Navigation – Plan du site
Éthique et journalisme

Soupçon éthique

Alain Duhamel

Résumés

L’insertion d’entrevues dans Éthique publique n’est pas pratique usuelle. C’est le procédé retenu par les responsables de ce numéro pour présenter aux lecteurs de l’espace francophone les réflexions sur la dimension éthique du journalisme de l’un des plus influents commentateurs de France depuis bientôt trente-cinq ans, M. Alain Duhamel. Dans cette entrevue, M. Duhamel traite des récents scandales qui ont touché le journalisme ainsi que la place de la réflexion éthique dans la profession de journalisme.

Haut de page

Notes de la rédaction

Bien que l’entrevue ne soit pas pratique usuelle dans Éthique publique, les responsables de ce numéro ont cru bon d’y recourir pour présenter aux lecteurs de l’espace francophone les réflexions sur la dimension éthique du journalisme de l’un des plus influents commentateurs de l’actualité en France depuis bientôt trente-cinq ans. Alain Duhamel, lui-même intervieweur hors pair, lançait d’ailleurs la rentrée politique de l’automne 2004 en animant sur les ondes de RTL l’émission Le grand débat où se sont mesurés le premier ministre, Jean-Pierre Raffarin, et le premier secrétaire du Parti socialiste, François Hollande.

Alain Duhamel occupe, sur la scène politique française, une place particulière. Grâce à ses éditoriaux publiés aussi bien dans Libération que dans plusieurs quotidiens régionaux (Les Dernières nouvelles d’Alsace, Nice Matin, Le Courrier de l’Ouest), il figure parmi la dizaine de journalistes de la presse écrite qui atteignent l’ensemble des citoyens français. Il jouit d’une notoriété exceptionnelle en raison de sa participation, depuis un quart de siècle, aux grandes tribunes politiques de la télévision nationale, y compris TV-5 et RTL, en tant que chroniqueur de la vie politique française. On l’a même qualifié, tout récemment, de « prélat des ondes ».

Ce politologue de formation est aussi un auteur prolifique. Bon nombre de ses ouvrages (Le président, Les prétendants) ont été repris dans des collections de poche de grande diffusion. Il se penche avec minutie sur les dessous de la politique et s’intéresse aux motifs profonds de ses dirigeants. Depuis quelques années, il ausculte la société française atteinte d’un malaise qu’il cherche à mieux cerner. Une ambition française et Les peurs françaises en font l’objet, tout comme Le désarroi français qui, paru récemment, aborde entre autres le rôle des journalistes dans le cheminement d’une société inquiète.

L’entrevue qui suit a été réalisée à Paris le 19 décembre 2003. Les propos ont été recueillis par Paul-André Comeau.

Texte intégral

1Dans votre dernier essai, Le désarroi français (Paris, Plon, 2003), vous affirmez que les journalistes sont parties prenantes à la crise d’identité que la France traverse actuellement.

2En France, il y a en ce moment une méfiance très profonde vis-à-vis des élites en général. C’est, me semble-t-il, le résultat direct d’un état de crise au sein de la société qui se traduit par une tentation populiste et par ce qui la caractérise : une hostilité, une agressivité à l’égard de l’ensemble des dirigeants perçus comme formant une caste. Pour les Français, les journalistes politiques font partie de la classe politique. Ils y sont assimilés et font l’objet d’une même réprobation de principe et d’un même scepticisme. A priori, le public n’accorde ni confiance ni foi en leurs dires, et les considère indirectement coresponsables des difficultés françaises actuelles. C’est là un handicap réel. Plusieurs fois par an, des sondages évaluent l’image des journalistes et, de façon plus précise, celle des journalistes politiques. La méfiance envers ces derniers demeure stable, considérable ; elle se hisse même au niveau de celle à l’égard des dirigeants politiques, des magistrats, des chefs d’entreprise. En France, tous les milieux influents, y compris les journalistes politiques, sont considérés avec une certaine aversion.

3Ces dernières années, plusieurs journalistes ont dénoncé, dans des ouvrages qui ont retenu l’attention, l’actuelle pratique de cette profession. Certains se sont carrément attaqués aux titres les plus importants de la presse française, en commençant par Le Monde.

4Il faut distinguer deux faits : il y a, en France, une crise des filières de formation de journalistes, filières qui, à vrai dire, n’ont jamais été totalement satisfaisantes. Il n’y a pas ici d’équivalent de ce que peut représenter l’école de journalisme de l’université Columbia, aux États-Unis. Certes, de bonnes écoles professionnelles existent, par exemple celle de Lille. Certaines institutions assurent des formations tout à fait honorables, mais qui ne peuvent pas être considérées comme prestigieuses. Qu’il y ait une incroyable variété d’écoles, publiques ou privées, reconnues par l’État, par la profession ou non, cela engendre une situation insatisfaisante et suscite des interrogations. On vient d’apprendre que science-po, à Paris, a décidé tout récemment de lancer sa propre formation de journalistes qui, on le devine, sera de haut niveau, mais ce projet n’est encore qu’à l’état d’ébauche.

5Au-delà du problème des filières de formation, l’exercice même de la profession est au cœur d’un véritable débat déontologique.

6À ce propos, je crois qu’il faut être beaucoup plus nuancé. Il n’y a pas, me semble-t-il, de prise de conscience collective à ce sujet dans le milieu journalistique français. Rien de tel ne m’est perceptible. En tout état de cause, plusieurs problèmes se dessinent avec une certaine netteté. Les journalistes français les plus connus sont de véritables stars de la télévision. Leur notoriété, leurs émoluments suscitent la curiosité et l’intérêt quelque peu jaloux de leurs collègues. Certes, cette célébrité et l’influence potentielle qui en découle impliquent des exigences et justifient des critiques.

7En France comme ailleurs, le traitement de l’information n’est pas toujours à l’abri de tout reproche. Le déontologue trouvera sans doute matière à blâme quand la présence de journalistes à des cocktails ou autres réunions mondaines est monnayée. Une certaine presse spécialisée répercute ces situations douteuses. Deux cas de figures peuvent se présenter. Les personnes concernées, quand elles n’ont pas elles-mêmes tout concocté, sont bien aises d’être ainsi mises en vedette ; si, au contraire, elles craignent pour leur image, elles intentent des procès. Certes, le mode de vie de certaines stars de l’information mérite chapitre au livre de la déontologie. Soumises au même collimateur, les relations entre journalistes, partis politiques et dirigeants ne valent plus guère que de faux procès.

8Il y a trente ans, la presse politique et les journalistes politiques français avaient une tendance naturelle à s’identifier à un parti, à une équipe ou à un clan. Une question s’imposait alors d’elle-même : quelle casaque portez-vous ? Actuellement la question serait plutôt : pour qui ne roulez-vous pas ? La connivence a, selon moi, délogé l’esprit partisan et l’engagement. Il reste des journaux affichant un choix idéologique, et des journalistes que l’on sait proches de telle tendance politique, de telle équipe ou de tel personnage.

9Globalement, il y a eu, je pense, un assainissement considérable des relations de la télévision avec les pouvoirs politiques, les équipes gouvernementales ou présidentielles, tout comme avec les partis et les élus. À ce sujet, je pense que de grands progrès ont été accomplis. Depuis quelque vingt ans, la France doit détenir une sorte de record au chapitre de l’alternance gouvernementale. Il en résulte une plus grande indépendance et donc une stabilité notoire entre les divers pouvoirs. Dans la presse écrite, je ne relève pas d’anomalie grossière. En toute franchise, je ne vois pas de mauvaise foi systématique et il me semble que les journalistes politiques traitent honnêtement ce dont ils ont à traiter.

10Cela étant, des reproches leur ont été faits, qui n’étaient pas toujours sans fondement. Quand je dis « leur ont été faits », je me range parmi eux et je refuse de m’exclure de ces critiques. Les journalistes politiques s’identifient, en partie par leur mode de vie, aux classes dirigeantes. Ils ont sans doute ignoré ou mal perçu certains aspects de la crise qui frappe la France. Par tradition intellectuelle extrêmement attentifs et mobilisés pour tout ce qui touche aux droits de l’homme, ils ont en revanche très longtemps sous-évalué l’importance d’un sentiment d’insécurité de plus en plus présent dans la population et provoqué ainsi un éloignement de leurs lecteurs. De même, la montée de l’extrême droite a été sous-estimée. Il faut bien le dire, personne n’avait même envisagé la possibilité d’une qualification de Jean-Marie LePen au second tour de l’élection présidentielle de 2002. Pour ma part, j’avais évoqué la montée de ce dernier dans les suffrages dès l’automne 2001. Je le voyais même en troisième position, quand la plupart de mes collègues le plaçaient au cinquième ou sixième rang. Certains autres pariaient même sur son déclin. Je crois que, là aussi, les Français, téléspectateurs, auditeurs, lecteurs, en ont voulu aux journalistes de n’avoir pas été plus perspicaces ou plus attentifs, d’avoir trop fonctionné selon les clichés.

11De façon plus large et d’une certaine manière plus innocente, les Français ont le sentiment que ceux qui exercent ou détiennent une parcelle de pouvoir ne l’ont pas utilisée à l’avantage de l’ensemble de la population. Bien entendu, c’est en partie injuste. C’est pourtant l’expression du courant populiste sous-jacent qui se braque contre les journalistes politiques tout simplement parce qu’ils apparaissent plus souvent au premier plan de l’actualité que, disons, un chef d’entreprise, un évêque, ou un professeur de médecine. Les populistes visent un ensemble de responsables présumés, mais ils blâment en particulier les personnalités qui leur sont les plus familières.

12Comment les journalistes politiques ont-ils réagi au lendemain du premier tour des élections présidentielles de 2002? Ont-ils engagé une forme de réflexion, d’autocritique devant les reproches d’une certaine partie de la population, précisément celle qui serait tentée de donner crédit au populisme ?

13Il me faut signaler des changements importants survenus ces toutes dernières années. De plus en plus de chaînes de télévision et de radio, des journaux, hebdomadaires ou quotidiens, se sont donné un médiateur dont le rôle est de veiller au respect des principes déontologiques. C’est là une évolution récente, moins de dix ans, et qui fait tache d’huile. S’il en est ainsi, c’est que les sociétés de journalistes et les syndicats, qui par ailleurs ne sont pas sans défaut, l’ont souhaité ; il n’y a donc pas d’indifférence à ce sujet.

14L’ensemble des journalistes aimeraient jouir d’une meilleure image ? Des sensibilités coagulent quelquefois, ainsi par exemple le gauchisme intellectuel, qui s’incarne dans Le Monde diplomatique, rêve toujours d’installer des observatoires pour surveiller les autres. Ce qui correspond, à mon avis, à une nouvelle forme d’autocritique, analogue à ce qu’on a toujours connu dans des périodes de crise. Du côté conservateur, des associations se sont constituées, qui organisaient des colloques ou des débats sur ce qu’ils appelaient la « désinformation », terme cher à la droite, l’ultra droite, s’il en est. Certains donc traquent la désinformation tandis que d’autres s’érigent en directeurs de conscience collective, bien qu’ils soient eux-mêmes, beaucoup plus que tous les autres réunis, idéologiquement marqués. Honnêtement, je ne pense pas que tout cela exerce une très grande influence ni sur l’ensemble de la profession ni sur les journalistes politiques en particulier. Plus efficaces, par contre, sont les formes de réflexion qui s’expriment dans les sociétés de journalistes constituées au sein de chaque organe. Certes tous les médias n’en ont pas mais, quand réflexion il y a, quand il y a débat général, c’est dans ce cadre. C’est d’ailleurs ainsi que sont nés les « médiateurs ».

15Vous êtes l’un des éditorialistes les plus lus en France. Quand vous vous prononcez et prenez position sur un problème sérieux, délicat, quelle part faites-vous à la réflexion éthique ? Vous est-il arrivé de regretter sérieusement l’un de vos textes ?

16En tant qu’éditorialiste, il me faut exprimer des jugements qui peuvent être délicats. Si je ne suis pas convaincu de détenir la vérité, ai-je le droit de prendre position devant un large public ? Ainsi, prenons le cas récent et de plus très significatif où il s’agit de savoir si adopter une loi pour interdire le port du foulard islamique dans les établissements scolaires publics constitue un progrès ou une régression, une chance ou un risque. En toute honnêteté, j’ai beaucoup hésité et n’étais pas seul à le faire. Tout bien pesé, j’ai fini par appuyer la loi pensant que c’était la solution du moindre mal. Je me suis interrogé sur le bien-fondé de ce projet de loi. Je me suis donc posé des questions et je me les suis posées devant mes lecteurs et auditeurs en disant : voilà ce qui m’arrête, mais voici ce qui me fait aller dans ce sens. J’ai avancé le raisonnement suivant : un mouvement gagnant significatif tend actuellement à se répandre dans d’autres secteurs de la société ; on le trouve maintenant dans les hôpitaux, comme dans les associations sportives. On voit en France ce qui n’a jamais existé : des équipes de football communautaires ont tendance à terminer leur match en se tapant dessus, en s’envoyant des cailloux à la figure. Je me suis dit : il faut marquer un coup d’arrêt maintenant. Mais honnêtement, je me suis posé des questions.

17Comme autre sujet prêtant à réflexion, je citerai, en ce qui concerne les émissions de télévision ou de radio, la question de savoir si on doit ou non inviter des personnages sulfureux. Ainsi, lors des premières invitations faites à Jean-Marie Le Pen, en 1984, je me trouvais au cœur des décisions pour une émission de télévision très connue – L’heure de vérité – et pour une autre de radio assez importante. Nous avons longuement discuté entre nous : devait-on ou non l’inviter ? Si oui, ne lui offrions-nous pas une chance supplémentaire ? Personnellement j’ai penché en faveur de l’invitation, j’ai même milité en ce sens avançant comme argument qu’invitation n’impliquait pas cautionnement et que, en revanche, on n’avait pas le droit d’ignorer un phénomène qui existait. À partir du moment où il existait, il était normal qu’il s’exprime et que ce soient les auditeurs ou les téléspectateurs qui jugent, charge à nous, journalistes, de poser les bonnes questions, ce qui par ailleurs n’a pas toujours été le cas notamment avec Jean-Marie Le Pen. En fin de compte, je pensais qu’il fallait l’inviter parce que c’était au fond l’intellectuel le plus prestigieux qui servait de couverture idéologique à toute une sensibilité importante en France. Il est influent et dès lors, selon moi, il était normal qu’il s’exprime devant les Français et soit contredit, ce qui a d’ailleurs été le cas. Il était normal que les Français aient une idée du personnage, de ses thèses et de sa façon de procéder. De tels problèmes se posent évidemment très souvent et ce ne sont pas là des décisions faciles. J’ai maintenant assez d’expérience pour savoir que mieux vaut ne pas les prendre en vingt-quatre heures et réfléchir.

18Un autre type de problèmes éthiques, peut-être plus frivoles mais réels, interpelle le journaliste politique, l’éditorialiste, quiconque détient une parcelle d’influence. Ainsi, j’éprouve pour certains hommes politiques, pour certaines femmes politiques, une sympathie personnelle, ce qui ne veut pas nécessairement dire une sympathie partisane. Est-il souhaitable ou non de les rencontrer en dehors du travail ? N’est-il pas stupide de ne pas voir ces personnes si on entretient des sentiments amicaux à leur égard, mais n’est-il pas dangereux de les fréquenter ? Gérer nos relations est compliqué. Il est vrai que certains ou certaines journalistes (les filles n’étant a priori pas plus « morales » que les garçons) ont des liens et cultivent une certaine intimité avec des dirigeants politiques. Pour moi, l’exercice de leur profession est ainsi compromis. Je ne pense pas que l’on puisse être en vacances avec un homme politique, faire du bateau avec lui et… l’interroger facilement comme n’importe lequel de ses collègues.

19Il est frappant qu’en dehors d’attaques, dont certaines assez violentes, contre les journalistes politiques, l’école de Pierre Bourdieu se soit un peu spécialisée dans ce genre de choses. Même remarque au sujet de Serge Halimi, du Monde diplomatique, qui a écrit des livres, d’ailleurs assez mauvais, inspirés par une certaine rancœur et empreints d’ingratitude, pour faire des révélations. Ces ouvrages ont connu du succès, ce qui prouve qu’ils incarnent bien les préjugés et d’ailleurs une ignorance réelle, mais les effets négatifs n’en sont pas moins importants pour autant. Il y a eu, par exemple, la campagne récente contre Le Monde. La charge sonnée unanimement contre ce grand quotidien s’établissait largement sur des réquisitoires éthiques. Je n’ai lu aucun de ces essais qui ne fût polémique, chacun à sa façon ; certains étaient très mauvais. Ils ont cependant remporté des succès considérables et tenu une place appréciable dans les débats. Il est important de remarquer aussi comment de fausses allégations sont reprises comme vérité établie d’un ouvrage à l’autre, sans que la démonstration n’en ait jamais été faite. Cette sorte de caution pseudo-scientifique a permis l’installation d’une sorte de malaise. L’image du quotidien Le Monde s’est ainsi trouvée ternie aux yeux de l’opinion publique et même auprès de ses lecteurs réguliers.

20Est-ce que vous vous sentez interpellé par les récents scandales qui ont secoué deux institutions dans le monde du journalisme : The New York Times, aux États-Unis, et le service intérieur de la BBC, au Royaume-Uni ?

21Pour la BBC, c’est un problème analogue à celui que l’on s’est souvent posé à propos de tels de nos confrères et consœurs : est-ce que, en matière d’information spécifique, de révélation, de scoop, ils ne font pas de la théâtralisation, de l’exagération, voire de la déformation ? Il est vrai que ce risque est plus grand pour tout ce qui touche les services secrets et même pour tout ce qui est secret et en même temps déterminant. On s’interroge ainsi même à propos du journalisme dit d’investigation qui est sans aucun doute indispensable, mais les méthodes en sont telles que surgissent inévitablement des questions sur la façon dont on a obtenu telle information, sur la validité de cette information. En échange de quoi quelqu’un a-t-il fait cadeau d’une information exclusive à celui qui la rend publique ? Cette forme d’échange est généralement favorable au premier. Toutefois, les journalistes, se connaissant un peu entre eux, savent que annoncée par X ou Y une nouvelle a de bonnes chances d’être vraie et, si j’ose dire, saine, et que venant de tel ou tel autre journaliste il faut la prendre avec des pincettes.

22En ce qui concerne l’affaire du New York Times, il ne s’agit pas en réalité de faute professionnelle intégrale, dont l’auteur du reportage imaginé de toutes pièces depuis son bureau est le seul responsable. Les supérieurs hiérarchiques qui le couvraient, ou ne se sont aperçus de rien ou ont fermé les yeux ; ils sont tout aussi coupables. Ce sont des cas rares. En ce qui me concerne, j’ai des souvenirs de tout début de carrière où de grands reporters qui couvraient la guerre en Algérie et certains conflits en Asie étaient connus pour écrire de la capitale, loin des combats et du pays en question, ce qui était censé se passer sur les champs de bataille et que leur rapportaient des témoins directs dont ils faisaient soi-disant eux-mêmes partie. Notons qu’il s’agissait là de journalistes renommés et doués d’un grand talent de plume, lequel va souvent de pair avec pareille procédure. Ce genre de travers, je pense, est maintenant beaucoup plus rare. Qu’il s’agisse de la guerre du Golfe ou des conflits en Afrique, des reporters français, je n’en ai en mémoire aucun qui aurait été soupçonné d’avoir fait semblant d’être sur le terrain.

23Comment la jeune génération des journalistes français aborde-t-elle les problèmes éthiques et déontologiques ?

24On traite en général ce sujet avec des personnes de sa propre génération ; dès lors, comment juger ? En matière éthique, je pense que ceux qui sont entrés dans ce métier depuis disons une dizaine d’années sont aussi exigeants que leurs aînés. S’il y avait une grande différence à faire, je dirais qu’ils sont plus attentifs à bénéficier des lois sociales, notamment en ce qui concerne la durée du travail. Cette réflexion ne vaut toutefois ni pour les journalistes d’investigation ni pour les grands reporters.

25Avez-vous l’impression que la réflexion éthique n’est plus une préoccupation qui se situe au premier rang des soucis des journalistes ?

26La réflexion éthique a changé ; deux facteurs ont joué. Le premier est culturel : mai 68 et ses suites se sont traduits par une contestation de principe des autorités, y compris journalistiques, dans la mesure où le terme journalistique peut s’appliquer au mot autorité. Cette remise en question a été en un sens très saine. Le rédacteur en chef n’a plus automatiquement raison du seul fait de sa position. Mai 68 a envoyé dans une société jusque-là très hiérarchisée une bouffée non seulement d’irrespect, mais d’égalitarisme. Bien que l’égalitarisme éveille en moi peu de sympathie, il me faut reconnaître ses effets positifs en matière éthique. L’autre facteur déterminant à ce sujet réside dans l’émergence des alternances politiques. Vingt-trois ans de régime de même couleur avaient engendré des problèmes éthiques importants. Ainsi les journalistes étaient-ils devenus totalement dépendants pour l’ensemble de leur carrière de la majorité installée au pouvoir. Les alternances une fois banalisées, l’autonomie, le goût de liberté se sont épanouis. À mon avis, les hommes ne se sont pas améliorés, les circonstances sont seulement devenues plus favorables du point de vue éthique. Le paradoxe est que, au moment où les journalistes se conforment le mieux aux règles d’éthique, ils sont soupçonnés de s’en soucier le moins.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Duhamel , « Soupçon éthique », Éthique publique [En ligne], vol. 6, n° 2 | 2004, mis en ligne le 28 décembre 2015, consulté le 29 juin 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/2038 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.2038

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org