Navigation – Plan du site
Malaise dans la représentation

Les nouvelles frontières de la citoyenneté

Pascale Dufour

Résumés

Le déclin de la participation politique aux moments des élections ne doit pas être confondu avec le déclin de la participation politique des citoyens tout court. L’auteur estime dans ce sens que non seulement le diagnostic de légitimité ou d’illégitimité des systèmes électoraux doit être revisité, mais que la recherche devrait également tenir compte des formes multiples de la participation politique qui s’offrent aux citoyens. Enfin, pour appréhender la complexité croissante de l’engagement politique des citoyens et de leur rapport au politique, il est proposé de lier cette problématique à celle de la représentation politique, dans une acception élargie.

Haut de page

Texte intégral

1La baisse de la participation électorale, largement documentée, depuis une vingtaine d’années, ne permet pas de conclure à la crise des systèmes de représentation politique dans les démocraties des pays du Nord. Le débat, tel que décrit dans la documentation traitant de la participation électorale, a en effet tendance à se poser en termes binaires, qui rendent mal compte de la complexité des transformations en cours dans le champ de la participation politique. Selon ces études, la baisse de la participation électorale remet en cause les fondements de la démocratie représentative, qui conçoit le vote comme l’acte politique premier de tout citoyen, celui qui légitime l’ensemble du système. La renonciation à l’exercice du droit de vote est alors interprétée comme une sanction vis-à-vis du système ou, tout au moins, un problème posé à sa légitimité. L’objectif de cet article est de montrer que la baisse de la participation électorale remet davantage en cause les théories qui tentent d’en rendre compte que le système de la démocratie représentative.

2En nous appuyant sur une synthèse des travaux majoritairement francophones portant sur cette question et en illustrant notre propos en recourant à la situation québécoise, nous verrons que si les citoyens votent moins, ils continuent majoritairement de le faire et ne semblent pas prêts à changer de système politique. L’argument de la « crise » de la représentation est ainsi tout relatif. Nous montrerons également que, à côté de l’expression d’un geste politique par le vote, il existe toute une gamme d’actions concrètes qui font partie de la prise de parole publique et politique des citoyens et qui nous permettent de penser que ceux-ci n’ont pas déserté le champ politique. Et cette multiplicité des formes de l’engagement citoyen fait partie intégrante de sources diverses de la représentation politique. Au total, la baisse de la participation électorale n’est donc pas forcément une mauvaise nouvelle. C’est certes une donnée inédite qui entraîne de multiples conséquences pour les acteurs collectifs et les systèmes politiques qui doivent s’y adapter (et donc, il ne s’agit pas de nier le phénomène), mais il n’y a pas inéluctablement de drame qui se joue là. Au contraire, les citoyens, par leurs actions dans le champ politique, contribuent à redéfinir les frontières de la citoyenneté.

Les citoyens votent moins, mais votent encore

3Dans une perspective classique, la participation politique se mesure au fait de voter. Voter, c’est la forme minimale de la participation et c’est celle qui concerne le plus d’individus. C’est aussi celle qui est censée donner la mesure la moins contestable de l’intérêt politique, conçu comme l’expression périodique des opinions et des préférences politiques des citoyens. Or, la plupart des travaux récents sur le vote font état d’une baisse importante de la participation électorale et de l’accroissement parallèle des abstentions.

  • 1  Centre de recherche et d’information sur le Canada (CRIC), La participation électorale et la démoc (...)
  • 2  A. Blais, É. Gidengil, R. Nadeau et N. Nevitte, « Why Was Turnout so Low ? », dans Anatomy of a Li (...)
  • 3  Voir les données en ligne du Centre de recherche et d’information sur le Canada : www.cric.ca, con (...)

4Sur le plan international, le continent nord-américain se situe en queue de peloton du point de vue de la participation électorale, et ce depuis l’après-guerre, quel que soit le type d’élections considéré. La situation ne semble pas s’être améliorée dans la période plus récente, puisque les taux de participation aux élections fédérales, canadienne et américaine, ont encore diminué. Au Canada, par exemple, la participation moyenne aux élections fédérales, par période de dix ans, était de 73 % pour la décennie 1980, et seulement de 66 % pour la décennie 19901. Une étude montre que la baisse importante de participation aux élections fédérales de 2000 (moins de 65 %) est notamment due à la non-participation des jeunes nés après 1970, qui, par ailleurs, ne semblent pas utiliser d’autres formes de participation de façon significative ; ce qui fait conclure aux auteurs qu’on assisterait davantage à un désengagement des jeunes par rapport aux questions politiques qu’à un mécontentement actif2. Cependant, de grandes variations persistent entre les sociétés et au sein d’une même société, le Québec pouvant encore se targuer d’un très haut taux de participation par rapport à la moyenne du pays puisque le taux de participation aux élections fédérales pour la décennie 1990 a été de 71 %. La participation électorale aux élections fédérales au Québec a subi une baisse de seulement trois points depuis la décennie 1960. Si on considère les élections provinciales, le taux de participation reste relativement élevé dans plusieurs provinces, au Québec il est autour de 70 % pour la période la plus récente3.

  • 4  M. Dogan, « Déficit de confiance dans les démocraties avancées. Une analyse comparative », Revue i (...)
  • 5  R. J. Dalton, Citizen Politics in Western Democracies : Public Opinion and Political Parties in th (...)

5Les citoyens votent encore majoritairement et, en outre, ils ne semblent pas remettre en cause la légitimité des systèmes de représentation politique, mais bien le fonctionnement de ce système. Ainsi, ce sont les représentants et les organisations qui font l’objet de la méfiance populaire, pas les démocraties représentatives4. Cependant, pour les analyses électorales, la situation actuelle est paradoxale. Si la « compétence civique » des électeurs augmente (ce que plusieurs affirment), il devrait y avoir une augmentation parallèle ou concomitante de la participation politique. Or, c’est l’inverse qui se produit. L’hypothèse de plus en plus fréquente formulée pour expliquer ce paradoxe est que la participation politique ne se réduit pas à la participation électorale et qu’il est fort probable que celle-ci s’exprime sur d’autres plans. Comme le souligne Dalton, c’est moins la quantité de participation politique qui est importante que la nature de cette participation5.

D’autres formes de participation politique sont possibles

6Les actions de protestation recouvrent les actions et les comportements politiques dits non conventionnels, comme le fait de participer à une manifestation, le fait de signer une pétition, d’organiser ou de soutenir un boycottage, de participer à des actions directes plus ou moins légales et plus ou moins violentes.

  • 6  A. Quéniart et J. Jacques, « L’engagement politique des jeunes femmes au Québec : de la responsabi (...)
  • 7  R. J. Dalton, op. cit., p. 82.

7Même s’il est plus difficile de mesurer les formes non conventionnelles de participation politique, on peut, de manière générale, en noter l’augmentation. Ce qui est important, ce sont les correspondances que relèvent les observateurs entre ces transformations de la participation politique et l’accroissement d’une conception active de la citoyenneté dans les populations6. Ainsi, le fait de se mobiliser en dehors des élections et des calendriers et canaux institutionnels offrirait la possibilité aux citoyens d’avoir un impact plus direct sur le processus politique et d’influer davantage sur le calendrier ou l’agenda politique7. Cela dit, on ne peut tracer d’équivalence entre la baisse de la participation électorale et la hausse des actions de protestation ; on n’a pas affaire à des vases communicants. En particulier en Europe, la désertion des partis politiques et des élections n’est pas accompagnée d’une hausse de la participation dans des actions et organisations de protestation.

  • 8  J. Ion, La fin des militants ?, Paris, Éditions de l’Atelier, 1997, p. 104.
  • 9  I. Sommier, Les nouveaux mouvements contestataires. À l’heure de la mondialisation, Paris, Flammar (...)
  • 10  D. Helly, « Une injonction : appartenir, participer. Le retour de la cohésion sociale et du bon ci (...)
  • 11  J.-F. Thuot, La fin de la représentation et les formes contemporaines de la démocratie, Québec, No (...)

8Au-delà du débat quantitatif ou de la vision de remplacement d’une forme de participation par une autre, la sociologie de l’engagement a bien montré ces dernières années que la participation politique devenait de plus en plus indépendante des organisations dans lesquelles elle s’exprimait. Ainsi, le travail de Jacques Ion a permis de mettre au jour la multiplicité des formes de militantisme et les allers retours possibles entre ces formes pour un même individu8. Les travaux d’Isabelle Sommier ont également montré que les motivations sous-jacentes à l’engagement des jeunes altermondialistes aujourd’hui et les organisations dans lesquelles cet engagement s’exprime se caractérisent par leur caractère fluide et en évolution constante9. Enfin, les travaux récents d’Olivier Fillieule et de Nonna Mayer au sein du Groupe d’études et de recherches sur les mutations du militantisme posent la question de la manière dont la recherche peut concrètement rendre compte de cette complexité. Plus qu’une « crise » de la citoyenneté ou du sens civique, il s’agit bien de trouver une manière de penser les mutations en cours10. Sans adopter un optimisme forcé face à l’avenir de nos démocraties, il semble raisonnable de dire, avec d’autres, que le champ de la représentation politique s’élargit et que cet élargissement n’est pas forcément synonyme de la « fin de la représentation11 ».

  • 12  Il est intéressant de voir qu’en 2002, en France, des milliers de personnes ont défilé dans la rue (...)
  • 13  Selon les premières estimations, environ quinze millions d’Américains supplémentaires se seraient (...)
  • 14  En particulier, l’ampleur des mobilisations québécoises contre la guerre en Irak est sans précéden (...)

9Bon gré mal gré, les périodes électorales continuent de rythmer la vie politique, avec des moments où l’abstentionnisme est plus important. En revanche, les citoyens semblent davantage prêts à se mobiliser à titre de force de protestation (descendre dans la rue), sur des causes plus circonscrites (environnement, paix, pauvreté) mais aussi plus globales (mondialisation) et plus traditionnellement « politiques » (les élections)12. Cette multiplicité des formes de la participation politique n’est pas nouvelle. En revanche, l’instrumentalisation des formes de la participation en fonction du but visé semble une caractéristique de la période plus contemporaine. Il semble que, suivant les enjeux de l’heure, les comportements politiques vont varier et qu’ils sont davantage indépendants d’une socialisation politique antérieure. Ainsi, lors de la dernière élection américaine, les citoyens se sont présentés aux urnes en plus grand nombre alors que, lors de la dernière élection européenne, le taux de participation a parfois été largement en deçà des espérances13 ; de la même façon, les mobilisations internationales et transnationales contre la guerre en Irak ont révélé une force de protestation sociale surprenante14. Il semble que, dans plusieurs démocraties occidentales, nous ayons aujourd’hui une frange de citoyens super-actifs, super-engagés, super-informés qui vont livrer plusieurs batailles en même temps avec plusieurs outils à leur disposition ; puis les autres citoyens, qui suivent la vie politique de manière plus sporadique, mais qui ne sont pas forcément une masse indistincte d’apathiques. Au même titre que certains parlent de volatilité électorale pour désigner le fait que les partis politiques peuvent de moins en moins compter sur un électorat fidèle, nous pourrions parler de volatilité de la participation politique pour décrire le phénomène selon lequel l’activité politique des citoyens varie selon deux dimensions : la nature des enjeux et les modalités de leur engagement.

10Comment rendre compte de ces transformations, qui marquent davantage une multiplication et une complexification du rapport au politique des citoyens que l’émergence d’une nouvelle forme d’engagement ou la disparition d’une autre ?

Redéfinir les frontières de la citoyenneté

  • 15  Voir F. D’Arcy et G. Saez, « De la représentation », dans F. D’Arcy (dir.), La représentation, Par (...)
  • 16  P. C. Schmitter, « Still the Century of Corporatism », Review of Politics, no 36, janvier 1974, p. (...)

11Pour comprendre la complexité des relations entre les différentes formes de participation politique et « l’état de la citoyenneté » dans une société donnée, il est nécessaire d’avoir une conception large de la participation politique. Dès le début du vingtième siècle, l’approche pluraliste a bien montré que les participants à la vie politique dans les démocraties modernes ne sont pas juste des citoyens-électeurs, mais aussi des citoyens-représentants des groupes sociaux. Avec l’approche pluraliste, on passe d’une conception strictement électorale de la démocratie à une conception plus sociologique qui met l’accent sur les flux de pouvoir, sur l’agencement complexe des groupes sociaux et les affiliations multiples des individus dans des systèmes démocratiques15. À la fin de la seconde guerre mondiale, ce sont les théoriciens du néocorporatisme qui vont systématiser une autre manière de représenter les intérêts mettant en avant le rôle des acteurs syndicaux et patronaux dans la régulation des rapports politiques16.

  • 17  S. Saurruger, « Les groupes d’intérêt français : entre exception française, l’Europe et le monde » (...)

12Cela dit, pour que la multiplicité des formes de participation se traduise en quelque chose sur le terrain de la représentation, il est nécessaire que la représentation politique soit considérée, elle aussi, dans une version plus large. En effet, comme le souligne avec justesse Sabine Saurruger, « malgré l’existence de ces conceptions sur la relation entre les groupes d’intérêt et l’État, la théorie démocratique se concentre entièrement sur la représentation territoriale alors que les études sur les groupes d’intérêt (ou les partenaires corporatifs) se contentent d’une analyse de la participation des groupes dans le processus politiques17 ».

  • 18  D. Laycock (dir.), Representation and Democratic Theory, Vancouver-Toronto, UBC Press, 2004, p. XI
  • 19  B. Théret, « La régulation politique : le point de vue d’un économiste », dans J. Comaille et B. J (...)

13Le concept de régime de représentation, utilisé récemment par quelques auteurs, permet de faire le lien entre cette possibilité multiple de participation politique et la question de la représentation politique. Selon David Laycock, un régime de représentation inclut non seulement les participants et les structures des élections et des activités législatives ou décisionnelles, mais aussi la palette complète des manières de construire les décisions politiques au niveau de l’exécutif18. Sont ainsi prises en compte les activités de différents intérêts organisés qui interviennent au sein de « communautés politiques » ou de « réseaux de politiques publiques ». Bruno Théret, pour sa part, définit de manière encore plus globale le régime de représentation comme « une configuration institutionnelle supposément stable d’agrégation et de représentation-conversion réciproque des intérêts individuels et collectifs d’ordre économique et social en intérêts individuels et collectifs d’ordre politique19 ». L’intérêt de ces définitions est double. Elles autorisent une variation dans le temps des configurations de la représentation politique. On peut alors concevoir, du point de vue théorique, des changements de régime de représentation, certains aspects du régime devenant, par exemple, moins centraux à certaines époques. Plus concrètement, on peut imaginer dans ce cadre que le système électoral ne soit plus le seul vecteur de la représentation des intérêts et que les réseaux de politiques publiques prennent de l’ampleur dans cette configuration. Elles permettent également de considérer tout autant les aspects formels de la représentation que les aspects moins formels ou carrément informels qui participent à la construction d’une configuration particulière d’un régime de représentation politique, y compris les idées qu’on se fait à un moment donné à propos de la représentation.

14Trois conséquences théoriques et méthodologiques découlent de ces conceptions larges de la participation et de la représentation politiques. La première est une redéfinition de la problématique. Il ne s’agit plus de comprendre la baisse de la participation ou la crise des systèmes de représentation mais d’analyser la manière changeante que les citoyens ont d’accéder à la représentation politique.

  • 20  Voir M. Gauthier et P.-L. Gravel, « Les nouvelles formes d’engagement de la jeunesse québécoise », (...)
  • 21  Voir, d’une part, C. Dubar, La crise des identités. L’interprétation d’une mutation, Paris, PUF, 2 (...)
  • 22  M.-J. Gagnon, « Syndicalisme et classe ouvrière. Histoire d’un malentendu », Lien social et politi (...)
  • 23  L. Maheu, « Nouveaux mouvements sociaux, mouvement syndical et démocratie », Nouvelles pratiques s (...)
  • 24  R. Morin et M. Rochefort, « Quartier et lien social : des pratiques individuelles à l’action colle (...)

15Dans les travaux qui abordent ces questions, à une extrémité du spectre, il y a ceux qui se réjouissent des nouvelles opportunités qu’apportent les changements et qui mettent l’accent sur l’approfondissement possible de la démocratie dans nos sociétés en raison même de ces changements. À l’autre extrémité, en revanche, il y a ceux qui raisonnent davantage en termes de crise, de manque, de danger pour les démocraties occidentales et la tendance est alors d’idéaliser un passé plus ou moins révolu et, surtout, d’appréhender un sombre avenir. Plus précisément, les recherches portant sur la participation politique vont soit souligner le désintérêt des citoyens pour le politique, et leur désengagement plus ou moins partiel, soit analyser les formes nouvelles de l’engagement, plus ou moins porteuses de redynamisation de la démocratie20. Pour certains, les organisations traditionnelles de représentation politique sont en crise profonde et pourraient même être amenées à disparaître ou à imploser, ce qui aurait des conséquences tragiques pour les démocraties de représentation ; pour d’autres, le bouillonnement actuel correspond à un réveil salutaire de la société civile qui va entraîner un renouveau démocratique21. Nous retenons de ce débat que l’enjeu principal pour les organisations est celui du sens à donner aux changements en cours, sens construit par les acteurs eux-mêmes. Si aujourd’hui l’adhésion au syndicat n’est plus un geste politique mais une assurance-risque22, les anciennes organisations sont en même temps amenées à travailler avec de nouveaux partenaires (par exemple les syndicats et les autres mouvements sociaux dont la coopération devient de plus en plus « naturelle »)23, parfois contre les partis politiques, parfois aux côtés de certains d’entre eux. Dans tous les cas, on ne peut parler d’un mouvement linéaire et simple de « dépolitisation » de la société ; au contraire, pour certaines organisations, il y a retour du politique dans leurs actions (ce qui est vrai pour les syndicats et vrai pour le milieu communautaire au Québec, par exemple). Dans le même ordre d’idées, le politique semble de retour dans des espaces auparavant considérés comme de « repli » sur la sphère privée – c’est le cas des quartiers dans les grands centres urbains24.

16Autrement dit, nous assistons à une redéfinition des frontières de la citoyenneté. Non seulement le sens attribué au fait d’être citoyen se modifie (il ne s’agit plus simplement d’exprimer son opinion politique par le vote), mais les lieux de la citoyenneté eux-mêmes évoluent. Il est de plus en plus difficile de penser le gouvernement du peuple par les seuls représentants du peuple, et la popularité du terme de gouvernance rend bien compte de ces tentatives de penser la citoyenneté et la représentation politique sur un mode multiple. Le politique continue de se faire au sein des parlements nationaux, entre députés élus, mais il se produit aussi en dehors des enceintes nationales, au sein de structures intermédiaires faisant intervenir une très grande variété d’acteurs collectifs et individuels, ou au sein d’espaces temporaires créés par l’État (les sommets socioéconomiques au Québec ou les forums du gouvernement libéral actuel), tolérés par celui-ci (les réseaux de politiques publiques) ou par les citoyens (la manifestation dans la rue).

  • 25  S. Saurugger, « Les groupes d’intérêt en Europe », Politique européenne, no 7, printemps 2002, p.  (...)
  • 26  Voir D. Laycock (dir.), op. cit., p. 236 ; et É. Montpetit, Misplaced Distrust : Policy Networks a (...)
  • 27  É. Neveu, Sociologie des mouvements sociaux, Paris, La Découverte, 2002.
  • 28  D. Della Porta et S. Tarrow (dir.), Transnational Protest and Global Activism, Oxford, Rowman and (...)
  • 29  P. Hamel, H. Lustiger-Thaler et L. Maheu, « Is There a Role for Social Movements ? », dans J. Abu- (...)

17La deuxième conséquence est la multiplicité des lieux de la représentation. Comme le souligne Sabine Saurugger, « [l]a théorie politique considère la notion de représentation généralement sous l’angle de la représentation territoriale ou élective25 ». Or, non seulement est-il de plus en plus difficile de tracer le territoire géographique de la représentation, mais il est de plus en plus délicat de le considérer comme relevant uniquement du domaine des élections. À côté de la représentation territoriale, on trouve également une représentation par « sujets » qui peut se faire à travers les organisations non gouvernementales sur le plan international ou par l’entremise des réseaux de politiques publiques sur le plan national26. Autrement dit et pour reprendre le concept proposé par Érik Neveu, l’arène électorale n’a plus le monopole de la représentation ; l’arène des conflits sociaux, l’arène médiatique, même l’arène judiciaire sont également des espaces où la représentation politique occupe une place importante27. On note par ailleurs un changement d’échelle de luttes et une multiplication des échelles de luttes28 : un problème local ou national peut trouver une réponse et une représentation sur la scène internationale (au sein des institutions internationales), mais également au sein de lieux d’échanges au niveau mondial (qui ne sont pas forcément institutionnalisés mais qui trouvent là leur expression-agrégation, comme les forums sociaux mondiaux). Ces deux phénomènes se conjuguent (plus que l’élection et au-delà ou en deçà des frontières nationales) pour faire du lieu de la représentation politique une question empirique et non plus une donnée abstraite et générale. De la même façon, la multiplication des lieux de la représentation est directement liée à la possibilité croissante pour les acteurs autres que les partis politiques d’intervenir dans les processus de représentation politique29.

18Enfin, troisième conséquence, les conceptions larges de la participation et de la représentation politique entraînent la réflexion sur la démocratie dans des conclusions différentes. Adopter une perspective ouverte en termes de régime de représentation politique nous incite à considérer les situations empiriques concrètes sous l’angle de la transformation et non sous celui de la crise.

  • 30  R. Putnam, Making Democracy Work : Civic Traditions in Modern Italy, Princeton, Princeton Universi (...)
  • 31  Voir R. Castel, Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, PUF, 1 (...)
  • 32  Voir H. Milner, Civic Literacy : How Informed Citizens Make Democracy Work, Hanover, University Pr (...)

19Selon la théorie du capital social élaborée par Putnam, plus les gens participent à des associations, plus la qualité de la démocratie est bonne30. Le problème actuel viendrait de la baisse de la participation dans les associations. Dans Bowling Alone, Putnam affirme que la participation et la sociabilité des Américains sont en train de s’éroder au profit d’un isolement social croissant. S’il remet en cause les modes de vie (écoute de la télévision, usage d’internet), il évoque également la disparition d’une « culture civique » qui aurait permis jusqu’alors l’implication associative des citoyens américains. Cette interprétation de la « crise » renvoie la responsabilité aux individus, sans interroger, par exemple, les rapports changeants que ceux-ci entretiennent avec l’État ou le marché du travail et qui pourraient influer sur leur engagement. Par ailleurs, Putnam ne considère pas les autres formes de sociabilité qui peuvent exister dans la société. Certains sociologues français, pour leur part, font référence à la crise du lien social et du lien civil qui affecterait nos sociétés, expliquant à la fois la montée des « incivilités » mais également la « crise » de la citoyenneté qui se traduirait par des formes d’anomie sociale et par le retrait de la sphère publique d’un nombre croissant de personnes, en particulier des jeunes31. Dans cette perspective, la crise du lien social et du lien civique est avant tout une crise de la capacité d’intégration de l’État au tout « français ». Elle s’accompagne d’une perte de confiance des citoyens dans les institutions politiques et dans leurs représentants politiques. Encore une fois, cette position théorique englobante ne permet pas de penser la diversité du rapport au politique qui peut exister dans une société donnée. De la même façon, proposer une loi générale selon laquelle les valeurs individuelles de plus en plus postmatérialistes expliqueraient l’accroissement du nombre de citoyens désintéressés de la chose publique (les partisans de Inglehart) ou une autre selon laquelle les individus sont de moins en moins compétents pour exercer leur citoyenneté, ne permet pas de faire avancer la compréhension des réalités empiriques complexes32.

  • 33  S. D. Phillips, « Competing, Connecting and Complementing : Parties Interest, Groups and New Socia (...)

20En revanche, se poser la question du déplacement et de la multiplication des points d’entrée dans le politique, c’est militer en faveur d’une programmation empirique de recherche qui vise à mettre au clair ce que les acteurs construisent et tenter de mettre en perspective ces créations collectives, ces pratiques politiques quotidiennes. Plusieurs ont commencé à le faire, soit en mettant l’accent sur les relations qui s’établissent entre l’ensemble des acteurs politiques, soit en pensant le rôle particulier de certains acteurs, comme les mouvements sociaux, dans le processus de représentation politique33.

La prise en compte d’une nouvelle donnée

  • 34  N. Bobbio, L’État et la démocratie. De l’histoire des idées à la science politique, Paris, Complex (...)
  • 35  P. Norris (dir.), Critical Citizens : Global Support for Democratic Governance, Oxford, Oxford Uni (...)

21Prendre acte des imperfections de la démocratie représentative n’est pas un acte novateur ou révolutionnaire. Nous savons de longue date que la souveraineté populaire est un concept incohérent ; que la notion de représentation politique comme agrégation des intérêts et des préférences des individus est un projet utopiste qui ne verra jamais le jour, et que, au contraire, la démocratie représentative implique la médiation par des groupes et la concentration du pouvoir aux mains d’une oligarchie, pour reprendre certains des arguments avancés par Bobbio et Manin34. Il est également vrai que la connaissance accrue de ces imperfections de la démocratie représentative peut contribuer à la formation de « démocrates désenchantés », pour reprendre les termes de Pippa Norris35. Cela dit, l’augmentation des niveaux d’exigence des citoyens par rapport aux standards démocratiques et la complexification de leurs comportements politiques peuvent aussi être un point de renforcement des pratiques démocratiques. Évidemment, les démocraties qui sont en train de se construire sont probablement hétérodoxes. Mais pourquoi devrions-nous limiter le champ des possibles et ne pas permettre, par la seule résistance de notre cécité théorique, qu’il existe, en projet, une démocratie où les élus partageraient le pouvoir avec les citoyens sur certains dossiers par le biais de mécanismes plus participatifs ; où les représentants du peuple et l’élite bureaucratique seraient amenés à délibérer avec des citoyens ordinaires sur d’autres dossiers ; bref, où les cloisonnements liés à une conception restrictive de la démocratie représentative auraient partiellement disparu ?

L’auteur remercie le CRSH pour son soutien financier, et Renaud Goyer, étudiant de maîtrise de science politique de l’université de Montréal, pour son travail de recherche.

Haut de page

Notes

1  Centre de recherche et d’information sur le Canada (CRIC), La participation électorale et la démocratie canadienne : un aperçu, rapport, août 2003.

2  A. Blais, É. Gidengil, R. Nadeau et N. Nevitte, « Why Was Turnout so Low ? », dans Anatomy of a Liberal Victory, Peterborough, Broadview Press, 2002, p. 45-64.

3  Voir les données en ligne du Centre de recherche et d’information sur le Canada : www.cric.ca, consulté en novembre 2004.

4  M. Dogan, « Déficit de confiance dans les démocraties avancées. Une analyse comparative », Revue internationale de politique comparée, vol. 6, no 2, 1999, p. 513-547.

5  R. J. Dalton, Citizen Politics in Western Democracies : Public Opinion and Political Parties in the United States, Britain, West Germany and France, Chatam (N. J.), Chatam House, 1996, p. 64.

6  A. Quéniart et J. Jacques, « L’engagement politique des jeunes femmes au Québec : de la responsabilité au pouvoir d’agir pour un changement de société », Lien social et politiques, no 46, automne 2001, p. 45-53 ; J. Jaffré et A. Muxel, « S’abstenir : hors du jeu ou dans le jeu politique ? », dans P. Brechon, A. Laurent et P. Perrineau (dir.), Les cultures politiques des Français, Paris, Presses de Sciences Po, 2000.

7  R. J. Dalton, op. cit., p. 82.

8  J. Ion, La fin des militants ?, Paris, Éditions de l’Atelier, 1997, p. 104.

9  I. Sommier, Les nouveaux mouvements contestataires. À l’heure de la mondialisation, Paris, Flammarion, 2001, p. 202.

10  D. Helly, « Une injonction : appartenir, participer. Le retour de la cohésion sociale et du bon citoyen », Lien social et politiques, no 41, printemps 1999, p. 35.

11  J.-F. Thuot, La fin de la représentation et les formes contemporaines de la démocratie, Québec, Nota Bene, 1998.

12  Il est intéressant de voir qu’en 2002, en France, des milliers de personnes ont défilé dans la rue entre les deux tours des élections présidentielles et que, au Québec, des mobilisations ont été organisées en 2003 et 2004 sur la base de la citoyenneté pour protester contre la représentation faussée que le gouvernement en place propose de leurs intérêts.

13  Selon les premières estimations, environ quinze millions d’Américains supplémentaires se seraient présentés aux urnes en novembre 2004, portant le taux de participation à 59,6% contre 54,3% en 2000 (voir le rapport du Committee for the Study of the American Electorate, 2004). Aux dernières élections européennes de 2004, la participation a été en moyenne inférieure à 50%, malgré de fortes disparités entre les pays (voir le numéro spécial de la revue Politique et parlementaire, 2004).

14  En particulier, l’ampleur des mobilisations québécoises contre la guerre en Irak est sans précédent.

15  Voir F. D’Arcy et G. Saez, « De la représentation », dans F. D’Arcy (dir.), La représentation, Paris, Economica, 1985, p. 13, et R. A. Dahl, Who Governs ?, New Haven, Yale University Press, 1961.

16  P. C. Schmitter, « Still the Century of Corporatism », Review of Politics, no 36, janvier 1974, p. 85-131.

17  S. Saurruger, « Les groupes d’intérêt français : entre exception française, l’Europe et le monde », Revue internationale de politique comparée, no 4, novembre 2004, p. 4.

18  D. Laycock (dir.), Representation and Democratic Theory, Vancouver-Toronto, UBC Press, 2004, p. XI.

19  B. Théret, « La régulation politique : le point de vue d’un économiste », dans J. Comaille et B. Jobert (dir.), Les métamorphoses de la régulation politique, Paris, Droit et Société, 1998, p. 24-103. Évidemment, la théorie démocratique plus récente s’est largement penchée sur la question. Les débats entre tenants de la démocratie associative et tenants de la démocratie délibérative, ou encore participative, posent tous la question de l’arrimage entre la citoyenneté comme forme de participation politique et la représentation politique. Notre ambition n’est pas de trancher ici ces débats, ni même de les présenter, mais beaucoup plus simplement de proposer une façon de penser orientée vers l’analyse empirique et qui permette de rendre compte des pratiques quotidiennes de la démocratie.

20  Voir M. Gauthier et P.-L. Gravel, « Les nouvelles formes d’engagement de la jeunesse québécoise », dans M. Venne (dir.), Annuaire du Québec 2004, Montréal, Fides, 2003, p. 45-53 ; J. Jaffré et A. Muxel, art. cité ; A. Quéniart et J. Jacques, art. cité ; J. Ion, « L’évolution des modes d’engagement dans l’espace public », dans P. Bréchon, B. Duriez et J. Ion (dir.), Religion et action dans l’espace public, Paris, L’Harmattan, 2000, p. 199-210 ; I. Sommier, op. cit.

21  Voir, d’une part, C. Dubar, La crise des identités. L’interprétation d’une mutation, Paris, PUF, 2000, et G. Bourque et J. Duchastel, « Les identités, la fragmentation de la société canadienne et la constitutionnalisation des enjeux politiques », Revue internationale d’études canadiennes, no 14, automne 1996, p 77-94 ; et, d’autre part, G. Courtemanche, La seconde révolution tranquille, Montréal, Boréal, 2003, et N. Klein, Fences and Windows : Dispatches from the Front Lines of the Globalization Debate, New York, Picador, 2002.

22  M.-J. Gagnon, « Syndicalisme et classe ouvrière. Histoire d’un malentendu », Lien social et politiques, no 49, printemps 2003, p.15.

23  L. Maheu, « Nouveaux mouvements sociaux, mouvement syndical et démocratie », Nouvelles pratiques sociales, vol. 4, no 1, 1991, p. 121.

24  R. Morin et M. Rochefort, « Quartier et lien social : des pratiques individuelles à l’action collective », Lien social et politiques, no 39, printemps 1998, p. 103-114.

25  S. Saurugger, « Les groupes d’intérêt en Europe », Politique européenne, no 7, printemps 2002, p. 5.

26  Voir D. Laycock (dir.), op. cit., p. 236 ; et É. Montpetit, Misplaced Distrust : Policy Networks and the Environment in France, the United States and Canada, Vancouver, UBC Press, 2003.

27  É. Neveu, Sociologie des mouvements sociaux, Paris, La Découverte, 2002.

28  D. Della Porta et S. Tarrow (dir.), Transnational Protest and Global Activism, Oxford, Rowman and Littlefield Publishers, 2005.

29  P. Hamel, H. Lustiger-Thaler et L. Maheu, « Is There a Role for Social Movements ? », dans J. Abu-Lughod (dir.), Sociology for the Twenty-First Century : Continuities and Cutting Edges, Chicago, Chicago University Press, 1999, p. 178-179.

30  R. Putnam, Making Democracy Work : Civic Traditions in Modern Italy, Princeton, Princeton University Press, 1993.

31  Voir R. Castel, Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, PUF, 1995 ; S. Paugam (dir.), L’exclusion, l’état des savoirs, Paris, La Découverte, 1996 ; V. De Gaulejac et I. T. Leonetti, La lutte des places. Insertion et désinsertion, Marseille, Épi Hommes et perspectives, 1994 ; S. Roché, La société incivile, Qu’est-ce que l’insécurité ?, Paris, Seuil, 1996 ; F. Dubet, Les inégalités multipliées, Paris, Éditions de l’Aube, 2000.

32  Voir H. Milner, Civic Literacy : How Informed Citizens Make Democracy Work, Hanover, University Press of New England, 2002 ; et « Compétences civiques : le Québec est à la traîne », dans M. Venne (dir.), op. cit.; D. Boy et N. Mayer, L’électeur a ses raisons, Paris, Presses de Science Po, 1997.

33  S. D. Phillips, « Competing, Connecting and Complementing : Parties Interest, Groups and New Social Movements », dans B. Tanguay et A.-G. Gagnon (dir.), Canadian Parties in Transition, Toronto, Nelson Canada, 1996 (2e éd.) ; D. Della Porta, « Social Movements and the New Challenges to Representative Democracy », Politique européenne, no 4, printemps 2001, p. 73-103 et H. Kitschelt, « New Social Movements and the Decline of Party Organization », dans R. J. Dalton et M. Kuechler (dir.), Changing the Political Order : New Social and Political Movement in Western Democracies, New York, Oxford University Press, 1990, p. 179-208.

34  N. Bobbio, L’État et la démocratie. De l’histoire des idées à la science politique, Paris, Complexe, 2002 ; B. Manin, Principes du gouvernement représentatif, Paris, Flammarion, 2000.

35  P. Norris (dir.), Critical Citizens : Global Support for Democratic Governance, Oxford, Oxford University Press, 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascale Dufour , « Les nouvelles frontières de la citoyenneté », Éthique publique [En ligne], vol. 7, n° 1 | 2005, mis en ligne le 12 novembre 2015, consulté le 25 mars 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/1980 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.1980

Haut de page

Auteur

Pascale Dufour

Pascale Dufour est professeure adjointe au département de science politique de l’université de Montréal.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org