Navigation – Plan du site

Présentation

Claudine Burton-Jean-Gros et Yves Boisvert

Texte intégral

1Les sociétés humaines ont toujours été confrontées aux dangers et à l’incertitude. Cependant, avec le processus de modernisation, de nouveaux types de rapports sociaux se sont constitués autour de la gestion des risques menaçant les collectivités et les individus. En effet, la capacité à quantifier de plus en plus de risques – sous forme de probabilités statistiques – s’est accompagnée une rationalisation croissante du rapport à l’environnement. L’homme ne se sentant désormais plus passif face à la nature, la prévention, fondée sur les connaissances scientifiques, doit devancer les crises, donc gérer les risques. Or, cette capacité accrue à prévenir se révèle aujourd’hui problématique, pour différentes raisons.

2D’un côté, le fonctionnement social actuel et la logique de l’exploitation de connaissances de plus en plus segmentées et pointues sont générateurs de nouveaux risques. L’occurrence répétée d’accidents – Tchernobyl, Bhopal… – et de crises – par exemple, celle de la vache folle ou celle du sang contaminé par le VIH – vient confirmer que les développements technologiques engendrent des risques aux conséquences complexes et imprévues et potentiellement catastrophiques. Il en découle un débat autour de l’acceptabilité sociale de certaines activités (le nucléaire, les OGM…).

3En même temps, le risque a également envahi la sphère privée des individus, que ce soit avec les systèmes d’assurances auxquelles ils souscrivent et qui répartissent collectivement les conséquences indésirables de certaines activités ou avec les stratégies de prévention – santé publique, désordres sociaux – qui encouragent les acteurs sociaux à réduire au minimum les aléas associés à leur vie quotidienne (consommation de tabac, circulation routière, exposition à des délits dont ils seraient victimes…). Le bien-fondé des recommandations fournies par les experts (en termes de comportements sexuels pour éviter le VIH, d’alimentation pour limiter les accidents cardio-vasculaires…) est lui aussi questionné, notamment en raison d’apparentes contradictions entre les prévisions statistiques et la réalité.

4Sur un plan théorique, il existe des conceptions concurrentes des risques. D’un côté, dans une perspective objectiviste, le risque est objectif et réel dans le sens où il peut être défini de manière précise grâce aux probabilités. De ce point de vue, il existe une relation hiérarchique entre le savoir scientifique et les attitudes de la population. Le fait que le public ne se conforme pas aux attentes des modèles de décision s’expliquerait par le manque d’information ou l’irrationalité. D’un autre côté, la perspective constructiviste soutient que la définition du risque est relative. Sous cet angle, les significations du risque seraient socialement élaborées au sein de contextes précis et de systèmes de valeurs particuliers. Il s’agit dès lors de tenir compte des différents types de connaissances et il n’y aurait pas supériorité des savoirs experts sur les savoirs profanes.

5La prévention des crises et des risques dans la société moderne semble donc constituer à la fois un enjeu social (quels seuils de vulnérabilité sont tolérables ?) et un enjeu théorique (qu’est-ce que le risque ?). Dans un contexte marqué par la mise en cause des légitimités traditionnelles (religieuse puis scientifique) et par la relativisation croissante de la logique du progrès, il existe une claire fracture entre experts et citoyens. La difficulté de concilier des réalités concurrentes – scientifique, technique, sociale, politique – est de plus en plus grande. Alors que les liens entre science et démocratie se transforment, il est essentiel de réfléchir à des stratégies de prévention éthiquement acceptables. Quels acteurs ont la légitimité de définir de telles formes de prévention ? Autour de quelles valeurs est-il possible d’obtenir un consensus ? Comment concilier intérêts individuels et intérêts collectifs dans ces mécanismes préventifs ?

6Dans ce numéro d’Éthique publique, nous avons donc convié de nombreux spécialistes à faire le point sur cette problématique de l’éthique préventive. Si le premier groupe des textes qui suivent se penchent, pour mieux en saisir la portée et les limites et de manière plus ou moins frontale, sur le nouvel outil conceptuel autour duquel s’organise la réflexion dans le domaine, le principe de précaution, le second rassemble des contributions qui font état de la manière dont l’éthique préventive a fait émerger de nouvelles préoccupations de recherche, de nouveaux phénomènes sociaux ou de nouvelles façon de faire chez les praticiens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claudine Burton-Jean-Gros et Yves Boisvert , « Présentation », Éthique publique [En ligne], vol. 4, n° 2 | 2002, mis en ligne le 17 avril 2016, consulté le 23 juin 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/2185

Haut de page

Auteurs

Claudine Burton-Jean-Gros

Claudine Burton-Jean-Gros est professeure à l’université de Genève.

Yves Boisvert

Yves Boisvert est professeur à l’École nationale d’administration publique.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org