Navigation – Plan du site
Sexe

Prostitution et choix de société : un débat éludé ?

Jean-Michel Chaumont

Résumés

À partir d’une comparaison entre les motivations présentées pour justifier l’intervention publique par les réglementaristes et les abolitionnistes du dix-neuvième siècle en Belgique et celles de leurs héritiers contemporains, l’auteur se propose de montrer combien la manière d’appréhender la question de la prostitution a évolué. Cette évolution permet notamment de comprendre l’impasse des débats actuels entre néo-abolitionnistes et néo-réglementaristes. Tandis que pour toutes les parties en présence au dix-neuvième siècle, la prostitution est évaluée du point de vue de ses conséquences sur l’ensemble de la société, aujourd’hui c’est exclusivement en fonction d’une amélioration de la condition des personnes prostituées que la question se pose pour les néo-réglementaristes. Cette position, qui s’inspire de façon cohérente de la conception libérale du bien commun, rend le problème de la désirabilité sociale de la prostitution sans objet alors qu’il demeure prioritaire pour les néo-abolitionnistes. On comprend mieux par conséquent pourquoi ils ne peuvent s’entendre : l’enjeu central des uns n’est même pas matière à discussion chez les autres.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Ces débats furent suscités par l’affaire dite « des petites Anglaises », le scandale causé par l’i (...)

1L’ambition bien compréhensible de cette livraison de la revue est d’éclairer les enjeux – et peut-être aussi les apories – des débats contemporains sur « la gestion de la moralité publique » dans le but de nous aider, nous citoyens, à effectuer « nos choix collectifs dans ces domaines ». En ce qui concerne la prostitution, traditionnellement au cœur de ce sujet, l’examen de la plupart des propositions récentes déposées auprès des instances législatives de la Belgique soulève cependant la question de savoir si la notion même de « choix collectif » est encore pertinente en la matière. En effet, et nous verrons que c’est en toute cohérence avec le modèle libéral du bien commun, l’éventualité d’un choix collectif y est purement et simplement éludée : la seule question, certes très importante, qui se pose est celle de l’amélioration de la condition des personnes prostituées. À cet égard, le contraste est radical si l’on compare les argumentaires contemporains aux argumentaires développés à la fin du dix-neuvième siècle1 : à l’époque, tant les réglementaristes que les abolitionnistes se soucient fort peu du sort des personnes prostituées et sont également disposés à enfreindre leurs droits afin de faire prévaloir leurs visions respectives de l’intérêt collectif. Cette comparaison me semble éclairer une évolution de notre entente de la démocratie qu’il ne m’importe pas d’évaluer mais qui permet de mieux saisir pourquoi les débats actuels entre les néo-abolitionnistes et les néo-réglementaristes piétinent même quand, comme je l’ai souvent observé, les interlocuteurs sont de bonne foi et réellement désireux de mieux se comprendre. La thèse que je voudrais illustrer et défendre est que la question prioritaire pour les néo-abolitionnistes contemporains de la désirabilité sociale de la prostitution n’a aucune pertinence dans la conception du rôle du législateur qu’endossent leurs adversaires néo-réglementaristes. En guise d’introduction à mon propos, afin de mieux faire ressortir la distance qui nous sépare d’eux, je présenterai brièvement la manière dont les acteurs du dix-neuvième siècle justifiaient l’intervention de l’autorité publique dans la gestion de ce vice par excellence qu’incarnait la prostitution.

Réglementaristes et abolitionnistes au dix-neuvième siècle

Réglementaristes

  • 2  Sur le péril syphilitique et sa dramatisation, voir A. Corbin, « Le péril vénérien au début du siè (...)
  • 3  Dr. Thiry, « De la prostitution », mémoire lu à l’Académie royale de médecine de Belgique lors de (...)

2En Belgique vers 1880, c’est le docteur Thiry qui fut le principal défenseur du réglementarisme. Celui-ci, on s’en souvient, prévoyait, en dehors de tout recours légal, l’inscription des personnes prostituées par la police des mœurs et un système d’inspection médicale contraignant. Son principal objectif résidait dans la prophylaxie des maladies vénériennes, en particulier de la syphilis, présentée comme un mal susceptible de ruiner l’avenir de la nation, voire de l’humanité entière2. Partant du postulat bien connu selon lequel la prostitution serait un mal nécessaire et impossible à éradiquer, le docteur Thiry revendique pour la société le droit de se défendre contre ses conséquences néfastes du point de vue de la santé publique : « Eh bien, s’exclame-t-il, nous le demandons à toute personne de bonne foi, qu’un vain sentimentalisme n’aveugle point : la société n’a-t-elle pas le droit de se défendre contre un si redoutable fléau, dont la cause est connue ; les autorités n’ont-elles pas le devoir de prémunir les populations contre les ravages qu’il entraîne ? Nous le disons avec M. le Dr. Cuxham-Belem de Lisbonne : contre la tyrannie de la syphilis, il n’y a à opposer que la tyrannie de l’inspection ; elle seule peut affranchir des dangers de la contagion3

  • 4  Dr. Thiry, annexe IV au mémoire cité, p. 704.

3Thiry assimile la prostitution à une industrie insalubre et dangereuse soumise, pour ces raisons mêmes, à des restrictions et des contraintes exceptionnelles. C’est tout à fait explicitement ici l’intérêt collectif qui est considéré comme devant prévaloir sur toute autre considération : « La raison de cette entrave à la liberté du commerce et de l’industrie, c’est l’intérêt des tiers, de la masse, la sécurité publique en un mot qui doit primer les intérêts particuliers ; et l’on voudrait, lorsqu’il s’agit d’ouvrir l’établissement le plus dangereux qui se puisse concevoir, au point de vue de la santé publique, que l’autorité n’intervînt pas, qu’elle restât les bras croisés et n’exerçât aucune surveillance sur ces foyers d’infection qui, bientôt, auraient empesté et gangrené la majeure partie de la population. N’est-ce pas ici le cas d’appliquer le Salus populi suprema lex4 ?»

  • 5  Dr. Jeannel, cité dans l’article anonyme « La réglementation et le referendum genevois », Bulletin (...)

4Partisan de la réglementation localement administrée de la prostitution, Thiry se refuse cependant à en légaliser l’exercice. Comme l’exprimait très clairement son confrère français le docteur Jeannel, autre partisan convaincu de la réglementation, « la logique exigerait que la tolérance reconnue inévitable fût clairement énoncée dans une loi qui eût en même temps défini les délits et les contraventions, prévu les pénalités, fixé enfin la jurisprudence et réglé l’intervention de la magistrature et de la police : mais cette loi, par cela même qu’elle eût déterminé les cas où la prostitution devait être réprimée, eût nécessairement admis que cette infamie pouvait exister sans être légalement coupable : cette loi, de quelque restriction qu’elle en eût entouré l’exercice, eût érigé en profession l’exploitation du corps contre laquelle la conscience de l’humanité se révolte et que la religion anathématise, elle eût, en un mot, créé le droit à la prostitution » et c’est précisément, concluait-il, « ce que les législateurs n’ont jamais pu envisager sans une invincible répugnance5 ». Autrement dit, en s’abstenant de reconnaître légalement la prostitution, le législateur indique néanmoins, par cette abstention même, que tout en étant tolérée, elle n’a pas vraiment droit de cité. La dénonciation de cette posture désormais jugée hypocrite constituera, nous le verrons, le point de départ des propositions de lois néo-réglementaristes.

  • 6  Dr. Thiry, « Discussion de la communication de M. Thiry », séance du 27 novembre 1886 à l’Académie (...)

5En ce qui concerne les personnes prostituées elles-mêmes, le docteur Thiry est bien conscient du fait qu’elles sont, dans son système, privées de droits constitutionnels – principalement celui de n’être pas emprisonné hors d’une décision judiciaire – mais il estime que, dans leur cas, cette atteinte à la dignité des personnes est de peu d’importance : « La liberté et surtout la dignité de la femme – parlons-en – la liberté de la femme consiste à ne pas nuire à autrui. La dignité de la femme consiste à se respecter et à se faire respecter. Est-ce que les femmes que nous visons peuvent apprécier ces choses-là ? Ah ! quelle amère plaisanterie ! Nous serions avec vous, s’il s’agissait de femmes honnêtes : c’est parce que nous respectons celles-ci que nous ne voulons pas qu’inconsciemment elles puissent être les malheureuses victimes de la dégradation et des maladies de celles qui ne le sont pas6. » On le voit, la protection des « femmes honnêtes » justifie pleinement à ses yeux les atteintes aux droits et à la dignité des filles de joie et c’est seulement de façon accessoire que ces dernières bénéficient des bienfaits supposés de l’inspection médicale obligatoire. Celle-ci a pour objectif premier de protéger la population « innocente », pas les personnes prostituées.

Abolitionnistes

  • 7  E. Hanssens et L. de Lantsheere, « La conférence du jeune Barreau et la réglementation de la prost (...)
  • 8  É. de Laveleye, cité dans l’article « L’art médical et M. É. de Laveleye », Bulletin de la Société (...)

6Distinct en cela d’autres variantes nationales, l’abolitionnisme belge naissant, regroupé autour de la Société de moralité publique, fut d’emblée prohibitionniste : son objectif ultime était l’éradication complète de la prostitution. Dans l’immédiat, c’était cependant l’intolérable collusion de l’autorité et du vice réalisée par le réglementarisme qui constituait la cible privilégiée de ses ténors. Le « vice légalisé » représentait pour eux une incitation à la débauche portant atteinte aux fondements de l’ordre social – le mariage et la famille – heurtant de plein fouet leur conception du rôle de la loi, à savoir « réaliser le bien ». Tout pénétrés de leur supériorité morale, ils estimaient que « la civilisation n’est pas représentée par les masses, mais par l’élite du pays, et le rôle de cette élite consiste précisément à civiliser les masses, en les guidant à l’aide des principes qu’elle possède, et qui sont encore étrangers au plus grand nombre7 ». La loi est un instrument de moralisation des masses et c’est pourquoi, écrivait Émile de Laveleye, le plus illustre président de la Société de moralité publique, « nous demandons de bonnes lois, pour corriger de mauvaises mœurs8 ».

  • 9  É. Mussche, allocution du président à l’Assemblée générale, Bulletin de la Société de moralité pub (...)

7Devenue au fil des années de plus en plus catholique, la Société de moralité publique n’hésitera pas à réclamer l’intervention répressive de l’État pour établir le règne de la moralité divine : « La morale n’est pas le résultat des combinaisons humaines et a une origine essentiellement religieuse. Elle vient de Dieu, et c’est ce qui lui donne un caractère immuable, obligatoire pour tous et au-dessus des sophismes et des contradictions que lui oppose sans cesse le génie du mal. L’État, dans le domaine qui lui appartient, doit faire respecter la morale : c’est la base de l’ordre. Il lui incombe de prendre toutes les dispositions nécessaires en vertu desquelles il défend et interdit certains actes aux citoyens, avec sanction d’une pénalité9

  • 10  J. Le Jeune, intervention durant le débat, Annales parlementaires, Chambre des représentants, séan (...)

8Bien qu’ayant dans sa jeunesse dénoncé l’arbitraire du système à l’égard des personnes prostituées comme l’un des arguments à l’encontre du réglementarisme, Jules Le Jeune, membre fondateur de la Société de moralité publique devenu ensuite ministre de la Justice, proposera que souteneurs et prostituées mineures soient assimilés à des vagabonds et mis à la disposition du gouvernement pour être détenus – sans avoir commis le moindre délit – pour une durée pouvant aller jusqu’à sept années « pour cause de salubrité morale10 ». Au nom de ce qu’ils estimaient être l’intérêt supérieur de la nation, les champions de la moralité publique n’avaient, on s’en rend compte, pas plus de scrupules que leurs adversaires réglementaristes à passer outre leurs droits civils élémentaires…

9Avec le recul, c’est la similitude d’approche plutôt que les divergences qui frappe dans les argumentaires : même s’ils s’opposent farouchement dans l’interprétation de l’intérêt collectif et des moyens de le servir, abolitionnistes et réglementaristes se rejoignent dans la manière d’appréhender le phénomène. Tous s’accordent en effet à considérer que ce sont ses conséquences supposées – du point de vue de la santé ou de la moralité publiques – sur l’ensemble de la société qui doivent guider le choix des politiques à mener. Ils concordent en outre pour estimer que l’intérêt collectif légitime amplement l’atteinte aux droits – et a fortiori aux intérêts – individuels.

Les argumentaires contemporains

  • 11  A. M. Lizin et N. de T’Serclaes, « Proposition de loi relative à l’interdiction de l’achat de serv (...)

10Depuis l’entrée dans le troisième millénaire, quatre propositions de lois ont été déposées en Belgique concernant la prostitution : trois d’entre elles sont d’inspiration néo-réglementariste tandis que la quatrième « relative à l’interdiction de l’achat de services sexuels » s’inspire de la législation suédoise pénalisant le client. Seule cette dernière s’inscrit dans la continuité avec les argumentaires précédents en ceci que sa motivation fondamentale est un intérêt (réputé) collectif primant, encore que ce ne soit pas dit explicitement, l’intérêt immédiat des personnes prostituées. L’intérêt à défendre n’est plus la famille mais bien la cause des femmes à laquelle la prostitution nuirait en entretenant le préjugé que la femme puisse être « un objet de vente sexuelle » plutôt qu’un être humain à part entière. La prostitution n’apparaît donc pas comme un fait de société mais comme un « problème de société », et c’est bien du point de vue de la société – d’une société où devraient régner des rapports égalitaires entre les genres – que procède le jugement suivant lequel « la prostitution n’est pas un phénomène social désirable11 ».

  • 12  P. Monfils, « Proposition de loi visant à lutter contre la marginalisation des personnes prostitué (...)
  • 13  M. Kacar et F. Lozie, « Proposition de loi organisant la prostitution », déposée le 31 juillet 200 (...)

11Dans les trois propositions de loi d’inspiration néo-réglementariste, on chercherait en vain une prise de position globale analogue. Soit que leurs auteurs s’interdisent tout jugement moral sur la prostitution, soit qu’ils fassent état d’évolutions des mœurs rendant caduques les anciennes dispositions légales, ils ne se prononcent jamais sur sa désirabilité sociale en général. Suivant le titre de l’une d’elles, elles visent bien plutôt à « lutter contre la marginalisation des personnes prostituées12 ». Toutes dénoncent l’ambiguïté de l’attitude de la société vis-à-vis de la prostitution, tolérée mais non reconnue à l’égal des autres professions, et, de ce fait, privant les personnes prostituées des droits acquis aux autres travailleurs et de toute considération pour leur métier. C’est pourquoi « il faut donner à la prostitution une place définie au sein de notre société. On peut donner cette place à la prostitution en reconnaissant son existence en tant que profession qui peut soit s’exercer sous statut d’indépendant, soit dans les liens d’un contrat de travail, mais, dans ce cas, moyennant le respect d’un certain nombre de conditions strictes13 ».

12Dans cette perspective, c’est l’hypocrisie de la société vis-à-vis de la prostitution et non la prostitution elle-même qui devient l’élément le plus problématique : c’est parce que la société n’accorde pas un droit de cité à la prostitution que les prostituées sont stigmatisées et exploitées. Cette argumentation rejoint le point de vue des collectifs de travailleurs du sexe : l’activité en soi n’est pas plus pénible que bien d’autres ; elle est cependant rendue particulièrement pénible par les conditions en lesquelles elle doit s’exercer actuellement, aux marges de la loi et, pour cela même, en butte au mépris social.

13Notons au passage le contraste avec les réglementaristes d’antan. Alors que ceux-ci se refusaient à légaliser afin de maintenir l’opprobre sur la profession, les néo-réglementaristes se proposent précisément de légaliser pour la déstigmatiser : la reconnaissance de la prostitution comme activité professionnelle à part entière est censée lui conférer la respectabilité lui ayant fait défaut jusqu’à présent. Il y a là une dimension volontariste identique à celle du dix-neuvième siècle mais exercée en sens inverse : du refus de légaliser pour maintenir l’infamie à la volonté de légaliser pour octroyer l’honorabilité.

La désirabilité sociale : le débat éludé

  • 14  Le docteur Thiry brosse ainsi un tableau apocalyptique de la société dont la prostitution aurait é (...)

14C’est peut-être la présence de cette dimension volontariste qui rend si surprenante au premier abord l’omission de toute considération sur la désirabilité sociale de la prostitution. Face à un phénomène depuis longtemps aussi controversé, on pourrait s’attendre à une prise de position claire – aussi claire que la position revendiquée pour la prostitution au sein de la cité – argumentant l’innocuité, voire même l’utilité sociale de la profession. Les réglementaristes d’antan n’y manquaient pas et, même si ses raisons nous paraissent désuètes, le docteur Thiry était capable d’en décliner une série pour défendre son rôle dans la cité14.

15Tout en étant évidemment discutables, des arguments ne manquent pas pour tenter de convaincre à nouveaux frais de l’utilité sociale de la prostitution. La condition d’une véritable normalisation de la profession ne serait-elle pas de porter ces arguments dans le débat public ? Ne serait-ce pas par la démonstration de l’utilité sociale de la prestation de services sexuels et donc de la contribution de la prostitution à l’ensemble de la société que sa cause serait la mieux servie ? Le débat se tiendrait alors sur le terrain où la proposition néo-abolitionniste veut le porter : celui de la désirabilité sociale. On pourrait examiner sérieusement si vraiment la prostitution a des conséquences dommageables pour l’ensemble des femmes. On pourrait pondérer ses avantages et ses inconvénients d’un point de vue collectif, c’est-à-dire du point de vue de ses conséquences sur la société dans son ensemble. Car même s’il est irrationnel de s’en remettre à des préjugés pour en évaluer l’impact, il est hors de doute que, comme tout phénomène social, la prostitution n’affecte pas seulement les personnes – travailleurs sexuels, clients ou « exploitants » – directement concernées. D’autres professions ou activités pourraient certainement aussi en faire l’objet, mais une étude d’incidences de ce type ne serait pas hors de propos.

  • 15  W. Kymlicka, Les théories de la justice. Une introduction, Paris, La Découverte, 1999, p. 225.

16Et pourtant, à mieux y regarder, cette omission n’a rien de surprenant. Elle est même tout à fait cohérente et conséquente si l’on adopte le modèle du bien commun prôné par la philosophie politique d’inspiration libérale. Ainsi que l’écrit en effet Will Kymlicka, « les libéraux ne rejettent pas l’idée de “bien commun”, puisque la politique de l’État libéral entend promouvoir les intérêts de tous les membres de la collectivité. Dans la conception libérale, ce sont les processus économiques et politiques à travers lesquels les préférences individuelles se combinent pour aboutir à des choix sociaux globaux qui permettent de définir le bien commun. […] Dans une société libérale, le bien commun est le résultat d’un processus d’agrégation des préférences, lesquelles sont toutes traitées avec une égale considération (dans la mesure où elles ne contredisent pas les principes de justice)15

17Les propositions néo-réglementaristes s’inscrivent parfaitement dans ce modèle libéral du bien commun : elles sont neutres et s’abstiennent donc logiquement de procéder à une évaluation publique de la prostitution ou plutôt de ce qui devient dans cette perspective des « choix de vie » des prostituées et de leurs clients : elles se contentent de veiller à ce que les contrats passés entre les différentes parties (prostituées-employeurs, prostituées-clients) répondent aux critères de la justice. Dans ce modèle, il est par conséquent tout à fait normal que la question de la désirabilité sociale de la prostitution soit omise : ce n’est pas une question qui relève de la compétence du politique. Il n’y a pas lieu de poser globalement un choix de société puisque celui-ci pourrait aboutir à discriminer de façon illégitime des choix de vie librement consentis et qui ne regardent que les individus qui s’y engagent. D’un point de vue global, le type de société qui adviendra ne fera pas l’objet d’un choix collectif mais sera bien plutôt la résultante automatique « d’un processus d’agrégation des préférences », le résultat de la combinaison des choix individuels qui aboutiront automatiquement « aux choix sociaux globaux » (Kymlicka).

18Une démocratie gouvernée par des choix collectifs ou par une sorte de pilotage automatique ? Que ce soit au sujet de la prostitution ou de n’importe quel autre fait ou problème de société, la conception, implicite souvent, que l’on adopte du bien commun, délimite ainsi différemment l’espace du débat public légitime.

19Ce qui rend notamment ce modèle très attractif, c’est qu’il s’agit, sous certains aspects, d’une société ultra-démocratique dans la mesure où les libres choix des individus y sont particulièrement déterminants. C’est donc une société individualiste dans le meilleur sens du terme : les personnes sont libres d’y explorer toute sorte de possibilités et de préférences, notamment en matière de pratiques sexuelles, que des sociétés plus traditionnelles interdisaient (ou contenaient ou stigmatisaient…) au nom de valeurs dominantes (religieuses ou autres) qui étaient loin d’être toujours partagées, ainsi que l’illustrent abondamment les débats du dix-neuvième siècle ; effectivement des visions du bien s’imposaient et prétendaient contraindre les comportements individuels dans le corset de normes rigides favorisant souvent de surcroît la domination culturelle de certains groupes. Il semble inutile de continuer à en décliner les avantages : il faudrait beaucoup d’inconséquence pour regretter le « bon vieux temps » des morales uniques et du contrôle social omniprésent. Ceux qui font profession de le regretter ne mesurent sans doute généralement pas à quel point ils bénéficient eux-mêmes dans tel ou tel aspect de leur existence – ne fût-ce que, par exemple, dans la faculté qui leur a été abandonnée de choisir eux-mêmes leurs conjoint(e)s – de l’autonomie accrue acquise par les personnes.

20Cela étant, l’élision du débat collectif sur la désirabilité sociale de la prostitution (ou de toute autre réalité sociale) nous fait peut-être perdre aussi une dimension de nos démocraties. C’est que la démocratie n’était pas seulement la promesse de l’épanouissement du libre arbitre des individus : elle contenait aussi la promesse d’une maîtrise de la société par elle-même, d’une possibilité d’influer ensemble sur sa destinée par l’expression de choix collectifs (qui, en retour, ne sont évidemment pas sans influer sur les options individuelles). En ce sens, le choix de société qu’opère implicitement la version libérale du bien commun est paradoxalement le choix d’une société où l’on renonce à poser des choix collectifs même si ce renoncement représente la contrepartie de la volonté de garantir un maximum d’espace de jeu aux choix personnels.

21Tant d’un point de vue normatif qu’empirique, il n’est pas évident qu’un des deux modèles l’emporte sur l’autre. Il n’est pas exclu non plus que des formules mixtes ne soient possibles et plus opportunes mais ce n’est pas mon propos que de trancher sur ce point. Il convient cependant de prendre conscience du fait que deux modèles de démocratie sont en lice et que, selon que l’on est adepte – sans même le savoir parfois – de l’un ou de l’autre, le débat sur la prostitution, comme sur bien d’autres questions, obéit à d’autres priorités. Dans le modèle « choix collectif », la question de la désirabilité sociale de la prostitution est la question première, dans le modèle « pilotage automatique », elle n’a plus aucune pertinence : pas étonnant dès lors que le débat entre néo-abolitionnistes et néo-réglementaristes ressemble si souvent à un dialogue de sourds.

Haut de page

Notes

1  Ces débats furent suscités par l’affaire dite « des petites Anglaises », le scandale causé par l’inscription de mineures dans des bordels bruxellois, alors tolérés et réglementés par l’autorité communale, avec la complicité de la police. Le lecteur curieux pourra se reporter à l’article de C. Huberty et L. Keunings, « La prostitution à Bruxelles au 19e siècle », Les Cahiers de la Fonderie, no 2, avril 1987, p. 3-21.

2  Sur le péril syphilitique et sa dramatisation, voir A. Corbin, « Le péril vénérien au début du siècle : prophylaxie sanitaire et prophylaxie morale », Recherches, no 29, décembre 1977, p. 245-283.

3  Dr. Thiry, « De la prostitution », mémoire lu à l’Académie royale de médecine de Belgique lors de la séance du 31 juillet 1886, Bulletin de l’Académie royale de médecine, 1886-1887, p. 668.

4  Dr. Thiry, annexe IV au mémoire cité, p. 704.

5  Dr. Jeannel, cité dans l’article anonyme « La réglementation et le referendum genevois », Bulletin de la Société de moralité publique, nos 1 et 2, janvier-avril 1896, p. 8.

6  Dr. Thiry, « Discussion de la communication de M. Thiry », séance du 27 novembre 1886 à l’Académie royale de médecine de Belgique, Bulletin de l’Académie royale de médecine, 1886-1887, p. 1290.

7  E. Hanssens et L. de Lantsheere, « La conférence du jeune Barreau et la réglementation de la prostitution », Bulletin de la Société de moralité publique, no 5, 1888, p. 4.

8  É. de Laveleye, cité dans l’article « L’art médical et M. É. de Laveleye », Bulletin de la Société de moralité publique, nos 2 et 3, février et mars 1882, p. 9.

9  É. Mussche, allocution du président à l’Assemblée générale, Bulletin de la Société de moralité publique, no 1, 1901, p. 1.

10  J. Le Jeune, intervention durant le débat, Annales parlementaires, Chambre des représentants, séance du 8 août 1891, p. 1782.

11  A. M. Lizin et N. de T’Serclaes, « Proposition de loi relative à l’interdiction de l’achat de services sexuels », déposée le 17 juillet 2001, Sénat de Belgique, session 2000-2001, p. 6.

12  P. Monfils, « Proposition de loi visant à lutter contre la marginalisation des personnes prostituées », déposée le 19 septembre 2001, Sénat de Belgique, session 2000-2001.

13  M. Kacar et F. Lozie, « Proposition de loi organisant la prostitution », déposée le 31 juillet 2000, Sénat de Belgique, session de 1999-2000, p. 3.

14  Le docteur Thiry brosse ainsi un tableau apocalyptique de la société dont la prostitution aurait été abolie : « La nature a des exigences auxquelles on ne résiste pas impunément, et la prostitution les satisfait. Si quelque force était assez puissante pour la supprimer, on verrait bientôt se développer un ordre de passions étranges, malsaines, criminelles : on verrait aussi s’accroître dans des proportions effrayantes le nombre de séductions dont sont victimes de pauvres filles, de naissances illégitimes, adultérines, incestueuses, d’avortements, d’infanticides, d’adultères, de viols, d’assassinats et de tous ces crimes abominables, de tous ces actes de férocité, commis par des brutes en rut sur des femmes, sur de malheureuses petites filles. […] Qu’on n’essaie point de le nier : la prostitution est pour les passions humaines un exutoire indispensable. Une dissolution morale encore inconnue, une progression terrible dans la criminalité, telle serait la conséquence immédiate du succès obtenu par les moralistes sévères qui ont assigné ce but à leurs vertueux efforts : abolir la prostitution » (« De la prostitution », mémoire cité, p. 659).

15  W. Kymlicka, Les théories de la justice. Une introduction, Paris, La Découverte, 1999, p. 225.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Michel Chaumont , « Prostitution et choix de société : un débat éludé ? », Éthique publique [En ligne], vol. 5, n° 2 | 2003, mis en ligne le 06 janvier 2016, consulté le 27 juin 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/2080 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.2080

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Chaumont

Jean-Michel Chaumont est chercheur qualifié du Fonds national de la recherche scientifique belge, et professeur à l’université catholique de Louvain.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org