Navigation – Plan du site
Malaise dans la représentation

De la démocratie sans le peuple à la démocratie avec le peuple

Jean-Pierre Charbonneau

Résumés

La réflexion sur les nouvelles formes de démocratie passe par l’analyse critique de l’état de la participation citoyenne et du pouvoir citoyen, ainsi que par l’évaluation de la place réelle qu’y occupent les représentants du peuple à qui les citoyens délèguent leur pouvoir de définition et d’organisation du bien commun. L’auteur examine ainsi entre autres le déclin du pouvoir des représentants du peuple et évalue le caractère démocratique des différents modes de scrutin. Il conclut en reconnaissant qu’en regard des principes démocratiques, les systèmes politiques, les institutions, les méthodes de participation citoyenne ne sont pas tous d’égale valeur et qu’il faudra beaucoup de courage et de volonté pour sortir du paradigme toxique de la démocratie de confrontation et entrer dans l’ère de la démocratie du dialogue et de l’éthique.

Haut de page

Texte intégral

La démocratie est le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple.

Abraham Lincoln

1La démocratie, au sens étymologique du mot, désigne le gouvernement par le peuple. Une réflexion sur ses nouvelles formes passe naturellement par l’examen de la place des citoyens dans l’organisation et la direction des affaires publiques. Elle passe également par l’étude de la persistance de l’oligarchie et de l’autocratie dans nos sociétés, puisque l’idéal démocratique est né du rejet de la loi du plus fort et de la hiérarchie sociale au profit des principes d’égalité et de liberté. Dans ce texte, j’aborderai surtout l’état de la participation citoyenne dans la démocratie contemporaine.

2Mesurer la participation citoyenne implique de jeter un regard attentif sur divers aspects de la vie politique comme le taux de participation aux processus électoraux, le niveau de l’engagement social et de l’action militante, l’efficacité des différentes méthodes de participation publique, la compétence civique ainsi que le niveau de l’éthique sociale des citoyens. On doit également considérer l’influence qu’exercent les principaux acteurs de la scène publique que sont les politiciens et les médias puis se demander si l’espace décisionnel accordé aux citoyens est suffisant ou s’il n’y a pas lieu de l’élargir et de l’augmenter de façon significative. Enfin, il importe de jeter un regard attentif aux nouvelles formes de participation citoyenne élaborées et expérimentées depuis un certain nombre d’années déjà.

3Il n’est pas sans intérêt de rappeler au préalable qu’être citoyen signifie justement posséder le droit, sinon le privilège de participer librement à la vie de la communauté politique à laquelle on appartient. Cette participation se fait d’abord par la discussion avec les autres membres de la collectivité pour déterminer les paramètres du bien commun parce que le dialogue fondé sur la tolérance, le respect et l’empathie permet de concilier davantage les intérêts individuels et l’intérêt général dans l’esprit d’une coexistence harmonieuse et pacifique. Incidemment, plusieurs études contemporaines ont démontré que la participation des citoyens dans l’élaboration des solutions aux problèmes de leur communauté comporte d’énormes avantages. Cela permet d’éveiller les consciences et de développer la compétence civique en faisant reculer les frontières de l’ignorance. Cela favorise également l’esprit communautaire lequel exige confiance, coopération et compromis entre les individus. Cela améliore enfin la prise de décision, la rendant plus juste, plus rationnelle, plus adéquate, plus acceptable et mieux acceptée. À cet égard, il est intéressant de noter que les plus récentes recherches en politiques publiques sur l’architecture sociale révèlent que, appelés à définir le bien-être au vingt et unième siècle, les citoyens eux-mêmes soulignent l’importance de développer des occasions significatives d’engagement et de participation civiques. Dans son récent Plan de développement durable pour une meilleure qualité de vie, le gouvernement du Québec s’y réfère d’ailleurs lorsqu’il affirme que l’un des grands principes structurants sur lesquels il veut fonder sa démarche est « la participation des citoyens et l’engagement des différents groupes de la société » !

Les limites et les illusions de la participation publique

4Si la démocratie est une forme très ancienne de gouvernement, la réalité montre qu’elle est en même temps très jeune et même, à bien des égards, relativement embryonnaire. Dans l’histoire moderne, elle a, presque partout, à peine un siècle. Auparavant, la majorité des citoyens, principalement les femmes, n’avaient même pas droit de vote. Et on considérait en général qu’une fois leur bulletin dans l’urne, les gens n’avaient plus rien à dire. Le Parlement, institution fondatrice de la démocratie moderne, était lui-même un pouvoir oligarchique détenant le monopole de l’expression démocratique et refusant d’inviter les citoyens à l’accompagner dans l’exercice de ses responsabilités. Cette façon de voir a été remise en question dans la foulée de la démocratisation de l’instruction, de l’accès au savoir et de l’entrée en scène des médias de masse. Il a fallu l’émergence d’une véritable opinion publique pour que les représentants du peuple et les dirigeants « élus » lèvent progressivement les restrictions au droit de vote et à la création d’associations citoyennes, puis qu’ils comprennent qu’il leur était désormais indispensable non seulement de prendre le pouls de la population, mais également de négocier leurs interventions avec elle, sinon de partager le pouvoir avec elle. De la « démocratie sans le peuple », on a cherché à passer à la « démocratie avec le peuple » pour donner naissance à la participation publique, processus par lequel ceux qui ont la mission de décider et d’édicter les règles sociales invitent les citoyens concernés à s’exprimer et à commenter les choix envisagés.

5Après quelques décennies d’usage, la question est aujourd’hui de savoir ce qu’a donné et donne toujours cette participation citoyenne. Pour tous ceux qui s’y sont intéressés, la participation publique présente un bulletin équivoque. Dans la colonne positive, on ne peut pas nier que plusieurs décisions gouvernementales et parlementaires ont pu être modifiées et même abandonnées en faveur du point de vue citoyen. Les autorités ont été éveillées à de nouvelles réalités et de nombreux citoyens ont pu à maintes reprises exprimer craintes et oppositions autant qu’avis et accords. Au fil du temps, plusieurs ont pu établir un contact régulier et un dialogue fructueux avec la classe politique au point où certains citoyens se sont vu confier des responsabilités de gestionnaires locaux de différents services défrayés par les fonds publics. D’autres, les dirigeants des grandes organisations socioéconomiques, ont même été invités à assumer des responsabilités politiques réelles dans le contexte de l’entrée en scène de la démocratie sociale, produit des exercices de concertation des grands acteurs sociaux.

6Ce bilan positif comporte cependant un revers. Les méthodes d’expression citoyenne utilisées un peu partout, particulièrement les audiences publiques, les comités consultatifs, les groupes échantillons et les sondages d’opinion, se sont très souvent révélées de mauvais canaux de communication entre les citoyens et leurs gouvernements. L’un des principaux reproches formulés à l’endroit de ces méthodes, avec lesquelles je vis depuis près de vingt-cinq ans à titre de parlementaire, est qu’elles ne permettent généralement qu’un flot d’information à sens unique, sans véritable interaction significative ni influence déterminante. Elles sont aussi presque toujours l’apanage des porte-parole des groupes d’intérêt et des corps intermédiaires ou des individus ayant un statut socioéconomique élevé. La majorité des citoyens n’y sont pas directement associés. Elles sont enfin davantage conçues pour approuver sinon avaliser des décisions déjà prises, pour tester l’opinion publique, pour vendre des projets à la population si ce n’est pour la contrôler jusqu’à la manipuler, plutôt que pour favoriser une large participation citoyenne au processus décisionnel. En somme, ces méthodes de participation publique comportent dans leur nature même des vices de forme qui les rendent passablement contestables du point de vue démocratique. Si, en général, elles permettent aux citoyens d’exprimer leurs intérêts, leurs besoins, leur sentiment face aux enjeux publics, elles ne permettent pas cependant d’explorer à fond toutes les avenues, tous les points de vue, de peser le pour et le contre, de développer une véritable conscience collective ainsi qu’une vision éclairée, stable et rationnelle, nécessaire pour former un solide jugement public et prendre une décision responsable tant sur le plan moral qu’émotionnel. En définitive, les dirigeants politiques utilisent davantage la participation publique pour sa valeur symbolique sur le plan démocratique que pour sa contribution effective aux processus décisionnels.

7On comprend donc mieux pourquoi la participation publique suscite aujourd’hui tant de frustration, de cynisme et de désintérêt parmi la population. Pourtant, paradoxalement, les citoyens sont de plus en plus nombreux à vouloir participer de façon plus renseignée, plus intense et plus efficace aux orientations et aux activités de la sphère publique. Rejetant la nature cosmétique des pratiques de participation, de plus en plus de gens réclament qu’on leur permette d’exercer une influence significative, sinon un contrôle réel sur les décisions qui concernent leurs conditions de vie et leur environnement au sens le plus large du terme. Cela explique pourquoi, un peu partout, plusieurs cherchent et expérimentent de nouvelles méthodes permettant l’instauration d’une véritable démocratie participative. Cependant, avant de jeter un regard sur ces démarches, parlons un peu de certains des problèmes qui rendent difficile la participation citoyenne.

Le décrochage citoyen

8Quand on regarde aujourd’hui l’état de cette démocratie avec le peuple, on note le clignotement incessant d’un immense signal d’alarme qui indique un niveau inquiétant de désintérêt d’un nombre considérable de citoyens. Le taux de participation aux différents processus électoraux est un peu partout à la baisse et, dans le cas de certaines juridictions, carrément inacceptable. Le niveau de militantisme politique et d’action civique est également loin d’être vraiment à la hausse même si on note un engagement plus grand que jamais dans les organisations de la société civile, en particulier dans le milieu communautaire au sein duquel s’affirme solidement le bénévolat de service. Partout en Occident, les partis politiques ont vu raccourcir leurs listes de membres. Même les groupes militants souffrent de désertion dans leurs instances délibératives et ils deviennent beaucoup l’affaire de leurs permanents. L’expérience révèle que ce sont souvent les mêmes personnes qui s’impliquent dans la communauté, qui s’engagent socialement et qui se prévalent des mécanismes de participation civique. Le débat public et le militantisme sont encore l’affaire d’une minorité. Il y a évidemment des exceptions : elles surviennent lors de moments forts, empreints d’une grande charge émotive ou symbolique, ou quand sont en cause les intérêts sensibles des gens. Ainsi, de temps à autre, l’indignation, la colère, le ras-le-bol provoquent un fort désir de changement ou, à l’inverse, une forte résistance qui s’exprime par de grandes mobilisations et un militantisme temporaire effervescent. Mais, à part ces moments magiques, la mobilisation générale, celle de la majorité silencieuse, est rarissime. Entre les sursauts de conscience et d’engagement, on assiste à de grandes périodes d’apathie et de désintérêt durant lesquelles la solidarité citoyenne est absente. Évidemment, la complexité de la vie moderne fait surgir une multitude de tensions et de problèmes de telle sorte que les bonnes causes sont innombrables. Il est donc impossible de s’investir pour tout et dans tout, surtout que, avec l’augmentation du nombre de personnes insérées dans les activités de l’économie de marché et l’éclatement d’une grande proportion des familles, beaucoup de gens ont moins de temps et d’énergie pour militer au sein des diverses associations bénévoles et pour faire entendre leur voix.

L’incompétence civique et le nécessaire apprentissage de la citoyenneté

9Être un véritable citoyen, agir comme tel, participer à la vie publique, discuter puis choisir de façon avisée et constructive n’est pas une disposition innée ; cela doit s’apprendre. Il y a un apprentissage à faire pour atteindre une bonne compétence civique, c’est-à-dire une compréhension adéquate des rouages institutionnels de la vie politique, une connaissance suffisante des grands problèmes auxquels l’humanité fait face et une habileté à saisir la complexité du réel avec toutes ses liaisons et ses interactions, ses phénomènes multidimensionnels et ses implications. La compétence civique, c’est l’oxygène de la démocratie. On ne peut nier l’importance, dans n’importe quel contexte organisationnel et décisionnel, d’un haut niveau de conscience fondé sur une connaissance profonde et vaste de la réalité. Dans une perspective d’élargissement de la participation citoyenne dans nos sociétés hypercomplexes où les experts et les spécialistes dominent, cette dimension est encore plus fondamentale. C’est d’ailleurs sur elle que repose l’exercice éclairé de la souveraineté populaire. «Être informé, c’est être libre », disait à ce propos René Lévesque. Le droit de s’exprimer, de participer puis de décider ne suffit pas. Il doit être soutenu par une bonne éducation politique, une maîtrise adéquate du savoir et une capacité d’organiser l’information. Faut-il rappeler qu’une décision prise démocratiquement, donc issue d’une majorité de citoyens ou même d’une majorité parlementaire, n’est pas nécessairement une bonne décision, notamment quand elle est prise dans la précipitation et l’ignorance générale, sous l’influence néfaste de coups d’État émotionnels ou de partisanerie aveugle ?

  • 1  H. Milner, La compétence civique, Québec, Presses de l’université Laval, 2004.

10Cela dit, il n’est pas facile de mesurer le niveau de démocratie cognitive et de compétence civique des citoyens, d’autant plus qu’il est impossible depuis longtemps déjà de posséder une connaissance encyclopédique et universelle. Néanmoins, comme l’a démontré le politologue Henry Milner de l’université Laval1, en utilisant différents indicateurs, on peut en apprécier la valeur et effectuer des comparaisons qui confirment l’évidence : la participation à la vie politique est plus active et d’une qualité supérieure dans les sociétés où les compétences civiques sont fortes. Parmi les indicateurs utilisables pour évaluer la compétence civique, on peut mentionner le taux d’alphabétisation et la fréquentation scolaire, les aptitudes de lecture et d’écriture, le degré de connaissances dans certaines matières liées à la vie en société, le niveau d’écoute de la radio et de la télévision en relation avec le taux de lecture des journaux, le genre d’émissions préférées tout comme le nombre de médias disponibles ainsi que le tirage des diverses publications d’information, la participation aux activités d’éducation des adultes et la fréquentation des bibliothèques, le taux de pénétration des nouvelles technologies de l’information, et beaucoup d’autres.

11Fait à signaler, pour l’ensemble de ces facteurs, la performance québécoise est à bien des égards plutôt faible comparativement à celle d’autres sociétés avancées. Un sondage effectué en mai 2004 pour le compte de l’Assemblée nationale du Québec confirme ce diagnostic. On y apprend ainsi que 71 % des Québécois ne connaissent pas le nom de leur député et que 53 % des 18-24 ans ne connaissent rien de l’Assemblée nationale ; cette proportion est de 44 % chez les étudiants. Si on ajoute à ces données le fait qu’à peine 25 % des jeunes électeurs de 18-24 ans ont utilisé leur droit de vote aux récentes élections législatives générales, provinciales autant que fédérales, on mesure l’ampleur du problème.

  • 2  Prenez votre place. La participation au cœur des institutions démocratiques québécoises, rapport d (...)

12Le caractère fondamental de la compétence civique a été reconnu de façon très claire au Québec par les membres du comité directeur des états généraux sur la réforme des institutions démocratiques. Dans leur rapport final de mars 2003, ceux-ci affirment que « la participation publique est une pratique qu’il importe de développer et [dont il faut] s’approprier. Elle ne peut jamais être [tenue] pour acquise. Comme tout apprentissage de comportements sociaux, celui de la participation publique passe par la maîtrise en théorie et en pratique de codes, de règles, d’un vocabulaire, d’attitudes et d’une éthique2

  • 3  D. Goleman, L’intelligence émotionnelle, 2 vol., Paris, Robert Laffont, 1998 et 1999.

13Le défi de contrer l’ignorance politique et le désengagement citoyen est immense. Il interpelle non seulement les dirigeants et les élus mais tous les acteurs de la vie collective, à commencer par les parents et les éducateurs, qui sont les premiers responsables du développement d’une autre composante essentielle de la compétence civique, l’intelligence émotionnelle, celle qui implique l’empathie, l’ouverture d’esprit, la tolérance et l’habileté à communiquer de façon authentique dans le respect des autres, donc de débattre et de participer collégialement au progrès de la société3.

L’absence d’une éthique sociale élevée et largement partagée

  • 4  M. Gauchet, La démocratie contre elle-même, Paris, Gallimard, « Tel », 2002.

14Il n’est peut-être pas dans le ton de la rectitude politique pour un élu de le dire, mais il apparaît évident que l’une des principales causes du décrochage civique est l’absence d’une éthique sociale exigeante et largement partagée chez les citoyens eux-mêmes. En d’autres termes, le sens de la responsabilité et du devoir de solidarité fait cruellement défaut dans les sociétés modernes où les individus sont de plus en plus atomisés. À cet égard, je partage le point de vue de Marcel Gauchet, philosophe et rédacteur en chef de la revue française Le Débat, selon qui « l’Empire des droits individuels qui ne cesse de s’étendre est en partie responsable de cette situation dans la mesure où il n’est pas contrebalancé par une valorisation de même importance des devoirs et responsabilités des citoyens4». Et c’est ainsi que le « chacun pour soi et au diable le bien commun » est devenu le leitmotiv accepté et répandu largement dans nos sociétés occidentales. Du point de vue de l’idéal démocratique, qui suppose que le bien commun est supérieur à l’addition des intérêts individuels et que la solidarité est le ferment de la vie collective, cette situation a de quoi inquiéter. Il n’est pas sain, en effet, qu’autant de gens se replient sur eux-mêmes de façon fataliste et abandonnent leur statut de citoyens pour se contenter d’être de simples clients-consommateurs-spectateurs. Ceux qui disent que la démocratie est incompatible avec l’égoïsme érigé en système ont raison. La liberté et l’égalité des individus ne peuvent répondre seules à l’ensemble des questions qui assaillent les sociétés. Pour bien fonctionner et évoluer au profit de tous, celles-ci ont besoin de façon vitale du soutien, de l’engagement et de la vigilance de leurs membres. On touche ici au cœur même de la responsabilité citoyenne qui implique que l’on ne peut pas être démocrate en refusant de civiliser ou de corriger le monde. En démocratie, on ne peut rester constamment, ni même souvent, sur son quant-à-soi et se laver les mains de la vie publique et de la réalité de l’autre.

15Arrivé à ce point, il faut rappeler que l’engagement social, corollaire de la liberté, repose sur le niveau de conscience individuelle et sur les valeurs acquises et préservées. Avoir le cœur à la bonne place n’est pas un don naturel. C’est ici qu’intervient pernicieusement le contexte culturel planétaire généré par la société de consommation et de l’image ainsi que par l’ultralibéralisme économique qui valorisent à outrance l’individualisme, le matérialisme, l’hédonisme et la superficialité. À l’évidence, cette culture ambiante de passivité individualiste est au centre du décrochage citoyen d’aujourd’hui. Elle est aussi au cœur d’un comportement égocentrique particulier lequel compromet la capacité des représentants et des dirigeants élus de gouverner correctement, faisant même de leur tâche une mission presque impossible. Ainsi, nombreux sont les individus mais plus encore les groupes d’intérêt qui parlent en leur nom, qui multiplient les revendications et surchargent de demandes leurs dirigeants sans trop se préoccuper des capacités réelles de l’État, sans trop s’inquiéter non plus des conséquences de leurs propres requêtes sur les besoins des autres, les plus faibles en particulier, et sur les conditions de vie sinon parfois de survie de ces derniers. Une évaluation sommaire du coût total des revendications de toute nature et provenance indique que celles-ci dépassent largement la capacité de payer de n’importe quel gouvernement. Au total, ces exigences deviennent vite irréalistes. Les réponses politico-administratives, qui ne sont jamais à la hauteur des attentes, engendrent évidemment encore plus d’insatisfaction et de désintérêt. Dramatique cercle vicieux qui voit s’établir une démocratie protestataire mais complètement apolitique, une démocratie contre elle-même, devenue totalement vulnérable à la séduction démagogique de quelques assoiffés de pouvoir qui promettent aux gens la satisfaction recherchée de leurs besoins et désirs en échange de leurs voix.

16L’attention que l’on doit porter à la responsabilité individuelle de chaque citoyen ne doit cependant pas occulter celle des dirigeants politiques et des grands technocrates qui les entourent. Les réformes de l’administration publique effectuées ces dernières années par plusieurs gouvernements, dont celui du Québec, n’ont pas aidé, entre autres, à développer une citoyenneté très active. Elles ont plutôt conduit à faire des citoyens des consommateurs de services et des clients que l’on sonde et étudie et sert d’abord et avant tout.

La crise de la représentation

17Une autre raison importante du décrochage citoyen est sans contredit la crise de confiance qui mine la relation du peuple avec ses élus, ce que plusieurs appellent aujourd’hui la crise de la représentation. Depuis un bon moment déjà, on observe un écart croissant entre représentants et représentés, entre élus et citoyens. On voit et on entend très bien la population exprimer sa méfiance, son hostilité même, envers les membres de la classe politique, sinon envers la fonction politique et les institutions elles-mêmes, ce qui est encore plus grave. Un peu partout dans le monde démocratique, les sondages d’opinion témoignent régulièrement du peu d’estime, du désabusement et du cynisme des citoyens envers les politiciens. À bien des égards, leur crédibilité est quasi nulle. Pourquoi ?

18Déjà nous avons mis en évidence les frustrations engendrées par les illusions brisées de la participation publique ainsi que par les réponses qui, très souvent, ne sont pas à la hauteur des attentes. Une autre composante de la colère citoyenne concerne celle-là la réaction aux manquements éthiques des membres de la classe politique. Même si cette question a toujours été présente dans la vie politique des sociétés, elle prend une importance plus grande aujourd’hui à cause de l’instruction et de l’éducation qui ont porté à un niveau peut-être inégalé dans l’histoire l’exigence d’une haute moralité de la part des dirigeants des démocraties.

19Les sondages indiquent qu’on voit toujours les élus comme des politicards surtout intéressés à servir leurs intérêts personnels et à se remplir les poches, puis à servir les intérêts des gens riches et puissants. Seule une petite minorité serait là pour aider la population. Ce jugement sévère peut paraître étonnant, et surtout très injuste, quand on constate les progrès considérables accomplis dans plusieurs sociétés, dont le Québec, pour éliminer la corruption, la fraude électorale, le népotisme et le favoritisme. Malgré tout, le grand ménage est loin d’avoir été fait partout. Même dans les collectivités dites plus propres, on assiste encore trop souvent à des affaires choquantes, comme c’est le cas actuellement au Canada avec le fameux scandale des commandites. La mise au jour de telles magouilles étant plus fréquente que par le passé et la couverture médiatique leur donnant une résonance plus percutante que jamais, il n’est pas étonnant que beaucoup continuent de généraliser et de penser que les « politiciens sont tous des pourris » et que « plus ça change, plus c’est pareil ».

20Si l’honnêteté est primordiale quand il s’agit d’administrer les affaires publiques et d’agir dans le respect de l’égalité de tous, la question de l’intégrité de la parole politique est aussi fondamentale dans le maintien du lien de confiance entre représentants et représentés. Dans une démocratie, les mandataires ont non seulement l’obligation de ne pas voler ou escroquer leurs mandants, ils ont également le devoir de leur dire la vérité, d’être francs et transparents, de donner l’heure juste et de rendre compte correctement de l’usage des pouvoirs délégués. Ainsi, les citoyens détestent être bernés ou ridiculisés par la langue de bois, les demi-vérités, les exagérations outrancières, les faux-fuyants, les promesses remises ou rompues, voire les mensonges effrontés, les tergiversations pour éviter de rendre des comptes jusqu’au refus arrogant de répondre aux questions d’intérêt public. Or, de nombreux élus sinon presque tous ont déjà eu recours à l’un ou l’autre de ces stratagèmes, soit pour protéger leur image publique et ainsi survivre politiquement, soit pour être plus efficaces dans la poursuite de leurs objectifs. Néanmoins, tous ne sont pas dépourvus d’éthique ni ne sont des menteurs chroniques. La majorité préfèrent la franchise. Malheureusement, cette qualité est loin d’être toujours valorisée par les citoyens eux-mêmes, qui refusent souvent d’être confrontés à des réalités désagréables et à des perspectives douloureuses inévitables, préférant à cela croire à des chimères.

  • 5  H. Lamoureux, Le citoyen responsable. L’éthique de l’engagement social, Montréal, VLB, 1996.

21D’autre part, les citoyens veulent aussi être respectés et écoutés avec considération, ce qui nous ramène aux limites de la participation publique déjà évoquées. À ce propos, il y a lieu de déplorer le peu d’égard accordé à l’exercice du droit fondamental de pétitionner. Au Québec, tous les ans, des centaines de pétitions sont déposées par les députés à l’Assemblée nationale dans l’indifférence générale et aucune ne reçoit une réponse du gouvernement ou du Parlement. Cet affront aux citoyens s’ajoute aux dérives parlementaires causées par la partisanerie excessive qui empêche de reconnaître ce qu’il y a de bon chez l’autre et même de collaborer avec lui. Trop souvent les élus font passer l’intérêt partisan avant l’intérêt général des citoyens et ces derniers détestent cela à juste titre. C’est ce que d’aucuns appellent la « particratie », l’emprise des partis et de leurs suppôts sur les élus du peuple. À bien des égards, on peut sans doute se demander si les partis politiques, émanation de la liberté d’association, ne sont pas incompatibles avec la démocratie, qui exige, rappelons-le à nouveau, ouverture à l’autre, coopération et compromis entre les individus et les groupes de la cité. Comme l’a souligné l’éthicien Henri Lamoureux, « le béton idéologique est bien souvent un des principaux ennemis de la vie démocratique5».

  • 6  C. Poirier, Pour une révolution de la vie sociale, Mont-Saint-Hilaire, Périclès, 2004.

22Bien que l’on puisse penser que la particratie ou tout au moins le système traditionnel des partis soit un mal nécessaire avec lequel les démocraties doivent apprendre à vivre tout en essayant de réduire au minimum ses effets toxiques, il n’en demeure pas moins que les partis politiques ne sont pas très populaires auprès de l’opinion publique même si celle-ci vit aussi, de temps à autre, de grosses fièvres partisanes. Partout, les citoyens ont l’impression d’être bernés sinon ignorés par les partis. Ils les perçoivent davantage préoccupés par la conquête et la conservation du pouvoir que par la prise en compte de leurs besoins et désirs. Et le drame, c’est qu’ils ont souvent raison. Certes, ce jugement ne rend pas justice à la contribution positive au fil du temps de plusieurs partis politiques dans maintes sociétés. Il n’en reste pas moins que ces derniers n’ont pas bonne presse et que cela n’aide en rien à rehausser l’estime des citoyens envers leurs représentants politiques et à les inciter à les épauler. « En rendant l’homme semblable à la bête, la partisanerie a un effet inhibiteur sur l’intelligence, la personnalité, le savoir, le jugement, l’analyse rigoureuse et la perception du réel […]. Elle provoque une canalisation des bons et mauvais sentiments […] pour tel ou tel camp exacerbant ainsi les malaises collectifs et attisant les haines et les solidarités superficielles6

23Outre le rejet que suscitent les excès de partisanerie, il y a également l’indignation que provoquent les abus de pouvoir, en particulier quand ceux-ci se traduisent par l’imposition forcée de décisions qui sont rejetées vigoureusement par un très grand nombre sinon souvent par la majorité. Pour les citoyens, il s’agit alors là de dénis de démocratie où leurs mandataires se transforment en monarques autocratiques cherchant à tout prix à les dominer. Sont ainsi ramenées à la mémoire les périodes sombres du passé qui ont tant terni la réputation des dirigeants politiques. Évidemment, les valeurs démocratiques sont heurtées de plein fouet quand les élus se montrent incapables d’être de véritables leaders, c’est-à-dire à la fois des guides rassembleurs et des inspirateurs. À ce propos, il est renversant de constater la fermeture de la majorité des membres de la classe politique, élus autant que collaborateurs, face au savoir récent aussi bien qu’ancestral sur le leadership et l’exercice judicieux de l’autorité. Trop d’élus et de dirigeants politiques agissent en ignorants prétentieux qui, convaincus de leur sagesse et de leur bon droit, nourrissent leurs penchants narcissiques à coups d’abus de pouvoir.

  • 7  P. Séguin, L’évolution du rôle des parlementaires, conférence donnée lors du forum des juristes fr (...)

24Outre les problèmes d’éthique politicienne, la crise de la représentation s’explique également par le fait que les citoyens sont de plus en plus conscients de la perte de pouvoir et d’importance qui affecte leurs élus. L’augmentation considérable de l’influence des grands barons de l’économie de marché et des patrons des grosses organisations syndicales, institutionnelles et associatives, qualifiés de « nouvelle élite de la représentation sociale », a amené de plus en plus de gens à croire que leurs politiciens sont incapables d’obliger ces dirigeants corporatistes à considérer l’intérêt supérieur de la population. Certes, ces pouvoirs privés, à but lucratif ou non, n’ont pas à tenir compte de la même façon de l’opinion publique. Leurs processus décisionnels s’articulent d’abord et avant tout autour de l’intérêt et de la volonté de leurs membres ou actionnaires même s’ils prétendent souvent parler au nom du peuple. Pour les simples citoyens, les arbitrages que leurs représentants doivent faire sont dictés non pas par le bien commun, mais par les rapports de forces entre les grands groupes d’intérêts socioéconomiques ainsi que par les liens privilégiés que ceux-ci entretiennent avec les dirigeants politiques. Naturellement, cette perception de la réalité, au demeurant loin d’être toujours fausse, ne peut certainement pas inspirer la confiance des citoyens envers la classe politique. Comme le disait un jour mon ancien homologue français Philippe Séguin, ex-président de l’Assemblée nationale, « il n’est donc pas surprenant que les citoyens et les groupes utilisent de plus en plus impunément tous les moyens imaginables – sauf les procédures parlementaires, jugées inutiles – pour en arriver à leurs fins7».

25Ajoutons que, dans l’esprit de beaucoup de gens, une vieille ambiguïté persiste toujours à propos du rôle véritable des représentants politiques : ceux-ci sont-ils d’abord et avant tout liés à leurs électeurs par l’obligation de prendre toutes leurs décisions en conformité avec les désirs et les opinions de ces derniers ou, au contraire, sont-ils libres de voter selon ce qu’ils estiment être la meilleure décision pour l’intérêt général ? Selon le premier point de vue, il est évident que les parlementaires trahissent souvent le peuple en ne respectant pas toutes ses préférences, cette défection amenant une grande frustration envers les élus. Quant à ceux qui reconnaissent l’importance d’accorder une grande marge de manœuvre aux représentants du peuple qu’ils ont élus, ils s’attendent néanmoins à ce que ces derniers exercent un véritable leadership social, ce qui est loin d’être toujours le cas.

La « culture de vautour » des médias

26Si les manquements éthiques des membres de la classe politique portent lourdement à conséquence sur la participation citoyenne, il en est aussi de même en ce qui concerne les dérapages déontologiques des membres du pouvoir médiatique. Il ne fait plus aucun doute que la déformation des faits, les raccourcis simplistes et sensationnalistes d’un trop grand nombre de journalistes et de commentateurs autant que les interprétations souvent sarcastiques ou tendancieuses et même parfois outrancières sinon carrément vulgaires contribuent largement à alimenter le cynisme ambiant face à la politique et à ses acteurs, tout en nourrissant la nouvelle culture de la politique spectacle et de l’information spectacle.

27Le journaliste américain Walter Lippmann en arrivait au même constat déjà en 1921 quand il déclarait que « la crise actuelle de la démocratie occidentale est une crise du journalisme ». Qui peut d’ailleurs nier aujourd’hui que les médias sont organisés d’abord comme des objets de consommation plutôt que comme des instruments d’animation des débats démocratiques ? Qui peut nier que, plus souvent qu’autrement, les médias divertissent plus qu’ils n’informent ? Qui peut nier que les nouvelles sont fréquemment présentées en pièces détachées sans la mise en contexte qui permet de comprendre le sens véritable des événements ? Qui peut nier que l’image prime la réflexion et que le but principal est en général d’étonner et de frapper l’imagination plus souvent et plus fort que la concurrence ? Qui peut nier que tous les médias ou presque n’en ont que pour le spectacle et l’émotion primaire ? Qui peut nier encore que le journalisme d’enquête est sous-développé au Québec et que la course à l’exclusivité dérape fréquemment chez nous comme ailleurs ? Qui peut soutenir que les recherches rigoureuses et sérieuses, dans le respect des personnes en cause, sont la préoccupation première des journalistes affectés à la scène politique autant que de leurs patrons ?

  • 8  A. Pratte, Les oiseaux de malheur. Essai sur les médias d’aujourd’hui, Montréal, VLB, 2000.

28Je ne procède pas ici à un règlement de comptes. Je fais simplement miens les constats courageux de quelques journalistes émérites qui depuis un bon moment déjà appellent leurs collègues à un sursaut de conscience morale et dénoncent ce que l’éditorialiste en chef du quotidien La Presse, André Pratte, a osé nommer la « culture de vautour » dans laquelle baignent les médias et leurs artisans. Selon ce dernier, « le journaliste d’aujourd’hui tombe trop souvent dans le filet sans risque du spectacle de l’insignifiance et lui sacrifie sa véritable mission, l’information et l’éducation. […] Le nombre et la puissance technologique des médias d’aujourd’hui font que, par la force des choses, tout ce dont ils s’emparent est grossi hors de proportion : les faits, les opinions, les erreurs, les responsabilités. Nous fabriquons des héros et les détruisons aussi vite. Nous trouvons des coupables et les lynchons sans attendre. En somme, nous stimulons puis agissons selon les passions populaires. […] Le ton strident des commentateurs déteint sur tous les pouvoirs publics. […] Le cynisme et l’intolérance qui rongent l’esprit populaire aujourd’hui sont-ils étrangers au déluge de critiques dont les médias emplissent pages et ondes ? […] Nous, les journalistes, déplorons fréquemment l’emprise de la langue de bois sur le discours politique. Nous nous arrêtons rarement au fait que les médias ont puissamment contribué à cette triste évolution8

  • 9  I. Ramonet, La tyrannie de la communication, Paris, Galilée, 1999.

29Mettre le doigt sur la responsabilité du « quatrième pouvoir » quant à la mauvaise presse dont la classe politique est l’objet, et surtout quant à la grande inconscience citoyenne et à la forte incompétence civique, n’a pas pour but de diminuer ou de nier la responsabilité des politiciens ni celle aussi des citoyens eux-mêmes. Il est question cependant de souligner que la vie démocratique est plus que jamais tributaire de l’éthique de ceux qui font le lien entre les citoyens et leurs représentants politiques. « L’information n’est pas un des aspects de la distraction moderne, elle ne constitue pas l’une des planètes de la galaxie du divertissement : c’est une discipline civique dont l’objectif est de construire des citoyens9

30Reste le fait que les artisans des médias autant que leurs patrons ont beaucoup de difficultés à reconnaître leur part de responsabilité et surtout à engager des actions rigoureuses de redressement qui s’imposent. Il est assez symptomatique d’ailleurs d’assister au refus répété des journalistes professionnels du Québec de se constituer en corporation professionnelle dont la mission première serait la protection du public. Encore trop de journalistes, peut-être même la majorité, ne sont pas angoissés par la vérité et leurs manquements à son égard.

31Mettons fin ici à l’exploration des limites et des blocages de l’engagement citoyen et abordons maintenant les voies d’avenir.

La démocratie directe et les référendums

32La démocratie moderne, dite de délégation, repose sur une vérité incontournable : il est impossible de concevoir l’organisation du bien commun et la gouvernance des peuples par la participation de tous les citoyens à toutes les décisions et à tous les stades de celles-ci. Cela est encore plus vrai quand on considère l’ampleur des sociétés contemporaines et des territoires occupés, les nombreux et profonds clivages sociaux autant qu’idéologiques, les multiples conflits d’intérêts, la complexité des enjeux politiques ainsi que la nature de certaines questions qui nécessitent des arbitrages délicats et difficiles ou des décisions rapides, voire urgentes. Il faut parfois trancher dans le vif et décider sans délai de la direction à prendre. Est-ce à dire cependant que l’on doive continuer de priver l’ensemble des citoyens de tout pouvoir de décision ou presque, comme c’est le cas dans la plupart des démocraties contemporaines, dont la nôtre ? Dans le respect de la doctrine démocratique qui veut que le peuple soit souverain et qu’il gouverne ses propres affaires, les élus ne devraient-ils pas avoir recours au référendum beaucoup plus souvent ? Bien plus, ne devrait-on pas aussi accorder aux citoyens le droit d’amorcer eux-mêmes des référendums sur plusieurs questions, y compris la révocation de mandats électifs et le blocage de lois adoptées par le Parlement ? Certaines sociétés comme la Suisse et plusieurs États américains ont depuis longtemps répondu oui. Les quelque trois mille personnes qui ont participé, en février 2003, à l’exercice des états généraux sur la réforme des institutions démocratiques au Québec ont répondu eux aussi très fortement oui à ces questions, sauf celle concernant la révocation, qui ne leur a pas été soumise ayant été jugée trop sujette aux abus partisans.

33Contre cette position, les adversaires de la démocratie directe invoquent trois arguments majeurs. Le premier est que l’initiative populaire représente une surcharge de l’agenda des autorités publiques causée par un excès de demandes et de revendications, ce qui complique et alourdit la gouvernabilité. Le second est la prolifération des blocages par le droit de veto populaire, ce qui peut provoquer sinon un immobilisme et une paralysie décisionnelle, tout au moins un ralentissement significatif du processus décisionnel engendrant ainsi des conséquences allant à l’encontre du bien commun. Enfin, le troisième argument massue invoqué constamment par les partisans du statu quo est la peur des dérapages démagogiques et populistes qui pourraient conduire à des reculs dramatiques sur le plan des acquis sociaux et des droits humains. C’est la peur des excès du pouvoir du peuple, de la dictature de la majorité silencieuse et ignorante au détriment de différentes minorités ; c’est la peur de se voir imposer contre son gré des choix qui heurtent principalement nos valeurs morales et nos croyances religieuses ; c’est aussi la crainte de voir l’opinion publique manipulée et trompée à la faveur d’un déséquilibre des options en jeu à cause de règles de formulation de questions ou de financement inéquitables voire carrément inexistants.

34On peut opposer à ces arguments, qui ne sont pas sans quelques fondements, une plaidoirie intégrant de multiples facettes. Par exemple, pour contrer la peur des excès populistes, on peut très bien envisager différentes mesures de protection étanches telles une charte des droits et libertés constitutionnalisée et une loi encadrant rigoureusement les dépenses de promotion. On pourrait aussi choisir de limiter le champ d’application du droit d’initiative populaire en interdisant son usage sur certaines questions, notamment sur celles touchant les droits des minorités et en limitant les usages du veto populaire. On pourrait également procéder par étapes afin de développer progressivement la responsabilité citoyenne notamment par l’introduction de nouveaux mécanismes de discussion et d’information qui se déploieraient avant les scrutins référendaires. D’ailleurs, tout référendum devrait être l’aboutissement d’un dialogue intense entre tous les citoyens et non un simple moyen de trancher une question en faisant la somme des pour et des contre. Cela dit, il serait pernicieux de refuser d’élargir le pouvoir décisionnel des citoyens sous prétexte qu’actuellement les niveaux de conscience citoyenne et de compétence civique ne sont pas encore assez élevés ou que le niveau d’éthique sociale est toujours déficient. Il faut reconnaître que la discussion et la délibération nécessitent du temps et coûtent plus cher qu’une gouvernance autoritaire. La dictature, éclairée ou pas, est toujours plus expéditive. Cependant, il est loin d’être démontré qu’elle soit plus efficace. Chose certaine, il faut choisir. Quoi qu’il en soit, le débat sur l’introduction d’un usage plus répandu de l’instrument référendaire et de l’initiative populaire est majeur car il oblige à aborder de front le véritable questionnement, à savoir l’opportunité de maintenir le rapport actuel qui prévaut entre les citoyens et la société civile d’une part et la classe des représentants politiques d’autre part. La recherche du dosage adéquat entre démocratie directe et démocratie représentative est d’ailleurs la trame de la présente réflexion.

Les nouvelles formes de participation citoyenne

35Une exploration des nouvelles formes de participation citoyenne élaborées depuis un certain nombre d’années déjà révèle que c’est autour de l’idée force stipulant que le dialogue et la discussion en vue de construire le nécessaire consensus sont fondateurs de la démocratie que les expérimentations ont été menées. On a compris qu’on ne peut pas révolutionner la démocratie sans modifier profondément autant la façon classique et millénaire de faire usage de la libre parole en collectivité que les modalités d’échange et de collaboration entre les citoyens et leurs élus. À l’ère de la complexité, de l’individualisme et des rapports sociaux tendus, le temps est venu de parler et de communiquer autrement pour apprendre puis pour dénouer les crises, résoudre les problèmes et agir efficacement.

36C’est dans cette optique que deux nouvelles approches de participation publique ont été mises au point depuis un certain nombre d’années déjà. La première regroupe différentes méthodes fondées sur la délibération approfondie et la démocratie délégative tandis que la seconde repose sur la communication authentique élargie et la démocratie directe.

  • 10  François-Pierre Gauvin et Élisabeth Martin du Centre d’analyse des politiques publiques de l’unive (...)

37Dans le cas des méthodes délibératives, l’objectif est d’amener une population à passer du stade de l’opinion publique brute qui se caractérise par l’ignorance et l’irrationalité, au stade du jugement public lequel est défini comme une vision lucide, stable et rationnelle10. Le cheminement populaire recherché s’effectue par l’action de petits groupes d’individus invités à créer entre eux des liens de confiance, à partager de l’information de grande qualité, à dialoguer, discuter et apprendre ainsi les uns des autres puis à se former une opinion juste laquelle est ensuite présentée et même proposée à toute la collectivité. De la délibération en petits groupes, on peut en venir à délibérer en plus grands groupes de cent à cent cinquante personnes selon diverses formules : groupes de citoyens, cellules de planification, panels de citoyens, sondages délibératifs, ateliers, scénarios et conférences de consensus. Toutes ces méthodes ont été expérimentées à plusieurs reprises dans différents États démocratiques et elles ont produit des fruits intéressants, bien que relativement limités. Jusqu’à ce jour, il n’est pas possible d’affirmer que ces nouvelles approches ont atteint les résultats escomptés à l’échelle de grandes collectivités, en amenant une portion significative de la population au stade du jugement public ou en faisant en sorte que les dirigeants politiques se conforment à la volonté populaire façonnée par les groupes de délibération. En multipliant les expériences et les espaces de délibération, on peut cependant penser qu’une véritable culture délibérative de l’argumentation et du dialogue se développera et qu’ainsi une nouvelle et plus forte solidarité communautaire sinon sociétale s’installera.

38Les méthodes délibératives de participation citoyenne sont nées principalement aux États-Unis et en Europe. Celle de la communication authentique élargie a été mise au point, de son côté, au Québec, par une équipe de chercheurs-cliniciens formés en sciences sociales et réunis au début des années 1970 au sein du Bureau de recherche et d’intervention clinique (BRIC) de Québec.

39Le point de départ de leur démarche était étroitement relié à la théorie de Freud et de ses disciples selon laquelle chaque collectivité humaine possède une personnalité qui lui est propre qui va au-delà de sa culture visible. Chaque société a une vie intérieure, une vie psychique en quelque sorte, en bonne partie inconsciente comme c’est le cas pour les individus, d’où l’expression inconscient collectif. Cette réalité souterraine et méconnue déterminerait en grande partie les dynamiques psychosociales et les comportements collectifs distincts autant que les problématiques sinon les pathologies spécifiques dont les origines remontent plus souvent qu’autrement très loin dans le passé.

  • 11  J. Routier et A. Labrèque, La communication collective, sa découverte et ses méthodes, Chicoutimi, (...)

40À partir de cette constatation, le Bureau de recherche et d’intervention clinique a élaboré une façon « d’aider des collectivités à se libérer de leurs pathologies sociales » qu’elles traînent généralement depuis des générations et qui les conduisent vers des culs-de-sac ou des échecs douloureux. En utilisant une approche transdisciplinaire mettant entre autres à contribution la sociologie, la psychologie sociale, la psychosociologie, la psychanalyse et l’anthropologie, l’équipe du Bureau de recherche et d’intervention clinique a démontré qu’une collectivité, comme un individu, peut se délivrer du poids des effets pervers de son passé par un usage adéquat et différent de la parole. D’où l’origine du concept de parole collective décrit comme un niveau de communication plus profond et plus authentique entre les membres d’une collectivité. L’expression de la parole collective amène d’abord les gens à prendre conscience qu’ils partagent, beaucoup plus qu’on ne le croit en général, les mêmes désirs ou motivations et les mêmes défenses ou résistances face aux différentes problématiques et aux défis auxquels ils font face ; elle facilite ensuite la détermination des causes des problèmes complexes et de leurs solutions ; puis elle conduit les gens à dénouer les conflits cristallisés et ainsi à se libérer des illusions et des résistances qui les empêchent souvent d’emprunter des voies d’amélioration plus saines et plus motivantes. La communication collective, une méthode par l’entremise de laquelle on amène une collectivité à s’exprimer et à communiquer consciemment avec elle-même, résulte de ces observations11. L’élément central de cette socianalyse réside dans la tenue d’assemblées publiques se déroulant selon une méthodologie qui fait appel à des professionnels neutres de l’animation empathique capables d’aider les participants à comprendre le collectif dont ils sont porteurs, qu’ils ont en fait intériorisé. Une des principales caractéristiques de ces rencontres citoyennes est d’écarter la hiérarchie sociale en ne permettant pas aux élites et aux tribuns d’accaparer tout l’espace, de monopoliser la parole et de manipuler le groupe, volontairement ou non. Le nombre de ces assemblées varie en fonction de l’importance de la collectivité et de l’étendue du territoire qu’elle occupe. Chaque rencontre est suivie d’une diffusion publique et générale des convergences communes mises en lumière afin de permettre aux membres de la collectivité n’ayant pas participé de se sentir malgré tout dans le coup et de comprendre eux aussi la dynamique comportementale de leur communauté, de leur société. Ces assemblées de parole collective ne sont pas des rencontres délibératives devant conduire à des résolutions et à des votes. Elles sont essentiellement des moments de communication profonde entre les citoyens leur permettant de faire éclater sans crainte ni obstacle leur créativité afin que surgissent progressivement de vastes et profonds consensus sur lesquels, dans des processus délibératifs, on s’appuiera par la suite pour changer l’ordre des choses.

41Il est à noter que les nouvelles formes de participation publique qui viennent d’être évoquées ont un dénominateur commun : elles requièrent toutes un temps suffisamment long pour se déployer et porter leurs fruits. Or, partout, les dirigeants politiques sont obsédés par le désir de résoudre les problèmes le plus vite possible et d’obtenir très rapidement des résultats concrets autant que visibles, échéanciers électoraux, promesses inconsidérées autant que pressions populaires obligent. En réalité, la participation citoyenne authentique se heurte toujours à la volonté des gouvernants d’agir promptement, sans interférence et au moindre coût possible. Incidemment, ce comportement classique des politiciens va à l’encontre de nos connaissances scientifiques sur les changements sociaux qui nous apprennent que ceux-ci ne surviennent et ne s’installent harmonieusement dans la durée et la stabilité que lorsqu’ils émergent progressivement des gens à la base et non quand ils sont prêchés ou imposés par le haut.

42Aux récentes méthodes de participation publique qui viennent d’être évoquées, s’ajoutent les nouvelles technologies de l’information et des communications qui sont de plus en plus utilisées pour améliorer les échanges entre les parlements, les gouvernements et les citoyens. Si la popularité grandissante du concept de gouvernement en ligne ne fait aucun doute, une question majeure sur le plan de son impact démocratique s’impose : jusqu’où ces transmissions d’information et d’opinion, autant que ces réseautages d’individus, auront une résonance dans l’espace public et pourront donner lieu à un niveau élevé d’interactions entre les citoyens afin que se développe un véritable esprit communautaire et un jugement public adéquat ? Néanmoins, plusieurs ont déjà des certitudes et voient dans l’utilisation des nouvelles technologies de l’information et des communications un moyen puissant d’augmenter et de diversifier les formes de participation politique tout en démocratisant la gestion gouvernementale. Pour ces gens, dont plusieurs se sont réunis à Genève, en décembre 2003, dans le cadre de la première phase du Sommet mondial sur la société de l’information, le but ultime de l’utilisation de ces nouvelles technologies dans la vie politique est de permettre aux citoyens de voter sur les sujets à l’ordre du jour et d’influer directement sur l’agenda public. Ils souhaitent pouvoir dépasser le principe de la représentation et même offrir une solution de rechange aux problèmes que soulève l’élargissement de la démocratie directe. Bien qu’il y ait encore loin de la coupe aux lèvres, les nouvelles technologies de l’information et des communications ont déjà amélioré significativement les capacités de liaison entre représentants et représentés au point que, dans certains parlements, on a entrepris d’en faire un usage répandu et à grande dose pour soutenir la citoyenneté active.

43En ce début de vingt et unième siècle, le gouvernement par le peuple autant qu’avec le peuple est loin d’être une réalité. L’extraordinaire épopée de la démocratie au siècle de Périclès, dans la Grèce antique, n’a été qu’une étoile filante. Les citoyens d’Athènes ont vécu une expérience unique de participation à la gouvernance de leur communauté pendant à peine quelques décennies. Malheureusement, torpillée de l’intérieur autant que de l’extérieur, la démocratie, dans son sens le plus vrai, s’est effondrée avant de pouvoir mûrir adéquatement et de s’installer à demeure. Il a fallu par la suite des siècles avant que des seigneurs guerriers puis de riches commerçants obligent les monarques à partager à nouveau leur pouvoir absolu puis à l’abandonner progressivement au profit cette fois de quelques représentants élus décidant collégialement en assemblée parlementaire. Croyant longtemps qu’une fois élus – selon des mœurs électorales minables –, ils étaient les détenteurs exclusifs de la souveraineté, ces derniers ont mis beaucoup de temps à passer de la démocratie sans le peuple à la démocratie avec le peuple. Comme j’ai tenté de le démontrer, la démocratie d’aujourd’hui est encore loin de pouvoir prétendre qu’elle est véritable et authentique et qu’elle permet à tous les citoyens de participer activement à la vie politique et à la gouverne de l’État. Nous sommes encore loin du gouvernement par le peuple. Incidemment, certains prétendent toujours qu’il s’agit d’une utopie et que jamais la démocratie véritable ne verra le jour. A-t-on raison de croire cela ? Peut-être ! Pour ma part, je préfère espérer encore, m’acharner et militer pour que le gouvernement avec le peuple et par le peuple devienne une réalité. Les obstacles relevés plus haut sont solidement ancrés dans nos sociétés mais ils ne sont pas immuables. Ils cesseront d’imposer leurs effets pernicieux quand une masse critique de citoyens éveillés et désireux de renverser l’ordre établi se constituera. Alors peut-être les détenteurs actuels des pouvoirs comprendront qu’ils doivent agir autrement pour permettre aux citoyens d’occuper la place qui leur revient dans le gouvernement de leurs affaires. À ce propos, on peut affirmer que les changements souhaités, autant que souhaitables, seront facilités quand émergeront et entreront en scène de véritables leaders animés d’une nouvelle éthique fondée sur une conscience de l’importance d’agir, de penser et de ressentir différemment en regard de la vie politique. À coup sûr, ce sont les mentalités qui doivent être changées. Comme le disait déjà en 1951 le célèbre psychosociologue américain Kurt Lewin, « tout changement social est en définitive un changement dans la culture ».

Haut de page

Notes

1  H. Milner, La compétence civique, Québec, Presses de l’université Laval, 2004.

2  Prenez votre place. La participation au cœur des institutions démocratiques québécoises, rapport du Comité directeur sur la réforme des institutions démocratiques, Québec, mars 2003.

3  D. Goleman, L’intelligence émotionnelle, 2 vol., Paris, Robert Laffont, 1998 et 1999.

4  M. Gauchet, La démocratie contre elle-même, Paris, Gallimard, « Tel », 2002.

5  H. Lamoureux, Le citoyen responsable. L’éthique de l’engagement social, Montréal, VLB, 1996.

6  C. Poirier, Pour une révolution de la vie sociale, Mont-Saint-Hilaire, Périclès, 2004.

7  P. Séguin, L’évolution du rôle des parlementaires, conférence donnée lors du forum des juristes francophones, Québec, 7 octobre 1999.

8  A. Pratte, Les oiseaux de malheur. Essai sur les médias d’aujourd’hui, Montréal, VLB, 2000.

9  I. Ramonet, La tyrannie de la communication, Paris, Galilée, 1999.

10  François-Pierre Gauvin et Élisabeth Martin du Centre d’analyse des politiques publiques de l’université Laval, De l’opinion publique au jugement public, mémoire soumis au comité directeur des états généraux sur la réforme des institutions démocratiques, Québec, novembre 2002.

11  J. Routier et A. Labrèque, La communication collective, sa découverte et ses méthodes, Chicoutimi, JCL, 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Charbonneau , « De la démocratie sans le peuple à la démocratie avec le peuple », Éthique publique [En ligne], vol. 7, n° 1 | 2005, mis en ligne le 12 novembre 2015, consulté le 25 mars 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/1969 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.1969

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Charbonneau

Jean-Pierre Charbonneau est journaliste et député péquiste de la circonscription de Borduas. Il a été président de l’Assemblée nationale du Québec, de l’Assemblée parlementaire de la francophonie, de la Confédération parlementaire des Amériques et ministre responsable de la Réforme des Institutions démocratiques et des Affaires intergouvernementales canadiennes.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org