosurveillance dite « sécuritaire », la surveillance dite « conservatrice » suit une logique de surface. C’est la surveillance de l’espace public qui est sa fin. Elle est donc généralement assumée par des acteurs publics chargés de la sécurité collective, la police notamment. Comparé au premier cas de figure, il s’agit avant tout d’une différence d’échelle, puisque la vidéosurveillance conservatrice vise à sécuriser des rues, des places, voire des quartiers entiers. Il s’agit d’une logique plutôt normative faisant appel à des dispositifs contrôlant des parties plus étendues de territoire.

31En conséquence, un premier aspect géographique concerne l’échelle de la surveillance. Tandis que les caméras à petite échelle géographique surveillent un grand espace sans identification des individus (par exemple, la sécurité routière), les caméras à grande échelle géographique se focalisent sur une partie bien précise du territoire afin de répondre à d’autres catégories de risques. En pratique, les deux échelles se combinent assez facilement. L’organisation planifiée et minutieusement ajustée du système permet souvent non seulement une couverture quasi absolue du territoire surveillé à petite échelle géographique, mais aussi le suivi permanent d’un objet ou d’une personne surveillée, en mobilisant les possibilités techniques de la caméra (zoom, par exemple).

32Un deuxième aspect, qui prolonge le premier, concerne la mise en réseau du système de surveillance et l’« effacement » de la distance géographique entre surveillé et surveillant.

L’« effacement » de la distance ou « les réseaux médiatisés de téléproximité »

  • 33 Voir F. Klauser, « La vidéosurveillance de l’espace public », art. cité, p. 91.

33Il est en effet possible d’interpréter les positions et relations spatiales qui se tissent par l’intermédiaire de la caméra de la façon suivante : la caméra surveillant un espace (une surface) est placée en un lieu (un point). L’image est surveillée, en un autre lieu, soit d’une manière active par le personnel de sécurité, soit d’une manière passive et automatique. La toile tissée par la centrale de récolte des images et les points surveillés dessine le réseau (lignes). Lorsqu’elles sont largement diffusées, les caméras de surveillance sont alors à l’origine d’une multitude de réseaux de téléproximité33, qui sont constitués de points, de lignes et de surfaces, qui sont souvent à la fois publics et privés et contrôlés et gérés soit par des compagnies privées de surveillance, soit par les institutions privées ou publiques elles-mêmes. Selon l’étymologie grecque, « télé » signifie loin : la vidéosurveillance permet de surveiller de loin, à distance, de sorte que le surveillant se trouve à la fois proche et loin de l’espace contrôlé. Malgré la distance spatiale réelle entre les caméras et le moniteur installé dans leur bureau, la caméra permet aux surveillants de voir de près la portion du territoire surveillée à distance.

34Aujourd’hui, la technologie numérique de détection et d’enregistrement vidéo peut être associée à de nombreuses applications supplémentaires permettant un emploi plus précis des caméras de surveillance. Ces applications supplémentaires sophistiquées peuvent en partie transformer les réseaux de surveillance. D’une part, le personnel surveillant les caméras de surveillance est remplacé par des systèmes automatiques préprogrammés. D’autre part, apparaissent des réseaux de téléproximité de plus en plus indépendants d’installations fixes pour capter et transmettre les informations.

35La mobilité croissante des réseaux de téléproximité concerne à la fois les lieux surveillés et les lieux de contrôle. Lorsque le lieu vidéosurveillé n’est pas fixe, ce qui est par exemple le cas dans la vidéosurveillance des wagons de trains des cff, les images enregistrées peuvent être transmises par connexion radio. Les mini-caméras utilisées dans la plupart des cas pour surveiller les espaces semi-publics (ou, plus précisément, des espaces privés à usage public), comme les centres commerciaux, sont un deuxième exemple de système léger et flexible de vidéosurveillance. Très souvent, ces mini-caméras sont alimentées par pile. Là aussi, les informations peuvent être transmises par connexion radio et conservées à l’aide d’un petit système d’enregistrement intégré.

  • 34 Comme le dit C. Raffestin, « ces relations qui tissent la territorialité humaine ne sont pas binair (...)
  • 35 C. Raffestin, Pour une géographie du pouvoir, Paris, Litec, 1980, p. 171.

36Les systèmes vidéo modifient alors le rapport à l’espace chez les surveillants dans le sens qu’ils permettent de « vaincre » la distance réelle. Le surveillant se trouve – malgré son éloignement – au centre d’un réseau « médiatisé34» de surveillance constitué par l’ensemble des lignes qui connectent les caméras au point central. L’image de murs remplis d’écrans symbolise parfaitement la télécentralité du surveillant. Dans une perspective de géographie politique s’inscrivant dans la ligne de Raffestin35, cette télécentralité occupée par un surveillant rappelle singulièrement la place stratégique de commandement, lieu de pouvoir par excellence. La figure du surveillant ne correspond donc plus seulement à une personne physique, elle se retrouve également investie d’une véritable délégation du pouvoir.

  • 36 Voir D. Lyon, « An Electronic Panopticon : A Sociological Critique of Surveillance Theory », Sociol (...)

37De nombreux auteurs montrent d’ailleurs que la vidéosurveillance n’est pas un phénomène neutre mais qu’elle révèle et accentue des relations de pouvoir multiples qui traversent l’ensemble de la société. Dans ce contexte, on fait souvent le lien avec le Panopticon de Bentham pour intégrer la question du pouvoir36. Dans cette perspective, et du point de vue géographique qui est le nôtre, nous nous intéressons à la distribution spatiale des caméras de surveillance. En effet, nous pensons que cette distribution influe sur les relations entre surveillants et surveillés, relations qui intègrent toutes du pouvoir. Ce sera le troisième élément abordé.

La distribution non homogène des caméras de surveillance sur le territoire

38Bien que, techniquement, il soit possible d’implanter des caméras partout, elles ne se répartissent pas sur le territoire de manière uniforme. Nous l’avons vu pour Genève, on trouve une densité très élevée de caméras de surveillance dans le quartier des banques. Ces résultats genevois coïncident d’ailleurs avec ceux d’une étude comparable réalisée à Manhattan37.

39La distribution spatiale des caméras de surveillance dépend ainsi – en raison du caractère privé et fragmenté des installations et de la gestion des systèmes de vidéosurveillance – avant tout de la localisation de ses utilisateurs. Plus que le critère purement quantitatif de la densité de la population, c’est le caractère qualitatif et fonctionnel d’un endroit qui explique la distribution spatiale discontinue et hétérogène des caméras de surveillance.

  • 38 M. Akrich et C. Méadel, op. cit., p. 63.
  • 39 Ibid., p. 95.

40Il est évident pour tous que l’installation d’une caméra de surveillance correspond en premier lieu à une nécessité de protection (biens, personnes, capitaux). Une fois la décision prise de recourir à cette technologie, les caractéristiques spatiales et sociales des lieux vidéosurveillés deviennent importantes, en termes d’identification d’un certain nombre de risques. C’est ce que suggèrent Akrich et Méadel dans leur recherche sur les usagers ayant recours à la vidéosurveillance dans les espaces privés : « En première instance donc, la prise de décision s’effectue dans un double environnement, d’une part dans un environnement géographiquement déterminé, celui dans lequel s’insère l’habitation [l’institution] en question et qui possède pour les usagers un certain nombre de caractéristiques spatiales et sociales justifiant le recours à des techniques de surveillance, d’autre part, dans un environnement de “confiance”, constitué par les quelques proches qui suggèrent et même soutiennent le projet d’équipement38.» Quant à la relation qu’entretiennent les usagers de la vidéosurveillance avec l’espace urbain, Akrich et Méadel soulignent justement que « la notion de tissu urbain paraît en définitive mal adaptée à la manière dont les acteurs conçoivent leur territoire : ils ne se pensent pas dans un tissu urbain, qui suppose une trame, une co-présence du collectif indépendante de chaque particulier. Certains se pensent comme des gens isolés, dépourvus de rapport avec le milieu qui les entoure ; il n’y a pas de relations d’intérêt réciproque, les menaces peuvent aussi bien venir du proche que du lointain, du coutumier que de l’inconnu. D’autres jouent la carte des relations conviviales en s’intégrant dans un réseau de voisinage que la télésurveillance permet de renforcer ou même d’établir. Il apparaît en définitive que le choix d’un dispositif sociotechnique spécifique en matière de télésurveillance – avec une insistance particulière sur les modalités d’intervention privilégiées – correspond à des configurations spécifiques de l’espace39. » Ainsi, les caractéristiques (sociales, économiques, politiques…) des espaces concernés par la vidéosurveillance vont être déterminantes dans la technique utilisée. Nous avons là un premier indice de l’importance que joue l’environnement urbain dans le développement de ce dispositif sociotechnique. Toutefois, il est aussi possible d’observer l’inverse : la vidéosurveillance semble jouer, à son tour, un rôle non négligeable dans la transformation des espaces surveillés.

Modification des qualités des espaces surveillés

41Les caméras de surveillance s’inscrivent non seulement comme des points sur le territoire, mais elles le structurent et le modifient aussi. Parfois « points » isolés, parfois inséré dans un « réseau » plus vaste, l’espace surveillé change, ses qualités se transforment. L’étude de la distribution spatiale des caméras de surveillance au centre-ville de Genève met en évidence le débordement de la sphère privée dans le domaine public. Si la plupart des systèmes vidéo surveillant l’espace public sont en main d’acteurs privés, du moins à Genève, c’est que nous sommes en train d’assister à une lente et progressive modification des espaces publics.

  • 40 P. Sansot, « Autour de l’accessibilité aux espaces publics », Espaces et société, nos 62-63, 1990, (...)

42En suivant Sansot, on pourrait objecter que « l’espace public est à proprement parler inhabitable (nul ne peut se targuer d’en être propriétaire)40 ». Mais tous les espaces publics sont susceptibles d’être appropriés à tout moment par des groupes sociaux différents. C’est ce qui semble se produire dans le cas de la vidéosurveillance : actuellement, on assiste à un prolongement de l’espace privé dans l’espace public. Le privé pénètre de façon plus ou moins opaque, plus ou moins réglementée, les espaces à usages publics. Les institutions privées s’approprient symboliquement l’espace public se trouvant dans le prolongement du « lieu à risque » qu’elles ont préalablement – et unilatéralement – défini. On assiste alors à une forme de privatisation de l’espace public mais sans que la frontière entre l’« espace privé » et l’« espace public » ne soit clairement tracée. Cette séparation toujours plus floue entre les deux espaces, constitue un enjeu considérable en termes de régulation collective (et donc d’éthique), car elle devient scientifiquement et analytiquement toujours plus difficile à cerner tant en ce qui concerne le statut de l’utilisateur de la vidéosurveillance que celui de l’espace surveillé.

  • 41 Notamment les travaux de D. Hanot, op. cit.
  • 42 À cet égard, voir O. Razac, Histoire politique du barbelé : la prairie, la tranchée, le camp, Paris (...)

43Les répercussions de cette modification semblent également avoir des effets sur les territoires concernés. La présence de caméras peut introduire un certain nombre de différenciations spatiales entre les espaces surveillés et ceux qui ne le sont pas, d’une part, et entre ceux qui subissent une vidéosurveillance de « répression » et ceux qui sont touchés par une vidéosurveillance de « prévention », d’autre part. Des études réalisées en particulier sur le rôle des caméras de surveillance en termes de gestion des risques sociaux, notamment en Grande-Bretagne, ont montré que les caméras visibles de type préventif ont une incidence sur le comportement des personnes qui se sentent surveillées41. Dans cette perspective, la vidéosurveillance peut jouer un rôle important en ce qui concerne l’amélioration de la sécurité de certains endroits. La sécurité ainsi augmentée contribue à valoriser certains espaces au détriment d’autres parties, non surveillées, du territoire. Il y aurait par conséquent une hiérarchisation sécuritaire des différentes parties du territoire : tandis que certains espaces deviennent des archipels surveillés et contrôlés, d’autres demeurent incontrôlés42. Cette hiérarchisation est obtenue grâce au pouvoir de consolidation de l’ordre social des caméras de surveillance. En cela, elles contribuent donc à la stabilisation des pouvoirs économiques et politiques existants.

44Pour terminer, revenons sur les aspects principaux de notre argumentation. Dans un premier temps, nous avons mis en évidence la dynamique spatiale des risques, appelée « grammaire » spatiale des risques, qui se décline en points (lieux précis de risques), lignes (infrastructure et réseaux) et surfaces (zones entières). Simultanément, alors que les risques se concentrent en certains lieux, il existe des risques « diffus », c’est-à-dire qui peuvent surgir de partout. À cet égard, nous avons vu que les risques liés aux diverses incivilités correspondent à cette double répartition spatiale : ils affectent des points précis du territoire quand bien même ils sont susceptibles de survenir partout dans la ville.

45Dans un deuxième temps, l’étude sur la vidéosurveillance a fait ressortir les différentes modalités de surveillance par les caméras (conservatrice, productiviste, sécuritaire) qui coexistent. Celles-ci nous ont conduit à mettre en évidence les différences entre les pratiques de vidéosurveillance des usagers privés (une logique de point, avec une priorité sur les intérêts individuels) et celle des instances publiques qui suit plutôt une logique de surface (intérêt pour la collectivité et surveillance générale de la ville). Toutefois, ces logiques peuvent se superposer dans la pratique.

46Il nous est apparu alors que la vidéosurveillance ne dépend pas uniquement des caractéristiques des espaces surveillés et des différentes situations à protéger, mais qu’elle joue un rôle important, quoique peu visible, dans la transformation des espaces publics. En effet, nous pouvons mettre en évidence deux aspects qui nous semblent à même de prolonger la discussion sur les questions éthiques soulevées par les pratiques de vidéosurveillance. Le premier concerne l’augmentation de la surveillance privée sur les domaines publics. Il y a en quelque sorte un « front » privé qui tend à empiéter sur les espaces publics. Notons tout de même que la riposte s’organise, comme à Strasbourg, Paris, et Zürich, où des associations proposent des visites guidées publiques des caméras installées en ville… Le deuxième élément concerne l’effet stigmatisant de la vidéosur veillance et son rôle dans la hiérarchisation des espaces : nous avons vu que ce ne sont pas tous les espaces qui sont surveillés de la même manière. La surveillance est concentrée sur certains espaces, considérés comme présentant davantage de risques. Nous avons vu aussi que ces espaces étaient principalement ceux des commerçants et des institutions financières. Cela signifie donc qu’il y a création d’espaces sécurisés (comme les centres commerciaux, espaces privés mais ouverts au public), et des espaces qui ne le sont pas. Or, les faits d’incivilités se produisent ailleurs également. Se dirige-t-on alors vers une claire distinction entre des espaces privés, associés à des espaces sécurisés et donc attractifs, et des espaces publics, non sécurisés et associés à la présence de risques de toute sorte ? Dès lors, se pose la question de savoir si nous ne sommes pas en train d’assister lentement à l’érosion de ce que nous avons appelé jusqu’ici « espaces publics », dans la mesure où les instances régulatrices de ces espaces deviennent de plus en plus privatisées. En dernier lieu, si la vidéosurveillance ne semble être que partiellement en adéquation avec la dynamique des risques, elle paraît être un instrument dont il convient de mesurer la portée pour ce qui est de son rôle majeur dans les processus de transformations urbaines en cours. Pour toutes ces raisons, nous pensons qu’il est temps de reprendre la question du sens même de l’individualité (et de sa sphère privée) dans l’espace public. En effet, nombre de travaux mettent en évidence l’antagonisme fondamental suivant : l’augmentation de la sécurité (security) et la réduction de l’autonomie individuelle (privacy). Dans la mesure où l’expansion de la vidéosurveillance accroît cet antagonisme, il y aurait lieu d’en faire un sujet de débat public plutôt que d’en accepter, presque impuissants, la privatisation.

Haut de page

Notes

1 Nous considérons en effet que la vidéosurveillance n’est pas seulement un dispositif technique. Des aspects sociaux, culturels, politiques et économiques sont totalement intégrés dans son fonctionnement, d’où l’appellation de « dispositif sociotechnique ».

2 B. Rochette et E. Marchandet, « Vidéosurveillance et télésurveillance : médiations techniques et médiations politiques », M. Ansidéi (dir.), Les risques urbains : acteurs et systèmes de prévention, Paris, Anthropos, 1998, p. 189.

3 Parmi les exceptions, nous pouvons mentionner Cahiers de la sécurité intérieure,« Urbanisme et sécurité », no 43, 2001, contenant notamment des articles de F. Ocqueteau, M. Akrich et C. Méadel, ainsi que l’ouvrage dirigé par M. Ansidéi, Les risques urbains, op. cit. Il faut noter que les études sur la vidéosurveillance sont plutôt traitées dans le domaine des ntic par les géographes (par exemple, le supplément de La Recherche, no 337 intitulé « ville.com », décembre 2000). Les géographes anglophones se sont saisis de la question plus tôt. Voir notamment M. McCahill et C. Norris, Literature Review, Working Paper, no 2, mars 2002, et C. Norris, J. Morran et G. Armstrong, Surveillance, CCTV and Social Control, Aldershot, Ashgate, 1998.

4 La prévention « situationnelle » vise à agir avant tout sur les lieux de l’incivilité ou du crime. La prévention dite « globale » se concentre, elle, sur les auteurs ou les victimes potentielles d’incivilités.

5 F. Klauser, La transformation de la territorialité urbaine en raison de la vidéosurveillance généralisée, l’exemple de la ville de Genève, mémoire de licence, université de Genève, 2001, et F. Klauser, « La vidéosurveillance de l’espace public : nouvelle forme d’appropriation spatiale ? », dans L. Vodoz (dir.), NTIC et territoires. Enjeux territoriaux des nouvelles technologies de l’information et de la communication, Presses polytechniques et universitaires romandes, Lausanne, 2001.

6 V. November, Les territoires du risque : le risque comme objet de réflexion géographique, Berne, Peter Lang, 2002.

7 Ces études ont été réalisées par V. November dans le cadre d’un mémoire de maîtrise, intitulé Rôle et nature du risque dans la structure urbaine : illustration par le quartier Saint-Sauveur à Québec, université Laval, 1994, et d’un doctorat intitulé Les territoires du risque : le risque comme objet de réflexion géographique, université de Genève, 2000. En plus des exemples québécois, l’étude de cas effectuée dans la thèse concernait le risque incendie à Genève, un risque à causes et origines multiples (à la fois naturel et anthropique, ainsi que social, environnemental, ou encore industriel).

8 V. November, « Risques naturels et croissance urbaine : réflexion théorique sur la nature et le rôle du risque dans l’espace urbain », Revue de géographie alpine, no 4, 1994, p. 113-123, et V. November, op. cit.

9 M. Callon, P. Lascoumes et Y. Barthe, Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris, Seuil, 2001, p. 37.

10 J.-C. Bolay, Urbanization and Environment : Which Sustainable Housing for the Poors of Latin America ? , Lausanne, irec-epfl, 1994, p. 31.

11 J. Gallais, Les tropiques. Terres de risques et de violence, Paris, Armand Colin, 1994.

12 V. November, Rôle et nature du risque dans la structure urbaine, op. cit.

13 J.-P. Galland, Les risques du ministère de l’Équipement, des Transports et du Logement, notes du Centre de prospective et de veille scientifique no 10, ministère de l’Équipement, des Transports et du Logement, Direction de la recherche et des affaires scientifiques et techniques, Paris, 1998.

14 F. Klauser, La transformation de la territorialité urbaine, op. cit.

15 La documentation spécialisée utilise souvent le sigle CCTV (Closed Circuit Television) pour « vidéosurveillance par les autorités publiques ». Comme le signale Webster, « CCTV est un terme générique souvent utilisé pour qualifier, d’une part, l’utilisation des caméras et des systèmes de vidéosurveillance dans les espaces publics ; d’autre part, il caractérise les caméras reliées en temps réel à une centrale de contrôle contenant des appareils de visualisation et ayant des capacités d’enregistrement des données. Une définition strictement technique d’un CCTV pourrait être un système qui fonctionne en circuit fermé et dont tous les éléments sont directement interconnectés » (W. Webster, « Surveying the Scene : Geographic and Spatial Aspects of the Closed Circuit Television Surveillance Revolution in the uk », conférence présentée à la douzième rencontre du Permanent Study Group on Informatization in Public Administration, European Group of Public Administration Annual Conference, Glasgow, Caledonian University, 1998, p. 3 ; voir aussi « Relegitimating the Democratic Polity : The Closed Circuit Television Revolution in the uk », dans J. Hoff, I. Horrocks, P. E. W. Tops (dir.), Democratic Governance and Technology : Technologically Mediated Innovations in Political Practices in Western Europe, Londres, Routledge, 2000).

16 Les résultats genevois sont comparables à ce qu’il est permis d’observer dans d’autres villes de Suisse. À la suite d’une interpellation des verts au Conseil de la ville de Berne en 2000, celle-ci a donné une information sur les endroits vidéosurveillés par les autorités publiques. Il s’agit notamment de la centrale électrique, de la centrale d’incinération des déchets, des gares ainsi que des endroits de vente des billets de bus, du poste central de police ainsi que les vestiaires des hommes d’une piscine publique de la ville.

17 Les commerces utilisant une surveillance vidéo visant l’espace public extérieur sont très variés : grands centres commerciaux, bijouteries, magasins de vêtements, de musique, etc.

18 Une visite récente en Irlande semble toutefois indiquer que l’importance de la taille de l’entreprise est un facteur qui s’estompe avec la généralisation de la vidéosurveillance.

19 Elle est élaborée dans F. Klauser, La transformation de la territorialité urbaine, op. cit.

20 A. Vitalis, « Être vu sans jamais voir », Le Monde diplomatique, mars 1998, p. 28.

21 D. Hanot, Liberté télésurveillée, Paris, L’Harmattan, 1996, p. 8.

22 En Angleterre, la vidéosurveillance « conservatrice » a fait l’objet de plusieurs études. Voir à titre d’exemple T. Honess, E. Charman, « Closed Circuit Television in Public Places », Crime Prevention Unit Paper, no 35, hmso, Londres, 1992 ; C. Norris et G. Armstrong, The Maximum Surveillance Society : The Rise of CCTV, Oxford, Berg, 1999 ; B. Brown, CCTV in Town Centres : Three Case Studies, Police Research Group, Crime Detection and Prevention Series, no 68, Home Office Police Department, Londres, 1995 ; S. Graham, J. Brooks et D. Heery, « Towns on Television : Closed Circuit Television Surveillance in British Towns and Cities », Local Government Studies, vol.22, no 3, 1996. Citons également, pour la France, F. Ocqueteau, « Mutations dans le paysage français de la sécurité publique », Les Annales de la recherche urbaine, nos 83-84, 1999, p. 7-13 ; et, pour l’Australie, J. Hiller, « The Gaze in the City : Videosurveillance in Perth », Australian Geographical Studies : Journal of the Institute of Australian Geographers, vol. 34, no 1, 1996.

23 Notons par exemple la vidéosurveillance du 1,2 km du « trottoir de la prostitution » à Olten depuis janvier 2001. Le chef de la police biennoise prévoit, quant à lui, de placer une dizaine de caméras vidéo originellement destinées à la surveillance de la circulation routière au centre de la ville de Bienne. À Zurich, les conservateurs ont déposé une demande afin de surveiller le quartier de la prostitution. Le chef de la police de la ville de Berne a demandé une surveillance accrue des places les plus fréquentées par la population dite « à risque ».

24 Plusieurs autres catégories d’objectifs peuvent être signalées, en plus de ces trois types généraux. Mentionnons d’abord l’objectif publicitaire. Les informations transmises par ces caméras ne sont pas destinées à la maîtrise d’un risque, mais à la publication d’images, l’accès en est ouvert à toute la population (télépromotion touristique). Une autre catégorie correspond aux objectifs voyeuristes. En utilisant des caméras cachées, cette forme de la vidéosurveillance constitue le plus grand risque d’atteintes à la sphère privée. Comme le montre l’étude de Norris et Armstrong (op. cit.), la dimension voyeuriste peut également être présente dans la gestion des systèmes de vidéosurveillance répondant aux objectifs sécuritaires et conservateurs.

25 P.-A. Preti et P. Schouwey, « Un automobiliste au passé trouble a été abattu froidement en pleine nuit », La Tribune de Genève, 29 juin 2001, p. 21.

26 Dans la législation suisse, la liberté individuelle constitue un des principes de base de la constitution fédérale (art. 10, al. 2). Le Code civil (RS 210, art. 28a al. 2) fournit à la personne enregistrée des moyens pour se défendre, et le Code pénal permet de lancer des poursuites en cas d’enregistrements illégaux (art. 179 quarter). Les modalités plus précises de la vidéosurveillance sont réglementées dans la loi fédérale sur la protection des données en faisant la distinction entre le secteur privé (art. 3-12) et public (art. 16-23).

27 M.-C. Renard, Les enjeux sociaux de la vidéosurveillance : processus de la mise en place d’un nouvel outil sécuritaire dans les espaces publics : l’exemple lyonnais, travail de fin d’études, École nationale des travaux publics de l’État, Lyon, 2001, p. 122 ; C. Betin, E. Martinais et M.-C. Renard, « Sécurité, vidéosurveillance et construction de la déviance : l’exemple du centre-ville de Lyon », Déviance et société, à paraître.

28 Voir E. Heilmann et A. Vitalis, Nouvelles technologies, nouvelles régulations, Paris, IHESI, 1996.

29 Voir, pour les États-Unis, I. Ramonet, « Tous fliqués », Manière de voir, no 56, mars-avril 2001, p. 7 ; pour l’Angleterre, S. G. Davis, « CCTV: A New Battleground for Privacy », dans C. Norris, J. Moran et G. Armstrong, op. cit.

30 D. Borchers, « Von Angesicht zu Angesicht », Neue Zürcher Zeitung, 5 juillet 2002, p. 8.

31 S. Grob, « Mit Videokamera gegen Autodiebe », Tages-Anzeiger, 27 juin 2000, p. 15.

32 Une des recherches les plus poussées de la vidéosurveillance de l’espace privé est celle de M. Akrich et C. Méadel, Anthropologie de la télésurveillance en milieu privé, rapport pour le PIR-Villes CNRS et l’IHESI, Paris, Centre de sociologie de l’innovation, 1996. La typologie élaborée par les auteurs permet notamment d’évaluer les différences significatives entre la vidéosurveillance de l’espace public et celle de l’espace privé.

33 Voir F. Klauser, « La vidéosurveillance de l’espace public », art. cité, p. 91.

34 Comme le dit C. Raffestin, « ces relations qui tissent la territorialité humaine ne sont pas binaires, comme dans le cas des animaux, elles sont du type ternaire ; elles articulent toujours trois éléments ; un sujet (individuel ou collectif), un médiateur (instrument concret ou abstrait), un objet (matériel ou non) » (« Les notions de limite et de frontière et la territorialité », Regio Basilensis, nos 2-3, Bâle, 1981, p. 119). Dans ce sens, la caméra, en tant qu’instrument concret et symbolique, sert de médiateur aux relations entre les surveillants et les surveillés. Voir F. Klauser, La transformation de la territorialité urbaine, op. cit., pour un développement théorique sur la territorialité et les pratiques de vidéosurveillance.

35 C. Raffestin, Pour une géographie du pouvoir, Paris, Litec, 1980, p. 171.

36 Voir D. Lyon, « An Electronic Panopticon : A Sociological Critique of Surveillance Theory », Sociological Review, vol. 41, no 4, 1993, p. 653-678 ; C. Dandeker, Surveillance, Power and Modernity : Bureaucracy and Discipline from 1700 to the Present Day, Cambridge, Polity Press, 1990 ; D. Hanot, op. cit.

37 NYC Surveillance Camera Project, Project information, version internet, www.notbored.org/the-scp.html (page visitée le 25 septembre 2002).

38 M. Akrich et C. Méadel, op. cit., p. 63.

39 Ibid., p. 95.

40 P. Sansot, « Autour de l’accessibilité aux espaces publics », Espaces et société, nos 62-63, 1990, p. 78.

41 Notamment les travaux de D. Hanot, op. cit.

42 À cet égard, voir O. Razac, Histoire politique du barbelé : la prairie, la tranchée, le camp, Paris, La Fabrique, 2000.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valérie November, Francisco Klauser et Jean Ruegg , « Risques sous surveillance : une analyse géographique de l’utilisation de la vidéosurveillance », Éthique publique [En ligne], vol. 4, n° 2 | 2002, mis en ligne le 17 avril 2016, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/2203 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.2203

Haut de page

Auteurs

Valérie November

Valérie November est collaboratrice au département de géographie de l’université de Genève.

Francisco Klauser

Francisco Klauser est doctorant au département des géosciences, unité de géographie, de l’université de Fribourg.

Jean Ruegg

Jean Ruegg est professeur au département des géosciences, unité de géographie, de l’université de Fribourg.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org