Navigation – Plan du site
Les causes politiques d'un malaise

Pour une analyse constructiviste du bien commun

Fabrizio Cantelli et Jean-Louis Genard

Résumés

Mobilisant le cadre propre à la Belgique ainsi que les enjeux internationaux, le cas empirique de la lutte contre le sida est ici problématisé selon une perspective mettant en lumière toute l’historicité du bien commun. En rupture avec une conception substantialiste, l’hypothèse privilégiée dans cet article part d’une conception constructiviste où le bien commun, d’une part, s’élabore à partir d’une pluralité de modèles de démocratie (libéral, représentatif, opinion, expert et participatif) et, d’autre part, se costructure à partir des transactions entre logiques associatives, regards médicaux et action publique. Mais, dans un contexte où le travail de la modernité donne à voir un « polythéisme des valeurs », cette contribution souligne aussi l’importance des procédures et des institutions politiques comme autant de dispositifs organisant la mise en débat et la coordination des prismes au travers desquels se définit le bien commun dans un contexte donné.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  U. Beck, La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité, Paris, Aubier, 2001.
  • 2  F. Cantelli, « L’espace politique du sida : logiques civiques, logiques marchandes », communicatio (...)

1À l’heure où l’extension du marché colonise de plus en plus les domaines de la santé, de la culture ou de l’éducation, où, parallèlement, l’État tend à externaliser toujours davantage les missions qui étaient traditionnellement les siennes, il s’impose de réfléchir aux significations du bien commun, et plus encore, au rôle de l’État dans ce contexte. À l’heure où la société du risque1 donne à voir une multiplication des risques environnementaux, industriels et de santé, au travers du réchauffement climatique, des organismes génétiquement modifiés, des catastrophes liées au nucléaire ou encore des épidémies, poser la question de la définition du bien commun en situation de crise et de complexité, c’est surtout se donner les moyens de mettre en lumière les nouveaux enjeux au cœur des processus de fabrication de l’action publique. Parmi ces enjeux, le sida mérite d’être examiné avec attention. Si en Europe, aux États-Unis et au Canada les traitements médicaux ont participé à l’amélioration des conditions de vie des malades, il n’en reste pas moins qu’aucun vaccin n’a encore été trouvé. Et les statistiques épidémiologiques récentes en Europe ne sont guère optimistes. Il n’est pas besoin de rappeler ici la situation d’urgence sanitaire dans de nombreux États du continent africain. De fait, donc, le sida questionne la marge de manœuvre de l’État et met à nu la difficulté de la capacité d’action et de réaction de ce dernier, tant dans une optique curative que préventive. Il fait ressortir les relations d’interdépendance entre une pluralité d’espaces sociaux (constitués par les médecins, les associations, les épidémiologues, les sociologues, etc.) de même que, au niveau national et international, la force des logiques marchandes soutenues par les industries pharmaceutiques, disposant d’un poids considérable dans les négociations à l’Organisation mondiale du commerce sur les médicaments génériques et les brevets2. De manière criante, le sida pose la question de l’échelle à laquelle il s’agit aujourd’hui de définir le bien commun. À ce titre, face par exemple aux risques de propagation, il interroge la capacité même de l’État à définir le bien commun à sa propre échelle.

  • 3  Un développement circonstancié des données empiriques figurant dans cette contribution a été prése (...)

2Face à ces réseaux de sens multiples, face à sa responsabilité en tant qu’autorité et face à l’impératif d’efficacité, comment l’État, en même temps limité dans ses possibilités d’intervention, parvient-il à conjuguer le bien commun ? Comment la figure du bien commun se présente-t-elle aujourd’hui dans l’élaboration de l’action publique ? L’État institue-t-il d’en haut le bien commun ou, au contraire, fait-il place à une forme négociée et procédurale ? Plus précisément, observe-t-on une transformation du rôle éthique de l’État ? Voilà une série d’interrogations que cette contribution entend élucider. Il s’agira dans un premier temps de mettre en relief la définition du bien commun à partir d’une analyse constructiviste, et non pas substantialiste. Dans un second temps, afin de mieux comprendre les modes de construction du bien commun, on abordera la question de la lutte contre le sida en Belgique à la lumière de divers modèles de démocratie (majoritaire, libéral, expertise, délibératif et représentatif)3. La coexistence d’acteurs issus de la société civile, porteurs de logiques associatives ou des logiques médicales, fait apparaître des enjeux d’identité où la possibilité même pour l’action publique de produire un bien commun paraît fragilisée.

Modernité et lecture constructiviste du bien commun

3C’est un lieu commun que de reconnaître qu’une des caractéristiques de la modernité est d’avoir radicalement problématisé la question du bien commun en lui ôtant toute possibilité de fondement transcendant ou métaphysique, et donc de définition substantielle. Plus précisément, c’est avec la modernité que commence réellement à se poser la question du bien commun puisque, auparavant, la nature de celle-ci paraissait aller de soi. Même s’il est toujours possible de faire valoir la conception du bien commun d’Aristote ou de Thomas d’Aquin, c’est avec la modernité que la notion devient réellement une question spécifiquement politique.

  • 4  C. Lefort, L’invention démocratique, Paris, Fayard, 1981 ; C. Castoriadis, « Imaginaire politique (...)

4Pour le dire schématiquement, on voit à partir de là poindre deux conceptions antagoniques du bien commun : l’une substantialiste, l’autre constructiviste. Dans le premier cas, la définition du bien commun s’appuie sur des ressources externes qui en assurent la validité ; dans le second, conformément aux thèses de Max Weber sur le processus de rationalisation culturelle, cette validité renvoie aux processus immanents de sa difficile construction. Sans doute est-ce dans cette distinction que pourrait se comprendre une définition de la démocratie proche de celle de Claude Lefort, qui l’entend comme un « espace vide » où se joue, de manière toujours imprévisible, le jeu du différend, ou de celle de Cornelius Castoriadis, qui l’articule autour du principe d’autonomie, ou encore de celle de Jürgen Habermas, qui l’associe intimement à la vigueur d’un espace public de discussion4.

  • 5  P. Lascoumes et J.-P. Le Bourhis, « Le bien commun comme construit territorial : identités d’actio (...)

5On peut alors penser que, dans le cadre de la modernité, s’opposeront des conceptions du bien commun dont l’enjeu sera précisément d’en déterminer les modes de construction. Dans une acception constructiviste, le bien commun se négocie, est pris dans des jeux d’argumentation à partir d’ancrages multiples, mais aussi dans des jeux de forces et d’influences5. Pour reprendre la terminologie d’Habermas, on pourrait dire que le bien commun se forme dans l’entrelacement de l’agir stratégique et de l’agir communicationnel, sous l’horizon de rapports de force, de tactiques, d’instruments de pression et de manipulation, mais aussi sous celui d’enjeux de validité, d’exigences normatives et procédurales, de visées éthiques. L’hypothèse serait donc la suivante : avec la modernité s’impose une conception constructiviste du bien commun. Mais, en même temps, s’ouvre la question des formes de construction de ce bien commun dont l’enjeu détermine la pertinence qu’ont les uns et les autres à participer à cette construction (à quel titre tel acteur, tel groupe interviennent-ils ?) et la crédibilité des formes qu’ils donnent à leurs interventions (travail social, pressions, campagne médiatique, argumentation savante, intuition éthique, etc.).

6Au cœur de ces entrelacements entre agir stratégique et agir communicationnel émergent en effet différents modèles de démocratie qui formatent l’imaginaire et les pratiques des acteurs. Défendant chacun des intérêts, qu’ils jugent d’ailleurs eux-mêmes particuliers ou communs, les différents acteurs entrent dans le jeu politique avec une vision plus ou moins nette de ce qu’ils entendent par démocratie et des manières d’en « user ». Ainsi peuvent-ils être convaincus de la légitimité de défendre un intérêt purement particulier, par exemple commercial, et attendent-ils de la démocratie qu’elle soit simplement le réceptacle de la rencontre de ces intérêts, que chacun se doit alors de défendre âprement, fût-ce en usant de moyens dont l’efficacité est alors la mesure. Mais ils peuvent tout aussi bien se présenter comme les porteurs et les défenseurs d’une cause commune, prétendant alors à la généralité des intérêts qu’ils défendent.

  • 6  Rappelons que le concept de cité chez Boltanski et Thévenot combine à la fois une mesure d’équival (...)
  • 7  T. Berns, « L’exemple syndical et la société civile : négociation cadrée, mémoire et discipline » (...)
  • 8  E. Neveu, « Médias, mouvements sociaux, espaces publics », Réseaux, no 98, 1999, p. 17-85.
  • 9  M. Callon, P. Lascoumes et Y. Barthe, Agir dans un monde incertain, Paris, Seuil, 2001 ; voir auss (...)

7Dans ce jeu complexe, la recherche et la mobilisation de ressources de légitimation seront essentielles. La justification de la défense des intérêts privés trouvera appui dans le modèle libéral classique ; elle ne sera d’ailleurs pas totalement déconnectée de toute visée du bien commun6 puisque, dans ce modèle, le bien commun résulte simplement de la mise en concurrence de ces intérêts particuliers que la démocratie orchestre mais qui en est aussi l’effet : le marché d’abord, la démocratie s’ensuivra immanquablement. Le modèle civique de la démocratie, lui, trouvera ses ressources de légitimation du côté de la représentativité de ceux qui interviennent dans le débat. Il disqualifiera ceux qui parlent en leur nom ou ceux dont la représentativité n’est pas étayée sur de véritables garanties procédurales. Centré bien entendu sur la représentativité électorale, il reconnaîtra également celle d’instances et d’organisations (syndicales, patronales) qui ont trouvé place dans les espaces décisionnels7. Ce modèle pourra ainsi établir le poids respectif des élus et de ceux qui, issus par exemple de la société civile ou des associations, « s’autoreprésentent ». Dans la course à la légitimité, l’espace public, en particulier aujourd’hui l’espace public médiatique, sera un enjeu essentiel8. Ceux qui l’occuperont, qui arriveront à lui imposer leur agenda et à le faire dans les formes qui sont les leurs, bénéficieront d’un poids considérable. Plutôt que de tabler sur les instances habituelles de la représentation, certains joueront d’ailleurs la carte de l’opinion : ils feront valoir les mouvements d’opinion, s’appuieront sur la présence médiatique du thème pour en justifier l’importance ; ils chercheront à occuper l’espace médiatique, tentant par là de convaincre que leurs préoccupations, fussent-elles particulières, sont des enjeux communs. Mais dans la lutte pour la légitimité, la référence à des ressources expertes pourra occuper une place centrale. Ceux qui parlent au nom de savoirs reconnus, qui, à ce titre, prétendent incarner une vérité qui dépasse les querelles et les intérêts, pourront faire taire les opposants. Toutefois, l’expertise n’est jamais pleinement garantie, même si nombre de statuts semblent l’attester. Le monde des experts est devenu aujourd’hui très souvent cacophonique : dans une société qui se dédifférencie de plus en plus, des experts venant de mondes auparavant cloisonnés interviennent maintenant sur les mêmes terrains, sans parler du fait qu’au sein des mêmes champs de compétence les expertises tendent à se contredire toujours davantage. Et, par ailleurs, il n’est pas rare que, de la société civile, du monde « profane », émergent maintenant des « experts » dont les compétences prétendent concurrencer celles des experts « reconnus » et « patentés ». C’est qu’il faudra désormais non seulement faire valoir ses arguments d’expert mais aussi convaincre de son expertise. Enfin, il y aura ceux qui parlent au nom d’un intérêt que l’on qualifie aujourd’hui souvent de « citoyen ». Ceux-là, ni élus ni experts, entendent simplement prendre leur sort en main. Ils entendent donner de la voix. Ils voient la démocratie comme un vaste espace délibératif dont l’arène ne se limite ni à l’espace feutré des cabinets ministériels, ni à la scène classique de la démocratie représentative, ni aux laboratoires et centres de recherche des experts, ni non plus au débat télévisuel. Leur démocratie est plutôt délibérative et participative, elle se fonde avant tout sur le développement de processus de confrontation discursive impliquant des acteurs multiples pouvant faire valoir un intérêt à la discussion9.

8Modèle libéral, modèle civique-représentatif, démocratie d’opinion, modèle expert, démocratie participative, autant de modèles qui servent d’arrière-plan à l’intervention des acteurs dans le jeu politique. Modèles que certains cherchent à s’approprier pour eux-mêmes et dont ils se revendiquent pour disqualifier les autres. À chacun de ces modèles sont évidemment associées des figures du citoyen. Ainsi, à l’attention volontiers condescendante et bienveillante des experts, répondra par exemple la sollicitude portée aux citoyens lors des périodes électorales caractéristiques de la démocratie représentative. Voilà donc pour la proposition théorique : elle suggère d’analyser les stratégies des acteurs des politiques publiques dans la construction d’un bien commun sous l’horizon des modèles de démocratie qu’ils mobilisent et auxquels ils se réfèrent. Reste à convaincre le lecteur de la pertinence d’une telle approche à partir de l’exemple des politiques de lutte contre le sida en Belgique. Mais avant d’en venir à cette analyse empirique, peut-être devrions-nous approfondir l’hypothèse rapidement évoquée des liens possibles entre modèles de construction du bien commun et modèles de citoyenneté.

Modèles de démocratie, action publique et citoyenneté postconventionnelle

  • 10  Suite à un processus de plusieurs réformes initiées au début des années 1980, la Belgique est deve (...)

9Quels modèles de démocratie trouve-t-on principalement à l’œuvre dans le champ du sida ? Quels acteurs les endossent ? L’analyse empirique du développement des politiques de lutte contre le sida en Belgique fait apparaître une lutte pour la reconnaissance d’une expertise qui ne se limite plus à celle des spécialistes de la médecine. En effet, la démocratie d’expertise est revendiquée à la fois par les structures médicales et par l’espace associatif. Historiquement, la régulation du sida dans toute l’Europe indique que les structures médicales ont été, dès les premières années, les seules à être reconnues comme expertes sur la question. Les acteurs associatifs vont toutefois progressivement intervenir et construire la légitimité d’un travail axé sur la prévention. Face à ces deux lectures, prétendant toutes deux à l’expertise mais obéissant à des logiques différentes, le modèle de la démocratie délibérative semble s’imposer comme espace de construction du bien commun. C’est ce que défend d’ailleurs la ministre Nicole Maréchal (écolo), responsable de la Santé et de l’Aide à la jeunesse dans le gouvernement de la communauté française de Belgique10 et les membres de son cabinet qui ont en charge les questions de prévention du sida.

  • 11  P. Lascoumes et J.-P. Le Bourhis, art. cité.

10L’hypothèse défendue ici souligne tout d’abord l’historicité d’un bien commun qui évolue, se construit et se transforme. Elle insiste en outre sur son caractère à la fois relationnel et procédural. Relationnel, en ce que la construction du bien commun se joue dans un espace où l’action publique, dans un contexte d’interdépendances, se négocie entre de nombreux acteurs de la société civile qui obéissent parfois à des logiques démocratiques différentes. Procédural (et non plus substantiel), dans la mesure où les décisions qui sont prises ne sont pas données a priori mais résultent d’une cogitation et d’une coordination des registres d’action. Ce modèle ne présuppose pas l’émergence a priori des figures de l’intérêt général et du bien commun mais en souligne plutôt le caractère processuel11.

  • 12  J .-L . Genard et J .-Y. Donnay, « Les nouvelles politiques sociales, émancipatrices ou répressive (...)
  • 13  J.-L . Genard, « Reconnaissance et citoyenneté. Vers une psychologisation de l’intervention étatiq (...)

11Cette dimension processuelle a certes été maintes fois soulignée. Nous souhaiterions aller plus loin et montrer que les mutations normatives et organisationnelles de l’action publique contemporaine invitent à repenser un nouvel équipement épistémologique pour les comprendre12. Si l’État continue bien évidemment à témoigner d’une activité de contrôle social au travers des politiques sécuritaires dont on aurait peine aujourd’hui à minimiser le déploiement, s’il se présente souvent comme le « gestionnaire » de problèmes sociaux répondant avant tout à des soucis d’efficacité au moindre coût, il nous semble important, sous peine de verser dans une « ontologie » réductionniste de l’État, de prendre au sérieux les visées communicationnelles, éthiques et subjectivantes poursuivies par certains dispositifs récents d’action publique13.

  • 14  En particulier, N. Frazer et A. Honneth, Redistribution or Recognition ? A Political-philosophical (...)

12Cette nouvelle attitude s’observe à deux niveaux. Le premier est celui de l’intégration dans ses ambitions d’exigences de respect et de reconnaissance. Là pourrait se faire jour un glissement de politiques qui n’étaient que de redistribution vers des politiques de reconnaissance, tel que Nancy Frazer l’a problématisé14. Mais le phénomène est peut-être plus profond. C’est que, contre un paternalisme parfois reproché à l’État providence mais aussi contre l’échec de certaines de ses manières d’agir, se fait jour, en creux de certaines « nouvelles politiques publiques » et, souvent sous l’influence des milieux associatifs, l’image d’une citoyenneté « postconventionnelle ». Loin de s’effectuer à distance des acteurs, fût-ce « pour leur bien », la construction du bien commun passe alors par la présupposition de leur autonomie et de leur responsabilité. Les acteurs, parties prenantes des politiques publiques, en sont non seulement les destinataires mais aussi les destinateurs.

13Parce que le modèle sous-jacent de la démocratie qui se fait jour là est celui d’une démocratie participative, la construction du bien commun ne peut plus se penser que sous l’horizon de la contribution des acteurs eux-mêmes à sa réalisation. L’argument est ici transcendantal, au sens kantien tel que le reprend Habermas : parce que l’idée même de discussion que sous-tend le modèle de la démocratie délibérative présuppose la responsabilité des acteurs appelés à s’impliquer dans l’espace public, ceux qui défendent ce modèle sont naturellement appelés à envisager une autre citoyenneté dont la responsabilité est constitutive. Ils ne peuvent envisager l’action publique sans qu’il ne soit fait appel à la participation responsable des acteurs concernés.

  • 15  J.-L . Genard, « Reconnaissance et citoyenneté », art. cité. Voir aussi J.-L . Genard, « Responsab (...)

14Encore une fois ne nous illusionnons pas. L’appel à la responsabilité peut souvent recouvrir des ambitions moins réjouissantes, comme lorsque, au cœur des politiques de l’État social actif, il sert à restreindre les droits sociaux15. Mais là encore méfions-nous du risque d’une ontologie de l’État qui lui refuserait toute ambition émancipatrice.

La politique de prévention du sida : enjeux éthiques et acteurs associatifs

15Nous proposons maintenant d’analyser plus particulièrement la question du sida en Belgique. La définition du bien commun apparaît là, à nouveau, comme un processus complexe, difficile et conflictuel où se confrontent les logiques associatives et les logiques médicales. Dans cette configuration, la reconnaissance des dispositifs associatifs par l’État ne peut être rendue intelligible si l’on en occulte les enjeux éthiques.

  • 16  Dès les années 1990, de nombreuses recherches ont déconstruit l’idée d’une « communauté sida » dan (...)

16La question des modes de prévention du sida cristallise aujourd’hui la difficulté à articuler différentes manières de travailler pour le bien commun. Pensons aux démarches médicales et curatives, aux associations avec un « public cible », aux associations généralistes, aux pratiques associatives inventives (par exemple les opérations « boule de neige » mises au point par une association de prévention auprès des toxicomanes dont le principe est de considérer le toxicomane comme un acteur responsable, doté d’une expertise utile), aux projets d’aide et d’écoute, aux dynamiques de recherche-action réunissant les publics vulnérables, aux analyses statistiques, etc.16. Selon quelle modalité le bien commun peut-il « s’imposer » dans cet univers complexe d’action publique, constitué d’une pluralité de cultures et d’identités professionnelles ? En Belgique francophone, cette difficulté à articuler les cultures et les pratiques des acteurs a été à la source de la création de plusieurs organes de consultation, chargés entre autres de donner des avis à l’administration et au ministre sur certaines questions, par exemple, le Conseil scientifique et éthique de la prévention du sida (1992) et le Conseil consultatif de la prévention du sida (1997).

  • 17  N. Maréchal, « Déclaration au sujet du vih/sida. Une crise mondiale et une mobilisation communauta (...)

17Mais la place assignée à l’éthique déborde, ne se limite pas à ces espaces. Il y a notamment des campagnes, initiative de l’acteur associatif Plateforme de prévention du sida, à base d’affiches et de cartes postales mettant en scène des personnes séropositives dans le quotidien qui visent à déstigmatiser le malade, à le reconnaître et à lui rendre sa dignité dans l’espace public (vitrine des magasins, locaux communaux, etc.). Dans la communication de la ministre sur les grands axes de la stratégie politique adoptée17, outre l’idée de lutter contre les discriminations multiples (au travail, dans les relations sociales, dans la famille, etc.) dont les malades sont les victimes, il y a le souci éthique envers les malades, qui se manifeste par la volonté de les associer, de les inclure dans les réflexions sur l’opportunité de telle ou telle action préventive. C’est là que le souci de reconnaissance pointe vers l’image d’une citoyenneté postconventionnelle, pour laquelle l’adoption d’une politique publique ne saurait se concevoir sans la participation active des acteurs intéressés qui doivent en être les coconstructeurs, et ce, même si la réalité laisse entrevoir des écarts entre l’horizon des prétentions éthiques et leur réalisation dans l’action pratique.

  • 18  M. Hubert, «aids in Belgium : Africa in microcosm », dans B. Misztal et D. Moss (dir.), Action on (...)
  • 19  S. Cattacin et C. Panchaud, Les politiques de lutte contre le sida en Europe de l’Ouest, Paris, L’ (...)

18Si l’on remonte légèrement dans le temps, car il ne s’agit pas ici d’être exhaustif, deux phénomènes ont marqué la période 1983-1988 : l’importation des catégories (« groupes à risque ») et des cadres d’action provenant des États-Unis, ainsi que l’importance de la contamination de la population d’Afrique centrale18. À l’époque, la Belgique se situe encore dans un modèle de démocratie d’expertise où dominent les structures médicales et curatives qui seront rejointes par un tissu d’associations homo-sexuelles, à l’instar de la situation observée dans de nombreux États en Europe19. La place et le rôle du cadre médical se confirment par la création en 1983 de la Commission nationale sida, composée exclusivement de médecins. Les premières structures reconnues par l’État dans ce domaine, vers 1986, ont été les centres de référence sida universitaires dont le travail consiste essentiellement dans la prise en charge et le suivi des personnes séropositives. Autrement dit, l’action publique contre le sida s’est d’abord organisée à partir de structures médicales universitaires à vocation essentiellement curative, qui reflètent le processus habituel de création des politiques de santé propres à l’État providence. Parallèlement à cela, Appel homo sida, association d’entraide et de prévention qui s’adresse aux homosexuels, considérés comme un « groupe à risque », se structure en 1985. Il y a aura aussi la levée des restrictions à la vente de préservatifs et des actions pour sensibiliser le grand public. En 1987, les deux communautés de la Belgique fédérale se dotent chacune d’une structure de coordination. C’est en 1991 que naît l’Agence de prévention du sida. Au-delà du travail de quelques associations et institutions généralistes de santé publique, l’expertise liée à la prévention sera institutionnalisée lors de la création de cette agence de prévention, suivant de près la création de l’Agence française de lutte contre le sida en 1989. La première vague de politiques publiques va prendre fin en 1997 avec la suppression de cette agence pour cause de mauvaise gestion. Notons que la dissolution de l’Agence française de lutte contre le sida aura lieu en 1994. Parallèlement, les centres de référence sida continuent d’être soutenus dans leurs activités et des associations de prévention auprès de publics cibles (prostituées, homosexuels, toxicomanes, réfugiés…) consolident un réel travail de terrain. Au sein de cette première vague, on peut déjà déceler une tension entre un référentiel médical curatif (hôpital, recueil de données, sémantique du soin…) et un référentiel préventif s’incarnant dans l’Agence de prévention du sida.

19Après une période de transition de 1997 à 2000, deux nouveaux acteurs émergent dans l’espace associatif : la Plate-forme prévention sida et l’Observatoire socio-épidémiologique du sida et des sexualités. Ces trois années se déroulent sans véritable « gouvernance » de l’espace associatif anti-sida. Des impératifs d’action et d’intervention se font progressivement sentir auprès des associations de terrain mais aussi dans le chef des décideurs politiques en quête de légitimité et d’efficacité. D’autant que le nombre de personnes contaminées est en hausse. Ces dispositifs associatifs se forment dans un environnement marqué par un phénomène politique : la montée au pouvoir des écologistes lors des élections de juin 1999 en Belgique et, plus particulièrement, leur participation aux gouvernements de la Belgique fédérale et des entités fédérées.

20Nicole Maréchal est ainsi devenue ministre de la Santé en Belgique francophone (communauté française).

Associations et action publique : logique de réciprocité

21Comment comprendre l’émergence des stratégies associatives et préventives dans le champ du sida ? Au nom de quelles logiques, de quels principes, l’action publique se tisse-t-elle aussi à partir des associations, et non plus exclusivement du regard médical ? Est-ce là une lutte entre deux formes d’expertise ou entre deux modèles de démocratie au sens précédemment évoqué ? Nous allons voir d’abord vers quel modèle de démocratie conduiront leur reconnaissance par l’État et, ensuite, les tensions symboliques et les luttes de pouvoir qui les opposeront aux structures médicales.

  • 20  P. Le Gales et M . Thatcher (dir), Les réseaux de politique publique. Débat autour des policy netw (...)

22Aujourd’hui, la morphologie du savoir se redessine. En effet, la demande croissante de savoirs, utiles pour l’action publique et opérationnels sur le terrain, s’est fait sentir de manière aiguë dans le champ du sida. C’est ainsi que les résultats de diverses enquêtes, sondages ou études sur le sida ne seront jugés probants que s’ils peuvent faire l’objet d’un travail de traduction. Le passage du registre de l’étude scientifique à celui d’outil d’action politique devient un critère discriminant pour être reconnu, agréé et financé par les pouvoirs publics. Au sein d’une société qui se dédifférencie, qui s’articule de plus en plus autour de réseaux, la capacité de traduction dont disposent les acteurs devient une donnée essentielle, disqualifiant ceux dont les discours se confinent dans l’autoréférence. Ainsi, la reconnaissance par l’État d’acteurs pluriels se mouvant en marge ou hors du modèle hospitalier et inscrivant leurs démarches dans une perspective sociologique et qualitative – même si l’intitulé de l’Observatoire « socio-épidémiologique » ne l’indique pas à première vue – peut être rapportée au caractère autoréférentiel du champ médical et, partant, à sa difficulté à se lier sur un mode partenarial à d’autres acteurs dont les logiques sont différentes (associative, administrative, politique…). Ces acteurs participent à une forme de reglobalisation des regards sur le sida, considéré comme question multidimensionnelle, ne se laissant pas réduire à un problème médical mais brassant les aspects sociaux, psychiques et identitaires. La logique qu’ils incarnent est celle d’une dédifférenciation sociale qui s’oppose à la tendance hyperdifférenciante des spécialisations médicales. Ce faisant, ils tendent à s’inscrire dans ces « réseaux de politique publique » dont on commence à mesurer l’importance aujourd’hui20.

  • 21  Pour la situation propre aux États-Unis, voir l’excellente analyse de S. Epstein, Impure science : (...)
  • 22  J. Barbot, Les malades en mouvement, Paris, Balland, 2002.
  • 23  Voir F. Cantelli, « Espaces d’interdépendance entre action publique et experts : un État réflexif (...)

23Comme on le sait, le déploiement de ces réseaux qui atténuent les frontières entre savoirs et obligent à la construction de langages communs rompt également avec la tradition d’une coupure entre spécialistes et citoyens pro-fanes. Des citoyens qui, dans le champ de la santé, se sont présentés comme patients revendiquent des droits pour mettre fin à l’exclusion dont ils étaient l’objet21. Cette prise en compte du citoyen sous une figure plus respectueuse, mais aussi sous l’horizon de sa nécessaire implication dans la réussite de l’action publique, se vérifie jusque dans les méthodologies cognitives mises en avant par les associations. D’une certaine manière, c’est une nouvelle conception de l’expertise, qui est ancrée davantage dans l’« expérience intime » des figures du malade22, du patient ou de l’usager. Aussi la mise au point de recherches-actions, par certaines associations revendiquant une compétence en la matière, notamment Modus vivendi, dans la prévention du sida auprès des toxicomanes, Espace P auprès des prostituées ou Ex æquo auprès des homosexuels, dénote-t-elle une volonté d’élever les individus vulnérables au rang d’une citoyenneté que paraît leur nier le discours médical. Une des actions de plus en plus importantes pour l’Observatoire est de les épauler dans l’élaboration et la mise en action de ces dispositifs, sollicités par les pouvoirs publics pour leur intervention dans une temporalité courte, associant fortement le « monde vécu » des publics concernés (toxicomanes, homosexuels, prostituées, etc.) et adoptant une forme plus légère et plus souple que celle issue des centres de recherche universitaires. Dans ce contexte, un enjeu crucial pour l’Observatoire est de ne pas se faire instrumentaliser pour légitimer l’un ou l’autre projet, délivrant une sorte de « label » aux associations. L’appropriation de l’expertise par les pouvoirs publics tout comme l’ancrage de celle-ci dans la participation citoyenne deviennent des critères forts et permettent de comprendre les logiques d’interrelations entre action publique et expertise, mixant associatif, recherche et citoyenneté23.

  • 24  F. Cantelli, L . Damay et J.-Y. Donnay, « Pour une sociologie politique des acteurs associatifs : (...)
  • 25  F. Delor, Séropositifs, Paris, L’Harmattan, 1997 ; F. Delor et M. Hubert, « Revisiting the Concept (...)
  • 26  Cette tendance se confirme aussi pour la période de fin de législature. En effet, afin de préparer (...)

24Si le type de travail réflexif que les associations peuvent offrir cadre avec les attentes exprimées par l’action publique24, il convient aussi de mettre à plat les impératifs de coordination et d’apprentissage pesant sur un nouveau ministre, lesquels participent à l’élargissement des outils d’action publique dans un régime réticulaire qui accentue le partenariat, la contractualisation, les exigences de coordination, etc. Le rôle de l’État étant désormais moins de définir substantiellement les finalités de telle ou telle politique publique que de la faire émerger de la rencontre d’initiatives plurielles et d’assurer leur coordination. Une table ronde portant sur la prévention du sida réunissant l’ensemble des acteurs du secteur a été organisée par la nouvelle ministre de la santé pour la Belgique francophone (communauté française). Sociologue et psychanalyste, auteur de nombreuses publications sur les séropositifs et sur le concept de vulnérabilité25, François Delor est un de ceux dont l’expertise a été reconnue assez vite par la nouvelle ministre et son cabinet. Il est à la fois président du Conseil consultatif de prévention du sida et directeur de l’association Ex æquo. Cette table ronde se transforme vite en espace de délibération et, rapidement, de légitimation de deux nouveaux dispositifs proposés par François Delor : l’Observatoire et la Plate-forme prévention sida. Depuis la fin de l’Agence de prévention du sida en 1997, le rôle de coordination du secteur sida était quelque peu en attente. La ministre adopte cette lecture tout en sachant que l’esprit dirigiste de l’Agence ne pouvait être reproduit. La table ronde sera donc l’espace de discussion et de confrontation autour des réformes permettant une réorganisation optimale du secteur. Outre le moment même de la table ronde, il faut retenir qu’elle polarisa de très nombreux débats et irrigua des canaux de discussion formels et informels, tant lors de sa préparation que dans son évaluation. Le rapport au pouvoir et le corpus idéologique (démocratie participative, transparence…) des verts sont pour beaucoup dans cette régulation participative et procédurale26. Si les justifications ont eu raison d’insister sur le caractère instrumental de la démarche, il convient tout autant de ne pas perdre de vue qu’il s’agit bien de la première fois que le parti écolo, via Nicole Maréchal, occupe un poste de ministre, dont les compétences intègrent les questions de santé. C’est en cela que l’on peut comprendre cette régulation partenariale qui privilégie l’expertise et le savoir collectifs du secteur (administration, associations, institutions généralistes…). Cela étant, l’approbation de nouveaux dispositifs et la reconnaissance de nouveaux acteurs par l’État résulte de la rencontre entre agir communicationnel et agir stratégique, l’expertise associative de François Delor et les attentes formulées par l’espace politique.

  • 27  A. Giddens, Les conséquences de la modernité, Paris, L’Harmattan, 1994.
  • 28  Il faut préciser que la communauté française dispose d’un modeste budget, dont la grande majorité (...)

25Comme nous l’avons vu, on observe d’abord une monopolisation de l’expertise par les structures médicales, suivie par une pluralisation des expertises où interviennent désormais sur différents plans de nombreux acteurs issus de la société civile : le régime de réduction des risques dans le champ de la toxicomanie, le régime d’insertion et d’aide dans le champ de la prostitution, le régime d’intervention sociale dans le champ des populations fragilisées et désaffiliées provenant de l’immigration, le régime de l’éducation sexuelle et affective dans le champ de la jeunesse, le régime d’accompagnement socioculturel et de lutte contre les discriminations et stigmatisations à l’égard des homosexuels, etc. Sans pour autant nier le poids des centres de référence sida liés aux universités, le rôle de l’institut de santé publique organisant la récolte des statistiques épidémiologiques ou encore le secteur de promotion de la santé, la question du sida déborde le seul cadre médical. De plus, les rapports de force entre les acteurs, en plus de se complexifier, s’intensifient dans la mesure où ils se forment dans un contexte de forte qualification des savoirs réflexifs27 – avec l’intensification des stratégies partenariales et la difficulté d’obtenir des subsides dans un secteur en redéfinition28. Parmi les nombreuses tensions que cette situation engendre, le conflit opposant les centres de référence sida à l’espace associatif est récurrent et réapparaît tantôt à l’égard de l’Agence de la prévention du sida, tantôt, plus récemment, à l’égard de l’Observatoire du sida et des sexualités après sa création. Si ces rapports de force sont constitutifs de l’environnement social dans lequel se forme l’action publique contre le sida, elle-même participe, à travers l’économie des nouveaux dispositifs soutenus, à orienter, voire modifier cet environnement social. Aussi faut-il préciser que ce contexte à acteurs multiples peut aussi donner lieu à des coordinations, à des échanges et à des hybridations entre logiques apparemment opposées.

Les institutions politiques comme bien commun

26Les analyses précédentes ont montré que différents modèles de démocratie habitaient les réseaux d’acteurs, mais aussi que l’action publique se construit selon une grille procédurale. Est-ce à dire pour autant qu’il n’y a plus que la reconnaissance du pluralisme qui puisse être commun à tous et ainsi faire consensus ? Où se loge le bien commun en régime de démocratie délibérative et participative ? Une réponse générale à cette question nécessiterait bien entendu la reprise d’une argumentation détaillée qui dépasse notre présent propos. Néanmoins, l’exemple du sida nous permet de dégager quelques pistes de réflexion.

  • 29  Voir J.-L . Genard, La grammaire de la responsabilité, Paris, Cerf, 1999.

27Si, avec la modernité, la définition du bien commun tend à se désubstantialiser, ce n’est pas pour autant qu’elle perd toute assise positive. Les analyses que propose Max Weber du processus de rationalisation culturelle nous indiquent d’ailleurs une voie de réponse lorsque, comparant les représentations culturelles de la modernité à celles qui les ont précédées, il suggère d’y voir à la fois, négativement, une désubstantialisation et, positivement, une formalisation. Ainsi, avec la modernité, l’horizon du bien commun va progressivement s’incarner dans un arrière-plan, une constellation de procédures et de droits qui, à l’image des droits de l’homme, seront formels et pluriels. Bref, le bien et le juste tendent alors à se dissocier. Ces droits auront pour arrière-plan une vision éthique de l’homme liée aux valeurs qui fonde nt la spécificité de l’anthropologie de la modernité, l’autonomie, la responsabilité et la dignité de la personne29. Ils seront adossés à la définition de biens formels qui seront communs au sens où ils seront revendiquables par chacun et où, universels, ils ne seront pas appropriables privativement. L’éducation, la santé, la justice, la sécurité, la protection sociale, sont de tels droits, justifiant dès lors chacun la pertinence d’une intervention étatique, qui pourra d’ailleurs prendre des formes très diverses, n’excluant pas une externalisation contrôlée. Quant à savoir ce que sont substantiellement ces biens, si, auparavant, certains acteurs pouvaient, se prévalant d’une expertise reconnue, en imposer la définition, plus personne aujourd’hui ne peut être sûr d’en détenir une, renvoyée qu’elle est vers les arènes qui constituent la démocratie et vers les acteurs qui chacun prétendent avoir droit au chapitre pour la formuler. L’horizon du bien commun va ainsi s’incarner dans un ensemble de procédures qui en permettent la construction hors des intérêts individuels. Avec la modernité, le bien commun se situera donc, partiellement mais fondamentalement, dans les institutions politiques de la démocratie.

  • 30  On est alors dans un régime de domination de la cité marchande et d’un déni de l’autre cité en con (...)
  • 31  Voir F. Cantelli, « L’espace politique du sida : logiques civiques, logiques marchandes », art. ci (...)

28D’une certaine façon, tous les exemples précédemment cités comme éléments du bien commun font consensus, au sens du moins où tous s’accordent sur le fait que éducation, santé, etc., sont des biens communs et non pas, bien sûr, au sens où tous s’accorderaient sur ce que sont ou doivent être l’éducation, la santé, etc. Toutefois, l’extension de ce qui est « bien commun » est sans cesse en question, en particulier lorsque l’une ou l’autre de ses dimensions se trouve précarisée. Et peut-être que la question du bien commun n’a-t-elle jamais été aussi urgente qu’aujourd’hui. On s’en convaincra aisément si l’on se rappelle que derrière la définition formelle du bien commun il en va d’une anthropologie morale, d’une conception éthique de l’homme, de son autonomie, de sa responsabilité et de sa dignité. Or, la question du bien commun se pose aujourd’hui de manière cruciale sous l’horizon d’une marchandisation, c’est-à-dire d’une appropriation privative généralisée dont on peut craindre qu’elle n’ait de tout autres horizons normatifs30. Aujourd’hui, c’est sans doute autour de la question du génome humain, des brevets, de la propriété intellectuelle, mais aussi de l’accès à l’eau que se pose avec le plus d’acuité la question du bien commun, qui, par nature, échapperait à toute possibilité d’appropriation privée. Là, l’exemple du sida, avec la question des médicaments génériques qui se négocie au sein de l’Organisation mondiale du commerce, mérite que l’on s’y arrête. Les stratégies adoptées par les entreprises pharmaceutiques, comme Merck, Bristol-Myers Squibb, Abbott ou GlaxoWellcome, enseignent à quel point les médicaments peuvent être loin du bien commun, à quel point donc prévaut là l’arrière-plan d’une démocratie des intérêts privés et surtout d’une logique marchande31. Notons aussi que la disqualification d’autres cadres institutionnels, comme onusida ou l’Organisation mondiale de la santé, participe d’une définition économiciste du bien commun. Là peut-être se révèle la disparité des échelles où se joue la question du bien commun face aux redécoupages actuels de la souveraineté politique, mais aussi les décalages entre les modèles de construction du bien commun qui s’y font jour. À la démocratie libérale et aux logiques marchandes de la grande échelle, s’oppose la démocratie participative dont la pertinence ne s’impose qu’à la petite échelle, dans les marges dessinées ou plutôt imposées par les logiques macropolitiques. Mais déjà Rousseau n’avait-il pas l’intuition que l’échelle de la « véritable » démocratie ne pouvait être que celle des petites républiques, à l’image de la région genevoise, alors que les grands États risquaient bien quant à eux d’être voués aux diverses formes du despotisme ?

29Comment la figure du bien commun se donne-t-elle à voir dans la construction de l’action publique ? L’État est-il le régulateur principal ? Les analyses précédentes nous ont convaincus que la tension et les enjeux actuels de l’action publique de lutte contre le sida quant à la définition du bien commun se situent dans le modèle démocratique au travers lequel on entend opérer la construction du bien commun. Parmi ces modèles, deux nous ont semblé jouer un rôle essentiel, celui de l’expertise, celui de la délibération. Agissant au nom du bien commun à chaque fois, à partir d’arrière-plans différents, le cadre médical et le travail associatif incarnent ces deux mondes, ces deux imaginaires et ces deux espaces institutionnels qui s’opposent et que l’État s’efforce d’articuler. En outre, le type d’action publique procédurale que nous avons exposé complexifie la trajectoire de construction du bien commun, dans la mesure où l’État n’agit pas de manière verticale et autoritaire. En effet, une grande partie de l’action publique se fabrique aussi à partir des attentes et des demandes formulées par les acteurs de la société civile, qu’ils soient essentiellement médicaux d’abord, puis plus largement issus du secteur associatif dans un second temps. Si certains concluent que la société civile agit aujourd’hui en opérateur exclusif du bien commun dans de nombreux secteurs d’action publique, il n’en reste pas moins que, comme nous l’avons montré dans notre analyse, l’État garde le rôle d’animateur, de coordinateur des divers réseaux et des différents dispositifs. Notre hypothèse privilégie plutôt une approche où le bien commun se costructure à partir des transactions entre acteurs de la société civile et l’État. Cela étant, l’espace pour édifier un bien commun légitime aux yeux de tous apparaît comme restreint dans le champ du sida que nous avons étudié. En Belgique, les tensions identitaires et les enjeux budgétaires qui se posent entre les différents acteurs issus de l’associatif et du médical fragilisent l’acceptation des nouveaux dispositifs par tous. Au niveau international, par contre, la problématique des brevets sur les médicaments rappelle combien les logiques marchandes incarnent une définition hégémonique du bien commun, en en éclipsant d’autres.

Haut de page

Notes

1  U. Beck, La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité, Paris, Aubier, 2001.

2  F. Cantelli, « L’espace politique du sida : logiques civiques, logiques marchandes », communication, colloque de la FIUC, Lille, 2002.

3  Un développement circonstancié des données empiriques figurant dans cette contribution a été présenté dans F. Cantelli, « Espaces d’interdépendance entre action publique et experts : un État réflexif dans le champ du sida », Revue suisse de science politique, vol. 10, no 1, 2004, p. 57-76.

4  C. Lefort, L’invention démocratique, Paris, Fayard, 1981 ; C. Castoriadis, « Imaginaire politique grec et moderne », dans La montée de l’insignifiance, Paris, Seuil, 1996 ; J. Habermas, L’espace public : archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot, 1986.

5  P. Lascoumes et J.-P. Le Bourhis, « Le bien commun comme construit territorial : identités d’action et procédures », Politix, no 42, 1998, p. 37-66.

6  Rappelons que le concept de cité chez Boltanski et Thévenot combine à la fois une mesure d’équivalence et un modèle de justice. Dans cette acception, congruente avec notre analyse du modèle libéral, la cité marchande a aussi une prétention à « être » une forme de bien commun. L . Boltanski et L . Thévenot, De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard, 1991.

7  T. Berns, « L’exemple syndical et la société civile : négociation cadrée, mémoire et discipline » dans F. Cantelli, S. Bellal, J. Faniel et T. Berns, Syndicats et société civile : des liens à (re)découvrir, Bruxelles, Labor, 2003.

8  E. Neveu, « Médias, mouvements sociaux, espaces publics », Réseaux, no 98, 1999, p. 17-85.

9  M. Callon, P. Lascoumes et Y. Barthe, Agir dans un monde incertain, Paris, Seuil, 2001 ; voir aussi les contributions de L . Blondiaux, Y. Sintomer, B. Manin, J.-P. Gaudillière, etc., dans « Démocratie et délibération », Politix, vol. 15, no 57, 2002.

10  Suite à un processus de plusieurs réformes initiées au début des années 1980, la Belgique est devenue un État fédéral composé d’entités fédérées. Ainsi il y a trois régions (la région wallonne, la région Bruxelles-capitale et la région flamande) compétentes, entre autres, pour les questions liées au territoire et aux enjeux socioéconomiques et trois communautés (française, flamande et germanophone) compétentes, entre autres, pour les questions culturelles, pour l’enseignement et pour la promotion de la santé. Les régions et les communautés disposent d’un ordre exécutif (gouvernement) et d’un ordre législatif (Parlement).

11  P. Lascoumes et J.-P. Le Bourhis, art. cité.

12  J .-L . Genard et J .-Y. Donnay, « Les nouvelles politiques sociales, émancipatrices ou répressives ? », dans L’assistant social entre aide et contrôle ?, département social, haute école P. H. Spaak, p. 37-57.

13  J.-L . Genard, « Reconnaissance et citoyenneté. Vers une psychologisation de l’intervention étatique », dans J.-M. Larouche, Reconnaissance et citoyenneté. Au carrefour de l’éthique et du politique, Québec, Presses de l’université du Québec, 2003, p. 7-26.

14  En particulier, N. Frazer et A. Honneth, Redistribution or Recognition ? A Political-philosophical Exchange, Londres, Verso, 2003.

15  J.-L . Genard, « Reconnaissance et citoyenneté », art. cité. Voir aussi J.-L . Genard, « Responsabilité individuelle ou déresponsabilisation collective », La Revue nouvelle, no 12, décembre 2002, p. 63-69.

16  Dès les années 1990, de nombreuses recherches ont déconstruit l’idée d’une « communauté sida » dans la mesure où les rapports entre les associations elles-mêmes se situent dans un marché hyperconcurrentiel : « le climat consensuel autour du sida n’est plus menacé, actuellement, par des controverses entre partis politiques mais par la compétition entre associations, dont l’enjeu est la redistribution des ressources » (M. Pollak, « Histoire d’une cause » (1991), dans Une identité blessée, Paris, Métailié, 1993, p. 290). Ancrée dans le paysage propre à la France, l’analyse ne perd rien en validité une fois transposée sur le terrain belge. Les analyses plus récentes sur les associations en France et au Canada confirment la prégnance de cette conflictualité (O. Fillieule et C. Broqua, « La lutte contre le sida », dans I. Sommier et X. Crettiez (dir.), La France rebelle, Paris, Michalon, 2002, p. 329-343 ; M . Brown, Replacing Citizenship : AIDS Activism and Radical Democracy, New York, Guilford Press, 1997).

17  N. Maréchal, « Déclaration au sujet du vih/sida. Une crise mondiale et une mobilisation communautaire », Communauté française de Belgique, 2001.

18  M. Hubert, «aids in Belgium : Africa in microcosm », dans B. Misztal et D. Moss (dir.), Action on AIDS: National Policies in Comparative Perspective, Westport, Greenwood Press, 1990, p. 73-100.

19  S. Cattacin et C. Panchaud, Les politiques de lutte contre le sida en Europe de l’Ouest, Paris, L’Harmattan, 1997 ; L . Kirp et R . Bayer, AIDS in Industrialised Democracies : Passions, Politics and Policies, New Brunswick, Rutgers University Press, 1992.

20  P. Le Gales et M . Thatcher (dir), Les réseaux de politique publique. Débat autour des policy networks, L’Harmattan, Paris, 1995, et Centre de sociologie de l’innovation, Ces réseaux que la raison ignore, Paris, L’Harmattan, 1992.

21  Pour la situation propre aux États-Unis, voir l’excellente analyse de S. Epstein, Impure science : Aids, Activism and the Politics of Knowledge, Berkeley (Cal.), University of California Press, 1996.

22  J. Barbot, Les malades en mouvement, Paris, Balland, 2002.

23  Voir F. Cantelli, « Espaces d’interdépendance entre action publique et experts : un État réflexif dans le champ du sida », art. cité.

24  F. Cantelli, L . Damay et J.-Y. Donnay, « Pour une sociologie politique des acteurs associatifs : comprendre les nouveaux enjeux », Pyramides, no 6 « Acteurs associatifs et politiques publiques », 2002, p. 11-27.

25  F. Delor, Séropositifs, Paris, L’Harmattan, 1997 ; F. Delor et M. Hubert, « Revisiting the Concept of “Vulnerability” », Social Science & Medicine, vol. 50, 2000, p. 1557-1570.

26  Cette tendance se confirme aussi pour la période de fin de législature. En effet, afin de préparer au mieux la conférence de lutte contre le sida prévue pour le 30 mars 2004, le gouvernement de la communauté française a décidé d’organiser quatre ateliers thématiques d’une journée réunissant l’ensemble des acteurs concernés. La particularité de ce dispositif est qu’il inclut aussi des membres de cabinet de la communauté française n’ayant pas la santé comme compétence et aussi d’autres niveaux de pouvoir (la région Bruxelloise, la région wallonne ou l’État fédéral). Le but officiel est de profiter des recommandations formulées par les acteurs de terrain dans chaque atelier pour définir au mieux l’action stratégique de lutte contre le sida en Belgique.

27  A. Giddens, Les conséquences de la modernité, Paris, L’Harmattan, 1994.

28  Il faut préciser que la communauté française dispose d’un modeste budget, dont la grande majorité est usé pour l’enseignement.

29  Voir J.-L . Genard, La grammaire de la responsabilité, Paris, Cerf, 1999.

30  On est alors dans un régime de domination de la cité marchande et d’un déni de l’autre cité en concurrence, la cité civique. L . Boltanski et L . Thévenot, op.cit.

31  Voir F. Cantelli, « L’espace politique du sida : logiques civiques, logiques marchandes », art. cité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabrizio Cantelli et Jean-Louis Genard , « Pour une analyse constructiviste du bien commun », Éthique publique [En ligne], vol. 6, n° 1 | 2004, mis en ligne le 03 janvier 2016, consulté le 23 mars 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/2062 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.2062

Haut de page

Auteurs

Fabrizio Cantelli

Fabrizio Cantelli est assistant en science politique à l’université libre de Bruxelles et en sociologie aux facultés universitaires Saint-Louis.

Jean-Louis Genard

Jean-Louis Genard est professeur de sociologie à l’université libre de Bruxelles, aux facultés universitaires Saint-Louis et il est directeur de l’institut d’architecture La Cambre.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org