Navigation – Plan du site
Jeu

Pour une gestion responsable des jeux de hasard et d’argent

Russell Williams

Résumés

Au Québec, comme dans bien des sociétés comparables, les jeux de hasard et d’argent sont régis par les autorités publiques. Cette approche permet une meilleure emprise du gouvernement sur des activités qui, autrement, pourraient facilement se retrouver sous la coupe du crime organisé. En raison même de ce choix de société, les personnes exerçant le pouvoir législatif et le pouvoir exécutif ont une responsabilité quant aux répercussions négatives qui sont inhérentes à ce genre de jeu. Dans son texte, l’auteur trace d’abord un portrait du jeu au Québec, pour discuter ensuite des répercussions sociales du jeu. Enfin, il pose les fondements de l’action gouvernementale sous l’angle de la concertation.

Haut de page

Texte intégral

1Au Québec, comme dans bien des sociétés comparables, les jeux de hasard et d’argent sont régis par les autorités publiques. Cela permet une meilleure prise du gouvernement sur des activités qui, autrement, pourraient facilement tomber sous la coupe du crime organisé. En raison même de ce choix de société, les personnes exerçant le pouvoir législatif et le pouvoir exécutif ont une responsabilité quant aux répercussions négatives qui, reconnaissons-le, sont inhérentes à ce genre de jeu.

2Le député joue souvent, dans sa circonscription, un rôle de confident. Combien de fois des électeurs m’ont-ils confié leur désarroi devant la situation d’un proche qui, en raison d’un problème de jeu pathologique, a détourné des fonds, a négligé ses enfants, a laissé s’écrouler son mariage ou, pis encore, a mis fin à ses jours ! Mes collègues de l’Assemblée nationale et moi-même ne restons évidemment pas insensibles devant de tels drames.

3Parmi les missions qui lui sont confiées, le membre de l’Assemblée nationale est notamment un mandataire de ses électeurs. Il doit se faire leur porte-parole auprès de la législature et du gouvernement, en véhiculant leurs préoccupations et en contribuant à la recherche de solutions aux grands problèmes sociaux.

4En votant des lois, en adoptant des crédits budgétaires, en cautionnant les programmes gouvernementaux sous-jacents, le député pose des gestes qui sont lourds de conséquences. Il est toujours conscient de la responsabilité qui est la sienne, non seulement en matière de saine gestion des fonds publics, mais aussi en matière d’éthique sociale.

Le jeu au Québec

5Selon des données de Statistique Canada portant sur l’année 2001, la dépense par habitant, pour les jeux de hasard et d’argent, s’établit à 466 dollars par année au Québec, ce qui est légèrement supérieur à la moyenne canadienne de 447 dollars.

6Depuis une dizaine d’années, les revenus publics tirés de cette source ont connu chez nous une croissance importante. En 2002, les revenus bruts découlant des jeux de hasard et d’argent se sont établis à 3,7 milliards de dollars, et les revenus nets, à 1,5 milliard. Ce sont les loteries instantanées qui rapportent le plus, suivies des appareils de loterie vidéo et des casinos. Il s’agit naturellement de sommes qu’il faudrait puiser ailleurs si elles venaient à disparaître, sans compter que l’on priverait aussi des millions de personnes d’un divertissement qui, pour elles, demeure anodin.

7En effet, si une majorité de Québécoises et de Québécois s’adonnent aux jeux de hasard et d’argent, ce n’est heureusement qu’une faible proportion de ces personnes qui éprouvent un jour des difficultés avec le jeu, ou qui développent une pathologie. Il faut toujours être prudent avec les statistiques. Les recherches du professeur Robert Ladouceur, de l’université Laval, peuvent toutefois nous fournir un ordre de grandeur sur la prévalence du jeu pathologique. Selon lui, celle-ci s’établissait en 1999 à 2,1 %, par rapport à 1,2 % en 1989, une tendance à la hausse qui pourrait s’être poursuivie depuis. Une commission qui s’est penchée, il y a quelques années, sur la question du jeu pathologique en Australie, une société relativement semblable à la nôtre, en est arrivée exactement au même pourcentage. Quel que soit ce taux aujourd’hui (et des recherches sont en cours à la demande du ministère de la Santé et des Services sociaux pour le déterminer plus précisément), si on l’applique aux millions de personnes qui jouent, au moins occasionnellement, on obtient un nombre de joueurs à problème qui pourraient facilement dépasser le cap des 100 000. En incluant leurs proches, on atteint sans doute 500 000 ou 600 000 personnes qui sont touchées par ce problème.

8Ces chiffres sont préoccupants, mais il faut comprendre que le jeu pathologique n’est pas l’apanage du Québec. Selon toute vraisemblance, notre taux de prévalence est assez semblable à celui que l’on observe dans les autres provinces canadiennes et dans les autres pays qui exploitent des jeux de hasard et d’argent.

Les répercussions sociales du jeu

9On commence à peine à pouvoir décrire adéquatement les conséquences négatives du jeu. Les recherches en ce sens sont complexes, et elles mettent souvent en cause des notions difficiles à quantifier.

10Sur le plan personnel d’abord, les problèmes financiers peuvent aller jusqu’à l’endettement et à la faillite. La personne touchée par un problème de jeu pathologique court le risque de voir son mariage se terminer par un divorce, de perdre son emploi, voire d’entrer dans la mendicité. Le jeu excessif peut également mener à l’abus d’alcool, de médicaments ou de drogues illicites. Le comportement du joueur est invariablement affecté par son problème, ce qui peut notamment se traduire par de la détresse, de l’agressivité ou d’autres troubles de comportement. Dans les cas les plus graves, la personne voit dans le suicide la seule issue possible.

11Ces problèmes se répercutent sur l’entourage, qui souffre notamment des difficultés financières entraînées par le jeu excessif. Le désarroi des proches entraîne, chez eux aussi, son cortège de problèmes : dépression, ménages brisés, alcool et drogue, violence… et, encore ici, suicide.

12Au-delà du cercle des intimes, le jeu pathologique a aussi des conséquences communautaires et sociales : que l’on pense, entre autres, à la perte de productivité au travail, aux frais hospitaliers pour des problèmes de santé consécutifs au jeu, au coût des programmes sociaux destinés aux joueurs et à leurs proches, à l’accroissement des coûts sociaux pour soutenir une famille dont un membre aurait flambé toutes ses économies, à une prévalence accrue des activités criminelles auxquelles un joueur désespéré peut recourir pour se financer (détournement de fonds, crimes violents, prostitution), et ainsi de suite.

La question du suicide

13Je reviens à la question du suicide, qui nous frappe davantage en raison de son caractère irréversible. On sait que des pertes financières considérables constituent parfois le geste déclencheur d’un geste suicidaire. De 1994 à 2000, le coroner en chef du Québec a recensé un peu plus de soixante-dix suicides pour lesquels le jeu – surtout loterie vidéo et casino – était l’un des facteurs explicatifs.

14À l’occasion du Forum sur la prévention du jeu pathologique, qui s’est tenu à Montréal en novembre 2001, j’ai écouté avec intérêt les remarques très éclairantes du coroner en chef du Québec, Serge Turmel, sur les liens qui existent entre le suicide et le jeu pathologique. Il précisait alors qu’aucun modèle ne peut expliquer parfaitement le phénomène de suicide, les cas liés au jeu pathologique n’échappant aucunement à cette règle. Selon M. Turmel, le jeu est certes un élément significatif, mais il s’entremêle souvent avec une série d’autres difficultés, comme des problèmes de santé mentale, des événements stressants, des difficultés relationnelles, par exemple, dans la famille ou au travail. Dans la genèse d’un suicide, il faut voir le jeu comme un élément causatif parmi d’autres.

15M. Turmel a alors évoqué une notion très intéressante, celle d’autopsie psychologique chez les gens qui se sont suicidés. Cela permettrait d’éclairer un peu plus leur trajectoire de vie et de vérifier quel poids il faut accorder aux différents problèmes qui les ont menés à cet ultime geste de désespoir. En somme, comprendre ce qui s’est passé.

Des préoccupations émergentes

16C’est au milieu des années 1990 que le ministère de la Santé et des Services sociaux a commencé à s’intéresser de près à tout ce qui entoure le jeu pathologique. En novembre 1997, les régies régionales de la santé et des services sociaux de l’Outaouais et de Montréal-Centre ont eu la mission de produire un plan d’action régional de prévention, d’une part, et d’intervention auprès des joueurs compulsifs, d’autre part.

17En 1999 et 2000, la réflexion s’est poursuivie à l’Assemblée nationale, qui a fréquemment débattu la question, dans le cadre de travaux auxquels j’ai participé activement. À la même période, le vérificateur général y allait aussi de ses commentaires et recommandations sur la pertinence d’une action gouvernementale plus soutenue en matière de jeu pathologique.

18À la suite de cela, un programme expérimental sur le jeu pathologique a été implanté dès octobre 2000. Seuls intervenants gouvernementaux pour ce qui est de la recherche et du traitement en matière de jeu pathologique, le ministère et son réseau s’attachent, depuis, à doter toutes les régions du Québec d’une gamme de services conçus pour prévenir, réduire et traiter les problèmes liés au jeu pathologique, tout en réduisant au minimum les retombées négatives d’un usage inapproprié des jeux de hasard et d’argent.

19En 2002, ce programme a été remplacé par le plan d’action gouvernemental sur le jeu pathologique, dont les volets touchent la prévention et le dépistage du jeu pathologique, l’intervention de crise, le traitement des joueurs pathologiques, la formation, la recherche et l’évaluation.

Les fondements de l’action gouvernementale

20Dans le secteur du jeu, le rôle et la responsabilité du gouvernement sont des éléments complexes, dynamiques et en pleine évolution. Plusieurs facteurs, qui sont souvent en concurrence, doivent être considérés et mis en équilibre. Il faut garder en tête le fait que les études disponibles sur les effets négatifs du jeu, à la fois sur les adultes et sur les jeunes, pointent du doigt le développement des nouvelles technologies et une disponibilité accrue du jeu.

21Évidemment, plusieurs problèmes doivent être pris en compte, incluant l’accessibilité, la concentration, la publicité, l’utilisation des profits, le contrôle de l’équipement, le niveau des lots offerts, les nouvelles technologies, les répercussions sociales et communautaires, la situation des communautés culturelles, pour n’en nommer que quelques-uns.

22Par ailleurs, un problème fondamental se pose quand l’État, comme c’est le cas au Québec, contrôle et gère le jeu : comment le gouvernement abordera-t-il le message sous-jacent au jeu, à savoir qu’il est possible de devenir riche rapidement et sans effort ? Ce message est, pour dire le moins, divergent par rapport à d’autres messages sociétaux que le gouvernement tente de communiquer à son électorat, incluant le partage des responsabilités, l’engagement communautaire, la valeur de l’effort et du travail ainsi que l’importance de planifier sa vie. Malgré les problèmes, il est tout de même préférable de maintenir ce genre d’activité sous le monopole de l’État, car cela garantit l’honnêteté du jeu et que la collectivité profite ainsi des revenus qui en proviennent.

23Dans cette démarche, nous commençons à peine à vraiment comprendre les répercussions négatives à long terme du jeu et des nouvelles technologies, ainsi qu’à entrevoir l’équilibre qui serait nécessaire. C’est ce besoin d’équilibre qui m’a amené à participer à ce débat sur le rôle du gouvernement en matière de contrôle, d’administration et de promotion du jeu.

24Pour mettre en relief mon point de vue sur le message sous-jacent au jeu, j’évoquerai une autre sphère d’activité dans laquelle je me suis impliqué avec passion : celle des soins palliatifs. Sans entrer dans le détail, je rappellerai que le but des soins palliatifs est d’assurer la dignité et le confort des malades en phase terminale. Les gouvernements devraient s’engager davantage dans ce domaine, et ce, pour plusieurs raisons, y compris le message sous-jacent voulant que la communauté tient à reconnaître la contribution sociale des personnes qui en sont à la fin de leur vie. Ce message inclut la notion que nous faisons partie d’une communauté dont tous les membres ont des responsabilités et doivent fournir une contribution.

25C’est en ayant tout cela en tête que nous devons aborder les questions de l’offre de jeu, de sa promotion et des messages véhiculés. Le gouvernement précédent avait commencé à admettre qu’une trop grande présence publicitaire posait problème, en réduisant de 10% les budgets afférents. Mais le problème déborde la simple question du budget promotionnel. Nous devons aussi nous pencher sur le nombre de sites de loterie vidéo, sur la présence du jeu dans internet, sur le nombre de publicités annonçant des gagnants et sur la commandite d’événements.

26Pour résumer, le message sous-jacent aux jeux de hasard et d’argent est foncièrement divergent, voire contradictoire par rapport au rôle normalement attendu du gouvernement dans le domaine du jeu. Compte tenu du rôle important joué par le gouvernement dans la vie quotidienne des citoyens, le législateur doit tendre vers le meilleur équilibre entre la promotion et le contrôle du jeu.

Les gestes

27C’est donc avec lucidité que le gouvernement du Québec reconnaît que le jeu pathologique est un problème social et un problème de santé publique considérable. Les actions en cours ou à venir se situent donc dans une logique de responsabilité assumée socialement. Le Plan d’action gouvernemental sur le jeu pathologique, en vigueur depuis 2002, tient compte des recommandations convergentes de ceux et celles qui, au cours des dernières années, se sont penchés sur la question du jeu pathologique, au Québec ou ailleurs.

28Comme cela se fait ailleurs dans le monde, une optique de santé publique a été privilégiée pour aborder le jeu pathologique. Loin de considérer celui-ci comme un problème strictement individuel, cette approche favorise une vision élargie de l’univers du jeu. On peut ainsi étudier ses effets sur les joueurs à problèmes et sur les gens qui les côtoient, tout en reconnaissant qu’il constitue un loisir apprécié par une majorité de la population. Nous devons aussi nous efforcer de déterminer à quel point les répercussions du jeu diffèrent selon l’âge, le sexe ou la communauté ethnique.

29Les professeurs Jeffrey Derevensky et Rena Gupta, de l’université McGill, nous ont aidés à comprendre l’impact du jeu sur les jeunes, mais il n’existe pas là-dessus d’étude longitudinale. Sachant que les jeunes sont plus vulnérables aux problèmes de dépendance, nous devons en particulier limiter les activités promotionnelles et publicitaires qui risquent de les toucher. Même si la loi de 1999, adoptée à l’unanimité, interdit la vente de ce genre de produits aux mineurs, elle a été timidement mise en œuvre. La loi stipule qu’un commerçant qui ne respecte pas l’interdiction de vente aux mineurs reçoit un avertissement de Loto-Québec à la première offense, une suspension du droit de vente s’il y a récidive et, enfin, une interdiction permanente de vente des produits de loterie si survient une troisième offense. Malheureusement, cette loi est rarement appliquée. Encore une fois, le message doit être clair et constant. Sans suivi des plaintes et sans application de conséquences appropriées, le message véhiculé par le gouvernement n’est pas pris au sérieux autant qu’il devrait l’être.

30Une enquête réalisée à l’été 2003 par la Direction santé Québec de l’Institut de la statistique du Québec a révélé que 31 % des élèves du secondaire ont reçu des billets de loterie en cadeau. Ce résultat démontre la nécessité de sensibiliser les adultes qui offrent ces billets aux dangers potentiels liés au jeu.

31De plus, des chercheurs ont constaté que la participation aux jeux de hasard et d’argent est proportionnelle à la participation des parents à ce type d’activité. Les jeunes qui jouent sont proportionnellement plus nombreux à avoir des parents qui jouent eux-mêmes.

32La promotion de comportements responsables à l’égard du jeu, auprès de la population et de certains groupes plus vulnérables, doit se réaliser par une information appropriée et dans le plus grand respect de l’intelligence des personnes. Dans la perspective d’une décision éclairée, il faut notamment que le joueur dispose d’une information juste, qu’il profite d’un éventail de choix et qu’il ait l’occasion d’évaluer les avantages et les inconvénients de chacune des options qui lui sont offertes. C’est dire que le modèle de santé publique est complété par celui, bien ancré au Québec, de protection du consommateur.

33Conformément à ces principes, le gouvernement s’est attaché, dans son plan d’action, à promouvoir la notion de jeu responsable et sécuritaire, qui rallie maintenant les grands partenaires touchés par la question.

Des mesures concrètes

34Le programme expérimental, puis le plan d’action, ont permis la mise en place de mesures concrètes. Celles-ci ne se déploient pas au hasard, mais selon des cibles et des milieux d’intervention faisant l’objet de priorités bien définies. Outre le grand public, on remarque, parmi les groupes visés, les jeunes et leurs parents, les personnes âgées, les communautés culturelles, les joueurs en difficulté, notamment ceux qui présentent simultanément d’autres problèmes, ainsi que les membres de leur famille. Le programme se déploie notamment à l’école, en milieu de travail, dans les communautés locales, dans les établissements où sont exploités des appareils de loterie vidéo et dans les casinos.

35Du côté de la prévention, des campagnes nationales de sensibilisation sont en cours. En outre, des programmes d’information, d’éducation et de dépistage ont été mis au point à l’intention des jeunes et des adultes. En particulier, une trousse de prévention a été conçue pour les exploitants et les employés d’établissements accueillant des appareils de loterie vidéo, et une autre pour les employeurs et les intervenants actifs en milieu de travail. Ces gens sont souvent bien placés pour détecter un problème de jeu pathologique.

36Des services de traitement pour les joueurs pathologiques sont disponibles dans plus de cent dix points de services, répartis sur l’ensemble du territoire québécois. Plus de trois cents intervenants spécialement formés sont actuellement en mesure d’accueillir et d’aider ceux et celles qui ont besoin de traitement. Depuis la mise en place du programme, au printemps 2001, plus de quatre mille personnes ont profité de ces services. Pour les situations de crise, des programmes d’intervention spécifiques sont offerts nuit et jour, sept jours par semaine, dans les territoires où sont exploités des casinos. Le soutien et la référence téléphonique ont aussi été consolidés.

37Que ce soit pour la prévention du jeu pathologique, pour le traitement des joueurs pathologiques ou pour la recherche, que j’aborderai plus loin, le Québec se démarque nettement de l’ensemble des provinces canadiennes et des États américains sous l’angle des montants investis par habitant. En 2001, le Québec a consacré 24,3 millions de dollars pour rendre des services de traitement accessibles aux joueurs pathologiques et pour développer la recherche. Cela correspond à une dépense par habitant de 3,30 $, comparativement à une moyenne canadienne de 1,98 $.

La concertation

38Ce travail ne se fait pas en vase clos, bien au contraire, puisqu’il associe tous les acteurs touchés de près ou de loin par la question. Dans cette démarche, en effet, la concertation entre partenaires et l’harmonisation des services sont les meilleurs gages de réussite. Des mécanismes de coordination régionale ont donc été instaurés, permettant le déploiement du programme expérimental et du plan d’action dans l’ensemble des régions du Québec. Sur le plan national, des structures de concertation ont été mises en place pour favoriser, de la part des ministères et des organismes publics concernés, une compréhension partagée et une gestion cohérente des répercussions sociales et économiques des jeux de hasard et d’argent.

39Des modalités de concertation particulières ont été élaborées sur la question des appareils de loterie vidéo. Les partenaires du secteur public collaborent en effet avec la Corporation des propriétaires de bars, brasseries et tavernes du Québec, avec le Regroupement des gens d’affaires exploitant des appareils de loterie vidéo et avec l’Association des travailleurs et travailleuses de la restauration et de l’hôtellerie du Québec, afin de définir et de mettre en place des mesures de prévention du jeu pathologique dans les établissements eux-mêmes.

Comprendre et évaluer

40Les actions qui sont en cours sont prometteuses. Sans doute pourront-elles être raffinées à la lumière des travaux d’évaluation et de recherche qui ont été mis en branle.

41Déjà, l’Institut national de santé publique du Québec a la mission d’effectuer l’évaluation du programme expérimental sur le jeu pathologique. Il s’agit de déterminer quelles conditions sont les plus propices à l’instauration de programmes efficaces de prévention du jeu pathologique, de traitement des joueurs pathologiques et de réinsertion de ces derniers dans leur milieu. Cet exercice permettra notamment de préciser les difficultés et les problèmes rencontrés, de proposer les ajustements nécessaires et de définir des pistes d’amélioration pour les services d’aide aux joueurs pathologiques.

42De même, un bilan évaluatif d’implantation portant sur chacune des mesures prévues sera réalisé par le ministère de la Santé et des Services sociaux à la fin de la période couverte par le plan d’action. Ce sera l’occasion de brosser le portrait des activités réalisées, de mesurer leur succès, de rendre compte des difficultés rencontrées et de proposer les modifications nécessaires. Il est aussi prévu d’évaluer les résultats de certaines mesures du plan d’action jugées prioritaires, ou encore de centrer l’évaluation sur des préoccupations particulières que pourront exprimer les partenaires concernés.

43Voilà pour l’évaluation, mais il y a plus. En effet, le plan d’action prévoit des efforts marqués en matière de développement des connaissances, question d’accentuer, d’orienter et de mieux coordonner la recherche portant sur les jeux de hasard et d’argent. Pour ce faire, le ministère de la Santé et des Services sociaux a mis en place, de concert avec le Fonds québécois de recherche sur la société et la culture, un programme thématique de recherche sur les impacts socioéconomiques des jeux de hasard et d’argent.

44Lancé en janvier 2002, celui-ci est assorti d’un financement de 2,25 millions de dollars, étalé sur trois ans. Les orientations du programme découlent d’une vaste consultation menée auprès de la communauté scientifique, des ministères et des organismes sectoriels, des représentants socioéconomiques, ainsi que des milieux d’intervention et de pratique du réseau de la santé et des services sociaux. Ainsi, ce programme de recherche prend en considération l’ensemble des préoccupations des différents milieux intéressés par la question des jeux de hasard et d’argent.

45En raison même des paramètres du programme, les propositions de recherche doivent être de nature multidisciplinaire, afin de favoriser l’élargissement des perspectives d’analyse du problème. La question doit aussi être abordée dans une perspective comparative canadienne et internationale : tant mieux si nous pouvons contribuer à l’avancement, sur le plan mondial, des connaissances sur les jeux de hasard et d’argent.

46Les gestionnaires du programme accordent par ailleurs une grande importance à la diffusion des résultats et au transfert des connaissances : il est certain que, bien vulgarisés, les résultats de recherche peuvent être réinvestis avec profit, que ce soit dans la définition des programmes ou dans l’intervention sur le terrain.

47Les premiers résultats de tous ces travaux seront publiés au cours de 2004. Parmi les thèmes actuellement à l’étude dans l’une ou l’autre des universités participantes, je mentionnerai brièvement les ramifications du jeu chez les jeunes, la présence des loteries vidéo dans les différents quartiers de l’île de Montréal, les habitudes des joueurs à risque, la perception du jeu dans différentes communautés culturelles, le fonctionnement conjugal des joueurs pathologiques, les facteurs familiaux expliquant une tendance au jeu excessif. S’ajoute à cela l’étude des trajectoires de vie des personnes suicidaires conséquemment à un problème de jeu pathologique, ce qui rejoint la notion d’autopsie psychologique préconisée par le coroner en chef. Comme on le voit, on a vraiment fait des efforts pour orienter la recherche vers les groupes les plus vulnérables.

48D’autre part, le ministère de la Santé et des Services sociaux participe à des travaux interprovinciaux et internationaux, apportant sa collaboration, entre autres projets, à l’élaboration d’un instrument de mesure du jeu excessif chez les adolescents et à l’élaboration d’un guide international sur l’évaluation des répercussions socioéconomiques des jeux de hasard et d’argent.

Une action gouvernementale concertée

49Par ce plan d’action, le Québec démontre sa ferme volonté d’agir de façon responsable en matière de jeu pathologique. Le mouvement actuel, dont le ministère de la Santé et des Services sociaux est le chef de file, associe les autres ministères et organismes touchés par la question, ministère des Finances, ministère de la Sécurité publique, Régie des alcools, des courses et des jeux et Loto-Québec. Novatrice et porteuse d’avenir, l’approche retenue est partagée par des organisations qui, malgré des missions, des cultures et des rôles différents, partagent les mêmes objectifs de sollicitude envers des gens en difficulté et de volonté d’améliorer la vie en société.

50Les prochaines années verront une poursuite, voire une accélération de notre travail en matière de prévention, de traitement des joueurs pathologiques et de recherche. Des efforts particuliers seront faits du côté des jeunes qui, selon ce que nous indiquent les recherches que j’ai évoquées plus haut, risquent particulièrement d’adopter des comportements de jeu problématiques. Il faut à tout prix éviter qu’une habitude prise à l’adolescence vienne gâcher le déroulement de leur vie d’adulte.

51La situation des joueurs d’appareils de loterie vidéo est préoccupante. Bon nombre de recherches ont montré que ce type de jeu peut effectivement causer l’accoutumance. Le taux de prévalence du jeu pathologique serait d’ailleurs plus élevé parmi les utilisateurs d’appareils de loterie vidéo que chez les autres joueurs. Encore là, la recherche que nous subventionnons nous permettra de mieux comprendre les mécanismes psychosociaux qui sont en cause. Chose certaine, la Régie des alcools, des courses et des jeux continuera de gérer de façon rigoureuse la réglementation sur les appareils de loterie vidéo, notamment pour ce qui est de leur conception, de leur accessibilité et de leur visibilité.

52Le gouvernement continuera à favoriser la concertation dans ce domaine, une approche qui s’impose à cause des multiples facettes du jeu pathologique et de ses conséquences sur les plans humain, social et économique. Afin d’atténuer ces conséquences, il est essentiel que toutes celles et tous ceux qui sont concernés par ce problème s’engagent activement dans l’implantation des mesures en question. L’efficacité des actions proposées, ainsi que l’atteinte des objectifs visés, reposent sur une adhésion collective aux efforts visant à réduire le nombre de joueurs en difficulté et à contrer l’apparition de nouveaux cas.

53En somme, le gouvernement du Québec soutient le développement des connaissances et de l’expertise, et a la détermination politique nécessaire pour réaliser les prochaines étapes du déploiement des stratégies gouvernementales dans le secteur du jeu.

54À mesure que le gouvernement aura en main de nouvelles études scientifiques sur le jeu, à mesure qu’il disposera de nouveaux outils d’évaluation des loteries, il sera à même d’assurer un équilibre adéquat entre les revenus, l’accessibilité, la prévention et le traitement des problèmes.

55Le jeu fait partie de la vie. Le gouvernement a la responsabilité morale de le contrôler et de le gérer et, surtout, d’assurer que sa promotion soit adéquate et appropriée. Il doit montrer qu’il est prêt à prendre des décisions difficiles, afin de garantir un bon équilibre en ce domaine.

56J’ai commencé à m’engager dans ce dossier à la demande de monsieur Jean Charest, alors chef de l’opposition officielle, après une rencontre avec les professeurs Derevensky et Gupta, de l’université McGill. À l’époque, je croyais que l’équilibre que je viens d’évoquer était pour ainsi dire inexistant. Le gouvernement précédent était exclusivement intéressé aux revenus et ne s’inquiétait pas sérieusement des autres problèmes générés par le jeu. J’ai constaté qu’il y a eu, depuis, un certain progrès, si bien que nous abordons maintenant le problème d’une façon plus globale.

57Pour assurer une approche gouvernementale concertée, j’ai récemment formé un comité réunissant les adjoints parlementaires des ministres de la Santé et des Services sociaux, des Finances et de la Sécurité publique. Nous voulons assurer la poursuite du développement des connaissances, des débats et de l’innovation, tout en garantissant, en matière de jeu, une évaluation continue et publique.

58À la faveur des nouvelles technologies, le jeu évolue et change rapidement, mais je crois sincèrement que notre comité, la recherche scientifique et les débats publics aideront le gouvernement à s’occuper des problèmes liés au jeu avec efficacité et responsabilité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Russell Williams , « Pour une gestion responsable des jeux de hasard et d’argent », Éthique publique [En ligne], vol. 5, n° 2 | 2003, mis en ligne le 10 janvier 2016, consulté le 27 mars 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/2096 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.2096

Haut de page

Auteur

Russell Williams

Russell Williams est député de la circonscription de Nelligan et adjoint parlementaire du ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org