Navigation – Plan du site
Dossier : Responsabilité sociale et éthique de la recherche

Recherche militaire dans les universités. Quelle est la place de l’éthique ? Le développement de technologies de l’armement à l’Université McGill

Alexandre Vidal
p. 123-138

Résumés

En principe, la recherche au sein de nos universités publiques s’effectue dans le but de servir les intérêts de la société. On retrouve pourtant de nombreux projets de recherche dont les applications peuvent porter atteinte à la vie humaine. C’est notamment le cas de la recherche en science et génie portant sur le développement de technologies de l’armement. La communauté universitaire doit-elle occuper un rôle dans l’encadrement éthique et transparent de ces recherches ? L’Université McGill est l’une des rares institutions au pays ayant adopté des critères d’encadrement basés sur leurs répercussions sociales, et elles est sur le point de les éliminer. Les pratiques de recherche de l’établissement font l’objet de vifs débats opposant, d’une part, des professeurs et étudiants revendiquant un plus grand encadrement et, d’autre part, la direction de l’établissement, qui s’oppose à cet encadrement au nom de la liberté universitaire.

Haut de page

Notes de la rédaction

Des mises à jour sur les développements quant à la politique de recherche de McGill sont disponibles sur www.demilitarizemcgill.wordpress.com.
L’auteur peut être joint à Demilitarizemcgill@gmail.com.

Texte intégral

1Le développement d’Internet, l’invention de l’avion à réaction et le système de positionnement par satellite sont autant d’exemples de recherches entreprises par le secteur militaire et dont les résultats sont aujourd’hui abondamment utilisés dans le monde civil. Nombre d’universités et centres de recherche civils ont été impliqués à un moment ou à un autre dans ces accomplissements scientifiques. Il est indéniable qu’il s’agit là d’investissements qui, en fin de compte, profitent à la population qui a financé leur développement.

2D’un autre côté, plusieurs de ces mêmes institutions universitaires ont joué un rôle dans le développement de technologies militaires aux applications peu louables. À McGill, on trouve des exemples comme le gaz nerveux mis au point durant la Seconde Guerre mondiale, les premiers explosifs de type air-carburant conçus pendant la guerre du Vietnam et les nouvelles générations de ces mêmes explosifs testés et optimisés pendant la présente guerre en Afghanistan.

3Toutes les grandes universités québécoises reçoivent du financement récurrent provenant de l’armée canadienne. Plusieurs voient leurs recherches régulièrement subventionnées par l’industrie privée de l’armement et certaines reçoivent même du financement ponctuel de la part de l’armée américaine et d’autres institutions militaires étrangères. Certaines des subventions militaires accordées à nos universités publiques avoisinent le million de dollars annuellement, comme c’est le cas pour les universités Queen’s et Laval.

4Doit-on se réjouir des ponts solidement établis entre les milieux universitaires et militaires ? À quel prix doit-on permettre la recherche militaire dans nos universités civiles ? La communauté universitaire doit-elle imposer des limites au principe de liberté universitaire au nom de l’éthique ?

Les explosifs militaires : une longue histoire d’implication de la part de McGill

  • 2  Le terme explosifs thermobariques désigne les nouvelles générations d’explosifs air-carburant des (...)

5Le Département de génie mécanique de McGill est l’hôte de nombreux projets de recherche portant sur le développement de la technologie des explosifs thermobariques2 pour le profit de l’armée américaine. Entreprises dans les années 1960 pour servir la guerre au Vietnam, ces recherches sont toujours en cours, malgré l’évolution de leur source de financement au fil des années. Il s’agit sans aucun doute de la recherche universitaire portant sur le développement d’armement qui est la mieux documentée au Québec et qui a suscité les plus vives réactions de la communauté universitaire au cours des dernières décennies. Un survol du développement et de l’utilisation de ces explosifs par l’armée américaine durant la guerre du Vietnam permet d’expliquer en quoi il était dans l’intérêt des militaires d’appuyer la recherche sur les explosifs à McGill. Mais tout d’abord, voici un condensé de ce que sont cette technologie et son fonctionnement.

Une arme hors du commun

6Les explosifs thermobariques ont été inventés par l’armée américaine durant la guerre du Vietnam. Leur fonctionnement diffère de celui des explosifs traditionnels. Alors que l’effet destructeur de ceux-ci est causé par une seule détonation et par la fragmentation de particules métalliques projetées à haute vitesse qui en découle, les explosifs thermobariques sèment la dévastation uniquement par les ondes de choc qu’ils produisent. Ces engins renferment deux charges explosives distinctes : la détonation initiale rompt l’enveloppe de la bombe et répand du carburant dans l’air, qui se mélange avec l’oxygène pour remplir tous les espaces qui ne sont pas scellés hermétiquement. Une seconde détonation, plus puissante encore, fait exploser ce nuage de carburant, produisant ainsi une onde de choc alimentée par l’oxygène environnant. Il en résulte un impact qui engendre une chaleur extrême et des ondes de choc suffisamment puissantes pour déraciner des arbres et aplanir des édifices. La haute température peut incinérer les gens qui sont près du point d’impact et comprimer les poumons et les organes de ceux qui sont plus loin (Clark, 2005). L’arme est principalement utilisée pour tuer des gens réfugiés dans des complexes de tunnels et qui ne pourraient être atteints autrement.

7Durant la guerre du Vietnam, l’ambassadeur américain de l’époque, John Gunther Dean, a décrit ces explosifs comme étant « une bombe anti-personnelle d’une nature considérablement plus létale que tout ce qui a été utilisé auparavant » (Calvert, 2007). Selon Human Rights Watch, l’utilisation de cette arme, qui soulève « d’importantes considérations humanitaires, est jusqu’à seize fois plus destructrice que les explosifs traditionnels, et les effets peuvent même rivaliser avec ceux des armes nucléaires de petit calibre » (2000).

8À la suite de son utilisation au Vietnam, la technologie a été raffinée pour être utilisée en Irak et en Afghanistan par l’armée de l’air américaine. Les professeurs du Département de génie mécanique ayant contribué à ces recherches à McGill ont eux-mêmes reconnu leur travail financé par l’armée américaine comme une contribution au développement d’une nouvelle génération d’armes thermobariques (Higgins, 2009).

La recherche à l’époque de la guerre du Vietnam et de la Guerre froide

9Au cours des années 1960, le Laboratoire de dynamique des gaz de McGill a réorienté ses champs d’activité en fonction des nouveaux intérêts de recherche des militaires américains. Le Laboratoire était alors plus enclin à recevoir du financement américain pour la poursuite de ses activités. En 1967, l’armée de l’air américaine a effectivement commencé à financer ses recherches en matière d’explosif, au moment où elle se préparait à bombarder la piste d’Hõ Chí Minh utilisée pour le ravitaillement du Vietnam du Nord. Comme le mentionne Romas Knystautas dans sa thèse de doctorat produite au sein du laboratoire de dynamique des gaz, « la recherche sur les explosifs à McGill était partie intégrante d’une recrudescence d’intérêt sur le sujet » (1968 : 4). C’est là un exemple manifeste que la recherche universitaire peut être facilement réorientée selon la disponibilité de fonds militaires étrangers, spécialement en temps de guerre.

10Exclusivement dans la période allant de 1967 à 1990, le Groupe sur la physique des ondes de choc (le successeur du Laboratoire de dynamique des gaz de McGill) a reçu plus de 750 000 $ en financement d’origine militaire canadienne et américaine, dont une grande partie a servi à l’acquisition de matériel de laboratoire spécialisé dans l’étude avancée des détonations (Higgins, 2009). Selon un étudiant anonyme ayant travaillé au laboratoire des professeurs Romas Knystautas et John Lee qui dirigeaient ces recherches, cité par le journal étudiant le McGill Daily : « Le département de la Défense et l’armée de l’air américaine ont financé la majorité de ce laboratoire. Sans leur soutien, nous n’aurions pas été en mesure de le financer » (Nerenberg et Smith, 1984 : 16).

11Le fait que les professeurs utilisent ces laboratoires spécialisés, destinés à servir les intérêts de l’organisation qui les a financés, n’est pas sans conséquence. Les étudiants, techniciens et professeurs qui y ont travaillé ont progressivement développé une spécialisation dans le domaine, et plusieurs d’entre eux ont poursuivi leur carrière au sein de centres de recherche militaires. Les chercheurs Lee et Knystautas sont devenus des spécialistes dans le domaine et ont continué leur travail dans cette direction sans demeurer dépendants du financement militaire qui en est à l’origine. Lorsque le financement de l’armée américaine a cessé en 1980, ces professeurs ont sollicité et obtenu du financement de l’armée canadienne et ont continué leurs travaux en collaboration avec des chercheurs militaires américains. Le Groupe sur la physique des ondes de choc a alors créé des partenariats étroits avec le Laboratoire de recherche et développement pour la défense du Canada de Suffield en Alberta, qui reçoit du financement de l’armée américaine et avec qui il partage les résultats de ses recherches en vertu d’accords de collaboration. La recherche à McGill pour le compte de l’armée américaine peut donc se poursuivre sans que celle-ci ne participe directement à son financement, comme c’est le cas à l’heure actuelle.

Une première vague d’opposition

12À l’automne 1984, des journalistes étudiants du McGill Daily ont momentanément eu accès à un contrat entre des professeurs de génie mécanique et l’armée canadienne (Nerenberg et Smith, 1984). Quelques jours après la découverte et sa publication dans la presse étudiante, une première mobilisation réclamant l’arrêt du projet de recherche et l’encadrement éthique de tout autre projet de recherche militaire (McKay, 1984) a été organisée. C’était le début d’une campagne menée par des étudiants et des professeurs engagés, à laquelle ont adhéré plusieurs organisations militantes du campus, dont Project Ploughshares et McGill Employees for Nuclear Disarmament. La campagne a duré quatre ans et a culminé par une occupation de six jours des bureaux du vice-principal à la recherche, ce qui a mené à l’adoption en 1988 d’une politique de transparence pour les recherches financées par l’armée (Weston, 1987).

  • 3  Instance administrative équivalente à la Commission des études des universités francophones.

13Cette politique a fait en sorte que les professeurs doivent produire une évaluation des possibles répercussions bénéfiques et néfastes pour la société avant de pouvoir entreprendre tout projet de recherche lié à l’armée. Ces projets doivent être analysés et avoir obtenu une autorisation spéciale du vice-principal à la recherche, qui doit faire un rapport au Conseil des gouverneurs et au Sénat3 de l’établissement, qui sont des instances ouvertes au public.

14Les archives ne renferment aucune copie des évaluations requises par la politique ni de procès-verbaux faisant état de leur présentation aux instances administratives de l’Université. La réponse de la part du secrétariat général à la suite d’une demande formulée par des militants étudiants en vertu de la Loi sur l’accès à l’information est que « de tels rapports d’évaluation n’existent pas, du moins pas depuis 2002 » (Towell, 2007). Cela met en doute le fait que la politique obtenue à la suite d’une longue lutte ait été respectée par l’administration qui l’a mise en place.

15Les recherches récentes effectuées par les membres de la campagne étudiante Demilitarize McGill indiquent que le financement militaire des recherches du Groupe sur la physique des ondes de choc a été interrompu au début des années 1990. L’étude des explosions propres aux explosifs thermobariques s’est toutefois poursuivie, comme le montrent les articles produits par des professeurs. Il est possible que cette interruption soit une conséquence de l’adoption de la nouvelle politique d’encadrement de la recherche militaire : l’administration a pu décider de mettre un terme à ces subventions pour éviter la controverse.

16Il est toutefois plus probable que la source de cette interruption provienne de l’armée, qui aurait alors subitement cessé d’investir dans ce type de recherches. Selon Stephen Murray, chercheur qui a travaillé sur les armes thermobariques au Laboratoire de recherche et développement pour la Défense nationale du Canada, son travail en collaboration avec le Groupe sur la physique des ondes de choc de McGill a été « terminé prématurément en raison de changements dans les priorités de recherche et développement » (Murray et Thibault, 2009).

L’Afghanistan et la reprise des recherches

17Bien qu’elle n’ait fait l’objet d’aucun rapport d’évaluation de la part des professeurs concernés ni de l’administration, la recherche à McGill portant sur les explosifs thermobariques a redémarré à la suite du début de l’offensive en Afghanistan en 2001. Il est donc manifeste que la politique d’encadrement de la recherche militaire a été systématiquement violée par l’administration de McGill à partir du début des années 2000. Contrairement à ce que la politique indique, les professeurs concernés n’ont pas présenté une fiche d’évaluation des potentielles répercussions sociales bénéfiques ou néfastes de leurs recherches. La recherche a débuté sans obtenir d’autorisation spéciale du vice-principal à la recherche, et ni le Sénat ni le Conseil des gouverneurs n’en ont été informés.

18À la suite du début des bombardements en Afghanistan en octobre 2001, l’armée américaine avait alors un urgent besoin d’un explosif pour tuer les gens réfugiés dans les grottes afghanes : d’importantes sources de financement ont donc été rendues disponibles pour la recherche dans le domaine (Global Security, 2008). En 2002, David Frost, professeur à McGill, a participé aux travaux d’un comité mis sur pied par la Defence Threath Reduction Agency de l’armée américaine. Le rapport du comité conclut que les armes thermobariques sont d’une efficacité insuffisante dans le contexte afghan et que plus de recherches doivent être effectuées pour améliorer la technologie utilisée (United States National Research Council, 2004). C’est ainsi que les chercheurs de McGill ont recommencé leurs travaux en collaboration avec l’armée américaine. Celle-ci a même souligné l’utilité de l’expertise de McGill lorsqu’elle a publié une sollicitation de contrat de recherche citant les travaux de Frost qui avait pour objectif « d’augmenter la létalité des explosifs thermobariques en exploitant davantage l’énergie disponible de la cible » (United States Air Force, 2005).

Une nouvelle vague d’opposition

19Une nouvelle campagne d’opposition étudiante a débuté en 2007 lorsqu’un étudiant a découvert le lien entre les recherches sur les détonations effectuées par Frost et ses collègues au Département de génie mécanique et l’optimisation des explosifs thermobariques pour le compte de l’armée américaine (Nelles, 2007). Ces professeurs n’étaient plus financés directement par l’armée comme c’était le cas auparavant, mais travaillaient en collaboration avec des chercheurs militaires et utilisaient leurs installations de test. La campagne Demilitarize McGill a alors été mise sur pied et a permis de documenter les activités de recherche portant sur les explosifs thermobariques depuis la dernière campagne militante en 1988. Un encadrement assurant l’éthique et la transparence en matière de recherche militaire a de nouveau été réclamé. Au cours des mois suivant la découverte de la reprise des recherches sur les explosifs thermobariques et sa publication dans la presse étudiante, l’administration de McGill a effectué en catimini des modifications de certaines clauses de la politique d’encadrement de la recherche militaire. C’est ainsi que la mention « recherche reliée au domaine militaire » a été remplacée par « recherche financée par le domaine militaire » et que toute allusion à un comité chargé d’évaluer et d’autoriser les propositions de projets de recherche militaires a disparu. Ces modifications ont fait en sorte que la politique ne s’appliquait plus à la recherche sur les armes thermobariques puisque celle-ci était alors effectuée en partenariat avec l’armée, et non directement financée par elle.

20En 2008, l’administration de l’Université a annoncé son intention de mettre à jour l’ensemble de ses politiques de recherche. Des demandes étudiantes concernant des modifications visant à renforcer la politique d’encadrement de la recherche militaire pour intégrer davantage d’éthique et de transparence ont été soumises aux membres de l’administration chargés de la révision. Dès le début, l’administration a affirmé être à l’écoute des préoccupations des étudiants et professeurs sur le sujet et a annoncé sa volonté de les prendre en considération. La suite des choses ne reflète pourtant en rien cette volonté.

L’élimination de la transparence

21Paradoxalement, le groupe de travail formé par l’administration qui avait pour mandat d’évaluer les questions de transparence siégeait à huis clos ! De surcroît, l’administration avait initialement prévu adopter la révision de la politique de recherche de manière à éviter tout débat, en traitant de la question à la réunion d’été du Sénat, soit la période de l’année où la majorité des étudiants et de la presse étudiante est absente du campus. 

22Les clauses portant sur la recherche militaire de la version préliminaire de la nouvelle politique la rendaient encore moins contraignante que la précédente. Aucune mention du terme militaire ne s’y trouvait. De plus, la clause portant sur l’évaluation et l’approbation nécessaires à l’obtention d’une autorisation spéciale pour les études pouvant avoir des répercussions néfastes sur la société était tellement imprécise qu’elle semblait avoir été formulée dans l’unique but qu’il soit impossible de la mettre en œuvre dans la pratique. Des demandes de modifications subséquentes ont été formulées par Demilitarize McGill. L’administration a réagi en retirant toutes les clauses que les étudiants ont demandé de préciser ! Plutôt que d’avoir des clauses d’éthique et de transparence imprécises et inapplicables dans la politique de recherche, il n’y avait simplement plus de clauses sur la question !

Financer la recherche à tout prix

23Il est devenu évident que, du point de vue de McGill, toute considération de transparence et d’éthique est une nuisance dont elle doit se départir. La quête de financement de recherche par des sources externes à l’Université est, sans aucun doute, la priorité absolue, au détriment de la volonté exprimée par les étudiants et professeurs et des répercussions que ces recherches peuvent avoir sur la vie humaine.

  • 4  Le regroupement des 13 universités canadiennes les plus actives en recherche.

24La principale et vice-chancelière de McGill, Heather Munroe-Blum, se défend de partager cette vision. Elle évoque la lourdeur administrative pour justifier l’absence de considération éthique quand il est question de recherche : « Nous avons tellement de protocoles gouvernant la recherche que nous effectuons, que nous nous infligerions un fardeau supplémentaire si nous révisions nos propres propositions de recherche » (Law, 2009). Quant au vice-principal à la recherche de l’établissement, il se contente d’affirmer que McGill doit aligner ses politiques de recherche sur celles des autres universités canadiennes membres du réseau du G-134 (Law, 2009). Comme le dénoncent ardemment les étudiants siégeant au Sénat, cette prise de position de l’administration pour supprimer l’encadrement de la recherche militaire « reviendrait à faire un pas en arrière, ce qui démontrerait aucun sens du leadership de la part de l’établissement, ce qui suggère que McGill essaie d’être un pôle de recherche aussi attrayant pour les bailleurs de fonds de la recherche que le sont les autres membres du G-13, au détriment de notre éthique » (Woolf, 2009).

25Dans la version définitive de la politique, qui a été adoptée au printemps 2010, il n’est fait mention que des conséquences sociales de la recherche dans le préambule. Il n’y a aucun élément encadrant ou restreignant les activités que peuvent effectuer les chercheurs, seulement une invitation vague à orienter leurs travaux de façon à apporter des bénéfices à la société.

L’ironie de l’éthique en recherche

26Il existe pourtant des règles bien établies en matière d’éthique en recherche universitaire. En fait, les principaux fonds fédéraux de financement de la recherche exigent l’approbation d’un comité d’éthique avant d’accorder du financement à tout projet utilisant des tests sur des humains ou des animaux. L’ironie de la chose est que la recherche universitaire qui vise l’amélioration de la vie humaine (dans le domaine des sciences de la santé) est soumise à de strictes contraintes éthiques, alors que la recherche visant à détruire la vie humaine (dans le domaine de l’armement) ne fait l’objet d’aucun encadrement.

27Jusqu’au printemps 2010, McGill était la seule université canadienne à avoir une politique qui encadre la recherche en fonction des impacts sociaux qu’elle peut avoir. Mentionnons qu’en 2006, la Faculté de médecine de l’Université Laval a eu le courage politique d’interdire les dons et subventions de recherche provenant de l’industrie du tabac, en raison de ses actions allant à l’encontre « de la protection de la santé des citoyens du pays » (Université Laval, 2007). Bien que les chercheurs de la Faculté puissent continuer à étudier les effets du tabac sur la santé, il leur est désormais interdit de le faire grâce au financement des fabricants de cigarettes. Si l’on reconnaît enfin que le tabac est nuisible pour la vie humaine, combien de temps faudra-t-il pour reconnaître que les bombes le sont également ?

Jusqu’où doit-on permettre la liberté universitaire ?

28Le motif le plus souvent évoqué pour justifier une opposition à l’encadrement éthique de la recherche est celui du respect de la liberté universitaire. C’est d’ailleurs l’explication qu’utilise Denis Thérien, vice-président à la recherche du G-13 (également vice-principal à la recherche de McGill), pour répondre à son homologue de l’Université Western lorsqu’il a fait face à la pression des étudiants de son établissement pour prendre position sur la question. Pour justifier l’opposition du G-13 à l’imposition de restrictions aux activités des chercheurs, Thérien affirme ceci : « La liberté académique commande que […] l’on maintienne le droit de nos professeurs de poursuivre la recherche telle qu’ils le jugent bon de le faire et que nous nous opposions à toute restriction de ce droit sous prétexte que certaines avenues de recherches puissent faire l’objet de désapprobation » (Thérien, 2007). Ainsi, les chercheurs devraient absolument être libres de diriger leurs travaux dans la direction de leur choix, et il s’agirait là de l’un des fondements de notre système universitaire.

La responsabilité d’un chercheur par rapport à ses propres travaux

29Les membres de la haute direction de McGill prétendent qu’il est impossible de déterminer quelles recherches peuvent avoir des conséquences néfastes pour la vie humaine. L’argumentation du G-13 reprend cet élément :

Dans le cas de la recherche militaire, il est souvent extrêmement ardu d’établir un lien de cause à effet menant à des impacts nuisibles, puisque dans le passé de nombreux projets de recherche universitaires ont été par la suite adaptés à une utilisation militaire. D’autre part, de nombreux projets de recherche militaires ont apporté des bénéfices considérables à la société (Thérien, 2007).

30D’autres défenseurs évoquent le fait que la recherche scientifique est objective et qu’elle est indépendante de l’utilisation qu’on en fait. Citant l’exemple du génie chimique, le directeur du Bureau de McGill pour la science et la société, Joe Schwarcz, abonde dans cette direction « Les composés chimiques sont inanimés : ils ne prennent pas de décision. Les gens prennent des décisions. Un même composé chimique qui peut être utilisé au bénéfice de l’humanité peut également être utilisé à son détriment » (cité dans Bozinoff, 2009 : 2).

31L’idée selon laquelle il y aurait une séparation claire entre le développement d’une technologie et son utilisation ne tient pas la route. Selon Robert Proctor, professeur d’histoire des sciences et auteur de l’ouvrage Value-free Science ?,

n’importe quoi peut être utilisé à bon ou mauvais escient, mais, dans le cas de systèmes hautement complexes, les produits sont habituellement conçus pour servir un but précis. Comment peut-on utiliser à mauvais escient un missile ou une bombe nucléaire ? Dans les faits, une bombe nucléaire ne peut être utilisée que d’une façon (cité dans Bozinoff, 2009 : 2).

32On pourra s’opposer en déclarant qu’une réaction nucléaire peut servir à produire de l’armement autant que de l’électricité, et que tout dépend de l’utilisation qui en est faite. Pourtant, cette supposée neutralité ne peut s’appliquer qu’aux technologies les plus simples, aux principes les plus abstraits. Seuls les composants fondamentaux de la mécanique élémentaire, comme le levier ou les règles de base de l’arithmétique, peuvent réellement être considérés comme étant totalement neutres (Proctor, 1991). C’est dans ce sens que se dirige l’argumentation de Value-free Science ? :« Certes, les fusils ne tuent pas les gens, les gens tuent d’autres gens. Par contre, peut-on être surpris lorsqu’une société qui s’entoure d’armes à feu en fasse l’utilisation ? » (Proctor, 1991 : 6).

33Lorsque la finalité est de concevoir des technologies particulières, les chercheurs ne peuvent pas être absous des conséquences de leurs travaux et doivent assumer la responsabilité de leurs conséquences (Bozinoff, 2009). Lorsqu’une étude universitaire s’effectue pour le profit de l’armée, soit la seule institution publique qui se spécialise dans l’utilisation de la violence, il est indéniable que ses applications peuvent avoir des effets dévastateurs pour la vie humaine. Il est donc crucial qu’elle fasse l’objet d’un examen approfondi par la communauté universitaire avant d’être autorisée à aller de l’avant. Il serait tout à fait irresponsable qu’une université occulte sa responsabilité à l’égard des répercussions de ses activités de recherche sur la société qui l’entoure.

34Comble de l’ironie : l’administration de McGill interdit aux étudiants des cycles supérieurs de conduire des projets de recherche dans des régions du monde considérées comme dangereuses et instables, alors qu’elle permet la recherche en matière d’armement qui contribue à cette instabilité (Comité éditorial, 2009).

La responsabilité d’agir

35Une collectivité doit avoir le pouvoir de déterminer quels types de recherche peuvent avoir lieu dans ses institutions publiques et quels types ne devraient pas s’y dérouler. Après tout, les priorités de recherche ne sont que des formes d’expression de priorités sociales : ce qu’une société considère comme important va décider de quel type de travail scientifique sera effectué. Est-ce qu’une guerre menée contre la volonté du peuple qui la finance peut réellement être considérée comme une priorité sociale ?

36Il est peu surprenant que les gestionnaires de McGill soient réticents à l’égard d’une politique qui pourrait représenter une limite à la liberté universitaire, tout comme ils ont dû l’être lorsque des balises éthiques ont été imposées par les principaux fonds de recherche fédéraux pour toute étude impliquant des tests sur des sujets humains. Pour Demilitarize McGill et les organisations qui l’appuient, il est crucial que la recherche visant à détruire la vie humaine ne soit pas autorisée à l’intérieur de nos établissements d’enseignement publics.

37Les administrations universitaires doivent sérieusement prendre en considération les demandes de leurs étudiants et professeurs concernant l’éthique et la transparence en recherche. McGill doit cesser de compromettre l’éthique de nos institutions par sa quête de financement à tout prix.

38McGill doit rétablir, renforcer et surtout respecter sa politique d’encadrement de la recherche militaire. Elle se doit de remettre sur pied un comité d’évaluation ayant le pouvoir d’autoriser ou d’interdire la tenue de tout projet de recherche qui vise à utiliser la violence contre la vie humaine. En raison de son histoire, McGill est en mesure de représenter un modèle de leadership en assurant la transparence et un souci d’évaluation éthique de sa recherche. Soit nous posons ce choix en tant que communauté universitaire, soit nous regardons un épisode historique de militantisme dans le domaine de la recherche militaire à McGill, haussons les épaules et convenons que nous devons aligner nos pratiques sur celles des établissements avec lesquelles nous sommes en compétition pour l’obtention de financement de recherche.

Haut de page

Bibliographie

Bozinoff, N. (2009), « The politics of knowledge », rapport commandé par le Groupe de recherche d’intérêt public, Montréal, Université McGill.

Calvert, B. (2007), « The year before zero: Dean’s controlled solution – Mekong convoy », Voice of America, [En ligne], [http://www.voanews.com/Khmer/archive/2007-07/2007-07-31-voa3.cfm], (1er avril 2008).

Clark, W. (2005), « Fuel air explosives », dans E. Croddy, J. Wirtz et J. Larsen (dir.), Weapons of Mass Destruction: An Encyclopedia of Worldwide Policy,Technology, and History, ABC-CLIO, p. 136-137.

Comitééditorial (2009), « Keep academia out of the war room », McGill Daily, 5 novembre, p. 24.

GlobalSecurity (2005), « AGM-114N Metal Augmented Charge (MAC) Thermobaric Hellfire », [En ligne], [www.globalsecurity.org/military/systems/munitions/agm-114n.htm/], (4 mai 2010).

Higgins, C. (2009), « Bibliographies to battlefields ». Thèse d’honneur, Montréal, Université McGill.

Human Rights Watch (2000), « Report on fuel air explosives », [En ligne], [www.hrw.org/legacy/english/docs/2000/02/01/russia3058_txt.htm/], (4 mai 2010).

Knystautas, R. (1968), « An experimental study of spherical gaseous detonation waves ». Thèse de doctorat, Montréal, Université McGill.

Law, S. (2009), « McGill removes research regulation », McGill Daily, 5 novembre, p. 7.

Mckay, C. (1984), « Students protest military research at McGill », McGill Daily, 4 octobre, p. 3.

Murray, S., et P. Thibault (2009), « Spray detonation », dans F. Zhang (dir.), ShockWave Science and Technology Reference Library, vol. 4, [En ligne], [www.springerlink.com/content/n35128rx431w3472//], (4 mai 2010).

Nelles, D. (2007), « McGill professor linked to US military », McGill Daily, 8 janvier, p. 3.

Nerenberg, A., et M. Smith (1984), « McGill’s quiet study of fuel air explosions », McGill Daily, 1er octobre, p. 5.

Proctor, R. (1991), Value-free Science? Purity and Power in Modern Knowledge, Cambridge, Harvard University Press.

Thérien, D. (2007), lettre de la vice-présidence à la recherche du G-13 adressée aux vice-recteurs à la recherche des universités membres du réseau, 6 novembre.

Towell, J. (2007), lettre du secrétariat général de McGill en réponse à une demande en vertu de la Loi sur l’accès à l’information.

United States Air Force (2005), « Methods to direct and focus blast », AF05-153, Munitions Directorate, Eglin AFB, [En ligne], [www.dodsbir.net/SITIS/archives_display_topic.asp?Bookmark=20026//], (4mai 2010).

United States National Research Council (2004), « Thermobaric explosives », dans Advanced Energetic Materials, Washington DC, The National Academies Press, p. 16-19 [En ligne], [http://books.nap.edu/openbook.php?record_id=10918&page=16//], (4 mai 2010).

Weston, B. (1987), « Non-students occupy to stop FAEs », McGill Daily, 4 mars, p. 3.

Woolf, S. (2009), propos tenus par la sénatrice étudiante lors de la rencontre du 5 novembre 2009 du Sénat de McGill.

Haut de page

Notes

1  Rédigé à partir des recherches de Cleve Higgins et Nikki Bozinoff.

2  Le terme explosifs thermobariques désigne les nouvelles générations d’explosifs air-carburant des années 2000. Les termes thermobariques et air-carburant sont utilisés ici sans distinction, puisque la technologie à laquelle ils font référence est essentiellement la même.

3  Instance administrative équivalente à la Commission des études des universités francophones.

4  Le regroupement des 13 universités canadiennes les plus actives en recherche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Vidal , « Recherche militaire dans les universités. Quelle est la place de l’éthique ? Le développement de technologies de l’armement à l’Université McGill », Éthique publique, vol. 12, n° 1 | 2010, 123-138.

Référence électronique

Alexandre Vidal , « Recherche militaire dans les universités. Quelle est la place de l’éthique ? Le développement de technologies de l’armement à l’Université McGill », Éthique publique [En ligne], vol. 12, n° 1 | 2010, mis en ligne le 10 mai 2011, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/218 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.218

Haut de page

Auteur

Alexandre Vidal

Université McGill

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org