Navigation – Plan du site
Drogue

Drogues et vices, l’Occident et son bateau ivre

Martine Xiberras

Résumés

Les politiques publiques contre les drogues qui se sont succédé en France depuis trois décennies ont hésité entre réprimer et soigner, mais ont finalement rempli ces deux missions. En dépit de leur structures et de leurs moyens plus ou moins adaptés, les actions publiques sont tout de même parvenues sinon à endiguer les différentes vagues des toxicomanies de masse au moins à en limiter les dégâts. Finalement, les recherches et les actions dans la lutte contre le « fléau » drogue ont permis d’accumuler un certain nombre de connaissances et notamment dévoilé la complexité du phénomène. La toxicomanie a contraint les pouvoirs politiques à développer un travail en commun ou en réseau, qui n’était pas dans la culture de ces institutions.

Haut de page

Texte intégral

1C’est à partir du dix-huitième siècle que les États-nations européens naissants entreprennent la refondation et la remise en ordre tant morale que philosophique de leur système de pensée. Tandis que des philosophes comme Kant entrevoient la fondation d’une éthique nouvelle construite à partir de l’anthropologie et des qualités de l’être humain, le législateur commence à se préoccuper des ressources que pourrait constituer la taxation du commerce des nouvelles ou anciennes substances psychoactives.

  • 1  E. Kant, Fondements de la métaphysique des mœurs, Paris, Delagrave, 1957.

2Pour Kant, comme pour les théoriciens du droit naturel, il existe des droits naturels dès qu’il existe un sujet humain reconnaissable : droits naturels de survivre, de n’être pas maltraité, de disposer des libertés fondamentales (expression, opinion, désignation démocratique des gouvernements). Ainsi, pour les philosophes du dix-huitième siècle, il existe des exigences impératives, formellement représentables, qui n’ont pas à être subordonnées à des considérations empiriques, à des examens de situation. Ces impératifs touchent les cas d’offense, de crime, de mal. Un droit national et international doit les sanctionner, et les gouvernements sont tenus de les faire figurer dans leur législation. Sinon il est fondé de les y contraindre, c’est le droit d’ingérence humanitaire, le droit d’ingérence du droit1.

  • 2  A. Badiou, L’éthique. Essai sur la conscience du mal, Paris, Hatier, 1993, p. 11.
  • 3  Ibid.

3Ainsi les droits de l’homme moderne sont-ils encore définis comme des droits du non-mal : droit de n’être pas offensé ni maltraité, ni dans la vie (horreur du meurtre et de l’exécution), ni dans son corps (horreur de la torture, des sévices, de la famine), ni dans son identité culturelle (horreur de l’humiliation des enfants, des femmes, des minorités)2. Mais attention, la force de cette doctrine repose d’abord sur une évidence : d’expérience nous savons que la souffrance se voit. De plus, cette doctrine fait de la pitié (identification à la souffrance du vivant qui se voit) le principal ressort du rapport de justice à autrui3.

  • 4  Dans R. Stourm, Systèmes généraux d’impôts, Paris, Alcan, 1912. Voir le site de Y. Bisiou, http:// (...)

4Peu à peu cette doctrine du droit va s’étendre aux souffrances que le sujet social peut s’infliger à lui-même. C’est aussi à partir de la même époque qu’un économiste comme Montyon peut se poser la question de la rentabilité pour l’État d’une taxe sur les comportements immoraux et les substances vicieuses4. Tandis que le tabac, rapporté en France au dix-septième siècle, est déjà un monopole du roi, puis de l’État.

La question de la morale

  • 5  F. Caballero et Y. Bisiou, Droit de la drogue, Paris, précis Dalloz, 2000.

5C’est à la fin du dix-neuvième siècle que l’État se pose à nouveau la question des substances qui pourraient être définies comme vicieuses : « des biens dont la consommation est nuisible ou au moins inutile, c’est-à-dire qui ne procure aucun avantage à l’organisme ou sont seulement des excitants pernicieux du système nerveux5 ». Ainsi les substances vicieuses sont-elles finalement définies comme des produits non nécessaires ou dangereux, « pernicieux », pour la santé. L’État décide de se soucier de réglementer leur usage et leur commerce. Ce que nous nommons drogues aujourd’hui correspond aux produits qui ont commencé à être réglementés au dix-huitième siècle.

  • 6  C. Baudelaire, « Du vin et du haschschich », Les paradis artificiels, Paris, Garnier-Flammarion, 1 (...)
  • 7  A. de Liedekerke, La belle époque de l’opium, Paris, La Différence, 1984.

6En effet, la consommation de produits opiacés (morphine puis héroïne), de cannabis (sous forme ingérée), de cocaïne, se développe tout au long du dix-neuvième siècle, mais en s’attaquant à des publics particuliers. La confiture de haschisch, le dawanesk, est rendue célèbre grâce aux aventures du club des haschischins, club littéraire romantique6, tandis que l’opium, la morphine et l’héroïne sont testés dans les milieux médicaux à cause des blessures de guerre (1870, puis 1914), enfin l’usage de la cocaïne est en vogue dans les milieux aisés comme dans le monde de la prostitution pour des soirées récréatives. Il y a même entre les deux grandes guerres une recrudescence des usages festifs de tous ces produits déjà prohibés, que les explications attribuent au regain de vie des populations survivantes après les massacres7.

  • 8  A. Rimbaud, Une saison en enfer, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, « La Pléiade », 1972.
  • 9  M. Maffesoli, La part du diable. Précis de sociologie subversive, Paris, Flammarion, 2002.

7Dans le mouvement du romantisme, il est déjà possible de pressentir le rôle que pourront jouer les drogues au cours des dix-neuvième et vingtième siècles. Si, selon la célèbre formule de Rimbaud, « le poète se fait voyant, par un long, immense et raisonné dérèglement de tous les sens8 », on peut imaginer que les substances psychotropes sont utilisées comme un moyen de parvenir à ces états modifiés de la perception et de la conscience. Ainsi, pour Michel Maffesoli, le texte de Rimbaud résume tout un programme d’expérimentations, d’effervescence et d’exaltation des sens que les mouvements de jeunes contemporains sont alors en train de réaliser9.

8Les premières politiques publiques en matière de drogues voient ainsi le jour, et elles vont s’infléchir, d’une attitude qui accompagne ou qui favorise l’offre de drogues (politiques coloniales), vers une attitude qui la limite (politiques contemporaines). La question de la morale sera présente dans tous les débats et dans toutes les argumentations en matière de définition des produits et de comportements des usagers.

9Ainsi, le discours politique se construit autour de l’idée d’un ordre public général mis en danger, qui doit réagir et lutter contre des « fléaux sociaux », occasionnés par des comportements vicieux ou des substances vénéneuses. Peu à peu, au cours du vingtième siècle, cette première attitude répressive et pénale, la criminalisation de la drogue, va s’infléchir à son tour vers un traitement plus sanitaire, une médicalisation de la question. Cependant, cette première définition judiciaire, et l’image du toxicomane délinquant, voire criminel, cédera difficilement le pas à une approche plus thérapeutique du phénomène.

L’attitude moderne face aux drogues

10Au vingtième siècle en France, les premières grandes lois sur les drogues sont résolument prohibitionnistes : 1915, interdiction de l’absinthe, 1916, interdiction des stupéfiants. La loi préconise non seulement la prohibition de l’usage de ces substances, mais aussi le contrôle de leur trafic, et entend protéger la société des fléaux que représentent l’alcool et les drogues.

11Mais la répression s’organise déjà sur l’idée de la maladie des sujets sociaux et grâce à la théorie de l’escalade : cette théorie exploite le dicton populaire selon lequel « qui a bu, boira », tout en en amplifiant la vérité : « qui a bu, boira de plus en plus ». La répression s’appuie en outre sur la métaphore d’un corps social malade et la théorie de l’épidémie. En effet, les drogués sont aussi soupçonnés d’être prosélytes et la contagion de se répandre dans la société de proche en proche. Notons que ces interdictions ne touchent pas les produits alcoolisés dans leur totalité, mais s’attaquent seulement au plus dangereux d’entre eux, tandis que la prohibition frappe dans un même mouvement tous les autres produits psychotropes venus d’ailleurs.

  • 10  J.-M. Oughourlian, La personne du toxicomane, Toulouse, Privat, 1978.

12Après la seconde guerre mondiale, une nouvelle vague d’expansion des produits psychotropes s’étendra sur l’Europe, mais touchant cette fois des populations socialement diversifiées et dans des proportions beaucoup plus graves, si bien que l’on avancera l’idée de consommation de masse10.

13Dans la seconde moitié du vingtième siècle, deux nouvelles lois viennent, en France, témoigner de la tentative des pouvoirs publics d’endiguer un phénomène dont ils craignent de perdre de plus en plus le contrôle : 1954, loi sur le placement des alcooliques dangereux, 1970, loi sur les toxicomanies. Dans le premier cas, la politique publique s’attaque, non pas à un produit, mais au comportement le plus grave de l’alcoolique qui, dans ses comas ou colères éthyliques, n’est plus maîtrisable, même par ses proches. Pour tous les autres produits psychotropes, la loi de 1970 démontre à la fois combien les autorités ont mesuré l’ampleur et la nouveauté du phénomène, et ont su proposer un cadre novateur pour le traitement de ces « nouveaux » stupéfiants. Ils étaient de fait déjà connus, mais l’augmentation spectaculaire de la consommation et la dangerosité des effets viennent seulement d’être révélées aux yeux du grand public.

Les toxicomanies contemporaines

14C’est seulement depuis la fin de la seconde guerre mondiale que le phénomène drogue commence à prendre ses allures contemporaines. Ponctuellement, dès les années cinquante, puis plus massivement dans les années soixante et jusque dans les années soixante-dix, des mouvements de révolte contre le développement trop étroit des sociétés occidentales ou de critique à leur égard se lèvent dans les rangs de leurs propres jeunesses. Ces mouvements sociaux viennent s’exprimer sous forme radicale, tant dans le champ politique que dans des courants esthétiques, notamment dans des modes ou styles musicaux, rock’n roll, pop music, hard rock, punk, pour ces trois décennies.

  • 11  Le groupe rock The Doors (« les portes », sous-entendu « de la perception ») et son chanteur Jim M (...)

15Parallèlement à cette première vague d’extension, la toxicomanie est justifiée ou portée idéologiquement par certains de ces mouvements. La consommation de produits psychotropes est revendiquée comme une pratique d’intoxication volontaire. Elle est interprétée par les usagers comme un moyen et non comme un aboutissement : moyen de développer ses facultés, moyen de perfectionner son art, d’aller au bout de ses sensations, de pousser au plus loin les portes de la perception11. Après le romantisme du dix-neuvième siècle, il est aisé de reconnaître dans ces attitudes, une seconde mise en œuvre du programme rimbaldien.

  • 12  Aldous Huxley ou Timothy Leary par leurs écrits et leurs expériences sont considérés comme les « p (...)
  • 13  LSD 25, « Lyserg Saüre Diäthylamid », diéthylamide de l’acide lysergique, ou familièrement « acide (...)
  • 14  J. Rubin, Do it. Scénario de la révolution, Paris, Seuil, « Points », 1973.

16D’un point de vue politique les drogues ont aussi leurs défenseurs, sinon leurs « papes »12. Un des leaders du mouvement hippy aux États-Unis affirme même que le cannabis et le LSD13 sont des produits subversifs, puisqu’ils induisent comme effet principal un décalage de regard, un saut épistémologique, qui conduit à changer sa perception, puis sa vision des choses, dans le sens d’une plus grande ouverture d’esprit à soi, aux autres, au monde en général14.

  • 15  J.-L. Harouel, Culture et contre-cultures, Paris, PUF, 1994.

17Bien que l’on puisse expliquer et comprendre ces attitudes et ces idéologies comme « contre-culturelles », c’est-à-dire venant s’opposer à l’idéologie officielle et à la culture des sociétés modernes libérales, la réponse et le traitement proposés par ces mêmes sociétés occidentales seront dans l’ensemble d’ordre répressif et médical15. La loi de 1970 vise justement une augmentation de la répression du trafic tout en organisant l’anonymat et la gratuité des soins pour les usagers. Elle offre même une gamme de solutions pour tenter d’articuler les actions des deux institutions, l’une en charge de la répression, l’autre des soins, qui répugnent à travailler ensemble. Ainsi l’usager simple peut éviter les poursuites s’il accepte de se « traiter ». L’« obligation de soins » est une disposition de cette loi, qui permet au juge d’instruction et à la juridiction de jugement d’astreindre l’usager à suivre une cure de sevrage. Si la cure est suivie jusqu’à son terme, le juge peut ne pas prononcer les peines prévues.

18L’« injonction thérapeutique » est une autre disposition prévue par la loi de 1970 qui assouplit ce premier mécanisme d’articulation entre répression et soin, en se souciant du point de vue de l’usager lui-même : quand un usager est interpellé, le procureur peut lui enjoindre de suivre une cure de sevrage ou de se mettre sous surveillance médicale.

  • 16  Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les toxicomanies, « Cadre légal et évolu (...)

19« Cette injonction n’est pas susceptible d’exécution par la contrainte, et le Parquet se limite à informer de sa décision les autorités sanitaires (en pratique les Directions Départementales de l’Action Sanitaire et Sociale, ddass) qui doivent orienter l’usager simple vers le mode de prise en charge approprié16.» L’entrée des médecins dans le dispositif va modifier l’appréhension du toxicomane, notamment parce qu’ils posent comme préalable nécessaire l’existence d’un désir de soins de la part du patient pour amorcer une relation thérapeutique. Et en effet, le rôle des soignants va permettre de mieux connaître les usagers qui étaient surtout définis comme des délinquants et qui vont apparaître peu à peu sous une nouvelle identité de « malades ».

20Les premiers médecins et psychiatres qui acceptent de prendre en charge ces patients d’un nouveau type constatent plusieurs contradictions dans le dispositif prévu par la loi pour le volet sanitaire. La « toxicomanie » ou l’usage simple de produits « stupéfiants » ne correspond vraiment à aucune des psychopathologies prévues par la nosographie des maladies mentales et ne correspond donc à aucune pratique clinique particulière. Il y a en outre une totale incongruité dans la prise en charge de ces patients par l’hôpital psychiatrique classique. Aussi les premiers médecins psychiatres, comme Claude Olievenstein à l’hôpital Marmottan ou Claude Orsell à la clinique de l’Abbaye à Saint-Germain, obtiennent l’autorisation de sortir de l’hôpital public pour expérimenter dans de nouvelles structures, une clinique plus souple, plus adaptée et plus complète. C’est l’invention de la « chaîne thérapeutique ».

  • 17  C. Olievenstein (dir.), La clinique du toxicomane, Paris, Éditions universitaires, 1987.

21Il s’agit d’articuler dans un même lieu les différentes dimensions nécessaires de la prise en charge : obtenir l’assentiment de l’usager (mission psychologique-psychanalytique), effectuer la cure de sevrage (mission médicale), initier la réadaptation sociale (socioéducative), puis la réinsertion sociale (socioéconomique). Il semble fondamental, pour une cure complète et réussie, que ce soit la même équipe qui assure le suivi et les différentes étapes ainsi que leur articulation : les toxicomanes souffrant souvent de dissociation légère, ils ont besoin de la réassurance d’un monde cohérent et homogène. Pendant la cure de sevrage ou de désintoxication proprement physique, la désaccoutumance du corps est traitée par des cures de sommeil de quelques jours à quelques semaines, et c’est à ce moment que le patient souvent se révèle et délivre de nombreux éléments de son imaginaire qui seront nécessaires par la suite pour arriver à débrouiller l’écheveau de sa vie de toxicomane17. Enfin, ces nouveaux établissements cultivent aussi cette chaîne en amont et en dehors de leurs structures : des éducateurs de rue vont à la rencontre des usagers pour prévenir ou accompagner les comportements les plus dangereux, des avocats stagiaires s’occupent du suivi et de la sortie d’incarcération.

  • 18  M. Pelletier, Mission d’étude sur l’ensemble des problèmes de la drogue, Paris, La Documentation f (...)

22En 1978, le rapport demandé par le gouvernement à l’avocate Monique Pelletier vient dresser un bilan de sept années de cette première politique contre la drogue à deux versants. Le rapport confirme cette double nature de l’usager, à la fois délinquant et malade, et les difficultés qui en découlent de décider si on a affaire à un simple usage (qui relève du médical) ou à du trafic (qui relève du pénal). De plus, cette appréciation est laissée au jugement des magistrats. Or, le rapport Pelletier constate justement que la voie judiciaire est restée la plus empruntée : le nombre des usagers mis en détention provisoire a augmenté, tandis que les injonctions thérapeutiques sont restées minoritaires par rapport aux condamnations pour usage. Finalement la collaboration entre autorités judiciaires et sanitaires a peu fonctionné, et les médecins sont restés sceptiques quant au traitement imposé18.

  • 19  Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les toxicomanies, art. cité.
  • 20  Ibid.

23Sur le plan des définitions et de la possibilité de la construction d’un savoir dans ce domaine, « le rapport Monique Pelletier fera date en proposant de différencier les usagers de drogues selon le produit consommé19 ». Cette distinction trouve en effet un écho dans les connaissances acquises par les usagers à travers leurs expérimentations. La culture occidentale sait ainsi par sagesse et expérience populaires que tous les alcools ne conduisent pas de la même façon à l’alcoolisme. De même, le rapport Pelletier distingue parmi les psychotropes illégaux entre les « durs », comme l’héroïne, et les plus « doux » comme le cannabis. « D’après la circulaire inspirée du rapport, l’usager de cannabis ne peut être considéré comme un “véritable” toxicomane et ne relève pas de la cure de sevrage et des dispositions de loi sur l’injonction thérapeutique20. » Il doit faire l’objet dans la plupart des cas d’une simple mise en garde (même si cette mise en garde pouvait être effectuée par un juge ou plutôt un médecin ou un psychologue). La mesure de l’injonction thérapeutique peut et ne doit être utilisée pour les usagers de cannabis qu’en cas de multiples réitérations.

  • 21  P.-J. Parquet, Pour une politique de prévention en matière de comportement de consommation de subs (...)

24Cette première distinction, depuis lors très discutée, va tout de même permettre une première ébauche de définition commune, entre usagers, autorité judiciaire et sanitaire et chercheurs, qui aboutira en trois décennies de travail commun à une typologie plus élaborée mais tout aussi pragmatique. Ainsi, le rapport Parquet établira la distinction entre l’usage occasionnel et récréationnel, l’usage régulier ou abusif avec éléments de danger, et l’usage très dangereux ou toxicodépendance21.

Le désenchantement

25Les années quatre-vingt voient la recrudescence de toutes les consommations, mais surtout des produits les plus durs, héroïne et LSD, et médias et grand public sont choqués par le caractère outrancier des morts accidentelles (ou par overdose) provoquées par ces produits stupéfiants. Au même moment, la découverte de la terrible maladie du sida, comparée à une peste moderne, vient surdéterminer les angoisses collectives générées par le phénomène drogue. D’autant plus que les premières découvertes dévoilent un virus qui ne semble frapper que des groupes « cibles ».

26Au départ, la théorie dite « des trois H » permet de rendre compte de ces premiers groupes contaminés sans rapports compréhensibles : homosexuels, héroïnomanes, haïtiens. Mais bientôt, en quelques années, et même si la proportion y est moindre que dans les premiers groupes atteints, c’est toute la population, hétérosexuels et non-toxicomanes compris, qui sera exposée au virus. Face aux terreurs collectives éveillées à la fois par la pandémie et l’image des substances vénéneuses associées, les autorités décident de prendre des mesures draconiennes. Puisque le cadre législatif est en place, il s’agit d’inciter les institutions à l’appliquer. En 1982, le président Mitterrand élabore avec Nicole Questiaux l’ébauche d’une cellule ministérielle, la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les toxicomanies, qui aura pour mission de veiller à la bonne entente entre les services des différentes administrations pour l’application de la loi de 1970.

27Cette structure sera plusieurs fois rebaptisée et rattachée successivement à différentes tutelles. En 1989, la création de la Délégation générale à la lutte contre la drogue, dont Mme G. Dufoix est la présidente, aboutit en 1990 à la fusion avec la Mission interministérielle de lutte contre les toxicomanies pour donner naissance à la Délégation générale à la lutte contre la drogue et la toxicomanie, rattachée au ministère des Affaires sociales, de la Santé et de la Ville en 1993. Rebaptisée Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les toxicomanies en 1996, elle est à nouveau placée sous l’autorité du premier ministre, mais « mise à disposition du ministère de l’Emploi et de la Solidarité, et du Secrétariat d’État à la Santé ». Ces modifications trop fréquentes soulignent les hésitations et les changements d’orientation auxquels sera soumise la nouvelle et petite structure en charge de la coordination de toute la recherche et du soin en toxicomanie.

28Bien que la tendance des années quatre-vingt ait été de renforcer la politique en matière de répression, la question de l’« épidémie du sida » pousse les autorités à la mise en place de solutions pragmatiques par à-coups, pour tenter d’enrayer la contamination des toxicomanes par voie intraveineuse puisque les recherches ont désormais montré les modes de contamination les plus dangereux. En mai 1987, Michèle Barzach, alors ministre de la Santé suspend pour un an le décret de 1972 qui rendait obligatoire la présentation d’une pièce d’identité pour l’achat d’une seringue. Cette obligation, fortement dissuasive pour les toxicomanes, les conduisaient à partager leurs seringues et à propager la contamination. La suspension du décret sera reconduite jusqu’à sa suppression définitive en 1989.

  • 22  C. Trautmann, La lutte contre la toxicomanie et le trafic de stupéfiants, rapport au Premier Minis (...)

29Un bilan de la politique des années quatre-vingt est demandé à Catherine Trautmann, nouvellement nommée présidente de la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les toxicomanies. Ce rapport établi en 1989 affirme une bien meilleure coordination des différents services, répression, soins, prévention22. Cependant, sur la question du sida, bien qu’il préconise des programmes d’échange de seringues vu leurs bons résultats, le rapport se pose encore la question de l’efficacité et de l’utilité des nouveaux produits de substitution. Mais le débat sur les « risques » et leur réduction apparaît dès lors dans toutes les dimensions de sa complexité. Claude Olievenstein avait posé dès les années soixante-dix la fameuse proposition selon laquelle la drogue, c’est la rencontre entre un individu, un produit et un moment socioculturel ; il était désormais possible d’interroger la toxicomanie comme une équation à trois inconnues : l’usager (disciplines de la psyché et du soma), l’usage (sciences humaines) et le contexte d’usage (disciplines des sciences sociales).

  • 23  M. Maffesoli, op. cit., p. 98.

30C’est au cours des années quatre-vingt-dix que les jeunes des sociétés occidentales se mettent pour la nième fois en tête d’appliquer le programme rimbaldien. Pour Michel Maffesoli, le mouvement des ravers se retrouve dans des fêtes qui prennent la forme d’« affoulement techno », où l’on parvient à des états de « transes postmodernes », en recherchant délibérément cette fusion, cette autre manière d’être ensemble23.

Le virage et le retournement

31C’est aussi au cours des années quatre-vingt-dix que le changement de politique publique en matière de réduction des risques sera adopté officiellement. Ce virage est pour l’essentiel pris par les orientations de la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les toxicomanies en 1993, qui seront confirmées et développées par la suite, notamment par le nouveau plan d’action dessiné en 1998.

  • 24  Nom de l’association fondée par la sociologue Anne Coppel, militante de la réduction des risques. (...)

32Un premier volet de ces orientations confirme et renforce le travail des années précédentes : la création de l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies souligne en effet la volonté d’internationaliser les structures et de s’ouvrir aux données géopolitiques en harmonisant les méthodes de recherches et d’intervention. Un second axe de cette politique prévoit l’amélioration de la prise en charge sanitaire, dans les dispositifs spécialisés comme dans les dispositifs généraux, par l’augmentation du nombre de places et par la constitution d’instances de régulation et de concertation locales, les réseaux ville-hôpital. Un troisième axe met en place la politique de réduction des risques : il s’agit d’un véritable retournement et de la remise en cause de l’idéal normatif qui avait jusque-là sous-tendu la politique en cette matière, l’idéal d’une société sans drogues. L’accent est mis sur les dommages sanitaires et sociaux que l’usager peut occasionner à lui-même et à son entourage, alors que de simples pratiques de prévention permettent de « limiter la casse24 ».

  • 25  Voir A. Ehrenberg, Penser la drogue, penser les drogues. État des lieux, Paris, Descartes, 1992 ; (...)

33La politique de réduction des risques consiste ainsi en un retournement de l’argument moral : puisqu’il semble utopique d’imaginer qu’il ne pourra y avoir de sociétés sans drogues, il est donc important d’accompagner ces pratiques pour limiter les risques. L’accent est ainsi déplacé en amont, vers la prévention, tout en affirmant la poursuite et le renforcement de la prise en charge des dépendances. Cependant, même la notion de prise en charge s’agrandit, en soulignant les rapprochements possibles entre toutes les dépendances, tant aux produits illicites qu’aux produits licites : pour la première fois une proximité est soulignée avec les produits psychotropes légaux : alcools, tabacs, et médicaments psychotropes25.

  • 26  R. Henrion, Rapport de la commission de réflexion sur la drogue et la toxicomanie, Paris, La Docum (...)

34En 1993, le syndicat des intervenants en toxicomanie puis, en 1995, le rapport Henrion se déclarent en faveur de la politique de substitution26. Ce changement dans la compréhension du problème est accompagné d’un changement de discours et d’un profond changement de la politique qui comporte à son tour plusieurs volets.

35Les programmes d’échange de seringues sont renforcés et se déplacent en proximité des usagers (expériences des bus dans les quartiers). Ce travail dit « de proximité » est d’ailleurs mieux défini par la Commission européenne. Il s’agit de capter les populations cachées, qui ne viennent pas dans les dispositifs, et de continuer les actions et messages de prévention envers les populations mieux insérées. Un volet spécifiquement médical aborde la question des produits et des programmes de substitution : en 1995, l’autorisation est donnée pour la mise en vente des deux produits officiels de substitution. La méthadone est distribuée sous surveillance par des équipes médico-psychologico-sociale, et le Subutex (buprénorphine à haut dosage) est délivré par des médecins généralistes, mais qui nécessitent une formation pour l’accueil de ce public spécifique.

36Pour mettre en place ces actions de préventions et d’accompagnement aux soins, de nouveaux dispositifs souples et légers sont constitués. Les dispositifs dits de « première ligne » sont des dispositifs d’accueil, de prévention et d’orientation vers les structures de soins plus traditionnelles. Ils sont situés au plus près des toxicomanes, de leurs espaces de regroupement ou de rencontre (centre-ville, gares, « dalles » des cités…). Les « boutiques » proposent un café chaud, une machine à laver, l’assistance d’un éducateur et de bonnes adresses pour développer ce premier contact. Les bus d’échange proposent des seringues stériles, contre le dépôt des seringues souillées, et délivrent des messages de prévention. Les « sleep in » font de même, plus l’hébergement de nuit. Enfin les Point-Écoute ont pour mission d’élargir leur clientèle et leur message de prévention à la population générale : parents, amis, enseignants, médecins… soucieux de se renseigner sur les risques courus par leurs proches et les façons de venir en aide à ces derniers.

37Ces transformations de fond ont abouti à la construction de nouveaux référentiels, tant dans le champ de la recherche que dans celui du soin, de l’accompagnement et de la prévention. La construction d’une nouvelle identité pour les toxicomanes a souligné toutes les formes et figures transversales de la dépendance : à la fois la complexité du phénomène drogue, dans toutes ses dimensions, et le rapprochement possible avec d’autres grands domaines. De nouvelles pratiques d’accompagnement et de prévention tentent de répondre à cette nouvelle définition du problème : les pratiques de médiation notamment ont pour mission de rétablir de la citoyenneté, c’est-à-dire de retisser du lien social, là où il a été rompu, du toxicomane à ses groupes de proximité (proches, parents, amis, enseignants, médecins…), et réciproquement (institutions et groupes cibles).

  • 27  C. Faugeron et M. Kokoreff, Société avec drogues. Enjeux et limites, Paris, ERES, 2002.

38Toutes ces innovations s’inspirent de l’expérience et de la compétence des usagers ou des anciens usagers qui, ici ou là, ont bricolé quelques méthodes pour « s’en sortir ». Ces ethnométhodes explicitées et théorisées peuvent alors être reproduites par l’institution. Ainsi dès les années soixante les anciens toxicomanes sont sollicités par les équipes soignantes parce qu’ils sont dotés d’un savoir-faire et d’un savoir-être acquis sur le terrain, pendant leurs années de « galère ». Ces connaissances sont mises à profit, notamment les capacités relationnelles pour lier contact et les arguments thérapeutiques pour inciter aux soins. Cependant, dans les années quatre-vingt-dix, le rôle des anciens usagers dans les dispositifs reste encore très discuté. Ils sont tout de même présents sur le terrain auprès des associations et parfois des équipes plus institutionnalisées. Ils apparaissent aujourd’hui comme plus « militants », organisés dans des associations et interpellant les pouvoirs publics en tant qu’acteur collectif lorsque cela devient nécessaire27.

  • 28  Act Up (Agir, conseiller, travailler, unifier et protéger) Paris a été créé en 1989 sur le modèle (...)

39Ces associations sont définies et souvent nommées « groupes d’auto-support », parce que leur objectif est de soutenir l’usager à devenir un individu responsable, autonome et citoyen, et de soutenir le collectif des usagers dans ses rapports avec les institutions. Ainsi Narcotiques anonymes est fondé dans les années soixante, Auto-Support des usagers de drogues et Act Up28 à la fin des années quatre-vingt. Les deux nouvelles associations sont plus mobilisées et plus médiatisées. Elles sont aussi beaucoup plus radicales dans leurs conflits avec les pouvoirs publics et participent de plain-pied à l’émergence de nouvelles professionnalités dans le champ du sida et des toxicomanies. Leurs compétences sont utilisées dans le recrutement des dispositifs à bas seuil depuis 1996.

Les effets de la réduction des risques

40L’inflexion de la politique depuis les années quatre-vingt-dix vers la réduction des risques n’a pas supprimé les actions publiques en matière de répression et de soins. Elle a simplement ajouté un troisième volet dans la gamme des actions de prévention possibles, ce qui a conduit à mettre l’accent sur le rôle et la spécificité de chacun des secteurs et des intervenants en toxicomanie.

  • 29  Statistiques OCTRIS, ministère de l’Intérieur, 2000.
  • 30  C. Faugeron et M. Kokoreff, op.cit.

41Ainsi l’axe pénal est-il toujours principalement utilisé. Les magistrats hésitent encore à mettre les usagers simples en prison, et, de fait, le nombre des interpellations a augmenté mais les condamnations pour usage simple sont restées stables, et les incarcérations pour usage simple sont en baisse29. Parmi les interpellations pour usage, le cannabis est en augmentation (24 588 interpellations en 1993, 73 661 en 2000), la cocaïne et le crack aussi (997 interpellations en 1995, 1 651 en 2000). Seule la consommation d’héroïne semble se stabiliser sinon diminuer (13 299 interpellations en 1995, 4 831 en 2000)30.

  • 31  L. Simmat-Durand (dir.), L’usager de stupéfiants entre répression et soins : la mise en oeuvre de (...)

42Le volet sanitaire a mieux fonctionné que dans les années précédentes, même si la coordination entre répression et soins reste toujours à améliorer. L’injonction thérapeutique est appliquée inégalement selon les juridictions et il est pour le moment impossible d’évaluer les résultats. L’obligation de soins reste de « faible visibilité statistique31 ».

43Cependant, le persévérant travail de recherche dans la compilation des données statistiques commence à porter ses fruits et le phénomène toxicomanie se laisse circonscrire plus clairement aujourd’hui. De plus, grâce à la nouvelle typologie élaborée successivement par les différents rapports d’experts, il devient possible de présenter un tableau du problème diversifié selon les risques ou la gravité du produit et de l’usage.

  • 32  Drogues et toxicomanies, indicateurs et tendances, Paris, OFDT, 1999.

44Compte tenu des réserves classiques quant aux résultats statistiques : problème du chiffre noir de la criminologie (on ne raisonne que sur des toxicomanes appréhendés, non sur le chiffre des toxicomanes réels) ou des « statistiques de clientèle » (reflet de la performance des institutions), il est possible de dénombrer les usages et les usagers suivants32. En ce qui concerne l’alcool, on compte 44 millions d’usagers occasionnels, 10 millions d’usagers réguliers et 3,3 millions d’usagers à problèmes. Pour le tabac, il existe au moins 10 millions d’usagers à problèmes. Enfin, le cannabis compterait 2,2 millions d’usagers occasionnels, et 2,2 millions d’usagers à problèmes. Tandis que l’héroïne rassemble entre 150 000 et 170 000 usagers à problèmes.

  • 33  C. Faugeron et M. Kokoreff, op.cit.
  • 34  S. Geismar-Wievorka, Les toxicomanes, Paris, Seuil, 1995 ; Toxibase, no 3, 1996 ; Statistiques OCT (...)

45La politique de réduction des risques a donc bien permis de révéler puis de cibler les comportements les plus dangereux. En effet, il semble que près de la moitié des héroïnomanes déclarés soient cadrés dans des pratiques stabilisées de consommation, grâce aux produits de substitution : 3 500 sont sous traitement à la méthadone, et 64 000 sous Subutex33. De plus, le taux de contamination au vih (virus du sida) est en baisse constante : en 1993, 21,1 % des toxicomanes accueillis dans les centres spécialisés sont porteurs du virus, tandis qu’en 2000 ils ne sont plus que 15,1 %34.

  • 35  B. Roques, La dangerosité des drogues, Rapport au Secrétariat d’État à la Santé, Paris, Odile Jaco (...)

46En 1999, le rapport Roques propose à son tour un bilan de la décennie écoulée35. Il pose la typologie qui a patiemment été construite depuis la loi de 1970 grâce aux tentatives de dialogue instauré entre les praticiens, les chercheurs, les institutions et les disciplines scientifiques. Cette typologie est un outil pragmatique pour aider au diagnostic et à l’orientation des toxicomanes. Elle distingue trois types de pratiques ou d’usages des produits selon les risques : usage occasionnel, usage de régulier à abusif, usage nocif ou toxicodépendance. Finalement la politique publique contre la drogue est bien passée des mesures d’ordre public à des mesures d’ordre sanitaire. L’image et l’identité du toxicomane ont évolué, dans les faits et aux yeux des institutions. Les vœux des premiers intervenants médicaux en première ligne ont fini par être entendus par les autorités.

  • 36  J.-M. Oughourlian, op. cit., p. 308.
  • 37  L. Wacquant, Les prisons de la misère, Paris, Raisons d’agir, 1999.
  • 38  Ibid.

47« Quand donc comprendrons-nous qu’il ne s’agit pas de lutter contre ceux qui ont renoncé à se battre ? Il s’agit au contraire de leur proposer un combat auquel ils puissent adhérer36.» Cependant les pratiques de répression n’ont pas cessé pour autant, même si elles ont eu moins de médiatisation que les nouvelles pratiques d’accompagnement du secteur sanitaire et social. Il est même possible de constater une récurrence du discours sécuritaire37, et une augmentation régulière des interpellations. Ainsi, tandis que la police a tendance à souligner sa présence sur le terrain, les parquets et tribunaux sont engorgés et n’arrivent pas à suivre, sans compter les difficultés liées à la surpopulation carcérale38.

48En 2003, le nouveau contexte politique en France aboutit à la proposition par le ministre de l’Intérieur de la Loi de sécurité intérieure, qui prévoit de nouvelles définitions de délits et de nouvelles mesures de répression. Ainsi, par exemple, il est devenu impossible de se réunir dans les halls d’immeubles pour les jeunes des cités. Pour la toxicomanie, déjà réglementée, l’application du projet de loi devrait prévoir de transformer les peines de prison fermes en contraventions, pour les délits d’usage simple.

Bilan de trois décennies « moins glorieuses »

49D’un point de vue économique, ces trois décennies qui s’achèvent auront été « moins glorieuses » que les trente précédentes de la reconstruction et du développement d’après-guerre des sociétés européennes. Or, pendant cette même période et à contre-courant du marché économique, le marché de la drogue, lui, reste souterrain mais florissant. Les politiques publiques qui se succèdent, malgré leurs hésitations (réprimer-soigner) et en dépit de leur structures (et de leurs moyens) fluctuantes et changeantes, sont tout de même parvenues, sinon à endiguer les différentes vagues des toxicomanies de masse, au moins à en limiter les dégâts humains.

50Ces politiques se sont orchestrées en trois phases.

  • 39  J.-P. Galland, Fumée clandestine, Paris, Ramsay, 1991.

51Les années soixante-dix ont su poser un nouveau cadre juridique et l’expérimenter. Il a eu depuis peu besoin d’être modifié, mais il a été très appliqué. Les années quatre-vingt ont posé un cadre administratif et instauré une façon de travailler en réseau : en interne, du national aux structures locales, et en externe, en partenariat européen et international. Les années quatre-vingt-dix, sous l’effet d’accélération induit par la terreur du sida, ont vu tous ces dispositifs fonctionner à plein rendement. Poussés par l’urgence de la maladie et de la mort, les usagers sont sortis de la clandestinité, se sont organisés collectivement en associations qui cherchent à faire reconnaître leurs souffrances, leurs droits. Il est nécessaire de négocier avec les institutions, un meilleur fonctionnement des prises en charge ou plus de justice dans les représentations et les comportements39.

  • 40  Site Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les toxicomanies, propositions pour (...)

52Finalement ces recherches et ces actions dans la lutte contre le « fléau » drogue ont permis d’accumuler un certain nombre de connaissances. Elles ont notamment dévoilé la complexité du phénomène, dans les différents volets des politiques publiques mises en place, correspondant aux différentes dimensions du phénomène. Tant du point de vue des institutions (police, justice, prison, santé, médecine, psychiatrie…) que du point de vue de la recherche en sciences humaines (psychologie, psychanalyse, sociologie, anthropologie, ethnologie…), la toxicomanie a contraint à un travail en commun ou en réseau, qui n’était pas dans la culture de ces instances et ces disciplines. Et, bien que rares, ces interconnexions ont pu être fécondes et la constitution d’un savoir en toxicomanie est restée l’un des mots d’ordre du programme de la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les toxicomanies. L’enjeu consiste à parvenir à fonder dans une première étape, une culture commune entre institutions et disciplines scientifiques40.

53La toxicomanie nous rappelle ainsi que, cachée sous l’apparence des produits, l’équation des rapports de l’usager à son produit nous ramène à la question du sujet et du contexte, et à la question éthique de leur relation de dépendance.

Drogues et savoirs

54Pour décrire la toxicomanie ou l’usage, le lien qui unit l’usager et son produit, ici le fait qu’il « s’adonne à une drogue », il est nécessaire de mettre la pratique en contexte. Or, au cœur des idéaux de la modernité, c’est la notion de liberté qui semble soutenir et entraîner toutes les autres valeurs. L’acquisition de la liberté politique scande toutes les révolutions modernes pour se départir de l’aliénation aux tyrans. Puis, c’est la recherche de la liberté du sujet, pour se départir de l’aliénation à son propre imaginaire, conquête de la psychanalyse et de la psychologie. Enfin, c’est le combat pour la liberté contre le marché, la marchandise et la marchandisation de toutes choses, pour se désaliéner de la robotisation et du travail en miettes de la modernité.

55Les pratiques d’intoxication volontaire apparaissent dès lors aux yeux des Occidentaux comme inacceptables. Accepter de se soumettre à un produit, de s’aliéner à une substance, demeure une idée insupportable pour une culture qui construit la notion d’autonomie comme fondement de son système de pensée. Même au fondement de la relation amoureuse, la culture occidentale moderne affirme la liberté des amants, en oubliant toutefois la dépendance de la passion.

  • 41  E. Morin, Introduction à la pensée complexe, Paris, ESF, 1990.

56Pourtant, les sciences humaines nous apprennent que l’individu vit dans une autonomie toute relative. L’être humain et le vivant en général se laissent plutôt décrire comme au centre de systèmes et de réseaux de relations d’interdépendance. Ainsi notre culture prend peu à peu conscience de la complexité des systèmes de détermination réciproque et, à l’idéal de l’autonomie à tout prix, elle tente de substituer l’idée d’une interdépendance régulée41. Ainsi, dans le domaine du savoir, après un développement autonome des disciplines dans le sens de leur spécialisation, la nécessité d’une recomposition d’ensemble se fait sentir. Or, dans le domaine de la lutte contre la toxicomanie, cette nécessité du décloisonnement des institutions et des disciplines a surgi du terrain, de la volonté de comprendre et d’aider de façon concrète les usagers à s’en sortir.

57Pour les psychologues, certaines formes de toxicomanie à usage régulier s’apparentent aux troubles obsessionnels du comportement. Le toxicomane « ne peut pas s’en empêcher », car la manie toxique vient colmater une faille. Elle est le symptôme d’un désordre plus profond, mais elle permet de le contenir. La toxicomanie joue alors le rôle d’une accoutumance aux antidépresseurs, mais avec tous les dangers de l’autoprescription ou de l’automédication, et avec le peu de garantie sur la qualité des produits et donc des effets offerts par un marché souterrain.

  • 42  Voir Y. Winkin, La nouvelle communication, Paris, Seuil, 1981.

58D’autres formes de toxicomanie ressemblent ou sont liées à l’anorexie, parce qu’elles présentent les mêmes symptômes. Le patient sait que cette pratique lui fait du mal mais ne peut s’en empêcher. Dans l’usage abusif des psychotropes, la toxicodépendance devient plus apparente et plus dangereuse : le rythme de la vie quotidienne se soumet aux fréquences des prises de produits, l’usager n’est plus maître ou libre de sa relation au produit, sa souffrance apparaît aux yeux des autres. Ces formes d’usages nocifs sont analysées comme le signe, le symptôme d’un désordre plus profond, peut-être plus collectif, qui dépasse le patient désigné et signale un dysfonctionnement d’ordre familial ou social42.

  • 43  H. S. Becker, Outsiders, Paris, Métailié, « Observations », 1995.

59Quant aux usagers récréationnels, nous avons vu comment ces pratiques relèvent de comportements plus collectifs de révolte ou revendication d’ordre culturel ou tout simplement de comportements de décompensation collective, comme dans les fêtes. Depuis les analyses de Becker43, nous savons que les usages récréatifs sont associés à des styles ou modes de vie particuliers. Les psychotropes sont une des dimensions de la fête, un moyen de ressourcer la socialité, un moyen d’accéder à l’extase collective. Chaque groupe, chaque culture semble détenir un « habitus » festif : des façons et des habitudes particulières de faire la fête, des rythmes et des musiques, des rituels alimentaires et psychotropes propres.

60Finalement, pour un sociologue ou un anthropologue la lecture des toxicomanies modernes pourrait s’apparenter à des pratiques rituelles et festives, si ce n’était leur débordement, voire l’explosion de leur diversité et de leur dangerosité avec l’entrée dans la modernité.

Vices privés, vertus publiques

61Car si les drogues sont des adjuvants de la fête, sont-elles aussi des vecteurs de la dépravation ? Les drogues conduisent-elles effectivement aux vices ? Mais que sont le vice et la vie dépravée dans le contexte contemporain ?

62Il est hélas dans la nature humaine de vouloir s’aliéner autrui, l’offenser, le dominer, accaparer son bien, désirer sa mort. Il est même possible de distinguer deux registres de la responsabilité dans cette volonté de faire du mal à autrui : elle est inconsciente ou consciente et récurrente. Il me semble que nous pouvons garder la terminologie de vices, pour les passions de cette dernière catégorie. Cependant, chacune des caractéristiques humaines qui répondent à cette définition peut, selon le contexte culturel ou le moment, se transformer en sa qualité inverse, c’est-à-dire en vertu. D’ailleurs, dans la tradition de la réflexion sur les vices, la pensée ne se dépare pas de la mise en perspective des vertus, et réciproquement.

63Pour un père de l’Église avant l’an mille comme Grégoire le Grand, le vice le plus dangereux réside dans la vanité ou l’orgueil, vaine gloire ou superbe. Pour se garder des vices comme l’envie et la jalousie, il est donc nécessaire de cultiver les qualités inverses de partage et de charité ; pour éviter la colère, s’entraîner à la prudence et à la tempérance ; pour ne point sombrer dans la gourmandise et la luxure, pratiquer le jeûne et la chasteté.

  • 44  N. Machiavel, Le prince, Paris, Librio, 2001, p. 73.

64Cependant, avec la naissance de l’idéologie moderne, le discours sur la morale des vices et des vertus va s’infléchir vers un relativisme de bon aloi. En effet, et notamment avec Machiavel, le modèle de la conduite des puissants ne sera plus soumis à l’impératif du bien de tous ou du peuple, mais seulement à la puissance et au bien du prince. « Il y a si loin de ce que l’on fait à ce que l’on devrait faire, que tout homme qui réglera sa conduite sur l’idée du devoir des hommes et non pas sur ce qu’ils sont en effet, connaîtra plus vite la ruine que la sécurité. […] Car un homme qui voudra faire en toutes choses profession de vertu, périra dans la cohue des scélérats. […] C’est pourquoi tout Prince qui voudra conserver son État, doit apprendre à n’être pas toujours bon, mais à user de la bonté selon les circonstances44

  • 45  Ibid., p. 75.

65Aussi en ce qui concerne l’avarice, l’important est avant tout de donner une bonne image de soi et, pour attirer l’approbation, passer pour « miséreux ». Machiavel s’en explique : « En Toscan nous appelons l’avare miséreux, en ce sens qu’il se prive de jouir de son bien ; que les uns répandent les grâces (les Princes dispendieux), les autres pillent et dérobent (les Princes miséreux); que les uns sont humains, d’autres perfides, d’autres cruels, d’autres loyaux ; que les uns sont efféminés et lâches, les autres fiers et hardis, lascifs ou chastes, sincères ou astucieux, sévères ou indulgents, graves ou étourdis, religieux ou incrédules, etc. » En bref, un prince ne peut pas avoir tous les caractères honnêtes ni tous les vices, il doit seulement éviter les défauts qui lui pourraient faire perdre son État. Il doit faire son possible, bien sûr, pour éviter de tomber dans les vices. Mais qu’il ne se formalise pas d’avoir certains défauts sans lesquels il perdrait sa couronne. « Car en y réfléchissant bien, on constatera que certaines choses paraissent vertueuses qui pourtant à les suivre, entraîneront la ruine du Prince, tandis que d’autres, qui paraissent vicieuses, lui donneront bien-être et sécurité45

  • 46  Ibid., p. 76.

66Il est donc plus avantageux pour un prince de passer pour libéral, c’est-à-dire dépensier. Mais il doit en user avec mesure pour ne pas tomber dans le vice opposé. Car pour continuer à être somptueux, il sera contraint de confisquer les biens de ses sujets jusqu’à se rendre odieux avec eux, et de plus avec la réputation d’être avare. « L’avarice est un des vices nécessaires pour régner46. » Mais très exactement, il s’agit d’être économe avec son propre bien, et de s’abandonner à la magnificence avec le bien d’autrui. De plus, il est nécessaire de trouver un juste équilibre, car passer pour avare engendre le mépris sans haine, mais passer pour magnifique engendre de façon plus grave un mépris haineux.

  • 47  R. Castel, Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Fayard, 199 (...)
  • 48  L. Chevalier, Classes laborieuses, classes dangereuses à Paris pendant la première moitié du XIXe (...)

67Le ton de la moralité moderne est donné. D’ailleurs avec la modernité, l’accent soulignera désormais plutôt les vices des populations que ceux des princes. Le travail devenu une des vertus principales dans le système de pensée moderne, c’est donc le vice inverse, l’oisiveté, qui devient « mère de tous les vices ». Peu à peu, au cours de la mise en place de la modernité, se forge une pensée du soupçon qui pèse sur ceux qui ne travaillent pas : les vagabonds, les indigents, les oisifs vont entraîner les premières mesures de répression et d’enfermement47. Au dix-neuvième siècle, les classes laborieuses commencent à apparaître comme dangereuses48. Le courant dit « hygiéniste » en sciences sociales tente de vérifier l’hypothèse d’un degré de corrélation entre pauvreté et alcoolisme.

68Le mécanisme de la stigmatisation est en place et nous avons observé son fonctionnement dans le domaine de la toxicomanie, notamment par le biais des politiques publiques. En effet, pour mettre en place un « traitement » des populations, encore faut-il un diagnostic ou une définition du problème. L’enjeu de la construction d’un nouveau mode de représentation reste donc fondamental. Définir le vice permet de définir le délit, ce qui permet de poser à la fois la sanction et le traitement adéquat.

Vices et drogues

  • 49  G. Simmel, « Métropoles et mentalités », dans Y. Grafmeyer et I. Joseph (dir.), L’école de Chicago(...)

69Les toxicomanies modernes semblent venir combler des besoins humains de type traditionnel. Comme les Indiens des Andes ont pu mâcher des feuilles de coca pour les aider à supporter la dureté de leurs travaux, les Occidentaux modernes détiennent toute une gamme de produits psychotropes pour s’adapter aux multiples facettes de leurs existences morcelées49. Des substances légales aux substances illégales, les psychotropes présentent tous un double visage : à la fois remèdes et poisons. Tandis que la loi ne souligne que les aspects négatifs et interdit de présenter les psychotropes sous un jour positif, sous peine de prosélytisme, il reste tout de même impossible de comprendre la passion du toxicomane pour ses produits sans aborder la question des effets recherchés par les usagers.

  • 50  M. Maffesoli, L’ombre de Dionysos. Contribution à une sociologie de l’orgie, Paris, Méridiens Klin (...)
  • 51  É. Durkheim, Le suicide, Paris, PUF, 1960.

70Car les psychotropes présentent aussi une figure d’aide ou d’adjuvant aux passions humaines. Ce sont des substances d’oubli qui accompagnent ou qui apprivoisent la douleur des hommes au quotidien. Elles ont aussi gardé les fonctions qu’elles remplissaient au sein des sociétés traditionnelles : fonction de reliance au sacré (euphémisée en religiosité), fonction de reliance des être humains entre eux (socialité)50. Mais elles ont également ce visage plus médiatisé des usages nocifs, non maîtrisés, dont les signes de souffrance visibles de la toxicodépendance vont conduire à l’exclusion de l’usager comme sanction, exclusion médicale, pénale, puis finalement sociale. Ces pratiques sans frein, décrites comme l’éréthisme, ou l’anomie chez Durkheim51, ne sont peut-être pas l’apanage des psychotropes et de la relation de manque qu’elles induisent et qu’elles symbolisent. La consommation excessive reflète, ou simplement révèle, une attitude paradigmatique de la culture moderne occidentale. Elle semble valoir pour tous les domaines des activités humaines ; appliquée à des substances dangereuses, elle a produit les effets que nous avons montrés. Une « consummation » des produits et des usagers, comme un aboutissement final, qui n’a pas d’autre objet que cet épuisement dans l’instant, si ce n’est de recommencer, sans cesse, et avec avidité. Si bien que la culture occidentale est aujourd’hui confrontée à plusieurs types de ces pratiques consummatoires en dehors des drogues proprement dites : le travail comme une drogue (les workalcoholic), l’alimentation sans limites (boulimie et obésité), des loisirs obsédants (TV, jeux vidéos, internet).

71D’autres domaines et d’autres dangers sont alors à craindre, autant que le fléau des produits dits vicieux, dans ces chemins en pente douce de l’accoutumance et de l’aliénation. Ainsi, pour Platon, c’est le pouvoir et l’avidité du « toujours plus » qui serait la drogue ou le vice caractéristique des puissants. Car de la même façon que les psychotropes, le pouvoir conduit aussi à des plaisirs (et ici à des honneurs) auxquels les hommes s’accoutument rapidement, et dont ils ne peuvent bientôt plus se passer. Les vices des populations apparaissent dès lors et a contrario plus bénins, en tout cas plus inconscients que cette tyrannie. Pour Marx, le vice ou l’opium du peuple, c’est ce qui permet de l’endormir et de l’aliéner tranquillement, c’est la religion.

72Dans la République, Platon décrit ce que pourrait être le régime de la cité idéale, puis il se demande comment un tel régime pourrait passer dans les faits. Une des conditions les plus célèbres – mais aussi la moins appliquée – consiste à faire que les philosophes soient rois ou les rois de bons philosophes. Platon insiste sur le rôle actif du philosophe, il faut le forcer à s’occuper des affaires de la cité. Il faut aussi préparer l’opinion des populations à cette réforme, car le vulgaire est « porté à cause même des vices du gouvernement, à considérer la philosophie comme inutile à la cité ». La société idéale doit donc compter avec la nature des hommes. Bien sûr, une société sans drogues serait l’idéal, mais peut-être faut-il se fixer des objectifs moins utopiques et viser seulement une canalisation ou une régulation des usages de drogues dans des fonctions sociales stables. Une société gouvernée par un système démocratique où le peuple et les populations d’aujourd’hui pourraient avoir le sentiment d’être représentées, écoutées, serait aussi de l’ordre de l’idéal politique. Pour Platon cela ne semble possible qu’à partir du moment où les véritables chefs de la cité auront pour qualités : la vertu de l’amour de la vérité et la facilité à apprendre, la noblesse d’âme et le courage, une mémoire précise et étendue. Cependant, la réunion de toutes ces qualités reste très rare, voire impossible, car ces dernières sont incompatibles entre elles : marier la noblesse d’un vieil Athénien et la subtilité d’un sophiste demeure contradictoire.

Imaginaire et psychotropes révélateurs

  • 52  M. Milner, L’imaginaire des drogues. De Thomas de Quincey à Henri Michaux, Paris, Gallimard, 2000.

73Pour un psychologue ou un psychanalyste, les produits psychotropes révèlent l’imaginaire des individus52. Pour un sociologue ou un anthropologue, ils révèlent, selon la même hypothèse, l’imaginaire des collectifs construits par ces pratiques communautaires. Les toxicomanies permettent ainsi une lecture de l’imaginaire des groupes formés soit par le regroupement des usagers (communautés et réseaux), soit contre ces mêmes regroupements et pratiques. Les effets des produits psychotropes sur l’imaginaire peuvent donc être envisagés sous un triple aspect selon l’espace de représentations mis en perspective.

74L’imaginaire des usagers en tant que sujets sociaux, d’abord. Les effets attendus ou recherchés des produits sur l’expérience sensible ou cognitive des usagers peuvent être examinés selon une gamme d’expériences sensibles qui se déclinent sur un axe à deux polarités. D’un côté, les expériences sont décrites comme la recherche de l’effervescence et de l’amplification des sens (la transe). Ces états de transe moderne sont permis par l’usage des excitants (alcools même légers, amphétamines, cocaïne, hallucinogènes, ecstasy…). À l’autre pôle, d’autres expériences sont décrites comme permettant l’accès à l’exacerbation des sens jusqu’à leur anesthésie (l’extase). Ces extases modernes, comme les états plus traditionnels, sont permises par les substances d’oubli (opiacés, spiritueux, antidépresseurs…). Il est ainsi possible de tracer une ligne de partage dans les pratiques et les cultures qui utilisent des psychotropes selon le principal effet recherché, et non, seulement, selon les usages et les produits.

75Ensuite, l’imaginaire des usagers en tant qu’entité collective. Le fait que les usagers forment des groupes (de consommation, d’approvisionnement), des communautés (de vie avec leurs proches initiés), des réseaux (d’information, de défense), permet de se poser la question d’une expérience collective et donc d’un savoir commun, la question des cultures ou sous-cultures de la drogue. Les effets observés, sur l’expérience individuelle des usagers et sur la tentative de mise en commun de ces pratiques, tendent effectivement à construire, si ce n’est une culture, du moins un mode de vie et des styles de vie sous psychotropes.

76L’imaginaire, enfin, des sociétés « d’accueil » du phénomène. La réaction des sociétés occidentales s’est faite morale, répressive, puis médicalisée : le cadre législatif et son application ont permis d’aboutir à une prohibition réglementée par des mesures sanitaires. Néanmoins, l’usage est toujours défini comme un délit, il entraîne une sanction : la stigmatisation morale, puis pénale ou médicale, et enfin l’exclusion sociale, à cause du rejet des proches, des institutions et de la société en général. Les pouvoirs et les politiques publiques, les institutions, les médias, l’opinion publique, tous ont joué un rôle dans la force de la réaction sociale et la construction de l’identité de toxicomane comme négative, entre malade et délinquant. Les effets, à un niveau plus macrosociologique, sur la réception et la compréhension du phénomène par la société dans son ensemble laissent donc entrevoir des représentations collectives figées en deux polarités extrêmes. Un pôle diurne structure la culture occidentale et les cultures professionnelles de ses institutions. Un pôle nocturne invisibilisé ou stigmatisé, qui ne peut plus remplir sa fonction contradictoire, et qui structure l’imaginaire des sous-cultures des usagers.

Vers une réglementation des usages et du commerce

77Le commerce des paradis artificiels existe de fait, mais la prohibition le contraint à rester souterrain, à prendre des formes de plus en plus occultes et peut-être de plus en plus graves. Il est donc difficile, voire impossible de le réglementer, tant que les pratiques restent dissimulées.

  • 53  Y. Bisiou, op. cit.

78Ces effets de la prohibition sont du reste bien connus, et commentés par les juristes, notamment à partir de l’exemple de la politique de prohibition américaine du début du vingtième siècle53. Pour des sociologues comme Becker, qui s’inquiète dès les années cinquante des attitudes prohibitionnistes américaines à l’encontre des nouvelles drogues, il est possible de mettre en parallèle le rejet des minorités ethniques et celui de leurs pratiques propres d’intoxication. Becker lui-même va montrer comment les musiciens noirs de jazz utilisent plus particulièrement la marijuana pour leurs activités créatives, mais que cette pratique induit une mentalité et un style de vie plus global, une culture.

79D’autre part, Becker entreprend d’analyser les causes diverses qui ont conduit la politique publique à interdire progressivement les différents produits psychotropes aux États-Unis. Au préalable, il rappelle à partir de l’examen de la société américaine moderne et du fonctionnement de ses institutions que la modernité a provoqué la recomposition des sociétés dans un assemblage de minorités ethniques ou culturelles qui ne partagent pas toujours les mêmes morales ni les mêmes modes de vie. C’est l’État qui est en charge d’articuler ces différents points de vue pour unifier la nation dans une morale publique commune. Cependant, Becker remarque et souligne que certains groupes de la société, une fois qu’ils ont défini leur propre éthique, ont tendance à déployer leur système de pensée comme l’éthique universelle. Et, lorsque ces groupes sont puissants, ou bien organisés, ou proches des autorités, ils parviennent à l’imposer. Becker appelle ces groupes des « entrepreneurs de morale ». Il en va ainsi des mouvements antialcooliques qui, grâce à leur action collective, sont parvenus à faire changer la loi dans le sens de la prohibition : lobbying des groupes organisés de la ligue antialcoolique, manifestations des prohibitionnistes devant les instances délibératives…

80Dans la constitution des décisions de politique publique, chacun des systèmes d’acteurs impliqués dans le phénomène drogue tend à faire entendre son point de vue avec plus ou moins de force et d’arguments. Conjointement, ou alternativement, ou successivement, tous les partenaires ont été conduits à se prononcer (réprimer-soigner-prévenir), à décrire leur méthode d’action et de recherche (comprendre-dénombrer-exclure) et leur parti pris dans les processus de l’usage et du commerce (du côté de l’offre ou de la demande). Jusqu’à présent, les différents partenaires du processus de mise en place de politiques justes et cohérentes ont été conviés au fur et à mesure de la prise de conscience ou de la révélation de leur existence. Cela permet peut-être de comprendre la longue gestation, puis les errements, louvoiements, virages et hésitations des discours et des programmes, avant de trouver la stabilité des années 2000.

  • 54  D. Duprez et M. Kokoreff, Les mondes de la drogue, Paris, Odile Jacob, 2000.

81Notons que la vision complexe ou systémique, ou encore ici stéréoscopique du phénomène aurait permis de conduire d’emblée à la méthode dite de la conférence de consensus : inviter tout ce(s) petit(s) monde(s)54 à de grandes assises de la drogue, pour construire l’ensemble des demandes et des besoins. Cela aurait sans doute permis aux politiques d’État un gain de temps et d’argent, et peut-être même de vies humaines. Mais restons politically correct et ne parlons pas des « affaires qui fâchent », d’ailleurs, en France, parler de drogues et même d’alcool, c’est encore en 2003, sinon un vice, presque un tabou

Haut de page

Notes

1  E. Kant, Fondements de la métaphysique des mœurs, Paris, Delagrave, 1957.

2  A. Badiou, L’éthique. Essai sur la conscience du mal, Paris, Hatier, 1993, p. 11.

3  Ibid.

4  Dans R. Stourm, Systèmes généraux d’impôts, Paris, Alcan, 1912. Voir le site de Y. Bisiou, http://perso.wanadoo.fr/yann.bisiou/drogue/popu.html.

5  F. Caballero et Y. Bisiou, Droit de la drogue, Paris, précis Dalloz, 2000.

6  C. Baudelaire, « Du vin et du haschschich », Les paradis artificiels, Paris, Garnier-Flammarion, 1966.

7  A. de Liedekerke, La belle époque de l’opium, Paris, La Différence, 1984.

8  A. Rimbaud, Une saison en enfer, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, « La Pléiade », 1972.

9  M. Maffesoli, La part du diable. Précis de sociologie subversive, Paris, Flammarion, 2002.

10  J.-M. Oughourlian, La personne du toxicomane, Toulouse, Privat, 1978.

11  Le groupe rock The Doors (« les portes », sous-entendu « de la perception ») et son chanteur Jim Morrison relatent dans leurs chansons ces expériences de l’extrême.

12  Aldous Huxley ou Timothy Leary par leurs écrits et leurs expériences sont considérés comme les « pères spirituels » des hippies.

13  LSD 25, « Lyserg Saüre Diäthylamid », diéthylamide de l’acide lysergique, ou familièrement « acide », substance de synthèse hallucinogène comparable aux principes actifs des champignons hallucinogènes comme la mescaline (peyotl) ou la psilocybine.

14  J. Rubin, Do it. Scénario de la révolution, Paris, Seuil, « Points », 1973.

15  J.-L. Harouel, Culture et contre-cultures, Paris, PUF, 1994.

16  Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les toxicomanies, « Cadre légal et évolution de la politique publique de lutte contre les drogues », www.drogues.gouv.fr.

17  C. Olievenstein (dir.), La clinique du toxicomane, Paris, Éditions universitaires, 1987.

18  M. Pelletier, Mission d’étude sur l’ensemble des problèmes de la drogue, Paris, La Documentation française, 1978.

19  Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les toxicomanies, art. cité.

20  Ibid.

21  P.-J. Parquet, Pour une politique de prévention en matière de comportement de consommation de substances psychoactives, Paris, cfes, 1997.

22  C. Trautmann, La lutte contre la toxicomanie et le trafic de stupéfiants, rapport au Premier Ministre, Paris, La Documentation française, 1990.

23  M. Maffesoli, op. cit., p. 98.

24  Nom de l’association fondée par la sociologue Anne Coppel, militante de la réduction des risques. Voir A. Coppel, « Les intervenants en toxicomanie, le sida et la réduction des risques », Communications, no 62, 1996 ; et C. Bachmannet, A. Coppel, La drogue dans le monde d’hier et d’aujourd’hui, Paris, Seuil, « Points Actuel », 1989.

25  Voir A. Ehrenberg, Penser la drogue, penser les drogues. État des lieux, Paris, Descartes, 1992 ; et É. Zarifian, Le prix du bien-être : psychotropes et sociétés, Paris, Odile Jacob, 1996.

26  R. Henrion, Rapport de la commission de réflexion sur la drogue et la toxicomanie, Paris, La Documentation française, 1995.

27  C. Faugeron et M. Kokoreff, Société avec drogues. Enjeux et limites, Paris, ERES, 2002.

28  Act Up (Agir, conseiller, travailler, unifier et protéger) Paris a été créé en 1989 sur le modèle d’Act Up New York, fondé en 1987. Se présentant comme une « association issue de la communauté homosexuelle », Act Up Paris veille à défendre équitablement toutes les populations touchées par le sida. Se définissant comme un groupe activiste, de lobbying, militant, Act Up Paris fait figure de précurseur, par rapport aux mouvements sociaux de la décennie quatre-vingt-dix.

29  Statistiques OCTRIS, ministère de l’Intérieur, 2000.

30  C. Faugeron et M. Kokoreff, op.cit.

31  L. Simmat-Durand (dir.), L’usager de stupéfiants entre répression et soins : la mise en oeuvre de la loi de 1970, Paris, CESDIP, 1998.

32  Drogues et toxicomanies, indicateurs et tendances, Paris, OFDT, 1999.

33  C. Faugeron et M. Kokoreff, op.cit.

34  S. Geismar-Wievorka, Les toxicomanes, Paris, Seuil, 1995 ; Toxibase, no 3, 1996 ; Statistiques OCTRIS, ministère de l’Intérieur, 2000.

35  B. Roques, La dangerosité des drogues, Rapport au Secrétariat d’État à la Santé, Paris, Odile Jacob et La Documentation française, 1999.

36  J.-M. Oughourlian, op. cit., p. 308.

37  L. Wacquant, Les prisons de la misère, Paris, Raisons d’agir, 1999.

38  Ibid.

39  J.-P. Galland, Fumée clandestine, Paris, Ramsay, 1991.

40  Site Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les toxicomanies, propositions pour le plan quadriennal 1998-2002, par la dernière présidente de la Mission, Nicole Maestracci.

41  E. Morin, Introduction à la pensée complexe, Paris, ESF, 1990.

42  Voir Y. Winkin, La nouvelle communication, Paris, Seuil, 1981.

43  H. S. Becker, Outsiders, Paris, Métailié, « Observations », 1995.

44  N. Machiavel, Le prince, Paris, Librio, 2001, p. 73.

45  Ibid., p. 75.

46  Ibid., p. 76.

47  R. Castel, Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Fayard, 1995.

48  L. Chevalier, Classes laborieuses, classes dangereuses à Paris pendant la première moitié du XIXe siècle, Paris, Hachette, 1984.

49  G. Simmel, « Métropoles et mentalités », dans Y. Grafmeyer et I. Joseph (dir.), L’école de Chicago, Paris, Aubier Montaigne, 1984.

50  M. Maffesoli, L’ombre de Dionysos. Contribution à une sociologie de l’orgie, Paris, Méridiens Klincksieck, 1982.

51  É. Durkheim, Le suicide, Paris, PUF, 1960.

52  M. Milner, L’imaginaire des drogues. De Thomas de Quincey à Henri Michaux, Paris, Gallimard, 2000.

53  Y. Bisiou, op. cit.

54  D. Duprez et M. Kokoreff, Les mondes de la drogue, Paris, Odile Jacob, 2000.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martine Xiberras , « Drogues et vices, l’Occident et son bateau ivre », Éthique publique [En ligne], vol. 5, n° 2 | 2003, mis en ligne le 19 janvier 2016, consulté le 28 mars 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/2101 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.2101

Haut de page

Auteur

Martine Xiberras

Martine Xiberras est maître de conférence à l’université Paul-Valéry, Montpellier III, et chercheuse à l’Institut de recherche sociologique et anthropologique.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org