Navigation – Plan du site
Dopage, violence et corruption : quelle régulation ?

L’arbitre et ses fonctions éthiques

Tony Chapron

Résumés

 La compétition sportive se fonde sur un double principe : un principe méritocratique et un principe de justice dont dépend le premier. Le rôle de l’arbitre est alors indispensable à l’élaboration d’une hiérarchie. Dans ces conditions, le sport se pose en modèle social et sociétal. Or, pour garantir l’efficacité de cette modélisation, l’institution sportive place l’arbitre au cœur de sa mission éthique : diffusion de valeurs morales, respect des valeurs sportives, pérennisation de la règle, délimitation de la violence socialement acceptable, etc. L’arbitre se trouve alors chargé de former les consciences à une éthique tout en préservant l’ordre compétitif. En tant que référent moral, l’arbitre assure une fonction éthique mais aussi politique ; à tel point qu’en France l’État reconnaît qu’il assure une mission de service public. Cette acceptation nous renseigne sur les fonctions éthiques que l’arbitre remplit au sein d’une société sportive dont il est le garant moral.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Pour une analyse des valeurs du sport et de leur impact, on lira avec intérêt M. Attali (dir.), Le (...)

1Le sport est vraisemblablement le système de valeurs le plus communément partagé dans le monde ; en cela il constitue un socle moral et législatif dans l’expérience des rapports humains. Il s’impose, de plus, comme espace social uniformément codifié dans la mesure où, partout sur la planète, l’on pratique le football, le basket-ball, le hand-ball, etc., selon les mêmes règles. Dans ces conditions, la définition d’une éthique de la pratique sportive consiste à identifier les valeurs qui modèlent celle-ci au-delà des particularismes nationaux et culturels. Et, à partir de ces valeurs, il est finalement possible de définir une société quasi idéale, une société sportive en forme d’eldorado1.

2Toutefois, une telle éthique s’apparente avant tout à un monde normalisé et normalisant puisqu’elle fixe des normes au sein de sa pratique qui, espère-t-on, auront des répercussions en dehors de son cercle propre. Car le monde sportif se pose comme modèle social et sociétal. Par conséquent, les valeurs qu’il a pour mission de défendre ont vocation à s’étendre à la société dans son ensemble. Cette modélisation de la société sportive constitue un projet politique insidieux de normalisation des comportements.

  • 2  Dans une interview au journal L’Équipe, le ministre français des Sports, Jean-François Lamour, rap (...)

3Nous évoquerons ici le rôle de l’arbitre comme condition sine qua non de la transmission d’une éthique sportive institutionnelle dont la fonction consiste à normaliser les comportements sociaux. En outre, nous aborderons la position étatique française vis-à-vis du sport et notamment des arbitres dans la mesure où ceux-ci sont investis d’une délégation de pouvoir ministérielle. Cette mission de service public2 ne manquera pas d’interroger la nature même de la fonction arbitrale qui se situe entre défense de l’éthique et enjeu politique.

Une institutionnalisation en forme de normalisation des comportements

  • 3  Sur ce sujet lire notamment N. Elias et É. Dunning, Sport et civilisation. La violence maîtrisée, (...)

4La légitimité de l’institution sportive repose essentiellement sur la définition des règles des différentes pratiques et sur leur application effective. En élaborant un cadre législatif (au cours du dix-neuvième siècle), l’institution définit un projet social d’euphémisation de la violence et, bien qu’autorisant son recours, elle en fixe le seuil de tolérance sociale. Dans cette perspective, le rôle de l’arbitre consiste à canaliser cette violence et à rappeler inlassablement les limites de l’expression corporelle des sportifs. Le règlement sportif se pose alors véritablement en carcan législatif des comportements physiques humains et œuvre à construire une civilisation dont les mœurs tendent à se pacifier3. Ce projet sociétal qui s’élabore autour de valeurs ancestrales se perpétue avec un certain enthousiasme et, souvent, une vénération sans faille.

5Le rôle de l’arbitre relève alors d’une double logique. Tout d’abord, il œuvre à pérenniser la règle sportive puisqu’il en assure le respect contribuant de la sorte à promouvoir la règle dans une sorte d’évangélisation sportive. Dès lors l’arbitre impose une modélisation comportementale qui s’applique aux pratiquants mais dont les effets dépassent largement les limites du terrain de jeu. En effet, son pouvoir de juge entraîne une forme de jurisprudence dont s’imprègnent les observateurs de la pratique. Si la règle existe sous une forme écrite, elle ne trouve sens et vie qu’à partir de sa mise en application sur le terrain et s’étend à une population très large uniquement au travers des décisions arbitrales. Pour vérifier cette affirmation, prenons un simple exemple : regarder ou assister à un match de football, de tennis, de rugby ou de basket-ball, n’implique pas nécessairement d’avoir lu le règlement de ces activités. Pourtant rien n’empêche d’en saisir les grandes modalités parce que l’arbitre non seulement régule le jeu mais en plus, par sa gestuelle, ses interventions, donne corps à la loi sportive participant ainsi à son intelligibilité universelle.

  • 4  Pour une analyse du principe méritocratique du sport, voir A. Ehrenberg, Le culte de la performanc (...)

6Au-delà de cette logique d’imprégnation d’une réglementation se joue une autre partition. L’incorporation (au sens d’intériorisation de comportements codifiés) des règles sportives a pour sous-fonction une normalisation (morale) des relations interindividuelles. Dans cette perspective, l’arbitre promeut des valeurs morales que l’on peut reprendre sous le terme d’éthique en tant qu’il s’agit d’une véritable philosophie comportementale. À ce titre, l’arbitre incarne doublement cette éthique. En tant qu’institution, il représente la justice dans ses dimensions de neutralité, d’intégrité et d’équité. En tant qu’agent de cette institution, il œuvre au respect des valeurs traditionnellement associées au sport : méritocratie4, équité, égalité des chances.

  • 5  Nous reprenons ici une terminologie qui provient des travaux de F. Ost, Juge-pacificateur, juge-ar (...)

7Ainsi, la poursuite de cette mission de régulation implique, d’une part, une imprégnation par l’arbitre de ces valeurs morales et, d’autre part, une volonté de transmission de celles-ci aux joueurs et au-delà aux spectateurs et téléspectateurs de spectacles sportifs. Sa mission éthique s’inscrit donc dans une logique de diffusion d’une culture morale. Et même si la commission « Lutte contre la violence » de la Fédération française de football, dans sa charte éthique du football, postule que « toutes les personnes participant à un titre ou à un autre au football, joueur débutant ou confirmé, entraîneur, arbitre, éducateur, dirigeant, parent, supporter, spectateur, agent de joueur, sponsor, journaliste spécialisé, sont dépositaires des valeurs dont il est porteur, et responsables, individuellement et collectivement, de leur défense et de leur mise en valeur », c’est bel et bien l’arbitre qui, sur le terrain, est le seul habilité à prendre des décisions à l’encontre des contrevenants à cette charte. Par conséquent, si l’élaboration de ce code de conduite, qui dépasse le simple cadre législatif de la pratique, vise à moraliser les comportements, elle place surtout l’arbitre dans une posture de héraut de l’éthique. Ce faisant, l’arbitre n’est plus le simple juge sportif mais devient un juge moralisateur5.

  • 6  Ce texte reprend le code du sportif édicté par l’Association française pour un sport sans violence (...)

8Le rappel des grandes lignes de cette charte nous renseigne alors plus précisément sur le double rôle de l’arbitre sportif et, dans le cas présent, sur celui de l’arbitre de football. Dans son préambule, où sont exposées les valeurs du sport, on peut ainsi lire que « le sport est porteur de hautes valeurs morales qui en font un moyen d’éducation exceptionnel et un facteur irremplaçable d’épanouissement de la personne, d’intégration sociale et de promotion de l’homme. L’esprit sportif, c’est aussi le respect des valeurs humaines qui doivent prévaloir en tout état de cause sur les enjeux de la compétition, enjeux économiques compris. Ces valeurs sont : l’effort […], la loyauté […], le respect […], la fête […], la fraternité […], la solidarité […]. » Après avoir rappelé ces valeurs, la commission « Lutte contre la violence » exhorte les footballeurs à tenir ces sept engagements : « respecter les règles, respecter l’arbitre, respecter ses adversaires, bannir la violence et la tricherie, être maître de soi, être loyal et fair-play, montrer l’exemple6 ».

  • 7  LFP Magazine, no 2, septembre 2002, p. 5.

9Ce code civil et civique du footballeur constitue un modèle de normalisation des comportements en forme de moralisation des rapports humains. Si nous pouvons y voir un vœu pieu, il convient d’en mesurer la portée politique puisque le ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative reprend intégralement le code du sportif dans son guide juridique « La prévention et la lutte contre les incivilités et la violence dans le sport » attestant du soutien étatique à cette démarche de régulation des comportements. Cette position politique est à mettre en parallèle avec la modification profonde de la mission de l’arbitre : de juge garant du respect des lois, celui-ci se voit propulser au rang de défenseur de l’éthique. Les propos de Frédéric Thiriez, président de la Ligue de football professionnel française, indiquent clairement cette conversion de l’arbitre : « Dans notre championnat, il faut d’abord s’interdire de critiquer les arbitres. Ceux-ci ont le soutien total de la Ligue. Mais j’ai confiance. L’éthique et le beau jeu nécessitent un travail de longue haleine. Il faut persévérer et nous resterons fermes. […] Le fair-play finira par gagner du terrain et devenir la norme7. » L’institution sportive se veut le promoteur de l’éthique et s’assure, dans la poursuite de cet idéal, les services de missionnaires : les arbitres.

10Cette posture nous renseigne sur l’une des fonctions des fédérations sportives : imposer des normes de conduite au nom de valeurs morales civilisatrices. En somme, les États occidentaux trouvent dans le sport un outil de régulation des relations humaines érigé en modèle, dont la vocation relève à la fois d’une démarche intérieure (nationale) et d’une démarche internationaliste dans la mesure où les règles sportives et leurs composantes morales s’appliquent uniformément à l’ensemble des pratiquants sur toute la surface du globe. La norme sportive devient alors la norme sociale globale.

11Cette entreprise d’acculturation se manifeste notamment en France par une volonté politique. Ainsi, l’État organise ce projet à partir de deux grandes dispositions législatives qui concernent les fédérations sportives et les arbitres.

Un contrôle étatique de la pratique sportive par délégation de pouvoir

12Depuis 1945, l’État délègue aux fédérations sportives l’organisation et la promotion de la pratique de leurs disciplines. Elles gèrent et animent l’ensemble des activités sportives dont elles ont le contrôle, que ce soit le sport amateur ou le sport professionnel, le sport de haut niveau ou le sport loisir. Cette disposition place ces structures privées que sont les fédérations sous contrôle de l’État tout en leur laissant une certaine autonomie. Ainsi, les fédérations délégataires sont directement chargées de l’exécution d’une mission de service public comme le précise la loi no 84-610 du 16 juillet 1984, ce qui les oblige à respecter certains principes tels que la non-discrimination sexuelle ou ethnique, etc. La notion de service public est fondamentale dans l’organisation du sport « à la française » car elle témoigne d’une vigilance politique sur un espace social institué en modèle sacralisé.

13Placer le sport sous le contrôle de l’État, c’est garantir la pérennité des valeurs et de l’éthique définies par le pouvoir politique. Quant à considérer l’organisation du sport en France comme une mission de service public, c’est instaurer le sport comme projet social. Par conséquent, ces mesures législatives constituent un réel projet politique dans la mise en œuvre de la transmission de valeurs porteuses d’un message républicain et civilisateur.

  • 8  Propos tenus lors du Forum national de l’arbitrage du 25 septembre 2003 et repris dans le journal (...)
  • 9  Journal de l’Union nationale des arbitres de football. Parution Fédération française de football, (...)

14Or, comme nous l’avons dit précédemment, la mise en œuvre de ce projet relève essentiellement du rôle de l’arbitre puisque celui-ci se situe au cœur de la pratique et joue une pluralité de fonctions : tantôt médiateur, tantôt pacificateur, il est surtout celui qui incarne la justice car, comme le rappelle Michel Serres, « il est historiquement l’inventeur du droit8 ». Partant, il instaure une limite entre le tolérable et l’intolérable, l’admis et l’interdit. Il est l’expression tangible et intelligible de la justice et de la normalisation sociale. Est-ce pour cela que Mme Michelle Alliot-Marie, alors ministre de la Jeunesse et des Sports, déclarait, lors de l’assemblée générale de l’Association française du corps arbitral multisports du 21 octobre 1994, que l’arbitre est « le médiateur naturel dont notre pays a besoin9 ».

L’arbitre serait-il indispensable à la nation ?

15De toute évidence, il est indispensable au sport comme le rappellent inlassablement les présidents des fédérations sportives à commencer par celui de la Fédération française de football, Jean-Pierre Escalettes, qui, lors du bureau du conseil fédéral du 24 mars 2005, tenait à apporter un message de soutien aux arbitres : « L’arbitre est le garant du respect des règles […]. Sans respect de l’arbitre, il n’y a pas de jeu possible. » Ce personnage central de la pratique sportive, outre ses connaissances en matière de lois du jeu, doit son statut de pierre angulaire du jeu à ce qu’il garantit la justice du résultat dans la mesure où celui-ci est alors acquis, par sa seule présence, dans le respect des normes en vigueur. Et lorsque l’on critique l’arbitre, c’est uniquement parce que l’on considère que son interprétation des lois a modifié l’équilibre des forces ou bien que lui est fait un procès d’intention généré par les passions partisanes des acteurs et des spectateurs. Ainsi, quand les lois ou les normes n’ont pas été respectées, c’est l’arbitre que l’on accuse de ne pas avoir rendu une juste justice. Rares sont les condamnations des fauteurs de troubles ou des « bafoueurs » de lois ; les fautifs ne font que jouer avec les limites de l’acceptable, ne pas les rappeler à l’ordre reviendrait à entrouvrir les portes d’une dérive morale à laquelle le sport ne survivrait pas. Dans ces conditions, la préservation de l’édifice sportif repose sur sa capacité à contrecarrer les attaques subies par la morale sportive. C’est pourquoi l’arbitre, en tant que garant de cette morale, incarne l’éthique.

  • 10  D’un point de vue étymologique, le recours à la version anglaise nous rappelle l’origine du mot : (...)
  • 11  L’Équipe, mardi 22 mars 2005.
  • 12  Arrêt du tribunal correctionnel de Grenoble du 24 janvier 2003, lequel a condamné à deux mois de p (...)
  • 13  Voir le chapitre de P. Liotard, « L’éthique sportive : une morale de la soumission ? », dans M. At (...)

16Au sein de la pratique sportive, il est le référent10 moral. C’est dans cette acceptation que sa mission devient d’intérêt général. En effet, si la délégation de pouvoir ministérielle confère une mission de service public aux fédérations sportives, l’arbitre, en tant qu’il œuvre au respect des règles et à la morale sportive, s’inscrit pleinement dans ce rôle au service du public. « Ce personnage aussi indispensable au jeu11 » ne peut échapper à cette notion tant sa présence conditionne la tenue de tous les événements sportifs ; c’est d’ailleurs ce que retenait le tribunal correctionnel de Grenoble en reconnaissant l’arbitre comme « une personne chargée d’une mission de service public12 ». Mais ce qui justifierait cette reconnaissance passe essentiellement par son rôle dans la défense de l’éthique parce qu’il impose le respect des règles, parce qu’il oblige et punit, il instaure une éthique de la soumission13 puisque le jeu est placé sous son contrôle permanent.

  • 14  N. Elias, « La genèse du sport en tant que problème sociologique », dans N. Elias et É. Dunning, o (...)

17Défendre l’éthique est donc une mission de service public ; car ce qui se joue sur les terrains de sport, c’est une moralisation de la société. Et, dans ces conditions, l’arbitre se fait le relais de l’État. Il participe dans un espace donné à la formation des consciences autour d’une trame comportementale propre au sport mais dont les répercussions dépassent largement ce simple cadre. Ce qu’explique d’ailleurs Norbert Elias lorsqu’il écrit que « le niveau de civilisation des jeux de compétition et ses variations restent incompréhensibles si on ne les rapproche pas au moins du niveau général de violence socialement autorisé, de l’organisation du contrôle de la violence et, corrélativement, de la formation de la conscience dans les sociétés données14 ». Former les consciences à une éthique, voilà comment nous pouvons définir socialement le rôle de l’arbitre sportif. Cette démarche est centrale. L’imposition d’une règle suppose invariablement une délimitation comportementale et s’inscrit dans une logique sociale civilisatrice (ou prétendue telle). Par conséquent, elle repose sur un système de valeurs majoritairement accepté et dont la vocation est de s’étendre à tous dans un souci d’harmonie et de pacification des rapports humains.

  • 15  Propos repris dans Foot, samedi 4 octobre 2003.

18Parce que les règles sportives sont des règles sociales, l’arbitre participe au procès de civilisation et joue une double partition, ce que tend à accréditer le ministre des Sports, Jean-François Lamour, lorsqu’il déclare que « l’arbitre est, aux côtés des dirigeants et des éducateurs, la clé de voûte de la pratique sportive. Sans arbitrage, pas de sport. Reconnaissons l’engagement des arbitres et donnons-leur les outils pour leur permettre de bien réagir face à tout acte d’incivilité. […] Avant de leur apprendre un geste technique, apprenons aux jeunes un geste d’éthique : apprenons-leur le respect, celui de l’éducateur, celui de l’arbitre, celui des règles du jeu et des règles de la vie collective15. » Cette injonction ministérielle nous renseigne sur la définition politique du rôle de l’arbitre dans la mesure où s’opère un glissement hors stade de la fonction arbitrale. En effet, l’arbitre ne peut plus se contenter d’être un acteur sportif, il lui appartient désormais de répondre efficacement à tout acte d’incivilité. Ses compétences sportives s’étendent donc à la société civile puisque les incivilités sont aussi perçues comme des comportements antisportifs et vice versa.

  • 16  D. Rousseau, « La loi ? Un instrument de communication », Le Monde, vendredi 4 février 2005, p. 17

19Il s’agit alors véritablement d’une entreprise d’acculturation dont l’objectif est de moraliser et de normaliser des comportements et des individus. Le terrain de sport se situe alors au cœur de l’expérimentation et de la confrontation permanente à la règle et donc à l’éthique. La loi communique une certaine forme d’éthique mais ne se suffit pas à elle-même, « d’où l’importance des juges dans la construction de la normativité concrète du message législatif16 ».

  • 17  L’Équipe magazine, no 922, samedi 1er janvier 2000, p. 98.

20Et ce qui distingue le sport des autres activités sociales réside en ce qu’il repose sur un système de valeurs sans cesse revendiqué. Au final, ce qui compte vraiment dans la pratique sportive, c’est l’apprentissage d’une éthique. Voilà pourquoi est indispensable la présence d’un représentant de l’institution pour valider la transmission culturelle. Ce que résume Robert Badinter lorsqu’il déclare que « le sport n’est pas qu’activité physique, confrontation des énergies et des talents. Il est aussi maîtrise de soi, reconnaissance de l’autre et respect des règles du jeu. En un mot, le sport n’est pas seulement une pratique, il est aussi une éthique17

  • 18  J. Rawls, Théorie de la justice, Paris, Seuil, 1997, p. 115.

21Cette construction sociale participe inévitablement d’une démarche institutionnelle dont nous avons déjà perçu la logique politique notamment dans l’organisation du sport « à la française ». Aussi, il appert que cette entreprise de moralisation vise essentiellement à conforter l’institution et à respecter le sport. D’où ces appels incessants à respecter les arbitres dans leur fonction puisqu’ils représentent l’ordre, la loi et l’institution qui élabore ceux-ci, et parce qu’ils garantissent « le principe libéral de la juste (fair) égalité des chances18 », fondement même de la pratique sportive.

  • 19  L’Équipe, le 13 mars 2002.

22Dès lors, il n’est pas étonnant d’observer que les fédérations sportives s’inscrivent, au-delà de la réglementation qui contient déjà un certain nombre de principes moraux et éthiques, dans une démarche exclusivement dédiée à la défense de l’éthique. Ainsi, la Fédération française de football a instauré, en janvier 2002, un conseil national de l’éthique dont l’objectif est de protéger le football des dérives morales dont il est victime. Jean-Marc Butterlin y voit d’ailleurs « un ange venant chasser les démons19 ».

  • 20  Commission supérieure d’appel configuration amateur, réunion plénière du 19 mars 2004, Foot, suppl (...)
  • 21  Commission supérieure d’appel configuration amateur, réunion restreinte du 12 mars 2004, Foot, no  (...)

23Cette instance ne fait que s’ajouter à des structures dont l’objectif est de maintenir l’ordre moral : commission de discipline et autre commission supérieure d’appel sont autant de gardiens d’un temple qui se veut vertueux. Ainsi peut-on lire dans les attendus des décisions de ces commissions les propos suivants : « considérant qu’une telle attitude est inacceptable de la part d’un joueur de football, qu’elle est simplement inadmissible dans le cadre de rapports normaux et civilisés entre individus20 », ou encore « considérant que, dans sa responsabilité d’éducateur, M. Pascal X se doit d’être irréprochable et exemplaire, que son attitude donne aux joueurs et au public un exemple de contestation des décisions arbitrales qui est contraire à l’attitude qu’on est en droit d’attendre d’un éducateur21 ».

24Le sport se doit de montrer l’exemple de ce qu’est réellement une société civilisée. Ce faisant, il n’y est nullement question de remettre en cause le fonctionnement de cette société de la compétition. C’est dans cette logique que le recours à l’éthique est indispensable à l’institution sportive puisqu’il participe à la pérennisation d’un idéal (sociétal) et à la pérennisation d’un système de valeurs immuable. Respecter les règles et l’arbitre, organes structurant le sport et légitimant la hiérarchisation opérée par la compétition, tel est le projet social poursuivi sous l’appellation d’éthique sportive. Or, dans une société où le classement n’aurait pas la même importance, la définition d’une éthique serait-elle naturelle ou nécessiterait-elle également qu’une institution se l’approprie et l’impose comme modèle incontournable ?

L’éthique comme gardien du temple sportif : la préservation de l’ordre compétitif

25En tant que système de valeurs, le sport a vocation à promouvoir l’immobilisme. Il tire en effet une grande partie de sa légitimité morale du recours permanent à des principes séculaires dont personne ne saurait contester la nécessité sociale : égalité des chances, fraternité, équité, respect de l’adversaire, des lois, de l’arbitre, etc.

  • 22  J.-M. Brohm, Les meutes sportives. Critique de la domination, Paris, L’Harmattan, 1993, p. 435.

26Son impact sur le discours politique et les populations est tel qu’il s’agit véritablement d’une religion, « la seule véritable religion universelle laïque de masse22 », pour reprendre Jean-Marie Brohm. Or, nous considérons qu’il s’agit plus exactement d’une religion d’État dans la mesure où, comme nous l’avons déjà souligné, le sport constitue un outil politique majeur. Sa polymorphie lui confère une élasticité idéologique qu’aucun régime politique n’ignore : du totalitarisme fasciste au totalitarisme communiste, du libéralisme au socialisme, tous ont su puiser dans le sport les valeurs indispensables à la poursuite de leurs idéaux.

  • 23  L. Arnaud, « L’idéologie sportive comme facteur d’ordre : une analyse cognitive des politiques d’i (...)

27Ainsi, le recours à la morale sportive, outre sa perpétuation d’un idéal comportemental et civilisateur, perpétue une logique compétitive comme projet sociopolitique. À ce propos, Lionel Arnaud écrit qu’« en rassemblant les éléments les plus transposables de la culture universaliste, c’est-à-dire la technique moderne et la compétition, qui ne prêtent apparemment guère à contestation culturelle, l’idéologie sportive se présente comme une alliée efficace de l’ordre établi et, plus fondamentalement, des logiques de développement de nos sociétés modernes23 ».

  • 24  L’Équipe, le dimanche 24 avril 2005.

28Défendre une éthique sportive fondée sur un principe méritocratique et donc compétitif consiste tout simplement à participer à la vitalité de cette société et, corrélativement, à en assurer la préservation et la promotion. Il s’agit en fait d’instaurer des pare-feux alors même que cette société morale idéale se caractérise par un décalage permanent entre discours et actes, entre valeurs revendiquées et objectif final (créer de l’inégalité à partir d’une égalité des chances supposée). Le danger de cette logique compétitive réside en ce que celle-ci ne soit plus suffisamment cachée par un ensemble de valeurs moralisant le tout. L’intrusion du politique dans le champ sportif témoigne d’ailleurs de ce double discours qui, au final, traduit une prééminence de la logique compétitive et marchande du sport. À l’occasion d’un match comptant pour les quarts de finale de la coupe de France de football, opposant Boulogne-sur-Mer (club du championnat de France amateur, quatrième division) à Auxerre (club du championnat de France professionnel, première division), le maire de Boulogne-sur-Mer, Frédéric Cuvillier a écrit une lettre au ministre des Sports Jean-François Lamour, dans laquelle il regrette que certaines décisions de l’arbitre aient entraîné l’élimination du club boulonnais avec les « lourdes conséquences » (sous-entendu économiques) que l’on imagine et suggère l’utilisation de la vidéo en une sorte de « jurisprudence Boulogne [afin que] Boulogne soit la dernière équipe à subir un arbitrage inéquitable24 ». Ce qui est mis ici en avant ce n’est plus la justice sportive, ce sont les conséquences financières (et politiques) d’une injustice supposée. Or, l’intervention d’un représentant de l’État auprès d’un ministre pour modifier, non pas le résultat d’un match, mais le règlement d’une discipline sportive nous interpelle sur la nature même du sport, fût-il le plus populaire en France. Loin d’être une révolution, il s’agit en fait d’un processus d’acculturation sportive. Ainsi, que le premier magistrat d’une ville remette en cause l’arbitrage d’une compétition nous renseigne sur le degré d’imprégnation de la logique compétitive comme seul modèle de référence. Et ce n’est pas un hasard si l’arbitre est au cœur de ce débat ; car son rôle vise justement à garantir l’existence et la légitimité du principe méritocratique dont la traduction sportive passe par la compétition, le classement, la qualification ou l’élimination.

  • 25  J. Rawls, op. cit., p. 276.

29C’est en cela que l’arbitre occupe une place prépondérante dans le système sportif, il est à la fois l’éthique, la justice et dans le même temps celui qui consacre l’organisation compétitive du sport parce qu’elle se fonde sur ses jugements neutres et équitables. L’ordre des choses est ainsi respecté puisque tout système se défend de ses propres dérives par le recours au droit et à la justice. Et John Rawls d’ajouter qu’« afin d’avoir confiance dans la possession et l’exercice de [certaines] libertés, les citoyens d’une société bien ordonnée voudront normalement que l’État de droit soit maintenu25 ». Il en est ainsi de la société sportive qui, pour maintenir l’ordre sportif, utilise l’arbitre comme garant de sa propre moralité et de son éthique.

Conclusion

30Le recours à l’arbitre dans les activités sportives marque une étape majeure dans l’évolution des rapports sociaux au sein des pratiques ludiques. Il constitue même une révolution culturelle parce qu’il marque l’avènement de la production de performances comparables dans le temps et dans l’espace. En outre, il est le régulateur d’une société fondée sur une compétition permanente, sans lui l’équilibre des forces n’est plus assuré, sans lui la légitimité de la compétition s’effondre. En effet, elle ne saurait se poser en modèle social si elle ne fonctionnait pas autour de valeurs fondamentales à commencer par celle centrale de justice comme justification d’une hiérarchie humaine. Or, dans cette société méritocratique, l’arbitre instaure une éthique qui contribue à entériner les résultats et les classements et à pérenniser cet ordre sportif.

  • 26  Propos tenus lors du Forum national de l’arbitrage du jeudi 25 septembre 2003 et repris dans le jo (...)
  • 27  On lira d’ailleurs que le ministre de la Justice, Dominique Perben, prévoit pour les arbitres « le (...)

31Dès lors, le sport s’impose comme modèle sociétal non contestable : moral, moralisateur, juste, équitable, il se pare d’atours que les démocraties revendiquent à l’envi, à tel point qu’il devient une référence, un but à atteindre ; c’est pourquoi il constitue un outil politique à part entière. Aussi, les propos du président du Comité national olympique du sport français, Henri Sérandour, nous renseignent sur cette fonction politique puisque, selon lui, « le sport a avant tout un rôle social et participe à l’intégration et à la paix sociale26 ». L’arbitre devient alors un gardien de la paix sociale, ce qui corrobore notre analyse selon laquelle il remplit une mission de service public (au même titre que les policiers)27.

32Dans ces conditions, il faut considérer l’arbitre à la fois comme le représentant de l’éthique sportive au sens où il incarne une institution fondée sur cette philosophie et comme diffuseur de cette idéologie. Cette multifonction éthique nous interpelle sur le fait sportif qui cherche en permanence à justifier son existence et ses finalités. Cette quête de légitimité constitue en elle-même l’une des caractéristiques de l’institution sportive, elle oscille entre certitude de son bien-fondé et questionnement sur ses contradictions. Au cœur de ce débat existentiel, l’arbitre s’expose aux contradictions d’un système qu’il convient d’étudier pour mieux en cerner les contours et les enjeux. Rien d’étonnant de constater que cette fonction cristallise les tensions et les passions dans un univers sportif ouvert aux quatre vents de l’économie de marché, des médias, du social et de la politique.

Haut de page

Notes

1  Pour une analyse des valeurs du sport et de leur impact, on lira avec intérêt M. Attali (dir.), Le sport et ses valeurs, Paris, La Dispute, 2004.

2  Dans une interview au journal L’Équipe, le ministre français des Sports, Jean-François Lamour, rappelle que l’arbitre intervient « dans le cadre de la mission de service public déléguée aux fédérations » (L’Équipe, le mercredi 25 mai 2005).

3  Sur ce sujet lire notamment N. Elias et É. Dunning, Sport et civilisation. La violence maîtrisée, Paris, Arthème Fayard, 1994, et N. Elias, La civilisation des mœurs, Paris, Calmann-Lévy, « Agora Pocket », 1990 (1969).

4  Pour une analyse du principe méritocratique du sport, voir A. Ehrenberg, Le culte de la performance, Paris, Calmann-Lévy, 1991.

5  Nous reprenons ici une terminologie qui provient des travaux de F. Ost, Juge-pacificateur, juge-arbitre, juge-entraîneur. Trois modèles de justice, dans P. Gérard (dir.), Fonction de juger et pouvoir judiciaire : transformations et déplacements, Bruxelles, Facultés universitaires Saint-Louis, 1983, p. 1-70.

6  Ce texte reprend le code du sportif édicté par l’Association française pour un sport sans violence et pour le fair-play : «1 Se conformer aux règles du jeu ; 2 Respecter les décisions de l’arbitre ; 3 Respecter adversaires et partenaires ; 4 Refuser toute forme de violence et de tricherie ; 5 Être maître de soi en toutes circonstances ; 6 Être loyal dans le sport et dans la vie ; 7 Être exemplaire, généreux et tolérant. »

7  LFP Magazine, no 2, septembre 2002, p. 5.

8  Propos tenus lors du Forum national de l’arbitrage du 25 septembre 2003 et repris dans le journal Foot, samedi 4 octobre 2003.

9  Journal de l’Union nationale des arbitres de football. Parution Fédération française de football, mars 1995.

10  D’un point de vue étymologique, le recours à la version anglaise nous rappelle l’origine du mot : referee, celui auquel on se réfère.

11  L’Équipe, mardi 22 mars 2005.

12  Arrêt du tribunal correctionnel de Grenoble du 24 janvier 2003, lequel a condamné à deux mois de prison avec sursis le capitaine de l’équipe de football de Villard-Bonnot dans l’Isère coupable d’avoir insulté et blessé un arbitre au cours d’un match. Le tribunal a retenu « la circonstance aggravante de violence sur une personne chargée d’une mission de service public ».

13  Voir le chapitre de P. Liotard, « L’éthique sportive : une morale de la soumission ? », dans M. Attali (dir.), op. cit., p. 117-156.

14  N. Elias, « La genèse du sport en tant que problème sociologique », dans N. Elias et É. Dunning, op. cit., p. 196.

15  Propos repris dans Foot, samedi 4 octobre 2003.

16  D. Rousseau, « La loi ? Un instrument de communication », Le Monde, vendredi 4 février 2005, p. 17.

17  L’Équipe magazine, no 922, samedi 1er janvier 2000, p. 98.

18  J. Rawls, Théorie de la justice, Paris, Seuil, 1997, p. 115.

19  L’Équipe, le 13 mars 2002.

20  Commission supérieure d’appel configuration amateur, réunion plénière du 19 mars 2004, Foot, supplément procès-verbaux, no 666, 24 avril 2004.

21  Commission supérieure d’appel configuration amateur, réunion restreinte du 12 mars 2004, Foot, no 666, 24 avril 2004.

22  J.-M. Brohm, Les meutes sportives. Critique de la domination, Paris, L’Harmattan, 1993, p. 435.

23  L. Arnaud, « L’idéologie sportive comme facteur d’ordre : une analyse cognitive des politiques d’intégration par le sport à Lyon et à Birmingham », dans J.-C. Basson (dir.), Sport et ordre public, Paris, Institut des hautes études de la sécurité intérieure et La Documentation française, 2001, p. 122-123.

24  L’Équipe, le dimanche 24 avril 2005.

25  J. Rawls, op. cit., p. 276.

26  Propos tenus lors du Forum national de l’arbitrage du jeudi 25 septembre 2003 et repris dans le journal Foot, samedi 4 octobre 2003.

27  On lira d’ailleurs que le ministre de la Justice, Dominique Perben, prévoit pour les arbitres « le même bouclier juridique que celui dont bénéficient les policiers » (L’Équipe, mercredi 25 mai 2005).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tony Chapron , « L’arbitre et ses fonctions éthiques », Éthique publique [En ligne], vol. 7, n° 2 | 2005, mis en ligne le 18 septembre 2015, consulté le 27 mars 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/1945 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.1945

Haut de page

Auteur

Tony Chapron

Tony Chapron est titulaire d’un diplôme d’études approfondies (DEA) en sciences et techniques des activités physiques et sportives (STAPS) et arbitre de football dans les championnats professionnels français.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org