Navigation – Plan du site
Dopage, violence et corruption : quelle régulation ?

Le choc des éthiques

Jocelyn East

Résumés

Ce texte veut démontrer l’importance de prendre en considération les multiples chocs des éthiques concernées par l’application de normes et mécanismes internationaux, tels que le code mondial antidopage et l’Agence mondiale antidopage. L’accent est mis sur l’observation de l’interaction entre l’éthique sportive proposée, l’éthique publique existante et l’éthique individuelle, et des conséquences potentielles de cette dynamique. L’article souhaite ramener la réflexion sur ces importantes relations en marge du courant actuel de globalisation et d’harmonisation des pratiques au sein de la sphère sportive.

Haut de page

Texte intégral

1Au nom de la préservation de l’éthique sportive, le milieu sportif est constamment bombardé de nouvelles règles et politiques visant à réguler sa pratique. Depuis mars 2003, à Copenhague, un code mondial antidopage a été adopté par une majorité de pays et d’organismes régissant le phénomène sportif international. Ce nouveau pacte démontre que cette « institution sportive » est constamment en remaniement afin de maintenir l’homéostasie au nom d’un altruisme incertain pour qui le sport est un outil de développement humain et social. Couplée aux éthiques publiques des États signataires, cette entente veut promouvoir le respect de l’éthique sportive. Mais de quelle éthique s’agit-il au juste ?

  • 1  Lorsqu’il est question d’éthique sportive, l’usage actuel francophone a consacré la définition ang (...)

2L’« éthique » sportive, terme utilisé à tort en français1 par le milieu sportif, est à la mode. Les dysfonctions du sport, telles que la violence, le dopage et le harcèlement sexuel, poussent en effet les médias, les dirigeants sportifs et organisationnels ainsi que le public à réfléchir davantage sur les conséquences de l’acte sportif. Ces questionnements ont souvent lieu en marge de la puissance de l’image du sport dit « professionnel », qui n’a en fait de professionnel que le nom, puisque l’écart est grand entre ces spectacles et les réelles professions régies par un code de déontologie. Ces interrogations tournent autour des façons d’enrayer les dysfonctions et ainsi de nettoyer le sport et d’en faire un milieu accueillant et sain pour la jeunesse, d’où la proposition (ou le retour) d’une éthique sportive. Les moyens et les initiatives abondent de plus en plus en réaction aux phénomènes indésirables. Pourtant il vaudrait la peine de s’interroger pour commencer sur la nature du phénomène sportif. Car que sait-on du sport ? Quelles en sont les composantes et quelles en sont les interactions intérieures et extérieures ? De quelle éthique sportive est-il question et quels groupes d’individus concerne-t-elle ? Une fois cette dynamique comprise, le choix de moyens pour enrayer des problématiques données n’est pas pour autant donné. Encore faut-il s’interroger en effet sur l’application de ces nouvelles mesures et pouvoir déterminer des groupes cibles. Après avoir délimité le champ d’étude, le présent essai s’attardera à dresser une première esquisse de la confrontation entre l’éthique proposée et celle existante, d’où un important choc des éthiques à incidence variable.

Le sport et son éthique

3Définir le sport est une entreprise fort complexe pour ses divers acteurs. Encore aujourd’hui, la confusion règne, entraînant des discussions souvent futiles aux conséquences pourtant parfois pénibles, relevant de différentes éthiques et de différentes valeurs. Si on veut essayer de cerner le phénomène du sport, la question fondamentale à résoudre est celle de la démarcation entre les activités physiques qui peuvent être nommées « sport » et celles qui ne peuvent l’être. Des loisirs, de l’activité physique compétitive au sport dit « extrême », il est ardu de saisir clairement le concept aussi bien que ses implications. La question est pourtant capitale puisque de la définition du sport découlera automatiquement une éthique particulière à la sphère sportive, qui sera modulée selon les niveaux de la pratique.

  • 2  D. Guay, La culture sportive, Paris, PUF, 1993, p. 24.

4Maints travaux s’engagent ainsi sur une mauvaise voie faute de disposer d’une bonne compréhension du concept. « Ce manque de rigueur est certainement le principal obstacle épistémologique au renouvellement du discours sur le sport comme phénomène socioculturel. L’étude du sport a souffert jusqu’à maintenant de simplifications et de généralisations abusives justement en raison de l’absence d’une définition rigoureuse qui ne permettait pas d’isoler le phénomène2. » Comment en effet analyser correctement le sport et ses conséquences s’il n’est pas clairement défini ? Comment cerner l’éthique du sport si l’on ignore la dynamique du phénomène ? Et comment établir les liens et les influences avec l’éthique publique, si l’on ignore tout de l’éthique sportive ? Plusieurs définitions du sport existent mais puisque l’objectif est ici de questionner l’éthique sportive, il est préférable de s’attarder à une définition du sport qui propose (et qui se fonde sur) une réflexion éthique en soi, mais qui présente également des composantes qui peuvent être converties en valeurs.

  • 3  Ibid., p. 20.
  • 4  B. Jeu, Analyse du sport, Paris, PUF, 1987, p. 13.
  • 5  D. Guay, op. cit., p. 100.

5« Le concept sport est tellement élargi qu’il n’a plus de sens car l’objet reste indéfini. Pour les auteurs qui utilisent le concept de sport dans son sens le plus large, il s’agit d’une évidence immédiate qu’il n’est pas nécessaire de préciser. Aussi font-ils l’économie de la démonstration. Le terme sport devient un concept fourre-tout et recouvre alors un champ inintelligible3. » Dans La culture sportive, l’historien Donald Guay s’est penché sur la question et a réussi à nous sortir de cette confusion conceptuelle, tout en proposant des éléments d’éthique sportive, déjà connus certes, mais rarement exposés de façon aussi concise. Comme le mentionne Bernard Jeu, « le projet est ici d’interroger le sport sur son identité. L’entreprise n’est pas facile [puisque] les difficultés commencent à surgir lorsque l’on veut passer d’un savoir par intuition à un savoir par concept4. » Selon Guay, il est possible de définir le sport comme « une activité physique compétitive et amusante, pratiquée en vue d’un enjeu selon des règles écrites et un esprit particulier, l’esprit sportif, fait d’équité, de désir de vaincre et de loyauté5 ».

  • 6  Ibid., p. 46.

6Première composante du sport, « l’activité physique », voilà ce qui est indéniable. Il ne saurait en effet être question de sport sans elle. Ici, l’aspect physique regroupe cependant d’autres facettes de la personne, l’activité intellectuelle, par exemple, ou l’activité sensorielle. L’activité physique n’est donc pas d’ordre strictement mécanique ou moteur même si c’est elle qui prédomine dans le sport. Deuxièmement, l’activité physique est alimentée principalement par un aspect compétitif, une volonté de remporter la victoire, la partie et les honneurs. Une volonté qui nous renvoie aux instincts primitifs de l’homme de vouloir survivre et prouver sa supériorité sur l’autre. La confrontation n’a pas ici pour objet de détruire l’adversaire, mais de prendre sa mesure. Si tel n’est pas le cas, le sport perd son caractère ludique et se transforme en conflit, en véritable tragédie6.

  • 7  R. Thomas, Histoire du sport, Paris, PUF, 1991, p. 15.

7Cette notion d’amusement, de plaisir, est précisément la troisième composante du sport. Le paradoxe est à cet égard remarquable. On traite de compétition, de volonté de gagner mais on découvre à la fois un aspect de plaisir, de détente, d’amusement nécessaire au sport. Celui-ci donne d’ailleurs à la compétition une partie de sa raison d’être. Si le sport, avec son aspect compétitif, ne véhiculait aucune valeur de type ludique, il deviendrait rapidement une guerre entre des adversaires déterminés. C’est l’amusement qui incite les concurrents à participer. D’ailleurs, le mot en soi provient de l’ancien verbe français desporter et de son pendant anglais, disport, signifiant tous deux l’amusement et le divertissement7.

8La quatrième composante, l’enjeu, est donc décisive pour déterminer quelle orientation sera donnée à l’acte sportif. L’enjeu est peut-être la raison première de la pratique sportive. Les trophées, la gloire, l’amusement tout comme la destruction de l’adversaire, peuvent devenir un enjeu. Par exemple, deux équipes habituées de jouer pour le plaisir, sans enjeux particuliers, adopteront des comportements différents si un enjeu significatif apparaît. Pourtant, ce sont les mêmes individus qui s’opposent mais, soudain, les partenaires deviennent des adversaires jurés qu’il faut vaincre, parfois à tout prix, pour remporter ce nouvel enjeu.

  • 8  On pense immédiatement à cette partie de la coupe Grey de football canadien de 1938 opposant Toron (...)

9L’avant-dernière composante de la définition du sport, les règles, est particulièrement intéressante lorsque l’on discute d’éthique. En effet, celles-ci sont le reflet d’une conscience morale envers l’utilisation du sport puisqu’elles déterminent les contrôles de l’activité. Les règles de fonctionnement du sport sont les règlements de l’activité sportive concernée, tant sur le terrain (règles du jeu) qu’auprès des autorités administratives (ligues, équipes, fédérations). Les règles morales, ou non écrites, ainsi que la réflexion éthique qui les sous-tend sont, quant à elles, comprises à l’intérieur de l’esprit du sport, appelé « l’esprit sportif ». Les règles ont une importance capitale pour la reconnaissance et la délimitation de l’acte sportif. Une activité sportive individuelle ou collective devient rapidement sans intérêt si aucune règle n’est respectée. Si, tout comme à l’intérieur d’une société, chacun se met à faire ce qu’il lui plaît, à appliquer les principes de la liberté pure, l’activité et les interactions entre les participants perdent tout leur sens. La rencontre sportive tourne alors au burlesque et au ridicule. Les exemples abondent où la pratique sportive peut devenir confuse et frustrante en raison d’un manque de cohérence dans la réglementation8.

10En somme, les règles sont la structure même du sport, elles sont ce qui donne un sens pratique au sport. En collaboration avec les autres composantes, elles permettent au sport de se réaliser. Sans elles, c’est le divertissement et la désorganisation la plus complète ; il n’est évidemment plus question de sport. Autant le plaisir que la guerre sont possibles si les règles n’existent plus ou si elles ne sont pas appliquées.

  • 9  D. Guay, op. cit., p. 98.

11La seconde composante du sport qui nous interpelle directement dans cette discussion de l’éthique sportive est que, comme complément des règles, le sport possède sa propre morale, l’esprit sportif. Il est constitué en partie de ces règles non écrites selon lesquelles on ne frappe pas un gardien de but, on n’écrase pas inutilement un adversaire, etc. L’esprit sportif sert de lubrifiant entre les composantes énumérées précédemment puisqu’il est cette volonté de pratiquer un sport conformément à certaines valeurs, celles du sport et de la société qui l’accueille. « L’esprit sportif est une mentalité particulière, un ethos, c’est-à-dire un ensemble de valeurs qui orientent, guident les attitudes et comportements des sportifs et sportives, c’est une éthique qui donne au sport sens, conséquence et valeurs9.» Guay inclut dans l’esprit sportif trois variables nécessaires et obligées : l’équité, le désir de vaincre et la loyauté, qui sont directement en interaction avec les différentes valeurs des différentes sociétés.

12L’un des premiers soucis lors de l’établissement des règles d’un sport donné est celui d’équité. Équité au sens d’égalité des chances pour chacun des adversaires de concourir et de remporter la victoire. Si la pratique d’un sport n’oppose pas des belligérants de même calibre, le jeu devient rapidement sans intérêt pour l’une ou l’autre des parties. Les individus les plus forts ne retireront plus aucune satisfaction à constamment écraser l’adversaire, de même que les plus faibles n’apprécieront plus prendre part à la rencontre en raison de leur infériorité et de leurs faibles chances de remporter la victoire.

13Cela nous conduit à discuter brièvement du désir de vaincre. Cette motivation, fréquemment décriée par crainte de voir apparaître le désir de la victoire à tout prix, est l’essence même du sport. Sans désir de vaincre ou de prouver sa supériorité, si faible soit-il, la participation devient non avenue et inintéressante. Lorsque cette flamme est éteinte, l’aspect compétitif du sport perd tout son sens. Toutefois, le désir de vaincre peut prendre forme de deux façons bien distinctes qui influeront sur les comportements et les attitudes de l’athlète. Il y a ceux qui voudront gagner à tout prix, peu importe les conséquences, et ceux qui voudront vaincre selon les règles.

14Le choix entre ces deux avenues dépendra alors de l’importance que l’athlète accorde à la dernière composante de l’esprit sportif, la loyauté, celle qui reflète le mieux l’état d’esprit du sport. Également appelée fair-play, elle a longtemps fait office d’esprit sportif à elle seule puisqu’il fallait vaincre avec honneur, avec loyauté. Elle nous renvoie directement aux racines britanniques du sport et à son éthique initiale où « être loyal » consistait (et consiste toujours) à respecter les règles du jeu, l’adversaire, l’arbitre, les spectateurs, les entraîneurs et les coéquipiers. Le plus important étant de se respecter soi-même en tant qu’individu participant à un acte sportif, en étant fier ou déçu de ses gestes accomplis et de ses attitudes.

15Constamment en interrelation, les six composantes du sport décrites par Donald Guay révèlent la nature de l’éthique sportive. Lorsqu’une d’elles est modifiée par un élément extérieur, les autres en subissent automatiquement les effets. Par exemple, pour augmenter l’amusement, on peut diminuer le désir de vaincre par une baisse de l’enjeu et de la compétition et par un assouplissement des règles. Le sport est donc un système qui dépend de l’ensemble de ses composantes.

16Mais il est également en relation avec de nombreux autres systèmes (technologie, économie, politique, société, culture) à l’intérieur d’une société donnée. Et comme ces systèmes ont leurs propres valeurs et leur éthique, il n’est pas étonnant d’assister à des chocs des éthiques entre les divers modes de pensée de chaque sphère où les valeurs et les codes de conduite deviennent des éléments de discorde et de réflexion.

La structure du sport et l’application de son éthique

17L’une des représentations de la puissance du sport et de l’intérêt dont il fait l’objet réside dans l’organisation de sa sphère. L’importance du sport s’exprime à travers les nombreux organismes qui ont été mis en place au fil du temps. Afin de pratiquer et de gérer le sport selon les différentes tendances et selon leurs propres orientations, les individus se sont regroupés afin de se doter de règles, de statuts, de rôles et habituellement d’une hiérarchie et d’une éthique, officielle ou implicite. La cellule initiale est celle du club local, puis celle des ligues et des associations régionales, elles-mêmes finalement intégrées dans des fédérations provinciales, nationales et internationales. Cela forme une complexe pyramide sportive mondiale où subsiste une très forte hiérarchie, chaque niveau étant généralement dépendant des autres. À l’intérieur de ce système, il y a des organismes régulateurs comme l’Agence mondiale antidopage (AMA). Un des buts de cette structure du sport est d’assurer le respect du concept lui-même et de voir à ce que la présentation de l’acte sportif respecte une morale et une éthique précises. Lorsque des tendances affectent ou menacent l’intégrité du sport, le dopage par exemple, la pyramide est secouée et réagit, puisque la structure sportive est en relation directe avec son environnement et le pluralisme des sociétés. Un besoin d’harmonisation des pratiques émerge donc dans cette tentative de l’institution sportive de présenter des scènes de pratiques sportives équitables pour les athlètes de toutes nationalités. C’est pourquoi des organismes tels que l’AMA et le Comité international olympique (CIO) veulent proposer au reste du monde une vision et un idéal, mais surtout une éthique et des lieux de sport où la détermination de l’ultime champion se fera en toute légalité et dans le plus grand respect.

  • 10  R. Thomas, op. cit., p. 61.
  • 11  F. Landry, E. Volant et E. Robillard, Jeux olympiques et jeu des hommes, Montréal, Fides, « Terre (...)

18L’institution sportive détermine les fonctions, les relations et les missions que chaque unité composante doit accomplir ainsi que les modes de collaboration entre ces unités. Cet efficace modèle administratif date de la fin du dix-huitième siècle, époque de la création (1750) en Angleterre du premier club sportif répertorié à ce jour, le Jockey Club10, et la structure de base des organismes sportifs n’a guère évolué. C’est dans la lourdeur et la complexité des relations entre les organismes que s’expriment plutôt les différences. Depuis la fin du dix-neuvième siècle, le sport a progressivement glissé d’une pyramide simple vers une complexification de ses structures en raison d’une internationalisation des pratiques. Le petit club sportif isolé d’autrefois forme maintenant la première pièce d’une énorme structure souvent multinationale11. La complexité de la structure sportive internationale permet toutefois une latitude dans l’application du pouvoir. Les clubs et les associations qui forment la pyramide sont en effet relativement autonomes dans l’application de leurs modes de fonctionnement, mais le sont moins sur le plan idéologique. Il est ardu pour les fédérations internationales et le CIO, qui constituent le sommet de l’institution sportive, de vérifier la conformité et le respect des directives imposées dans chacun des organismes sous leur autorité. Des sanctions sont possibles mais difficilement applicables par le sommet et il revient à chacun des paliers de vérifier la conformité des niveaux qui leur sont inférieurs.

19Cette continuelle similitude du modèle pyramidal est observable tant à l’échelle locale qu’internationale. Un club local de sport allemand est quasi similaire à un club local québécois, comme si l’appareil administratif sportif britannique du dix-neuvième siècle avait été cloné à travers le monde. Que ce soit en Amérique, en Europe, en Asie, sur le continent africain ou australien, la structure sportive est fondamentalement la même, à quelques exceptions près, même si elle s’exprime selon la culture de chacun et les ressources consacrées au sport. Cette uniformité étendue est une forte représentation de la transcendance culturelle du sport qui se moque des frontières et impose sa propre culture et son éthique.

20Mis en relation sur un échiquier précis avec une similitude organisationnelle, les organismes sportifs échangent entre eux selon divers modes de pouvoir, de subordination ou de collaboration. Des liens se tissent et se défont au gré de l’interaction commune combinée à celle des sociétés et des cultures d’accueil. Sur un fond d’organisation sociale plus ou moins floue, cette dynamique contextuelle compose avec la dynamique propre du groupe sportif. Une dynamique interne aussi complexe appelle un questionnement relatif aux motivations de participation de chaque individu au sein du groupe sportif. En effet, les dirigeants sportifs possèdent leur propres valeurs et morales, basées sur des éthiques personnelles. Mises ensemble, ces éthiques personnelles s’amalgament et se fondent dans une ou des éthiques organisationnelles. Dès le départ, on assiste donc à plusieurs chocs des éthiques à l’intérieur même de la dynamique des organismes sportifs.

21Conséquemment, on peut retrouver au sein de l’institution sportive dans son ensemble (du CIO et des fédérations sportives internationales aux clubs locaux) de multiples éthiques fondées sur autant de façons de percevoir le sport qu’il peut y avoir d’individus et d’États impliqués.

22La sphère sportive doit composer avec les différentes cultures impliquées dans le sport international. Chacune d’elles possède habituellement ses propres valeurs qui déterminent ce qui est acceptable ou non en termes de comportement et de responsabilités sociales. C’est ce qu’on appelle globalement l’« éthique publique ».

23Liées aux ressources et aux objectifs que chaque État vise par l’utilisation du sport, les éthiques publiques se modèlent et s’entrechoquent ainsi dans l’élaboration d’une éthique sportive. La présence de la marijuana sur la liste des substances interdites de l’AMA en est un parfait exemple – son interdiction fut vivement contestée par certains pays où elle est légale, au même titre que le tabac et l’alcool. Toutefois ces chocs éthiques au sein de l’institution sportive sont atténués par une habituelle solidarité des dirigeants sportifs derrière une cause commune : une utilisation saine du sport pour l’épanouissement, à tous égards, de ses participants. Il ne faut cependant pas négliger le risque de dissensions au cœur même du processus décisionnel.

24Il est donc possible de mettre en apposition le concept anglo-saxon du sport et une institution sportive comportant diverses structures, essentiellement occidentales. Ce dernier ensemble souhaite dicter une marche à suivre, une façon de réaliser le sport, aux individus qui le pratiquent ainsi qu’aux sociétés qui acceptent de prendre part au sport. Cette volonté de l’institution sportive de corriger les dysfonctions du sport, telles que le dopage, en proposant des règles et une éthique, doit cependant tenir compte d’une prémisse fort importante : la nature même du sport.

  • 12  C’est pourquoi le concept de « partie nulle » a toujours semblé inadéquat et laisse le goût amer d (...)

25En effet, même si l’on tente d’y échapper, l’objectif d’un match sportif est de déterminer un vainqueur12, soit-il « local » ou « olympique », et peu importe l’enjeu. Le sport est cruel puisqu’il détermine et élimine. Il départage vainqueurs et vaincus, performants et moins performants. Enfin, et tant qu’il est possible de le faire, des champions provenant d’espaces géographiques différents s’affrontent afin de déterminer le meilleur de tous, le « champion du monde ». Si les structures existaient, l’élagage se poursuivrait même de façon interplanétaire ! La performance sportive discrimine en sélectionnant les meilleurs et un groupe restreint d’individus forme ainsi une élite provenant de la masse. Le concept d’« éliminatoires » reflète bien cette nécessité, cette quête du meilleur. Il « élimine » au terme d’un calendrier préétabli et ne retient que ceux qui répondent aux critères préalablement définis. L’épuration se poursuit jusqu’à ce qu’un seul « survivant » s’élève au-dessus des autres : le champion.

  • 13  K. Browning, 100 Years of Canadian Sports, émission no 3, Toronto, TSN, 2000.

26Les pressions émanant du processus d’élimination contribuent à ce que le sport apporte prestige et gloire au vainqueur. Une gloire sociale, certes, mais parfois un gain pécuniaire non négligeable. Le champion, malheureusement moins la championne, vend et monnaye sa victoire, soit pour poursuivre sa carrière, soit pour y mettre fin. Une course, un lancer, un battement de bras peuvent faire la différence entre la gloire et l’oubli, entre une nouvelle richesse et le statu quo. La ligne est mince et souvent cruelle. Cette fraction de seconde peut parfois faire basculer du côté de la fierté, de la satisfaction du devoir accompli, ou du côté du regret et de la quête continuelle de l’explication de son échec13. Le drame est amplifié lorsque les enjeux sont alléchants et qu’ils échappent à l’athlète en raison de la défaite. L’institution sportive est responsable de la modification de ces enjeux par la marchandisation du sport, encore peu visible il y a une vingtaine d’années. C’est elle qui travaille sans relâche à la recherche de commanditaires et de financement afin d’organiser le sport. Les promoteurs, les agents d’athlètes, les organisateurs servent ensuite de spéculateurs et haussent les enchères à l’intérieur de cette manne qui n’est rendue possible que par le soutien du phénomène sportif par le public.

27Ces nouveaux paramètres financiers ont nécessairement influé sur l’éthique individuelle des participants. Ils ont rehaussé la gloire et les récompenses mais aussi la pression que doivent subir les athlètes et leurs entraîneurs. La nature même du sport à déterminer un vainqueur vient ainsi de faire monter les enjeux et donc d’exacerber le besoin de déterminer un vainqueur à tout prix, y compris par la transgression des règles et le dopage.

Un cas précis de choc des éthiques : la lutte contre le dopage

28La lutte contre le dopage est un exemple concret de choc entre diverses éthiques. Dans ce cas-ci, le choc entre les éthiques des États membres et celui entre les organismes de l’institution sportive sont tellement importants que des normes d’harmonisation, indépendantes des structures déjà existantes, ont dû être élaborées.

  • 14  Historical Overview of the Canadian Anti-Doping Program, Canadian Centre for Sport and Law, s. l. (...)
  • 15  IOC’s Fight Against Doping : A Brief History, s. l. n. d., p. 1.
  • 16  Historical Overview of the Canadian Anti-Doping Program, op. cit., p. 1.
  • 17  CIO, Commission médicale : Lutte contre le dopage et promotion de la santé, s. l. n. d., p. 2.

29La lutte contre le dopage s’est amorcée dans les années 1960 avec la publication d’une première liste officielle de substances interdites pour les jeux olympiques d’été de 1968 à Mexico14. Les premiers contrôles antidopage ont eu lieu lors des jeux olympiques de Grenoble, quelques mois auparavant, où quatre-vingt-six contrôles furent effectués15. À peine huit ans après Mexico, lors des jeux olympiques de Montréal en 1976, sept cent quatre-vingt-six contrôles antidopage ont eu lieu16 ; lors des derniers jeux olympiques d’Athènes, en 2004, il y en a eu près de trois mille17. Ces chiffres démontrent de façon évidente le besoin de rattraper un retard dans le contrôle de l’utilisation de substances dopantes dans le sport de haut niveau, particulièrement lors des jeux olympiques.

  • 18  On notera entre autres la convention contre le dopage du Conseil de l’Europe (1989), la conférence (...)

30Après les premiers balbutiements de la lutte contre le dopage, on assiste à une panoplie de conférences internationales, de politiques, de chartes et de conventions18 toutes porteuses de règles, de messages, de valeurs, toutes sous-tendues par une éthique précise visant à maintenir l’équilibre et la pérennité du sport par l’équité et la loyauté. Ces débats sont entrecoupés de multiples scandales de dopage internationaux, tels que l’affaire Ben Johnson (jeux olympiques de Séoul 1988), le scandale Festina (Tour de France 1998) et, tout récemment, l’enquête sur les Laboratoires Balco (États-Unis 2003-2005). Ces événements désolants ont contribué à salir la réputation du sport en tant qu’outil de développement de la personne et à renforcer la lutte contre ces comportements déviants. À l’intérieur du mouvement de lutte antidopage, la plupart des pays membres des plus hautes sphères de l’institution sportive y sont allés de l’instauration de programme antidopage mais avec des contenus et des modalités fort différents en regard des sanctions et de l’application de ces programmes. D’un manque d’harmonisation est née la suspicion selon laquelle certains pays savaient que leurs athlètes internationaux utilisaient des substances proscrites camouflant ainsi les résultats de contrôles internes afin de protéger leur image sportive sur la scène internationale. Certains États se sont vus accuser de ne pas mettre en œuvre le discours prôné par leurs dirigeants politiques et sportifs impliqués dans la lutte au dopage. C’est précisément dans l’application déficiente des mesures annoncées, ainsi que dans une absence d’harmonisation au niveau des règles et des procédures de contrôle antidopage, que réside la problématique majeure qui a conduit à l’élaboration d’un organisme international indépendant, l’AMA (en novembre 1999), et d’un code mondial antidopage (en mars 2003).

  • 19  Code mondial antidopage, Montréal, Agence mondiale antidopage, mars 2003, p. 1.
  • 20  Ibid., p. 16.

31L’objectif de cette initiative supranationale est de « veiller à l’harmonisation, à la coordination et à l’efficacité des programmes antidopage aux niveaux international et national en matière de détection, de dissuasion et de prévention du dopage19 ». Le but est de décourager les athlètes, les entraîneurs et les scientifiques d’utiliser, pour améliorer la performance sportive, des substances et des méthodes interdites. Partie prenante d’une morale des morales sportives, l’éthique derrière ce code de conduite international repose sur le fait qu’une substance ou une méthode sera interdite si elle répond à deux de ces trois critères : 1) elle améliore la performance sportive, 2) elle constitue un risque pour la santé, 3) elle est contraire à l’esprit sportif20. En termes de valeurs, il est alors possible d’observer que cette éthique se concentre plus spécifiquement sur l’équité, la santé des athlètes et le respect de l’esprit sportif. Dans ce dernier cas, cette éthique provenant de l’institution sportive va donc à la rencontre même de l’éthique et de la culture du sport, tout en tentant de modifier les différentes éthiques ou morales personnelles des participants. En somme, cette éthique qui se centre sur un comportement, le dopage sportif, veut contribuer à la préservation d’une culture sportive et souhaite maintenir le modèle du sport en équilibre.

  • 21  J. A. Mangan et F. Hong, Sport in Asian Society : Past and Present, Londres et Portland, Frank Cas (...)

32En termes d’éthique publique, ce qui demeure indéterminé, c’est l’existence réelle, en dehors des sphères sportives, du sentiment de nécessité d’une éthique uniforme pour le sport visant à éliminer les comportements déviants. On ne peut affirmer avec certitude que les demandes dans ce sens émanent d’un mouvement collectif extérieur au milieu sportif. Il n’y a pas eu de vent de protestation de la part du public qui aurait pu déclencher une vague de profondes modifications au sein de l’institution sportive. On ne peut toutefois nier l’existence de pressions de la part des principaux commanditaires des grandes manifestations sportives (jeux olympiques, mondial de football, Tour de France) qui ont questionné leur participation associative à un milieu empreint de tricherie et de fumisterie. Il semble que la pression soit venue plutôt de l’intérieur par une crainte d’une désaffection du public à l’égard du sport, c’est-à-dire d’un manque de vibration de la fibre identitaire si chère aux commanditaires et si précieuse aux organismes sportifs pour leur survie. C’est précisément à ce niveau que peut se manifester l’éthique publique. Étant constituée d’un amalgame d’éthiques individuelles d’où surgissent des valeurs et une identité, l’éthique publique réagit lorsque ces valeurs sont bafouées et que l’imaginaire et l’identitaire sont atteints. L’individu et donc la société risquent alors de se tourner vers d’autres sphères de l’activité humaine, surtout lorsque le sport n’a pas atteint le statut de bien public durable21. Dans plusieurs pays, le sport est ainsi constamment menacé par la désaffection du public à son égard et du même mouvement par une diminution des subsides disponibles que versent l’état et le secteur privé. Cette désaffection pourrait constituer ce mouvement de masse, aujourd’hui encore absent, qui réagit au dopage. Il s’agirait d’une opposition féroce, d’une réaction face à un domaine d’activité humaine qui ne correspondrait plus aux valeurs des sociétés en raison de l’existence de dysfonctions, telles que le dopage.

L’incidence de la lutte contre le dopage sur les pratiques sportives

  • 22  Minutes of the ANADO’s Education and Information Workshop, 5-6 mai 2005, Londres, p. 1.

33La problématique du dopage n’est pas enrayée pour autant par cette nouvelle harmonisation internationale des procédures, règles et sanctions. Il reste beaucoup à faire pour convaincre les athlètes, les pays et organismes signataires du code mondial antidopage de mettre en application les divers éléments qui y sont énumérés. Comme le mentionnait le président de l’Association of National Anti-Doping Organizations, Paul Melia : « Les contrôles antidopage seuls ne viendront pas à bout de la problématique et l’éducation demeure primordiale dans ce combat22. » Cette affirmation rappelle que l’éducation antidopage, même fortement recommandée, n’est pas une obligation à l’intérieur du code mondial antidopage. De plus, dans certains États, le manque de ressources est flagrant pour satisfaire à toutes les exigences de cette législation. Fréquemment, c’est l’éducation qui écope et, conséquemment, les athlètes ne connaissent ni leurs droits ni leurs responsabilités. Dans certains pays, les préoccupations de santé, de pauvreté et de malnutrition pèsent beaucoup plus qu’un code de conduite qui ne servira en fait qu’une mince couche de la population : les sportifs de haut niveau.

34Mais quels sont les groupes cibles visés par cette législation et cette éthique ? Hormis les athlètes participant aux grands jeux internationaux, quels autres niveaux de la pyramide sportive sont affectés par ces règles et sanctions ? La hiérarchie de l’institution sportive permet d’observer des limites et des difficultés d’application de ce cadre régulateur.

35À l’intérieur de la pyramide sportive, le pouvoir est détenu par un groupe restreint d’individus qui dirigent la masse se trouvant à la base de la pyramide. La verticalité du pouvoir officiel s’articule ainsi du sommet vers la base où se trouvent les clubs et associations sportives locales. Le pouvoir est donc centralisé au sommet de la pyramide pour être ensuite saupoudré aux niveaux inférieurs. Dans ce dédale d’organismes, le pouvoir trouve ainsi sa voie jusqu’à la base tout en perdant de sa puissance selon les canaux utilisés. Pour assurer que le pouvoir ne s’effrite pas, des organismes relais sont mis en place et une présence étatique se manifeste, puisque les États possèdent le mandat de responsabilité publique au regard de la régulation de la pratique sportive. Lorsqu’une crise majeure éclate, le pouvoir tend à se retirer et à se contenter d’être l’instance décisionnelle principale logée au sommet. Plus la structure pyramidale est complexe, plus le risque d’éloignement entre la base et le sommet augmente. Un fossé se creuse alors entre les deux réalités au point d’en fausser la perception rendant plus ardues l’application et la vérification des mesures mises en place dans les niveaux inférieurs de l’institution sportive.

Le choc le plus violent : l’éthique individuelle

36La diffusion, l’application et la promulgation d’une éthique sportive sont difficiles lorsque survient le choc avec les éthiques individuelles. En effet, on sait que le sport transcende les cultures et interagit avec elles tout en exigeant de respecter ses composantes. Les questionnements actuels qui ont trait au rapport entre éthique « sportive » et éthique « publique » résident précisément dans une compréhension des relations entre les valeurs sportives, les valeurs sociétales et les valeurs individuelles. Les deux dernières sont relativement plus mouvantes que les premières puisque le concept « sport » demeure le même et ce n’est que son utilisation et la perception à son endroit qui diffèrent d’une société à une autre, et d’un individu à un autre. C’est donc dans le but de déterminer un vainqueur que le sport devient une structure qui s’insère dans un environnement culturel aux multiples influences. Cela dit, le sport reste un paradoxe quant à l’application de son éthique puisqu’il appelle à la fois des valeurs naturellement en opposition, par exemple, plaisir et compétition, individualisme et coopération. Le système sport présente en outre une éthique close avec ses propres valeurs et modes de régulation et de conséquences. Toutefois, dans l’expression de son construit, le sport oblige l’ouverture à l’autre par la nature même du mode compétitif. Le sport réussit fréquemment le tour de force de faire cohabiter des valeurs et des éthiques en principe inconciliables. Globalement, le sport permet ce qui est impensable dans d’autres contextes de l’activité humaine.

37En somme, ce qui rend le choc entre éthiques encore plus grand est que le sport demeure la consécration de l’individualisme. Il ne saurait y avoir de lieu aussi tragique que le sport, où l’individu en extase devant sa victoire renvoie chez lui l’adversaire vaincu avec sa souffrance, sa rage et ses remords. Il devient un lieu où le pouvoir s’affirme et où l’individu reçoit une consécration quasi divine. La performance athlétique étant avant tout individuelle, elle crée des références permettant aux vainqueurs de ramener la gloire collective à des motifs de satisfaction personnelle et individuelle. Même dans les sports dits collectifs, la performance du groupe repose avant tout sur celle des individus. Par la compétition et l’opposition, le sport oblige les individus à s’ouvrir les uns aux autres et permet cette interaction où l’individu, prisonnier des limites de son être et conditionné par ses sentiments, réintègre l’universel par la pensée.

38L’individu qui s’engage (habituellement) de façon volontaire dans le sport accepte certaines règles tant administratives que participatives. Son ambition est ainsi contenue. Que ce soit lors de sa pratique sportive ou hors d’elle, le participant est confronté aux règles. Une confrontation omniprésente entre les valeurs et l’éthique individuelles et l’appareil régulateur. Qui plus est, ces dilemmes moraux ne durent souvent qu’une fraction de seconde, le temps que l’instinct, plus que la pensée réfléchie, détermine l’action. Les conflits moraux peuvent mener à l’épuisement mental, c’est à ce moment que la ligne devient mince entre le respect d’une éthique extérieure, celle d’un concept et d’une institution, et celui de l’éthique sociale ou individuelle. Donc, fréquemment, par dépit ou par manque de confiance en soi, des athlètes décident de franchir cette ligne et adoptent des comportements déviants et illégaux, dérogeant ainsi aux règles qu’ils ont préalablement acceptées par leur engagement dans le sport. La force de ces déchirements est parfois puissante mais les dégâts causés par ces chocs des éthiques méritent d’être mieux connus.

39La mise en lumière des éléments de l’interaction constante entre des éthiques démontre que celles-ci peuvent paraître semblables au premier abord mais qu’elles sont malgré tout très différentes. Les composantes du sport assouplies par l’éthique qu’est l’esprit sportif viennent se heurter à une éthique de structure, celle de l’institution sportive, qui vise davantage à protéger l’éthique sportive consacrée qu’à proposer une nouvelle façon de concevoir le sport. D’ailleurs, son application est variable alors que l’esprit sportif est censé être présent à tous les niveaux de la pratique sportive. Vient ensuite l’éthique publique, propre aux lieux où le sport est pratiqué et soutenu. Cette éthique, qui repose sur un bagage culturel et identitaire propre à chaque communauté, est habituellement protégée par les États, au nom de leur culture. Finalement, le dernier choc provient de ces éthiques individuelles qui se modèlent souvent sur celle du milieu d’appartenance, mais qui peuvent aussi fortement différer selon le contexte et la réalité de chacun.

40Dans la description de l’état des lieux en matière de pratiques de régulation des comportements sportifs, on assiste alors au choc des éthiques. En matière d’antidopage, le combat entamé il y a presque quarante ans renvoie à cet objectif de construire une nouvelle éthique chez les athlètes où l’utilisation de méthodes et la consommation de substances interdites ne seront plus une option. Les individus deviendront assez puissants et solides mentalement et moralement pour concevoir le sport comme un outil de développement et non pas comme une fin. Toutefois, la route s’annonce longue et ardue car la nature du sport fait en sorte que le participant n’a habituellement qu’un objectif en tête : gagner ! C’est la capacité de respecter les règles qui deviendra alors l’enjeu majeur.

Haut de page

Notes

1  Lorsqu’il est question d’éthique sportive, l’usage actuel francophone a consacré la définition anglaise du mot ethics qui comprend à la fois la réflexion sur une morale donnée ainsi que son application, par exemple un code de morale ou de déontologie (dans le cas d’un ordre professionnel). Au sens français, « éthique » signifie uniquement la science de la morale. On peut consulter à cet égard H. Kelsen, Théorie pure du droit, Paris, Dalloz, 1962, p. 79-80.

2  D. Guay, La culture sportive, Paris, PUF, 1993, p. 24.

3  Ibid., p. 20.

4  B. Jeu, Analyse du sport, Paris, PUF, 1987, p. 13.

5  D. Guay, op. cit., p. 100.

6  Ibid., p. 46.

7  R. Thomas, Histoire du sport, Paris, PUF, 1991, p. 15.

8  On pense immédiatement à cette partie de la coupe Grey de football canadien de 1938 opposant Toronto et Winnipeg, où « ce match s’est déroulé dans le parfait désordre en raison des nombreux conflits à propos des règles de jeu » (F. Consentino, A History of Canadian football 1909-1968, s. l., 1968, p. 100).

9  D. Guay, op. cit., p. 98.

10  R. Thomas, op. cit., p. 61.

11  F. Landry, E. Volant et E. Robillard, Jeux olympiques et jeu des hommes, Montréal, Fides, « Terre Nouvelle », 1976, p. 37.

12  C’est pourquoi le concept de « partie nulle » a toujours semblé inadéquat et laisse le goût amer d’une œuvre inachevée.

13  K. Browning, 100 Years of Canadian Sports, émission no 3, Toronto, TSN, 2000.

14  Historical Overview of the Canadian Anti-Doping Program, Canadian Centre for Sport and Law, s. l. n. d., p. 1.

15  IOC’s Fight Against Doping : A Brief History, s. l. n. d., p. 1.

16  Historical Overview of the Canadian Anti-Doping Program, op. cit., p. 1.

17  CIO, Commission médicale : Lutte contre le dopage et promotion de la santé, s. l. n. d., p. 2.

18  On notera entre autres la convention contre le dopage du Conseil de l’Europe (1989), la conférence permanente mondiale sur la lutte antidopage dans le sport (1988, 1989, 1991, 1993), le code médical du CIO (1994), le code de conduite de l’Union européenne (1992), l’International Anti-Doping Agreement (IADA-1990), les audiences de la commission d’enquête sur le recours aux drogues et aux pratiques interdites pour améliorer la performance athlétique (commission Dubin, 1990), etc.

19  Code mondial antidopage, Montréal, Agence mondiale antidopage, mars 2003, p. 1.

20  Ibid., p. 16.

21  J. A. Mangan et F. Hong, Sport in Asian Society : Past and Present, Londres et Portland, Frank Cass, 2003.

22  Minutes of the ANADO’s Education and Information Workshop, 5-6 mai 2005, Londres, p. 1.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jocelyn East , « Le choc des éthiques », Éthique publique [En ligne], vol. 7, n° 2 | 2005, mis en ligne le 18 septembre 2015, consulté le 22 juin 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/1951 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.1951

Haut de page

Auteur

Jocelyn East

Jocelyn East est éthicien et historien du sport. Il enseigne à l’université Laval et à l’université d’Ottawa.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org