Navigation – Plan du site
La prévention en action

Des risques modernes à la société réflexive : pour une autre approche du (bio) terrorisme

Frédéric Claisse , Sébastien Brunet et Yves Rogister

Résumés

Au départ de quelques textes normatifs de portée nationale et internationale dont l’examen souligne la difficulté de parvenir à une définition opératoire du terrorisme, cet article propose un cadrage différent du phénomène terroriste fondé sur le paradigme des « risques réflexifs » (illustré par des sociologues comme Ulrich Beck et Anthony Giddens). Sous cet éclairage, le risque terroriste agit comme un véritable révélateur de notre rapport à notre environnement politique, social et technique : il est l’occasion de mettre en évidence des rapports de force, des relations politiques de domination et de dépendance qui constituent le contexte structurel de conflits locaux, régionaux ou internationaux ; mais aussi, de manière plus indirecte, en venant nous rappeler la vulnérabilité de nos collectifs, qui reposent de plus en plus sur le fonctionnement en réseaux, l’interdépendance et le développement de macro-systèmes techniques. Les auteurs plaident pour une meilleure prise en compte de la dimension proprement politique du terrorisme, et, plus largement, pour un basculement global vers un modèle de société ouverte plus sensible à des facteurs de risque trouvant leur origine dans nos propres pratiques et notre rapport au monde. Des exemples empruntés au bioterrorisme, en ce que le phénomène paraît emblématique de la réflexivité des risques modernes, forment un fil conducteur exploré tout au long de l’article.

Haut de page

Texte intégral

1L’absence d’une définition communément acceptée du terrorisme est notoire. Les définitions qui apparaissent dans les textes de droit national et international, tant ceux qui relèvent de la doctrine que ceux qui ambitionnent une réelle portée normative, se révèlent éminemment hétérogènes. On peut voir dans cette disparité le signe que le terrorisme n’échappe pas plus que d’autres catégories de faits sociaux aux enjeux de lutte pour cerner leurs contours et construire leur champ d’extension et d’application. Définir le terrorisme suppose en effet d’avoir pris position quant au contenu d’au moins trois éléments qui, on le verra, sont susceptibles d’investissements et d’élaborations variés : qui sont les auteurs d’actes terroristes ? quels sont les supports de leurs actions ? quels sont les personnes ou les objets pris pour cibles ?

2C’est sur la première de ces dimensions, l’identification des auteurs d’actes terroristes, que nous nous pencherons d’abord – c’est là aussi que les enjeux politiques et sociaux sont sans doute les plus visibles et les plus marqués. Mais l’hétérogénéité des définitions du terrorisme n’apparaît pas moins dès qu’on se penche sur les supports d’actions terroristes perpétrées ou potentielles. En témoignent plusieurs conventions que nous commenterons, adoptées sous les auspices de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) et de l’Organisation maritime internationale (OMI), conventions qui ont tenté d’élaborer un ensemble de normes visant à la poursuite et à la répression des actes de piraterie aérienne et maritime ainsi qu’à l’extradition de leurs auteurs présumés (plus rarement, elles ont même jeté les bases d’un dispositif de prévention). L’hétérogénéité des définitions se révèle enfin dans l’identification des catégories de personnes prises pour cibles par les actes terroristes et dont ces différents textes de droit ont à cœur de protéger l’intégrité.

3Les textes normatifs que nous allons examiner trahissent donc bien un choix quant à l’extension à donner à chacun de ces composants. Si le risque terroriste comporte bien une dimension « réflexive », dans le sens où nous le développerons plus loin, celle-ci peut être mise à profit pour, au moins, lever l’implicite à l’intérieur de certaines définitions, revenir sur certains choix, réfléchir à leurs conséquences non intentionnelles – et libérer ainsi la pensée comme l’action pour une meilleure prise en compte de ce que le terrorisme permet de révéler du rapport que nous entretenons avec notre environnement social, technique et politique. Sans plaider pour une approche à proprement parler « constructiviste » du risque terroriste – avec toutes les ambiguïtés que ce terme véhicule en sciences sociales depuis une quinzaine d’années –, cette contribution se voudrait ainsi, plus modestement, un encouragement à prendre davantage conscience de ce caractère construit du risque terroriste, entendons par là : collectivement élaboré dans le cadre de processus de décision politique ou juridique, afin de rendre compte de situations et d’actions problématiques (en l’occurrence : violence et terreur, irrationalité et imprévisibilité), qui ne portent pas par elles-mêmes d’instructions suffisantes pour préjuger de leur nature réelle, de leur intention éventuelle, de leur signification ou de leur absence de signification.

Enjeux et limites de quelques définitions du terrorisme

Les auteurs

4Revenons à présent sur la première de ces dimensions, la pluralité des définitions des auteurs d’actes terroristes. Il est possible de procéder à un tri qui permet de repérer, dans la documentation et dans les positions des gouvernements nationaux, depuis plusieurs décennies, deux définitions majeures du terrorisme fondées sur deux approches antagonistes.

5L’une de ces définitions repose sur une approche du terrorisme envisagé comme un (des) acte(s) de violence physique, dirigé(s) contre des personnes ou des biens et perpétré(s) par un individu ou par un groupe d’individus. C’est sur tout la part belle faite par cette définition à la nature individuelle ou « groupale » de l’acte terroriste qui retiendra notre attention : le point de chute de cette approche – l’acte perpétré par un individu ou un groupe d’individus – a ainsi la plupart du temps pour conséquence d’enlever sa signification politique aux yeux des décideurs et de l’opinion publique de la collectivité qui est visée.

6Avec des nuances, divers commentateurs (sociologues, politologues, journalistes…) s’accordent sans doute pour reconnaître que les actes de terrorisme revêtent une signification particulière – et, de fait, aux yeux de leurs auteurs, sinon de leurs victimes, il est difficile de la leur nier. Cependant, pour l’essentiel, sur le plan de la poursuite, de l’arrestation et de la sanction de leur(s) auteur(s), ces actes se voient assimilés à des crimes de droit commun. Semblable assimilation réduit les actes terroristes à des actes déviants (quelle que soit l’origine de cette déviance), susceptibles, certes, de porter atteinte au bon fonctionnement d’une collectivité, à la sûreté de ses membres et à l’intégrité de leurs biens. Pour autant, ces actes ne sont pas appréhendés comme une mise en cause de la légitimité du système politique en vigueur dans cette collectivité ni celle de ses autorités. Considérés à travers les catégories traditionnelles du droit pénal par lesdites autorités, par la majeure partie de l’opinion publique et par la plupart des observateurs, ces actes se voient dès lors dénier toute signification politique – même si, par un effort de compréhension pour « se mettre dans la peau » des terroristes, on peut admettre que, pour eux, ces actes revêtent une telle dimension.

7Citons ici, sans bien entendu prétendre à l’exhaustivité, quelques-unes des définitions qui appartiennent à ce premier groupe.

8La Société des Nations, dans une convention signée le 16 novembre 1937, à Genève, définissait le terrorisme comme « tout acte criminel dirigé contre un État et destiné à ou calculé en vue de créer un état de terreur dans l’esprit d’individus singuliers, d’un groupe d’individus ou de la population en général1 ». Se référant de manière tautologique à la terreur, cette définition se focalisait en fait sur les attentats visant le personnel politique d’État2. En réalité, l’élaboration de cette convention avait été inspirée par l’assassinat à Marseille, en 1934, du roi Alexandre de Yougoslavie et du ministre français Louis Barthou, par un membre de l’organisation croate Oustacha. Soulignons que, dans le même temps, une seconde convention fut signée qui portait création d’une cour pénale internationale habilitée à poursuivre et à juger les actes de terrorisme. Ni l’une ni l’autre de ces deux conventions ne devaient être ratifiées.

  • 3 Cité par P. Boniface, Les guerres de demain, Paris, Seuil, 2001, p. 20-21.

9Pour le Département d’État américain, « le terrorisme est un acte violent prémédité, commis à des fins politiques contre des cibles non combattantes (civils, personnels militaires non armés et/ou pas en service, personnels armés et installations militaires qui ne sont pas en situation d’hostilité militaire) par des groupes sous-nationaux ou des agents clandestins et dont le but est généralement d’influencer une population3 ».

10Selon le Federal Bureau of Investigation (FBI), « le terrorisme est le recours illégal à la force ou à la violence contre des personnes ou biens destiné à intimider un gouvernement, une population civile ou une quelconque partie de cette dernière, cela afin d’atteindre des objectifs politiques ».

  • 4 Ibid.

11Selon la définition officielle qu’en donne la République française, le terrorisme est « une entreprise délibérée tendant par l’intimidation ou la violence à renverser les institutions démocratiques ou à soustraire une partie du territoire national à l’autorité de l’État4 ».

  • 5 Par un paradoxe ironique, le substantif même de « Terreur », qui servit à forger le terme terrorism (...)

12L’autre grande approche envisage le phénomène terroriste, essentiellement et premièrement, sous les traits d’un mode spécifique de gouvernement et d’acte(s) de violence physique dont la responsabilité, quels que soient ses agents, est imputable in fine à l’État – ou, plus exactement, à un type d’État, de régime politique, d’organisation sociopolitique. Une telle approche fut adoptée, dès les années 1950, par les pays membres du mouvement des non-alignés, qui cherchaient particulièrement à la promouvoir dans l’enceinte internationale constituée par l’Assemblée générale des Nations unies. Dans le chef de ces États, la plupart issus depuis peu de la décolonisation, le « terrorisme » devint une catégorie politique majeure stigmatisant notamment toute politique colonialiste, raciste, impérialiste et, plus généralement, de répression « des peuples qui luttent pour leur libération ». Au-delà, le terrorisme en tant que « violence d’État » apparaît, dans le cadre de cette approche, comme étant le fait des structures officielles (armée, police, services de renseignements…) ou encore de structures parallèles à celles de l’État (« escadrons de la mort »…), mais agissant au service de la politique menée par cet État, sinon sur ordre des autorités dirigeantes, du moins avec leur tolérance5.

13Certes, cette approche, à laquelle se sont ralliés les États du bloc de l’Est emmenés alors par l’Union soviétique, ne considère pas le terrorisme d’État comme le seul terrorisme à prendre en compte. Cependant, si elle prétend ne pas négliger les actes perpétrés par des individus ou des groupes d’individus, elle affirme que le terrorisme d’État est « premier » par rapport au(x) terrorisme(s) individuel(s).

14« Premier », d’abord parce qu’il est infiniment plus meurtrier et plus difficile à combattre, dans le cadre d’une société internationale encore largement fondée sur les principes respectifs de la non-ingérence dans les affaires intérieures des États et de la souveraineté nationale (et par ailleurs marquée par une inégalité structurelle dans la répartition des ressources politiques et économiques) ; mais « premier » également dans le sens qu’il est logiquement antérieur au terrorisme individuel, dont il est en grande partie la cause. Le terrorisme individuel apparaît, dans cette perspective, comme une riposte, ou au moins une réaction, au terrorisme d’État. À ce titre, il est un phénomène secondaire appelé à disparaître dès lors que le terrorisme d’État aura été jugulé.

15C’est dans cet esprit que de nombreuses résolutions ont, sans doute, été adoptées par l’Assemblée générale des Nations unies. Votées par la « majorité automatique » constituée par les États du tiers-monde, ces résolutions condamnaient, à titre principal ou incident, le terrorisme d’État. Sans valeur juridique et se heurtant au principe de la non-ingérence dans les affaires intérieures d’un État, ces résolutions n’eurent qu’un impact limité. Quant au Comité spécial du terrorisme international de l’Assemblée générale des Nations unies, créé le 18 décembre 1972, enlisé pendant longtemps dans ces approches antagonistes, il s’est avéré incapable d’accoucher d’une définition élémentaire du terrorisme.

Les supports et les cibles

16La pratique du terrorisme s’internationalisant et les États cherchant dans la foulée à promouvoir une coopération destinée à poursuivre, réprimer et, le cas échéant, à prévenir le terrorisme, des efforts virent le jour en direction de la production et de l’adoption de textes internationaux et d’outils juridiques – donnant l’occasion d’un nouveau théâtre pour l’affrontement d’approches antagonistes, concurrence qui est aussi, en partie, à l’origine de la faiblesse des instruments juridiques internationaux censés s’attaquer au phénomène. Il faut distinguer, dans ce mouvement d’élaboration de normes juridiques internationales, deux catégories de mesures : d’une part, des mesures globales, véhiculant une définition d’ensemble du terrorisme avec pour ambition une lutte multidimensionnelle contre celui-ci ; et, d’autre part, faute d’une définition consensuelle permettant l’adoption de mesures globales, des mesures qui peuvent être qualifiées de sectorielles. Cette « sectorialité » renvoie à l’importance accordée, dans le cadre de ces mesures, au modus operandi, ou à telle ou telle catégorie de personnes prises pour cibles – soit les deux autres composants de toute définition du terrorisme que nous avons mis en évidence.

17Ainsi l’Assemblée générale des Nations unies adopta-t-elle, le 14 février 1973, une convention spécifique de lutte contre le terrorisme visant les diplomates et les agents consulaires. Une telle convention visait à renforcer la protection de cette catégorie de personnel – déjà assurée par les conventions traditionnelles. L’efficacité d’une telle convention s’est vue cependant hypothéquée par le fait qu’elle laissait largement subsister le droit d’asile. L’Assemblée générale a par ailleurs adopté, le 17 décembre 1979, une convention internationale contre la prise d’otages, ouverte à ratification.

  • 6 Les conventions conclues sous les auspices de l’OACI qui sont évoquées ici sont accessibles au dépa (...)

18Cette dernière reprend les conventions conclues en 1970 et 1971 sous les auspices de l’OACI. Plusieurs conventions, relatives à la poursuite, à la répression ou à la prévention des détournements d’avions, ont en effet été adoptées sous les auspices de l’OACI, conventions qui ambitionnent de fournir des outils de lutte contre cette forme particulière de terrorisme international6. En voici les principaux jalons.

  • 7 G. Soulier, art. cité, p. 41.

19En septembre 1963, l’assemblée générale de l’OACI adopta et ouvrit à ratification la convention de Tokyo qui visait théoriquement « les infractions et autres actes survenus à bord des aéronefs ». En fait, cette convention appelait seulement les États contractants à « prendre toutes les mesures appropriées pour restituer ou conserver le contrôle de l’aéronef au commandant légitime ». En réalité, une telle convention ciblait davantage des actes de banditisme à visée lucrative que des actes de terrorisme – cela au moment même où se développait un de ses nouveaux avatars, les détournements d’avions7

  • 8 Ibid.

20Le 16 décembre 1970, l’OACI vit l’adoption et l’ouverture à ratification de la convention internationale de La Haye pour la répression de la « capture illicite d’aéronefs ». Le 23 septembre 1971 était adoptée la convention de Montréal visant la répression d’« actes illicites dirigés contre la sécurité de l’aviation civile ». Si la première de ces conventions visait particulièrement les détournements d’avions, la seconde portait sur les actes de sabotage et de destruction. L’une et l’autre avaient une portée pénale explicite résidant dans la répression d’infractions qu’elles définissaient précisément et pour lesquelles il était difficile de faire jouer les mécanismes normaux de la compétence territoriale. Ces conventions comportaient l’obligation d’agir pour les États signataires, soit en prenant toutes les mesures d’extradition, soit en poursuivant eux-mêmes les personnes accusées de tels actes. Ces conventions visaient à assurer le lancement et à faciliter les poursuites à l’encontre d’auteurs d’actes de « piraterie aérienne » se déroulant sur le territoire de plusieurs États8.

21L’impact de ces textes fut cependant jugé globalement insatisfaisant, d’une part, en raison de la trop grande marge d’appréciation laissée aux États sur le plan de la liberté d’extradition et, d’autre part, en raison du refus de nombreux États membres de l’OACI de les ratifier. Sur ce dernier point, soulignons que le refus d’un seul État de ratifier semblable convention faisant intervenir des dispositifs d’extradition suffit à ébranler l’ensemble du système : l’État ayant refusé de ratifier la convention devient en effet le refuge des terroristes.

22Outre ces textes à dimension sectorielle adoptés par des organisations internationales à vocation universelle (ONU, OACI), mentionnons enfin des textes à dimension sectorielle adoptés par des organisations internationales régionales. Citons ainsi la Convention pour la prévention et la répression des actes de terrorisme prenant la forme de crimes contre des personnes ou d’actes d’extorsion connexes qui ont une portée internationale, adoptée par l’Organisation des États américains (OEA), à Washington, le 2 février 1971. Ce texte ne vise que certains actes terroristes (et non le terrorisme dans son ensemble), et n’est destiné à assurer ou à renforcer que la protection des « personnes auxquelles l’État a le devoir d’accorder une protection spéciale conformément au droit international » – sans plus de précisions.

Le bioterrorisme à la lumière de la catégorie des « risques réflexifs »

23En somme, si généralistes, universels et abstraits de toute situation déterminée ces instruments juridiques paraissent-ils, leur rapide inventaire a bien pour vertu de rappeler que la qualification d’un acte de violence de « terroriste » demeure un fait toujours socialement et politiquement situé. Derrière une « action » revendiquée par les uns comme acte de libération ou de résistance, dénoncée par les autres comme violence criminelle, reste la difficulté, que ces quelques textes normatifs nationaux et internationaux nous rappellent à peu de frais, de rendre opératoire une notion de terrorisme bien comprise.

24Plus profondément, l’absence d’une définition partagée trahit une série de désaccords plus ou moins fondamentaux, qui vont du problème de la portée variable à donner à certaines conventions internationales sectorielles, à des conflits de nature immédiatement sociopolitique quant à l’objet même visé par la notion, le type d’actions à ranger sous la catégorie et la qualification des auteurs d’actes de terrorisme. Il n’est, de ce fait, pas du tout certain que les mesures d’extrême urgence prises par un ensemble d’États occidentaux après les attentats du 11 septembre (nous y reviendrons) n’auront pas pour effet, à court ou moyen terme, d’exacerber des tensions déjà bien perceptibles et de retarder encore la mise au point d’un outil pertinent, susceptible de faire accord, d’intéresser et de mobiliser des partenaires agissant au nom d’organisations diverses et parfois concurrentes. Il est même encore moins sûr que de telles mesures permettront d’entamer une démarche proprement réflexive sur les enseignements dont le risque terroriste, à l’instar de tout risque dit « moderne », est porteur. Si le terrorisme pose des problèmes de cadrage, il donne aussi l’occasion, à condition de le prendre au sérieux, d’un recadrage qui peut être salutaire, du moins révélateur de ce qui augmente la probabilité de son occurrence. Cette condition minimale, prendre au sérieux le risque terroriste, suppose une attitude qui l’est beaucoup moins, parce qu’elle engage celui qui s’y soumet à revenir sur ses propres pratiques et à dénoncer ce qui, à l’intérieur de celles-ci, peut être considéré après examen comme facteur de terrorisme à part entière – de la même façon qu’on parle, pour certains comportements ou modes de gestion en matière environnementale, industrielle et sanitaire, de facteurs de risque.

  • 9 Selon le cadre analytique développé par L. Boltanski et L. Thévenot, De la justification. Les écono (...)

25Pour opérer une telle mise en perspective, nous recourrons pour la suite à la notion de risque réflexif, en prenant d’abord le temps, au cours de cette section, d’en dégager les limites et les caractéristiques (comme l’étendue spatio-temporelle des dommages potentiels, ou l’origine technoscientifique des risques). Notre point d’entrée, qui est aussi le risque mesuré que nous prenons nous-mêmes en jouant le jeu de cette réflexivité du risque terroriste, se concentrera autour de l’idée selon laquelle tout acte de violence, qualifié ou non de « terroriste », est toujours un acte porteur de signification et d’intentionnalité qui, par le recours à un déchaînement de force, met à l’épreuve les collectifs sur lesquels il s’exerce. Si en cela nous ne nions pas ce fait, en apparence élémentaire (mais, on l’a vu, pas toujours pris en compte par les dispositifs réglementaires), qu’un acte de violence n’est pas « gratuit », dépourvu de tout contenu, ce n’est pas pour autant pour endosser ou cautionner celui que les terroristes leur donnent dans leurs revendications – encore moins pour légitimer leur action. D’ailleurs, le seul usage de la violence suffit pour rendre suspecte toute entreprise de justification laquelle, à strictement parler, n’a d’objet que dans des situations où les personnes en dispute se soumettent à un même principe faisant équivalence entre elles et leur permettant de régler leur désaccord en référence à une manière particulière d’atteindre le bien commun, et d’ainsi sortir de l’épreuve9.

26Ce qui peut par contre être pris au sérieux, c’est, du fait de son intentionnalité et des moyens spécifiques par lesquels il opère, la mise à l’épreuve que l’acte de violence terroriste nous impose : il décompose des séries d’agencements préétablis, bouleverse des rapports de force, mieux, les modifie en les révélant en tant que tels et pour ce qu’ils sont – des rapports de domination ; mais, d’une manière tout aussi significative, il installe de nouvelles menaces dans le monde quotidien, révèle la vulnérabilité et l’extrême dépendance où nous nous trouvons à l’égard de toutes sortes de réseaux et de dispositifs sans lesquels le fonctionnement de nos collectifs serait aujourd’hui impossible. De ce fait, il n’est pas exagéré de dire que le risque terroriste est pleinement lié à certaines de nos activités dont il est la conséquence, sinon le prix de la manière dont nous les menons, et que c’est par un retour sur nos propres pratiques, ce dont le risque terroriste nous fournit l’occasion, que nous pourrons mieux comprendre et prévenir le phénomène.

27Mais avant d’envisager le concept de risque réflexif comme prisme d’analyse du phénomène terroriste, on ne peut faire l’économie d’une mise en perspective générale de la notion de risque, en la réinsérant dans le processus historique à l’essor duquel elle a contribué et qu’elle contribue, aujourd’hui encore, avec l’avènement de vulnérabilités tout à fait inédites, à transformer dans le sens d’une réflexivité toujours plus grande – la modernité. Parce qu’il est particulièrement emblématique de ce processus et constitue une des pointes les plus avancées des risques modernes, le bioterrorisme nous servira, dans cette section, d’exemple transversal.

« Risques réflexifs » et modernité

  • 10 P. Bernstein, Plus forts que les dieux. La remarquable histoire du risque, Paris, Flammarion, 1998  (...)

28On envisage traditionnellement le concept de risque en termes de probabilité d’un événement dommageable. Cette conception dominante, dont nos sociétés contemporaines sont toutes imprégnées, est généralement présentée comme le fruit de la rencontre originale des développements des mathématiques et du commerce maritime10. Cette combinaison mathématico-commerciale a permis la naissance et l’essor des systèmes d’assurance qui se sont révélés des outils très utiles au soutien et à la promotion des activités économiques et financières en Europe au cours des seizième et dix-septième siècles. Assurer, c’est prévoir des phénomènes dommageables en garantissant aux preneurs de risques la mise en œuvre, sous certaines conditions, de compensations financières. Cet engagement des assureurs sur l’avenir est bien entendu de nature à renforcer la prédictibilité d’une entreprise et à encourager des prises de risques – impératif qui n’a guère changé de l’établissement d’un itinéraire maritime commercial entre deux villes à la mise sur pied d’un laboratoire de recherche en biochimie ou en biologie moléculaire.

  • 11 S. Toulmin, Cosmopolis, New York, Free Press, 1990.

29L’immensité du chantier qui s’est ouvert autour de la notion de modernité, et la très grande variété d’approches qui s’en revendiquent, rend à la fois parfaitement indispensable et toujours plus délicate l’élucidation de ce qui se joue autour de ce champ d’étude. Si l’on s’accorde toutefois, avec Toulmin11, à faire du concept de rationalité la caractéristique commune ou le plus petit dénominateur commun des différentes approches de la modernité, on peut présenter comme moderne la période de l’histoire de l’humanité au cours de laquelle, sous l’influence de penseurs et de savants du dix-septième siècle comme Descartes, Locke, Newton et Galilée, s’élabore une nouvelle manière de concevoir le monde qui fonde sa légitimité sur une démarche qualifiée de scientifique, entamant ainsi un processus qui aboutira à la société industrielle.

  • 12 M. Weber, Le savant et le politique, Paris, Plon, 1959 ; pour un panorama des avatars de la moderni (...)

30À cet égard, la calculabilité du risque peut être utilement considérée comme un indicateur d’un changement fondamental dans la manière dont les sociétés occidentales ont appréhendé et perçu l’univers qui les entoure. En effet, le risque passe au filtre de la rationalité scientifique des événements qui jusqu’alors lui échappaient ; il participe ainsi en quelque sorte du processus de « désenchantement du monde » que, depuis Weber, on ne cesse d’associer à la modernité et qui, au-delà de la maîtrise par les hommes de leur environnement et de la projection dans l’avenir de cette maîtrise, signifie simultanément, avec la dépersonnalisation et le rejet dans un arrière-monde mystico-irrationnel du sens ultime à donner à leur expérience, une certaine perte de contrôle, la soumission à un monde qui n’est plus guidé par des valeurs absolues12. Ainsi, dès son origine, le concept de risque est intimement lié au mode de connaissance scientifique et participe de cette conception baconienne de la science, qui considère les découvertes scientifiques et les productions technologiques comme des actions clefs pour l’amélioration de la condition humaine. Prédomine dès lors cette idée que les effets éventuellement dommageables résultant d’activités scientifiques ou technoéconomiques puissent être rencontrés et mitigés par toujours plus de rationalité. De sorte que les succès technologiques rencontrés par ce processus de modernisation vont eux-mêmes renforcer les prétentions d’universalité et d’objectivité du mode de connaissance scientifique, et étayer en quelque sorte sa légitimité sociale. Ainsi, les innovations scientifiques et techniques que l’on met à l’épreuve quotidiennement, en allumant son poste de radio ou en téléphonant à partir de son portable, renforcent implicitement ce discours fort de la modernité et du statut privilégié de la science au sein de nos sociétés contemporaines.

  • 13 A. Giddens, Les conséquences de la modernité, Paris, L’Harmattan, 1991 ; U. Beck, La société du ris (...)
  • 14 U. Beck, La société du risque, op. cit.

31C’est par rapport à cette idée progressiste du mode de connaissance scientifique et à cette utopie de maîtrise par l’homme non seulement de la nature, mais aussi de lui-même, que doit s’envisager l’idée de modernisation réflexive développée par des auteurs comme Beck, Giddens ou Lash13. Le concept de réflexivité dont il est question ici désigne un processus par lequel des acteurs sont amenés à réfléchir sur eux-mêmes en s’engageant dans un processus de remise en question et de reconsidération de leurs activités, modes de vie et valeurs. En d’autres termes, l’idée centrale du concept de modernisation réflexive est de décrire un phénomène au cours duquel la raison scientifique, aux yeux de laquelle selon Leibniz « tout a une cause », s’interroge sur elle-même afin d’agir. Cependant, ce processus n’implique pas, en tout cas pas directement, un processus réflexif ou autocritique14. Il suppose dans un premier temps une phase de confrontation des acteurs avec les conséquences dommageables et imprévues – par les systèmes experts – qui résultent de leurs propres activités, valeurs et modes de vie. Ensuite seulement peut s’envisager la mise en œuvre d’un processus de réflexion – un retour de la pensée sur elle-même. La modernisation réflexive suppose donc une transformation sociale s’articulant en deux phases successives : la première est ouverte par l’avènement d’événements dommageables, et la seconde par la mise en œuvre d’un processus de réflexion à propos de ces événements.

Bioterrorisme et réflexivité

32Par rapport à ce processus de modernisation réflexive, l’idée centrale sur laquelle nous souhaitons inviter le lecteur à réfléchir est que, pour prendre l’exemple du bioterrorisme, des menaces de contamination de courrier au charbon, ou de sources d’approvisionnement en eau sont, au même titre que l’accident de Tchernobyl, des phénomènes qui peuvent être considérés et analysés en termes de risques réflexifs. Dans cette perspective, les attaques bioterroristes que les États-Unis ont connues pendant quelques mois peuvent être considérées comme des éléments significatifs de la première phase de confrontation du processus de modernisation réflexive. Le bioterrorisme présente en effet une série de traits remarquables qui font de ce type d’acte de violence un phénomène tout à fait singulier, mais qui peut être comparé de façon paradigmatique à d’autres risques dits, à la suite de Beck, « modernes » et qui se caractérisent par une échelle spatio-temporelle élargie, une grande incertitude, leur invisibilité, leur origine humaine et la « démocratisation » des dommages.

33Premièrement, en effet, le détournement et l’utilisation de matériel biologique pathogène à des fins qualifiées de « terroristes » peuvent avoir des conséquences dommageables non seulement sur des étendues géographiques extrêmement vastes qui dépassent les limites territoriales des États, mais peuvent également modifier considérablement le sort des générations futures en transformant substantiellement le cadre de vie des populations concernées. Aussi, l’appréhension de ce type de risque appelle-t-elle la mise en œuvre de dispositifs de prévention adéquats, sensibles à ces dimensions spatiales et temporelles particulières. L’internationalisation, la déterritorialisation de ce risque comme des moyens utilisés pour le propager, posent également dans toute son acuité la question de la souveraineté, voire de la capacité propre des États à réagir efficacement à la menace. Comme pour d’autres risques modernes (nucléaires, sanitaires, industriels), cette échelle élargie rend souhaitable des modes de lutte et de prévention marqués par le même déconfinement.

34Ce genre de risque se caractérise, ensuite, par un niveau élevé d’incertitude scientifique et sociale. D’une part, l’identification des risques bioterroristes constitue une tâche particulièrement délicate, compte tenu du nombre incalculable d’activités pouvant être utilisées ou combinées à des fins de destruction ou d’atteinte à l’intégrité physique des personnes. L’incertitude porte dès lors sur les modes de production et de réalisation d’actes bioterroristes. De même, recourir à des agents biologiques pathogènes comporte un certain nombre d’incertitudes scientifiques quant à la dispersion de ceux-ci dans l’environnement. D’autre part, cette incertitude d’ordre scientifique se complète par une grande incertitude sociale dans la mesure où ces risques entraînent une réduction manifeste d’une partie de l’univers dont l’homme pensait avoir la maîtrise complète. Pis, ce sont des activités sûres, routinisées, expérimentées et mises en œuvre par un nombre considérable d’individus qui se métamorphosent soudain en activités dangereuses et incontrôlables – ouvrir son courrier peut rapidement devenir une activité qui perd toute innocence.

35Le risque bioterroriste ne peut pas non plus être appréhendé par le recours aux sens ordinaires. Le charbon nécessite une instrumentation sophistiquée pour être identifié, ce qui a pour conséquence non seulement de multiplier les fausses alertes comme les mauvaises plaisanteries, mais aussi de rendre incontournable la médiation des scientifiques, dont le rôle est ambigu puisqu’ils sont les seuls à détenir les connaissances et les dispositifs pour identifier, évaluer et prévenir le risque, mais aussi le créer – ambiguïté qui est au cœur de la critique dont sont souvent l’objet les scientifiques et les industriels, accusés d’être responsables de situations qu’ils sont par ailleurs techniquement les seuls à pouvoir gérer, voire à dénoncer.

36Quatrièmement, les risques que comporte le bioterrorisme ont une origine manifestement humaine puisqu’ils sont le résultat d’activités particulières apparues notamment au sein de laboratoires de recherche. Contrairement à certains phénomènes naturels dommageables (tremblements de terre, ouragans, inondations), la menace provient de la société elle-même.

  • 15 A. Hirschman, Défection et prise de parole, Paris, Fayard, « L’espace du politique », 1995.

37Le caractère démocratique du risque bioterroriste, enfin, signifie que celui-ci n’est pas confiné à certaines catégories sociales, comme c’est le cas par exemple pour certaines maladies professionnelles. Il ne peut donc faire l’objet de mesures efficaces d’évitement ; il n’est pas possible aux individus d’échapper aux risques en s’excluant volontairement du groupe – pas d’exit possible, au sens de Hirschman15. Ce qui sous-tend une conception différente des rapports de force au sein de la collectivité, et invite par la même occasion à de nouvelles formes d’alliance et de mobilisation d’acteurs au sein de la société.

  • 16 Dans une perspective constructiviste, on considère que l’existence d’incertitudes scientifiques est (...)

38Le concept de risque réflexif suggère donc que les processus traditionnels d’identification, d’évaluation et de gestion des événements dommageables futurs (entendons par là les modes d’appréhension des risques caractérisant les sociétés modernes ou de type industriel) ne sont plus adéquats compte tenu d’une série de dimensions directement liées aux caractéristiques que nous venons de décrire. Les différents degrés et dimensions de l’incertitude, que celle-ci soit scientifique ou sociale16, sont aujourd’hui des variables irréductibles des dispositifs de prise de décision (publique ou privée), alors qu’elles semblent étrangères aux dispositifs des sociétés de type industriel. L’imperceptibilité des risques par les non-scientifiques révèle une situation de dépendance, et donc de pouvoir entre ceux qui détiennent le savoir de type scientifique et le reste de la collectivité. Enfin, on l’a suggéré, l’origine humaine des événements dommageables pose la question fondamentale de la responsabilité des différents acteurs scientifiques et industriels quant aux dommages. Dans cette hypothèse, on insiste sur l’incidence de certaines activités humaines en particulier – production industrielle, recherche scientifique, intérêts économiques.

  • 17 Un raisonnement et un programme similaires peuvent être appliqués aux biotechnologies modernes. Voi (...)

39Avec l’identification de ces différentes caractéristiques, les risques réflexifs indiquent donc la nécessité d’une nouvelle organisation politique qui suppose des procédures de prise de décision qui prennent en considération des échelles élargies d’espace et de temps ; une démystification du mode de connaissance scientifique ; une ouverture des dispositifs d’expertise et de prise de décision ; la réintégration au sein des processus de prise de décision collective d’un certain nombre de domaines jusqu’ici politiquement autonomisés ou confinés17.

La société réflexive comme nouvelle story-line

  • 18 U. Beck, World Risk Society, Cambridge, Polity Press, 1999, p. 26.

40Le concept de risque réflexif tel que nous l’avons développé a été présenté jusqu’ici sous sa face descriptive : il renvoie à un certain état du processus de modernisation des sociétés occidentales dans leurs rapports au progrès technoscientifique et au développement économique. Mais au-delà de cette puissance descriptive, on aurait tort de négliger une autre dimension, peut-être plus inattendue mais tout aussi importante, de la notion : son statut d’instrument de mobilisation politique performatif, qui nécessite quelques mots d’explication. On retrouve cet élément chez Beck sous la notion de « réalisme réflexif », alors que l’auteur traite des différences entre les approches constructiviste et réaliste du risque : « Est-il vraiment exact que réalisme et constructivisme, dans leurs approches respectives et leurs modes d’explication de la société mondiale du risque, sont, sous tous rapports, mutuellement exclusifs ? Ce n’est le cas qu’aussi longtemps que chaque partie est supposée jouer en toute naïveté. Car tout comme il y a une croyance que la nature et la réalité existent simplement en tant que telles, il y a également une croyance en un pur constructivisme qui n’est rien moins que constructiviste. Tant que nous en restons à ce niveau, nous ne réussirons pas à reconnaître le caractère interprétatif du réalisme réflexif, et, partant, le rôle qu’il pourrait jouer dans des stratégies de pouvoir. Cette sorte de réalisme réflexif plonge pourtant au cœur des processus qui font de constructions de réalité une “réalité” pour la première fois ; il étudie comment est produit ce qui va de soi, comment sont limités des questionnements, comment on fait taire des interprétations non convenues dans des boîtes noires, et ainsi de suite18

  • 19 Il est clair qu’en développant son concept de réalisme réflexif Beck dévoile en quelque sorte l’obj (...)
  • 20 Voir J. Alexander et P. Smith, « Social Science and Salvation : Risk Society as Mythical Discourse  (...)

41Cette idée de réalisme réflexif suggère qu’en construisant une représentation particulière du monde celle-ci pourrait très vraisemblablement devenir un élément à part entière du monde dont elle est la représentation. Il serait cependant davantage question, dans ce cas précis, non pas de construction d’une réalité physique ou matérielle, mais plutôt d’une réalité politique19. Le « réalisme réflexif » se présente comme une conception interactive des relations entre le monde et ses représentations. En renouvelant ainsi l’idée que le discours que l’on tient sur le monde, parce qu’il en fait partie intégrante, est à même de transformer celui-ci en termes de prise de décision collective, cette forme de pragmatisme inaugure aussi une sorte de programme pour faire de la société réflexive une réalité politique, ainsi que Marx l’a compris avec la représentation de la société en termes de rapports de classes20. Dans cette perspective, si le paradigme de la société réflexive venait à s’imposer, le processus de modernisation réflexive deviendrait lui-même réalité (rendant caduque la question de savoir s’il est « réel » ou « construit »), et les risques, en tant qu’ils sont porteurs de réflexivité, pourraient dès lors être considérés comme autant de moteurs du changement social.

  • 21 « Une story-line, telle que je l’interprète, est un type de récit qui permet aux acteurs de faire a (...)

42Le paradigme des risques réflexifs peut donc être considéré comme un moyen particulier d’action politique, un peu comme une story-line21, un de ces récits qui constituent des outils politiques puissants à travers lesquels les différents acteurs se représentent le monde. Les innovations politiques, en termes de choix collectifs, passent par l’élaboration de nouvelles story-lines qui supposent le développement de discours innovants. À cet égard, les risques réflexifs se présentent en partie comme une histoire particulière à propos de la réalité que certains acteurs mobilisent pour la conduite des affaires de la collectivité. Ainsi, faire du bioterrorisme un risque réflexif, c’est également proposer une certaine perspective politique sur le développement de nos sociétés modernes, et c’est surtout ouvrir un cadre novateur pour la prise en compte du phénomène terroriste contemporain.

43Dans cette perspective, le risque réflexif n’est plus synonyme de maîtrise rationnelle du monde, mais se présente au contraire comme l’indicateur d’une modernité plus consciente de ses limites et relativement critique par rapport à ses modes de fonctionnement. La dimension « réflexive » du risque fait de ce dernier une sorte de prisme permettant d’appréhender une réalité plus vaste et plus complexe dont il n’est, en quelque sorte, qu’un reflet.

44À ce stade de nos réflexions, on peut donc définir le risque réflexif comme celui dont la réalisation amène les individus ou groupes d’individus qui en sont victimes, par un retour sur eux-mêmes, sur leurs activités, sur leur manière d’appréhender leur environnement sociopolitique ainsi que sur les conditions de production de leurs modes de représentation, à modifier leur rapport au monde et à réviser leur propre grille d’analyse de celui-ci. Si l’on s’entend sur l’appartenance du bioterrorisme à cette catégorie de risque, cela signifie que celui-ci est donc un phénomène dommageable qui suppose, après une première phase de confrontation, la mise en œuvre d’un processus réflexif. Il s’agit maintenant de se pencher sur l’objet de cette réflexivité, dont nous proposons dans les sections qui suivent une double déclinaison.

La double déclinaison de la réflexivité du risque terroriste

Domination et environnement sociopolitique

45L’évocation du traitement de la problématique terroriste dans les textes de droit nous a permis de souligner un point de chute commun à ces approches hétérogènes : le terrorisme y est présenté comme un crime ; à ce titre, il doit faire l’objet d’un traitement fondé sur les catégories du droit pénal et sur l’action policière. Aussi, quoique la plupart des acteurs de la lutte contre le terrorisme s’accordent pour reconnaître à ce dernier une signification spécifique qui le distingue de « vulgaires » crimes de droit commun, c’est exclusivement l’approche répressive qui, in fine, est déployée dans ces textes et mise en œuvre par la force publique.

  • 22 G. Soulier, art. cité, p. 40.
  • 23 Distinction qui renvoie à A. Grosser, L’explication politique, Bruxelles, Complexe, « Historiques » (...)
  • 24 Notons que la dimension politique du terrorisme ne se résume pas non plus à ce qu’en disent les déc (...)
  • 25 G. Soulier, art. cité, p. 42.

46Or, comme le relève le juriste français Gérard Soulier, « le terrorisme est un crime politique ; ainsi ce qui est crime relève du droit pénal, ce qui est politique relève de la politique. Le terrorisme pose une question qui n’est pas susceptible, par conséquent, d’être résolue par la seule action des tribunaux et des commandos spéciaux22. » Ces propos, sans nier ni la légitimité ni la nécessité de l’approche répressive, en pointent cependant clairement l’insuffisance. N’esquive-t-elle pas en réalité les questions qui sont au cœur de la problématique : celle du « pourquoi » et celle du « pour quoi ». Au-delà de justifications puisées plus ou moins adroitement dans un arsenal rhétorique dont l’inspiration idéologique agit souvent comme un écran de fumée, quelles sont les véritables causes du terrorisme et quel est le sens de l’acte terroriste23 ? Poser ces questions, c’est aborder de front la dimension politique du phénomène – une dimension qu’escamotent peu ou prou la plupart des textes de droit national et international, centrés au premier chef sur la poursuite et la répression24. Gageons que c’est par ailleurs la seule façon de se donner les moyens d’en venir réellement à bout ; ou, de manière corollaire, comme le résume le professeur Soulier :« Se limiter à l’approche punitive, c’est finalement renoncer à résoudre le problème : c’est d’une certaine façon accepter le terrorisme25

Terrorisme contre domination

47Selon une interprétation fréquente, le terrorisme serait le produit d’un rapport de force entre des groupes différents, rapport vécu sur le mode de la domination par les membres du groupe à l’origine ou au nom duquel l’acte terroriste a été perpétré.

48Une telle interprétation du terrorisme, indépendamment du niveau du contexte international – local, régional ou global – où il est envisagé, reste cependant plus ou moins strictement cantonnée à certains milieux « experts » sans guère de relais auprès des opinions publiques et des décideurs politiques. On l’a certes entendue, au-delà de ces cercles, portée par un certain discours « militant » qui, ces dernières années, est sorti quelque peu du ghetto des groupes radicaux relayés par un segment plus large de l’opinion publique occidentale (et même mondiale), mobilisée autour de la thématique de l’antimondialisation (ou, sous un intitulé plus constructif, de l’altermondialisation), mais il est douteux que cette approche soit reprise à leur compte, avant longtemps, par les décideurs politiques, au niveau national comme au niveau international. Mais c’est l’exigence même de réflexivité qui est au cœur du risque terroriste qui nous conduit ici à endosser cette interprétation : prendre au sérieux le phénomène, comme nous y invitons, conduit à revenir en effet sur ce qui, dans le rapport que nous entretenons avec notre environnement sociopolitique, est facteur de terrorisme – en l’occurrence, le déséquilibre des rapports de force, l’expérience quotidienne d’une injustice dans le jeu des relations internationales, le sentiment d’une domination subie sans moyens d’action propres, tout cela peut encourager le recours à des actions qui court-circuitent les canaux d’expression légitimes de la dénonciation politique, en somme : l’entrée en violence.

49Davantage : dans l’hypothèse où la construction du terrorisme comme « risque réflexif » réussissait à s’imposer hors des milieux experts, elle amènerait idéalement les décideurs et, le cas échéant, des segments plus ou moins importants de la population visée ou touchée par l’acte terroriste, à s’approprier une telle interprétation, aujourd’hui minorisée, du terrorisme comme produit de rapports de force. Dans la foulée, c’est la relation entretenue jusqu’ici par les communautés civiles et politiques du monde occidental avec leur environnement sociopolitique qui serait ainsi progressivement reconsidérée, une relation alimentée par un rapport de domination dans lequel l’acte terroriste plonge certaines de ses racines les plus profondes, mais dont il révèle simultanément la nature.

50Si l’on cherche à appréhender le terrorisme à travers la catégorie du « risque réflexif », il apparaît en effet tout à la fois comme le produit et le reflet du rapport de domination qu’un groupe – ou, à tout le moins, les décideurs qui agissent en son nom – exerce sur un autre groupe. Il ne s’agit pas pour nous, est-il besoin de le souligner, d’élaborer ici un argumentaire qui justifierait le recours par quiconque à l’action terroriste. Notre ambition se limite à suggérer que, dans la mesure où le terrorisme est construit comme un « risque réflexif », il joue le rôle d’un indicateur susceptible de renseigner le « groupe dominant » et ses décideurs sur les relations qu’ils entretiennent avec leur environnement sociopolitique ; des relations qui sont, précisément, déclinées sous la forme d’un rapport de domination exercé sur un (d’) autre(s) groupe(s) et dans lequel réside l’origine des actes terroristes. Ce rapport de domination, par essence dérobé à toute contestation par ceux qui l’exercent, est encore amplifié, dans le chef de ceux qui le subissent, par le sentiment d’un blocage insurmontable qui est propice à inspirer le passage à l’acte le plus violent.

  • 26 Cette lettre se veut elle-même une réponse à la « Lettre d’Amérique » (publiée dans Le Monde du 15 (...)

51C’est dans ce sens d’une plus grande réflexivité et d’une prise en compte de cette dimension politique du terrorisme que nous comprenons la « Lettre de citoyens américains à leurs amis en Europe » du 10 avril 2002, dans laquelle une centaine de signataires, professeurs d’université, journalistes, écrivains et intellectuels (parmi lesquels des personnalités aussi différentes que Gore Vidal et Alan Sokal)26, adressent à leurs homologues européens un message leur enjoignant de critiquer davantage la volonté systématique du gouvernement américain de faire valoir un hypothétique « droit à l’autodéfense » face aux attentats qui ont frappé le sol américain, au risque de guerres inépuisables contre des ennemis d’autant plus innombrables qu’ils sont identifiés aux « forces du Mal » : « La plupart des citoyens américains ne savent pas que les effets du pouvoir américain à l’étranger n’ont rien à voir avec les “valeurs” célébrées dans leur pays et, en fait, servent souvent à priver les gens vivant dans d’autres pays de la possibilité même d’essayer de jouir de ces valeurs, s’ils le désirent. […] L’exercice d’un tel “droit”, refusé à tous les autres, ne peut pas être au service des “valeurs universelles”, mais seulement détruire la notion même d’un ordre mondial basé sur des valeurs universelles et sur un système juridique ouvert à tous sur une base d’égalité. Un “droit” exercé par un seul – le plus puissant – n’est pas un droit mais un privilège exercé seulement au détriment des droits des autres. »

52Mais l’actualité la plus récente n’est pas la seule à nous fournir des illustrations, sinon d’un tel exercice de réflexivité, du moins de situations où le terrorisme prend sa source dans un rapport de domination. Nous en donnerons deux séries, selon l’échelle du conflit envisagée : locale ou régionale, au sein d’un État ou dans le cadre d’une région du monde ; ou, à l’inverse, à un niveau d’intégration et d’interrelations plus global.

Rapports de domination à l’échelle locale ou régionale

  • 27 Voir notamment G. Dorronsoro, « Stratégies indirectes. Stratégies des acteurs non étatiques et inte (...)

53Le rapport de domination peut d’abord s’envisager à l’échelle d’un conflit local ou régional. Ainsi, le terrorisme de l’Irish Republican Army affirmait-il constituer une stratégie de résistance face à la domination politique, économique et culturelle exercée par le gouvernement britannique et la majorité protestante d’Ulster sur la minorité catholique. Ainsi, le terrorisme palestinien, qu’il soit le fait de groupes laïques et progressistes comme le Front populaire de libération de la palestine ou de groupes islamistes radicaux tels le Hamas, se nourrit-il évidemment de la frustration de la population palestinienne à l’égard de la situation de dépendance économique dans laquelle se trouvent la Cisjordanie et Gaza à l’égard d’Israël, et de domination politique et militaire exercée par le pouvoir israélien27.

54Toutefois, il faut noter que le terrorisme dont le théâtre est un conflit local ou régional, est fréquemment construit contre la catégorie du « risque réflexif ». La cruauté intrinsèque du terrorisme et les sentiments de désolation qu’il provoque confèrent à tout acte de ce type une force symbolique et un impact social tels qu’ils brouillent souvent la perception du contexte structurel dans lequel l’acte a été perpétré et dans lequel il trouve son origine profonde – sinon ses mobiles immédiats. Ajoutons que la légitime indignation suscitée par un acte terroriste peut souvent être vue par l’observateur objectif comme un « écran » fourni opportunément aux décideurs du groupe dominant et propre à éviter tout examen par l’opinion publique internationale – comme par leur propre opinion publique – de ce contexte structurel.

55Cet « écran » est certes le produit d’une indignation spontanée, mais il arrive que celle-ci soit travaillée, alimentée et in fine partiellement construite par les décideurs du groupe frappé par l’acte terroriste – un groupe qui occupe souvent la position dominante dans le rapport des forces. Ce travail et cette construction s’appuient évidemment sur le discours officiel des autorités ainsi que sur celui des médias. Le plus souvent, ces discours, en particulier le discours officiel, bien loin d’induire une « réflexivité », donnent du terrorisme une lecture simplificatrice et moralisante, aisément intelligible, qui pourra même s’appuyer à l’occasion sur une explication psychologisante, voire culturaliste ou « ethnique ».

  • 28 P. Boniface, op. cit., p. 24.

56Un exemple nous en est fourni par l’actualité récente du Proche-Orient, qui voit chacun des protagonistes du conflit israélo-palestinien complètement sourd à toute autre souffrance que la sienne propre. En particulier, la politique menée par l’actuel gouvernement israélien, qui consiste à traiter les attentats palestiniens exclusivement comme un problème de sécurité, susceptible d’être résolu par les seuls moyens policiers et militaires adéquats, cette politique, donc, illustre bien la construction du terrorisme contre la catégorie du risque « réflexif ». En effet, dans la mesure où l’action des Hamas et autres Brigades des martyrs d’Al-Aqsa est envisagée seulement sous l’angle de réseaux terroristes à démanteler, d’une logistique et d’une infrastructure à anéantir, on refuse de l’appréhender comme « le fruit amer d’une impasse politique28 », laissant ainsi intact le rapport de domination exercé par une collectivité sur une autre.

Rapport de domination à l’échelle internationale et globalisation

57D’autre part, ce rapport de domination peut être envisagé à un échelon plus vaste, celui du contrôle exercé par un groupe d’États sur le système économique, politique et culturel global, avec ou sans le relais d’institutions internationales (FMI, Banque mondiale, OMC, voire ONU). Contrôle exercé entre autres par la diffusion tous azimuts d’un modèle politique, économique et culturel unique qui provoque une « massification » de la pauvreté, notamment dans les pays de ce qu’il est convenu d’appeler « le Sud ». Que le terrorisme soit le produit de la faiblesse économique et de la frustration sociale générée par un système de domination économique, davantage que de la dérive « pathologique » de certains comportements singuliers, n’est certes pas une idée neuve. On ne peut pourtant pas affirmer que la réflexivité du risque terroriste s’impose à ce niveau sans difficulté : il manque une prise de conscience à la fois de ce que le terrorisme trouve son origine et ses ressources dans des situations de détresse économique et sociale, et de la nécessité de l’adoption par les États confrontés au terrorisme, concurremment avec les mesures de sécurité et de répression traditionnelles, d’une politique de prévention en conséquence.

58Il en va ainsi des propos du président Bush peu après les attentats du 11 septembre 2001. La « cause » de ces attentats est certes complexe, mais on peut en identifier quelques composantes essentielles. Le « phénomène Ben Laden » ressortit d’une part à l’histoire politique récente de l’Arabie Saoudite. Fils de l’une des plus puissantes familles du pays, proche du pouvoir, il fut d’abord un agent zélé de Riyad dans les rangs des moudjahidins en lutte contre la présence soviétique en Afghanistan avant de prendre ses distances vis-à-vis d’un régime dont la soumission à l’égard des États-Unis d’Amérique s’incarne à ses yeux dans la présence tolérée sur le sol saoudien de troupes « mécréantes ». La violence apocalyptique et le messianisme d’Al-Quaïda peuvent également être envisagés comme l’un des ultimes avatars d’une évolution du monde arabo-musulman marquée, respectivement, par l’échec de l’islam politique et, avant lui, celui des nationalismes arabes. Au-delà, inspirée d’un courant de l’islam fondamentaliste, le salafisme, l’organisation Al-Quaïda se caractérise par son rigorisme et sa critique de la « décadence » de certains régimes du monde musulman (Égypte, Arabie Saoudite, Koweït…), ainsi que par une idéologie antioccidentale dont l’expression la plus ramassée réside dans un antiaméricanisme virulent. Cette idéologie antioccidentale et antiaméricaine est elle-même portée par un rejet absolu du processus de mondialisation, jugé fournir un redoutable véhicule à la diffusion universelle d’un modèle économique, politique et culturel unique dont on craint qu’à terme il ne gomme impitoyablement nombre de spécificités et ne fasse le lit de la décadence morale et religieuse dans les pays de l’islam. La matrice de ce processus de mondialisation en même temps que de ce modèle unique est, quant à elle, indubitablement occidentale et américaine Ajoutons que ces rejets sont portés par des segments de plus en plus importants du monde arabo-musulman aux yeux desquels le processus de mondialisation et la soumission à l’Occident et, singulièrement, aux États-Unis sont responsables tout à la fois de leur vulnérabilité socioéconomique, de la corruption morale de leurs dirigeants et de leurs institutions.

59Au-delà, beaucoup, dans les pays de ce que S. Amin appelle la « périphérie », considèrent que les États-Unis, sortis « vainqueurs » de la guerre froide et désormais élevés au statut de superpuissance unique dans un environnement international à tendance unipolaire, exercent une domination politique, économique, militaire et culturelle, non seulement sur leurs alliés et partenaires – dans le cadre d’une sorte d’hégémonie par consentement –, mais aussi, peu ou prou, sur l’ensemble du système international. La profonde désespérance dans laquelle sont jetées les populations du Sud est sans doute engendrée par les implacables politiques économiques d’inspiration libérale « orthodoxe » imposées par les organisations commerciales et financières multilatérales. Cependant, dans la mesure où ces populations et leurs représentants ne sont guère associés à l’élaboration de ces politiques, l’impasse économique se doublera ici d’une impasse politique qui creuse encore le lit aux dérives meurtrières potentielles. Enfin, la crainte d’une uniformisation culturelle créée par le processus de globalisation économique s’ajoute souvent à ce sentiment de déshérence et d’aliénation. Cette crainte d’une érosion des spécificités culturelles est érigée par certains mouvements politicoreligieux d’allure messianique en véritable phobie fédératrice d’un rejet de masse du modèle occidental-américain jugé tout à la fois porteur d’un capitalisme hégémonique et oppresseur, et d’un cosmopolitisme sans âme.

  • 29 F. Heisbourg, Hyperterrorisme : la nouvelle guerre, Paris, Fondation pour la recherche stratégique, (...)
  • 30 Voir aussi sur ce point les thèses de B. Barber, Djihad versus McWorld. Mondialisation et intégrism (...)

60Selon nous, les attentats spectaculaires perpétrés sur le territoire américain par l’organisation Al-Quaïda, au-delà de leur répression légitime, gagneraient à être appréhendés à travers la catégorie du « risque réflexif ». Ainsi apparaîtraient-ils, notamment, comme une source d’information susceptible d’éclairer tout décideur américain-occidental lucide sur la « présence au monde » pour le moins singulière des pays revendiquant le modèle démocratique et économique libéral, en général, et de la grande puissance démocratique que sont les États-Unis en particulier. François Heisbourg a raison de souligner que « les cibles matérielles visées [par les attentats du 11 septembre 2001] sont les symboles “sacrés” de la représentation américaine du monde, le temple du commerce mondial, le sanctuaire de la puissance militaire et, probablement, le cœur du pouvoir politique. La ville de New York elle-même, avec ses tours parmi lesquelles les Twin Towers étaient les plus élevées, n’est pas seulement le symbole de la puissance de l’Amérique ; cosmopolite, elle représente également la richesse et la diversité culturelle du monde entier. À ce titre elle est un symbole universel29. » Nous ajouterons : symbole universel, certes, mais dont la matrice est profondément occidentale. On peut donc soutenir que « l’hyperterrorisme » manifesté dans les monstrueux attentats du 11 septembre 2001, une fois appréhendé à travers la catégorie du « risque réflexif », devrait idéalement éclairer les dirigeants des États-Unis et de l’Occident en général, non pas seulement sur la relation qu’ils entretiennent avec leur environnement sociopolitique global, mais sur l’image qu’ont de cette relation de nombreuses populations à travers le monde – une relation que beaucoup d’entre elles perçoivent sur le mode quasi exclusif de la domination. Cette réflexivité mettrait en évidence le terreau fertile que constitue pour de tels actes terroristes pareille relation de domination – la distinction entre son intensité objective et la force de son image perd ici de sa pertinence. Sans compter qu’une telle obsession d’une érosion des différences et particularismes culturels – crainte manifestée le cas échéant de manière violente – peut aussi contribuer à cimenter le projet d’une société théocratique figée dans une lecture fondamentaliste de textes saints (quels qu’ils soient), et dans une morale rigoriste dont la barbarie la plus sauvage est souvent le bras séculier. On ne peut à cet égard nier que la base doctrinale et une grande partie de la légitimité populaire du régime déchu des talibans aient été ainsi alimentées par cette crainte30.

61Aux antipodes de cette approche « réflexive », les termes de croisade contre le mal utilisés par le président Bush au lendemain des attentats du 11 septembre 2001 illustrent bien la lecture du terrorisme à laquelle est sensible la population américaine ainsi que, vraisemblablement, une partie de l’élite politique du pays. Malgré des regrets exprimés peu après devant ce « dérapage », George Bush a bel et bien persisté dans son analyse, évoquant ainsi, en janvier 2002, dans l’annuel « Discours sur l’état de l’Union », l’existence d’un axe du mal impliqué notamment dans un soutien au terrorisme international ; un discours qui fait par ailleurs écho au concept de rogue states (« États parias » ou « voyous ») affectionné plus que jamais par le langage diplomatico-stratégique américain. Plus profondément, la lecture donnée outre-Atlantique des attentats du 11 septembre 2001 identifie exclusivement leurs auteurs sous les traits de spécimens particulièrement dévoyés d’un islam intégriste et fanatique dont la prospérité et les ramifications tentaculaires semblent avoir été bien sous-estimées.

  • 31 Cette thèse a par la suite fait l’objet d’un livre, paru en français sous le titre Le choc des civi (...)

62Sous-jacente à ce discours, on retrouve la thèse culturaliste – ou du moins sa « vulgate » – célèbre et controversée que l’universitaire Samuel Huntington publia initialement sous la forme d’un article intitulé « The Clash of Civilizations31 ». En résumé, Huntington s’y prononce sur la nature et l’enjeu des conflits du vingt et unième siècle. De nature « dynastique » au dix-huitième siècle, « stato-nationale » au dix-neuvième, « idéologique » au vingtième, les conflits du nouveau siècle seraient désormais de nature « civilisationnelle ». Dans cette perspective, l’universitaire américain évoque la constitution de deux « axes civilisationnels » : un axe occidental-chrétien regroupant principalement l’Amérique du Nord (et, au-delà, le continent américain), l’Europe occidentale, centrale et orientale ainsi que la Russie, axe soudé par la même culture judéo-chrétienne ; et un axe islamo-confucéen regroupant l’essentiel du monde arabo-musulman, la Chine continentale ainsi qu’une grande partie du Sud-Est asiatique… Cette opposition culturelle serait également une opposition structurelle façonnant l’intégralité du système international et permettant de rendre compte de la plupart des conflits et affrontements.

  • 32 S. C. Clemons, « Les États-Unis victimes de leur excès de puissance », Manière de voir, « 11 septem (...)

63On s’en aperçoit, cette grille d’analyse totalisante exclut toute autre tentative d’explication que culturelle-religieuse. Les attentats d’Al-Quaïda trouvent de la sorte un cadrage prêt à l’emploi. En particulier, la grille d’analyse de Huntington évacue d’emblée tout essai d’explication du terrorisme comme produit et reflet d’une structure inégalitaire des échanges commerciaux internationaux ainsi que du développement économique, social, technologique et culturel à l’échelon de la planète. Au-delà, la diffusion de cette thèse telle quelle parmi l’élite intellectuelle et politique ou sous forme de vulgate auprès de la population et d’une partie de la classe politique, enfin les déclarations de l’administration Bush après les attentats du 11 septembre excluent ab initio toute interprétation du terrorisme d’origine moyen-orientale comme la conséquence d’un « excès de puissance » structurel des États-Unis32.

  • 33 C. Johnson, Blowback : The Costs and Consequences of American Empire, New York, Metropolitan Books, (...)
  • 34 Voir notamment I. Eland, « Does U.S. Intervention Overseas Breed Terrorism ? The Historical Record  (...)

64À rebours des modèles culturalistes, d’autres préfèrent parler d’un blowback ou « retour de flamme33 », faisant suite au refus (ou à l’incapacité) des États-Unis d’envisager leur engagement dans les affaires internationales autrement que sur le mode d’une « gestion d’empire » impliquant notamment de substantiels déploiements militaires outre-mer. Dès avant le 11 septembre 2001, certains observateurs américains établissaient déjà un lien étroit entre, d’une part, les attentats terroristes visant des cibles américaines (la plupart à l’étranger) survenus durant le dernier quart de siècle, et, d’autre part, les déploiements militaires américains outre-mer survenus dans le même temps. Ils prônaient à ce titre une attitude de restraint pour les États-Unis34.

  • 35 Consulter à nouveau le site www.undcp.org pour plus de développements.

65Une institution au moins aura pourtant frayé la voie d’une plus grande réflexivité, l’Assemblée générale des Nations unies, contribuant ainsi à élargir la panoplie des mesures destinées à lutter contre le terrorisme et, le cas échéant, à le prévenir. Une telle contribution ne se fit cependant pas sans difficultés, en témoigne le débat virulent auquel nous avons déjà fait écho et qui eut lieu, au sein de l’Assemblée générale, entre représentants des États-Unis et des pays d’Europe occidentale, d’une part, et pays du bloc soviétique et, surtout, ceux issus plus ou moins récemment de la décolonisation, d’autre part. Ce débat fut prolongé par un affrontement entre l’Assemblée générale et Kurt Waldheim, alors secrétaire général de l’ONU. À la suite de l’émotion internationale provoquée par la sanglante prise d’otages lors des Jeux olympiques de Munich, en 1972, Waldheim avait inscrit la question de la lutte contre le terrorisme à l’agenda des travaux de l’Assemblée générale, sous l’intitulé « Mesures pour la prévention du terrorisme et d’autres formes de violence qui mettent en danger ou s’en prennent à des vies innocentes, ou mettent à mal les libertés fondamentales ». L’Assemblée générale, non sans de tumultueux débats préalables et après une polémique avec le secrétaire général, réussit à amender l’intitulé, le complétant par la proposition suivante : « et l’étude des causes sous-jacentes à ces formes de terrorisme et d’actes de violence qui sont à chercher dans la misère, la frustration, les motifs de plainte et le désespoir, et qui entraînent des personnes à sacrifier des vies humaines, y compris la leur, dans une tentative de provoquer des changements radicaux35 ».

Vulnérabilité et environnement sociotechnique

Réseaux et vulnérabilité

66La réflexivité du risque terroriste peut aussi se décliner sur une autre dimension, celle du rapport que nous entretenons avec notre environnement sociotechnique. Si le 11 septembre puis la série d’attentats au charbon qui l’ont suivi nous ont fait entrer dans une nouvelle configuration, c’est peut-être en révélant l’extrême vulnérabilité des macro-systèmes et des réseaux qui sous-tendent désormais l’accélération des flux d’échange de biens, de personnes et de services au sein d’une économie globalisée. L’ennemi peut désormais frapper n’importe où, pourvu qu’il parvienne à s’insérer sans bruit et sans violence dans l’architecture d’un réseau qui se chargera, du fait même de son bon fonctionnement ordinaire, de diffuser la frappe vers sa cible. Un service postal, un système de transport collectif urbain ou aérien, un réseau de distribution d’eau, tous ces macro-systèmes qui constituent aujourd’hui l’infrastructure de notre quotidien, multiplient en effet, par leur complexité et l’étendue de leur maillage, les points qui les rendent sensibles à l’agression ou au détournement.

67L’acte terroriste agit ici aussi, d’une certaine façon, comme révélateur d’un certain rapport à notre environnement : c’est en effet la principale propriété de ces systèmes, leur capacité à alimenter des usagers en biens de toutes sortes, à leur fournir des services, en les connectant à une centrale de distribution ou à d’autres usagers, que met à profit le terroriste, et c’est cette connectivité même qui rend possible son action. Les modalités de celle-ci sont nombreuses : elle peut consister à se mêler à l’une des unités en mouvement, autobus, rame de métro, lettre ou colis postal ; à s’attaquer à un nœud du réseau, gare de voyageurs, aéroport, centre de tri ; à infiltrer le flux proprement dit, service de distribution d’eau, ligne d’approvisionnement, chaîne alimentaire ; ou encore, plus directement, la centrale qui organise le flux. Selon son objectif et l’échelle de son intervention, l’action terroriste visera un effet global (panique, démoralisation, pression politique sur l’adversaire, revendication particulière) sur l’ensemble du système à travers un incident local, ou au contraire la propagation globale, de point en point, selon des lignes de flux, d’un agent chargé de contaminer des usagers ou d’autres unités, comme dans le cas des virus informatiques ou de leurs homologues non virtuels.

68Plus proches du premier cas de figure, les lettres piégées au charbon n’ont atteint que des cibles locales et en petit nombre, mais mobilisé des équipes sanitaires, déclenché des alertes, multiplié le niveau de vigilance et alimenté largement les médias, jusqu’à susciter un véritable inventaire des menaces biologiques potentielles et de leur mode possible de transmission. L’anthrax aura ainsi réussi à transformer un geste quotidien, la distribution ou le dépouillement du courrier, en épreuve de force, avec tout ce que cela implique d’engagement corporel, de mise en alerte de la perception, de méfiance et de suspicion à l’égard de tout ce qui pourrait constituer un trouble (poudre suspecte, origine ou expéditeur inconnus, texture ou poids peu habituels) – tous gestes parfaitement raisonnables, mais qui, parce qu’ils ont eu à s’exercer dans des contextes d’ordinaire peu soumis à ce genre de contraintes et de soupçons, ont fait craindre un basculement de la population dans la « psychose » pour ce qui était, sans doute plus modestement (et sans recours à l’explication par l’irrationnel), une exacerbation sans précédent des potentialités enfermées à l’état latent dans tout système sociotechnique, et que l’acte terroriste a eu pour effet de révéler dans toutes ses dimensions. La même mise à l’épreuve pourrait bien concerner d’autres gestes quotidiens par lesquels nous nous connectons à un réseau d’approvisionnement ou nous insérons nous-mêmes comme éléments en mouvement d’un système de transport et d’interconnexion – tourner le robinet, faire son marché, emprunter le transport en commun.

  • 36 « Je suggère d’appeler solidarité technique cette forme de liens entre les êtres créés par le fonct (...)
  • 37 L’interdépendance (sans considération toutefois pour la composante technique de nos collectifs) est (...)

69Nous réapprenons ainsi que notre confort, notre puissance d’action, la routine même de notre quotidien sont pour une grande part l’expression de notre dépendance à l’égard de réseaux et de systèmes sociotechniques incroyablement complexes et étendus. C’est bien à une nouvelle expérience du collectif, que Nicolas Dodier appelle solidarité technique, que cet exercice de réflexivité nous invite36. On peut rappeler que l’émergence de la modernité est elle-même en effet fortement liée à cette dépendance accrue, qui est le corollaire d’une capacité de contrôle sans cesse croissante de l’homme sur son environnement, sur les autres et sur lui-même – tout ce qui caractérise, autrement dit, selon Norbert Elias, le processus de civilisation. De sorte que notre existence même en tant qu’individus est aussi l’expression de notre interdépendance à l’égard de ces systèmes et des autres individus qui, comme nous, leur sont liés37.

  • 38 Voir, dans des perspectives fort différentes, M. Castells, L’ère de l’information, t. i, La société (...)
  • 39 Nous utilisons ici la notion de forme dans un sens proche de L. Thévenot, « Les investissements de (...)

70La conscience de cette interdépendance est un phénomène dont les sociologues constatent depuis peu l’émergence : le réseau est non seulement la forme que prend, de plus en plus souvent, l’organisation de nos activités socioéconomiques, mais aussi, sous l’effet de l’incorporation toujours plus poussée des technologies de l’information, notamment d’internet, dans la trame de nos existences, la représentation qui accompagne le nouveau modèle connexionniste38. Le réseau quitte le vocabulaire de ses architectes et de ses promoteurs pour devenir un repère cognitif de plus en plus pertinent pour saisir ce qu’il faudra bien appeler une nouvelle configuration sociale, l’apparition d’une forme originale autour de laquelle des partenaires hétérogènes s’accordent pour coordonner leur action et traiter de situations problématiques39. Si la date du 11 septembre constitue autre chose qu’un repère journalistique commode et fonctionne, comme nous le pensons, comme un reconfigurateur en opposant réellement un « avant » et un « après », c’est aussi qu’à travers ces attentats les États occidentaux se seront confrontés à un type relativement inédit de menace intérieure, en ce que la logistique terroriste prend appui sur la face cachée de la puissance et de la richesse de ces sociétés, la vulnérabilité des formes sociotechniques de leur organisation.

Des exigences contradictoires

  • 40 Pour une mise en perspective et un examen des enjeux posés à des questions classiques des sciences (...)
  • 41 Voir une des rares références disponibles et fiables sur le sujet, D. Campbell, Surveillance électr (...)

71Dans une telle perspective, il va de soi que la réduction à zéro du risque terroriste n’est imaginable que dans le cas, franchement inimaginable, de l’interruption ou de la suppression pure et simple d’un service et du système de distribution qui l’assure. Une menace biologique de contamination d’un circuit de distribution d’eau, par exemple, ou d’empoisonnement organisé d’une partie de la chaîne alimentaire peuvent rendre nécessaire l’amélioration des dispositifs existants de veille sanitaire et de contrôle de la qualité, mais pour ce qui est de la surveillance des espaces, des personnes et des bâtiments qui seraient la cible potentielle d’attentats, comme de la lutte contre les groupes qui seraient susceptibles d’organiser de tels attentats, c’est une question vraiment canonique des sciences politiques qui se repose en de nouveaux termes, celle de la capacité de l’État de maintenir et de légitimer son monopole de la violence physique40. Le 11 septembre a en effet étalé au grand jour les faiblesses et les difficultés des technologies de contrôle étatique, des administrations publiques et des services de renseignement à infiltrer des réseaux terroristes d’envergure internationale et à anticiper des actions d’une ampleur considérable qui ont dû nécessiter des années de préparation et de coordination. Parmi les défaillances les plus consternantes, on a pointé du doigt celle du réseau d’interception des communications Echelon, peut-être (trop) redéployé depuis quelques années vers des activités d’espionnage industriel41 et manifestement neutralisé ou contourné par les organisateurs des attentats (sans oublier l’hypothèse, encore plus accablante mais indémontrable, de connivences ou de complicités internes). Cela signifie-t-il que la forme-État, dans une de ses prérogatives les plus décisives, est désormais dépassée par la flexibilité et la plasticité de réseaux criminels ou, plus simplement, que la complexité de notre organisation et de nos collectifs sociotechniques favorisent ce genre de criminalité plus qu’à aucun autre moment de l’histoire en créant de nouvelles vulnérabilités ? Et si la nouvelle configuration en réseau nous rend plus vulnérables, comment l’être moins, sinon, très conventionnellement, en recourant à des formes de contrôle et d’action étatiques traditionnels de collecte de renseignements, de gestion de l’espace et de gouvernement des populations, formes qui par ailleurs se trouvent partiellement périmées par l’internationalisation et le déconfinement des risques ?

  • 42 Voir, pour la France, les amendements « antiterroristes » à la loi sur la sécurité quotidienne (con (...)

72Il faut bien reconnaître que, sur ce versant aussi, la manière dont les dispositifs ont été renforcés dans les mois qui ont suivi les attentats, et les textes normatifs adaptés à toute vitesse pour sécuriser le territoire et faire face à un ennemi pouvant désormais surgir aussi de l’intérieur, ne va pas non plus dans le sens d’un travail proprement réflexif sur le mode de fonctionnement de notre société42, comme rien n’a encore débouché sur une prise de conscience de certains effets de domination sur le reste du monde – sinon auprès d’une partie politiquement dominée du monde intellectuel américain (voir la « Lettre de citoyens américains à leurs amis en Europe » mentionnée plus haut). À première vue, les sociétés occidentales sous la menace du risque terroriste n’ont pas encore intégré la dimension réflexive dont ces risques sont porteurs, en mettant à l’épreuve des séries d’agencement et de dispositifs préétablis. Sous l’angle de notre rapport avec notre environnement sociotechnique, la prise de conscience de cette vulnérabilité n’agit pour le moment que dans le sens d’un renforcement des schèmes cognitifs antérieurs, et n’aboutit qu’à des tentatives de concilier des exigences contradictoires : connectivité et mobilité maximales dans la régulation des flux, mais sécurité et surveillance maximales dans le gouvernement des personnes et des territoires.

  • 43 Sur la traçabilité comme « nouvelle technique de gouvernement » et les contraintes liées à sa mise (...)

73La reconfigurabilité des réseaux est pourtant loin de représenter un désavantage ou un multiplicateur de risques. La mobilité d’unités sur une ligne de flux peut même se renverser en avantage et constituer la condition même de leur contrôle. La prévention et la gestion de toute une catégorie de risques industriels, sanitaires ou alimentaires, ont ainsi réussi, avec la traçabilité, qui est, pour la modernité avancée et les sociétés en réseaux, ce que le quadrillage et la discipline étaient pour les sociétés industrielles, un exemple clair de figure de compromis entre les deux exigences de circulation et de sécurité43. Assurer l’identification, le suivi et la localisation d’une unité dans un espace de flux peut constituer une alternative séduisante à un modèle de la « quarantaine » ou du « cordon sanitaire » voué à l’échec devant l’intensifi-cation et la diversification des échanges dans une logique de réseaux (comme l’a montré la gestion européenne de l’épizootie de fièvre aphteuse au printemps 2001).

Contrôle et transparence contre société ouverte

74La tentation sera grande d’appliquer le modèle à des ensembles de population, en assurant en quelque sorte une mobilité surveillée ou sous contrôle dans les espaces publics, et en généralisant des dispositifs d’accès restreint et d’identification, dont la biométrie fournit déjà quelques applications prometteuses (notamment les dispositifs de reconnaissance des visages dont pourraient être équipés certains systèmes de vidéo-surveillance). L’idée en serait simple et terrifiante : si les individus conservent leur mobilité mais laissent des traces qui les identifient, ou portent des signes qui garantissent leur reconnaissance, si l’on dispose en somme d’un traceur et d’un identifiant, on aura réussi à concilier, en apparence tout au moins, liberté de mouvement et sécurité des espaces d’échange et d’interconnexion, en réussissant même, comble de l’élégance, à faire de la liberté la condition même du contrôle, et d’un contrôle particulièrement adapté à une société structurée en réseaux. Le résultat serait une société de transparence dans laquelle « les innocents n’auraient rien à se reprocher », mais où tout le monde serait susceptible de rendre compte à tout moment de ses mouvements, avec pour idéal cette individu-trace dont les actions sont visibles, archivables et réactivables. Le renforcement du contrôle aux points de passage obligés et la sécurisation des espaces publics seraient par ailleurs loin de rendre obsolètes les modèles policiers tandis que, sur le volet « prévention », on peut craindre qu’un certain nombre d’outils, dont Echelon et leurs équivalents nationaux, soient utilisés à la demande pour surveiller les communications privées. La généralisation d’un tel modèle de surveillance aurait pour conséquence de transformer potentiellement en épreuve toute situation de routine quotidienne, ce qui est, on l’a vu plus haut, une des propriétés mêmes du terrorisme. La recherche du maintien à tout prix de la liberté et de la connectivité maximales dans un monde en réseaux rend ainsi possible leur envers cauchemardesque : la transparence et la visibilité maximales de nos actes et de nos mouvements.

75Il s’agit là bien sûr d’horizons lointains et d’idéaux-types de modèles de gestion et de prévention des risques, et le niveau d’alerte et de résistance à leur égard, comme l’effectivité des freins légaux à leur mise en place, est déjà un bon indice de ce que personne ne semble vraiment prêt à payer le prix d’une telle traçabilité des hommes – l’abolition de toute distinction entre privé et public. Mais ils constituent en quelque sorte le diagramme des techniques de surveillance à venir, et, malgré l’état de la législation et le niveau de protection qu’elle offre en matière de protection des données personnelles, il n’est pas exagéré de dire que ce scénario est déjà réalisé dans certains secteurs professionnels (où, par exemple, la carte d’accès et la télésurveillance ont été généralisées), ou est en voie de le devenir, particulièrement dans certains espaces privés ouverts au public qui sont déjà porteurs d’ambiguïté quant à leur statut.

76D’où la nécessité de réfléchir à des solutions de rechange qui maximisent la sécurité sans renoncer pour autant à la distinction fondamentale du privé et du public. L’une de celles-ci consisterait à tenir enfin compte de ce que le monde en réseaux a tendance a évacuer comme résiduel : la réduction de la puissance d’action de ceux qui sont faiblement connectés, voire menacés dans leur intégrité par l’extension proliférante des réseaux. Au lieu de défendre la liberté de connexion contre toutes les autres formes de liberté, il conviendrait peut-être de réfléchir aux moyens de préserver d’autres formes de liberté même si celles-ci sont considérées comme périmées ou faiblement créatrices de plus-value connexionniste : la liberté personnelle tout d’abord, en limitant le balisage et le traçage des activités des individus, pour leur garantir au moins l’anonymat qui est au fondement même de l’espace public comme des passages et des échanges qu’il permet ; la liberté de prise de parole (voice, chez Hirschman), en élargissant les espaces de discussion et l’accès aux processus de décision (ce que la nouvelle configuration favorise plus qu’à aucune autre époque peut-être) ; liberté d’exit enfin, en ne rendant pas prohibitif le coût d’une déconnexion ou d’une sortie des réseaux, synonyme aujourd’hui d’exclusion et de désaffiliation, mais aussi stigmatisé comme « repli sur soi » régionaliste ou simplement trop à contre-courant pour être viable.

  • 44 F. Ewald et D. Kessler, « Les noces du risque et de la politique », Risques, no 109, mars-avril 200 (...)

77Quant à ceux qui restent connectés, et entendent préserver leur liberté sans renoncer à leur sécurité sur l’espace public d’interconnexion, il leur faudra impérativement assumer une responsabilité d’un genre nouveau, différente en tout cas de celle qui tend à s’imposer comme le nouveau paradigme du rapport à la chose publique à l’heure de l’éclatement de l’État-providence44. La nouvelle configuration qui se dessine nous coupe toute retraite : en faisant l’apprentissage de notre vulnérabilité, nous apprenons à vivre avec l’incertitude, à remplacer la routine et l’innocence par une forme de vigilance permanente, une implication accrue, une conscience éclairée tant des conséquences et des conditions du maintien de nos activités que de notre place dominante dans l’ordre mondial. La véritable question éthique, dès lors, est celle de la manière dont nous parviendrons à faire de cette responsabilité, non une nouvelle forme cynique de reconnaissance du prix à payer pour consolider ce qu’il y a de pire dans notre rapport au monde, et que le terrorisme nous renvoie – que ce soit en assumant enfin, côté américain, un « désir d’empire » ou, pour l’Europe, en s’érigeant en forteresse inexpugnable –, mais le point de départ d’une nouvelle morale volontariste, lucide voire pessimiste dans son analyse, fondée sur la réflexivité et l’humilité.

  • 45 C’est la vocation même de la cité par projets, nouveau principe supérieur relevé par Boltanski et C (...)
  • 46 Au sens défendu par K. Popper, La société ouverte et ses ennemis, t. I, L’ascendant de Platon, et t (...)

78Le terrorisme est aussi une réponse à la formidable emprise de l’économie-monde et du capitalisme en réseaux. Il reste encore à inventer les dispositifs à même de tempérer celui-ci et de transformer les rapports de force qu’il impose aujourd’hui en « rapports de grandeur » fondés sur une capacité au moins idéale de tous à faire valoir des justifications et reposant sur une certaine idée du bien commun45. Si, comme nous le croyons, le risque terroriste comporte une dimension réflexive, en nous forçant à faire retour sur notre rapport à notre environnement, ce n’est pas céder à la violence et à la menace que de réfléchir à une manière de rendre plus juste et équitable – y compris pour nous-mêmes qui risquons de subir le contre-coup de mesures antiterroristes disproportionnées et liberticides – la formidable capacité d’action et de production de nos sociétés. C’est aussi la défense de notre société en tant que société ouverte qui est à ce prix46, et d’abord en garantissant que notre manière de nous garantir notre ouverture n’entrave pas la possibilité d’autres collectifs de la réaliser ou de l’achever pour eux-mêmes. La prise en compte simultanée de notre domination et de notre vulnérabilité à laquelle nous invite cet exercice de réflexivité n’a pas d’autre objectif, qui est aussi une clé pour une réduction vraiment durable du risque terroriste et des nouvelles menaces qu’il fait peser.

Domination et vulnérabilité

79Ainsi, si l’exercice du rapport de domination qui caractérise la relation du groupe visé par l’acte terroriste avec son environnement sociopolitique constitue le contexte structurel dans lequel le phénomène terroriste plonge ses racines, la vulnérabilité qui caractérise la relation de ce même groupe avec son environnement sociotechnique fournit l’angle d’attaque en même temps que le vecteur ou le support de l’acte terroriste. Mais domination et vulnérabilité, cette double déclinaison de notre relation avec notre environnement que fait apparaître la construction du risque terroriste comme risque réflexif, sont en réalité les deux facettes d’un même processus.

  • 47 Pour nos références à la notion de conflits asymétriques dans cette section, voir M. Bishara, « L’ (...)

80La complexité et l’interdépendance croissantes de nos activités, la forme de plus en plus réticulaire de nos macro-systèmes techniques fournissent aux terroristes autant de points d’impact potentiels et de prises sur un adversaire infiniment trop puissant sur les plans économique, politique, militaire ou symbolique pour être affronté directement. Que l’ennemi soit devenu trop puissant pour être frappé de front, mais trop vulnérable pour échapper à des frappes aléatoires qui mettent à profit la souplesse de ses propriétés et de ses structures mêmes, voilà une nouveauté qui risque bien de faire du terrorisme l’arme paradigmatique des conflits à venir. C’est aussi à ce type de dialogue entre domination et vulnérabilité qu’invitent les analyses en termes de conflits asymétriques et dissymétriques, par quoi nous conclurons cette réflexion sur la réflexivité du risque terroriste47.

  • 48 P. Boniface, op. cit., p. 21 (nous soulignons).
  • 49 Ibid., p. 149.
  • 50 Ibid., p. 150. À ces objectifs stratégiques, François Heisbourg en ajoute d’autres, qui seraient su (...)

81Pour Boniface, « le terrorisme est parfois un préalable, le plus souvent un substitut, à la guerre. Il représente une stratégie de pression exercée contre certains États. Le but n’est ni de les vaincre ni de les conquérir, mais de les amener à adopter tel ou tel comportement. Le terrorisme est avant tout l’arme des pauvres ou des faibles. Ceux qui ne peuvent s’attaquer frontalement à une grande puissance vont organiser des attentats sur son territoire ou contre ses intérêts dans le monde pour la faire plier48.» Ce raisonnement est à rapprocher de la distinction que le directeur de l’Institut des relations internationales et stratégiques (IRIS), et avec lui nombre d’autres auteurs, établit entre conflits dissymétriques et asymétriques. La dissymétrie, soit la recherche par l’un des combattants d’une supériorité qualitative ou quantitative sur l’adversaire, est sans doute aussi vieille que la guerre elle-même. L’asymétrie, en revanche, constitue la démarche inverse, soit « exploiter toutes les faiblesses de l’adversaire afin d’être plus nuisible, […] refuser les règles du combat imposées par l’adversaire, rendant ainsi les opérations totalement imprévisibles49 ». Cela suppose l’emploi « de forces non prévues à cet effet, et surtout insoupçonnables […], l’utilisation d’armes contre lesquelles les moyens de défense ne sont pas adaptés (armes de destruction massive), l’utilisation de méthodes qui refusent la guerre conventionnelle (guérilla, terrorisme…), des lieux d’affrontement imprévisibles (centre-villes, lieux publics) et l’effet de surprise […]50 ».

  • 51 G. Chaliand, « Conflits et menaces à l’aube du troisième millénaire », dans A. Blin, G. Chaliand et (...)

82À y regarder de près, la nature de conflit « asymétrique » du terrorisme renverrait ainsi non à la fragilité des sociétés occidentales, mais à leur puissance et à leur surprotection – à l’abri qu’elles semblent désormais des conflits classiques ou de ceux dits de « basse intensité » qui continuent à ensanglanter le reste de la planète. Aussi Gérard Chaliand a-t-il raison de souligner que « le terrorisme reste la seule violence pouvant être employée contre les États occidentaux, ce qui souligne non la vulnérabilité de ceux-ci mais leur puissance puisqu’on ne peut les frapper autrement », et qu’« en somme le terrorisme est le très modeste prix que paye l’Occident pour son hégémonie51 ». On peut cependant penser que la faiblesse et, à l’inverse, les ressources considérables de la puissance visée par son attentat sont autant d’atouts dans les mains du terroriste.

83Confrontés à leur propre vulnérabilité, il est compréhensible que les dominants soient tentés de répondre à la menace terroriste par les instruments mêmes de leur domination sans vraiment réaliser qu’ainsi, loin de réduire un risque, ils multiplient les chances d’événements dommageables. Cependant, comme tout risque moderne, le risque terroriste fournit au moins à ceux qui le subissent l’occasion d’un retour réflexif sur ce qui, dans le contexte qui structure leurs propres pratiques et dans le rapport qu’ils entretiennent avec leur environnement au sens large, est à l’origine de la menace. S’ils ne saisissent pas cette opportunité, il est à parier que les Occidentaux continueront à « payer le prix de leur hégémonie » – à moins que, cyniquement, ce prix ne soit pas considéré comme assez coûteux pour, sinon remettre en question la structure des rapports de force, au moins prendre acte des effets de ceux-ci. Sans souscrire à l’utopie généreuse d’une réflexivité étendue aux arènes internationales où se définissent et se négocient les cadres généraux de la lutte contre le terrorisme (utopie qui est pourtant peut-être au cœur de ce paradigme dans sa volonté performative de changement sociétal), nous pensons tout de même que c’est en prenant vraiment au sérieux le risque terroriste dans toutes les dimensions sociales, techniques et politiques qui favorisent son existence et son développement, que s’ébaucheront les formes d’une prise en charge optimale et durable d’un phénomène paradoxal, profondément lié à et révélateur de notre manière d’être au monde.

Haut de page

Notes

1 Ces diverses définitions sont accessibles sur le site www.undcp.org/terrorism_definitions.html. Il s’agit du site de l’United Nations Office for Drug Control and Crime Prevention, basé à Vienne et dont la section consacrée à la lutte contre le terrorisme, également basée à Vienne, est la Terrorism Prevention Branch. Cette dernière scrute les évolutions du terrorisme international et assiste les États dans leurs efforts en vue d’améliorer leurs capacités de prévention des actes terroristes.

2 G. Soulier, « Comment combattre le terrorisme ? », Manière de voir, « 11 septembre 2001. Ondes de choc », no 60, novembre-décembre 2001, p. 38 (article initialement paru dans Le Monde diplomatique de décembre 1986).

3 Cité par P. Boniface, Les guerres de demain, Paris, Seuil, 2001, p. 20-21.

4 Ibid.

5 Par un paradoxe ironique, le substantif même de « Terreur », qui servit à forger le terme terrorisme, désigna, comme chacun le sait, la période de la Révolution française qui vit, après la journée du 10 août 1792, sur fond de crainte d’un complot aristocratique et de défaites des armées françaises, la répression en masse d’une série de « suspects ». Cette répression devait être légalisée par la « loi des suspects » du 17 septembre 1793 et n’être abolie que par la Convention thermidorienne, en juillet 1794.

6 Les conventions conclues sous les auspices de l’OACI qui sont évoquées ici sont accessibles au départ du site web de l’United Nations Office for Drug Control and Crime Prevention (www.undcp.org).

7 G. Soulier, art. cité, p. 41.

8 Ibid.

9 Selon le cadre analytique développé par L. Boltanski et L. Thévenot, De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard, 1991. Sans doute devrait-on préciser ici une différence implicite qui pourrait être faite entre justification et légitimation, en disant simplement que si, pour les raisons évoquées, on ne justifie pas un acte de violence, on peut du moins le légitimer, l’argumentation portant alors sur le recours à la force et la nécessité de sortir des moyens pacifiques de règlement de conflit. Voir, sur ce point, M. Walzer, Guerres justes et injustes, Paris, Belin, 1999.

10 P. Bernstein, Plus forts que les dieux. La remarquable histoire du risque, Paris, Flammarion, 1998 ; F. Ewald, Histoire de l’État-providence, Paris, Grasset et Fasquelle, 1986.

11 S. Toulmin, Cosmopolis, New York, Free Press, 1990.

12 M. Weber, Le savant et le politique, Paris, Plon, 1959 ; pour un panorama des avatars de la modernité et de la place respective de la notion chez les sociologues, de Durkheim à Giddens et Habermas, voir D. Martuccelli, Sociologies de la modernité. L’itinéraire du XXe siècle, Paris, Galllimard, « Folio essais », 1999.

13 A. Giddens, Les conséquences de la modernité, Paris, L’Harmattan, 1991 ; U. Beck, La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité, Paris, Aubier, « Alto », 2001 ; U. Beck, A. Giddens et S. Lash, Reflexive Modernization, Cambridge, Polity Press, 1994 ; S. Lash, B. Szerszynki et B. Wynne, Risk, Environment & Modernity : Towards a New Ecology, Londres, Sage Publications, 1996.

14 U. Beck, La société du risque, op. cit.

15 A. Hirschman, Défection et prise de parole, Paris, Fayard, « L’espace du politique », 1995.

16 Dans une perspective constructiviste, on considère que l’existence d’incertitudes scientifiques est le résultat d’un processus continuel de négociation, de décision et d’argumentation entre les scientifiques. Voir B. Campbell, « Uncertainty as a Symbolic Resource in Disputes Between Experts », Social Studies of Science, vol. 15, 1985.

17 Un raisonnement et un programme similaires peuvent être appliqués aux biotechnologies modernes. Voir S. Brunet, « Risques réflexifs et processus délibératifs », dans P. Hupet (dir.), Risque et systèmes complexes. Les enjeux de la communication, Bruxelles, Peter Lang, 2001, p. 39-56.

18 U. Beck, World Risk Society, Cambridge, Polity Press, 1999, p. 26.

19 Il est clair qu’en développant son concept de réalisme réflexif Beck dévoile en quelque sorte l’objectif politique qui fonde l’ensemble de son travail et sa construction du paradigme de la société du risque.

20 Voir J. Alexander et P. Smith, « Social Science and Salvation : Risk Society as Mythical Discourse », Zeitschrift für Soziologie, vol. 25, no 4, août 1996, p. 251-262.

21 « Une story-line, telle que je l’interprète, est un type de récit qui permet aux acteurs de faire appel à diverses catégories de discours pour donner sens à des phénomènes physiques ou sociaux particuliers » (M. Hajer, The Politics of Environmental Discourse, Oxford, Oxford University Press, 1995, p. 56). On insistera ici sur la dimension narrative de la story-line, afin de la distinguer de processus plus internalisés de représentation du monde.

22 G. Soulier, art. cité, p. 40.

23 Distinction qui renvoie à A. Grosser, L’explication politique, Bruxelles, Complexe, « Historiques », 1972, p. 45 et suiv. et 83 et suiv.

24 Notons que la dimension politique du terrorisme ne se résume pas non plus à ce qu’en disent les décideurs qui ont tendance, eux aussi, à s’en tenir à un discours essentiellement répressif.

25 G. Soulier, art. cité, p. 42.

26 Cette lettre se veut elle-même une réponse à la « Lettre d’Amérique » (publiée dans Le Monde du 15 février 2002), dans laquelle soixante intellectuels se disant au-dessus de tous les clivages politiques donnaient leur soutien à une intervention en Afghanistan, avec pour horizon la défense des valeurs américaines qui seraient la véritable cible des attentats du 11 septembre. On notera, de manière emblématique, le déni par les signataires de cette première lettre de toute dimension politique à ces attentats, particulièrement dans le cadre de rapports de force : « Nous reconnaissons que notre nation a parfois fait preuve d’arrogance et d’ignorance envers d’autres sociétés. Notre nation a parfois conduit des politiques mal orientées et injustes. Nous avons trop souvent, en tant que nation, failli à nos propres idéaux. Nous ne pouvons pas imposer des principes moraux à d’autres sociétés si, dans le même temps, nous ne reconnaissons pas nos propres manquements à ces mêmes principes. […] Bien que nous ne prétendions pas connaître en profondeur les motivations de nos agresseurs et de leurs sympathisants, ce que nous en savons donne à penser que leurs griefs s’étendent bien au-delà des seules considérations politiques. […] Il faut donc en déduire que nos agresseurs visent non seulement notre gouvernement mais notre société tout entière, notre mode de vie en général. En réalité, leurs griefs s’adressent fondamentalement non pas à notre gouvernement mais à ce que nous sommes » (nous soulignons).

27 Voir notamment G. Dorronsoro, « Stratégies indirectes. Stratégies des acteurs non étatiques et internationalisation des conflits », et D. Tucker, « Insurrections. Comment les conflits non conventionnels vont-ils évoluer ? », dans A. Blin, G. Chaliand et F. Gere (dir.), Puissances et influences. Annuaire géopolitique et géostratégique 2000-2001, Beaumarchais Center for International Research, Paris, Mille et Une Nuits, Fayard, 2000, p. 118-121 et p. 131-135.

28 P. Boniface, op. cit., p. 24.

29 F. Heisbourg, Hyperterrorisme : la nouvelle guerre, Paris, Fondation pour la recherche stratégique, Odile Jacob, 2001, p. 48.

30 Voir aussi sur ce point les thèses de B. Barber, Djihad versus McWorld. Mondialisation et intégrisme contre la démocratie, Paris, Desclée de Brouwer, « Sociologie économique », 1995. Une comparaison serait possible avec Manuel Castells, qui, dans son imposante trilogie, s’est intéressé notamment à une série de mouvements sociaux qui se sont donné pour adversaires le processus de mondialisation et le nouvel ordre planétaire qui en résulte. Deux de ces mouvements ont recours de près ou de loin à des formes d’action violente, la milice américaine et le mouvement patriote d’une part (dont s’est réclamé Timothy McVeigh, l’auteur de l’attentat à la bombe d’Oklahoma City), la secte Aum Shinrikyo d’autre part, responsable de l’attentat au gaz sarin dans le métro de Tokyo. Voir L’ère de l’information, t. ii, Le pouvoir de l’identité, Paris, Fayard, 1999, p. 89-139.

31 Cette thèse a par la suite fait l’objet d’un livre, paru en français sous le titre Le choc des civilisations, Paris, Odile Jacob, 1997.

32 S. C. Clemons, « Les États-Unis victimes de leur excès de puissance », Manière de voir, « 11 septembre 2001. Ondes de choc », op. cit., p. 10-13.

33 C. Johnson, Blowback : The Costs and Consequences of American Empire, New York, Metropolitan Books, 2000.

34 Voir notamment I. Eland, « Does U.S. Intervention Overseas Breed Terrorism ? The Historical Record », Cato Foreign Policy Briefing, no 50, Washington (D. C.), Cato Institute, décembre 1998. Ce document est disponible sur le site web du Cato Institute, un think tank américain proche du parti républicain et défendant, en politique étrangère, des positions plus ou moins isolationnistes (www.cato.org).

35 Consulter à nouveau le site www.undcp.org pour plus de développements.

36 « Je suggère d’appeler solidarité technique cette forme de liens entre les êtres créés par le fonctionnement des ensembles techniques. […] La force sociologique de cette solidarité, sa capacité à lier les humains les uns aux autres au-delà même de ce qu’ils peuvent viser dans leurs actions, est d’autant plus grande que les objets ont une capacité de fonctionnement autonome […]. C’est ici également que la notion de réseau, avec ses implications sur le rapport à l’espace, acquiert une pertinence. Elle suppose, d’une manière générale, l’existence de liens suffisamment consolidés entre plusieurs objets techniques disséminés dans l’espace. […] Il aura donc fallu que la planète constitue un lieu peuplé d’artefacts, et liés les uns aux autres selon de longues chaînes, pour que la solidarité technique s’affirme comme support de liens nouveaux entre les personnes, transversaux aux groupes déjà constitués, aux nations, aux classes, et en partie libéré des contraintes de l’espace ordinaire, grâce aux capacités inédites de circulation rapide des êtres tout au long de ses chemins » (N. Dodier, Les hommes et les machines. La conscience collective dans les sociétés technicisées, Paris, Métailié, 1995, p. 14-15). Dans une autre perspective, davantage centrée sur les macro-systèmes techniques proprement dits et les situations de dépendance inédites qu’ils provoquent, voir A. Gras, Grandeur et dépendance, Paris, PUF, 1993.

37 L’interdépendance (sans considération toutefois pour la composante technique de nos collectifs) est également une notion clé chez Elias, qui fait l’objet d’une redécouverte systématique depuis quelques années. Voir, bien entendu, les deux volumes du Processus de civilisation : La civilisation des mœurs, Paris, Calmann-Lévy, 1973, et La dynamique de l’Occident, Paris, Calmann-Lévy, 1975. Voir aussi N. Heinich, La sociologie de Norbert Elias, Paris, La Découverte, « Repères », 1997.

38 Voir, dans des perspectives fort différentes, M. Castells, L’ère de l’information, t. i, La société en réseaux, Paris, Fayard, 1998, et L. Boltanski et È. Chiapello, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999, p. 208-231.

39 Nous utilisons ici la notion de forme dans un sens proche de L. Thévenot, « Les investissements de forme », dans L. Thévenot (dir.), Conventions économiques, Paris, PUF, « Cahiers du CEE », 1986.

40 Pour une mise en perspective et un examen des enjeux posés à des questions classiques des sciences du politique, notamment celle du fonctionnement de l’État, par l’émergence de la catégorie de « risque », voir C. Lemieux et Y. Barthe, « Les risques collectifs sous le regard des sciences du politique. Nouveaux chantiers, vieilles questions », Politix, no 44, 1998, p. 7-28.

41 Voir une des rares références disponibles et fiables sur le sujet, D. Campbell, Surveillance électronique planétaire, Paris, Allia, 2001. Il s’agit d’une partie du rapport rédigé par Campbell pour le Bureau d’évaluation des options scientifiques et techniques (STOA) à la demande du Parlement européen, intitulé Interception Capabilities 2000 (IC 2000).

42 Voir, pour la France, les amendements « antiterroristes » à la loi sur la sécurité quotidienne (consulter les pages du collectif iris (Imaginons un réseau internet solidaire) consacrées à l’après 11 septembre, www.iris.sgdg.org/actions/loi-sec/) ; pour les États-Unis, le non moins controversé USA Patriot Act et ses mesures liberticides (voir les commentaires de l’Electronic Privacy Information Center et leur dossier, www.epic.org/privacy/terrorism/) ; enfin, pour un état de la réflexion au sein de l’Union européenne, on peut renvoyer à l’avis 10/2001 « sur la nécessité d’une approche équilibrée dans la lutte contre le terrorisme » émis par le Groupe 29, organe consultatif indépendant sur la protection des données et la vie privée établi par l’article 29 de la Directive 95/46/EC, qui rappelle la nécessité, au-delà de l’adoption de mesures antiterroristes réfléchies, de maintenir les droits fondamentaux des Européens quant à la protection de leurs données personnelles et de leur vie privée, droits menacés par certaines mesures projetées (consulter sur le serveur de la Comission européenne, les pages sur la protection des données personnelles, à l’adresse www.europa.eu.int/comm/internal_market/en/dataprot/).

43 Sur la traçabilité comme « nouvelle technique de gouvernement » et les contraintes liées à sa mise en place, à partir des dossiers des maladies à prions, de l’affaire du sang contaminé et des OGM, voir D. Torny, « La traçabilité comme technique de gouvernement des hommes et des choses », Politix, no 44, 1998, p. 51-75.

44 F. Ewald et D. Kessler, « Les noces du risque et de la politique », Risques, no 109, mars-avril 2000, p. 55-72.

45 C’est la vocation même de la cité par projets, nouveau principe supérieur relevé par Boltanski et Chiapello, étant entendu que le modèle connexionniste est insuffisant à fournir un modèle de justification et ne porte pas en soi les exigences de fondation du bien commun : « La notion de “projet” […] peut donc être comprise comme une forme de compromis entre des exigences qui se présentent a priori comme antagonistes : celles découlant de la représentation en réseau et celles inhérentes au dessein de se doter d’une forme permettant de porter des jugements et de générer des ordres justifiés » (Le nouvel esprit du capitalisme, op. cit., p. 160). Ce sont bien les dispositifs nécessaires à équiper la cité par projets et en faire un monde à part entière qui sont encore à inventer.

46 Au sens défendu par K. Popper, La société ouverte et ses ennemis, t. I, L’ascendant de Platon, et t. II, Hegel et Marx, Paris, Le Seuil, 1979. En somme, les ennemis de la société ouverte ont changé depuis Popper, et il n’est pas impossible qu’il faille à l’avenir défendre un principe d’ouverture, celui qui valorise la capacité critique de l’homme et le garantit dans ses choix personnels, contre un principe d’ouverture-transparence qui risque de compromettre l’idéal même dont il se revendique.

47 Pour nos références à la notion de conflits asymétriques dans cette section, voir M. Bishara, « L’ ère des conflits asymétriques », Manière de voir, « 11 septembre 2001. Ondes de choc », op. cit., p. 28-31.

48 P. Boniface, op. cit., p. 21 (nous soulignons).

49 Ibid., p. 149.

50 Ibid., p. 150. À ces objectifs stratégiques, François Heisbourg en ajoute d’autres, qui seraient suffisants pour qualifier d’hyperterrorisme le phénomène dont relèvent les attentats du 11 septembre (auxquels on pourrait ajouter les menaces bioterroristes les plus sombres) : « [L]a conjonction de la destruction de masse, rendue possible par l’accès aux technologies contemporaines, et la nature apocalyptique des organisateurs des attentats [du type] du 11 septembre […] » (Hyperterrorisme : la nouvelle guerre, op. cit., p. 11). L’inflation terminologique seule devrait suffire à rendre suspect ce nouveau montage, mais il est tout de même symptomatique d’une réflexivité manquée : ces « technologies contemporaines », ces moyens de destruction de masse, ce sont aussi indiscutablement les nôtres.

51 G. Chaliand, « Conflits et menaces à l’aube du troisième millénaire », dans A. Blin, G. Chaliand et F. Gere (dir.), op. cit., p. 18.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Claisse, Sébastien Brunet et Yves Rogister , « Des risques modernes à la société réflexive : pour une autre approche du (bio) terrorisme », Éthique publique [En ligne], vol. 4, n° 2 | 2002, mis en ligne le 17 avril 2016, consulté le 28 avril 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/2197 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.2197

Haut de page

Auteurs

Frédéric Claisse

Frédéric Claisse est chercheur au sein du laboratoire spiral (Scientific and Public Involvement in Risk Allocations Laboratory), université de Liège.

Sébastien Brunet

Sébastien Brunet est chercheur au sein du laboratoire spiral (Scientific and Public Involvement in Risk Allocations Laboratory), université de Liège.

Yves Rogister

Yves Rogister est chercheur au sein du laboratoire spiral (Scientific and Public Involvement in Risk Allocations Laboratory), université de Liège.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org