Navigation – Plan du site
Éthique et journalisme

Éthique journalistique : devoir d’objectivité et militantisme

Kathleen Lévesque

Résumés

Des difficultés éthiques découlent du travail de journaliste tout d’abord en ceci que la réflexion éthique s’arrime mal aux contraintes quotidiennes d’une salle de rédaction. L’auteur remarque le dilemme quotidien des journalistes coincés entre, d’un côté, la nécessité de respecter les heures de tombée et les règles de concurrence qui exacerbent la course à la primeur, et, de l’autre, la responsabilité journalistique de rendre compte d’une information qui soit juste et complète, ce qui suppose du temps. L’auteur traite enfin la question de la place des publicitaires dans les médias.

Haut de page

Texte intégral

1Il n’est pas de fin au questionnement éthique en journalisme. C’est que l’éthique, cet ensemble de paramètres qui fixent la conduite des journalistes, évolue et renvoie à un certain consensus dans le métier. Mais il faut bien le constater, la réflexion éthique s’accommode mal des contraintes quotidiennes d’une salle de rédaction.

2Les journalistes font face à un dilemme réel. D’un côté, il y a la nécessité de respecter les heures de tombée et les règles de concurrence qui exacerbent la course à la primeur. De l’autre côté, on retrouve la responsabilité journalistique de rendre compte d’une information qui soit juste et complète, ce qui suppose du temps.

3Or, le temps, qui demeure pourtant l’un des principaux outils du journaliste pour approfondir et faire les vérifications qui s’imposent dans un dossier délicat, est devenu rare. Les journalistes prennent de plus en plus l’allure d’équilibristes : il faut faire vite et bien, sans tomber dans la précipitation ou la prudence excessive. Le public ne gagne ni dans un cas ni dans l’autre. S’il doit résister à la tentation d’expédier son travail, un bon journaliste est aussi celui qui fait preuve d’audace. Ce qu’il écrit aujourd’hui est démenti ? Dans le monde de l’information en général, et la politique en particulier, la vérité est une notion qui progresse. Et ce serait une erreur que de voir là de la désinvolture.

4Le flou du discours politique concourt à accentuer cette idée que la vérité d’aujourd’hui peut être différente de celle présentée hier. Il apparaît par exemple que le public est bien servi par les journalistes qui fouillent, osent et révèlent des intentions gouvernementales qui ne seront peut-être jamais réalisées. La population ne veut certes pas se contenter d’être mise devant un fait accompli. La réflexion politique, les tiraillements qui précèdent une décision, les différents scénarios avec lesquels le gouvernement jongle ont leur importance pour bien informer.

5Le risque éthique d’un journaliste qui devance l’annonce d’un plan d’action gouvernementale dans tel secteur d’activité n’est jamais de toucher de façon personnelle les politiciens. Cette façon de faire permet surtout de déballer une stratégie ministérielle, de révéler les véritables objectifs des élus. Ce rôle critique est fondamental chez les journalistes pour répondre au droit du public à l’information.

6Par exemple, Le Devoir a rendu public en novembre 2003 le plan de lutte gouvernemental contre la pauvreté qui prévoyait chambarder le régime d’aide sociale. Les groupes de défense des assistés sociaux sont alors montés aux barricades pour dénoncer les intentions du gouvernement. Sensibilisé, le ministre responsable a profité de la situation pour obtenir dans les semaines suivantes des crédits supplémentaires et ainsi éviter des compressions à l’aide sociale. Quant au plan de lutte, il aura été reporté au printemps. Ainsi, ce qui était vrai à tel moment des intentions gouvernementales aura évolué.

7Chose certaine, quand un tel document atterrit entre les mains d’un journaliste un vendredi en fin d’après-midi, la réflexion éthique s’accélère. Elle apparaît alors comme un rempart contre l’empressement de lancer une manchette sans avoir pris le temps de lire le document et de le comprendre. Dans ce cas précis, Le Devoir ne publia que deux jours plus tard.

8Mais toutes les nouvelles débusquées par les journalistes ne soulèvent pas les mêmes préoccupations d’ordre éthique. Les vrais dossiers litigieux, ceux qui divisent une même salle de rédaction, sont rarement faciles à trancher. Ainsi, doit-on exposer au grand public qu’un organisateur politique, mandaté pour vérifier l’intégrité des aspirants candidats, a commis un hold-up dans un dépanneur quand il avait dix-huit ans ? Cette situation bien réelle, à laquelle a été confrontée l’Action démocratique du Québec quelques mois avant la campagne électorale du printemps 2003, est fort délicate. Sans même aborder les arguments qui militent pour ou contre la publication d’une telle information, on peut constater qu’à lui seul ce dossier démontre que c’est souvent la conscience morale de chacun des journalistes, individuellement, qui entre en jeu. Il y a même quelque chose de foncièrement instinctif qui guide les journalistes.

9Mais contrairement à ce que la population pourrait être portée à croire, surtout depuis la sortie du film À hauteur d’homme, du réalisateur Jean-Claude Labrecque, les journalistes ne cultivent pas l’éthique réductrice du « nous contre eux ». Il est vrai qu’une campagne électorale est un terrain propice à la confrontation entre politiciens et journalistes. Mais les uns ne sont pas les victimes des autres. Les politiciens sont en mode séduction et les journalistes ont fort à faire pour déjouer les stratégies de communication afin d’expliquer véritablement les idées et le programme du parti politique en cause.

10Beaucoup de citoyens qui ont vu le film de Jean-Claude Labrecque ont critiqué l’attitude des journalistes qui ont couvert la campagne de l’ancien premier ministre, Bernard Landry. Ils y ont vu du harcèlement, du seul fait qu’ils posaient la même question plusieurs fois. Y avait-il là un manque de respect et même d’éthique ? Ce serait ignorer que le journalisme bouscule par sa nature même. Par exemple, les règles de bienséance ne s’appliquent pas de la même façon en journalisme que dans la vie courante. Personne n’ose réveiller un politicien ou le spécialiste d’une question à six heures le matin. Pourtant un journaliste le fait et tant mieux si cela permet d’accéder à une information.

11De la même façon, si Jean-Claude Labrecque avait montré des journalistes gentils, lançant des questions permettant à Bernard Landry de faire valoir sans effort ses engagements politiques, la population aurait eu raison de s’inquiéter. La flagornerie et la complaisance n’ont pas leur place en journalisme ; les journalistes n’ont pas à servir de caisse de résonance à un politicien. Leur insistance est nécessaire tant qu’elle se fait avec courtoisie, quitte à forcer Bernard Landry – qui a bien voulu se prêter à ce jeu, par ailleurs – à répondre en latin.

12Malgré tout, il y a eu lieu de s’interroger sur certaines pratiques. Le Conseil de presse du Québec a certainement un rôle important à jouer dans cette réflexion. Déjà en février 2004, l’organisme a pris l’initiative d’analyser la couverture médiatique de ce qui est devenu l’affaire Saint-Charles-Borromée. Ce premier examen n’a pas relevé de dérapages majeurs. Il a toutefois permis au Conseil de presse de rappeler aux journalistes, aux médias et à l’ensemble de la population qu’il est prêt à assumer son rôle de gardien de l’intérêt public. Mais il faut bien l’admettre, le milieu journalistique accepte mal qu’on le juge. Et encore moins qu’on l’encadre. Le rejet quasi unanime de la proposition de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec de créer un ordre professionnel le démontre clairement.

13Le journalisme demeure heureusement un métier ouvert. Une de ces forces réside d’ailleurs dans la formation très variée des journalistes. Le moule unique est une erreur qui ne peut être garant ni de la curiosité ni du jugement nécessaires à la pratique du journalisme. Mais ce n’est pas parce que le journalisme se fait dans un contexte d’autoréglementation qu’il peut se passer d’éthique. Le retour en politique de l’ex-animateur vedette de la radio et de la télévision Jean Lapierre a fait ressortir la préoccupation éthique, ou plutôt l’absence de préoccupation éthique des dirigeants de la station de radio CKAC et ceux de Télévision Quatre Saisons.

14Alors qu’il commentait quotidiennement l’actualité à CKAC et assurait la présentation des bulletins de nouvelles de fin de soirée à TQS, Jean Lapierre jouait le rôle de conseiller auprès d’entreprises privées. Ses contrats de travail, de son aveu même, permettaient une telle dérive. Ces médias ne sont pas les seuls dont le comportement soulève des interrogations. On assiste à une forte tendance à faire du journalisme qui s’adresse non pas aux citoyens mais plutôt à la population comme s’il s’agissait d’une masse de consommateurs. Ce mouvement atteint tant les médias électroniques qu’écrits.

15Sans ignorer certains enjeux sociopolitiques, les médias les relèguent souvent au second plan. Sous prétexte de vouloir reconquérir les jeunes, les patrons de presse se tiennent à l’abri des dossiers sources de conflit, question d’éviter les poursuites judiciaires trop onéreuses. Cela relève de l’idée qu’il vaut mieux ne pas faire trop de vagues quand l’objectif est le profit. Il est vrai que les polémiques risquent d’incommoder tel ou tel groupe d’intérêts, parti politique, industrie ou annonceur.

16Voilà le hic. Les journalistes sont moins confrontés aujourd’hui à la menace du pouvoir politique qu’à l’invasion du monde de la publicité. L’information doit résister aux manœuvres des publicitaires qui déploient beaucoup de créativité.

17Par exemple, il existe à l’heure actuelle une pratique étonnante de marketing journalistique, c’est-à-dire une sorte de mise en marché d’un média et de ses journalistes spécialisés. Concrètement, un journaliste de la presse écrite est invité à la radio afin de commenter un événement dans son champ de pratique. En fait, ce n’est pas la radio qui l’invite et qui aurait ainsi exercé sa liberté rédactionnelle de choisir le commentateur. Non, il y a une entente commerciale entre le journal et la station de radio qui permet à l’un d’obtenir une tribune additionnelle de promotion du journal, et à l’autre d’obtenir des commentaires sans avoir à faire l’effort de la recherche. C’est le service de marketing du journal qui fait « le placement média » et qui paie le journaliste comme s’il s’agissait d’un acte de promotion et non d’information. Les deux ennemis se rapprochent, s’entremêlent. Et la frontière s’effrite dangereusement. De la même façon, le phénomène largement étendu des médias commanditaires d’événements place les journalistes sur un terrain glissant. La tentation du vedettariat – les médias participent de plus en plus d’une industrie du divertissement – ajoute une autre épine au pied des journalistes.

18Comme on le voit, ni les journalistes ni les médias ne peuvent échapper à la question éthique. Au nom de la liberté d’expression, on ne peut faire l’économie d’un véritable effort d’autodiscipline. Pour y parvenir, se pose d’abord la question des valeurs puis celle des règles et des codes déontologiques.

19À l’égard des valeurs, il y a encore beaucoup de place pour l’indignation et la capacité des journalistes de s’émouvoir. Le terme n’est pas à la mode mais il ne faut pas craindre de parler de la recherche d’un certain idéal. Il y a dans ce métier une notion de service public incontournable qui exige une résistance au repli sur soi. Peut-on parler pour autant d’engagement du journaliste ? Militantisme et journalisme ne sont pas à confondre ; les convictions ne doivent jamais entraver le sens critique des journalistes. Mais ces derniers doivent sûrement assumer que l’objectivité, contrairement à ce qui est enseigné au Québec, est un leurre. À défaut d’être objectifs, ils ont le devoir d’être honnêtes.

20Ils ont ainsi l’obligation morale de respecter les différents points de vue et de les rechercher. Mais il faut bien reconnaître que les journalistes s’aventurent rarement hors des sentiers battus. Ils versent facilement dans le conformisme, en grande partie par manque de temps. La concentration des médias, la présence accrue des relationnistes – qui ont même envahi la sphère communautaire – et l’instantanéité de l’information grâce aux chaînes d’information continue contribuent aussi à une certaine homogénéisation de l’information.

21Pour ce qui est des règles déontologiques, il y a bien sûr le guide de la Fédération des journalistes du Québec et le recueil de principes éthiques du Conseil de presse du Québec, Droits et responsabilités de la presse, qui jettent de la lumière sur le travail des journalistes et lui indiquent des balises. S’ajoutent également des codes d’éthique dont se sont dotés certains quotidiens et radiodiffuseurs.

22Dans son livre Éthique de l’information, Armande Saint-Jean constate les limites de ces documents qu’elle assimile à des déclarations de bonnes intentions. « Les principes d’éthique journalistique font le plus souvent figure de coquetteries intellectuelles et leur caractère absolu est d’office interprété à la lumière des contingences matérielles immédiates », écrit-elle. Que ces documents n’aient qu’une force morale ne plaide en rien pour une intervention législative de l’État. Cette idée d’une réglementation rigide est à proscrire. La liberté de la presse s’en accommoderait mal. Le souci éthique acquis au fil des années, sa transmission aux débutants et le débat collectif demeurent les seules voies de protection contre les dérapages en journalisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kathleen Lévesque , « Éthique journalistique : devoir d’objectivité et militantisme », Éthique publique [En ligne], vol. 6, n° 2 | 2004, mis en ligne le 28 décembre 2015, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/2036 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.2036

Haut de page

Auteur

Kathleen Lévesque

Kathleen Lévesque est journaliste au quotidien montréalais Le Devoir.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org