Navigation – Plan du site
Enjeux éthiques et contraintes sportives

L’École Sport-Études et la question du dopage

Sébastien Fyfe

Résumés

L’École Sport-Études a été l’instigatrice de plusieurs projets liant le sport et l’éthique. Après une présentation de l’historique et de la mission de l’École Sport-Études, cet article résume le cours de philosophie de niveau collégial offert aux athlètes-étudiants de l’école. Il en présente les principaux thèmes et les principales questions traités qui visent le développement du jugement des étudiants concernant les rapports entre l’éthique, le sport et le dopage. Il décrit également les grandes lignes de la pensée de quelques philosophes qui se sont intéressés à la morale et dont les idées peuvent éclairer les rapports entre le sport et l’éthique.

Haut de page

Texte intégral

1L’École Sport-Études a pour mission de favoriser la poursuite des études des athlètes québécois de haut niveau. Si l’entraîneur veille au développement physique des athlètes, l’École Sport-Études s’assure de leur développement intellectuel le plus complet. Pour bien jouer son rôle, l’École doit connaître les difficultés liées à la conciliation du sport de haut niveau et des études supérieures, mais elle doit aussi considérer les problématiques qui touchent particulièrement la pratique sportive en tant que telle. Le dopage constitue l’une des principales de celles-ci, si bien qu’il est du devoir de l’École Sport-Études de s’y intéresser. Après avoir brièvement présenté l’historique et la mission de l’École Sport-Études, ce texte résumera le cours de philosophie de niveau collégial portant sur l’éthique et le dopage, qui est offert depuis peu aux étudiants de l’École Sport-Études.

Historique et mission de l’École Sport-Études1

  • 1  Ce chapitre est constitué d’extraits du document préparé par Guy Herbert intitulé L’École Sport-Ét (...)
  • 2  Commission des programmes d’élite, Vers l’excellence. Plan de développement de l’élite sportive qu (...)
  • 3  R. Dubuisson, Notes résumées sur le programme sport-études à l’intention des cégeps impliqués, sep (...)

2Dans la foulée des jeux olympiques tenus à Montréal en 1976, l’État québécois a pris un certain nombre d’initiatives visant à développer une élite sportive tout en prenant en compte les exigences de scolarisation des athlètes. Cette préoccupation de concilier le développement d’une élite sportive et la réussite des études était réaffirmée par la Société des sports du Québec dans un document intitulé Vers l’excellence2. Ce plan met en avant l’idée d’une solution fondée sur la collaboration entre les différents ministères concernés. C’est dans cet esprit que la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) demandait à son président, M. Guy Morissette, de trouver « une solution permanente au problème de conciliation entre la pratique du hockey et la poursuite des études, particulièrement au niveau collégial3 ». Il s’agissait de répondre aux critiques, entre autres celles des médias, dont était objet la ligue relativement aux résultats scolaires des joueurs. Monsieur Morissette a alors formé un comité dont la mission est de proposer un modèle pédagogique applicable à la LHJMQ.

  • 4  Ibid.
  • 5  Le néologisme « athlète-étudiant » est utilisé pour qualifier le double statut des jeunes inscrits (...)

3La direction des services pédagogiques du cégep Saint-Jean-sur-Richelieu a pris l’initiative de présenter « à la LHJMQ un projet d’encadrement académique des joueurs de hockey supporté par une structure provinciale de coordination afin d’assurer la qualité des apprentissages réalisés dans ce cadre et la reconnaissance collégiale et universitaire4 ». La LHJMQ a accepté avec enthousiasme la solution proposée pour l’encadrement scolaire de ses joueurs de niveau collégial. L’École Sport-Études était alors, dans les faits, née. Au trimestre d’automne 1985, cent soixante-neuf étudiants francophones furent inscrits, dont cent trente-six joueurs de la LHJMQ, majoritairement dans les programmes préuniversitaires de sciences humaines, sciences pures ou techniques administratives ; le projet incluait un volet d’intégration des athlètes de niveau collégial des autres fédérations sportives. Ces cent soixante-neuf athlètes-étudiants5 étaient inscrits dans six collèges partenaires de l’École. En deux décennies, plus de cinq mille athlètes-étudiants ont bénéficié de ses services. L’École est maintenant associée à vingt-deux cégeps et sept universités qui se répartissent entre cinq cents et six cents athlètes-étudiants par trimestre. Ces jeunes femmes et jeunes hommes proviennent de quarante-deux fédérations sportives reconnues par le secrétariat au Loisir et au Sport du gouvernement du Québec.

4En offrant des services adaptés d’encadrement pédagogique aux athlètes québécois de haut niveau, l’École Sport-Études contribue à rendre plus accessibles les études à cette clientèle particulière car elle met ainsi en place des conditions favorables à leur réussite sportive aussi bien que scolaire. En donnant aux athlètes de haut niveau les moyens de concilier sport et études, l’École leur permet d’investir dans la préparation de leur avenir professionnel.

5L’École Sport-Études veut offrir aux athlètes-étudiants les services les plus à même de répondre à leurs besoins et de faciliter leur adaptation aux exigences du monde scolaire. Cet engagement à leur endroit se fonde sur les principes suivants : l’accessibilité à des études supérieures pour les athlètes de haut niveau du Québec ; la réussite dans leurs études et l’excellence de leurs résultats ; l’intégration des athlètes-étudiants dans leur milieu et le développement d’un sentiment d’appartenance à l’École ; la coordination et l’efficacité des actions ; la solidarité des partenaires ; la concertation des acteurs concernés ; l’harmonisation des services, tout en respectant la culture des organisations.

6L’ensemble des partenaires qui composent l’École Sport-Études doivent partager cette mission et ces principes et s’engager à les respecter dans leur champ de compétence. Le partage de cette vision de la formation des athlètes-étudiants et de la compréhension de leurs besoins est la condition sine qua non de l’efficacité de leur action.

Le rapport entre l’éthique, le sport et le dopage à l’École Sport-Études

  • 6  Y. Boisvert et É. de Léséleuc (dir.), Éthique du sport : débat actuel et tendances, analyse des di (...)

7À titre de gestionnaire du projet de recherche « Dopage et performance sportive : réflexion éthique sur une double contrainte », l’École Sport-Études a collaboré à divers travaux concernant l’éthique et le sport. D’abord, elle a été partenaire dans la production d’un rapport de recherche intitulé L’éthique du sport : débat actuel et tendances et dirigé par Yves Boisvert et Éric de Léséleuc6. L’École a également collaboré au projet de recherche de Suzanne Laberge, du département de kinésiologie de l’université de Montréal, qui visait à mieux connaître les positions éthiques de la population québécoise concernant le dopage sportif. Le projet auquel nous nous attarderons plus précisément ici est celui d’un cours de philosophie de niveau collégial destiné aux athlètes-étudiants de l’École Sport-Études.

  • 7  Le contenu de la deuxième partie de notre article est donc entièrement redevable à Jocelyne Rioux (...)

8Afin d’offrir aux athlètes-étudiants une formation pédagogique liée à leur mode de vie, l’École Sport-Études a mis sur pied, en collaboration avec le Cégep@distance, un cours de philosophie qui s’intéresse au rapport entre l’éthique et le sport : « Éthique et politique : dopage et performance sportive, réflexion éthique sur une double contrainte ». À l’automne 2005, les athlètes-étudiants de niveau collégial ont pu le choisir comme troisième cours obligatoire de philosophie. Le manuel du cours a été réalisé par Madame Jocelyne Rioux, qui enseigne la philosophie au cégep Lionel-Groulx7. Dans ce qui suit, nous résumons les principaux thèmes abordés dans le manuel qui guidera la réflexion des étudiants inscrits à ce cours. Nous présentons également quelques-unes des questions qui seront posées aux étudiants afin qu’ils approfondissent leur compréhension des problématiques éthiques liées à la pratique sportive et au dopage.

  • 8  H. Jonas, Le principe responsabilité, Paris, Cerf, 1995, p. 41-42.

9Dans la première partie du manuel, on fait d’abord référence au livre de Hans Jonas, Le principe responsabilité. Les étudiants pourront établir un lien entre le raffinement des méthodes de dopage dans le sport et le développement de la technique dans la société. Pour Jonas, la promesse de la technique moderne s’est inversée en menace : « Chaque fois que nous contournons […] la voie humaine du traitement des problèmes humains et que nous la remplaçons par le court-circuit d’un mécanisme impersonnel, nous avons enlevé quelque chose à la dignité de l’ipséité personnelle et nous avons fait un pas de plus sur le chemin qui mène des sujets responsables à des systèmes de comportement programmés8. » Ce constat général peut être associé plus particulièrement au milieu sportif. En effet, quand on améliore sa performance sportive par des substances chimiques et que cela se pratique à une grande échelle, il y a un risque de voir des athlètes ressembler de plus en plus à des systèmes programmés. Ainsi, quelque chose de précieux se perd : le mérite personnel, les traits typiquement humains.

  • 9  S. Milgram, Soumission à l’autorité, Paris, Calmann-Levy, 1974.

10Les étudiants devront également réfléchir sur l’expérience de Milgram concernant la soumission à l’autorité9 et sur l’hypothèse émise par le psychologue et philosophe Lawrence Kohlberg par rapport à cette question. Après une brève présentation de l’expérience effectuée par Milgram pour déterminer les mécanismes de soumission à l’autorité, on discutera des notions de jugement, de libre arbitre et de dilemme moral. Aussi, on suggérera que l’obéissance n’est pas mauvaise en soi et que diverses situations peuvent nous pousser à donner notre pleine confiance à une personne en position d’autorité. C’est souvent le cas pour un élève envers son professeur et pour un athlète envers son entraîneur. Toutefois, l’obéissance aveugle ne saurait être acceptable.

  • 10  L. Kohlberg, The Philosophy of Moral Development, San Francisco, Harper & Row, 1981.

11Lawrence Kohlberg a appliqué sa théorie des stades du développement moral à l’expérience de Milgram10. Il a ainsi conclu qu’une personne qui a atteint un niveau de développement moral supérieur cessera d’obéir plus rapidement à des ordres qui vont à l’encontre de son jugement. Elle se situe alors au stade des principes universels et comprend qu’il faut se raviser et revenir sur ses engagements, si le contrat qui la lie à une autorité quelconque s’avère cruel et injuste. Pour Kohlberg, c’est la justice, principe universellement valide, qui fonde la morale. C’est la justice qui doit guider toutes nos décisions, nous permettre de trancher nos dilemmes moraux. À ce propos, on discutera la position de Martin Luther King concernant les deux types de lois : les justes et les injustes. Pour le célèbre défenseur des droits des Noirs, « toute loi qui rehausse la personnalité humaine est juste, toute loi qui la dégrade est injuste ». Des lois régissent la vie en société comme les règlements régissent la pratique sportive. Ces règlements sont-ils toujours justes ? Doit-on toujours y obéir ? On espère que le cours qu’ils suivront aidera les étudiants à porter une réflexion éthique sur ces questions, et plus particulièrement à mettre en perspective l’utilisation de produits dopants et de manœuvres interdites dans le cadre de leur pratique sportive.

12Martin Luther King départage les lois justes des lois injustes en fonction de leur effet sur la personne. Mais comment peut-on départager les bonnes valeurs des mauvaises valeurs ? Les étudiants pourront approfondir cette question en analysant les notions d’axiologie, de jugement de valeur et de relativisme moral. De plus, en suivant la pensée de Max Weber, ils verront dans quelle mesure on peut associer la science à l’objectivité et les jugements de valeur à la subjectivité. On invitera par ailleurs les étudiants à prendre position par rapport aux valeurs que l’on associe généralement au sport : discipline, abnégation, dépassement de soi, désir de vaincre, paix, esprit sportif, etc.

13Une partie du cours sera consacrée à certaines idées élaborées par des penseurs ayant fortement marqué le monde occidental : Jean-Jacques Rousseau, Emmanuel Kant et John Stuart Mill. En suivant la pensée que Rousseau a développée dans son Contrat social, les étudiants tenteront de comprendre la nature du pacte permettant aux hommes de vivre en société. Ils verront en quoi la liberté civile est supérieure à la liberté naturelle. Aussi, on leur demandera de comparer le pacte social au pacte sportif, le premier visant le bien commun à travers le sens de la justice, le second, la victoire obtenue à travers le sens du fair-play. Cette idée de 2 suggère que l’on ne doit pas chercher la victoire à tout prix, qu’une victoire n’est valable que si elle est réalisée sans tricher, dans le respect de l’adversaire et des règles du jeu.

14La philosophie de Kant permet aussi d’éclairer les problèmes éthiques liés à la pratique sportive. En discutant des idées décrites dans les Fondements de la métaphysique des mœurs, les étudiants prendront connaissance de ce qu’on peut considérer comme un idéal, un guide pour s’assurer de la moralité de nos actions. Kant propose une philosophie qui dépasse l’égoïsme et affirme la primauté de la dignité humaine : nos actions doivent être accomplies en fonction du respect de l’intégrité de notre humanité et de celle d’autrui. De plus, l’humanité doit être considérée toujours comme une fin, jamais simplement comme un moyen. On verra que ces règles s’appliquent évidemment aussi aux athlètes qui sont avant tout des êtres humains. Par exemple, on demandera aux étudiants quels aspects de la pensée de Kant permettraient de condamner, d’un côté, l’utilisation de produits dopants mais aussi, de l’autre, la lutte effrénée contre le dopage.

15Afin de dresser aux étudiants un portrait diversifié des philosophies qui ont traité de la morale, le cours proposera une théorie rivale du kantisme : l’utilitarisme de John Stuart Mill. Ils verront que si Kant considère que les devoirs moraux sont inconditionnels et qu’une loi objective et universelle les régit, Mill soutient plutôt qu’il ne faut pas évaluer les actions en soi, mais en fonction de leurs résultats. L’utilitarisme analyse les actions humaines selon leur impact sur le bonheur des hommes. Il vise le plus grand bonheur pour le plus grand nombre et tente d’harmoniser les intérêts individuels et les intérêts collectifs. Il valorise la liberté individuelle et la quête du bonheur, mais pas à n’importe quel prix. Pour s’assurer de leur compréhension, on demandera donc aux étudiants de développer une position utilitariste par rapport au dopage. En défendant la liberté individuelle, est-ce que Mill encourage la prise de produits dopants, si cela peut améliorer nos performances et ainsi nous rendre plus heureux ? Mais le dopage n’entraîne-t-il pas nécessairement des conséquences qui vont au-delà de la personne qui se dope et affectent également ses adversaires ?

16Bien que Rousseau, Kant et Mill aient des conceptions et des théories différentes, on peut affirmer que ces trois philosophes situent la justice et la morale très haut dans leur échelle de valeurs. En présentant aux étudiants le point de vue de Nietzsche sur la morale, ceux-ci seront confrontés à une conception tout à fait différente de l’être humain. Avec Nietzsche, qui annonce la mort de Dieu, c’est-à-dire l’abandon des vérités éternelles, des mondes suprasensibles, on assiste à un renversement radical de la philosophie occidentale, de Socrate à Kant. Il veut ainsi nous rapprocher de notre existence terrestre, de nos passions trop longtemps étouffées par l’Église et par la crainte du jugement dernier. Les passions humaines telles la sensualité, l’orgueil et le désir de vengeance ne doivent pas être anéanties ; elles doivent être sublimées, esthétisées. La pitié, la patience et la culpabilité qui sont au cœur du message de l’Église constituent pour Nietzsche des signes de faiblesse. La force est du côté de celui qui manifeste sa volonté de puissance, qui affirme son pouvoir créateur. Le fort, c’est l’artiste qui sublime ses passions, mais n’est-ce pas aussi l’athlète qui démontre avec fierté sa puissance ? De plus, chez Nietzsche, la raison, qui a toujours eu le premier rôle en philosophie, cède sa place au corps. C’est le corps qui devient le point de départ du soi véritable, c’est lui qui sait mieux que la raison ce qui convient à la vie. La pensée nietzschéenne nous réconcilie avec nos sens et nos passions, mais nous plonge-t-elle dans un vide éthique ? Est-ce que tout est permis pour favoriser la volonté de puissance ? Est-ce que tout est permis pour atteindre la victoire ?

17Dans les sociétés occidentales, la mort de Dieu et des valeurs éternelles annoncée par Nietzsche semble s’être concrétisée au vingtième siècle. Nous sommes passés d’une société homogène à une société éclatée, où l’échelle des valeurs n’est plus dictée par une autorité unique. En conséquence on assiste, d’une part, à une valorisation de l’individu et à un respect de la différence, et, d’autre part, à une perte du sens de la vie qui peut conduire certaines personnes à la dépression. Pour mieux comprendre cette nouvelle civilisation où sévit une crise des valeurs, on exposera aux étudiants quelques idées issues de la pensée de Gilles Lipovetsky. Ce professeur de philosophie estime que notre civilisation, qu’il qualifie de postmoraliste, vénère la jouissance immédiate et abhorre le devoir. Il considère que le monde du sport participe à cette négation de la morale en ne valorisant plus que l’émotion corporelle et le plaisir. Et la lutte antidopage serait, selon lui, non pas une démarche visant à moraliser le sport, mais une tactique pour s’assurer que le sport demeure associé aux valeurs prônées par la société de consommation : compétition, performance, etc. Les étudiants seront évidemment invités à commenter cette conception, qui peut paraître pessimiste, de la société et du sport.

18Loin du cynisme postnietzschéen, John Rawls a tenté de porter à un niveau d’abstraction supérieur la théorie du contrat social de Rousseau. Son but n’est pas de dénigrer la société actuelle, mais de proposer une conception de la justice acceptable pour tous. Pour Rawls, la justice est la première vertu des institutions sociales, et si on découvre qu’une institution est injuste, il faut la réformer, même si elle est efficace. Rawls accepte que des inégalités soient parfois inévitables, mais celles-ci ne doivent pas exister aux dépens des moins favorisés. Est-ce que cela signifie que l’excellence ne doit pas être valorisée ? Que le sport d’élite ne doit pas être encouragé pour que soit mieux favorisée la participation ? Nous laisserons les étudiants répondre en leur rappelant que Rawls ne nie pas l’existence du désir de dépassement, mais qu’une société juste doit d’abord se fonder sur le respect de soi et de l’autre.

  • 11  K. O. Apel, L’éthique à l’âge de la science, Lille, Presses universitaires de Lille, 1987, p. 60-6 (...)

19L’idée de respect est aussi au cœur de l’argumentation de Karl Otto Apel, qui est étudiée dans le neuvième chapitre du manuel. Comme de nombreux philosophes du vingtième siècle, Apel a été fortement marqué par l’explosion de la bombe atomique. L’avènement de l’arme nucléaire démontre que les progrès scientifiques peuvent conduire à des atrocités et remet entre les mains de quelques individus le destin de toute l’humanité. Cela fait apparaître de nouvelles problématiques éthiques auxquelles Apel tente de répondre par l’idée d’une responsabilité solidaire. En d’autres termes, il souhaite ouvrir la voie à une macroéthique valable pour l’humanité entière11. Cette éthique universelle reposerait sur une discussion authentique entre les personnes fondée sur quelques principes fondamentaux : ne pas mentir (solidarité), considérer ses interlocuteurs comme des personnes à égalité de droit (justice), prendre en considération les besoins de tous et rechercher des solutions (coresponsabilité).

  • 12  P. de Coubertin, Textes choisis, tome I, Révélations, Zurich et New York, Hildesheim et Weidmann, (...)
  • 13  K. O. Apel, Discussion et responsabilité, Paris, Cerf, 1996, p. 163.

20Le dixième chapitre, qui est également la conclusion, donne une réponse à une des principales questions du cours : le sport a-t-il une portée éthique ? Sur cette question, les étudiants analyseront la position de Pierre de Coubertin, instigateur des jeux olympiques modernes. Cet aristocrate considérait le sport comme une école de vie, développant à la fois le corps et l’esprit, mais il n’établissait pas de lien direct avec la morale. Selon lui, pour que le sport devienne l’« adjuvant direct » de la morale, « il faut qu’on lui assigne un but réfléchi de solidarité qui l’élève au-dessus de lui-même12 ». Mais cela ne signifie pas que le sport n’a pas de portée éthique. En continuant d’approfondir la pensée de K. O. Apel, les étudiants remarqueront que certaines des notions qui régissent le sport, telles l’honnêteté et la justice, se retrouvent aussi au cœur de l’éthique de la discussion telle que définie par le philosophe allemand. Ainsi, les idées de loyauté et de respect des règles du jeu peuvent rapprocher le sport de la morale. Mais, selon Apel, la portée éthique du sport s’exprime plus fortement dans la considération mutuelle que se témoignent les athlètes : « On devrait néanmoins méthodologiquement partir de l’idée selon laquelle la reconnaissance mutuelle que se témoignent les sportifs se détermine normativement à travers la force d’obligation intersubjective qu’exercent les règles du jeu pour concourir à la victoire13. » Le respect des règles est un devoir qu’acceptent d’accomplir les sportifs parce qu’ils reconnaissent la valeur de leurs adversaires et parce que la victoire n’a de sens que si elle est remportée dans des circonstances justes qui confèrent à tous les participants l’égalité des chances.

21Apel pousse encore plus loin le rapport entre sport et éthique en proposant le sport comme modèle d’une morale universaliste et en faisant du sport une étape de l’évolution de l’homme. Selon lui, le sport sublime la pulsion d’agression des êtres humains en les faisant participer à des compétitions régies par des règles justes. Et idéalement, en rappelant à tous les hommes les valeurs de paix, d’équité et de loyauté qui sont prônées lors des rencontres sportives internationales, le sport de haute performance peut avoir une « fonction anthropologique évolutive ». Cela signifie que le sport participe au progrès humain en encourageant la discussion plutôt que les conflits, la compétition loyale et pacifique plutôt que la guerre. Si l’on croit comme Apel que le sport véhicule avec lui ces valeurs de loyauté, de justice et de paix, il est sans doute nécessaire de protéger son intégrité. Et c’est justement l’intégrité du sport qui est menacée par le dopage. En suivant la pensée d’Apel, on pourrait croire que des discussions rationnelles entre tous les intervenants intéressés par le sport permettraient de résoudre le problème du dopage.

22L’École Sport-Études offre différents services aux athlètes de haut niveau du Québec afin de favoriser le succès de leurs études. En créant un cours de philosophie de niveau collégial portant sur l’éthique, le sport et le dopage, l’École espère permettre à ses étudiants de développer leur jugement et leur discernement par rapport à divers problèmes éthiques liés au sport. L’un des principaux problèmes qui affectent le sport de haut niveau est le dopage et nous croyons que la pensée des philosophes qui sont présentés dans ce cours guidera la réflexion des athlètes-étudiants à ce sujet. En prenant connaissance que de grands philosophes ont développé des concepts qui peuvent éclairer les liens entre la morale et le sport, les athlètes-étudiants verront que la pratique sportive de haut niveau peut conduire à des questionnements éthiques qui méritent que l’on s’y attarde sérieusement.

Haut de page

Notes

1  Ce chapitre est constitué d’extraits du document préparé par Guy Herbert intitulé L’École Sport-Études : état de la situation, 20 ans après et Plan stratégique de développement 2005-2008, juin 2005.

2  Commission des programmes d’élite, Vers l’excellence. Plan de développement de l’élite sportive québécoise, Société des sports, présenté au ministre du Loisir, de la Chasse et de la Pêche, Québec, août 1983.

3  R. Dubuisson, Notes résumées sur le programme sport-études à l’intention des cégeps impliqués, septembre 1985.

4  Ibid.

5  Le néologisme « athlète-étudiant » est utilisé pour qualifier le double statut des jeunes inscrits à l’École Sport-Études. En effet, un jeune ne peut être admis à celle-ci s’il ne répond pas aux deux conditions suivantes : être identifié par la direction du sport et de l’activité physique du secrétariat au Loisir et au Sport dans l’une ou l’autre des catégories « Excellence », « Élite », « Relève », ou par une fédération sportive dans la catégorie « Espoir », et répondre aux conditions d’admission du règlement sur le régime des études collégiales (RREC). Il est donc nécessairement à la fois « athlète » et « étudiant ».

6  Y. Boisvert et É. de Léséleuc (dir.), Éthique du sport : débat actuel et tendances, analyse des discours institutionnels, Montréal et Montpellier, Laboratoire d’éthique publique, ENAP INRS-chaire Fernand-Dumont et Équipe corps et culture, UFR STAPS, université de Montpellier I, 2003.

7  Le contenu de la deuxième partie de notre article est donc entièrement redevable à Jocelyne Rioux et notre résumé ne peut malheureusement pas rendre justice à l’ampleur et à la qualité de son travail.

8  H. Jonas, Le principe responsabilité, Paris, Cerf, 1995, p. 41-42.

9  S. Milgram, Soumission à l’autorité, Paris, Calmann-Levy, 1974.

10  L. Kohlberg, The Philosophy of Moral Development, San Francisco, Harper & Row, 1981.

11  K. O. Apel, L’éthique à l’âge de la science, Lille, Presses universitaires de Lille, 1987, p. 60-61.

12  P. de Coubertin, Textes choisis, tome I, Révélations, Zurich et New York, Hildesheim et Weidmann, 1986, p. 399.

13  K. O. Apel, Discussion et responsabilité, Paris, Cerf, 1996, p. 163.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Fyfe , « L’École Sport-Études et la question du dopage », Éthique publique [En ligne], vol. 7, n° 2 | 2005, mis en ligne le 18 septembre 2015, consulté le 20 août 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/1939 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.1939

Haut de page

Auteur

Sébastien Fyfe

Sébastien Fyfe est adjoint aux communications à l’École Sport-Études.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org