Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Il est de bon ton, par les temps qui courent, de reprocher aux partis politiques leur manque de projet de société. Et, de fait, les partis, tout comme les gouvernements préfèrent offrir un menu à la carte aux électeurs : des garderies pour les parents qui travaillent, des subventions pour les chefs d’entreprise, de bons salaires pour tel type de professionnels selon leur poids électoral, etc. De telles interventions traduisent une certaine conception de la vie en société et l’absence de vision commune au profit d’un « collage » d’intérêts individuels et privés que le gouvernement met en balance au moment de prendre des décisions. Nous pourrions aussi dire que cette conception du « vivre ensemble » dépouille le politique de sa fonction première : établir le bien commun. Mais qu’en est- il justement du bien commun ? Est-ce qu’un ensemble de mesures sociales ou fiscales le définissent ? Peut-il encore nous réunir autour d’un horizon de sens ou est-il devenu une marchandise que nous nous partageons avec plus ou moins de bonheur en fonction du pouvoir des différents groupes de pression ? En réalité, la définition même du bien commun pose problème comme le révèlent les débats entourant la gestion de l’État un peu partout en Occident. Plusieurs préfèrent en effet s’abstenir de trancher et laisser le marché décider de l’avenir. Ce sont les tenants de la mondialisation et de la privatisation. Pour ceux-là, les intérêts individuels peuvent servir d’horizon de sens à une vie en société. D’autres souhaitent aller au-delà de ces seuls intérêts sinon pour fonder le débat social, du moins pour l’orienter.

2Mais la définition du bien commun relève-t-elle essentiellement du débat politique ou doit-elle être formulée en amont, ou en marge du débat politique ? Attend-on encore de nos gouvernements qu’ils nous proposent une conception du bien commun ou ne sont-ils que des caisses de résonance de la rumeur publique ? La notion de bien public – ou commun – comporte en effet l’idée d’une orientation normative de l’action collective, d’une conception de ce que doit être un bon citoyen puisque ce dernier devra orienter ses actions en fonction du mieux être de la communauté, en fonction de ce que l’on définira comme le bien commun.

3Les pages qui suivent proposent donc une réflexion sur la notion de bien commun afin de voir si, au-delà ou en marge de l’État, il est encore possible d’en parler ou s’il nous faut renoncer à envisager un bien commun au profit d’un ensemble de biens communs défendus par divers groupes sociaux. Cette réflexion nous amènera à nous demander si le bien commun est nécessairement public et s’il est défini à ce titre par les gouvernements ou s’il peut être privé… et défini selon les goûts exprimés par un groupe de citoyens en marge de l’appareil étatique. De cette réponse dépend un ensemble de mesures concernant l’utilisation des ressources naturelles comme l’eau, l’électricité, voire même l’utilisation de l’espace urbain. D’elle dépend également un ensemble d’orientations gouvernementales qui pourraient avoir un impact sérieux sur la vie en société.

4Ce numéro de la revue Éthique publique fait se rencontrer les discours de gens de terrain, de politologues et de philosophes. Nous espérons que les recoupements aussi bien que les contrastes entre eux permettront de clarifier, tant pour la pratique que pour la réflexion, les divers aspects du bien commun et de mesurer l’intérêt de cette notion pour la compréhension de notre époque.

5Qu’il me soit permis, pour terminer, de rendre un dernier hommage à Claude Ryan, collaborateur et membre du conseil scientifique de la revue, qui nous a quittés au moment où nous travaillions sur le présent numéro. Il avait accepté de nous présenter sa vision du bien commun. Dans son article, il rappelle la nécessité de procéder à des mises en balance dans nos sociétés tout en défendant l’idée d’une social-démocratie forte qui est loin de laisser les coudées franches aux ambitions néolibérales. Claude Ryan nous avait déjà remis, au moment de sa mort, le texte que nous publions ici, qui est donc le dernier texte publié de son vivant et un condensé de son expérience publique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Lacroix , « Présentation », Éthique publique [En ligne], vol. 6, n° 1 | 2004, mis en ligne le 29 décembre 2015, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/2044

Haut de page

Auteur

André Lacroix

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org