Navigation – Plan du site
Sexe

Le tourisme sexuel : enjeux éthiques

Joseph J. Lévy et Louis-Robert Frigault

Résumés

Le tourisme sexuel, qui constitue l’une des motivations importantes des voyages dans le monde moderne, n’est pas sans soulever de nombreux enjeux éthiques et juridiques. Cet article, après avoir présenté une esquisse de la problématique de ces formes de tourisme et des risques sur la santé sexuelle qu’elles entraînent, soulève quelques-uns des enjeux éthiques liés aux questions entourant l’exploitation sexuelle des enfants, le travail du sexe et la prévention des ITS et du VIH/SIDA dans une perspective à la fois locale et internationale.

Haut de page

Texte intégral

1Le tourisme, forme moderne du voyage, constitue l’une des industries les plus florissantes du monde contemporain où il remplit des fonctions diverses, allant de l’exploration des richesses culturelles de certaines destinations exotiques à la quête d’un simple dépaysement associé à la détente. De ce fait de nombreuses options sont offertes aux touristes : croisières, tours organisés, itinéraires extrêmes, écotourisme, visites guidées, échanges linguistiques, formules clubs et autres. Cet intérêt pour le tourisme, lié à une démocratisation économique des voyages, entraîne ainsi le déplacement annuel de près de six cents millions de personnes dont les dépenses contribuent aux budgets nationaux de plusieurs pays de façon variable mais néanmoins significative. Ces mouvements de populations ne sont pas sans soulever de nombreux questionnements comme en témoigne le Code mondial d’éthique du tourisme, qui propose des lignes directrices de conduite quant à la conservation et au développement du patrimoine, à la pollution, aux disparités économiques et au respect des valeurs et de la culture locales1. Les contacts multiples avec les groupes de touristes ne sont pas sans entraîner des transformations dans les visions du monde et dans les stratégies occupationnelles, qui peuvent inclure les échanges d’ordre sexuel comme source de revenus. À ce dernier niveau, les positions ne sont pas unanimes. Les contacts sexuels dans le contexte du tourisme sont de divers ordres et renvoient à des enjeux profondément différents selon la nature des échanges et les acteurs impliqués. Du tourisme sexuel impliquant des mineurs à celui centré sur la prostitution de femmes et d’hommes adultes, les cadres qui guident les conduites des touristes dans leurs voyages doivent tenir compte d’un ensemble complexe de facteurs que nous dégagerons dans cet article.

Le tourisme sexuel : un tour d’horizon

Le tourisme sexuel et ses adeptes

  • 2  V. Kinnard et C. M. Hall, Tourism : A Gender Analysis, New York, Wiley, 1994 ; A. Pritchard et N. (...)

2L’examen des affiches publicitaires vantant les destinations lointaines indique que l’attrait de l’érotisme se conjugue à celui de l’exotisme en associant, de façon manifeste ou plus subtile, les charmes de la nature (mer, soleil et sable) ou de la culture, à ceux des corps dénudés et souriants qui adressent une invitation ambiguë aux observateurs. Certaines recherches ont bien montré les correspondances existant entre les référents publicitaires touristiques et la sexualité, ce qui refléterait le plus souvent une idéologie patriarcale centrée sur les normes hétérosexuelles2. Sans être toujours une motivation explicite au voyage, les aventures sexuelles n’en constituent pas moins l’un des éléments, qui peut être amplifié par le contexte du séjour dans un pays étranger, sinon étrange.

  • 3  C. Ryan et A. Martin, « Tourist and Strippers : Liminal Theater », Annals of Tourism Research, vol (...)
  • 4  P. Black, « Sex and Travel : Making the Links », dans S. Clift et S. Carter (dir.), Tourism and Se (...)
  • 5  J. R. Eiser et N. Ford, « Sexual Relationship on Holidays : A Case of Situational Desinhibition », (...)
  • 6  C. M. Hall, « Sex Tourism in South-East Asia », dans D. Harrison (dir.), Tourism and the Less Deve (...)

3Extraits pour un temps variable de leur matrice socioculturelle habituelle, délivrés des contraintes quotidiennes et des pesanteurs sociales, les touristes se retrouvent dans un espace-temps nouveau, marginal ou liminal3 où de nouvelles règles de comportement sont permises tant sur le plan vestimentaire que social et sexuel, accentuant le caractère ludique du séjour4. Les rituels de séduction obéiraient à des normes assouplies, notamment par l’ingestion des boissons alcoolisées, qui favoriseraient des conduites à caractère transgressif y compris dans le champ sexuel5. À côté des rencontres romantiques ou érotiques impromptu entre touristes ou avec des autochtones, on retrouve aussi des voyageurs dont les objectifs avoués sont d’ordre sexuel. On parlera alors d’un tourisme sexuel « où l’objectif essentiel de la motivation est de consommer des relations sexuelles commerciales6 ».

  • 7  J. S. Taylor, « Tourism and Embodied Commodities : Sex Tourism in the Carribean », dans S. Clift e (...)
  • 8  M. Oppermann, « Sex Tourism », Annals of Tourism Research, vol. 26, 1999, p. 251-266 ; S. Forsythe (...)
  • 9  J. O’Connell Davidson, « The Sex Tourist, the Expatriate His Ex-Wife and Her “Other” : The Politic (...)

4Ce type de tourisme recruterait en majorité les hommes, mais les femmes y participeraient également, et il ne semble pas qu’il y ait de différence entre les deux groupes quant aux attitudes, aux motivations et aux justifications7. Le profil de ces touristes présente des variations importantes sur le plan sociodémographique (nationalité, âge, etc.) et sexuel (orientation sexuelle et pratiques sexuelles recherchées), tout comme sur celui des significations qu’ils accordent à leurs conduites. On peut les classer en deux grandes catégories : d’une part, les touristes sexuels occasionnels, hommes ou femmes, qui s’engagent dans des activités sexuelles à la suite de rencontres fortuites8, et, d’autre part, les touristes sexuels assidus (hardcore), une minorité surtout composée d’hommes pour qui les rencontres sexuelles, dont certaines sont souvent interdites dans leur pays d’origine (relations à plusieurs, partenaires mineurs, pédophilie, etc.), constituent l’objectif explicite du voyage. Ces touristes peuvent aller jusqu’à s’installer pour un certain temps dans le pays de destination, comme c’est le cas en République dominicaine9 où, organisés en communautés, ils s’appuient sur des valeurs « suprématistes » – supériorité de l’homme occidental, subordination des femmes et rejet des normes et des lois touchant la sexualité.

Les destinations touristiques

  • 10  L. Manderson, « Public Sex Performances in Patpong and Explorations of the Edges of Imagination », (...)
  • 11  Organisation mondiale du tourisme, L’étendue de l’exploitation sexuelle des enfants dans le touris (...)
  • 12  J. Hoose, S. Clift et S. Carter, « Combating Tourist Sexual Exploitation of Children », dans S. Cl (...)
  • 13  L.-R. Frigault, « Tourisme sexuel et virtualité », Téoros, vol. 22, 2003, p. 10-14.

5Nombreuses sont les destinations sexuelles, mais plusieurs pays sont reconnus pour leurs possibilités dans ce domaine, certains même constituant de véritables « pornocraties »10. La prostitution est ainsi très élevée dans la zone asiatique (Thaïlande, Philippines, Indonésie, Malaisie) où elle contribue de façon significative au produit intérieur brut (entre 2 % et 14 %). L’Amérique latine (Brésil, Colombie, Costa Rica) et les Caraïbes (Cuba, République dominicaine) sont aussi des zones de haute densité prostitutionnelle. En Afrique, la zone maghrébine, la Zambie, le Kenya et Madagascar sont des pays où l’on assiste à une nette progression de la prostitution. L’exploitation sexuelle des enfants constitue par ailleurs un problème inquiétant. Sans qu’il soit possible de mesurer précisément l’ampleur du phénomène11, on avance que le tourisme sexuel orienté vers les enfants est en augmentation significative12. Le choix des destinations ainsi que des lieux de rencontre est aussi favorisé par l’extension de l’usage d’internet, ce réseau décentralisé d’ordinateurs qui met à la disposition des internautes des outils de recherche et de communication qui répondent à des besoins variés, incluant le domaine sexuel. À cet égard, une analyse des usages d’internet à des fins de tourisme sexuel indique que, complémentairement aux guides touristiques classiques, plusieurs sites Web offrent des informations sexuelles spécialisées et constamment mises à jour13. De plus, la multiplication des forums de discussion, les témoignages des voyageurs et les conseils permettent aux usagers d’obtenir des données précises sur les lieux, les activités, les coûts et les risques dans le domaine sexuel. La facilité avec laquelle il est aujourd’hui possible de créer un site et la puissance des outils de recherche permettent par ailleurs de cibler précisément une demande, d’où la multiplication rapide de portails axés sur le tourisme sexuel et une segmentation poussée des thèmes qui y sont associés. La planification des voyages en est donc facilitée, et on peut accéder à des sites commerciaux qui vantent des destinations érotiques explicites, par exemple la Thaïlande, présentée comme un Disneyland pour adultes. Ces sites iront jusqu’à proposer les services de guides qui aideront les voyageurs à maximiser les plaisirs du séjour et à découvrir les lieux de consommation sexuelle les plus croustillants, tout en fournissant des renseignements sur les mœurs sexuelles locales. Des sites pour « célibataires sexuellement curieux », hommes et femmes, sont aussi accessibles et les communautés virtuelles organisées autour d’intérêts communs s’échangent des conseils, des commentaires ou des questions sur les avantages et les périls sexuels propres à chaque pays, tout en occultant le plus souvent les conditions d’exploitation des personnes locales impliquées dans l’industrie du sexe. Il faut noter par ailleurs que plusieurs sites visent la dénonciation de ce type de tourisme, particulièrement l’exploitation des enfants. Le cyberespace constitue donc de ce point de vue un élément essentiel, déterritorialisé, dans la construction contemporaine de l’espace touristique sexuel auquel il contribue tant sur le plan imaginaire que concret.

La prostitution et ses formes touristiques

  • 14  L. L. Lim, « Whither the Sex Sector ? Some Policy Considerations », dans L. L. Lim (dir.), The Sex (...)

6Les revenus issus du tourisme en général et du tourisme sexuel en particulier contribuent de façon substantielle au produit intérieur brut de plusieurs pays. Il y constitue un secteur occupationnel important à temps plein ou à temps partiel et rendu vital à cause des conditions économiques et sociales liées au sous-développement et aux rapports inégalitaires Nord-Sud, qui génèrent un taux de chômage élevé, des mouvements migratoires importants vers les villes qui participent à l’accroissement des conditions de pauvreté, de marginalité et d’exclusion. Par ailleurs, la progression de la prostitution peut être aussi amplifiée par les valeurs de consommation et les aspirations matérielles qui nécessitent des ressources financières difficiles à se procurer autrement : « Bien que la surreprésentation des personnes non éduquées ou faiblement éduquées parmi les travailleuses du sexe soit une tendance universelle, un niveau plus élevé d’éducation ne garantit pas qu’elles n’entreront pas dans ce secteur d’activité […]. Si les conditions générales de pauvreté [de certaines sociétés] peuvent certes décliner avec le temps, l’attrait de cette prospérité économique peut aussi entraîner les femmes dans des réseaux qui facilitent le commerce sexuel14 ». Le tourisme et les activités qui l’accompagnent constituent ainsi un secteur non négligeable de revenus directs ou d’appoint que les réseaux de prostitution associés aux milieux criminels n’hésitent pas à détourner à leur profit, les lois locales étant souvent insuffisantes et la corruption rampante.

  • 15  J. J. Lévy et E. Lacombe, « Le tourisme sexuel. Ses plaisirs et ses dangers », Téoros, vol. 22, 20 (...)
  • 16  E. Cohen, « Thai Girls and Farang Men : The Edge of Ambiguity », Annals of Tourism Research, vol.  (...)

7La prostitution, comme le montrent de nombreuses études15, se présente sous des formes variées à la fois sur le plan économique et socioculturel, en particulier dans les zones à haute densité touristique. Les modes de recrutement, la catégorisation des prostitués, le type d’échange économique, de même que les contextes politiques et juridiques dans lesquels la prostitution se développe présentent des écarts considérables qui rendent difficile toute tentative de généralisation. On peut cependant dégager ici, à titre indicatif, quelques aspects. La prostitution féminine peut ainsi être accessoire (comme c’est le cas parmi les étudiantes de Cuba ou de Thaïlande) ou constituer une activité à temps plein ; donner lieu à des échanges en argent ou en biens matériels ; être clandestine (par exemple à Cuba) ou publique (comme en Thaïlande) ; disposer d’espaces urbains ou balnéaires reconnus (Patpong à Bangkok, ou Phuket, Chengmai et Pattaya) ; être sous la coupe de proxénètes ou indépendante. Elle varie dans les tarifs, les activités et le temps (call-girls ou « nolisées ») et s’accompagne ou non d’échanges affectifs16.

  • 17  D. Pruitt et S. Lafont, « For Love and Money : Romance Tourism in Jamaïca », Annals of Tourism Res (...)

8La prostitution masculine inclut aussi des modalités variables selon qu’elle s’adresse à d’autres hommes ou à des femmes, qu’elle engage des enfants ou des adultes. Le phénomène des play boys professionnels ou des beach boys présent dans les Antilles, en Afrique ou en Asie a été étudié de façon détaillée, et met en relief la diversité des stratégies de séduction, des critères de sélection des partenaires, des variations de statut, des formes d’échanges sexuels, affectifs et économiques qui les accompagnent17. Bien que l’accès à la prostitution ne leur soit pas limité, les touristes sexuels constituent néanmoins un pourcentage significatif des clients et ils contribuent à la transformation des valeurs et des normes locales.

Les services sexuels et leurs risques

  • 18  C. Ryan et A. Martin, art. cité, p. 155.
  • 19  L. Manderson, « Public Sex Performances in Patpong and Explorations of the Edges of Imagination », (...)
  • 20  Les données épidémiologiques indiquent des corrélations significatives entre ces cas et l’importan (...)
  • 21  N. Ford, A Comparative of the Social-sexual Lifestyles amongst Travellers : a Study of Genitourina (...)
  • 22  K. Ford, D.N. Wirawan, P. Fajans et L. Thorpe, « AIDS Knowledge, Risk Behaviors, and Factors Relat (...)
  • 23  S. Vorakitphokatorn, « Sexual Behavior of Young Japanese Women Tourists in Southern Thailand and R (...)
  • 24  S. Forsythe, J. Hasbun et M. Butler De Lister, art. cité.

9Les touristes sexuels peuvent ainsi accéder à un registre complexe de services sexuels qui incluent des formes de voyeurisme et d’exhibitionnisme : spectacles de striptease, une activité « mimant le désir mais sans sa satisfaction finale18 », ou de danseuses nues mettant en scène des conduites homosexuelles ou hétérosexuelles soit en solo, soit en groupes, qui alimentent les fantasmes érotiques ou servent d’expression satirique, comme c’est le cas en Thaïlande19. Les salons de massage et les saunas offrent d’autres possibilités, mais il est aussi possible d’établir des relations à contenu romantique ou sexuel, qu’elles soient ponctuelles ou plus durables. Les rencontres sexuelles ne sont pas sans faire courir des risques sanitaires à la fois aux touristes et à leurs partenaires, comme le montre la progression des cas d’infections transmises sexuellement et de VIH-SIDA20. Les enquêtes auprès des touristes de plusieurs pays (Angleterre, Corée du Sud, Japon, Allemagne, Hong Kong) indiquent que les stratégies de prévention sont encore problématiques21. Les touristes peuvent ainsi avoir plusieurs partenaires, avoir une consommation élevée d’alcool qui peut contribuer à réduire les facultés critiques, alors que l’usage du préservatif n’est pas généralisé et qu’il fluctue selon les destinations. Même lorsqu’ils sont au courant de la situation épidémiologique liée au VIH-SIDA, ils continuent néanmoins à ne pas se protéger systématiquement. Ces risques se retrouvent aussi dans les rapports homosexuels, comme c’est le cas à Bali22 et parmi les touristes de sexe féminin chez qui le préservatif reste encore sous-employé comme l’illustre une étude menée parmi des jeunes femmes japonaises visitant la Thaïlande23. Du côté des prostituées, la situation n’est pas plus reluisante et même si, dans certains cas, elles ont recours au préservatif dans leurs relations avec des touristes, il reste sous-employé dans les relations avec leurs partenaires locaux, comme c’est le cas en République dominicaine24.

10Ce portrait rapide des conditions de santé sexuelle indique la présence de carences dans le champ de la prévention qui se heurte, entre autres, aux résistances issues des valeurs culturelles et des intérêts économiques en jeu, associés à la prostitution.

Les risques de la prostitution

  • 25  J. J. Lévy, S. Laporte et M. El Feki, art. cité.
  • 26  M. Farley, I. Baral, M. Kiremire et U. Sezin, « Prostitution in Five Countries : Violence and Post (...)

11Outre les enjeux liés à la santé sexuelle dont nous venons de parler, il y a les répercussions sévères qui accompagnent l’implication dans des activités de prostitution, associées en particulier au tourisme. Dans les sociétés où les normes sexuelles obéissent à des codes rigides dérivant souvent d’injonctions religieuses et de valeurs attachées à l’honneur familial, l’implication dans des activités de prostitution peut entraîner, en cas de dévoilement, l’exclusion du réseau familial et des difficultés dans l’établissement de liens conjugaux. Dans ces conditions, les prostitués des deux sexes sont le plus souvent marginalisés et ils peuvent éprouver des sentiments de honte et d’aliénation personnelle et sociale25. L’implication dans des activités sexuelles considérées comme dégradantes, en particulier lorsqu’elles s’inscrivent dans un contexte de violence, contribue aussi à réduire l’estime de soi et augmenter la vulnérabilité. Les conditions d’exploitation, souvent analogues à des formes d’esclavage, contribuent à une forte précarité sociale et psychologique, d’où la présence de troubles de santé mentale aigus, l’emploi de drogues et d’alcool, associés à des symptômes de stress post-traumatique particulièrement sévères26 et menant souvent au suicide ; sur le plan physique, les maladies gynécologiques, la tuberculose et l’hépatite C sont fréquentes.

Le tourisme sexuel : enjeux éthiques

12On peut dégager, à partir de ce tour d’horizon, trois grands ensembles d’enjeux éthiques rattachés au tourisme sexuel. Le premier porte sur l’exploitation sexuelle des enfants dans le contexte du tourisme, le second sur la question de la prostitution et le troisième sur les risques en matière de santé sexuelle.

Tourisme, exploitation sexuelle des enfants et enjeux éthiques et juridiques

  • 27  E. G. Mountis, « Cultural Relativity and Universalism : Reevaluating Gender Rights in a Multicultu (...)

13Le tourisme sexuel pose en premier lieu la question de l’intervention dans ce domaine. Même s’il constitue un problème d’envergure internationale, plusieurs gouvernements se refusent à en discuter publiquement, ce qui serait, à leurs yeux, une forme d’ingérence dans les affaires internes d’un État et donc la remise en question de son indépendance et de sa culture. Les normes en matière de sexualité variant avec les contextes culturels, s’opposent ici les tenants du relativisme culturel et les défenseurs des droits de la personne reconnus par les instances internationales, ce qui est un grand débat dans le champ de l’éthique et du droit. Les premiers considèrent qu’une pratique culturelle particulière ne peut être évaluée à l’aune de droits humains considérés comme universels – chacun définissant de son point de vue les droits humains – mais seulement à partir des normes internes au groupe culturel considéré, d’où la difficulté d’établir des droits de protection reconnus par tous27. Or, cela empêcherait les femmes, en particulier, d’atteindre la plénitude de leurs droits, étant donné que, dans de nombreux pays, les idéologies et les pratiques s’inscrivent dans un contexte patriarcal qui détermine les normes de conduites sexuelles et les modalités de leur contrôle. Cela vaut également pour les enfants et leur protection familiale et légale, qui s’étend à la question sexuelle.

  • 28  B. Spiecker et J. Steutel, « A Moral-Philosophical Perspective on Paedophilia and Incest », Educat (...)
  • 29  S. Kershnar, « The Moral Status of Harmless Adult-child Sex », Public Affairs Quarterly, vol. 15, (...)

14Le débat éthique touchant la pédophilie, que l’on peut étendre à la prostitution enfantine, oppose ainsi arguments de type universaliste et arguments de type contextuel. Selon Spiecker et Steutel28, tout comportement qui remet en question le bien-être ou la dignité d’une personne va à l’encontre d’une règle éthique fondamentale. Dans le champ sexuel, deux principes en découlent : le premier est celui du consentement mutuel – qui se fonde sur un consentement volontaire et une information adéquate – , le second, celui de la non-exploitation, qui exige que l’interaction sexuelle ne soit pas profitable seulement à l’un des partenaires. La relation pédophilique dérogeant toujours à ces règles ne peut être acceptable moralement, quel que soit l’âge de l’enfant. Cependant, pour d’autres auteurs, comme Kershnar, d’autres principes pourraient être considérés29. Critiquant des travaux qui fondaient le rejet de la relation adulte-enfant sur deux principes : celui du préjudice (harmfulness) porté à l’enfant et celui de l’absence d’un consentement mutuel, Kershnar considère cette relation comme problématique seulement s’il y a dommage préjudiciable – qu’il resterait à démontrer empiriquement – ou absence d’acceptation de la part des parents.

  • 30  J. Roberge, « Des solutions internationales et canadiennes à la problématique du tourisme sexuel i (...)
  • 31  Ibid., p. 19.
  • 32  Ibid., p. 20.
  • 33  K. Kempadoo et R. Ghuma, « For the Children : Trends in International Policies and Law on Sex Tour (...)

15Malgré ces débats éthiques, les formes d’exploitation sexuelle des enfants, dans un contexte touristique ou non, ont été rejetées et combattues, comme le montrent les prises de position des organismes transnationaux et nationaux. Les instances internationales, soutenues par les ONG, ont ainsi mis en place un cadre juridique général qui protège les enfants contre le tourisme sexuel. Ce cadre s’appuie sur la Convention relative aux droits de l’enfant par l’ONU en 1989 et sur le Protocole facultatif concernant la vente d’enfants, la prostitution des enfants et la pornographie mettant en scène les enfants adopté en 2000. Selon Roberge, la Convention a constitué un progrès significatif dans la protection des enfants en précisant les éléments d’ordre sexuel (protection contre les formes d’exploitation et de violence sexuelles, empêchement de l’incitation ou de la coercition à se livrer à des activités sexuelles illégales, à la prostitution ou à la pornographie), et le Protocole précise les pratiques sexuelles à prescrire et inscrire dans le code pénal30. Le Canada, en 1997, a ainsi voté une loi qui édicte que « tout ressortissant canadien qui commet à l’étranger un acte qui, s’il était commis au Canada, constituerait l’une des quelconques infractions sexuelles impliquant un enfant, peut être accusé et reconnu coupable par un tribunal canadien31 ». Cette loi se heurte cependant à des questions juridiques complexes liées à l’acceptation des éléments de preuve obtenus hors Canada et au coût économique rattaché à « l’adoption de mesures pénales à portée extraterritoriale32 ». Il reste cependant à voir si ces différentes stratégies pourront combattre efficacement l’exploitation sexuelle des enfants qui demeure un problème encore mal cerné33, malgré les efforts entrepris par les ONG internationales.

Tourisme, prostitution : enjeux éthiques et juridiques

  • 34  J. O’Connell Davidson, « The Rights and Wrongs of Prostitution », Hypatia, vol. 17, 2002, p. 84-98
  • 35  C. Ryan et C. M. Hall, Sex Tourism : Marginal People and Liminalities, Londres, Routledge, 2001, p (...)

16S’il existe un consensus relatif sur la lutte contre l’exploitation sexuelle des enfants en général et dans le cadre du tourisme en particulier, la question de la prostitution suscite, quant à elle, des débats contradictoires. Les prohibitionnistes se heurtent aux réformistes qui luttent pour faire reconnaître la prostitution comme une profession et améliorer les conditions sociales et légales entourant ce type d’activité34. Aux yeux des prohibitionnistes, qui se sont engagés à éradiquer la prostitution, incluant celle liée au tourisme sexuel, cette occupation constitue une atteinte fondamentale et intolérable aux droits de la personne, remettant en question la dignité des femmes qui y sont impliquées. Les conditions d’exploitation de ces dernières et les conséquences psychosociales liées au système prostitutionnel, qui s’inscrit lui-même dans un ordre patriarcal fondé sur la subordination des femmes, exigent donc le démantèlement de cette institution qui ne peut se réclamer de critères fondés sur un choix ou une implication volontaire. Comme le notent Ryan et Hall, le tourisme sexuel et la prostitution forment, malgré leurs variations, une relation symbiotique fondée sur des formes de brutalité et des hiérarchies « cruelles »35. Les femmes impliquées dans la prostitution sont, dans la majorité des cas, forcées à cette activité et restent culturellement et socialement stigmatisées. Il faut donc adopter des politiques, entreprendre des actions et voter des lois pour sanctionner, non les prostituées elles-mêmes, mais leurs proxénètes en les pénalisant durement. Cette perspective prohibitionniste reprend et élargit celle de la Convention de l’ONU sur la répression et l’abolition de la traite des êtres humains et de l’exploitation de la prostitution d’autrui, dont le préambule affirme que « la prostitution et le mal qui l’accompagne, à savoir la traite des êtres humains en vue de la prostitution, sont incompatibles avec la dignité et la valeur de la personne humaine et mettent en danger le bien-être de l’individu, de la famille et de la communauté ». À partir de cette prémisse, toutes les formes d’incitation à la prostitution sont sujettes à punition.

  • 36  L. Toupin, La question du « trafic des femmes », Points de repères dans la documentation des coali (...)
  • 37  J. O’Connell Davidson, « The Rights and Wrongs of Prostitution », art. cité, p. 90.

17Cette perspective est remise en question par les réformistes qui considèrent qu’elle ne tient pas assez compte des réalités complexes de la prostitution, qui doit être considérée comme un travail ou un service, renvoyant de ce fait au « droit humain de toute femme de maîtriser sa propre vie et son corps, incluant le droit de toute prostituée adulte de poser des choix personnels concernant sa vie et son corps36 ». D’autres insistent par ailleurs sur l’importance de reconnaître la valeur sociale du travail du sexe et la contribution bénéfique de ces travailleuses sur le bien-être des clients, une contribution qui serait analogue à celles des médecins ou des psychothérapeutes, comme le souligne O’Connell Davidson : « Là où les féministes radicales pensent que la prostitution est fondamentalement mauvaise puisqu’elle transforme en objet ce qui est constitutif de la personne, les féministes qui considèrent la prostitution comme du travail sexuel pensent qu’elle est fondamentalement acceptable dans la mesure où elle procure aux clients l’accès à quelque chose dont ils ont besoin pour combler leurs besoins humains et exprimer leur véritable nature37. » Cependant, O’Connell Davidson rejette l’argument de la valeur sociale du travail des prostituées comme fondement de la reconnaissance de leurs droits qui doit être simplement basée sur leur condition d’êtres humains.

  • 38  L. L. Lim, art. cité.

18En dépit de ces critiques, la notion de travail sexuel semble gagner du terrain comme mode de régulation sociale pour les pays en voie de développement, comme le suggère Lim38, qui préconise de définir des politiques d’intervention en les adaptant à l’hétérogénéité socioéconomique du travail sexuel et en tenant compte en particulier des critères de volontariat ou de coercition impliqués. Ainsi, chez les adultes pour qui le travail sexuel est un choix de vie, les interventions devraient s’orienter vers l’amélioration des conditions de travail et de protection sociale visant à établir des droits égaux aux autres catégories socioprofessionnelles. Par contre, dans le cas du travail sexuel lié à la coercition ou la violence, il est nécessaire de définir des programmes visant à la réinsertion sociale des prostitués.

Tourisme, santé sexuelle : enjeux éthiques et juridiques

  • 39  J. J. Lévy, « Des jeux érotiques au temps du SIDA et de leurs enjeux éthiques », dans D. Jeffrey e (...)
  • 40  W. P. Zion, « AIDS, Ethics and Religion », dans C. Overall et W. P. Zion (dir.), Perspectives on A (...)
  • 41  Voir C. Chalier et M. Abensour, Cahiers de l’Herne : Emmanuel Levinas, Paris, L’Herne, 1991 ; et H (...)
  • 42  Voir M. Luongo, « The Use of Commercial Sex Venues and Male Escorts », et S. Clift et S. Forrest, (...)

19La question de la prévention des infections transmises sexuellement et du VIH-SIDA constitue un troisième axe dont se dégagent des enjeux éthiques affectant la sphère du tourisme sexuel. Dans ce domaine, les perspectives éthiques insistent sur la centralité de la prévention39 qui apparaît comme répondant au principe de base qui est de ne pas nuire à autrui, ce que Zion définissait ainsi : « Traduire le principe de “ne pas nuire” en une obligation d’adopter des comportements sexuels sécuritaires est fondamental dans une éthique de la sexualité. Aucun acte sexuel ne peut être moralement acceptable s’il présente la possibilité d’une infection par le VIH40. » Cette perspective rejoint les thèses des philosophes contemporains comme Levinas ou Jonas qui, dans leurs œuvres, insistent sur la responsabilité vis-à-vis de l’autre et de sa santé41. La question de la prévention des infections transmises sexuellement et du VIH-SIDA dans le tourisme n’a pas fait l’objet d’une mention claire dans le code mondial d’éthique du tourisme. Dans son article 1 portant sur la contribution du tourisme à la compréhension du respect mutuel entre hommes et sociétés, ce code précise, à l’alinéa 6, que « les touristes et visiteurs ont la responsabilité de chercher à s’informer, avant même leur départ, sur les caractéristiques des pays qu’ils s’apprêtent à visiter et ils doivent avoir conscience des risques en matière de santé et de sécurité inhérents à tout déplacement hors de leur environnement habituel, et de se comporter de manière à minimiser ces risques ». Cette mention place les touristes devant leurs responsabilités dans le domaine de la santé, mais elle ne s’adresse pas directement à la question des infections transmises sexuellement ou du VIH-SIDA qui se heurte encore à des résistances dans les campagnes publicitaires et les programmes visant directement les touristes, comme le démontrent les interventions menées aux États-Unis ou en Angleterre parmi les touristes gays42. Néanmoins, les pays concernés par le tourisme sexuel commencent à être préoccupés par la progression du VIH-SIDA et des infections transmises sexuellement et sont enclins à développer des programmes auprès des personnes impliquées dans des activités sexuelles pour assurer une meilleure prévention dont les effets restent cependant à évaluer.

  • 43  B. Mullings, « Globalization, Tourism, and the International Sex Trade », dans K. Kempadoo (dir.), (...)

20Le tourisme sexuel dans ses différentes facettes, d’une grande complexité, soulève des questions à la jonction des considérations économiques, sociales, éthiques, politiques et juridiques que la mondialisation des échanges amplifiera dans les années à venir. Les inégalités des rapports Nord-Sud, les stratégies touristiques actuelles qui ne permettent pas aux communautés locales de profiter d’une partie de ses retombées économiques nécessitent de repenser le tourisme en général et la place du tourisme sexuel en particulier. Faut-il, comme le suggèrent certains, le reconnaître comme un secteur économique à part entière, ce qui permettrait de mieux réguler le travail du sexe et lui donner un statut plus légitime et plus constructif, comme le suggère, par exemple, Mullings43, ou travailler à son éradication – et par quels moyens – étant donné les préjudices sérieux qu’il entraîne et les problèmes économiques qui risquent de s’ensuivre ? Comment concilier par ailleurs les aspects préventifs, qui exigent un autocontrôle soutenu, et les exigences ludiques du séjour touristique ? Comment concilier le respect de la nature intime des relations sexuelles et les préoccupations de santé publique liées à la réduction des infections transmises sexuellement et du VIH-SIDA dont les répercussions sur les individus, mais aussi sur les systèmes sociaux et de santé, sont très lourdes pour des pays dont les ressources dans ces domaines sont très limitées ? Ces contraintes soulèvent des enjeux éthiques qui se situent à la fois dans la sphère privée et publique. Dans ce domaine, les défis sont de taille et nécessitent une perspective locale mais aussi globale et une coopération internationale qui est loin d’être acquise, compte tenu des intérêts économiques et des visions du monde culturelles et morales dont le moins qu’on puisse dire est qu’ils sont contradictoires.

Haut de page

Notes

1  Code mondial d’éthique du tourisme (1999). Disponible en ligne : www.world-tourism.org/francais/frameset/frame_project_ethics.html, consulté le 11 septembre 2003.

2  V. Kinnard et C. M. Hall, Tourism : A Gender Analysis, New York, Wiley, 1994 ; A. Pritchard et N. Morgan, « Privileging the Male Gaze Gendered Tourism Landscapes ? », Annals of Tourism Research, vol. 27, 2000, p. 884-905.

3  C. Ryan et A. Martin, « Tourist and Strippers : Liminal Theater », Annals of Tourism Research, vol. 28, 2001, p. 140-163.

4  P. Black, « Sex and Travel : Making the Links », dans S. Clift et S. Carter (dir.), Tourism and Sex, Londres, Pinter, 2000, p. 250-264 ; E. Cohen et E. Taylor,« Environmental Orientations : A Multi-dimensionnal Approach to Social Ecology », Current Anthropology, vol. 17, 1976, p. 49-70 ; C. Ryan, Recreational Tourism : A Social Science Perspective, Londres, Routledge, 1991.

5  J. R. Eiser et N. Ford, « Sexual Relationship on Holidays : A Case of Situational Desinhibition », Journal of Social and Personal Relationships, vol. 12, 1995, p. 323-329.

6  C. M. Hall, « Sex Tourism in South-East Asia », dans D. Harrison (dir.), Tourism and the Less Developed Countries, Londres, Belhaven Press, 1992, p. 64.

7  J. S. Taylor, « Tourism and Embodied Commodities : Sex Tourism in the Carribean », dans S. Clift et S. Carter (dir.), Tourism and Sex, Londres, Pinter, 2000, p. 41-53.

8  M. Oppermann, « Sex Tourism », Annals of Tourism Research, vol. 26, 1999, p. 251-266 ; S. Forsythe, J. Hasbun et M. Butler De Lister, « Protecting Paradise : Tourism and AIDS in the Dominican Republic », Health Policy and Planning, vol. 13, 1998, p. 277-286 ; S. Clift et S. Forrest, « Gay Men and Tourism : Destinations and Holiday Motivations », Tourism Management, vol. 20, 1999, p. 615-625.

9  J. O’Connell Davidson, « The Sex Tourist, the Expatriate His Ex-Wife and Her “Other” : The Politics of Loss, Difference and Desire », Sexualities, vol. 4, 2001, p. 5-24.

10  L. Manderson, « Public Sex Performances in Patpong and Explorations of the Edges of Imagination », Journal of Sex Research, vol. 29, 1992, p. 451-475.

11  Organisation mondiale du tourisme, L’étendue de l’exploitation sexuelle des enfants dans le tourisme, 2002.

12  J. Hoose, S. Clift et S. Carter, « Combating Tourist Sexual Exploitation of Children », dans S. Clift et S. Carter (dir.), op. cit., p. 74-90.

13  L.-R. Frigault, « Tourisme sexuel et virtualité », Téoros, vol. 22, 2003, p. 10-14.

14  L. L. Lim, « Whither the Sex Sector ? Some Policy Considerations », dans L. L. Lim (dir.), The Sex Sector, Genève, International Labor Office, 1998, p. 208.

15  J. J. Lévy et E. Lacombe, « Le tourisme sexuel. Ses plaisirs et ses dangers », Téoros, vol. 22, 2003, p. 4-9.

16  E. Cohen, « Thai Girls and Farang Men : The Edge of Ambiguity », Annals of Tourism Research, vol. 9, 1982, p. 403-428.

17  D. Pruitt et S. Lafont, « For Love and Money : Romance Tourism in Jamaïca », Annals of Tourism Research, vol. 22, 1995, p. 422-440 ; S. Forsythe et al., art. cité ; H. Dahles et K. Bras, « Entrepreneurs in Romance : Tourism in Indonesia », Annals of Tourism Research, vol. 26, 1999, p. 267-293 ; E. Herold, R. Garcia et T. DeMoya, « Female Tourists and Beach Boys : Romance or Sex Tourism », Annals of Tourism Research, vol. 28, 2001, p. 978-997 ; J. J. Lévy, S. Laporte et M. El Feki, « Tourisme et sexualité en Tunisie », Anthropologie et sociétés, vol. 25, 2001, p. 61-68.

18  C. Ryan et A. Martin, art. cité, p. 155.

19  L. Manderson, « Public Sex Performances in Patpong and Explorations of the Edges of Imagination », Journal of Sex Research, vol. 29, 1992, p. 451-475.

20  Les données épidémiologiques indiquent des corrélations significatives entre ces cas et l’importance des mouvements touristiques. Voir J. J. Lévy et E. Lacombe, art. cité ; R. Rodriguez-Garcia, « The Health-Development Link : Travel as a Public Health Issue », Journal of Comunnity Health, vol. 26, 2001, p. 93-112 ; P. Nossa, P. Malta, M. Cruz et J. Correia, « AIDS and Tourism in a Sun, Sand and Sea Tourist Destination : The Portuguese Case », International Conference on AIDS, vol. 10, 7-12 août 1994, p. 443.

21  N. Ford, A Comparative of the Social-sexual Lifestyles amongst Travellers : a Study of Genitourinary Medicine Clinic with other Young Residents in Devon and Cornwall, Exeter, University of Exeter, 1990 ; N. Ford, Sex on Holiday : The HIV-related Sexual Interaction of Young Tourists Visiting Torbay, University of Exeter, Exeter, 1991 ; N. Ford et M. Inman, « Safer Sex in Tourist Resorts », World Health Forum, vol. 13, 1992, p. 77-80 ; D. Daniels, P. Kell, M. Nelson et S. Barton, « Sexual Behavior among Travellers : A Study of Genitourinary Medicine Clinic Attenders », International Journal of STD & AIDS, vol. 3, 1992, p. 437-438 ; K. H. Choi, J. Catania, T. J. Coates et N. Hearst, « International Travel and aids Risk in South Korea », International Conference on AIDS, vol. 8, 1992 ; S. Vorakitphokatorn et R. Cash, « Factors that Determine Condom Use among Traditionally High Users Japanese Men and Commercial Sex Workers in Bangkok, Thailand », International Conference on AIDS, vol. 8, 1992 ; R. A. Cash, « Heterosexual Behavior Related to the Risk of HIV Infection among Japanese Men in Bangkok, Thailand », International Conference on AIDS, vol. 10, 1994, p. 440 ; D. Kleiber, D. et M. Wilke, « Sexual Behaviour of German (sex) Tourists », International Conference on AIDS, vol. 10, 1995 ; A. S. Abdullah, A.J. Hedley et R. Fielding, « The Sexual Behaviour of Tourists in Hong Kong : A Pilot Study », International Conference on AIDS, 1996, p. 173.

22  K. Ford, D.N. Wirawan, P. Fajans et L. Thorpe, « AIDS Knowledge, Risk Behaviors, and Factors Related to Condom Use among Male Commercial Sex Workers and Male Tourist Clients in Bali, Indonesia », AIDS, vol. 9, 1995, p. 751-759.

23  S. Vorakitphokatorn, « Sexual Behavior of Young Japanese Women Tourists in Southern Thailand and Risk for HIV Infection », International Conference on AIDS, vol. 10, 1994, p. 23, résumé no 066D.

24  S. Forsythe, J. Hasbun et M. Butler De Lister, art. cité.

25  J. J. Lévy, S. Laporte et M. El Feki, art. cité.

26  M. Farley, I. Baral, M. Kiremire et U. Sezin, « Prostitution in Five Countries : Violence and Post-traumatic Stress Disorder », Feminism and Psychology, vol. 8, 1998, p. 405-426.

27  E. G. Mountis, « Cultural Relativity and Universalism : Reevaluating Gender Rights in a Multicultural Context », Dickinson Journal of International Law, vol. 15, 1996, p. 1-30.

28  B. Spiecker et J. Steutel, « A Moral-Philosophical Perspective on Paedophilia and Incest », Educational Philosophy and Theory, vol. 32, 2000, p. 283-291.

29  S. Kershnar, « The Moral Status of Harmless Adult-child Sex », Public Affairs Quarterly, vol. 15, p. 111-132.

30  J. Roberge, « Des solutions internationales et canadiennes à la problématique du tourisme sexuel impliquant des enfants », Téoros, vol. 22, 2003, p. 15-21.

31  Ibid., p. 19.

32  Ibid., p. 20.

33  K. Kempadoo et R. Ghuma, « For the Children : Trends in International Policies and Law on Sex Tourism », dans K. Kempadoo (dir.), Sun, Sex, and Gold, Lanham, Rowman & Littlefield, 1999, p. 291-308.

34  J. O’Connell Davidson, « The Rights and Wrongs of Prostitution », Hypatia, vol. 17, 2002, p. 84-98.

35  C. Ryan et C. M. Hall, Sex Tourism : Marginal People and Liminalities, Londres, Routledge, 2001, p. 23.

36  L. Toupin, La question du « trafic des femmes », Points de repères dans la documentation des coalitions féministes internationales anti-trafic, document de travail, Montréal, Stella, 2002.

37  J. O’Connell Davidson, « The Rights and Wrongs of Prostitution », art. cité, p. 90.

38  L. L. Lim, art. cité.

39  J. J. Lévy, « Des jeux érotiques au temps du SIDA et de leurs enjeux éthiques », dans D. Jeffrey et R. Bélanger (dir.), Cahiers de recherches éthiques, vol. 19, « Le jeu et ses enjeux éthiques », 1996, p. 225-236.

40  W. P. Zion, « AIDS, Ethics and Religion », dans C. Overall et W. P. Zion (dir.), Perspectives on AIDS, Ethical and Social Issues, Oxford, Oxford University Press, 1991, p. 49.

41  Voir C. Chalier et M. Abensour, Cahiers de l’Herne : Emmanuel Levinas, Paris, L’Herne, 1991 ; et H. Jonas, Le principe responsabilité, Paris, Cerf, 1990.

42  Voir M. Luongo, « The Use of Commercial Sex Venues and Male Escorts », et S. Clift et S. Forrest, « Tourism and the Sexual Ecology of Gay Men », dans S. Clift et S. Carter (dir.), op. cit., p. 109-130 et 179-199.

43  B. Mullings, « Globalization, Tourism, and the International Sex Trade », dans K. Kempadoo (dir.), op. cit., p. 55-80.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joseph J. Lévy et Louis-Robert Frigault , « Le tourisme sexuel : enjeux éthiques », Éthique publique [En ligne], vol. 5, n° 2 | 2003, mis en ligne le 10 janvier 2016, consulté le 24 avril 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/2085 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.2085

Haut de page

Auteurs

Joseph J. Lévy

Joseph J. Lévy est anthropologue et professeur au département de sexologie de l’université du Québec à Montréal.

Articles du même auteur

Louis-Robert Frigault

Louis-Robert Frigault est doctorant en anthropologie à l’université de Montréal.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org