Navigation – Plan du site
Éthique et journalisme

Le New York Times à l’heure de la transparence

Richard Hétu

Résumés

Cet article fait un retour sur l’affaire Jayson Blair et ses retombées au New York Times et dans la presse écrite aux États-Unis. Les nombreuses fautes déontologiques du jeune reporter auront éclaboussé la réputation d’un des quotidiens les plus prestigieux du monde, obligeant sa direction et sa salle de rédaction à se soumettre à une réflexion douloureuse sur l’éthique journalistique. Depuis, le Times a mis en place certaines réformes pour retaper sa crédibilité, mais le processus est loin d’être complété. Plus de trente ans après l’affaire des dossiers du Pentagone, le Times ne peut plus se contenter de réclamer des autorités gouvernementales qu’elles soient transparentes. Il doit lui-même l’être et s’ouvrir à la critique.

Haut de page

Texte intégral

1Le 8 décembre 2003, le plus influent quotidien des États-Unis, The New York Times, est descendu de son piédestal en accueillant dans ses pages un « médiateur », dont le rôle est de servir de lien entre le journal et ses lecteurs. La nomination à ce poste d’un journaliste d’expérience, Daniel Okrent, répondait à la principale recommandation d’une commission d’enquête chargée de proposer des réformes à la suite de l’affaire Jayson Blair. C’était l’équivalent journalistique d’une admission de faillibilité par le Vatican.

2Considéré par lui-même comme le journal de référence aux États-Unis, le New York Times a été sérieusement ébranlé par le scandale du plagiaire de vingt-sept ans. Dix jours après la démission de son reporter, le prestigieux quotidien a entrepris de retaper sa crédibilité en publiant dans son édition dominicale du 11 mai 2003 un mea culpa de sept mille mots qui détaillait les nombreuses fautes déontologiques de Blair. Selon les résultats d’une enquête réalisée par cinq reporters, Blair avait « trompé les lecteurs et ses collègues du New York Times avec des articles, prétendument écrits depuis le Maryland, le Texas ou d’autres États alors qu’il était en fait resté à New York. Il fabriquait des témoignages. Il inventait des situations. Il relevait des détails sur des photos pour donner l’impression qu’il était sur place ou avait rencontré quelqu’un alors que ce n’était pas vrai. »

  • 1  The New York Times, 11 mai 2003.

3En somme, les journalistes chargés de vérifier les articles de Jayson Blair ont découvert que trente-six de ses soixante-treize derniers reportages comportaient des éléments falsifiés, plagiés ou inventés. Cela avait notamment été le cas d’une série d’articles dans l’affaire des deux tueurs qui avaient terrorisé la région de Washington à l’automne 2002 en abattant au hasard treize personnes, mais aussi d’interviews de familles de militaires américains combattant en Irak. « C’est un énorme œil au beurre noir », admettait le PDG du New York Times, Arthur Sulzberger, dont la famille contrôle le journal depuis plus d’un siècle. « Cela représente une rupture de contrat entre le quotidien et ses lecteurs1

  • 2  A. Hassan, « Blair’s Victims : That Helpless Feeling », Columbia Journalism Review, juillet-août 2 (...)

4Le scandale allait susciter une réflexion angoissée sur l’éthique journalistique non seulement au Times mais également dans les autres salles de rédaction et les écoles de journalisme aux États-Unis. C’était la crédibilité de la profession entière qui était remise en question. Du scandale Blair émergeait un fait particulièrement embarrassant : plusieurs victimes du journaliste n’ont jamais cru bon de contacter le Times pour se plaindre. « Cela arrive tout le temps, n’est-ce pas ? C’est la règle, pas l’exception », déclarait un professeur de droit de Washington, Roger Groot, que Blair avait décrit physiquement dans un article pour créer la fausse impression qu’il l’avait interviewé en personne (contrairement à ce qu’écrivait le journaliste, le professeur n’était pas chauve !)2.

5Ce n’était évidemment pas la première fois qu’un scandale ébranlait la presse américaine. Dans un des cas les plus célèbres, survenu en 1981, la journaliste Janet Cooke avait dû rendre le prix Pulitzer, la plus haute distinction pour les journalistes aux États-Unis, qui lui avait été attribué pour un reportage intitulé « Le monde de Jimmy ». Publié dans le Washington Post, son reportage choc, qui racontait la vie d’un petit garçon de huit ans héroïnomane, était en fait une œuvre de fiction.

6Malgré sa réputation d’intégrité, le New York Times avait lui-même commis des fautes graves avant l’affaire Jayson Blair. L’une d’elles a d’ailleurs refait surface dans la foulée du scandale du journaliste plagiaire. Une commission créée par le comité Pulitzer s’est en effet penchée sur l’opportunité ou non de révoquer le prix décerné en 1932 à Walter Duranty, alors correspondant du Times à Moscou. Le 21 novembre 2003, au terme d’une enquête dirigée par un historien de l’université Columbia, le professeur Mark von Hagen, le comité Pulitzer annonçait sa décision de ne pas toucher au prix de Duranty, tout en précisant que les treize articles primés du journaliste ne « correspondaient pas aux critères modernes de la couverture de l’étranger ». Dans ses articles, Duranty se montrait complaisant à l’égard de Staline et indifférent à la famine délibérément provoquée en Ukraine au nom de la collectivisation de l’agriculture. Cette famine avait tué plusieurs millions de personnes de 1932 à 1933.

7Au fil des ans, cependant, le New York Times a eu l’occasion de racheter ses fautes, notamment dans l’affaire des dossiers du Pentagone, une étude ultraconfidentielle sur l’engagement américain au Viêtnam. Publiés à partir du 13 juin 1971, les premiers articles sur ces documents explosifs avaient conduit à un affrontement juridique entre la direction du Times et l’administration Nixon, qui accusait le journal de compromettre la sécurité nationale des États-Unis. Devant la Cour suprême, l’avocat du Times avait pu arguer avec succès que la position de l’administration Nixon portait atteinte à la liberté de la presse garantie par le premier amendement à la Constitution des États-Unis et que le véritable but du gouvernement était de censurer la presse.

8Entre l’affaire des dossiers du Pentagone et le scandale du journaliste plagiaire, le Times a continué à jouir d’une réputation d’excellence et d’intégrité. Un an avant d’être éclaboussé par les libertés déontologiques de Blair, le quotidien avait d’ailleurs remporté sept Pulitzer, dont cinq pour la couverture des attentats terroristes du 11 septembre 2001 et leurs suites. Il n’allait pas moins connaître une des pires crises de son existence quelques mois plus tard.

9Depuis, plusieurs quotidiens, hebdomadaires et revues de journalisme ont publié de nombreux articles pour faire l’autopsie de l’affaire Blair, qui allait entraîner, le 5 juin 2003, la démission du directeur de la rédaction du New York Times, Howell Raines, et de son adjoint, Gerald Boy. « Échec de communication, de leadership et de discipline », devait conclure en janvier 2004 la commission d’enquête chargée de proposer des réformes. Le rapport de la commission dirigée par un journaliste chevronné, Allan Siegal, dressait un rapport accablant, avant d’appeler la direction du journal à « plus d’ouverture d’esprit face à la critique ». Avant de démissionner, le directeur de la rédaction du Times avait été critiqué au sein même de son journal pour son style autoritaire.

  • 3  Chicago Tribune, 17 juillet 2003.

10Dans la foulée de la fraude journalistique de Jayson Blair, plusieurs colloques ont également été organisés pour relever les problèmes et proposer des solutions. L’un d’eux, intitulé « Journalism Without Scandal : Creating a Culture of Strong Values and Sound Practices », réunissait, à la fin de décembre 2003, une vingtaine de vétérans du journalisme sous l’égide de l’institut Poynter. S’y trouvait le médiateur du Chicago Tribune, qui a résumé ainsi les leçons que la presse écrite devrait tirer du scandale du journaliste plagiaire : « L’importance du rédacteur en chef, le grand responsable de la salle de rédaction, ne saurait être exagérée. Il ou elle doit défendre les plus hautes valeurs journalistiques et favoriser une culture d’équité, d’honnêteté culturelle et de transparence. Il est suprêmement important de rester ouvert et disponible pour les membres de la rédaction et le public et de ne pas devenir, comme Howell Raines, le rédacteur en chef du Times, en avait la réputation, inaccessible et arrogant. Ce sont les lecteurs, actuels et potentiels, que les journaux servent et ne doivent jamais oublier. La façon dont nous écrivons nos articles et les articles que nous choisissons d’écrire doivent refléter notre préoccupation à l’égard de nos lecteurs en tant que clients et citoyens. Cela peut parfois signifier la publication d’histoires qu’ils préféreraient ne pas entendre ou ne pas voir. Mais nous ne pouvons nous désister de cette obligation parce qu’elle pourrait être momentanément désagréable. Il n’y a pas de honte à corriger des erreurs de fait ou de contexte ou d’interprétation. Au contraire, c’est une marque de maturité, d’honnêteté intellectuelle et de respect des lecteurs. Car il est impossible de publier un journal dans une grande ville sans commettre quotidiennement d’erreurs. Aussi, au lieu de prétendre à l’infaillibilité, faut-il confesser, corriger et, quand c’est possible, apprendre de l’erreur3

11C’est précisément dans cet esprit d’ouverture et de transparence que le rapport Siegal recommandait la création d’un poste de médiateur au New York Times. Aux États-Unis, moins de 4% des quotidiens ont des ombudsmen, selon l’institut Poynter. Quelques-uns des plus grands journaux du pays font partie de ce groupe, dont le Washington Post et le Chicago Tribune, mais le Times a longtemps résisté à la nomination d’un tel arbitre entre le journal et ses lecteurs. Selon le nouveau directeur de la rédaction du Times, Bill Keller, le quotidien new-yorkais a longtemps craint qu’un médiateur ne favorise la « critique tatillonne et le nombrilisme, qu’il [ne] mine peut-être le moral de la rédaction et, pis encore, qu’il dégage les autres dirigeants de leur responsabilité de représenter les intérêts des lecteurs ».

12Mais l’affaire Blair a tout changé, a précisé Keller en annonçant la nomination de Daniel Okrent au poste de médiateur (le Times emploie l’expression « Public Editor »). Dans une note à ses employés, le successeur de Howell Raines s’est dit d’accord avec le rapport Siegal, selon lequel le Times a besoin d’un point de vue indépendant qui « peut nous rendre plus sensible aux questions d’équité et d’exactitude, et rehausser notre crédibilité ».

  • 4  The New York Times, 8 septembre 2003.

13Okrent, cinquante-cinq ans, a travaillé vingt-cinq ans dans l’édition et le journalisme, notamment au sein du groupe Time de 1996 à 2001. De 1992 à 1996, il a été à la tête du magazine Life. Du début de décembre 2003 au début de février 2004, il a écrit cinq articles sur la couverture de l’actualité par le quotidien. Aucun d’entre eux ne traitait de la façon dont le Times a couvert les allégations de l’administration Bush sur la question des armes de destruction massive en Irak. À un moment clé du débat, le journal a notamment publié à la une un reportage sur l’« intensification » des efforts de Saddam Hussein pour acquérir le matériel nécessaire à la fabrication d’une bombe nucléaire. Selon les sources anonymes du Times, l’Irak essayait « depuis quatorze mois » de se procurer des « milliers de tubes d’aluminium de haute qualité pouvant être utilisés pour des centrifuges nécessaires à l’enrichissement de l’uranium4».

14L’information, poussée par l’administration Bush et des exilés irakiens, était fausse. Lorsque le Times l’a publiée, l’ancien juge de la Cour suprême, Hugo Black, a dû se retourner dans sa tombe. En juin 1971, dans le célèbre arrêt New York Times c. États-Unis d’Amérique, il avait écrit : « Au premier rang des responsabilités d’une presse libre vient le devoir d’empêcher toute partie du gouvernement de tromper les gens et de les envoyer dans des contrées lointaines mourir de fièvre, de balles et d’obus étrangers ».

15À la suite de l’affaire Blair, l’heure est à la transparence dans les grands journaux américains, mais le New York Times n’a peut-être pas fini son mea culpa.

Haut de page

Notes

1  The New York Times, 11 mai 2003.

2  A. Hassan, « Blair’s Victims : That Helpless Feeling », Columbia Journalism Review, juillet-août 2003.

3  Chicago Tribune, 17 juillet 2003.

4  The New York Times, 8 septembre 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Richard Hétu , « Le New York Times à l’heure de la transparence », Éthique publique [En ligne], vol. 6, n° 2 | 2004, mis en ligne le 28 décembre 2015, consulté le 28 mars 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/2034 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.2034

Haut de page

Auteur

Richard Hétu

Richard Hétu est correspondant du quotidien montréalais La Presse à New York.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org