Navigation – Plan du site
Dopage, violence et corruption : quelle régulation ?

Jeux lesbiens, gay, bi et trans : valeurs d’inclusion et discussion de l’éthique sportive

Philippe Liotard et Sylvain Ferez

Résumés

Les Gay Games ont été créés à la fois en réponse à un sentiment partagé d’homophobie et par un désir d’adapter le sport à des valeurs communautaires. L’article expose les différents niveaux de débats éthiques générés par ces jeux : d’une part à l’intérieur de la communauté LGBT (lesbiennes, gays, bi et trans), par ailleurs, vis-à-vis des valeurs du sport qui sont discutées du point de vue de l’importance accordée à la performance, et enfin pour ce qu’ils produisent de réactions dans la société en matière de perception de l’homosexualité.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Cette déclaration est celle qui figure dans les orientations de la Fédération des Gay Games, organ (...)
  • 2  Le sigle LGBT (Lesbian, Gay, Bi and Transgender Community) est désormais utilisé pour rendre compt (...)

1En 2006, se tiendront deux événements sportifs mondiaux qui ne manqueront pas de produire un questionnement sur les valeurs du sport et, au-delà, sur les valeurs privilégiées par nos sociétés. À Chicago, tout d’abord, se tiendront les septièmes Gay Games. Quelques jours plus tard, Montréal accueillera les premiers Outgames. Ces deux événements se proposent, l’un et l’autre, d’accueillir tout individu désirant participer à la fête sportive, « sans aucune discrimination liée à l’orientation sexuelle, au genre, à la religion, à l’origine ethnique, aux croyances politiques, aux compétences artistiques ou athlétiques, au handicap, à l’âge ou au statut sérologique1 ». Leur spécificité réside dans le fait qu’ils se présentent comme des mouvements communautaires visant – à travers un rassemblement festif sportif et culturel – la visibilité et la défense des personnes marginalisées en raison de leurs orientations ou de leur identité sexuelles. Ils se posent ainsi comme les jeux de la communauté des lesbiennes, gays, bisexuels et transexuels (LGBT2). La même année, la Fédération sportive gay et lesbienne (FSGL, fédération française) fêtera ses vingt ans d’existence. Certains des clubs et des membres qu’elle regroupe iront à Chicago, d’autres à Montréal, d’autres encore ici et là.

  • 3  En chiffres bruts, les premiers Gay Games rassemblent mille trois cent cinquante athlètes venus de (...)

2Force est alors de constater que le mouvement lancé en 1982 à San Francisco où eurent lieu les premiers Gay Games (alors appelés « jeux olympiques gay ») s’est considérablement développé, au point de générer deux événements concurrents, prévoyant de rassembler, à quelques semaines l’un de l’autre, plusieurs dizaines de milliers d’athlètes et de spectateurs3. Au-delà de leur développement quantitatif, les jeux LGBT engendrent un débat sur les valeurs, et poussent à réfléchir aux enjeux éthiques et politiques qu’ils visent ou produisent. De tels événements supposent en effet le soutien de nombreux partenaires associatifs et commerciaux, ainsi que des pouvoirs publics. Dès lors, leur organisation comme leur déroulement suscitent la discussion sur leur caractère souhaitable ou condamnable. Il en résulte des prises de position dont l’impact va bien au-delà de la simple organisation d’un événement sportif. Accueillir des jeux labellisés par la communauté des personnes gay, lesbiennes, bisexuelles et transsexuelles engendre immédiatement un débat sur la question de la reconnaissance et des droits des communautés minoritaires. C’est ce qui se traduit par exemple dans les positions du « Comité du Non 2006 », composé de chrétiens évangéliques radicaux s’étant opposés à la tenue des Gay Games à Montréal (avant que ceux-ci ne se voient privés du label et n’optent pour l’appellation Outgames), ou encore dans les positions plus récentes qui, en France, s’élèvent contre la candidature de Paris à l’organisation des Gay Games 2010 (positions sur lesquelles nous reviendrons plus loin).

3Certes, le débat ne se pose pas dans les mêmes termes en Europe et en Amérique du Nord. Néanmoins, il donne lieu à des prises de position souvent très tranchées, voire passionnées où l’enthousiasme le partage à l’indignation, la joie à la colère, le respect à la haine. Doit-on organiser des manifestations communautaires, puisqu’il existe déjà un mouvement sportif structuré ? Quel intérêt y a-t-il à se rassembler entre soi mais aussi quels risques présentent ces événements communautaires ? Et s’il y a risque, pour qui et sur quoi porte-t-il ? S’agit-il de risques sur le plan moral, de risques pour l’image du sport, de mise à l’écart ? Qu’implique, finalement, la visibilité de personnes homosexuelles ou transsexuelles ? En quoi ces jeux sportifs mettent-ils en question les normes du sport, mais aussi les normes sociales ? Toutes ces questions se posent à partir du moment où il s’agit de saisir une réalité sociale émergente, d’autant que cette réalité est le fait de ce qui est identifié et de ce qui se revendique comme une communauté.

4En conséquence, ces jeux fournissent un excellent support à l’analyse des valeurs en débat dans la société, parce qu’ils posent à la fois la question du droit, celle des mœurs et des valeurs culturelles résultant de l’éducation, celle enfin de l’éthique. Les jeux LGBT questionnent en effet l’institution sportive et sa logique en générant un débat éthique, c’est-à-dire un débat qui porte sur le choix de valeurs partagées, à partir duquel des principes sont formulés dont découlent des pratiques collectives et des comportements individuels.

  • 4  T. Banks, « Les lesbiennes et les gays dans le sport », Assemblée parlementaire européenne, doc. 9 (...)

5Ce débat possède plusieurs caractéristiques. D’abord, il porte sur deux types de valeurs : des valeurs explicites et des valeurs implicites. Certaines d’entre elles sont affirmées et mobilisent des notions comme l’inclusion, le respect de soi et des autres, la participation de chacun, la convivialité. D’autres, qui ne le sont pas, agissent pourtant tout aussi efficacement et justifient les prises de position et les réactions (positives ou négatives) à l’égard des jeux gay et lesbiens. Comme le notait le député européen Tony Banks dans son rapport intitulé « Les lesbiennes et les gays dans le sport », « il importe de noter le rôle joué par les clubs et événements sportifs gay et lesbiens, ainsi que d’étudier les préjugés qui entourent ceux-ci4 ». Ces préjugés se situent précisément sur le plan des valeurs, notamment des valeurs rapportées aux différences en matière d’orientation ou d’identité sexuelles et qui engendrent des jugements spontanés. Les jeux gay et lesbiens convoquent ainsi dans la discussion éthique des arguments portant sur le souhaitable, le préférable ou le condamnable mais aussi sur différentes manières d’envisager la régulation des discriminations liées à l’homophobie.

  • 5  Par « sport orthodoxe », nous invoquons le sport tel qu’il est réglementé par le pouvoir sportif i (...)
  • 6  Titre d’un réquisitoire contre la tenue des Gay Games à Paris en 2010, publié dans Le Figaro du 15 (...)

6Par ailleurs, le débat s’établit conjointement sur plusieurs étages. Il est d’abord interne au mouvement sportif LGBT. Il est interne ensuite au phénomène sportif dont il questionne les valeurs. Il interroge enfin la société sur ce qu’elle produit et sur ce qu’elle est prête à tolérer. Ce triple niveau de débat sur les valeurs va être analysé à partir de trois axes. Le premier consiste à interroger ce qui a fondé la nécessité de tels jeux. Il s’agira de se demander comment les valeurs du sport ont été à la fois utilisées et discutées par les fondateurs des jeux sportifs gay et lesbiens. Le second axe privilégie les effets concrets des valeurs adoptées. Il s’agira de montrer comment le jeu sur les règlements régule les comportements sur d’autres valeurs que celles du sport orthodoxe5. Il sera non seulement mis en évidence comment les jeux LGBT s’en distinguent mais surtout comment ils mettent en question l’éthique sportive dont ils se réclament pourtant. Enfin, le dernier axe consistera à interpréter les réactions produites par la société à l’égard de l’existence même de ces jeux. Il s’agira de percevoir les valeurs implicites qui sous-tendent les prises de position se résumant dans le slogan « Non aux Gay Games6 » fondé sur une dénonciation du repli sur soi au nom des valeurs d’ouverture à autrui et de refus de la discrimination.

Mise en question et utilisation des valeurs du sport

  • 7  P. Berger et T. Luckmann, La construction sociale de la réalité, Paris, Méridiens Klincksieck, 198 (...)

7La création d’une institution répond toujours à un problème de société7. L’invention des Gay Games et leur perpétuation jusqu’à ce jour nécessite donc d’interroger le problème auquel ils se proposent de répondre, d’autant qu’existent des structures et des événements sportifs qui pourraient laisser penser à leur inutilité. Notre propos s’attache au contraire à en relever l’utilité, à en saisir la fonction sociale afin de comprendre la dynamique dans laquelle ils s’inscrivent. Car ces jeux ont du sens, pour leurs créateurs et leurs promoteurs, comme pour leurs opposants. Pour les uns comme pour les autres, ils sont également investis de valeurs. Ils attestent du pouvoir de créativité sociale des « minorités agissantes » qui, par leur action, interrogent les pouvoirs établis. Même s’ils demeurent marginaux ou ostracisés, ils répondent à un problème identifié par une minorité, problème qui, en tant que tel, ne peut être formulé et encore moins perçu par les majorités ou les groupes sociaux dominants.

  • 8  G. Balandier, « Ce que “disent” le corps et le sport », Corps et culture, op. cit.

8En suivant Georges Balandier, il est alors possible de dire que le corps dans ses mises en jeu (ici sportives) est un opérateur social : « Il est l’instrument avec lequel se construisent, autant que les identités individuelles, les configurations sociales, les symbolisations et les représentations, les pratiques et les hiérarchies. Il “dit” la société, cependant qu’il contribue à la façonner et à l’accompagner dans ses changements et mutation8. » Il est le lieu où s’inscrivent et où se défont les pouvoirs, où s’affichent et où se brouillent les valeurs.

  • 9  Y. Le Pogam et al., art. cité.
  • 10  Voir P. Griffin, « Changing the Game : Homophobia, Sexism and Lesbians in Sport », Quest, no 44, 1 (...)

9L’idée fondatrice des Gay Games provient d’un sentiment diffus, d’une idée-affect, nés d’une expérience partagée, celle de l’homophobie9. Cette idée-affect exprime un sentiment d’injustice et d’incompréhension, un sens commun de l’oppression, qui naissent en réaction à la violence symbolique exercée par un environnement dans lequel l’hétérosexualité est la norme. L’invention de ces jeux tient sans doute à la volonté de se retrouver entre soi, autour de la conscience d’appartenir à une même communauté. Mais il serait réducteur de réduire cette invention à une stratégie de repli communautaire, fût-elle festive et ouverte. Elle tient tout autant à ces expériences négatives partagées, à ces sentiments communs de rejet et de crainte qui produisent une culture du silence et de l’effacement10.

  • 11  L’histoire du mouvement sportif homosexuel rapportée à celle de la naissance d’une conscience comm (...)

10La créativité sociale matérialisée par les Gay Games résulte en l’occurrence d’une perception négative de l’environnement sportif, et, plus généralement, d’une perception négative des jugements portés dans les sociétés à l’égard des homosexuels11. Cette perception négative va engendrer le désir de créer un événement qui exploite le double sens de l’institution. Les fondateurs des Gay Games ont à la fois reproduit ce qui existait et inventé de nouvelles formes de jouer ensemble.

  • 12  Sur cette notion, voir P. Liotard, « L’éthique sportive, une éthique de la soumission ? », dans M. (...)
  • 13  Pour une biographie de Tom Waddell, voir T. Waddell et D. Schapp, Gay Olympian, New York, Alfred A (...)

11En discutant les valeurs du sport et en refusant la performance et les hiérarchies qui en résultent comme seul étalon, ils se sont appuyés sur une éthique de la solidarité, une éthique du jeu et l’ont opposée à l’éthique sportive comprise comme une éthique de la soumission12. Ainsi, le mouvement sportif LGBT fournit un modèle de contre-valeurs par rapport à l’institution sportive dont il reprend pourtant de nombreux aspects. Pour saisir cette double logique, un détour par le propos de Tom Waddell (1937-1987) s’impose. Celui-ci, athlète américain de haut niveau ayant participé aux jeux olympiques de Mexico en 196813, est considéré comme l’instigateur des Gay Games. Le texte auquel nous faisons référence est diffusé par la fédération des Gay Games et reprend des extraits d’un document rédigé par Tom Waddell pour répondre à la question « Pourquoi des Gay Games ? ». Il s’agit d’un texte qui exprime un rêve, décrit une utopie et, en ce sens, exprime le souhaitable. Il présente la fonction des Gay Games dans le cadre d’un futur désiré dont ils seraient un outil afin d’« éduquer les gens, par le sport dans un esprit de compréhension mutuelle ». D’emblée, il présente donc les Gay Games comme une expérience qu’il qualifie d’éducative – c’est-à-dire qui dispense et tente de transmettre des valeurs – à la fois à l’égard de la communauté homosexuelle mais aussi vis-à-vis du grand public. Pour lui, ces jeux sont un outil pour le changement ; non pas le changement sportif, mais le changement social qui permettra d’éduquer les individus à une perception positive (ou à défaut non hostile) de l’homosexualité (« the Games are a vehicle for education and change regarding the perception of homosexuality »). En ce sens, ils n’ont pas leur fin en soi, mais sont mis au service de valeurs plus hautes. D’abord des valeurs d’ouverture : au sein même de la communauté, Tom Waddell considère que les jeux – en rassemblant des personnes venant d’horizons différents et se reconnaissant dans des appartenances identitaires différentes – permettront à la communauté elle-même de se reconnaître dans sa pluralité, ce que tente de reproduire le sigle actuel LGBT. Ensuite, des valeurs d’inclusion. Pour Tom Waddell, « les Gay Games ne sont pas séparatistes, ils ne sont pas exclusifs, ils ne sont pas orientés par la victoire et n’ont pas de but commercial ».

  • 14  Y. Le Pogam et al., art. cité, p. 59.

12Ces positions vont engendrer une discussion sur les principes à adopter. Il ne s’agit pas de reproduire « entre soi » ce qui se fait déjà, mais de se rassembler sur la base de principes qui n’existent pas dans le monde sportif. C’est ce qui fait « la force transgressive des jeux sportifs homosexuels par rapport aux valeurs sportives dominantes14 ». Car ils combinent des valeurs sportives et des valeurs communautaires, ou, plus précisément, ils ajustent les valeurs sportives aux valeurs communautaires. L’institution des Gay Games en 1982 engendre un mouvement sportif homosexuel qui va à la fois utiliser le sport pour faire valoir la cause des minorités sexuelles et qui va le transformer. Les jeux LGBT reproduisent un modèle institué tout en instituant – dans une même impulsion – un nouveau modèle à partir de valeurs explicites parmi lesquelles figure le refus de la discrimination des personnes.

13Pour cela, ils passent des valeurs adoptées à la mise en place de règles permettant de respecter les principes fondateurs des jeux. Au lieu de s’adapter aux règlements sportifs (de s’y plier pourrait-on dire), ce sont les règlements sportifs qui sont adaptés. La réglementation vient en conséquence de l’affirmation des valeurs selon une articulation originale : les règlements des jeux LGBT respectent à la fois les lois du jeu en référence aux fédérations sportives internationales, et en même temps inventent de nouvelles règles permettant à celles et à ceux qui sont exclus des compétitions sportives internationales de participer. Par les adaptations réglementaires, les valeurs sportives sont discutées à l’aune de valeurs communautaires, indiquant par là que « l’éthique sportive » n’a d’éthique que le nom, dès lors qu’elle se présente comme un système de valeurs universelles.

Mise en acte de valeurs et négociation avec « la loi du sport »

  • 15  U. Eco, Les limites de l’interprétation, Paris, Grasset, 1990.

14On ne négocie pourtant pas avec la loi. Elle est. Ensuite, elle s’interprète. Mais l’interprétation ne peut se faire que dans un cadre au-delà duquel certaines interprétations ne sont plus possibles15. L’histoire des jeux LGBT a mis en évidence comment prendre en compte les lois du jeu pour les questionner à partir des valeurs premières : participation et inclusion. Il s’agit bien de respecter les règles de sports établis et reconnus. Que ce soit par exemple en haltérophilie, en patinage ou en football, les Gay Games se réfèrent aux règlements des grandes fédérations internationales. Les inventions et les adaptations par rapport à la loi ne portent pas sur l’invention de nouvelles pratiques. Elles se construisent sur la mise en place de règlements que les fédérations internationales ne reconnaissent pas, mais qui vont permettre d’accueillir des personnes qui n’ont justement pas la possibilité de jouer selon les lois orthodoxes du jeu.

  • 16  D. Denis, Aux chiottes l’arbitre. À l’heure du Mundial, ces footballeurs qui nous gouvernent, supp (...)

15Les deux logiques de l’institution (reproduction et création) se réfèrent donc à la loi du sport tout en s’en distinguant. Il ne s’agit pas de se soumettre à « une loi incontestable, tombée du ciel, à laquelle il faut bien se plier […] “que voulez-vous, c’est la loi du sport” », et de passer « le corps au crible de la Raison16 ». Ou pas seulement. L’orthodoxie ludique, selon la formule de Daniel Denis, est respectée pour celles et ceux qui sont engagés dans une pratique de bon niveau. Elle l’est aussi pour les autres, non performants, âgés, malades, handicapés, mais avec des adaptations qui tirent les sports vers le jeu, c’est-à-dire vers un mode d’affrontement où la négociation avec la règle est possible.

16L’éthique qui se dégage des jeux LGBT questionne l’acceptabilité des moyens, mais aussi celle des fins, et notamment la performance comme fin ultime. Les corps valorisés ne se réduisent pas aux corps compétitifs. L’adaptation des règles du jeu engendre des règles de conduite. Ces dernières relèvent de l’éthique et ne s’inscrivent pas seulement dans un rapport au règlement. Néanmoins, elles bénéficient d’un nouveau rapport aux significations dominantes et aux comportements valorisés au sein de la pratique sportive. Envisager des catégories d’âge pour les plus de quatre-vingts ans, ou proposer trois niveaux de règlement permettant à la fois d’adapter un sport aux novices et aux spécialistes, revient à ouvrir à d’autres modes de valorisation.

17Les règles et les buts qu’elles fixent engendrent une manière de jouer. La sélectivité basée sur la performance et l’élimination des plus faibles engendre un esprit de compétition. L’acceptation de tous transforme au contraire les conduites en attribuant une signification positive à d’autres motricités et à d’autres corps que les seuls corps capables de produire des performances élevées. C’est bien le refus de la performance comme finalité et valeur supérieure qui autorise ces changements. Toutes les adaptations réglementaires se font dans le cadre du respect des lois du jeu. Mais aussi et surtout à partir de la volonté d’en « finir avec la traditionnelle et destructrice philosophie de la compétition » et du souci de « valoriser les aspects récréatifs et coopératifs du sport » (Tom Waddell).

  • 17  Voir S. Ferez, art. cité et O. Fillieule, « Mobilisation gay en temps de sida. Changement de table (...)

18Au bout du compte, il s’agit de redéfinir l’excellence corporelle en « évitant le concept destructeur et la croyance dominante qui assimilent le fait de gagner à celui de “battre quelqu’un”. Nous aimerions propager l’idée que “faire de son mieux” génère une multitude de vainqueurs » (Tom Waddell). Les valeurs affichées de la participation, de l’inclusion, de la tolérance, du refus des discriminations, du meilleur de soi-même, etc., sont mises en acte à travers la négociation des lois du sport. Elles ne restent pas seulement du domaine du discursif, et de l’énonciation par Tom Waddell d’idéaux inaccessibles, mais elles produisent des effets concrets. Elles ouvrent notamment à la pluralité des corps, grâce à la coexistence des différences d’âge, de sexe, de niveau. L’atténuation du prix de la performance favorise l’expression d’autres valeurs comme la fête, la convivialité, la solidarité. Dans l’histoire des jeux, et cela dès les premiers Gay Games, l’importance du sida dans l’affirmation des valeurs de solidarité est indéniable17. Les valeurs communautaires se concrétisent dans la participation de personnes malades et affaiblies. Affirmer l’inclusion suppose d’ailleurs de questionner les lois sportives y compris dans ce qu’elles ont de plus sévère, notamment en matière de dopage.

  • 18  Voir C. Louveau et A. Bohuon, « Le test de féminité, analyseur du procès de virilisation fait aux (...)
  • 19  Les entretiens recueillis par Florent Mourens (op. cit.) montrent notamment comment les rugbymen h (...)

19Ainsi, les lois édictées par l’Agence mondiale antidopage sont-elles questionnées quant à la participation d’athlètes séropositifs suivant une trithérapie ou encore d’athlètes transexuels ou transgenres utilisant des hormones. Les valeurs communautaires s’expriment en effet dans la pluralité et dans la diversité. La question transsexuelle mériterait à elle seule un long développement, quand on connaît la suspicion que le monde sportif orthodoxe entretient à l’égard de la féminité par exemple18. Une éthique de la participation se double ici d’une éthique de la reconnaissance et de l’acceptation. Une question simple se pose d’ailleurs, de façon constante, au sein de la communauté LGBT: toutes les minorités se valent-elles ? Entre les affirmations de principe et les discriminations liées à l’adoption de hiérarchies implicites (les gays « virils » sont supérieurs aux « folles », les gays aux lesbiennes, les homos aux bi, tous ceux-ci aux trans, et à l’intérieur de la galaxie trans, …), il y a parfois des écarts qui font des jeux LGBT un outil d’éducation pour la communauté elle-même19.

20L’affirmation de la diversité, du respect des différences et du refus des hiérarchies socialement instituées comme valeurs peut, bien sûr, se faire discursivement. Mais leurs effets se font d’autant plus sentir que des personnes différentes se retrouvent et jouent ensemble. Le partage des émotions, la conviction d’appartenir à une communauté produisent des effets sur les participants qui témoignent tous d’avoir été « changés » par leur participation aux jeux dans laquelle la performance sportive s’efface au profit de la convivialité et de la solidarité.

21La transgression aussi devient une valeur, en exprimant le caractère construit des caractéristiques et des critères de genre et de la sexualité. Dans l’ordre olympique, hétérosexuel par défaut et apolitique par injonction, sont importées une culture de la fête et de la dérision et une culture de la revendication militante (même si cette dernière semble plutôt caractériser les dirigeants du mouvement LGBT que la masse des pratiquants). Là où l’ordre sexuel et politique s’affirme dans les jeux olympiques (hommes et femmes d’une même nation portant une tenue officielle permettant de les distinguer clairement en tant qu’hommes et en tant que femmes, voire délégation sans femmes ; compétition et protocoles distincts, etc.), les jeux LGBT brouillent les catégories traditionnelles de genre en introduisant la mixité, en accueillant les trans ou en jouant du travestissement.

  • 20  Voir de M.-H. Bourcier, Queer Zones. Politiques des identités sexuelles, des représentations et de (...)

22Les configurations de genre sont ainsi troublées, les stéréotypes enchevêtrés, les repères d’appartenance à un sexe corrompus lorsque des sportifs produisent des spectacles transformistes, jouant ainsi à adopter les caractéristiques de l’autre genre, ou encore lorsque les drag queens ou les drag kings sont de la partie20. Les différences de sexe peuvent être prises en compte pour établir les classements et hiérarchiser les performances, les gays, les lesbiennes, les trans se retrouver dans des événements spécifiques, il n’empêche que globalement, la rencontre de la pluralité est de mise.

  • 21  Voir B. Lahire, L’homme pluriel, Paris, Nathan, 1998.
  • 22  J.-B. Marie Moles, « La fluctuation des genres plutôt que la bifurcation des sexes », Quasimodo, n (...)

23Les catégories « gay » et « lesbienne », tout en générant des sentiments d’appartenance, ont l’inconvénient de classer les individus. Considérer une communauté de personnes « bisexuelles » et se définissant comme telles c’est aussi accepter la fluctuation, les changements, la pluralité des identités en fonction des circonstances, des dispositions ou des préférences21. Enfin, faire une place à la galaxie « trans » revient à reconnaître l’indétermination, à refuser la bipartition du monde (hommes-femmes) et à accepter l’indéterminisme22. Loin de se restreindre à un regroupement de personnes partageant les mêmes orientations sexuelles, les jeux « gay, lesbiens, bi, trans » accueillent des communautés confrontées à une définition identitaire problématique, au regard de l’ordre sexuel et des mœurs « convenables ». Par ailleurs, la valeur d’inclusion et du refus de toute forme de discrimination interdit de penser les jeux LGBT comme étant « réservés » aux homosexuels ou aux transexuels. Au contraire, l’idée est d’accueillir au sein d’un événement ludique celles et ceux qui veulent jouer ensemble sans avoir à cacher leurs orientations sexuelles.

Mise en question des normes sociales et homophobie : « Non aux Gay Games »

24S’ils se présentent comme un vecteur d’éducation interne à la communauté, les jeux sont aussi investis d’une mission à l’égard de l’ensemble de la société. Parce que leur existence interroge les mœurs, les usages du corps et de la sexualité, ils fonctionnent comme révélateurs du caractère dynamique des tensions sociales qui se jouent entre un modèle traditionnel et des formes nouvelles d’affirmation de soi. Les réactions négatives qui s’observent à leur encontre sont de bons analyseurs des valeurs enfouies par le patient travail de mise en conformité exercé par la culture, à travers les processus d’éducation. Les évidences, le côté « naturel » des choses en résultent et s’organisent dans ce qu’on peut appeler « les mœurs ».

25L’analyse va maintenant porter sur les valeurs implicitement partagées qui engendrent une résistance (viscérale) aux jeux LGBT, révélatrice de l’homophobie et de l’hétérosexisme (compris comme idéologie d’affirmation de l’hétérosexualité en tant que modèle relationnel et sexuel). Plus précisément, il s’agira de commenter un article paru dans Le Figaro, le 15 septembre 2005 et intitulé « Non aux Gay Games ! ». Ce commentaire part de l’article lui-même et s’appuie sur le suivi des réactions à ce billet sur l’internet.

26Le contexte est celui de la diffusion de l’information selon laquelle la ville de Paris est candidate à l’organisation des huitièmes Gay Games pour 2010. L’article paraît dans la rubrique « Opinions » qui publie des tribunes d’hommes politiques et d’intellectuels. Bernard Debré, l’auteur, est député. Il signe « ancien ministre, député de Paris », ce qui le situe du point de vue de l’homme public, défenseur du bien commun.

27Dès le début de l’article, le ton est donné : « Quelle dérive invraisemblable que ces jeux réservés aux homosexuels ! Sans compter le fait qu’il s’agisse d’une absurdité sans nom et d’une injure faite au sport, n’est-ce pas aussi une action illégale face à la loi française qui interdit toute discrimination ?» Les Gay Games sont une dérive, une absurdité, une injure faite au sport. Ce dernier point atteste d’ailleurs de l’image du sport comme lieu normalisé, codifié, respectueux de l’ordre établi et basé sur une éthique qui se prétend universelle. D’emblée, la véhémence du propos indique bien plus qu’il n’est dit. Pourquoi en effet situer les Gay Games du côté de l’illégalité ? La méconnaissance n’explique pas tout. Qu’est-ce qui peut à ce point gêner dans l’organisation d’un événement sportif ?

  • 23  Cela se retrouve dans les forums de discussion qui, sur internet, reprennent et discutent l’articl (...)

28La réponse est simple : elle réside dans l’homophobie, c’est-à-dire dans un sentiment de crainte qui engendre des réactions de rejet. Ce qui gêne, c’est qu’il s’agisse de « jeux gay ». Pourtant, l’article affirme que « l’urgence serait plutôt de combattre l’homophobie encore trop présente dans le milieu sportif ». Cette déclaration d’intention pèse pourtant peu face aux catégorisations qui stigmatisent « la bêtise et les graves dangers de ces jeux homosexuels » ou parlent d’« attitude provocante et absurde ». Ce qui est révélateur, c’est que le propos reprend le sens commun23.

29L’homophobie se construit autour de la catégorisation spontanée « nous », « eux ». Le « nous » figure la normalité et dresse la catégorie d’appartenance, les « hétérosexuels ». Le « eux » figure la déviance et construit la communauté des « homosexuels ». Implicitement, le propos valorise l’appartenance à la première catégorie et dévalorise l’appartenance à la seconde.

30Le plus révélateur du propos de l’article c’est qu’il en appelle à ne pas organiser les Gay Games à Paris, par crainte des réactions de violence auxquelles ils pourraient donner lieu : « Des actes irresponsables pourraient faire voler en éclats le consensus élaboré non sans mal ! […] veillons à ne pas réveiller des sentiments inacceptables […] ils déboucheront immanquablement […] et vraisemblablement sur la recrudescence de tensions. » Il y a donc une acceptation de l’homophobie dans la volonté même d’éviter les violences en rejetant la communauté LGBT dans le silence et l’invisibilité, ce qui est au fondement même du repli sur soi des individus se sentant menacés, incompris ou discrédités. Il vaut mieux que les jeux ne se tiennent pas plutôt qu’ils provoquent des violences. Or, en intégrant les violences potentielles à l’égard des personnes de la communauté LGBT, le texte suggère pourtant que le repli sur soi est guidé par la valeur du refuge. Le vocabulaire employé joue au contraire sur la mise à l’écart.

31L’article considère en effet que « les Gay Games sont la traduction effarante d’un communautarisme dangereux, voulu par certains par provocation. Ils déboucheront immanquablement sur une stigmatisation » et réalisent une « ségrégation intolérable ». En critiquant le communautarisme supposé, le propos véhicule les stigmates qu’il est censé dénoncer. Les catégories « homosexuels » et « hétérosexuels » s’opposent et ouvrent à la lecture communautaire. La dénonciation du repli sur soi se fait au nom des valeurs explicites d’ouverture à autrui et de refus de la discrimination (« Le sport est, par nature, fait pour gommer les différences, pour que l’on puisse communier dans le même esprit »). Mais elle est également guidée par des valeurs implicites qui posent l’hétérosexualité comme préférable (avec tout ce que cela comporte).

32La candidature à l’organisation d’un événement sportif sert ici de point de départ à un débat sur les valeurs sociales et culturelles rapportées aux mœurs, aux orientations et préférences sexuelles et aux affirmations identitaires. Par défaut, le texte admet que l’on a le droit d’être homosexuel en France. Cela est admis, même si cela engendre des jugements négatifs pouvant aller jusqu’aux violences physiques. En revanche, ce droit est circonstancié aux lieux de l’intime. L’argument du sens commun affirme que « les homosexuels font ce qu’ils veulent du moment que cela reste dans le privé ». Une telle idée engendre la confusion entre « être » ou « se sentir » homosexuel ou encore « se livrer » à des pratiques homosexuelles. Or, les manifestations publiques et socialement admises de l’amour, par exemple le fait de simplement se tenir par la main, ne relèvent pas d’une pratique sexuelle, mais d’une marque d’affection. Finalement, le débat suscité par les Gay Games pose la question du droit à l’existence publique, du droit à la visibilité, du droit à l’affirmation de soi dans la conscience de ses différences.

  • 24  P. Bourdieu, La domination masculine, Paris, Seuil, 1998, p. 41.

33Le débat sur le repli communautaire est posé par ceux qui n’ont pas besoin de se replier pour se protéger. Selon Pierre Bourdieu, « la violence symbolique s’institue par l’intermédiaire de l’adhésion que le dominé ne peut pas ne pas accorder au dominant (donc à la domination) lorsqu’il ne dispose, pour le penser et pour se penser ou mieux, pour penser sa relation avec lui, que d’instruments de connais-sance qu’il a en commun avec lui et qui n’étant que la forme incorporée de la relation de domination, font apparaître cette relation comme naturelle24 ». Or, la création des Gay Games rend compte au contraire qu’il est possible de transformer non seulement les instruments de la connaissance, mais aussi les instruments de l’action collective.

34La symbolique de la réunion festive et ludique de celles et de ceux dont les orientations sexuelles sont objet de discrimination débouche sur l’adoption de nouveaux modèles corporels échappant à l’étalon des stades. Les corps généralement privés de jeux sportifs (corps malades, affaiblis, trop maigres, trop gros, pas assez performants…) affirment en actes le droit à la différence et la possibilité d’exister et de vivre sans avoir honte. Lors des jeux sportifs LGBT, il est possible de se sentir à la fois femme, noire et lesbienne ; hétérosexuel et efféminé ; homosexuel et sidéen ; femme blanche et vieille, sans crainte d’être démasqué, nié ou humilié.

Enjeux politiques des jeux

  • 25  L. Chamberland, « “Plus on vieillit, moins ça paraît” : femmes âgées, lesbiennes invisibles », Rev (...)

35En discutant les valeurs du sport à partir de valeurs communautaires, les Gay Games et les récents Outgames sollicitent les valeurs diffuses et implicites de la normalité corporelle, identitaire, sexuelle, et donc politique. Finalement, ce qu’autorisent ces jeux par les valeurs qu’ils promeuvent, c’est aussi la visibilité des invisibles sociaux, celles et ceux qui sont habituellement masqués, repliés sur soi, inexistants pour ce qu’ils ou elles sont25.

36Du point de vue des valeurs du corps, ils autorisent à ne pas considérer le corps de l’étalon des stades, un étalon mâle, comme seule référence possible et le corps performant comme idéal. Du point de vue des genres, sous l’influence des théories issues à la fois des études féministes, des études gay et lesbiennes, des cultural studies, des queer studies, et plus généralement des études sur les minorités discriminées, ils proposent la possibilité d’envisager des choix identitaires non connotés, bien que ne correspondant pas à l’ordre sexuel symbolique fondé sur les valeurs de l’hétérosexisme. En ouvrant aussi à ce que Marie-Hélène Bourcier appelle les « post-identités », ils questionnent les valeurs de la communauté elle-même et des hiérarchies, des jugements de valeur et des ségrégations qu’elle produit en son sein.

37Une autre conséquence politique de ces jeux réside dans la possibilité que soient posées des questions de société, par le débat qu’ils produisent et le questionnement éthique qu’ils font surgir en matière d’usage social de la différence. Les Gay Games trouvent leur finalité dans leur disparition. Ils sont voués à disparaître non pas en raison de la concurrence avec une autre organisation sportive, mais sous l’effet de l’acceptation des différences et de la disparition de l’homophobie.

38Pour l’instant, ils mettent en évidence comment la société civile, sur la base d’initiatives privées, peut mettre en question, sur le plan des valeurs, une institution – l’institution sportive – qui n’a de cesse d’affirmer le caractère éthique des pratiques qu’elle promeut et organise.

39La régulation des comportements ne provient pas de l’imposition de règles, lois et contraintes venant « d’en haut », mais résulte d’un débat public mené par les acteurs eux-mêmes. Les valeurs affirmées se traduisent en principes partagés, à partir desquels les comportements collectifs et individuels sont pris dans un système de régulation dynamique.

Haut de page

Notes

1  Cette déclaration est celle qui figure dans les orientations de la Fédération des Gay Games, organisatrice des Gay Games. Elle a été reprise quasi à l’identique par l’événement dissident créé à Montréal sous l’appellation d’Outgames : « Les Jeux sont ouverts à tous, sans égard quant à l’orientation sexuelle, l’âge, le sexe, l’origine ethnique, la race, la religion, l’adhésion politique, la nationalité, les aptitudes sportives et artistiques, l’état de santé ou le statut sérologique. »

2  Le sigle LGBT (Lesbian, Gay, Bi and Transgender Community) est désormais utilisé pour rendre compte aussi bien du mouvement sportif que des diverses manifestations sociales d’une communauté qui a prétention de rassembler toutes celles et tous ceux qui, en raison de leur écart à la norme hétérosexuelle, sont ou se sentent objets de discrimination.

3  En chiffres bruts, les premiers Gay Games rassemblent mille trois cent cinquante athlètes venus de douze pays. En 1998 à Amsterdam et en 2002 à Sidney, les chiffres annoncés tournent autour de douze mille athlètes provenant de soixante-dix pays. Pour une analyse récente de ce développement, voir Y. Le Pogam, P. Liotard, S. Ferez, J.-B. Marie Moles et G. Pouliquen, « Homophobie et structuration des jeux sportifs homosexuels », Corps et culture, nos 6-7, « Métissages », 2004, p. 57-98 ; S. Ferez, « Entre loisir et militantisme : naissance d’une communauté sportive gay et lesbienne », dans T. Terret, Sport et genre, vol. 1, La Conquête d’une citadelle masculine, Paris, L’Harmattan, 2005, p. 312-330 ; et P. Liotard, « Mise en question des frontières de genre : les jeux sportifs gays et lesbiens (1982-2002) », dans T. Terret, op. cit., p. 332-351.

4  T. Banks, « Les lesbiennes et les gays dans le sport », Assemblée parlementaire européenne, doc. 9988, 22 octobre 2003.

5  Par « sport orthodoxe », nous invoquons le sport tel qu’il est réglementé par le pouvoir sportif institué : ligues professionnelles, fédérations internationales, Comité international olympique. Ce pouvoir sportif institué définit « la loi du sport » que les officiels, arbitres et commissaires sont censés faire respecter (voir l’article de Tony Chapron dans ce numéro). La notion d’orthodoxie contient en outre une connotation qui renvoie dans la déviance les pratiques qui ne la respectent pas.

6  Titre d’un réquisitoire contre la tenue des Gay Games à Paris en 2010, publié dans Le Figaro du 15 septembre 2005 et commenté par Philippe Liotard : « Les Gay Games analyseurs de l’homophobie », http://liot.tooblog.fr

7  P. Berger et T. Luckmann, La construction sociale de la réalité, Paris, Méridiens Klincksieck, 1986.

8  G. Balandier, « Ce que “disent” le corps et le sport », Corps et culture, op. cit.

9  Y. Le Pogam et al., art. cité.

10  Voir P. Griffin, « Changing the Game : Homophobia, Sexism and Lesbians in Sport », Quest, no 44, 1992, p. 251-265, et pour des analyses plus récentes : F. Mourens, Rugby et homophobie : sport des « vrais hommes », le dénigrement du féminin ?, mémoire de DEA, université Claude Bernard Lyon 1, 2004 ; G. Pouliquen, Homophobie dans le sport, mémoire de DEA, université Paul Valéry, Montpellier, 3 juin 2002.

11  L’histoire du mouvement sportif homosexuel rapportée à celle de la naissance d’une conscience communautaire reste à faire. Sur ce point, voir les premiers travaux de S. Ferez, art. cité. Sur l’histoire de l’homosexualité, voir F. Tamagne, Histoire de l’homosexualité en Europe. Berlin, Londres, Paris. 1919-1939, Paris, Seuil, 2000. Voir aussi autour de la notion de mouvement social homosexuel : B. D. Adam, J. W. Duyvendak et A. Krouwel (dir.), The Global Emergence of Gay and Lesbian Politics : National Imprints of a Worldwide Movement, Philadelphie, Temple University Press, 1999.

12  Sur cette notion, voir P. Liotard, « L’éthique sportive, une éthique de la soumission ? », dans M. Attali, Le sport et ses valeurs, Paris, La Dispute, 2004, p. 117-156.

13  Pour une biographie de Tom Waddell, voir T. Waddell et D. Schapp, Gay Olympian, New York, Alfred A. Knopf, 1996.

14  Y. Le Pogam et al., art. cité, p. 59.

15  U. Eco, Les limites de l’interprétation, Paris, Grasset, 1990.

16  D. Denis, Aux chiottes l’arbitre. À l’heure du Mundial, ces footballeurs qui nous gouvernent, supplément à Politique aujourd’hui, no 5, juin 1978.

17  Voir S. Ferez, art. cité et O. Fillieule, « Mobilisation gay en temps de sida. Changement de tableau », dans D. Eribon (dir.), Les études gay et lesbiennes, Paris, Éditions du Centre Pompidou, 1998, p. 81-96.

18  Voir C. Louveau et A. Bohuon, « Le test de féminité, analyseur du procès de virilisation fait aux sportives », dans T. Terret, op. cit., p. 87-17 ; et F. Baillette, « La Mâle-donne sportive », dans F. Baillette et P. Liotard, Sport et virilisme, Montpellier, Quasimodo & Fils, 1999.

19  Les entretiens recueillis par Florent Mourens (op. cit.) montrent notamment comment les rugbymen homosexuels interrogés se situent au sommet d’une sorte de hiérarchie virile au bas de laquelle se trouvent ceux qu’ils appellent « les folles », homosexuels efféminés, reproduisant ainsi le sexisme dominant. Voir aussi M. P. Levine, Gay Macho, New York, New York University Press, 1998 ; R. Mendes-Leite et B. Proth, « D’une norme à l’autre ? De quelques conséquences de l’assignation sexuelle », Journal des anthropologues, no 82-83, 2000, p. 297-317.

20  Voir de M.-H. Bourcier, Queer Zones. Politiques des identités sexuelles, des représentations et des savoirs, Paris, Balland, 2001 et Queer Zones 2. Trouble dans le genre, Paris, La Fabrique, 2005.

21  Voir B. Lahire, L’homme pluriel, Paris, Nathan, 1998.

22  J.-B. Marie Moles, « La fluctuation des genres plutôt que la bifurcation des sexes », Quasimodo, no 7, « Modifications corporelles », 2002.

23  Cela se retrouve dans les forums de discussion qui, sur internet, reprennent et discutent l’article « Non aux Gay Games ! ». La caractéristique des débats qui s’y tiennent réside dans les commentaires spontanés nourris le plus souvent par des réactions émotionnelles. Ils attestent d’une homophobie spontanée, non perçue comme telle et justifiée au nom même d’un rejet affirmé de l’homophobie.

24  P. Bourdieu, La domination masculine, Paris, Seuil, 1998, p. 41.

25  L. Chamberland, « “Plus on vieillit, moins ça paraît” : femmes âgées, lesbiennes invisibles », Revue canadienne de santé mentale communautaire, vol. 22, no 2, 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Liotard et Sylvain Ferez , « Jeux lesbiens, gay, bi et trans : valeurs d’inclusion et discussion de l’éthique sportive », Éthique publique [En ligne], vol. 7, n° 2 | 2005, mis en ligne le 18 septembre 2015, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/1953 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.1953

Haut de page

Auteurs

Philippe Liotard

Philippe Liotard est sociologue au Centre de recherche et d’innovation sur le sport (CRIS), université Lyon 1.

Articles du même auteur

Sylvain Ferez

Sylvain Ferez est post-doctorant à l’université d’Amsterdam.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org