Navigation – Plan du site
Drogue

Considérations sur les représentations prohibitionnistes en Occident

Bernard Lafortune

Résumés

De la guerre au vice à la gestion socioéconomique des problèmes pouvant découler de la consommation de drogues, la prohibition nous montre qu’elle n’est pas nécessairement une solution avantageuse. D’abord, on ne comprend pas toujours pourquoi certaines substances sont prohibées et pourquoi d’autres sont en vente libre. Ensuite, la prohibition n’atteint pas son objectif premier qui est de réduire la consommation de drogues. Elle engendre plutôt plusieurs effets pervers. Ce texte note que les attitudes à l’endroit de l’usage non médical des drogues n’ont pas toujours été celles que nous avons connues au vingtième siècle. Il rappelle donc les jalons historiques qui ont conduit aux représentations prohibitionnistes telles que nous les connaissons en Occident. Il relève également les principaux effets pervers de la prohibition des drogues et conclut qu’elle est devenue une solution désuète.

Haut de page

Texte intégral

1C’est au cours du dix-neuvième siècle, à partir de pressions populaires anglo-saxonnes orchestrées notamment par les regroupements de tempérance, que prend forme en Occident la prohibition des drogues. On fait alors la guerre au vice. En diabolisant les drogues, l’alcool notamment, la prohibition ouvre la porte à une entreprise guerrière qui n’est pas sans dommages collatéraux. La prohibition de l’alcool aux États-Unis, au début du siècle dernier, a eu des effets pervers bien connus aujourd’hui. Mais il semble que les Américains n’aient pas tiré de leçon de cette période plutôt trouble de leur histoire.

2Dans la seconde moitié du vingtième siècle, alors que les mœurs se libèrent, c’est une prohibition de nature économique qui prend le relais. On ne vise plus la guérison des vices de la population, mais la réduction des coûts socioéconomiques qu’engendre la consommation de drogues. Ce texte rappelle dans un premier temps l’histoire de la prohibition des drogues en Occident, plus particulièrement en Amérique du Nord, pour montrer l’arbitraire des décisions qui ont conduit à prohiber, entre autres, le cannabis. Cette histoire nous convainc que la répression n’est pas toujours la meilleure solution au problème de la drogue. Nous nous intéressons ensuite aux principaux effets pervers de la prohibition des drogues. Mais d’abord, exposons brièvement la difficulté de définir la drogue.

  • 1 Dans sa classification de la dangerosité des drogues, Bernard Roques (La dangerosité des drogues, P (...)

3En tant qu’objet de recherche, la « drogue » est une construction historique plutôt ambiguë qui ne permet pas de comprendre immédiatement les raisons de la prohibition. On se sert en général du terme « stupéfiant » pour définir les drogues. Ce mot suppose une frontière entre la légalité ou l’illégalité d’une substance particulière et, pour être qualifiée de stupéfiant, une substance doit faire partie d’une liste élaborée par les conventions internationales (dont celle de 1961 portant précisément sur les stupéfiants). Une « drogue » est également définie comme une substance psychotrope, car elle agit sur le système nerveux central et modifie ainsi les capacités sensori-motrices du sujet. Si on définit la drogue comme un stupéfiant, l’alcool n’en est pas une. Si elle est définie comme substance psychotrope, l’alcool est une drogue au même titre que l’opium et le cannabis1. On voit bien le caractère construit de la définition des drogues, construction qui unit sous un même vocable des substances aussi différentes que le cannabis et l’héroïne, mais sans toujours inclure le café, le tabac, l’alcool ou les médicaments, vendus librement.

  • 2 Selon Norbert Bensaïd, la médecine a pour principal ennemi la mort du corps physique, qui est tué p (...)

4Il y a également lieu de faire une différence entre usager de drogues illicites et toxicomane. Une seule consommation de drogue illicite ne crée pas une dépendance. Tous les consommateurs de drogues illicites ne sont pas des toxicomanes. Il y a pourtant une obsession médicale du risque zéro2 et une obsession policière de tolérance zéro. Dans la plupart des pays occidentaux, les États-Unis en particulier, il semble que le seul modèle connu par l’État pour lutter contre la consommation de drogues soit militaire. On ne pactise pas avec l’« ennemi », on le neutralise. Comment concilier une sécurité suffisante avec une liberté maîtrisée ? Cette question semble être au centre du débat actuel sur la décriminalisation du cannabis. Pour débattre d’une manière éclairée, il faut comprendre comment se sont édifiées les représentations prohibitionnistes. Il convient donc de connaître l’histoire de la consommation des drogues et de leur prohibition.

Jalons pour une histoire de la prohibition

5L’histoire de la prohibition des drogues en Occident, telle que nous la connaissons, est relativement récente. La consommation de drogues – pratique d’intoxication volontaire – existe depuis toujours. Chaque société traditionnelle a cultivé des drogues qui lui étaient propres, a pratiqué des rituels, a élaboré des représentations qui tendaient à protéger ses membres. Les conventions sociales, établies par les anciens, définissaient les substances, leur donnaient un statut symbolique et organisaient leur consommation. Quelques-unes étaient utilisées dans des contextes précis. La consommation des substances étrangères à la communauté, quant à elle, était prohibée. En fait, plus les membres de ces sociétés sont solidaires et plus ils éprouvent, envers les consommateurs de drogues étrangères, un fort sentiment d’hostilité.

  • 3 D. Richard et J.-L. Senon, Le cannabis, Paris, PUF, « Que sais-je ? », 1996, p. 27.
  • 4 On dit que Louis Armstrong aimait fumer le cannabis et expirer la fumée à travers sa trompette.
  • 5 Deux versions contradictoires existent concernant la contribution d’Harry J. Anslinger à la prohibi (...)

6Concernant le cannabis, on ne peut établir avec assurance la genèse de sa consommation puisque les premiers témoignages remontent au début de l’histoire écrite, vers 5000 ans av. J.-C.3. Mais notons que dans la majorité des sociétés traditionnelles on consomme du cannabis pour divers usages, thérapeutiques notamment. On dit alors qu’il est un remède pour tout. Quoique l’on n’ait pas toujours tari d’éloges pour cette substance, on ne la diabolisait pas non plus. Pour cela, il faudra attendre plusieurs siècles. Par exemple, au douzième siècle, l’inquisition espagnole voyait dans le cannabis une herbe diabolique, et en condamnera l’utilisation. Autre exemple, la secte des haschischins (l’ordre des ismaéliens), fondée en 1090, réputée grande consommatrice de cannabis, obéit au « vieux de la montagne » et sème la terreur dans cette partie du monde. Au début du dix-neuvième siècle, Antoine-Isaac Sivestre de Sacy (1809) associe le terme « assassin » à haschisch par l’usage de cannabis que fait la secte. Pour sa part, Joseph von Hammer (1818) publie un livre qui contribue à lier « secte des Assassins et haschisch » à terreur. Ainsi, une première représentation du cannabis commence à se former dans l’imaginaire occidental. Toutefois, à côté du cannabis psychotrope, il existe le chanvre, dont les propriétés psychotropes sont pratiquement nulles, mais dont les qualités textiles sont fort appréciées. C’est d’ailleurs l’usage essentiel qu’en font les Occidentaux au dix-septième siècle. On s’en sert notamment pour fabriquer les voiles et les cordages pour la marine, mais aussi pour fabriquer la corde qui servira à pendre les criminels. Un siècle plus tard, et ce jusqu’au début du vingtième siècle, les pays occidentaux utilisent le cannabis psychotrope dans la fabrication de plusieurs médicaments. En Europe, la classe intellectuelle de la période romantique éprouve un vif intérêt pour le cannabis. Notons les soirées entièrement vouées à la consommation du Dawamesk (une préparation à base de sommités florifères et fructifères du cannabis) organisées par Moreau de Tours et son collègue Louis Aubert-Roche. Théophile Gautier donnera le nom de Club des Hachichins aux individus participant à ces soirées. Au début du vingtième siècle aux États-Unis, ce sont les musiciens de jazz, pour la plupart noirs, qui en feront leur substance de prédilection4. Mais, déjà, les classes puritaines occidentales jugent l’usage non médical du cannabis comme une plaie, un vice. Ce vice, sous l’égide d’Anslinger (1937), fera bientôt l’objet d’une sévère prohibition5.

  • 6 Près de cent soixante ans plus tard, les autorités de Pékin brûlent symboliquement cent cinquante k (...)

7L’opium également a une longue histoire. Reconnu pour son usage thérapeutique, il a de tout temps été utilisé et apprécié. L’usage récréatif de l’opium en Chine constitue cependant bientôt un problème majeur. L’opium fait à cette époque l’objet d’un intense commerce entre l’Occident et l’Orient, les Anglais produisent eux-mêmes celui qu’ils troquent contre le thé chinois. Bientôt inondé par l’opium anglais, la Chine connaît une crise fiscale. Sous prétexte que la drogue engendre la perversion de la population, la Chine en interdit l’usage. Le 3 décembre 1838, cette décision se concrétise par la destruction d’une cargaison d’opium entreposée à Whampoa6. Parce qu’ils se sentent lésés dans leur liberté de commercer, les Anglais déclarent la guerre aux Chinois et en sortent gagnants. Ainsi, par les traités de Nankin (1842) et de T’ien Tsing (1858), la Chine donne Hongkong et de nombreux ports aux Anglais, qui étendront bientôt le commerce de l’opium à toute la côte. Près d’un demi-siècle plus tard, à la suite de la forte migration des Chinois, aux États-Unis notamment, l’opium sera prohibé.

  • 7 J.-L. Brau, Histoire de la drogue, Paris, Tchou, 1973, p. 211.

8D’autres drogues feront également l’objet de prohibition. Le tabac et l’alcool seront ainsi sporadiquement interdits. Le tabac, découvert lors du premier voyage au « nouveau monde » de Christophe Colomb par deux Espagnols débarqués sur l’île de Cuba en 1492, fait son entrée en Europe par l’Espagne. Après avoir fumé en public, l’importateur sera arrêté et condamné pour sorcellerie. On croit alors que seul le diable peut donner à l’homme « le pouvoir de souffler de la fumée par la bouche7 ». Malgré les interdits (d’ordre moral ou canonique), la consommation du tabac se répand dans la population européenne aux seizième et dix-septième siècles. Certaines interdictions sont pourtant sévères. Par exemple, en Russie, le tsar Alexis Mikhailovitch, qui règne de 1645 à 1676, faisait mettre à la torture les habitants qui avaient du tabac à la maison. Mais, rien ne va plus. À partir du dix-huitième siècle, la consommation ne cesse d’augmenter, et la culture est dominée par l’État.

9Et que dire de l’alcool… Les boissons fermentées semblent avoir accompagné l’humanité depuis son adolescence. Les premières législations concernant les drogues apparaissent au dix-huitième siècle av. J.-C., et ne concernent pas le cannabis ou l’opium, mais l’alcool. En effet, l’article 108 du code d’Hammourabi, qui est le fondateur du premier empire babylonien, protège les consommateurs de bière et de vin contre le frelatage des produits en punissant de mort les taverniers fautifs. On peut alors croire qu’il s’agit là d’une protection du consommateur contre ces taverniers. De l’Égypte ancienne provient « l’art du vin » dont l’usage est réservé aux classes fortunées et au culte religieux. Art qui se répand chez les Grecs et les Romains. Ces derniers sont à l’origine, en 186 av. J.-C., d’une répression sanglante contre les adeptes du culte de Bacchus, consommateurs de vin pur (les Romains boivent le vin dilué). Sept mille individus sont appréhendés ; trois mille sont exécutés. Les bacchanales sont alors fermement interdites. Selon le pouvoir romain, les bacchanales ont créé un mouvement que l’on juge « subversif ». La répression des bacchanales devient une des premières formes connues de prohibition liée à l’usage des drogues, usage considéré comme vicieux. Or, comme pour toute répression, on ne fait qu’amplifier ce qu’elle vise à réduire. Ce culte réapparaît moins d’un siècle plus tard. Avec la chute de Rome et l’avènement du christianisme en Occident, la culture de la vigne se répand. Le christianisme a besoin de vin pour le rituel eucharistique. Les moines deviennent les maîtres de la viticulture et détiennent le monopole des vignes. En plus de recevoir des hôtes prestigieux (princes, rois et empereurs), avec qui on boit un « vin d’honneur » (un vin blanc) en abondance, certains évêques, celui d’Auxerre notamment, deviennent des négociants en vin. Le treizième siècle verra la viticulture bourgeoise devenir majoritaire. En France, la recherche de la quantité plutôt que de la qualité inquiète les pouvoirs publics. En effet, on délaisse la culture nourricière pour la viticulture, laissant planer le spectre de la famine. En 1725 dans le Bordelais, on interdit de planter de nouvelles vignes, interdiction généralisée à tout le royaume en 1731. Les soixante-dix dernières années de ce siècle, soutenues par le progrès des techniques viticoles, de la vinification et de la conservation, verront la percée de « grands » vins de Bordeaux, de Champagne et de Bourgogne. On comprend alors que certains vignobles, déjà bien implantés, ont su profiter de cette interdiction.

10Au Canada aussi on prend des mesures protectionnistes pour vendre les produits du terroir. Au cours du dix-septième siècle, on boit du vin importé de France à un prix élevé, n’abreuvant ainsi que la classe bourgeoise. Or, en 1668, Jean Talon interdit à quiconque d’importer des vins et des eaux-de-vie, en accusant ces boissons de nourrir la débauche et de ruiner la santé des habitants. On suppose que l’usage entraîne le vice. Mais le but consiste évidemment à promouvoir la bière fabriquée localement – car l’intendant a besoin de revenus. En 1676, on commence à émettre des réglementations pour régir les débits de boisson. Jusqu’alors, seuls les moralisateurs mettent au banc des accusés l’alcoolisme, même si le terme n’est employé pour la première fois qu’en 1852. En 1721, Pontas exprime, dans son Dictionnaire des cas de conscience, la position officielle de l’orthodoxie catholique. Le péché y est défini de deux manières : par l’abus (aspect quantitatif) et par le détournement de la finalité du plaisir (aspect qualitatif). Ainsi les moralisateurs laïques font de la modération la condition du véritable plaisir. Les médecins, pour leur part, ne commencent à dénoncer réellement l’alcool qu’à la fin du dix-huitième siècle. L’accroissement de la production d’alcool entraîne une démocratisation de la consommation et l’éclosion de l’alcoolisme. En Amérique, autant aux États-Unis qu’au Canada, l’intempérance est combattue.

  • 8 En fait, la mise en application de cette loi aurait commencé en janvier 1920.

11À la fin du dix-neuvième siècle, le premier ministre canadien, Wilfrid Laurier, soumet la question de la prohibition de l’alcool à un référendum national. Toutes les provinces du pays votent en faveur de la prohibition à l’exception du Québec qui y est farouchement opposé. Cette opposition des Québécois, combinée à la faible participation au plébiscite, contraint Laurier à s’abstenir de faire la guerre à l’alcool au Canada. En 1919, sous la pression des groupes de tempérance, l’alcool devient illégal aux États-Unis avec l’adoption de la « loi sèche » (le Volstead Act) – qu’on abrogera treize ans plus tard. Pour combattre le crime que l’adoption de cette loi favorise, près de 18 000 personnes sont engagées par le bureau de la prohibition. De ce nombre, plus de 13 500 personnes sont mises à la porte pour corruption, ou parce qu’elles sont suspectées de corruption. De 19198 à 1933, soit l’année où l’on retire le Volstead Act, la contrebande américaine d’alcool fait des affaires d’or. En tout et pour tout, cette loi envoie 500 000 personnes derrière les barreaux, créant par le fait même un demi-million de nouveaux délinquants. Au cours de cette période, les têtes dirigeantes des réseaux de trafiquants ne se font pas importuner.

  • 9 R. Prévost, S. Gagné et M. Phaneuf, L’histoire de l’alcool au Québec, Montréal, Stanké, 1986, p. 74
  • 10 Il est intéressant de noter les similitudes entre la prohibition de l’alcool en Amérique et la proh (...)

12Au Québec, le gouvernement crée en 1921 la Commission des liqueurs, qui a aussi la mission sociale de transformer les habitudes des Québécois sans utiliser de moyens répressifs. Elle devra en effet « favoriser la consommation modérée de boissons alcooliques de qualité dûment vérifiée, vendues à un prix raisonnable et dans un cadre d’opération contrôlé9 ». Cette commission détient le monopole du commerce des vins et des spiritueux. Elle délivre également les permis de bière vendus dans les épiceries. Sur un continent où règne la prohibition, le Québec fait figure de pionnier en matière de prévention des abus avec l’étatisation du commerce des vins et des spiritueux. Au cours des années 1920, le commerce illégal de l’alcool semble éliminé de la province, où le marché noir étasunien vient se ravitailler10. Les touristes sont nombreux à se désaltérer au Québec devenu prospère. En 1922, 84 % des produits de la Commission des liqueurs sont achetés par des individus qui ne sont pas de la province. Pendant ce temps, le Québec polarise l’attention de plusieurs gouvernements étrangers qui cherchent une solution au problème de l’alcool. Après la prohibition, les trafiquants cherchent un nouveau produit pour remplacer l’alcool. Considérant que le cannabis est trop impopulaire, ils optent pour l’héroïne. Fleurit alors pour eux une période fort lucrative.

13Des démarches pour lutter contre l’usage des drogues aboutiront, tout au long du vingtième siècle, à des traités internationaux. Au début de ce siècle, l’Amérique du Nord puritaine classifie les drogues selon les groupes de population : classe sociale, religion ou « race ». Les Noirs sont associés à la cocaïne, les Mexicains à la marijuana et les Chinois à l’opium. Le vice semble culturel. Pourtant, même si elles peuvent présenter un certain danger, quelques drogues, comme les barbituriques, ne sont pas prohibées. Les barbituriques, bien qu’ils créent une dépendance plus forte que la morphine et l’héroïne, sont en vente dans les pharmacies. On peut supposer qu’on les tolère parce qu’ils sont consommés par la majorité blanche. Au Canada, avant 1908, il n’y a aucune restriction légale concernant la possession et la vente de drogues à des fins non médicales. Des laboratoires chinois et des compagnies pharmaceutiques se partagent la vente de substances opiacées. Les premiers, par le biais de fumeries d’opium ; les secondes, sous forme de divers médicaments-élixirs-sirops que médecins et pharmaciens vendent librement à travers le pays. Mais, des groupes de pression canadiens, notamment les méthodistes, intiment au gouvernement fédéral de mener, dans les meilleurs délais, une enquête sur la question des drogues. Mackenzie King, alors ministre du Travail, mènera cette enquête. Dans son rapport, il conclut que la consommation d’opium crée des habitudes de vie qui vont à l’encontre de la morale chrétienne. De ce rapport résulte un projet de loi qui ne touche que les Chinois. La Loi sur l’opium, qui est indéniablement discriminatoire, est adoptée moins de trois semaines après le dépôt du rapport (1er juillet 1908). Cette loi interdit l’importation, la transformation et la vente des produits opiacés dont l’usage est non médical – on se sert de la morphine à des fins médicales. Ainsi, le Canada devient le chef de file mondial en matière de prohibition de l’opium. Mais cette loi, occasionnant une pénurie d’opium, en favorise la coupe et l’inflation des prix sur le marché noir. Cette situation ouvre la porte à l’adultération des autres drogues. L’Acte d’assistance (1929), qui donne aux policiers le droit de perquisitionner à tout moment dans n’importe quel lieu sans mandat, semble violer les droits et libertés de la personne. En 1954, selon la Loi sur les stupéfiants, c’est maintenant l’accusé qui doit faire la preuve qu’il ne possède pas de drogues dans le but d’en faire le trafic. La quantité de substance n’étant pas précisée par cette loi, un suspect peut être accusé de trafic même s’il n’offre qu’une cigarette de cannabis à un ami. Cet article aberrant ne sera abrogé qu’en 1986. Mais déjà la Hollande a décriminalisé la possession simple de cannabis et a donné aux coffee shops la responsabilité de la vente de ce produit. L’État se trouve ainsi soulagé de cette responsabilité judiciaire et de l’organisation de la distribution qui en découle. Depuis, plusieurs pays sont séduits par le modèle hollandais, qui semble laisser à l’usager la responsabilité de sa consommation de drogues douces. Les Américains pourtant persistent et signent : les pays signataires des conventions internationales (1961, 1971, 1988) ne peuvent déroger aux règles édictées par ces ententes.

Effets pervers de la prohibition

  • 11 M.-A. Bertrand, « La ligue internationale antiprohibitionniste : sa naissance, son évolution et ses (...)

14Au cours du vingtième siècle, les mesures prohibitionnistes adoptées pour résoudre les problèmes liés à la consommation de drogues ont entraîné des effets pervers. Aussi, dans la mesure où une politique sur la consommation de drogues a pour but de réduire au minimum les méfaits liés à son usage et de freiner les coûts relatifs à son contrôle, les gouvernements prônant la prohibition ont essuyé un échec. D’abord, les politiques répressives n’ont pas conduit à la réduction de la consommation de drogues. Bien au contraire, l’usage a augmenté. On suppose alors que les abus ont également augmenté. Une consommation abusive de drogues entraîne souvent une détérioration de la santé. Les problèmes de santé engendrés par la consommation de drogues étant multiples, nous ne les énumérerons pas. Notons toutefois que ces problèmes entraînent une augmentation des coûts sociaux et économiques. Les programmes de prévention des toxicomanies (que nous pouvons rapprocher du contrôle de la demande) souffrent d’un manque de financement comparativement au budget accordé à la répression du trafic (contrôle de l’offre), premier objectif des politiques antidrogues. On souligne parfois que les programmes de préventions sont « pollués par le climat hystérique qu’entretiennent les gouvernements et les bureaucraties d’État autour de la drogue11 ». Mais que ce soit la réduction de la demande ou celle de l’offre, ces politiques, on le constate, n’obtiennent pas les résultats escomptés. À moins de continuer à croire qu’on peut éliminer le marché noir des drogues, la prohibition (par opposition à la réglementation de l’usage par l’État) favorise la prise en charge de la distribution et de la vente par les milieux criminels. Pour les gangs organisés, la prohibition est beaucoup plus rentable.

15Autres effets pervers : le prix et la qualité du produit. Plus la répression est forte, plus le prix des drogues augmente. Ce prix élevé entraîne une augmentation de la criminalité en ceci que le consommateur a parfois recours à des moyens illégaux pour payer sa consommation. De plus, le caractère illicite des drogues pousse les consommateurs à la clandestinité. Par ailleurs, pour augmenter les profits de la vente, le marché noir, sacrifiant la qualité de son produit, « empoisonne » sans remords sa clientèle. Les drogues frelatées augmentent les risques d’intoxication. Parfois, la concentration élevée du produit accroît les risques d’overdose. En effet, pour ce qui est du cannabis notamment, les forts taux de THC peuvent entraîner une augmentation des effets toxiques. Toutefois, les effets toxiques d’une drogue dépendent non seulement de la concentration de substances actives, mais aussi du mode d’ingestion, des habitudes de consommation, de l’environnement dans lequel la substance est consommée et de la santé du consommateur.

  • 12 S. Brochu, Drogue et criminalité, une relation complexe, Bruxelles, De Boeck, 1995, p. 88. Voir aus (...)
  • 13 Serge Brochu, op. cit., p. 93. En 2001, Brochu formulait ainsi la relation entre drogue et criminal (...)

16Cette « interaction triangulaire drogue-personne-contexte12 » permet d’aborder la nature de la relation drogue-violence. Au cours du vingtième siècle, à l’époque où elles sont systématiquement « diabolisées », les drogues illicites sont considérées comme criminogènes : celui qui les consomme commettrait fatalement des actes de violence. Les médias ont considérablement amplifié cette association entre drogues et violence, qui n’est pas sans rapport avec les lois prohibitionnistes. Le consommateur de drogues est devenu un bouc émissaire et la drogue, un symbole du vice. Il est évidemment naïf de blâmer la seule substance. La violence qui entoure la drogue est un problème complexe. Pourtant, on fonde encore la prohibition sur l’argument que la drogue est associée à la violence et à la criminalité. Or, la prohibition elle-même engendre une bonne part de la violence attribuée à la drogue. À cet égard, on peut supposer que la prohibition engendre le vice. Répondant à une demande sociale clandestine, le criminel fournit ce que le consommateur de drogues lui réclame. Le « marché blanc » ne répondant pas à cette demande, c’est le « marché noir » qui y voit. Ce marché toujours croissant favorise une criminalité multiple (violence, corruption, guerre de gangs, etc.) qui constitue les nouveaux vices de la société moderne. Serge Brochu arrive à la conclusion qu’il y a trois sources de violence reliée à la drogue : les réactions psychopharmacologiques (phénomène exceptionnel selon l’auteur), les démarches individuelles pour se procurer la drogue, et les stratégies de gestion du système de production et de distribution illégale de la substance13.

  • 14 S. Brochu, « Drogues et criminalité : points de vue critiques sur les idées véhiculées », Déviance (...)
  • 15 Line Beauchesne, lors du même congrès, cite cet exemple en y ajoutant le phénomène des dettes de dr (...)
  • 16 En milieu carcéral, des tests d’urine sont pratiqués au hasard sur les prisonniers pour détecter la (...)

17Les dangers liés à l’usage de drogues sont multiples. Risques pour la santé du consommateur, bien sûr, mais aussi les risques de l’arrestation et de ce qui l’accompagne. Au Canada, malgré le projet de loi (C-38) qui vise à adoucir les sanctions pour la simple possession de cannabis (en deçà de 15 grammes), un simple consommateur de cette substance pourra payer une forte amende, qui excède souvent les capacités financières des usagers, les jeunes en particulier. Et les fautifs qui ne peuvent payer commettent une infraction à la Loi sur les contraventions. Ils risquent alors l’emprisonnement, contribuant par le fait même à l’engorgement du système judiciaire et des prisons. La microculture carcérale (criminels récidivistes, circulation de drogues en prison, etc.) ne favorise en outre pas une réhabilitation des consommateurs de drogues. Dépense futile des deniers publics ? Selon Serge Brochu, plus de la moitié des détenus consomment de la drogue durant leur incarcération14. On peut même penser qu’en prison plusieurs accroissent leur consommation. Brochu, dans une conférence récente (dans le cadre du congrès de 1999 sur les Drogues par injection), donne l’exemple d’un « petit dealer de hasch » que l’on incarcère et qui ne trouvera probablement pas sa substance préférée en prison15. Pour éviter d’être « dépisté », le détenu s’adonnera plutôt à l’héroïne16. Il devra de plus s’injecter l’héroïne pour ressentir au maximum ses effets. Le milieu carcéral ne fournissant pas les seringues, l’échange y est courant. Le risque d’être contaminé, par le VIH notamment, est accru. À sa sortie de prison, le « petit dealer de hasch » est devenu un usager de drogues intraveineuses et peut avoir été contaminé par le VIH… On peut en conclure que le moyen utilisé pour corriger le comportement jugé déviant est, du moins en partie, la cause de son aggravation. D’où aggravation du vice combattu et des coûts économiques. Ne vaudrait-il pas mieux réduire les méfaits reliés à la consommation de drogues ?

18Pourtant, la conséquence la plus pernicieuse d’une arrestation reliée à la drogue est sans doute le casier judiciaire. Les conséquences négatives d’un dossier criminel pour l’individu étant multiples, nous ne nous y arrêterons pas. En somme, on peut croire que les risques les plus grands dans l’utilisation d’une drogue, surtout lorsqu’il s’agit du cannabis, ne viennent pas de la consommation elle-même, mais des effets pervers de la prohibition. On pourrait alors parler des effets vicieux de la prohibition. De plus, par peur des répercussions possibles, le consommateur qui éprouve des difficultés avec sa consommation de drogues hésitera à consulter les organismes sociaux et médicaux officiels. Mais, les coûts n’en seront pas réduits, se répercutant plutôt ailleurs dans la société.

  • 17 M. Xiberras, La société intoxiquée, Paris, Méridiens-Klincksieck, « Sociologies au quotidien », 198 (...)

19Notons que la répression a poussé un grand nombre de consommateurs à rejeter les valeurs de la société, et par le fait même à banaliser la loi. Selon Martine Xiberras, l’affrontement entre la société d’accueil et la communauté des consommateurs entraîne la marginalisation de ces derniers, qui ne comprennent pas toujours pourquoi la justice s’acharne sur eux17. Alors que les milieux criminels ne cessent de prospérer. Y aurait-il dans notre société des intouchables et des justiciables ? La jeunesse américaine des années 1960 notamment conteste cette société qu’elle juge trop conformiste et manipulatrice. Elle lutte contre l’aliénation de l’homme unidimensionnel, et refuse la culture dominante. En dehors de la communauté, l’environnement se fait oppressant. Et l’expression de cette contestation, ou de ce choix de liberté, s’exprime souvent par l’usage des drogues.

  • 18 C.-H. de Choiseul Praslin, La drogue, une économie dynamisée par la répression, Paris, Presses du C (...)

20Le milieu criminel tend à vouloir conserver le marché lucratif des drogues illicites, un peu comme les compagnies pharmaceutiques tendent à vouloir garder le monopole du marché des drogues thérapeutiques licites. Ce faisant, tous deux défendent leur part de marché par tous les moyens possibles. Ainsi, pour survivre et évoluer, l’organisation criminelle, en plus d’étendre son marché à l’échelle internationale, doit s’« institutionnaliser ». Les grands trafiquants de drogues apparaissent maintenant « davantage comme un groupe de pression, une véritable institution, avec son discours propre, sa fonction idéologique et son articulation avec le reste de la société18 ». Les ramifications de ces organisations se sont rapidement étendues, touchant toutes les couches de la société, jusqu’à devenir ce que Charles-Henri de Choiseul Praslin appelle la narcocratie. Cette dernière se fond dans le paysage politique. Comment combattre un ennemi invisible ?

21La police, préférant combattre un ennemi connu, surveille les activités des groupes criminels visibles ; ceux qu’elle connaît. Lorsque la demande politique se fait pressante, sous la demande de la population après un attentat meurtrier lié à la guerre des gangs notamment, la police procède à des arrestations. À peine un groupe démantelé, un autre prend la relève, que la police devra connaître. Et le bal est reparti jusqu’à ce que ce réseau soit lui-même démantelé. Les groupes de criminels frappés par la police ne constituent qu’une extrémité du réseau. Les têtes dirigeantes, pour leur part, sont rarement inquiétées. Pour donner une image des mesures policières en matière de lutte contre les drogues, nous pouvons évoquer la vigueur d’un plant de cannabis. Les têtes florifères représentent les groupuscules criminels, les petits revendeurs. Les branches et le tronc évoquent les différents intermédiaires entre les têtes dirigeantes, représentées par les racines (donc invisibles), et les différents groupes criminels, qui ont la charge d’écouler la drogue dans les rues. Dans la pratique, tous les botanistes savent bien que le fait de couper les têtes d’une plante la renforce. Donc, en pratiquant l’excision des têtes de cette plante, nous lui permettons de se développer. En supposant que l’on arrache le plant du sol (en incluant les racines), plusieurs plantes peuvent pousser ailleurs… En fait, cette plante pousse comme le pissenlit, il semble quasi impossible de l’éliminer définitivement.

  • 19 P. Foglia, « Max et les tueurs », La Presse, 21 avril 1998, p. A5.

22En matière de drogues et de groupes criminalisés, les procédures policières sont différentes des procédures courantes. Ces procédures relèvent de la mentalité guerrière. Comme à la guerre, la police se permet une très grande liberté d’action dans ses opérations secrètes. L’une de ses pratiques est l’entrapment, c’est-à-dire l’utilisation d’agents provocateurs. Ces derniers ont pour mission de pousser une personne ou un groupe à s’engager dans une action afin de le prendre en flagrant délit. Au Canada, certains membres de la Gendarmerie royale auraient même monté un réseau pour mieux le démanteler et ainsi récolter les mérites de cette opération réussie19. Une autre pratique courante consiste à recruter des personnes déjà présentes dans le milieu visé par l’opération policière. Ces « informateurs » aideront la police à mieux connaître l’organisation criminelle. Ayant déjà acquis la confiance des membres du gang, ils coopèrent ainsi par l’entremise d’agents doubles avec la police. Ainsi, la police encourage la perpétration de délits afin d’obtenir des preuves flagrantes d’activités criminelles. Cette pratique semble jouer un rôle paradoxal puisqu’elle ne sert plus à surveiller le crime, mais à l’entretenir. En payant pour obtenir de la drogue, par exemple, la police encourage le marché de la drogue qu’elle est chargée de réprimer. La police encourage aussi la délation. Recrutés parmi d’anciens informateurs ou des personnes accusées de crimes graves et acculées au pied du mur, les délateurs sont chargés de dénoncer leurs anciens « camarades ». Des accusations de tout ordre peuvent ainsi être portées contre des membres actifs du groupe criminel visé, de préférence les têtes dirigeantes. Les délateurs sont grassement payés pour leurs tâches, qui ne donnent pas toujours les résultats visés. Aussi, les accusations ne sont pas toujours en rapport direct avec le trafic de drogues. Le cas le plus cité à cet égard est sans doute celui d’Al Capone. Au début des années 1930, en pleine prohibition de l’alcool aux États-Unis, il est emprisonné pour fraude fiscale.

23Puisque les groupes criminalisés utilisent la corruption pour agir en leur faveur sur des membres actifs de la société (police, avocats, juges, politiciens, gens d’affaires, etc.), les gouvernements craignent ces réseaux interlopes. Ainsi, la drogue, figure du mal, paraît justifier une « guerre intérieure » dont le but est de protéger la quiétude de l’ensemble des citoyens. Cette guerre a un prix difficile à évaluer. Mais cette justification pourrait bien ne pas être la seule. Retournons un peu dans le passé. Depuis le dix-neuvième siècle, les gouvernements occidentaux ont toujours trouvé des intérêts dans la culture et le commerce de la drogue. La drogue finançait les colonies et les guerres, tout en maintenant la domination économique. Le commerce anglais de l’opium en Chine en est un bon exemple. Bien sûr, l’expansion des ligues de tempérance anglo-saxonnes en Angleterre et aux États-Unis contraindra, dès le début du vingtième siècle, les gouvernements à camoufler leurs activités. À titre d’exemple, notons le trafic de cocaïne lié au financement de la guerre civile au Nicaragua. Un autre facteur de motivation dans l’implication des gouvernements se trouve dans les richissimes compagnies qui contrôlent la fabrication des drogues en Occident. En effet, la production occidentale de drogues, tout aussi dangereuses que celles produites dans les pays du tiers monde, semble montrer un autre portrait de la prohibition : une guerre des produits en provenance des pays du Nord (médicaments, alcools, tabac, etc.) – dont la commercialisation est « agressive » – contre les produits venant du sud (coca, opium, marijuana, etc.) – dont la production et la vente est illégale. Dans ces pays pauvres, les agriculteurs n’ont souvent d’autre possibilité que de produire des drogues considérées comme illicites en Occident. Pour survivre, ils cultivent donc le produit qui rapportera le plus de dividendes. La guerre des drogues ayant généré une inflation des prix des substances illégales, les autres produits agricoles ne sont plus concurrentiels. Par exemple, la chute des prix du café dans les années 1980 a amené les cultivateurs colombiens à opter pour une culture dont le prix est plus stable : la coca. Sans compter qu’ils doivent composer avec les grands cartels qui les incitent à poursuivre la culture de produits illicites. Par le biais de leurs liens avec la drogue, ces pays discriminés seraient donc eux aussi devenus des symboles du mal. Pourtant, malgré la pression des pays occidentaux sur ces pays défavorisés et l’envoi de la police et de l’armée dans ces régions pour détruire les plantations, la culture des matières de base des drogues illicites se poursuit. Mais, qu’arriverait-il si ces opérations réussissaient ? La situation économique de ces pays pauvres s’en trouverait-elle améliorée ? Est-ce que ces démarches aboutiraient à la disparition des drogues sur le marché occidental ? Pendant les périodes les plus répressives de la guerre aux drogues provenant des pays du Sud, on a vu les prix de ces substances chuter pour accroître la clientèle. On a vu également l’apparition de drogues synthétiques souvent plus nocives que les drogues qu’elles sont censées remplacer. Autant les milieux criminels que les grandes compagnies pharmaceutiques manipulent les produits jugés illégaux pour les transformer en produits légaux ou utilisent des produits légaux pour en faire des produits hautement toxiques. Puisque le combat contre le vice semble s’épuiser auprès de l’électorat, autant parler des coûts économiques qu’entraîne la consommation de drogues pour justifier cette guerre.

24L’histoire est parsemée de guerres. L’État moderne choisit ses ennemis, leur déclare la guerre et fait des profits sur cette entreprise. Depuis le dix-neuvième siècle, la crainte des drogues, accompagnée d’une perception négative de certains peuples qui en font usage, semble avoir arrangé économiquement et politiquement les pays industrialisés. Tout comme la chasse aux sorcières communistes des années 1950, la guerre des drogues justifie toute une série d’actions économiques et politiques intérieures et extérieures. La politique extérieure américaine se sert peut-être de la guerre contre les pays producteurs de drogues pour camoufler ses intentions de domination politique et économique de ces mêmes pays. Sa politique intérieure, elle, se sert de la drogue pour expliquer la criminalité. Les médias d’information entretiennent l’idée que la drogue est bien l’ennemi à abattre. Les campagnes de peur, d’où ressortent des images spectaculaires que les médias diffusent et rediffusent presque quotidiennement, sont sans doute une des causes du maintien des politiques répressives. Ces images sont payantes pour les grands réseaux de télévision, et, nous le supposons, utiles pour le gouvernement américain. La peur des drogues détourne l’attention des téléspectateurs de problèmes intérieurs comme la pauvreté, la violence raciale et la pollution de l’environnement. Les politiques répressives en matière de drogues engendrent des effets désastreux sur la santé, la criminalité, sans évidemment vraiment résoudre aucun des problèmes qui y sont liés. Toutefois, l’évolution de la narcocratie pourrait montrer que la guerre des drogues est rentable pour ceux qui en dictent les règles. Ces dernières étant bien sûr d’ordre économique.

Conclusion

  • 20 Pierre Brisson définit la réduction des méfaits comme une « démarche de santé collective visant, pl (...)
  • 21 P.-C. Nolin, op. cit., et P. Torsney, Politique pour le nouveau millénaire : redéfinir ensemble la (...)
  • 22 E. Single, B. Fischer, R. Room, C. Poulin, E. Sawka, H. Thompson et J. Topp, Le contrôle du cannabi (...)

25Au Canada, il semble possible d’envisager qu’une nouvelle politique en matière de drogues voit le jour. À l’heure où les politiques répressives en matière de drogues sont remises en question, on évoque une stratégie orientée vers la santé publique et vers la réduction des méfaits20 pour combattre les problèmes reliés à la consommation de drogues. En effet, deux rapports du gouvernement, le rapport sénatorial (présidé par le sénateur Pierre-Claude Nolin) et le rapport de la Chambre des communes (présidé par Paddy Torsney), parus à la fin de 200221, recommandent des changements importants dans la politique régissant la possession et la consommation du cannabis. Quelques modèles retiennent l’attention. Le rapport de la Chambre des communes recommande la décriminalisation du cannabis, alors que le rapport sénatorial considère cette option comme la variante faible de la prohibition. Ce rapport recommande plutôt la légalisation du cannabis. Single, pour sa part, recommandait la « simple infraction » en vertu de la Loi sur les contraventions, et proposait de « déjudiciariser » les cas d’infractions liées au cannabis en faveur d’un traitement ou de services communautaires22. Les mouvements antiprohibitionnistes, eux, accordent leur attention à une légalisation globale (toutes les drogues), à plus ou moins long terme. Le ministre de la Justice du Canada, Martin Cauchon, a pour sa part proposé une législation qui ferait passer la peine pour possession de petites quantités de cannabis (moins de 15 grammes) comme une infraction au code de la route – en somme, une simple infraction. On sent bien qu’un vent de changement souffle sur le Canada. Mais lequel ?

26Le point de vue du législateur sur la prohibition et le contrôle des drogues, ici comme ailleurs, est grandement déterminé par des représentations sociales. Celles-ci disqualifient la consommation de drogues ou l’acceptent sous certaines réserves. Le discours du législateur qui s’y rapporte frappe certes l’imaginaire, mais il n’échappe pas aux croyances, mythes, préjugés et convictions personnelles qui sont enracinés dans une société à un moment précis de son histoire. Autrefois, combattre le vice ; aujourd’hui, choisir la moins mauvaise solution. En scrutant l’histoire de la consommation de drogues, nous constatons que l’usage de substances psychoactives n’a pas toujours été perçu comme une menace contre l’ordre établi ou comme un signe avant-coureur de la déchéance des mœurs. Mais des préjugés, sans doute provenant d’un passé pas si lointain, nous empêchent de discourir d’une manière éclairée sur le sujet, d’autant plus que les lois votées à cette époque sont difficiles à amender. L’éthique est trop souvent la grande absente des débats et des discussions sur la consommation de drogues. Pourquoi les politiciens, qui ont la mission de légiférer en matière de drogues, laissent-ils le plus souvent de côté les questions éthiques ? Que devient alors le rôle de l’éthicien ? Quel discours peut-il tenir ? Nous croyons à l’urgence de resituer, dans son histoire, la problématique concernant la prohibition des drogues. La connaissance de l’histoire de la prohibition n’est-elle pas la condition fondamentale pour instaurer une distance critique face aux discours dominants, et permettre à ceux qui s’intéressent au débat de nuancer leur position ? À cet égard, l’éthicien n’est-il pas celui qui force l’instauration d’une distance critique ? Distance toujours nécessaire à la libre discussion et à la délibération éclairée.

  • 23 C. Olievenstein, « Introduction », Histoire, économie et société, 4e trimestre 1988.

27Cette perspective éthique apparaît d’autant plus pertinente que le débat sur la prohibition, du moins depuis le début du vingtième siècle, est pris dans le piège des arguments policiers, sanitaires, juridiques et électoraux. Bien sûr, tous doivent participer au débat. Pendant la seconde moitié du même siècle, et plus récemment au Canada, plusieurs études ont convenu que la prohibition n’était pas la solution. Des éthiciens ont participé à ces études pour trouver des solutions efficientes. Ces derniers ont su montrer que la question de la gestion des drogues est primordiale à l’épanouissement des individus que composent nos sociétés. Toutefois, il semble que très peu de leurs recommandations aboutissent à des changements concrets. À cet égard, Olievenstein constate que l’ignorance, la cupidité et la lâcheté des classes politiques orientent les débats sur les drogues23. En plus des classes politiques, il ne faudrait certes pas oublier le pouvoir de la police et de la médecine. L’argument de la santé n’est pas seulement devenu un absolu, mais aussi un devoir. Il semble que l’obsession médicale du risque zéro et l’obsession policière de la tolérance zéro embrigadent toute discussion éthique. Lorsque nous pouvons enfin commencer à débattre, les avocats nous rappellent les différents traités internationaux, les différentes lois nationales et provinciales à respecter. Finalement, l’éthique reste muette ; le changement, inexistant. Pourtant, il faudra bien en venir à trouver de nouvelles façons de vivre avec ce problème. Il semble effectivement que Rome ne se soit pas bâtie en un jour !

Haut de page

Notes

1 Dans sa classification de la dangerosité des drogues, Bernard Roques (La dangerosité des drogues, Paris, Odile Jacob, 1999) considère même que l’alcool est aussi dangereux que l’héroïne.

2 Selon Norbert Bensaïd, la médecine a pour principal ennemi la mort du corps physique, qui est tué par la vie elle-même. Aussi, « pour neutraliser la mort, le plus simple [est] d’organiser minutieusement la vie la plus neutre possible » (La lumière médicale les illusions de la prévention, Paris, Seuil, 1981, p. 23). Et nos sociétés essaient en effet de neutraliser tous les facteurs de risque. Mais, comme l’auteur le souligne : « La vie suppose la mort. Faudrait-il, puisque la vie tue, tuer la vie ? » (p. 41).

3 D. Richard et J.-L. Senon, Le cannabis, Paris, PUF, « Que sais-je ? », 1996, p. 27.

4 On dit que Louis Armstrong aimait fumer le cannabis et expirer la fumée à travers sa trompette.

5 Deux versions contradictoires existent concernant la contribution d’Harry J. Anslinger à la prohibition du cannabis aux États-Unis. Pour une version différente de ce moment historique de la prohibition, consulter l’ouvrage de J. Herer, L’empereur est nu, Paris, Lézard, 1993.

6 Près de cent soixante ans plus tard, les autorités de Pékin brûlent symboliquement cent cinquante kilogrammes d’héroïne pour commémorer la destruction d’opium anglais (qui avait déclenché la première guerre d’opium) et le retour d’Hong-Kong à la Chine (« Pékin met le feu à 150 kilogrammes d’héroïne », Le Devoir, 16 juin 1997, p. A3).

7 J.-L. Brau, Histoire de la drogue, Paris, Tchou, 1973, p. 211.

8 En fait, la mise en application de cette loi aurait commencé en janvier 1920.

9 R. Prévost, S. Gagné et M. Phaneuf, L’histoire de l’alcool au Québec, Montréal, Stanké, 1986, p. 74.

10 Il est intéressant de noter les similitudes entre la prohibition de l’alcool en Amérique et la prohibition du cannabis en Europe. Par exemple, le Québec semble avoir joué le même rôle pour les États-Unis lors de la prohibition de l’alcool que celui qu’exerce la Hollande depuis 1976 pour la France.

11 M.-A. Bertrand, « La ligue internationale antiprohibitionniste : sa naissance, son évolution et ses perspectives d’avenir », Psychotropes, vol. 7, no 2, 1992, p. 83. Voir aussi L. Beauchesne, La légalisation des drogues… pour mieux en prévenir les abus, Montréal, Méridien, « Repères », 1991.

12 S. Brochu, Drogue et criminalité, une relation complexe, Bruxelles, De Boeck, 1995, p. 88. Voir aussi L. Beauchesne, op. cit.

13 Serge Brochu, op. cit., p. 93. En 2001, Brochu formulait ainsi la relation entre drogue et criminalité : « les effets de la substance elle-même, les effets du coût de la substance, et l’appartenance de la drogue au monde illicite » (cité dans P.-C. Nolin, Le cannabis. Positions pour un régime de politique publique pour le Canada. Rapport du comité spécial du Sénat sur les drogues illicites, Ottawa, 2002, p. 134).

14 S. Brochu, « Drogues et criminalité : points de vue critiques sur les idées véhiculées », Déviance et société, vol. 21, no 3, 1997.

15 Line Beauchesne, lors du même congrès, cite cet exemple en y ajoutant le phénomène des dettes de drogues que l’on acquiert en prison et que l’on doit rembourser dès la sortie (« Les récents débats en matière de politiques sur les drogues ou “Maman, l’empereur est nu !” », conférence préparée pour le colloque Drogues par injection : enjeux pour la société, 14 mars 1999, document manuscrit, p. 3).

16 En milieu carcéral, des tests d’urine sont pratiqués au hasard sur les prisonniers pour détecter la consommation de drogues. Le cannabis, par son odeur et sa longue présence dans l’organisme, est facilement détectable, comparativement à l’héroïne notamment.

17 M. Xiberras, La société intoxiquée, Paris, Méridiens-Klincksieck, « Sociologies au quotidien », 1989.

18 C.-H. de Choiseul Praslin, La drogue, une économie dynamisée par la répression, Paris, Presses du CNRS, 1991, p. 136.

19 P. Foglia, « Max et les tueurs », La Presse, 21 avril 1998, p. A5.

20 Pierre Brisson définit la réduction des méfaits comme une « démarche de santé collective visant, plutôt que l’élimination de l’usage des psychotropes (ou d’autres comportements à risque ou “addictifs”), à ce que les principaux intéressés puissent développer des moyens de réduire les conséquences négatives liées à leurs comportements et aux effets pervers des contrôles sur ces comportements, pour eux-mêmes, leur entourage et la société, au plan sanitaire, économique et social » (L’approche de réduction des méfaits : sources, situation, pratiques, Québec, Comité permanent de la lutte à la toxicomanie, 1997, p. 9).

21 P.-C. Nolin, op. cit., et P. Torsney, Politique pour le nouveau millénaire : redéfinir ensemble la stratégie canadienne antidrogue, Ottawa, 2002.

22 E. Single, B. Fischer, R. Room, C. Poulin, E. Sawka, H. Thompson et J. Topp, Le contrôle du cannabis au Canada : options concernant la possession, Groupe de travail national sur la politique en matière de toxicomanie du Centre canadien de lutte contre l’alcoolisme et les toxicomanies (CCLAT), mai 1998 (www.ccsa.ca/canfinalf.htm).

23 C. Olievenstein, « Introduction », Histoire, économie et société, 4e trimestre 1988.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Lafortune , « Considérations sur les représentations prohibitionnistes en Occident », Éthique publique [En ligne], vol. 5, n° 2 | 2003, mis en ligne le 04 avril 2016, consulté le 17 août 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/2113 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.2113

Haut de page

Auteur

Bernard Lafortune

Bernard Lafortune est doctorant à la faculté des sciences de l’éducation de l’université Laval.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org