Navigation – Plan du site
Extension et radicalisation de la démocratie participative

Le projet « alter » de radicalisation de la démocratie

Christine Couvrat

Résumés

Par-delà leur grande diversité, les membres de la mouvance altermondialiste, née dans l’opposition à l’OMC à Seattle en 1999, militent tous pour un « autre monde possible », qui passe par une autre façon de faire de la politique, elle-même indissociable d’une conception concurrente de la démocratie. Se basant sur l’analyse de discours et de formes d’engagement qui trouvent un large écho dans la culture politique contemporaine, l’article présente, dans ses grandes lignes, l’idéal-type de la « démocratie alter ». Le but est de restituer de manière cohérente les divers aspects d’un projet qui, originellement, fait fond sur la critique des dysfonctionnements de la démocratie représentative. Il ressort de cette reconstruction que les alters valorisent un modèle de démocratie radicale où la représentation est disqualifiée au profit de la représentativité comme source de légitimité du pouvoir, et qui pose le rapport État-société en termes de pression de la seconde sur le premier.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  L’OMC, mais également le FMI, l’OCDE et le G8.
  • 2  Voir C.-A. Michalet, Qu’est-ce que la mondialisation ?, Paris, La Découverte, 2002, p. 95.

1La mouvance altermondialiste a fait une entrée très médiatisée sur la scène politique mondiale en 1999 en s’opposant, lors du sommet de l’Organisation mondiale du commerce à Seattle, à l’ouverture du cycle de négociations dit « du millénaire ». Les « antis » – constellation bigarrée d’organisations non gouvernementales, d’alliances diverses, de syndicats, de groupes de pression, de collectifs aux intérêts multiples, d’associations aux causes variées formées pour l’occasion – ont organisé le contre-sommet de Seattle pour interpeller les instances de décision internationales1 jugées responsables de la « marchandisation du monde » au détriment des pays pauvres, de l’environnement et de la diversité culturelle. En dépit d’une grande hétérogénéité, qui amena la cohabitation de courants et de revendications potentiellement contradictoires, les membres de la mouvance dite « antimondialisation néolibérale » dénonçaient unanimement le déficit démocratique des décisions qui président au processus en cours de la globalisation économique2.

2Se disant favorables à une autre mondialisation, « à visage humain » et démocratiquement régulée, les antis ont rapidement cherché à dépasser le registre de la seule contestation et se sont efforcés d’avancer des propositions constructives visant à développer, à terme, un projet de justice globale et de réduction des inégalités (Nord-Sud et au sein des sociétés nationales).

3Contre la mondialisation néolibérale conduite par des instances décisionnelles non élues, les « alters » s’engagent et militent à tous les niveaux (« du global au local ») pour un « autre monde possible » qui, disent-ils, exige l’invention d’autres façons de faire de la politique, elles-mêmes indissociables d’une conception renouvelée de la démocratie.

4« Altermondialistes » et « alterdémocrates » appartiennent à ce vaste mouvement de contestation contemporain composé de groupes sociaux aux pratiques multiformes et évolutives, dont les discours politiques ont pour maîtres mots participation, autonomie, diversité et société civile. La notion de société civile, chargée normativement en tant qu’espace d’expression libre et d’auto-organisation des forces vives de la société en dehors du marché et de l’État, est employée comme l’équivalent significatif du « peuple », de la société empirique, « réelle », au nom de laquelle les alters manifestent et revendiquent. Pensée globalement comme le sujet d’une participation populaire élargie à la gestion des affaires publiques, la société civile, concept unitaire qui recouvre la diversité du social, est la pierre angulaire d’un projet politique où les exigences de représentativité, de proximité, d’écoute, de transparence, sont considérées comme des garanties démocratiques.

5Partant d’une critique interne des dysfonctionnements contemporains de la représentation dont il identifie deux causes principales (la globalisation économique et le développement d’un État technobureaucratique), le projet alter s’en veut un de « démocratisation de la démocratie ». Il se présente comme un effort de radicalisation des institutions démocratiques dans le sens littéral du terme, c’est-à-dire en vue d’un retour aux principes fondateurs de la démocratie comme forme d’exercice du pouvoir politique dont la source de légitimité est la volonté populaire.

  • 3  Le propos de cet article est directement inspiré de ma thèse de doctorat : La montée en Occident d (...)

6Le texte qui suit se fonde sur l’analyse des discours et des pratiques alters3. Son objet est double. Il s’agit d’une part d’esquisser, sur le mode idéal-typique, la conception de la démocratie qui se dessine en creux sous la diversité des revendications alters. Il s’agit, d’autre part, d’entrevoir le type d’intégration sociale qu’induisent les nouvelles formes de participation promues par le discours alter. L’hypothèse avancée ici est que la radicalisation alter de la démocratie fait signe vers une sortie du paradigme représentatif moderne et travaille à la promotion d’un modèle qui pose le rapport État-société en termes de stricte extériorité. Le pouvoir n’est plus considéré comme un moyen d’action rationnel de la société sur elle-même en référence à une certaine idée du bien commun comme enjeu central du débat politique dans l’espace public ; il devient l’objet des pressions éclatées exercées par un ensemble de contre-pouvoirs dont les exigences émanent de « la base », et dont les revendications tirent leur légitimité de leur enracinement dans l’épaisseur et dans la diversité du social.

Le déficit démocratique de la mondialisation

  • 4  K. Naughton et al.,« The Siege of Seattle », Newsweek, dossier spécial, 13 décembre 1999, p. 36.

7L’échec de la réunion ministérielle de l’OMC à Seattle en 1999 a été unanimement interprété par les antis comme le succès de la société civile en voie de mondialisation, apte, à condition qu’elle se mobilise, à faire obstacle aux promoteurs de la globalisation économique. Les organisateurs du contre-sommet de Seattle voulaient signifier aux dirigeants des multinationales et aux représentants des États et des gouvernements qu’il y a « deux visions possibles de la mondialisation, l’une menée par le commerce, l’autre par le mouvement social4 ». À tous ceux qui subissent les conséquences de la « mondialisation néolibérale » (appauvrissement, précarisation, etc.), ils entendaient faire prendre conscience de la possibilité, grâce à une vaste mobilisation citoyenne à l’échelle de la planète, de restituer aux populations la maîtrise collective de leur avenir.

  • 5  S. George, « Institutions publiques et société civile : quel renforcement de la démocratie partici (...)
  • 6  Le consensus de Washington a été adopté en 1990 par les grands pays industrialisés. Il posait comm (...)
  • 7  L’International Forum on Globalization est un think tank, une sorte de « boîte à idées » constitué (...)

8L’engagement anti a d’abord consisté en une entreprise de « démystification » de cette globalisation trop souvent perçue, selon eux, comme un phénomène inéluctable auquel il n’y aurait d’autre choix que de s’adapter. Dans une perspective critique présentée par Susan George5, les antis démasquent comme idéologie le discours économique qui légitime cette évolution. D’abord articulée, explique-t-elle, de façon relativement confidentielle au début des années 1950 par un petit groupe de l’université de Chicago constitué autour de Friedrich von Hayek et de Milton Friedman, l’idéologie néolibérale – farouchement opposée à l’interventionnisme et à la régulation de l’État providence – a trouvé un débouché politique dans les années 1980 aux États-Unis puis en Grande-Bretagne, sous l’administration Reagan et le gouvernement Thatcher. Faute d’adversaire depuis l’effondrement du bloc de l’Est, elle a finalement gagné tous les pays : ceux du Sud par le biais des aides accordées par le Fonds monétaire international et soumises aux conditions du « consensus de Washington6 » ; ceux du Nord, entraînés dans une concurrence globale qu’encourage la libéralisation de plus en plus poussée des échanges commerciaux et des investissements financiers. Aux yeux des antis, les « commandements » de la globalisation économique – selon lesquels il n’y aurait d’autre vérité que le marché ni d’autre norme d’action que la recherche du profit – constituent les fondements axiologiques d’une gouvernance mondiale non démocratique dont ils dénoncent la mise en place par le truchement de la Banque mondiale, du Fonds monétaire international (FMI), de l’Organisation de coopération et du développement économique (OCDE) et de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Selon l’International Forum on Globalization7, ces quatre piliers de la « gouvernance mondiale » travailleraient à « la mise en place discrète d’une sorte d’exécutif planétaire », sans contre-pouvoir.

9Les antis sont entrés sur la scène politique mondiale en se posant précisément comme ce contre-pouvoir qui fait face non seulement aux instances internationales de la « (dé)régulation néolibérale », mais également aux chefs d’États et de gouvernements. Car le basculement du pouvoir en faveur des premières est, disent-ils, le fruit de la démission des politiques. C’est elle qui a permis l’importante vague d’émancipation des grands acteurs économiques par rapport aux contrôles traditionnellement exercés par les pouvoirs publics. Ce recul du politique face à l’économique a entraîné une perte nette des moyens de leur souveraineté pour les États et, par là même, de leur capacité de régulation sociale.

10La « démission des politiques » vaut, aux yeux des antis, pour illustration de leur trahison vis-à-vis des citoyens qui les ont élus, et du bien commun des populations qu’ils sont censés servir. On reproche à ces élus ou bien de ne pas s’être opposés à la dérive néolibérale (en invoquant l’impossibilité de résister à la « volonté des marchés »), ou bien de l’avoir ouvertement favorisée pour des raisons de parenté idéologique. Cette « trahison » des dirigeants politiques revêt une valeur symbolique pour les contestataires car elle en est une, disent-ils, des principes de légitimité démocratique dont les représentants au pouvoir se réclament par ailleurs.

  • 8  M. M. Brown, directeur du programme des Nations unies pour le développement (PNUD), cité par C. Lo (...)

11À la gouvernance non démocratique exercée par des pouvoirs économiques et politiques dont chaque rencontre multilatérale au sommet (FMI, G8, OMC, Alena, Union européenne) vise à resserrer les liens, les contestataires opposent donc désormais les voix diverses de la « société civile mondiale » en voie de constitution. Depuis Seattle, et « en l’absence de démocratisation des institutions, le mouvement [anti] s’est infiltré dans le vide politique laissé par le politique lui-même8 » et multiplie, de Washington à Prague et de Québec à Gênes, l’organisation de contre-sommets.

12En l’absence de quelque chose comme un gouvernement mondial, c’est toutefois l’État national qui reste le cadre principal de l’action politique efficace. Parce qu’il est demeuré en principe le lieu du pouvoir légitime, c’est en outre vers lui que continuent de se tourner les populations pour demander justice sociale et exiger une redistribution équitable de la richesse. C’est donc prioritairement dans le cadre national que les alters entendent engager un processus de remontée de la démocratie pour faire en sorte que l’« offre politique » réponde à la « demande sociale », pour exiger des représentants qu’ils représentent « réellement » leurs commettants.

  • 9  T. Genro, « Porto Alegre, la subversion démocratique ? », édition électronique de L’Humanité, trib (...)

13Pour les alters, c’est de la base (des niveaux national, régional et local) que doit partir le mouvement de démocratisation de la mondialisation. La prise en compte par les pouvoirs des préférences collectives des populations est la condition de réalisation de cet « autre monde possible » pour lequel ils militent et qu’ils pensent en termes de « subversion démocratisante9 ». Ils se placent ainsi dans une perspective de radicalisation de la démocratie, dont on peut seulement dire à ce stade qu’elle vise à en corriger les déficits pour renouer avec son principe fondateur : la « véritable » souveraineté populaire.

14Le projet démocratique alter part explicitement d’une critique de la représentation. Il est possible dès lors de commencer à en préciser la teneur en récapitulant dans un premier temps les principaux points d’appui de cette critique. Cela nous permettra en quelque sorte d’obtenir une image en creux de cette démocratie, véritablement légitime en regard du principe de la souveraineté populaire, dont les alters se veulent les artisans.

Le déficit démocratique de la représentation

15La restitution aux populations de la capacité de prendre en main leur propre destin est indissociable de l’invention d’« autres façons de faire de la politique », « réellement » démocratiques. C’est là un thème central du discours alter qui fait directement référence aux deux grandes causes qu’il identifie du dysfonctionnement contemporain des démocraties représentatives.

16La première vient d’être présentée. Il s’agit de la libéralisation mondiale du commerce et de la circulation des biens et des capitaux. On a dit les difficultés qu’elle entraîne, pour le politique, à poser des balises à la logique de fonctionnement du système économique et à conserver le dernier mot en matière de définition du bien commun et de régulation normative du vivre ensemble sur un territoire circonscrit (le territoire national).

  • 10  J.-J. Simard, La longue marche des technocrates, Montréal, Albert Saint-Martin, 1978.

17La seconde prolonge la critique de l’État technobureaucratique thématisée par de nombreux auteurs dans les années 1960. Le décrochage entre les citoyens et les pouvoirs publics est au cœur de la critique alter de la régulation providentialiste dont l’accroissement exponentiel des appareils de gestion publique pendant les Trente Glorieuses fait apparaître l’État comme un pouvoir tentaculaire, qui s’exerce par le biais du quadrillage administratif de la société. De l’image de la « cage de fer » de la rationalité administrative évoquée par Max Weber au thème de la « longue marche des technocrates10 » dans les arcanes du pouvoir, les critiques ont été nombreuses, et sont récurrentes, qui dénoncent à la fois le rationalisme universaliste abstrait de la logique bureaucratique (formelle, uniformisante et autoréférentielle) et son influence croissante sur les décisions politiques par le biais de ses hauts fonctionnaires et de ses experts.

18Parce que non élus, ces derniers ne sont pas accessibles au verdict de la population. Ils lui apparaissent comme un corps fonctionnant en circuit fermé, un rouage devenu à la fois incontournable et opaque de la gestion des affaires publiques, en même temps qu’un déni à l’un des principes fondamentaux de la démocratie : l’obligation pour les décideurs de rendre des comptes. Il résulte de cette délégation informelle du pouvoir (du législatif vers l’administratif) un recul du rôle normatif du politique et du débat démocratique au profit de la gestion technocratique des affaires publiques.

  • 11  Pour une analyse très convaincante de la régulation providentialiste en termes de « socialisation (...)
  • 12  J. Beauchemin et K. Leclerc, « La société civile comme sujet politique : une nouvelle représentati (...)

19Le bilan dressé par les alters de la régulation providentialiste est on ne peut plus sévère. Ils dénoncent d’une part le tropisme technocratique d’un État centralisateur, autoritaire, coupé de la société11 et rendu inefficace par sa lourdeur. D’autre part, ils condamnent la régulation providentialiste pour avoir inhibé la participation citoyenne en transformant la solidarité sociale en solidarité mécanique et en déresponsabilisant les citoyens par la prise en charge étatique des besoins sociaux12.

20Le projet alterdémocrate se veut une réponse à cette double problématique. La participation en est le maître mot. Celle du peuple aux processus décisionnels, mais aussi la participation valorisée en tant que telle comme auto-organisation à la base sur un modèle associatif qui permet, dans le respect de la diversité des acteurs et des causes, de conjuguer l’autonomie individuelle et l’autonomie collective.

  • 13  Porto Alegre est la ville où fut organisé le premier forum social mondial (FSM1) en 2001. Ce choix (...)

21Nous allons voir que l’analyse faite par les altermondialistes de l’expérience brésilienne du « budget participatif » de Porto Alegre13, hautement symbolique à leurs yeux, permet de préciser – sur un mode positif cette fois – ce que recouvre l’idée de « démocratie alter ». Les modes d’organisation et d’engagement des membres de cette mouvance (dont témoignent nombre d’enquêtes de terrain) nous permettront ensuite d’en compléter la figure idéal-typique.

L’expérience du budget participatif de Porto Alegre

  • 14  J.-P. Divès, « “Budget participatif” : réalités et théorisations d’une expérience réformiste », Le (...)

22Dans le discours alter, la mondialisation néolibérale et la régulation technocratique se conjuguent pour creuser le déficit démocratique des processus décisionnels. Il en résulte une perte de souveraineté pour les populations que les démocrates alternatifs entendent contrer en multipliant, sur le terrain, les expériences de « remontée de la démocratie » à partir de la diversité des préoccupations et des attentes de la société « réelle ». Autrement dit, les citoyens responsabilisés par des actions collectivement menées pensent ainsi se réapproprier les moyens de la régulation consciente de la société (par opposition à la logique systémique de la régulation économique) en référence à une certaine idée du bien commun. À cet égard, le budget participatif de Porto Alegre est considéré comme la figure emblématique de l’altermondialisme démocratique en tant qu’il vise à restituer au peuple une souveraineté « effective », une réelle capacité de décision. Et ce, même s’il ne concerne que 10 % à 20 % des sommes affectées aux nouveaux investissements de la ville14.

  • 15  M. Gret et Y. Sintomer, Porto Alegre, l’espoir d’une autre démocratie, Paris, La Découverte, 2002, (...)

23À l’origine de l’expérience se trouve la volonté municipale, sous l’impulsion du Parti des travailleurs au pouvoir, d’affirmer les intérêts des classes populaires dans la société et dans l’État, de mettre celui-ci à leur service et de promouvoir une politique redistributive qui rompe avec des décennies de domination éhontée de privilégiés15.

  • 16  B. Cassen, « Anatomie d’un pouvoir populaire », Le Monde diplomatique, août 1998, p. 3.
  • 17  T. Genro, art. cité.
  • 18  B. Cassen, art. cité. Je souligne.

24La planification du budget participatif, explique Bernard Cassen – cofondateur du premier forum social mondial16 –, passe par différentes étapes de discussion et de propositions qui font en sorte que la citoyenneté n’est pas « simplement représentée », mais aussi « présente elle-même sur la scène publique, à travers tous les processus effectifs que cela suppose17 ». L’intérêt d’un tel processus de remontée des demandes à partir des assemblées plénières de quartier est qu’il permet la confrontation de la légalité du suffrage universel (incarnée par les conseillers municipaux) et de la légitimité (issue de la démocratie directe) des conseillers du budget participatifs appuyés par les centaines de délégués des forums, eux-mêmes adossés aux quelque vingt mille habitants de la ville qui ont participé activement aux différentes phases d’élaboration du budget18.

  • 19  T. Genro, art. cité.
  • 20  Ibid.

25Le principe à l’œuvre à Porto Alegre, qui met en chantier un concept de démocratie dans lequel « la conquête du gouvernement par le vote n’épuise pas la participation de la société », a valeur universelle selon Tenso Genro – maire de Porto Alegre de 1988 à 1992 et membre de la direction nationale du Parti des travailleurs. En complétant « la citoyenneté abstraite inventée par la démocratie représentative des révolutions du siècle passé19 » par une citoyenneté ancrée et active, il permettrait d’empêcher le détournement de la souveraineté populaire. Un détournement inhérent à la représentation classique dans la mesure où elle interpose entre le peuple et l’État une classe de « professionnels de la représentation politique » susceptible de l’instrumentaliser. Dans le cas du Brésil, l’instrumentalisation de la représentation « par le pouvoir économique, par la force des classes sociales supérieures, par l’articulation des classes dominantes locales avec les grands médias, [a étouffé] les droits des individus et des groupes sociaux qui ne sont pas inclus dans ces rapports de complicités20 ».

26Selon les alters, la même dynamique de confiscation joue tant sur le plan mondial que national. Dans tous les cas, au Brésil comme ailleurs, on met en cause l’autonomisation de la représentation politique qui aurait entraîné la privatisation des institutions représentatives et de l’État, d’où ont résulté injustices sociales et discrédit des élus.

  • 21  Ibid.
  • 22  M. Gret et Y. Sintomer, op. cit., p. 28.
  • 23  F. de Bernard (dir.), Dictionnaire critique de « la mondialisation », Groupe d’études et de recher (...)

27Dans un contexte où la mondialisation néolibérale semblait condamner la politique au déclin, on comprend que l’expérience « mixte » menée à Porto Alegre n’a rien d’anecdotique : la participation y est censée compléter la représentation de telle sorte que se dissolve « l’abstraction bureaucratique et autoritaire qui sépare l’État de la citoyenneté21 ». Selon Genro, le budget participatif constitue une source d’inspiration universalisable pour le développement de solutions de rechange aux « démocraties classiques22 ». C’est que la participation conjuguée à la mise sous surveillance citoyenne étroite de la représentation, en empêchant l’autonomisation de cette dernière, court-circuite le risque de détournement de la souveraineté populaire. Cela fait en sorte que « le vote majoritaire d’un jour ne donne pas aux gouvernements des démocraties autosatisfaites quitus par avance d’une gestion qu’il leur reste toujours à adapter et à justifier devant ceux qui l’ont concédée. Il n’exonère pas d’une pratique démocratique au quotidien dans l’exercice effectif du pouvoir ultérieur à l’élection. Cette pratique démocratique au quotidien doit non seulement s’efforcer de prendre en compte la diversité des opinions qu’elle représente, mais encore lui faut-il être attentive à l’évolution de ces opinions, qu’elle ne peut prétendre figer par commodité23

Le discours associatif : la participation contre la représentation

28Dans la perspective alter, la représentation, qui interpose un corps de « représentants » entre le peuple et l’État, entre la société et le pouvoir, apparaît comme un processus institutionnalisé de détournement de la souveraineté populaire.

  • 24  Non pas bien sûr que le premier devrait demeurer étranger au second, mais dans le sens où, dans la (...)

29Les alters s’en défendent en adoptant des pratiques aussi directes que possible de la démocratie. Il ne s’agirait certes que de « démocratiser » la représentation, mais l’exigence de la voir évoluer de concert avec les attentes « citoyennes » de toutes sortes dit assez que la critique des dysfonctionnements de la représentation porte en réalité sur son principe même. Rabattre le politique sur le social revient en effet à nier la représentation en tant qu’espace de la délibération et de la décision politiques, séparé des attentes et opinions immédiates qui s’expriment dans la société24.

30Nous reviendrons, ne fût-ce qu’à titre indicatif, sur le type d’intégration sociale dont semble être porteur le projet alterdémocrate. Mais avant cela, il est un point à éclaircir qui permettra de mieux saisir ce qui conduit les alters à chercher la démocratie « authentique » en dehors de la logique institutionnelle représentative. Car, aussi justifiable et (ou) justifiée soit-elle, leur critique du déficit démocratique de la représentation ne permet pas encore d’avancer quoi que ce soit de définitif à propos des voies envisageables pour y remédier. Jusqu’ici, les raisons pour lesquelles les alters conçoivent leur projet de démocratie participative-directe comme la seule issue normativement valorisable face à ce qu’ils tiennent pour les déficits démocratiques de la représentation nous échappent encore.

  • 25  J’entends le concept de culture politique au sens de Serge Berstein, c’est-à-dire comme le marqueu (...)

31Les valeurs constitutives de la culture politique alter25 (proximité, transparence, représentativité, écoute, diversité) n’ont pas surgi brusquement dans les années 1990 en réponse à des événements identifiables. Elles s’inscrivent en cohérence avec la culture politique héritée de la contestation culturelle des années 1960 et qui, sur le plan de l’action politique, a débouché sur les « nouveaux mouvements sociaux » des années 1970 et 1980. Ces mouvements ont concurrencé le militantisme partisan et syndical, alors au seuil d’une phase ininterrompue de déclin, portée par la vague de fond de la critique indifférenciée des élites, de la culture dominante et des structures hiérarchisées de pouvoir.

  • 26  Je renvoie aux nombreuses études qui appréhendent le nouveau militantisme sous l’angle de l’accord (...)

32Il n’entre pas dans notre propos de faire la généalogie de ces valeurs alters dont on peut noter qu’elles emportent l’adhésion d’un important public de déçus « du », « de la » et « des » politiques. De nombreuses études sociologiques26 témoignent de leur prégnance dans le « nouveau militantisme » qui a émergé dans les années 1990, et dont les caractéristiques principales sont le refus de la délégation (et du risque associé de « récupération »), l’expérimentation à la base et un type d’engagement dans l’espace public qui se conçoit comme le prolongement du privé et de l’intime.

  • 27  M. Barthélemy, op. cit., p. 72.
  • 28  À ce propos, voir la Charte des principes du forum social mondial : www.fse-esf.org et ceux de l’A (...)

33Toutes ces études s’accordent pour voir dans l’association la forme privilégiée du militantisme contemporain. C’est que l’association permet d’une part à chacun de se lier à ses semblables pour poursuivre des buts communs conformément à ses propres préférences individuelles – plutôt que par la soumission à des buts totalisants définis par d’autres (organisations syndicales ou partisanes). En tant que structure intermédiaire, l’association est vue, d’autre part, comme un remède contre la dégradation du lien social et du sens civique, et contre l’omnipotence de l’État27. Bref, l’association apparaît comme le lieu privilégié d’expérimentation de la démocratie participative. Elle est la forme idéale de l’auto-organisation de citoyens non pas « abstraitement égaux », mais « socialement ancrés ». Aux yeux de ces nouveaux sujets politiques (autonomes, responsables et critiques), la distance principielle maintenue entre le politique et le social, qui était au fondement du dispositif institutionnel moderne de la démocratie représentative, n’a plus de sens. Ils investissent l’espace public sur la base de leurs préoccupations concrètes et conformément à une philosophie organisationnelle fondée sur la décentralisation et l’autonomie28.

L’idéal-type de la démocratie alter

34Par la revendication de la proximité, par l’ancrage dans la vie quotidienne et le local, par l’enracinement dans la « société réelle », la démocratie alter valorise la diversité. Par opposition à la centralisation et à la contrainte des normes universelles, par la valorisation des libertés individuelles, elle est décentralisatrice et autogestionnaire. Par égard à la spontanéité de la société civile et des initiatives dites « citoyennes », elle dénonce l’exigence de soumission à la norme que font peser sur les individus et les groupes sociaux l’administration et la technocratie étatiques. Dénonçant le déficit démocratique de la représentation, elle privilégie la démocratie directeparticipative. Rejetant la rigidité hiérarchique de la structure pyramidale des institutions et des organisations politiques traditionnelles, elle pratique la coalition temporaire, cette forme d’organisation qui permet à tous les composants d’un mouvement de garder leur liberté, leur identité propre, et assure le maintien, au sein de celui-ci, du pluralisme et de la diversité grâce à la multiplication des interlocuteurs et à la coordination souple, fonctionnelle, des intérêts qu’ils défendent et des luttes qu’ils mènent. À la légitimité présupposée de l’institution politique (qui incorpore la référence normative à l’idée de bien commun), elle oppose les régulations multiformes. Au concept de « gouvernement », elle préfère celui de « gouvernance ».

35Les institutions représentatives s’étant disqualifiées aux yeux des alterdémocrates, c’est à la société civile qu’il revient désormais de définir et de chercher à imposer dans la réalité les grandes orientations normatives du vivre ensemble – en référence à des valeurs de justice, d’équité, de protection de l’environnement, etc. À cet égard, le discours alter est sous-tendu, au moins implicitement, par l’idée que « la » société civile, telle qu’il l’entend, est fondamentalement porteuse d’une sorte de volonté cohérente. La pluralité de ses voix et de ses demandes ne renverrait qu’à des aspects complémentaires et compatibles entre eux d’une même volonté populaire, susceptible, dès lors, d’être imposée rationnellement à l’État.

36Cela est peut-être vrai au niveau de la sphère locale et des centres d’intérêts particuliers autour desquels les membres de la société civile se rencontrent et élaborent ensemble les initiatives signifiantes les plus diverses. Mais il semble douteux que la nébuleuse de groupes et d’associations que recouvre le vocable de société civile soit effectivement capable de transcender la logique du local et du particulier et d’affronter de façon réflexive le problème du « général ». Autrement dit, le terme unitaire de « société civile », dès lors qu’il dépasse le niveau du vécu immédiat et le domaine des centres d’intérêts ciblés pour se rapporter à l’orientation de la société dans son ensemble, paraît ne pas recouvrir la potentialité d’action « solidaire et responsable » que lui prêtent les alters.

  • 29  On remarquera à cet égard que, bien qu’ils aiment se réclamer de l’idée de « gouvernance » (pour a (...)

37Ces derniers contournent la difficulté en prétextant ne pas vouloir eux-mêmes gouverner. À partir du moment où ils se posent exclusivement en contre-pouvoirs, il ne leur est en effet nul besoin d’élaborer des programmes d’action, des stratégies d’affrontement et de mise en équilibre des différents problèmes qu’une société rencontre (ou croit rencontrer) à un moment donné. Il leur suffit de les dénoncer et d’exiger des solutions qui soient simultanément acceptables pour toutes les composantes « autonomes » de la société civile. Dans une telle perspective, les canaux alters de transformation des aspirations sociales en décisions politiques se contentent d’entretenir vis-à-vis des institutions représentatives un double rapport de contournement et de pression. Parce qu’elles ne sont pas filtrées et mises en forme par les organisations politiques classiques (disqualifiées pour les mêmes raisons que toutes les institutions représentatives), et en l’absence d’un espace public unifié de confrontation et de dépassement des intérêts particuliers en référence à un « intérêt commun », les revendications de la société civile se présentent en ordre dispersé face à un pouvoir sur lequel il s’agit essentiellement de faire pression29. La mouvance alterdémocrate met en œuvre dans ce but une grande diversité de modes d’actions qui, le plus souvent, visent à publiciser ses diverses revendications et à mobiliser l’opinion publique sur des problèmes spécifiques afin que ceux-ci soient au plus vite pris en compte par le pouvoir.

  • 30  Je me permets de renvoyer ici à ma thèse et tout particulièrement au chapitre 5 qui traite notamme (...)
  • 31  Voir F. Lorho, « Lobbying et démocratie », Le Banquet, no 4, 1994, en ligne : www.revue-lebanquet. (...)

38La façon alter de faire de la politique ne s’astreint jamais aux contraintes liées à l’élaboration d’un projet de régulation globale du vivre ensemble, qui (quel que soit le niveau considéré, national ou autre) conduirait inévitablement ceux qui la défendent à confronter leurs propres contradictions et les forcerait à faire des choix30. Au lieu de cela, l’action de la société sur elle-même est pensée comme le fruit d’une multitude de micro-projets élaborés à la base, coordonnés au gré des compatibilités et accompagnés de revendications qui sont censées être compatibles entre elles. L’espace éclaté du politique qui résulte d’une pareille logique se présente dès lors comme une sorte de marché sur lequel entrent en concurrence les intérêts les plus divers qui, tous, s’efforcent de faire pression sur l’État et d’obtenir gain de cause. Dans ce contexte, la décision politique peut difficilement être autre chose que la résultante plus ou moins aléatoire de rapports de force dominants et changeants31. Elle devient le résultat d’un arbitrage étatique faible, plus ou moins marqué « à droite » ou « à gauche » selon les majorités au pouvoir. On en arrive ainsi à une conception purement pragmatique de la décision politique qui tranche nettement avec la volonté, pourtant affichée par les alters, d’agir conformément à des « projets de société » et à reprendre en main leur monde de façon consciente et réfléchie.

39La démocratie alter, par sa façon concrète de chercher à imposer ses revendications, n’inaugure pas elle-même cette tendance de nos sociétés à faire évoluer les modalités de la régulation politique vers une sorte de mécanisme systémique proche de celui du marché – en ce sens que cette régulation tend à se réduire à une logique réfléchissant purement et simplement les rapports de force immédiats qui travaillent la société. Mais la mouvance alter, quoi qu’il puisse par ailleurs en dire, ne fait certainement rien pour inverser (ou même seulement atténuer) ladite tendance. Bien au contraire, par la dimension idéaliste-radicale de certaines de ses revendications, par le fait qu’il semble de plus en plus capable de se réclamer d’une importante base sociale (d’un réel pouvoir de pression) et, en même temps, par son refus de tenir compte de la perspective « du pouvoir » (en soumettant ses revendications à des principes de réalisme et de cohérence), la démocratie alter exacerbe cette tendance à l’éclatement qu’elle présente comme une ouverture au pluralisme. Elle rend ainsi plus prégnante dans nos sociétés une culture politique de la revendication éclatée qui, désormais, ne se préoccupe plus que d’essayer d’imposer son point de vue à propos de tel problème particulier ou de tel autre, laissant à l’État décrié la tâche de tenter tant bien que mal d’équilibrer et de faire tenir ensemble les différentes parties du tout social.

Haut de page

Notes

1  L’OMC, mais également le FMI, l’OCDE et le G8.

2  Voir C.-A. Michalet, Qu’est-ce que la mondialisation ?, Paris, La Découverte, 2002, p. 95.

3  Le propos de cet article est directement inspiré de ma thèse de doctorat : La montée en Occident d’une culture politique « radicale-démocrate »: analyse descriptive du phénomène et mise en relation avec la question de l’intégration rationnelle des sociétés complexes, Montréal, université du Québec à Montréal, 2004.

4  K. Naughton et al.,« The Siege of Seattle », Newsweek, dossier spécial, 13 décembre 1999, p. 36.

5  S. George, « Institutions publiques et société civile : quel renforcement de la démocratie participative et de la responsabilité des citoyens ? », conférence parlementaires-ONG sur le thème « Société de marché, démocratie, citoyenneté et solidarité : un espace de confrontation ?», Strasbourg, 31 mai et 1er juin 1999. En ligne : www.stars.coe.fr/Dossiers/Societe/F_SusanGeorge.htm#Footref18

6  Le consensus de Washington a été adopté en 1990 par les grands pays industrialisés. Il posait comme modèle de développement l’équilibre macroéconomique et l’ouverture des frontières, la libéralisation des marchés et la priorité donnée aux plus démunis (voir B. Stern, « La crise des institutions économiques mondiales », Le Monde, 12 janvier 2000, p. 15). Pour les antis, ce consensus n’est autre que celui d’une minorité internationale menée par les États-Unis, l’expression de l’opposition farouche des signataires au paradigme keynésien et de leur volonté de faire reculer l’État providence.

7  L’International Forum on Globalization est un think tank, une sorte de « boîte à idées » constituée en 1994 au moment des discussions sur l’Alena et sur la conclusion du cycle de l’Uruguay (Gatt). Regroupant soixante organisations dans vingt-cinq pays, il se fixe pour but le développement de stratégies de rechange pour renverser la tendance à la globalisation, revitaliser les économies et les communautés locales et assurer un développement durable.

8  M. M. Brown, directeur du programme des Nations unies pour le développement (PNUD), cité par C. Losson et P. Quinio, Génération Seattle. Les rebelles de la mondialisation, Paris, Grasset, 2002, p. 13.

9  T. Genro, « Porto Alegre, la subversion démocratique ? », édition électronique de L’Humanité, tribune libre, 18 octobre 1999, www.humanite.presse.fr/journal/1999/1999-10/1999-10-18/1999-10-18059.html

10  J.-J. Simard, La longue marche des technocrates, Montréal, Albert Saint-Martin, 1978.

11  Pour une analyse très convaincante de la régulation providentialiste en termes de « socialisation du politique » – qui est aux antipodes de l’analyse alter – voir J.-F. Thuot, La fin de la représentation et les formes contemporaines de la démocratie, Québec, Nota Bene, 1998. Voir également J. Y. Thériault, « La fin du collectif ou le collectif autrement ? », dans S. Paquerot (dir.), L’État aux orties ? Mondialisation de l’économie et rôle de l’État, Montréal, Écosociété, 1996, p. 141-169.

12  J. Beauchemin et K. Leclerc, « La société civile comme sujet politique : une nouvelle représentation de l’intérêt général », Lien social et politiques – RIAC, no 48, automne 2002, p. 19-33.

13  Porto Alegre est la ville où fut organisé le premier forum social mondial (FSM1) en 2001. Ce choix était symbolique, car cette ville est située dans un État, le Rio Grande do Sul, qui s’est opposé à la culture et à l’expérimentation des OGM, et dans un pays, le Brésil, qui est l’un des plus inégalitaires au monde.

14  J.-P. Divès, « “Budget participatif” : réalités et théorisations d’une expérience réformiste », Le Carré rouge, no 20, 20 janvier 2002.

15  M. Gret et Y. Sintomer, Porto Alegre, l’espoir d’une autre démocratie, Paris, La Découverte, 2002, p. 24.

16  B. Cassen, « Anatomie d’un pouvoir populaire », Le Monde diplomatique, août 1998, p. 3.

17  T. Genro, art. cité.

18  B. Cassen, art. cité. Je souligne.

19  T. Genro, art. cité.

20  Ibid.

21  Ibid.

22  M. Gret et Y. Sintomer, op. cit., p. 28.

23  F. de Bernard (dir.), Dictionnaire critique de « la mondialisation », Groupe d’études et de recherches sur les mondialisations (GERM), Paris, Le Pré aux clercs, 2001, p. 271. Je souligne.

24  Non pas bien sûr que le premier devrait demeurer étranger au second, mais dans le sens où, dans la logique représentative, il ne saurait y avoir fusion des deux.

25  J’entends le concept de culture politique au sens de Serge Berstein, c’est-à-dire comme le marqueur qui forme l’assise de l’appartenance politique et conduit le citoyen à s’identifier quasi instinctivement à un groupe, à comprendre sans effort son discours, à adopter sa grille d’analyse, à partager ses buts et ses espoirs (S. Berstein, Les cultures politiques en France, Paris, Seuil, 1999, p. 30).

26  Je renvoie aux nombreuses études qui appréhendent le nouveau militantisme sous l’angle de l’accord ponctuel entre des individus mobiles, « engagés-dégagés » (Wieviorka), aux engagements multiples et évolutifs. Citons, entre autres, M. Barthélemy, Associations : un nouvel âge de la participation ?, Paris, Presses de la fondation nationale des sciences politiques, 2000 ; J. Ion, « Le temps de l’engagement pluriel », Sciences humaines, hors série no 39, décembre 2002-janvier février 2003, p. 58-63 ; J. Ion, La fin des militants ?, Paris, Les Éditions de l’Atelier et Éditions ouvrières, 1997 ; A. Muxel, L’expérience politique des jeunes, Paris, Presses de la fondation nationale des sciences politiques, 2001 ; P. Perrineau (dir.), L’engagement politique. Déclin ou mutation ?, Paris, Presses de la fondation nationale des sciences politiques, 1994 ; F. Trautmann, « Internet au service de la démocratie ? Le cas d’ATTAC », Centre d’étude de la vie politique française (CEVIPOF), cahier no 30, 2001, p. 1-60 ; et M. Wieviorka, S. Moscovici, N. Notat, P. Pachet et M. Perrot, Raison et conviction : l’engagement, Paris, Textuel, 1998.

27  M. Barthélemy, op. cit., p. 72.

28  À ce propos, voir la Charte des principes du forum social mondial : www.fse-esf.org et ceux de l’Action mondiale des peuples : www.nadir.org/nadir/initiativ/agp/free/indexfr.htm

29  On remarquera à cet égard que, bien qu’ils aiment se réclamer de l’idée de « gouvernance » (pour autant qu’elle devienne « réellement » démocratique), les alters entretiennent implicitement une relation très ambiguë avec ce concept dès lors qu’il n’est plus invoqué de façon floue et indéterminée mais tenu pour le phénomène social objectif qu’il est devenu dans les sociétés occidentales développées. La « gouvernance », au niveau des espaces nationaux, c’est en effet peu ou prou (quelle que soit par ailleurs l’évaluation normative qu’on en fait) un système de négociation des politiques publiques qui tend progressivement à s’imposer depuis quelques décennies en Occident. À l’intérieur de ce système qui, outre l’État lui-même, regroupe divers corps intermédiaires de la société civile (associations patronales et professionnelles, syndicats ouvriers, groupes communautaires et de pression les plus divers), les gouvernements tendent à n’être plus qu’une force parmi d’autres – les animateurs-arbitres pour ainsi dire des négociations entre différents groupes sociaux ayant désormais, semble-t-il, acquis plein droit de participer à cette « gouvernance » de nos sociétés, c’est-à-dire à l’élaboration et à la mise en application des différentes lois et règlements de l’État. Or, l’une des conditions qui peuvent être rattachées au fonctionnement de ce système horizontal de négociation des politiques publiques entre les corps sociaux intermédiaires et l’État, c’est justement l’obligation, pour ceux qui y participent, de « s’intégrer » d’une façon ou d’une autre à un mode de gestion complexe des affaires publiques que les alters n’ont par ailleurs de cesse de décrier comme technocratique et bureaucratique. À ce système de négociation et de concertation, les alters préfèrent nettement la pression extérieure de la rue, centrée sur la thématisation de questions particulières. Cela leur permet de demeurer radicaux dans la mesure où ils n’ont pas à penser les limites qu’il y a généralement à résoudre parfaitement tel ou tel problème dès lors qu’il faut aussi prendre en compte tous les autres. Une telle façon alter de chercher à influer sur la réalité permet assurément de ne pas se laisser « récupérer » par le système, mais il paraît alors difficile de nommer encore « gouvernance » une semblable logique de pression externe sur l’État – et sur son système hybride de négociations dans lequel de très larges pans de la « société civile » sont déjà, et de plus en plus, fortement intégrés. La forme de démocratie directe valorisée par les alters en est surtout une de pression externe et d’injonction. En ce sens, elle se superpose bien plus qu’elle ne s’intègre au phénomène empirique de la gouvernance. À côté des forces de la société civile qui l’interpellent depuis le système d’écoute, de concertation et de négociation qu’il a progressivement lui-même mis en place dans la foulée de l’élargissement de ses tâches de régulation au cours du vingtième siècle, l’État providence occidental doit désormais prendre en compte les pressions de ces autres forces de la société civile qui choisissent plutôt de l’assiéger de l’extérieur. J’aborde (trop brièvement) dans la conclusion ce que ce double mouvement de pression de la société civile sur l’État entraîne tendanciellement en termes d’intégration sociale.

30  Je me permets de renvoyer ici à ma thèse et tout particulièrement au chapitre 5 qui traite notamment des processus mis en place au sein du mouvement alter pour éviter la confrontation des divergences qui la travaillent, tant au niveau organisationnel qu’à celui des objectifs poursuivis et des moyens à mettre en œuvre pour tenter de les réaliser.

31  Voir F. Lorho, « Lobbying et démocratie », Le Banquet, no 4, 1994, en ligne : www.revue-lebanquet.com/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Couvrat , « Le projet « alter » de radicalisation de la démocratie », Éthique publique [En ligne], vol. 7, n° 1 | 2005, mis en ligne le 12 novembre 2015, consulté le 25 mars 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/1992 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.1992

Haut de page

Auteur

Christine Couvrat

Christine Couvrat est docteure en sociologie et chercheuse associée à la chaire du Canada en mondialisation, citoyenneté et démocratie de l’université du Québec à Montréal.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org