Navigation – Plan du site
Dopage, violence et corruption : quelle régulation ?

Le géant aux pieds d’argile : de la fragilité des arguments éthiques de la réglementation antidopage

Jean-François Doré

Résumés

Le dopage sportif est l’objet d’un combat sans merci de la part des organismes sportifs de tous genres. Le Comité international olympique, par exemple, l’interdit sur la base de trois arguments qui ont pour objectif de « protéger la santé des athlètes, défendre l’éthique médicale et sportive, maintenir l’égalité des chances pour tous dans toutes les compétitions ». Mais ces arguments éthiques, sur lesquels se fonde la réglementation antidopage, résistent-ils à une analyse poussée et sont-ils à la fois nécessaires et suffisants ? Cet article montre que c’est loin d’être le cas et que la réglementation antidopage n’est en fait, sur le plan éthique, qu’un colosse aux pieds d’argile.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Le CIO définit le dopage comme une « pratique consistant à améliorer les performances en recourant (...)

1Le 22 août 2005 éclate un scandale de dopage1, un autre, ébranlant le monde sportif. À cause de l’importance du personnage impliqué, cependant, celui-là fait encore plus de bruit et résonne à travers la planète. Le cycliste américain Lance Armstrong, septuple champion du Tour de France et par ailleurs vainqueur d’un cancer testiculaire qui s’est généralisé, interrompant sa participation à des compétitions pendant plus d’un an, se serait dopé à l’érythropoïétine en 1999, année de sa première victoire.

2Hauts cris, tollé et dénonciation publique se font entendre d’un côté comme de l’autre de l’Atlantique – et sans doute aussi de par le monde. Tous les journalistes, sportifs ou non, en mal de scandale montent aux barricades et pourfendent le profanateur du dieu sport contre lequel le crime sacrilège de « dopage » vient d’être non pas commis, mais découvert. Mais qu’en est-il véritablement de la nature de ce « crime » ? En quoi le dopage en est-il un ? Quels sont les arguments que l’on invoque, éthiques ou autres, pour qu’on l’interdise ?

  • 2  En plus des références que l’on trouvera en notes et parmi la relativement longue liste des articl (...)

3Surtout, la question que l’on se pose est : quels sont les fondements éthiques qu’on avance pour légitimer cette interdiction et sont-ils suffisamment solides et défendables pour construire une argumentation irréfutable ? Le géant scientifique et financier qu’est devenue – essentiellement par la force des choses – la lutte antidopage ne repose-t-il en dernière analyse que sur des pieds d’argile ? Après avoir examiné la question et fait le tour de ce qui s’est publié sur elle2, il semble que tel soit bien le cas. Rien, dans toute l’argumentation proposée pour justifier l’interdiction du dopage, ne résiste véritablement à l’analyse.

4Sans pouvoir examiner ici des pistes de solutions réalistes et convaincantes, le double objectif de la présente contribution est de mettre au jour les apories que soulève l’argumentation courante et tenter de voir sur quelles bases éthiques le raisonnement pourrait être construit. Pour ce faire, nous allons reprendre les arguments invoqués par les tenants de l’antidopage à la lumière des réflexions déjà engagées par certains chercheurs, en examiner la pertinence et les confronter au dur mur de la réalité.

Historique du dopage

  • 3  De fait, selon le site web de l’AMA : « La nécessité de réglementer le dopage dans le sport s’est (...)
  • 4  T. Todd, « A History of the Use of Anabolic Steroids in Sport », dans J. Berryman et R. J. Parks ( (...)

5Avant toute chose, cependant, jetons un coup d’œil rapide sur l’histoire du dopage sportif en se concentrant surtout sur le dernier demi-siècle. L’usage attesté de produits stimulants de diverses natures – et notamment les amphétamines – remonterait au début des années 19503. Ce n’est cependant qu’en 1960, à la cinquante-septième session du Comité international olympique (CIO), à San Francisco, que l’utilisation des amphétamines est « discutée ». En 1960, John Ziegler, un médecin du Maryland, commence à administrer du methandrostenelone, un stéroïde commercialisé sous le nom de Dianabol, à trois haltérophiles américains4.

  • 5  D. Wallenchinsky, The Complete Book of the Olympics, Boston, Little, Brown & Company, 1992, p. 258

6En 1961, le CIO met sur pied une première commission médicale, suite notamment au décès du cycliste danois Knut Jensen conséquence d’une chute lors des jeux de 1960 à Rome. L’autopsie avait révélé la présence d’un stimulant sanguin, le Ronicol5. Même si aucun lien de cause à effet n’avait pu être établi, Avery Brundage, le président du CIO, demande à la commission médicale, qui ne dispose alors que d’un pouvoir informel, d’enquêter sur la question du dopage, de faire rapport et d’émettre des recommandations.

7Par la suite, en janvier 1963, un sous-comité européen du CIO, présidé par le colonel Marcel Crespin, de France, et composé de médecins, pharmaciens, biologistes, juristes, athlètes, entraîneurs et journalistes, se réunit pour discuter des problèmes de dopage dans le sport. Trois recommandations importantes sortiront de ces rencontres : premièrement, éduquer athlètes et officiels en ce qui a trait aux dangers du dopage ; deuxièmement, étudier le comportement des athlètes qui usent du dopage ; troisièmement, mettre sur pied un comité permanent chargé de se tenir au fait des techniques de dopage et d’élaborer une liste des activités et des produits interdits.

8Le sous-comité fait également un plaidoyer en faveur de l’instauration de tests pour contrôler l’usage de stimulants, de tranquillisants, d’hormones et de produits ayant pour but de modifier la pression sanguine ou l’action du système respiratoire6. Cependant, ce ne sera qu’à la fin septembre 1967, soit après la nomination du prince Alexandre de Mérode à la tête de la Commission, que la première réunion exploratoire de la « vraie » commission se tiendra et que la structure mise en place s’élargira7. Elle poursuivait (et poursuit encore) trois buts fondamentaux : protéger la santé des athlètes ; défendre l’éthique médicale et sportive ; maintenir l’égalité des chances pour tous dans toutes les compétitions8.

9C’est là que l’on trouve tous les arguments justifiant la lutte antidopage. Aucune autre explication, rien de plus, rien de moins. On établit comme pétition de principe que le dopage est nuisible à la santé de l’athlète, qu’il est contraire à l’éthique médicale et sportive et qu’il établit un déséquilibre entre les compétiteurs, entendre par là entre les athlètes qui se dopent et ceux qui ne se dopent pas. Comme on peut le constater, les justifications invoquées sont posées de façon axiomatique et relèvent d’une nature extrêmement générale. À notre avis, elles ne constituent pas des raisons « nécessaires et suffisantes » pour interdire le dopage. En les examinant de plus près nous verrons en quoi elles ne sont pas satisfaisantes.

L’argument santé

  • 9  C. Dubin, Toward 2000: Building Canada’s Sport System, The Report of the Commission of Inquiry Int (...)
  • 10  Rappelons pour mémoire que c’est un médecin, John Ziegler, qui a le premier prescrit un stéroïde à (...)

10Pour commencer, l’argument que le dopage est dangereux pour la santé des athlètes est suspect pour plusieurs raisons. La première est que la nocivité de la plupart des agents dopants reste largement à prouver. Les études déposées en témoignage lors de la commission Dubin en 19909 concluent toutes que l’usage modéré des stéroïdes, par exemple, lorsque ceux-ci sont administrés sous supervision médicale n’a que peu ou pas d’effets secondaires nocifs et que ceux-ci sont de courte durée10. Les cas rapportés de conséquences graves concernent tout usage abusif et incontrôlé de ces substances.

11De plus, si l’usage des stéroïdes permet d’augmenter, à terme, la performance athlétique, c’est d’abord et avant tout parce qu’il permet aux muscles de mieux récupérer de l’entraînement intensif auquel se livrent les athlètes de haut niveau et, par conséquent, d’éviter les blessures. Il serait donc tout à fait possible, en vertu de la même logique, d’arguer que le premier objectif poursuivi par l’usage des stéroïdes est justement de préserver la santé des athlètes et non de lui nuire. Mais même en tenant pour acquis que les stéroïdes sont nocifs, cela ne justifie pas pour autant l’interdiction d’autres types de substances dont on sait qu’elles ne sont nullement dommageables.

12On pense entre autres au « dopage » sanguin par lequel un athlète s’injecte une certaine quantité de son propre sang prélevé au préalable, ce qui augmente le taux de globules rouges et favorise l’oxygénation des muscles, une technique absolument inoffensive. On sait par ailleurs que l’utilisation de chambres hyperbares et que l’entraînement en montagne, les athlètes qui vivent en pays montagneux ayant un taux d’hématocrite plus élevé que la moyenne, donnent des résultats à peu près identiques sur le taux d’hématocrite que le dopage sanguin et la consommation d’érythropoïétine. Le mythique finlandais Lasse Viren, champion du 5 000 et du 10 000 mètres lors de deux jeux olympiques successifs l’avait bien compris, lui qui s’entraînait au Kenya.

13Il en va de même pour les médicaments obtenus en pharmacie sans ordonnance. Le cas de l’avironneuse canadienne Silken Laumann est exemplaire à cet égard. La totalité de l’équipe du quadruple sans barreur a été disqualifiée et privée de la médaille d’or aux jeux panaméricains de 1995 en Argentine parce que Mademoiselle Laumann avait pris des comprimés pour contrer un rhume qu’elle avait attrapé quelques jours avant la compétition, comprimés qui lui avaient été recommandés par le médecin de l’équipe canadienne. Or, on ne peut pas dire que ce type de médicament est dangereux pour la santé lorsqu’il est pris en respectant la posologie normale, ce qui était le cas pour Laumann.

14Quoi qu’il en soit, un second argument santé est mis en avant en ce qui a trait à la protection de la santé des compétiteurs « propres », ceux qui ne se dopent pas. C’est l’argument dit de la « contrainte » en vertu duquel le fait que certains athlètes se dopent contraint tous les autres athlètes à se doper s’ils veulent se maintenir à niveau. Si l’argument a du mérite, il ne tient cependant pas compte de ce que la pratique du sport d’élite étant hautement compétitive, elle est en soi contraignante et oblige de toute manière tous les participants qui veulent avoir des chances de réussir à se maintenir aux plus hauts niveaux, et ce, qu’il y ait dopage ou non.

  • 11  Aristote, Politique, VIII, 3, 1338b 24-29.
  • 12  J’ai personnellement eu maintes fois l’occasion de le constater, particulièrement chez les athlète (...)

15Aristote, il y a plus de deux millénaires, le constatait déjà lorsque, traitant de l’importance de la gymnastique dans l’éducation de la jeunesse, il écrivait : « De plus, les Laconiens eux-mêmes, nous le savons, tant qu’ils furent les seuls à donner tous leurs soins au culte de l’effort physique, ils eurent la supériorité sur les autres ; mais aujourd’hui, aussi bien dans les luttes du gymnase que dans les combats guerriers, ils sont inférieurs aux autres : en effet, ce n’est pas par cette façon d’exercer leurs jeunes hommes qu’ils différaient des autres, mais par le seul fait qu’ils les entraînaient contre des adversaires qui, eux, ne s’entraînaient pas11. » Entraînement intensif et même permanent, séjours en haute altitude ou en chambre hyperbare, innovations techniques – on pense ici par exemple aux roues de vélo pleines, aux souliers à pointes, aux maillots « requin » –, régimes alimentaires scientifiquement étudiés, psychologues sportifs, techniques de visualisation mentales, voilà autant de moyens qui, pour tout autorisés qu’ils soient, n’en demeurent pas moins contraignants à l’endroit de ceux qui veulent se maintenir dans le peloton de tête. Quiconque, nonobstant la question du dopage, n’est pas prêt à consentir aux sacrifices nécessaires auxquels les obligent les meilleurs de leurs disciplines pour se maintenir aux plus hauts niveaux est à terme condamné à l’échec12.

  • 13  Nous insistons ici sur les notions de « pratiques sportives de haut niveau » et d’« athlètes de po (...)

16Mais il y a plus. On sait pertinemment que la pratique du sport de haut niveau est en soi dangereuse pour la santé13. La poursuite de l’excellence et la volonté de dépassement poussent les athlètes à se livrer à un entraînement extraordinairement exigeant qui provoque très fréquemment des séquelles physiologiques plus ou moins graves. Dans le « feu de l’action », ces mêmes athlètes « poussent la machine » au maximum de leurs possibilités sans égard aux conséquences qui pourraient en résulter. Résultat : vieillissement prématuré des articulations, commotions cérébrales, fractures, luxations et le reste, on ne compte plus le nombre de blessures et « d’effets secondaires nocifs pour la santé » qu’engendre la participation aux sports d’élite, et ce même dans des sports que l’on pourrait qualifier de relativement « doux » par opposition aux sports de combat par essence plus violents et plus risqués.

  • 14  Aristote, op. cit., VII, 16, 1335b 7-9.
  • 15  Ibid., VIII, 3, 1338b 13-14.

17Encore là, la chose n’est pas nouvelle et Aristote, encore lui, constatait que l’entraînement que devaient subir les athlètes « professionnels » de l’époque posait non seulement un problème de santé personnelle, mais également un problème de santé publique en ce qu’il les rendait inaptes à exercer les fonctions fondamentales de la vie citoyenne. Il écrivait : « La constitution des athlètes n’est (pas) utile pour une bonne aptitude à la vie politique, ni non plus pour la santé et la procréation14. » Il allait même jusqu’à prétendre que l’insistance des Laconiens à faire subir à leurs enfants et leurs athlètes des exercices épuisants aboutissait à en faire des brutes15.

18Sur la foi de tout ce qui précède et si l’on poursuit la logique de l’argument santé jusqu’à sa conclusion extrême, voire absurde : à suivre le désir du CIO de protéger la santé des athlètes, on devrait aller jusqu’à interdire aux athlètes la pratique des sports pour les compétitions de haut niveau. On est en mesure d’apprécier tout de suite les conséquences pour le moins farfelues auxquelles nous mène ce raisonnement : cela entraînerait en somme la fin des jeux olympiques, la disparition du CIO, du moins dans sa forme et ses fonctions actuelles, et rendrait caduque la raison d’être même de la politique antidopage.

L’argument de l’éthique médicale

19Primum non nocere, d’abord ne pas nuire. Telle est la première règle du serment d’Hippocrate, médecin grec du cinquième siècle avant notre ère, et qui constitue encore de nos jours un des principes fondamentaux de l’éthique médicale, celui de bien-faisance. Considérant ce que nous avons dit plus haut à l’égard des stéroïdes utilisés dans un premier temps à des fins thérapeutiques et du décongestionnant utilisé par Silken Laumann, pour ne citer que ces exemples, et mettant cela en relation avec le principe premier de la médecine, nous sommes dès lors très certainement en droit de nous interroger.

  • 16  Les bêtabloquants sont généralement utilisés pour le traitement de l’hypertension, de l’angine de (...)

20D’autres classes de substances interdites, comme les bêtabloquants16, ne sont pas nocives en elles-mêmes. On les prescrit sur ordonnance quotidiennement. Il en va de même pour de nombreux médicaments en vente libre et dont l’usage est parfaitement légal. Si l’abus des uns comme des autres peut provoquer certains effets secondaires dommageables, nous ne sommes plus du tout confrontés au même problème. C’est d’abus qu’il est dès lors question et non plus simplement d’usage. La question s’impose alors d’elle-même : une utilisation scientifiquement contrôlée et administrée sous la supervision de médecins des produits considérés comme dopants aux termes de la réglementation olympique ne respecterait-elle pas le principe hippocratique et, partant, ne serait-t-elle pas parfaitement conforme à l’éthique médicale ? Il ne semble pas que l’on puisse répondre autrement que par l’affirmative.

21Le second principe fondamental en médecine est celui de l’autonomie ou du respect de la personne. Il stipule que les personnes doivent être considérées comme des agents autonomes, capables de jugements et qu’elles sont en mesure de s’engager dans des activités librement et en toute connaissance de cause. Hors des sports paralympiques et de certains pays totalitaires, pour lesquels l’objection de l’autonomie diminuée pourrait à la limite être invoquée, tous les athlètes participent à leur sport de leur plein gré et doivent être considérés comme des agents souverains à l’égard desquels nul n’a droit d’agir en imposant des considérations ou des obligations paternalistes.

22La réglementation antidopage contrevient par essence à ce principe. Sous prétexte de protéger leur santé en dépit d’eux-mêmes, on empêche les athlètes de pratiquer leur sport de la manière dont ils jugent qu’elle sera la plus efficace, de se donner en toute connaissance de cause les instruments utiles et on les empêche de décider pour eux-mêmes quels risques ils sont disposés à prendre pour atteindre leurs objectifs. Au Québec et sans doute ailleurs dans le monde, les procédures administratives à travers lesquelles il faut passer pour obtenir à l’égard d’un tiers un mandat d’inaptitude d’une portée équivalente sont autrement plus compliquées qu’un simple décret du CIO.

L’argument de l’éthique sportive

  • 17  R. Caillois, Les jeux et les hommes, Paris, Gallimard, « Folio Essais », 1991 (1958) ; J. Huizinga (...)

23Cet argument qui apparaît sensé à première vue est cependant étrange. En effet, il se fonde sur l’opinion – ou même la certitude – que le dopage contrevient au fair-play, qu’il est contraire à l’essence du sport et qu’utiliser des substances dopantes équivaut à tricher. Encore là, cet argument rencontre plusieurs difficultés. Il se trouve que rien dans l’argumentation proposée – qui relève à nos yeux de la position axiomatique plus que de l’argumentation – ne nous permet de déduire que le sport procède d’une nature telle qu’elle exclut nécessairement et par essence le dopage. De fait et malgré les efforts de plusieurs chercheurs17, il reste encore à ce jour à trouver une définition du sport et de sa nature qui soit satisfaisante.

24Comme le sport est un construit culturel, il est par définition arbitraire. Les règles qui le régissent varieront donc d’un sport à l’autre et même au fil des ans à l’intérieur d’un même sport. Il est par exemple possible, dans les deux versions du football nord-américain, d’arrêter la progression de l’adversaire en le saisissant à bras le corps pour le jeter à terre. Le même geste est interdit au hockey ou au basket-ball pour ne citer que ces deux sports alors que dans le premier cas la mise en échec est autorisée et que dans le second elle est interdite. Au hockey, la ligne rouge centrale a subi de nombreuses modifications depuis l’invention du sport, la dernière étant sa disparition complète. Les exemples sont innombrables.

25Or, et jusqu’à preuve du contraire, il n’y a rien d’inscrit dans la nature même de quelque sport que ce soit qui autorise ou défende l’utilisation de produits dopants, ni rien non plus qui nous empêcherait de créer ou recréer un ou des sports en incluant la pratique du dopage. Nous sommes ici face à une règle qui est déterminée et imposée a posteriori et dont les conséquences éthiques ne peuvent être évoquées comme étant des a priori au risque d’être condamné au raisonnement circulaire. Le dopage est interdit parce qu’il est contraire à l’éthique du sport et il est contraire à l’éthique du sport parce qu’il est interdit.

26Avant que la Fédération internationale d’athlétisme amateur soit la première à interdire le dopage en 1928, rien dans la « nature » du sport n’autorisait qu’il en soit ainsi. Il était donc loisible à quiconque de faire usage de produits dopants sans tricher. Ce n’est qu’à la suite de l’imposition de cette règle que ceux qui ont continué à en faire usage sont devenus des tricheurs. Or, que cette règle soit éthiquement bonne ou mauvaise n’importe pas. Ce qui importe c’est de reconnaître qu’elle ne repose que sur de l’arbitraire et non sur des raisons ou des fondements éthiques clairement définis.

27Si tant est que cela en soit le seul élément constituant, le fait est que, nonobstant tous les « coubertinismes » normatifs idéalistes et bien pensants dont on puisse vouloir se réclamer, il est dans la nature même du sport en général – et de quelque sport que ce soit en particulier – de vouloir gagner. À défaut de remporter la victoire sur un adversaire, l’athlète tentera toujours à tout le moins de remporter une victoire sur lui-même et de réussir une meilleure performance que celle qu’il a réalisée la fois précédente. Ne l’oublions pas, altius, citius, fortius reste encore à ce jour la devise du mouvement olympique et continue à être la motivation première de tous les athlètes de pointe qui croient toujours tenir entre leurs mains les rênes des « chariots de feu ».

28Pour reprendre les termes du grec ancien, le sport est agôn dans son essence même et son telos, sa fin, est la victoire, laquelle devient par le fait même son arêtê, sa vertu première. Nous sommes ici en face d’une éthique de la compétition qui place à l’avant-plan le succès des individus à la fois comme source de bonheur, comme vertu et comme finalité. Cela nous ramène au cœur des formes radicales – pour ne pas dire caricaturales – de l’éthique utilitariste dont le souci premier est la maximisation des avantages personnels en mettant au rancart toutes les conceptions transcendantes du moralement bien.

29Pour faire contrepoids aux excès auxquels peut mener ce type d’éthique essentialiste et téléologique – lequel est moralement neutre en soi rappelons-le –, on décide d’y greffer d’autres considérations éthiques mais qui concernent cette fois les moyens qu’il est moralement acceptable d’utiliser pour parvenir à ces fins. Ainsi, on juxtapose des considérations et des règles relevant de l’ordre des éthiques transcendantales, de type kantien par exemple, où l’impératif catégorique extérieur à la chose sportive a préséance sur les conditions éthiques immanentes ayant trait à l’exercice de la chose.

30Mais qu’on ne s’y trompe pas : même si ces considérations éthiques se rapportent au sport, elles n’ont au départ aucune relation avec ce que l’on pourrait appeler la « nature » du sport. À ce titre, si elles peuvent être envisagées comme des éthiques générales s’appliquant à cette activité humaine qu’est le sport, elles ne peuvent nullement être considérées comme étant ou même relevant d’une éthique du sport qui soit inhérente et fondamentale. La distinction, pour toute rhétorique qu’elle puisse paraître à première vue, est pourtant extrêmement importante à au moins deux égards.

31D’une part, elle importe sur le plan général parce qu’elle constitue en elle-même une opposition qui se situe au cœur même de la problématique du dopage et des positions, pour ou contre, qu’il est possible d’adopter. D’autre part, parce que dans le cas particulier qui nous occupe quant aux fondements éthiques des arguments antidopage, il est clair que l’on ne peut dans un premier temps se prévaloir de considérations extérieures à l’objet et prétendre dans un second temps – pour ne pas dire en même temps – s’en servir en les comptant comme fondement de l’objet. De la sorte, l’argument de la défense de l’éthique sportive n’a guère plus de poids que celui de la défense de l’éthique médicale.

L’argument de l’égalité des chances

32Depuis le début, nous avons, en diverses occasions, évoqué cette question plus ou moins directement. L’argument de l’égalité des chances suppose que les athlètes faisant usage de produits dopants vont disposer d’un avantage sur les athlètes qui ne se dopent pas. Certes, c’est le cas la plupart du temps. Mais cela ne justifie en rien une réglementation antidopage, puisqu’en permettant l’usage des produits aujourd’hui interdits cet avantage disparaîtrait. La réalité est qu’il existe déjà plusieurs inégalités et que, contrairement au libellé du troisième but poursuivi par la politique antidopage, les chances de victoire ne sont pas les mêmes « pour tous dans toutes les compétitions ».

33De par leur accès presque illimité aux entraîneurs qualifiés et aux techniques d’entraînement sophistiquées qui coûtent extrêmement cher, les athlètes des pays riches ont plus de chances que ceux des pays pauvres. Les athlètes provenant de pays dotés de politiques nationales des sports et d’un système de formation de l’élite où les athlètes peuvent se consacrer uniquement à leur entraînement sont favorisés par rapport aux athlètes de pays, comme le Canada, qui doivent travailler pour combler les subventions accordées afin de subvenir à leurs besoins et qui ne peuvent en conséquence consacrer autant de temps à leur entraînement.

34Les meilleurs athlètes, qui sont largement commandités par diverses sociétés commerciales lesquelles leur versent des sommes souvent astronomiques soit en argent, soit en équipement, soit en services, ou encore sous ces trois formes, disposent de moyens financiers auxquels n’ont pas accès les autres athlètes. Cela a pour conséquence de creuser l’écart qui les sépare et fait en sorte que ces derniers ont encore plus de difficulté à s’améliorer et à rejoindre le peloton de tête. Les meilleurs ont ainsi accès à des ressources (psychologues, physiothérapeutes, masseurs, diététistes) et des outils (kayaks, skis, maillots de bain, souliers de course, etc.) qui sont à la fine pointe de la science et de la technologie, services, facilités et matériel que ne peuvent se permettre les autres compétiteurs moins favorisés.

35La liste est longue des inégalités des chances que le CIO tolère et qui contreviennent au principe éthique égalitaire tel qu’il est formulé. Encore là, il ne semble pas s’agir d’un argument éthique très solide pour invoquer la mise en place d’une politique antidopage. Certes, c’est un noble objectif que de vouloir permettre à tous de participer à la « grande fête du sport », mais il ne faut pas non plus se faire d’illusions quant à l’égalité des chances au départ pour chacun des compétiteurs.

36Il apparaît clair que les attendus éthiques sur lesquels se fonde l’interdiction du dopage sont à tout le moins fragiles et discutables. Cela veut-il dire pour autant qu’il faille autoriser l’utilisation des produits dopants ? Quoi qu’ait pu en penser Juan Antonio Samaranch, l’ancien président du CIO, qui avait envisagé la possibilité d’admettre leur utilisation, il y a quelque chose de contre-intuitif dans le fait de permettre le dopage. Mais pour l’instant cela reste une espèce de sensation diffuse, une réaction instinctive et viscérale qui se situe sur le plan de l’aisthêsis, de l’émotion, et non pas du logos, de la raison.

37Cela nous ramène au centre même de la problématique que nous évoquions plus haut et qui est celle de l’opposition entre deux types de considérations éthiques : téléologique et pratique. C’est à cette aporie apparemment irréductible qu’il faudrait s’attaquer pour être en mesure d’établir des arguments éthiques solides sur lesquels pourrait reposer de manière indiscutable la politique antidopage.

38À défaut d’une telle réflexion, il faudra continuer à faire reposer les arguments éthiques sur une pétition de principe énoncée de manière axiomatique : on interdit le dopage… parce qu’on interdit le dopage, c’est ainsi. Le sport étant un construit culturel totalement arbitraire, comme nous l’avons dit, une telle attitude est parfaitement envisageable. Mais est-elle suffisante et satisfaisante ? Nous ne le croyons pas.

Haut de page

Notes

1  Le CIO définit le dopage comme une « pratique consistant à améliorer les performances en recourant à des substances étrangères ou à d’autres moyens artificiels », ce qui, au-delà d’être laconique, nous apparaît à tout le moins ambigu et laisse une trop large place à l’interprétation. Dans le code mondial antidopage, l’Agence mondiale antidopage (AMA) le définit comme « une ou plusieurs violations des règles antidopage telles qu’énoncées de l’article 2.1 à l’article 2.8 du code », ce qui, à l’inverse de ce qui précède est un peu long pour nos besoins. En ce qui nous concerne, on préférera à cet égard la définition qu’en donne la Direction générale de la santé de la communauté française de Belgique : « Le dopage est l’application à un individu sain – ou l’utilisation par cet individu –, de quelque façon que ce soit, de substances qui ne se trouvent pas naturellement dans l’organisme, ou de substances physiologiques en quantités ou selon une voie inhabituelle, dans le seul but d’influencer artificiellement et déloyalement les performances de cette personne lors de sa participation à une compétition sportive. »

2  En plus des références que l’on trouvera en notes et parmi la relativement longue liste des articles, surtout publiés en langue anglaise, qui sont consacrés à ce sujet, on pourra consulter avec intérêt certains de ces titres : W. M. Brown, « Paternalism, Drugs and the Nature of Sports », dans A. Holowchak (dir.), Philosophy of Sport : Critical Readings, Crucial Issues, Prentice Hall, Upper Saddle River, New Jersey, 2002, p. 284-294 ; R. B. Butcher et A. Schneider, « The Ethical Rationale for Drug-Free Sport », Ottawa, Canadian Centre for Drug-Free Sport, 1993 ; R. Gardner, « On Performance-Enhancing Substances and the Unfair Advantage Argument », dans A. Holowchak (dir.), op. cit., p. 294–306 ; P. Gomberg, « Against Competitive Equal Opportunity », Journal of Philosophy of Sport, vol. 26, 1995, p. 59-74 ; S. Loland, « Fair Play – Historical Anachronism or a Topical Ideal ? », dans J. Parry et M. McNamee (dir.), Ethics and Sport, Londres, Chapman and Hall, 1998, p. 79-103 ; S. O. Ludd, « Athletics, Drug Testing and the Right to Privacy : A Question of Balance », dans T. Davis, A. Mathewson et K. Shropshire (dir.), Sports and the Law : A Modern Anthology, Durham (N. C.), Carolina Academic Press, 1999, p. 571-575 ; A. Schneider et R. Butcher, « Arguments on Banning Doping », dans T. Tännsjö et C. Tamburrini (dir.), Values in Sport, Londres et New York, E & FN Spon, 2000, p. 185–199 ; R. Simon, « Good Competition and Drug-Enhanced Performance », dans W. J. Morgan et K. Meier (dir.), Philosophic Inquiry in Sport, Champaign (Ill.), Human Kinetics, 1995, p. 209–214 ; C. Tamburrini, « What’s Wrong with Doping ? », dans T. Tännsjö et C. Tamburrini (dir.), op. cit., p. 200–216 ; P. Weiss, Sport : A Philosophical Inquiry, Carbondale, Southern Illinois University Press, 1969.

3  De fait, selon le site web de l’AMA : « La nécessité de réglementer le dopage dans le sport s’est imposée dès les années1920 […]. En 1928, la Fédération internationale d’athlétisme amateur (IAAF) a été la première fédération sportive internationale à interdire le dopage, c’est-à-dire le recours à des substances stimulantes. Beaucoup d’autres fédérations ont suivi son exemple, mais les restrictions sont demeurées sans effet faute de tests » (http://www.wada-ama.org/fr/dynamic.ch2?pageCategory_id=20).

4  T. Todd, « A History of the Use of Anabolic Steroids in Sport », dans J. Berryman et R. J. Parks (dir.), Sport and Exercise Science : Essays in the History of Sports Medicine, Urbana, University of Illinois Press, 1992, p. 326-327.

5  D. Wallenchinsky, The Complete Book of the Olympics, Boston, Little, Brown & Company, 1992, p. 258.

6  « The Anti-Doping Battle Is Making Good Progress », Bulletin du Comité international olympique, no 82, Lausanne, 15 mai 1963.

7  « The IOC Medical Commission and the Fight Against Doping », site web du CIO : www.olympic.org/family/ioc/medical/dope_e.html.

8  Site web du CIO : www.olympic.org/fr/organisation/commissions/medical/index_fr.asp.

9  C. Dubin, Toward 2000: Building Canada’s Sport System, The Report of the Commission of Inquiry Into the Use of Drugs and Banned Practices Intended to Increase Athletic Performance, Ottawa, Canadian Government Publishing Centre, 1990.

10  Rappelons pour mémoire que c’est un médecin, John Ziegler, qui a le premier prescrit un stéroïde à des haltérophiles, et ce dans un contexte de supervision médicale. De surcroît, la réglementation antidopage a comme résultat d’empêcher que des recherches plus approfondies puissent être menées.

11  Aristote, Politique, VIII, 3, 1338b 24-29.

12  J’ai personnellement eu maintes fois l’occasion de le constater, particulièrement chez les athlètes canadiens qui n’ont pas de manière générale les moyens financiers de consacrer les quarante heures et plus par semaine à leur entraînement comme c’est le cas dans plusieurs pays et pour nombre de disciplines.

13  Nous insistons ici sur les notions de « pratiques sportives de haut niveau » et d’« athlètes de pointe », professionnels de fait à défaut parfois de l’être en titre, et qu’il ne faut pas confondre avec l’éducation et l’exercice physiques raisonnables. Ces derniers, pratiqués dans les écoles ou dans des centres de loisirs, ont des bienfaits sur la santé qui ont été maintes et maintes fois démontrés.

14  Aristote, op. cit., VII, 16, 1335b 7-9.

15  Ibid., VIII, 3, 1338b 13-14.

16  Les bêtabloquants sont généralement utilisés pour le traitement de l’hypertension, de l’angine de poitrine et de certaines arythmies cardiaques. Ils servent aussi d’agents de traitement de première intention pour la prophylaxie de la migraine et pour soigner les tremblements essentiels bénins. Étant donné qu’ils bloquent les fonctions du système sympathique, on les a surtout utilisés pour atténuer le trac et l’angoisse. En sport, on les utilise entre autres pour les divers concours de tir.

17  R. Caillois, Les jeux et les hommes, Paris, Gallimard, « Folio Essais », 1991 (1958) ; J. Huizinga, Homo Ludens, Boston, Beacon Press, 1950 ; J. W. Loy, « The Nature of Sport : A Definitional Effort », Quest, vol. 10, mai 1968, Champlain (Ill.), Human Kinetics, p. 1–15 ; B. Suits, « The Elements of Sport », dans R. Osterhoudt (dir.), The Philosophy of Sport (A Collection of Original Essays), Springfield (Ill.), Thomas Books, 1973, p. 48–63 ; S. K. Wertz, « Is Sport Unique ? A Question of Definability », dans A. Holowchak (dir.), op. cit., p. 86–98.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Doré , « Le géant aux pieds d’argile : de la fragilité des arguments éthiques de la réglementation antidopage », Éthique publique [En ligne], vol. 7, n° 2 | 2005, mis en ligne le 18 septembre 2015, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/1949 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.1949

Haut de page

Auteur

Jean-François Doré

Jean-François Doré est journaliste et détenteur d’un doctorat en sémiologie-philosophie de l’université du Québec à Montréal.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org