Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Des sénateurs canadiens qui demandent au gouvernement de revoir sa politique coercitive en matière de régulation des drogues douces ; le journal de l’Association médicale canadienne qui publie un article démontrant que la lutte antidrogue n’a eu aucun effet sur l’approvisionnement en drogues au pays, ce que confirment d’anciens policiers de la brigade des STUP ; des villes suisses qui tendent la main aux toxicomanes ; en Chine, des villes qui commencent à soumettre aux lois de l’impôt les travailleuses du sexe ; les Montréalais qui répondent favorablement à l’idée de rouvrir un red light afin de regrouper les activités des travailleuses du sexe ; le gouvernement suédois qui, au contraire, déclare la guerre aux clients de ses travailleuses ; les féministes françaises qui s’entre-déchirent sur la place publique pour appuyer ou décrier la politique d’ouverture de l’Allemagne à l’égard de la reconnaissance du métier de prostitué ; le gouvernement britannique qui tente de moderniser son code pénal en matière de relations sexuelles et qui s’interroge notamment sur la légalisation des relations sexuelles dans les toilettes publiques si ces dernières sont verrouillées ; la Société des alcools du Québec et Loto-Québec qui deviennent des cibles privilégiées de médias québécois qui cherchent à démontrer que le gouvernement du Québec est davantage préoccupé par la richesse collective que par le malheur de ses citoyens les plus vulnérables.

2Comme on le voit, les questions relatives à la gestion de ce qu’on qualifiait jadis de « moralité publique » se font de plus en plus nombreuses et pressantes pour bon nombre de sociétés. Il est intéressant de noter que c’est justement la responsabilité sociale de nos États, ou son absence, qui sert souvent de porte d’entrée à ce grand questionnement collectif. Alors que par le passé il allait de soi que le « vice » devait être combattu par tous les moyens nécessaires dont disposait l’État, il n’y a plus, aujourd’hui, unanimité en cette matière. Revient-il toujours à l’État de configurer la moralité publique ? Au nom de quoi, et en quels domaines, est-il légitime d’intervenir et d’interdire des activités qui, selon certains, devraient être laissées au libre choix des individus ?

3Nous traversons une zone de perturbations morales où toutes les propositions revendiquent un statut de légitimité et exigent d’être prises en compte dans l’élaboration des politiques publiques : doit-on opter pour la prohibition générale des « vices » ? Doit-on plutôt décriminaliser ? Dépénaliser ? Légaliser ? Libéraliser tous ces « vices » ? Ne devrait-on pas également penser à nationaliser l’ensemble de ces industries, comme celle du sexe et le commerce des drogues comme on l’a fait au Québec avec l’alcool et le jeu ?

4Ces débats sont riches de réflexions sur les valeurs devant guider nos choix collectifs dans ces domaines. La gestion de la moralité publique met en effet en jeu nos conceptions de la santé et de la sécurité publiques, de la liberté individuelle et de l’égalité de tous aussi bien à l’égard de l’impôt que de la redistribution des richesses. Même la question de la primauté de la dignité humaine ressurgit au cœur de ces débats.

5C’est justement parce que l’heure est à la réflexion libre et informée dans ce domaine que la revue Éthique publique a cru bon de consacrer l’un de ses numéros à ces grandes questions d’éthique publique qui sont appelées à redessiner les mœurs, la moralité et les lois de nos collectivités. En espérant que ce numéro aide nos lecteurs à mieux comprendre les enjeux éthiques et politiques de ce débat qui se fait de plus en plus par-delà l’approche manichéenne classique. Par-delà le bien et le mal.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Boisvert et Denis Jeffrey , « Présentation », Éthique publique [En ligne], vol. 5, n° 2 | 2003, mis en ligne le 05 janvier 2016, consulté le 23 mars 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/2076

Haut de page

Auteurs

Yves Boisvert

Yves Boisvert est professeur à l’École nationale d’administration publique.

Articles du même auteur

Denis Jeffrey

Denis Jeffrey est professeur à l’Université Laval.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org