Navigation – Plan du site
Perspectives québécoises

Le bien commun : pour l’égalité et la liberté

Françoise David

Résumés

Dans ce texte, l’auteure dresse un portrait de la position de D’abord solidaires, collectif de lutte contre la montée d’idées de droite, en ce qui concerne la question du bien commun. Françoise David dénonce l’idée du bien commun que peuvent se faire nos élites politiques en démontrant les dangers qui guettent les sociétés qui négligent de prendre en considération les conséquences à long terme des actions de celles-là. Pour D’abord solidaires, le bien commun en appelle plutôt à l’idée d’une communauté des êtres humains, à une vision qui nous entraîne à rechercher l’intérêt général, un partage de la richesse, des savoirs, des beautés de la nature, une reconnaissance de notre interdépendance et, donc, de notre besoin de solidarité.

Haut de page

Texte intégral

1En janvier 2003 naissait D’abord solidaires, un collectif de lutte contre la montée d’idées de droite, au Québec. Voici comment il définissait sa mission : « D’abord solidaires est un collectif de militantes et de militants déterminés à lutter contre la montée et la pénétration d’idées de droite dans la société québécoise. Le groupe entend apporter sa contribution au débat collectif à partir d’une préoccupation centrale : la construction d’une société fondée sur la recherche du bien commun. »

2Dans l’appel publié le 27 janvier 2003 dans le journal Le Devoir, nous décrivions ainsi ce que nous entendions par bien commun : « Le bien commun, c’est la terre, patrimoine commun de l’humanité. C’est le respect des droits fondamentaux inscrits dans la Déclaration universelle des droits de l’homme, dans les diverses conventions et protocoles internationaux et dans nos chartes québécoise et canadienne. C’est l’ensemble des valeurs, règles et institutions qu’une société se donne pour assurer le bien-être de toutes et tous. Le bien commun permet de lutter contre l’exclusion et de retisser les liens sociaux brisés. Il nous appelle à avoir le sens de l’autre, il nous convie à l’engagement pour la justice, l’égalité en droit et en fait, la solidarité et la liberté. »

3Par la suite, nous avons ouvert un site internet et publié des tableaux comparatifs des programmes de cinq partis politiques, permettant ainsi aux utilisateurs et utilisatrices d’exercer leur droit de vote en se demandant si certains programmes ou certaines promesses électorales nous amenaient vers une société fondée sur le bien commun. D’abord solidaires poursuit aujourd’hui sa mission d’action et d’éducation politique en dénonçant les politiques gouvernementales qui sabrent les programmes sociaux et brisent le tissu social.

14 avril 2003: un moment charnière

4Il s’est passé quelque chose d’important le 14 avril 2003 : un parti a été porté au pouvoir sans que nous réalisions tout à fait qu’il appuyait son programme sur des valeurs tout aussi néolibérales que l’Action démocratique. Même à D’abord solidaires, où nous avions bien lu les programmes des partis politiques québécois, nous avons sous-estimé ce grand vent de droite, trop occupés que nous étions à combattre l’ADQ et préoccupés de critiquer aussi l’ex-gouvernement péquiste qui a oscillé constamment entre la droite et le centre gauche au cours de son mandat. Notre nouveau gouvernement refuse le droit à la syndicalisation aux éducatrices en milieu familial, favorise la sous-traitance – qui n’est rien d’autre qu’un outil à la disposition des employeurs pour réviser à la baisse les conditions de travail – et augmente divers tarifs tout en promettant des baisses d’impôt. Bien sûr, il ne faudrait pas oublier que le précédent gouvernement a pavé la voie à la « révolte des contribuables », par sa lutte forcenée contre le déficit, une lutte aux conséquences dramatiques sur le système de santé, par exemple.

5Que retenir des politiques néoconservatrices de Jean Charest ? D’abord, qu’elles sont bien éloignées de la recherche du bien commun. Ensuite, qu’elles profitent à certains, ce dont les gouvernements ne parlent jamais, trop occupés qu’ils sont à nous expliquer qu’ils n’ont plus d’idéologie, qu’ils sont simplement pragmatiques ! Enfin, qu’elles doivent être combattues par une action citoyenne unitaire, intelligente et mobilisatrice.

Loin du bien commun

6Définir le bien commun n’est pas chose facile. D’abord, qui peut, à propos du bien commun, s’ériger en détenteur de la vérité ? Ce concept ne doit-il pas relever d’une discussion publique, d’un débat où tous et toutes peuvent prendre la parole ?

7Il reste que s’appuyant sur des textes tels que la Déclaration universelle des droits de l’homme ou nos chartes des droits, ainsi que sur des conventions internationales sur les droits des femmes ou sur l’environnement, par exemple, nous pouvons risquer quelques éléments de réponse à la question : « Qu’est-ce que le bien commun, ici et maintenant, au Québec et dans le monde ? »

8Premièrement, il nous faut réaffirmer que « tous les êtres humains naissent libres et égaux en droit et en dignité », ne serait-ce que pour contester immédiatement cette affirmation. Le bébé de la femme pauvre et seule ne naît pas égal. À la naissance, son poids est souvent inférieur à celui d’un enfant de classe moyenne. Son espérance de vie sera plus courte que celle de l’enfant dont les parents sont riches et en bonne santé. On parle ici du Québec, mais que dire de tous ces enfants du tiers-monde à qui le droit à la vie même est entravé par la faim, le froid, l’absence de logis, la guerre… Non, les êtres humains ne naissent pas véritablement égaux et voilà pourquoi il est si important de combattre l’inégalité par des politiques appelant à l’égalité. C’est d’ailleurs le sens même du politique : nous donner une organisation sociale qui permet à tous les êtres humains de se développer avec un maximum d’égalité des droits et des chances et de participer à la vie collective.

9Deuxièmement, l’idée du bien commun appelle à développer une vision à long terme de la vie en société. La planète Terre elle-même est un bien extrêmement précieux que tous les êtres humains ont en commun. Un bien extrêmement malmené au nom d’impératifs financiers et industriels portés par des gens qui n’ont que le profit immédiat comme objectif. Nous sommes ici au cœur de la mondialisation néolibérale, un système de pensée philosophique, économique et politique qui permet à une minorité de personnes de s’approprier le corps, le cœur et l’esprit d’autres humains, et ce, pour leur seul bénéfice personnel. Les biens, ici, sont propriétés individuelles et n’ont rien de commun. Pourtant, les enfants et petits-enfants des spéculateurs voudront, comme les autres, vivre sur une planète où l’on peut respirer, se nourrir, se laver dans une eau propre. Mais il est vrai que ceux-là pourront peut-être trouver refuge dans des ghettos dorés alors que les autres mourront de pollution.

10Troisièmement, les grandes conventions internationales appellent à un certain idéal de justice et de liberté. Elles s’inscrivent en faux contre la discrimination envers les femmes, les enfants, les autochtones, par exemple. Elles interdisent la production et la vente des mines antipersonnel. Elles appuient le droit d’association syndicale.

11Mais comment faire respecter ces droits élémentaires quand, au même moment, la communauté des États souscrit généralement aux diktats néolibéraux dont le premier est le respect total de la liberté d’entreprendre : pas de règles, pas de politiques contraignantes pour les entrepreneurs ou spéculateurs, limitations maximales des prérogatives de l’État. On est très loin de la recherche du bien commun par un État garant du respect des droits humains fondamentaux !

12Le bien commun, me semble-t-il, en appelle à l’idée d’une communauté des êtres humains. À une vision qui nous entraîne à rechercher l’intérêt général, un partage de la richesse, des savoirs, des beautés de la nature, une reconnaissance de notre interdépendance et, donc, de notre besoin de solidarité. Sinon, comment vivre ? Certains y arriveront peut-être, s’ils sont hommes, blancs, riches et en bonne santé. Ils découvriront cependant, lorsque la maladie ou un autre malheur les atteindra, que l’on a besoin des autres. Voilà pourquoi, à D’abord solidaires, nous n’avons cessé d’affirmer que la recherche du bien commun profite à tout le monde ! La recherche du bien commun constitue la meilleure garantie de l’épanouissement personnel.

13Alors, comment déterminer si ici, au Québec, le bien commun est recherché par nos dirigeants politiques ? Il nous faut regarder le discours derrière les mesures, les nouvelles règles, ou l’absence de règles, les politiques préconisées.

La liberté des uns, le malheur des autres

14Qui profite des politiques adoptées par le gouvernement Charest ? Est-ce vraiment la collectivité québécoise dans son ensemble ? À qui servent la sous-traitance, les entraves à la syndicalisation, la dérèglementation, la « modernisation » de l’État qui n’est rien d’autre qu’une opération visant des coupures dramatiques au sein de plusieurs ministères ? Les travailleurs syndiqués, les travailleuses à statut précaire, les petits agriculteurs, les personnes vivant de l’aide sociale, les familles aux revenus modestes, les personnes immigrantes… la majorité silencieuse dont se réclame notre nouveau gouvernement sortira-t-elle gagnante de ces grands coups de hache dans l’État et les services publics ? Bien sûr que non ! Bien des gens qui ont voté pour le Parti libéral commencent à s’en rendre compte. Alors, pourquoi ? C’est ce que beaucoup de personnes se demandent maintenant…

15Pourquoi ? Parce que ce gouvernement a adopté les convictions politiques des Thatcher, Reagan, Blair, Harris et Bush : rien ne vaut la liberté du marché pour augmenter la croissance économique, c’est-à-dire surtout la croissance des grandes fortunes. Il faut dire aussi que ces dirigeants ont des amis dans l’entreprise. Des amis dans le pétrole, à la Bourse, dans les grands médias. Entre amis, on se comprend.

16Cela dit « l’équipe Charest » croit probablement sincèrement travailler à la modernisation du Québec, une autre révolution tranquille, en quelque sorte ! Cette équipe est tellement convaincue d’avoir été élue pour faire un grand ménage dans les affaires publiques qu’elle consulte à peine, pour la forme. Nous nous trouvons non seulement devant un gouvernement de droite mais devant des dirigeants autoritaires qui prétendent savoir ce qui est bon pour nous ! En fait, toutes leurs politiques sont bonnes pour un seul lobby : celui des patrons qui n’en peuvent plus de contentement ! Ils salivent devant la perspective de contrats juteux apportés par la sous-traitance et les partenariats publics-privés.

La riposte citoyenne

17Nombreux sont ceux et celles qui n’endossent pas le discours aux accents férocement individualistes, tenu par de nombreux dirigeants politiques et économiques. Refusant le faux pragmatisme qui cache une idéologie de droite, dénonçant l’appel au réalisme qui n’est rien d’autre qu’un appel à la soumission, nous devons réfléchir à des solutions de rechange.

18Réfléchir, c’est un premier pas, indispensable, vers l’action sociale et politique. Oui, réfléchir parce que la conjoncture québécoise et mondiale réclame que nous nous inventions un avenir centré sur la recherche du bien commun. Dans cette réflexion, nous ne pourrons nous soustraire au bilan des gouvernements dictatoriaux qui, voulant imposer leur vision du bien commun à gauche, ont sombré souvent dans la barbarie. Il nous faut donc construire un Québec et un monde moderne où l’individu trouve sa place et sa liberté en même temps qu’il reconnaît sa dépendance vis-à-vis d’autrui et son nécessaire devoir de solidarité sociale.

19La recherche d’autres possibilités n’est pas seulement œuvre intellectuelle. Elle nous demande de nous engager dès aujourd’hui, au quotidien, elle exige que nous nous sentions responsables des autres, de nos proches, de nos communautés, du monde. Cela veut dire demeurer critiques, en état d’alerte, refuser « le confort et l’indifférence » qui permet aux dirigeants de nous endormir. Et nous donner le droit de rêver, d’imaginer, d’inventer. Le monde n’est pas fait que d’opérations comptables !

20Dans cette quête du bien commun, des difficultés surgiront, surgissent déjà : la confrontation des intérêts particuliers, même au sein des mouvements sociaux, les divergences d’opinions et de stratégies, la résolution des conflits entre personnes provenant de milieux divers – la ville et la campagne, par exemple –, le choc des cultures, etc. Il nous faudra toujours nous demander pourquoi et pour qui nous voulons construire une véritable société juste. Nous questionner sur les impacts à long terme des solutions de rechange que nous proposons. Conjuguer l’action sociale et l’action politique, partisane ou non. Nous assurer, enfin, qu’un jour « tous les êtres humains pourront naître et vivre libres et égaux en droit et en dignité ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise David , « Le bien commun : pour l’égalité et la liberté », Éthique publique [En ligne], vol. 6, n° 1 | 2004, mis en ligne le 29 décembre 2015, consulté le 24 avril 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/2047 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.2047

Haut de page

Auteur

Françoise David

Françoise David est militante féministe et politique.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org