Navigation – Plan du site
Éthique et journalisme

Médias et monopole du pouvoir

Michel C. Auger

Résumés

Cet article aborde notamment la question de la concentration des médias et de certains problèmes d’éthique gouvernementale. Il souligne que la tradition de journalisme d’enquête qu’ont les médias canadiens a permis d’apporter un plus grand intérêt aux mécanismes de contrôle qui garantissent l’efficacité des dépenses gouvernementales ou l’éthique des élus. Selon l’auteur, les médias auraient également aidé à renforcer et élargir la mission de certaines de ces institutions, comme le commissaire à l’éthique ou le vérificateur général.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis son élection de 1993, le Parti libéral du Canada a pu régner pratiquement sans partage sur le pays en raison d’un éclatement des partis d’opposition. Au lieu de faire face à un parti formant l’opposition officielle qui constitue une véritable solution de rechange au gouvernement, les libéraux ont eu affaire à une opposition morcelée de nature régionale plus qu’idéologique, aucun de ces partis n’étant solidement implanté dans toutes les régions du pays et ne pouvant donc prétendre sérieusement être en mesure de remplacer les libéraux.

2Il s’agit sans doute là d’une forme de monopole du pouvoir, mais on ne peut pas vraiment affirmer que le gouvernement agissait sans opposition. Le régime parlementaire britannique permet parfois l’élection de majorités tout à fait écrasantes dans les assemblées législatives. En 1988, par exemple, le gouvernement libéral de Frank McKenna au Nouveau-Brunswick obtenait la totalité des sièges. En 1973, les libéraux de Robert Bourassa au Québec gagnaient cent deux des cent dix sièges à l’Assemblée nationale. Tel n’a jamais été le cas pour les libéraux fédéraux depuis dix ans au Canada. Le parti au pouvoir n’a jamais remporté les deux tiers des sièges, laissant donc une large part à l’opposition. On pourrait même dire que l’opposition, justement grâce à son morcellement régional, a été en mesure de soulever toutes sortes de questions d’intérêt plus local qui, dans un autre contexte, n’auraient jamais été reprises par un parti dit « national ».

3Au cours des dix dernières années, le Canada n’a donc pas été dans une situation où les médias devaient se substituer à l’opposition parlementaire pour que les préoccupations des citoyens soient discutées dans les grandes institutions nationales. Cela ne signifie pas que ces mêmes médias n’ont pas été affectés par le fait qu’aucun parti d’opposition ne pouvait réellement espérer défaire les libéraux et former le prochain gouvernement. Mais force est de constater qu’ils n’ont pas voulu jouer le rôle d’opposition extra-parlementaire.

4La tradition des médias canadiens – même au Québec francophone, où l’influence européenne est plus forte – est très nord-américaine. Si le propriétaire du journal ou de la chaîne de télévision ou de radio peut avoir des opinions politiques très tranchées et les exprimer par la voie de la page éditoriale ou d’un temps de commentaire, il reste que, pour l’essentiel, les médias s’efforcent de demeurer aussi objectifs que possible dans le reportage des nouvelles quotidiennes. Cela dit, au cours des dix dernières années, les propriétaires de certains médias, surtout pour ce qui touche les journaux quotidiens, ont probablement été plus interventionnistes quant au contenu de leurs médias qu’à aucun autre moment de l’histoire récente.

5Il n’est ainsi pas exagéré de dire que Conrad Black a lancé The National Post essentiellement pour des raisons politiques, tant pour essayer de contribuer à la défaite des libéraux que pour promouvoir l’union des deux partis de la droite canadienne, l’ancien Parti progressiste-conservateur et le Parti réformiste, devenu ensuite l’Alliance canadienne. Ironiquement, cette union s’est concrétisée après que Black a vendu tous ses journaux, dont le National Post, à la famille de feu Izzy Asper, un partisan convaincu et avoué du Parti libéral du Canada ! Le Post n’a pas pour autant changé d’orientation idéologique. On ne peut en dire autant du reste des journaux qui ont été vendus au même moment, soit l’ancienne chaîne Southam, dont quelques-uns des éditeurs ont démissionné ou ont été congédiés pour des raisons qu’on ne peut qualifier que d’idéologiques.

6Au cours des dernières années, le mouvement de concentration de la propriété des entreprises de presse s’est soldé par la formation de deux grands groupes – les journaux Gesca, au Québec, et la chaîne CanWest Global, au Canada anglais – tous deux dirigés par des familles dont les liens avec le Parti libéral du Canada étaient bien connus.

7Les médias canadiens ont, depuis longtemps, une tradition de journalisme d’enquête. Ils ont ainsi révélé plusieurs problèmes reliés à l’éthique gouvernementale ces dernières décennies. Malgré le quasi-monopole récent exercé par le Parti libéral sur le pouvoir, on ne peut pourtant pas affirmer qu’ils aient fait plus d’enquêtes sur ce gouvernement que sur ses prédécesseurs. On pourrait même très certainement avancer qu’ils ont consacré plus d’énergie à des enquêtes sur l’éthique du gouvernement conservateur de Brian Mulroney (de 1984 à 1993) que sur celle du gouvernement Chrétien, surtout dans les premières années de son élection en 1993. Ce n’est que dans le troisième mandat de ce gouvernement – à partir de novembre 2000 – qu’ils ont commencé à publier des révélations sur de présumés manques à l’éthique, y compris de la part du premier ministre.

8Plusieurs de ces reportages touchaient les pressions indues faites par le premier ministre lui-même sur une institution relevant de son gouvernement, la Banque fédérale de développement, pour qu’elle accorde un prêt à l’Auberge Grand’Mère, située dans sa circonscription et dont il avait déjà été le propriétaire. Mais ces reportages n’ont pas toujours été prisés par les dirigeants des journaux qui les publiaient. Ainsi, en mars 2001, David Asper, le président de CanWest Global Communications publiait, dans les journaux qu’il contrôlait, une lettre qui défendait le premier ministre Chrétien et affirmait que les médias avaient été injustes envers lui dans l’affaire de l’Auberge Grand’Mère. On ne peut donc dire que les enquêtes sur les questions d’éthique aient été encouragées par la direction des grands médias, ne serait-ce comme contrepoids à un gouvernement qui n’avait devant lui qu’une opposition parlementaire fragmentée.

9Par contre, on peut dire que les médias canadiens ont très certainement apporté, ces dernières années, un plus grand intérêt aux mécanismes de contrôle qui existaient déjà ou qui ont été mis sur pied pour s’assurer de l’efficacité des dépenses gouvernementales ou de l’éthique des élus. C’est ainsi qu’a été créé le poste de conseiller en éthique du gouvernement et que sa mission et ses fonctions ont fait l’objet de larges débats dans les médias.

10On peut également ajouter que l’institution du vérificateur général a en même temps largement dépassé son rôle strict de contrôleur des comptes du gouvernement pour devenir une sorte de commission d’enquête permanente sur l’ensemble des décisions gouvernementales, y compris en matière éthique. Cette mutation dans la fonction du vérificateur s’est produite sinon sous la pression des médias, au moins avec leur appui constant et enthousiaste.

11Les rapports du vérificateur ont été très largement diffusés dans les organes de presse, qui y ont consacré non seulement des textes de nouvelles, mais nombre d’éditoriaux et de commentaires, presque toujours favorables. Autrefois, ces rapports étaient essentiellement des exercices comptables de vérification des livres. Au cours de la dernière décennie, des changements législatifs ont permis au vérificateur de publier plusieurs rapports chaque année. Mais, surtout, les gouvernements ont commencé à demander au bureau du vérificateur des enquêtes ponctuelles sur des questions qui touchaient de moins en moins à l’utilisation des fonds publics et ressemblaient de plus en plus à des questions d’éthique.

12L’exemple le plus connu en est la demande faite au vérificateur d’enquêter sur ce qui s’est appelé le « scandale des commandites », c’est-à-dire le détournement d’une partie des fonds d’un programme de visibilité du gouvernement canadien. Le rapport, publié en février 2004, a démontré qu’il y avait eu, au sein du gouvernement, un réseau de blanchiment d’argent pour que des commissions puissent être payées à certaines agences de publicité proches du parti au pouvoir. Les médias ont interprété le rapport comme une claire condamnation du gouvernement sur le plan de l’éthique et non comme une simple vérification comptable, consacrant ainsi le nouveau rôle du bureau du vérificateur.

13Il convient de remarquer que les médias ont effectivement effectué des enquêtes indépendantes sur le scandale des commandites, utilisant souvent comme sources les rapports provisoires de vérification. Mais l’affaire avait déjà été soulevée à maintes reprises par l’opposition parlementaire. Ainsi, le Bloc québécois, le parti souverainiste québécois à la Chambre des communes, a posé plus de quatre cents questions sur le scandale des commandites – la première remontant à mai 2000. Il a en cela largement devancé les médias, qui n’ont commencé à s’intéresser à la question qu’en juin 2001, plus d’un an après. Voilà donc un exemple de problème d’éthique gouvernementale qui a été traité d’abord par les partis d’opposition, bien avant d’intéresser les médias. Et même si ceux-ci y ont ensuite consacré un espace considérable, on voit bien qu’ils ne se sont pas substitués aux institutions politiques et à l’opposition parlementaire.

14Un mot enfin sur le commissaire à l’éthique, une institution relativement nouvelle qui avait été créée par le gouvernement libéral peu après son élection. Les médias en général ont accordé beaucoup d’importance aux décisions de ce commissaire, dont les avis n’étaient pourtant que consultatifs. Beaucoup plus que pour les avis d’autres organismes réglementaires dont l’effet était beaucoup plus important.

15La fonction de commissaire à l’éthique a vite été critiquée – cette fois autant par les médias que par l’opposition parlementaire – pour ses liens trop étroits avec l’exécutif, ce qui jetait des soupçons sur son travail. Le commissaire étant nommé par le premier ministre et relevant de lui, il ne pouvait donc pas agir de façon totalement indépendante, comme aurait pu le faire un juge, par exemple.

16Le rôle ambigu du commissaire à l’éthique a été largement dénoncé dans les médias, chaque fois qu’ils faisaient état de ses décisions. On peut presque dire qu’il y a eu une véritable campagne de presse pour demander que ses pouvoirs soient étendus et que son indépendance soit garantie.

17En résumé, on peut dire que, au Canada, les médias n’ont pas voulu se substituer à l’opposition depuis dix ans, même dans un contexte où le parti au pouvoir n’était pas menacé. Les partis d’opposition ont d’ailleurs fait un travail tout à fait respectable dans le cadre parlementaire, que ce soit lors de la période des questions au gouvernement ou dans les commissions parlementaires. Les citoyens et consommateurs de médias n’ont pas demandé aux médias d’exercer le rôle d’un parti d’opposition, lequel entrerait en conflit avec les traditions du journalisme nord-américain. D’autre part, force est de constater que la propriété de certains médias aurait rendu cette ambition pratiquement impossible.

18Par contre, on peut dire que les médias canadiens ont tout de même attaché une grande importance aux questions d’éthique, en particulier en travaillant à renforcer et à élargir la mission de certaines institutions – comme le vérificateur général – qui s’impliquent de plus en plus dans les questions touchant à l’éthique, même si cela n’est pas nécessairement leur fonction première. Les médias ont également critiqué des institutions comme le commissaire à l’éthique, dont l’autonomie n’était pas suffisante pour lui permettre d’exercer efficacement le rôle de chien de garde qui aurait dû être le sien.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel C. Auger , « Médias et monopole du pouvoir », Éthique publique [En ligne], vol. 6, n° 2 | 2004, mis en ligne le 28 décembre 2015, consulté le 18 août 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/2040 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.2040

Haut de page

Auteur

Michel C. Auger

Michel C. Auger est chroniqueur politique au Journal de Montréal.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org