Navigation – Plan du site
Enjeux éthiques et contraintes sportives

Le corps aux limites de l’acceptable : éthique médicale et éthique sportive

Raphaël Homat

Résumés

L’homme dispose de plus en plus de moyens sophistiqués pour intervenir sur le corps humain. Ces pouvoirs concernent la prophylaxie, la thérapie, l’esthétisme ou encore la performance sportive. Cet article présente les problèmes que peuvent poser ces progrès scientifiques dans les domaines médicaux et sportifs au regard de ce que préconisent leurs éthiques respectives. Il examine ensuite la façon dont ces deux univers construisent, de façon spécifique, mais sous couvert de l’éthique, les limites de l’acceptable en ce qui concerne l’intervention scientifique sur le corps humain.

Haut de page

Texte intégral

1Dans ce travail, nous souhaitons présenter la façon dont les nouvelles possibilités d’intervention sur le corps humain sont envisagées dans les domaines médicaux et sportifs. Nous tiendrons compte également du fait que dans ces deux univers les autorisations et les restrictions de manipulations sont légitimées par l’éthique, tantôt médicale, tantôt sportive.

  • 1  M. Gamerre, « Le médecin face aux nouveaux pouvoirs de la médecine », Philosophie, éthique et droi (...)

2Nul ne peut nier les progrès scientifiques de ces dernières années et ainsi les nouvelles possibilités d’intervention sur l’humain. Corollairement, l’homme accroît son pouvoir sur la nature. Cela se vérifie dans les domaines expérimentaux, prophylactiques, thérapeutiques et celui du bien-être. En effet, il est maintenant possible d’effectuer des procréations médicalement assistées de plus en plus efficaces, de détecter le développement potentiel de maladies de plus en plus tôt, de changer de poitrine, de modifier son aspect physique. Bref, comme le soulignait Marc Gamerre il y a déjà huit ans : « La médecine actuelle se caractérise par le sentiment de sa toute-puissance, que partagent de nombreux médecins et une large part de la population1

  • 2  J. Duchateau, « Principes de base de l’électrostimulation musculaire et recrutement des différents (...)
  • 3  G. Millet et B. Roels, « Les méthodes d’entraînement en hypoxie », dans J.-C. Chatard (dir.), Lutt (...)

3Au niveau sportif également, les évolutions scientifiques sont utilisées afin d’améliorer le « quotidien » des compétiteurs. Il leur est possible de recourir à des électrostimulations qui sont complémentaires aux exercices de contractions volontaires et permettent également un gain de force2. Dans le même ordre d’idées, nous pouvons mentionner les caissons hypobares. Cette technologie est utilisée par certains sportifs afin de simuler des séjours en altitude et augmenter ainsi le nombre de globules rouges favorisant le transport de l’oxygène dans le sang. Nous savons l’enjeu de cet élément physiologique dans les sports d’endurance comme le cyclisme. Millet et Roels y voient d’ailleurs dans le futur « une alternative majeure face à l’utilisation du dopage à l’EPO3 ».

4Au travers des quelques exemples mentionnés, nous constatons l’importance qu’a l’évolution scientifique dans les domaines médicaux et sportifs : elle contribue à leur développement. Elle permet dans les deux cas de repousser des limites qui nous paraissaient infranchissables il y a peu.

5Cependant, toutes les possibilités théoriques réalisables actuellement ne se voient pas mises en pratique malgré ce qu’elles pourraient avoir de bénéfique. Compte tenu de certaines lois, normes sociales ou encore croyances religieuses, tout n’est pas accepté. Le clonage génétique ou les implants tendineux préventifs pour les sportifs ayant des pratiques où les contacts sont importants et fréquents sont interdits dans les deux champs que nous observons.

6Avant d’étudier la régulation de ces nouvelles possibilités dans le sport, il nous semble important de rappeler la façon dont sont présentés, en médecine et en sport, les risques auxquels exposent une expérimentation et une mise en pratique sans contrôle.

Quels problèmes peuvent poser ces nouvelles possibilités ?

7Avec les pouvoirs nouveaux de la médecine, l’homme devient une sorte de Dieu pouvant décider de l’évolution de la race humaine, en marquant de son empreinte la nature de façon de plus en plus conséquente.

  • 4  Voir l’avis no 3 du Comité consultatif national d’éthique datant du 23 octobre 1984.
  • 5  H. Alexandre, « L’embryon humain : sujet ou objet ? », Bioéthique : Jusqu’où peut-on aller ?, Brux (...)

8La procréation médicalement assistée en est un exemple. Dès 1984, en France, le Comité consultatif national d’éthique4 se prononce en faveur de l’utilisation de cette technique afin de permettre à des personnes stériles de devenir parents biologiques. Depuis 1992, il est possible, lorsque cela est nécessaire, d’effectuer une injection directe d’un seul spermatozoïde dans le cytoplasme de l’ovocyte. Cette technique nécessite donc de choisir le spermatozoïde. La sélection est faite par le scientifique selon des critères de taille, de forme et de mobilité. Nous voyons là que l’intervention scientifique est plus importante. La science centralise toutes les espérances, prenant ainsi la place de la religion. Alors que le Vatican refuse l’intervention de la science dans le domaine de la procréation, notamment au travers de l’Instruction sur le respect de la vie humaine et la dignité de la procréation (1987), où il est conseillé aux couples ne pouvant avoir d’enfants d’offrir leur souffrance à Dieu ou d’adopter des enfants du tiers monde, Henri Alexandre voit en la science une certaine émancipation de l’homme par rapport aux croyances religieuses ou « personnelles » : « Il est bon de rappeler cependant que, dans le cas particulier de l’espèce humaine, un zygote seulement sur quatre devient effectivement un être humain et qu’il peut, par ailleurs, lui arriver d’être à l’origine de deux, trois, voire quatre individus identiques. Quel crédit peut-on dès lors accorder à la formule dogmatique selon laquelle l’embryon est un être humain dès sa conception5 ? » En discréditant ces croyances, l’homme, par l’intermédiaire de la science, prend en main son destin.

  • 6  A. Marcellini, « Réparation des corps “anormaux” et des handicaps », Quasimodo, « Modifications co (...)

9Un autre exemple peut montrer la place croissante que prend la science dans le développement de l’espèce humaine. Depuis les années 1970, il est possible d’effectuer des tests prénataux afin de dépister d’éventuelles pathologies. Ces informations sont transmises aux parents qui, en cas d’anomalie particulièrement grave, peuvent à tout moment de la grossesse décider d’une interruption médicale. Les tests prénataux sont de plus en plus performants ; il est par exemple possible de dépister le développement de maladies graves survenant aux alentours de quarante ans comme la chorée d’Huntington. Que décident les parents ? Que décideront-ils lorsqu’il sera possible de dépister la maladie d’Alzheimer ? Anne Marcellini interroge ces possibilités croissantes : « Le pouvoir de déceler de plus en plus de caractéristiques du fœtus et donc le pouvoir d’élargir les “cas” d’élimination possible pose immédiatement la question des limites : est-il plus légitime d’éliminer un fœtus porteur d’une trisomie 21, qu’un autre porteur d’un nanisme, ou qu’un autre porteur d’une maladie handicapante que l’on ne sait pas soigner ? L’élimination, décidée individuellement, participe-t-elle finalement d’un projet social d’éradication des anomalies6 ? » La science participe à la mise en place d’un eugénisme décidé individuellement mais fortement influencé par un contexte social et des possibilités permettant de s’affranchir des limites qu’imposait auparavant la nature. Nous le voyons, les nouveaux pouvoirs dont dispose la médecine interpellent autant la morale religieuse que la société.

  • 7  L. Tomas, « Severino Antinori, docteur ès mépris de l’humain », L’Humanité, le 30 décembre 2002.
  • 8  C. Jasmin, L’homme futur en question, Paris, Lattès, 1995.

10Une autre préoccupation provoquée par ces possibilités concerne, de façon plus explicite encore que dans les exemples précédents, la finalité de certaines interventions scientifiques. En effet, ces possibilités ne sont pas toujours appliquées à des fins thérapeutiques ou prophylactiques. C’est par exemple le cas de Kevin Warwick, professeur anglais de cybernétique, qui, dès 1998, s’est fait implanter provisoirement une puce lui permettant, entre autres, d’allumer son ordinateur à distance. Dans ce projet visant à amplifier le corps, il est aussi possible de mentionner le cas de l’artiste australien Sterlarc qui s’est fait poser un troisième bras mécanique amovible qu’il parvient à commander avec son propre système nerveux. Des faits qui relevaient des scénarios de science-fiction deviennent possibles. Ces nouveaux pouvoirs rendent « tous » les fantasmes possibles. L’annonce mensongère du premier bébé cloné le 22 décembre 2002 par le mouvement raëlien renvoie à l’un de ces fantasmes : le clonage génétique. Le docteur italien Severino Antinori, qui s’est autoproclamé le « bienfaiteur de l’humanité », entretient les mêmes ambitions. Il a même expliqué que, pour cela, il serait prêt « à exercer sur un bateau sillonnant les eaux internationales7 », illustrant de la sorte les propos d’Anne Marcellini qui craint l’utilisation de la science à une fin eugénique. C’est en cela que différents scientifiques comme Jasmin hésitent entre technophilie et technophobie8.

11Pour conclure sur ce premier point, nous citerons Joël de Rosnay, président exécutif de Biotics International et conseiller du président de la Cité des sciences et de l’industrie de la Villette : « Les découvertes de la science et leurs conséquences portent en elles la possibilité de bouleverser notre vie, notre monde, notre milieu, nos relations. […] Si la maîtrise du vivant ouvre de vastes horizons pour la santé […], elle fait naître de nombreuses interrogations, parfois des inquiétudes, qui mettent à l’épreuve la responsabilité individuelle et collective9. » Les progrès scientifiques suscitent espoirs et craintes dans le monde médical et nécessitent une régulation ; nous y reviendrons.

  • 10  Code mondial antidopage, 2003, p. 16.

12Du côté du sport, maintenant, comment sont perçues les possibilités croissantes dont dispose l’homme ? Nous l’avons vu, les sportifs trouvent un certain intérêt à l’avancée scientifique, au niveau de leur préparation physique, des aides à la performance dont ils peuvent bénéficier, de leur récupération, de l’atténuation de la douleur, etc. Toutefois, ces possibilités posent également un problème. Les instances sportives ont inventé le délit de dopage pour certains recours aux médicaments ou à des procédés. L’Agence mondiale antidopage (AMA) précise qu’« une substance ou méthode sera susceptible d’être incluse dans la Liste des interdictions10 » dès l’instant où elle répond à deux des trois critères suivants : l’amélioration de la performance, prouvée de façon scientifique, médicale, pharmacologique ou par expérience ; un risque réel ou potentiel pour la santé du sportif, prouvé de façon scientifique, médicale, pharmacologique ou par expérience ; le fait que l’AMA considère la substance ou méthode comme contraire à l’esprit sportif. Cette classification amène certaines réflexions, que nous présenterons en seconde partie, quant à la construction des limites de l’acceptable.

  • 11  Discours de Marie-Georges Buffet lors de la neuvième conférence des ministres responsables pour le (...)
  • 12  Selon la distinction classique établie dès 1925 par Georges Hébert entre un « sport pur » et un «  (...)
  • 13  F. S., « Dopage à tous les étages ? », L’Humanité, 23 octobre 2003.
  • 14  B. Hennion, « Dopage du centenaire : un cas, un seul », L’Humanité, 28 juillet 2003.

13Voyons maintenant les craintes que peut susciter l’usage, par les sportifs, de certaines possibilités d’assistance résultant des progrès des sciences biologiques. L’une des premières craintes est perceptible dans un discours prononcé par Marie-Georges Buffet, alors ministre française de la Jeunesse et des Sports. Elle précise d’abord qu’il ne faut pas « que la suspicion vienne ternir l’événement sportif » mais au contraire « préserver l’exemplarité du sport, son rôle social et citoyen11 ». La lutte contre le dopage se justifie donc en partie par la préservation de l’idéologie d’un sport pur, ou du moins qui fait tout pour l’être12. Le porte-parole de la Fédération internationale d’athlétisme partage cet avis : « Nous devons tester [les athlètes], c’est important pour la crédibilité de l’athlétisme13. » L’ironie de la journaliste Hennion fait état de ces préoccupations ministérielles et fédérales : « Hier, L’Équipe a donc révélé que l’édition 2003 [du Tour de France] est bien dans les clous requis par l’éthique : on a trouvé un cas positif, à l’EPO recombinante. Un sur les 90 contrôles effectués et sur 198 coureurs au départ. L’honneur est sauf14. » Dans ces trois niveaux de discours, le principal souci mis en avant est de préserver l’image que le sport donne à voir. Nous voyons donc là un des dangers perçus à propos des possibilités scientifiques pour le monde sportif.

  • 15  Célèbre pour avoir piloté le projet menant à l’invention d’une molécule indétectable, appelée THG, (...)
  • 16  P. Giberné, « Coup de grisou sur les stades », Le Monde, 5 décembre 2005.

14Cela est d’autant plus préoccupant que le fait de recourir à de telles aides définies comme illégales laisse apparaître une autre crainte qui consiste à mettre à mal le principe d’égalité des chances au là un des fondements du sport que le code mondial antidopage s’engage à garantir aux sportifs du monde entier (2003). À partir du moment où certains sportifs prennent des produits qui sont interdits par les instances dirigeantes, ils se mettraient en position avantageuse pour gagner. Kelly White, athlète américaine qui a travaillé avec Victor Conte15 et qui a plaidé coupable dans l’affaire de la THG, affirmait même : « Les championnats du monde ont été si faciles à gagner que j’ai été déçue16.» Enfin, la dernière justification que nous avons pu trouver dans la réticence à accueillir à bras-le-corps les nouvelles possibilités scientifiques concerne la santé des sportifs. Le code mondial antidopage comme les ministres des sports européens, entre autres, font part de cette préoccupation dans les textes officiels. Les pratiques dopantes sont considérées comme néfastes pour la santé. Il est tout de même possible de se demander s’il en est toujours ainsi. Le professeur Klatzmann, par exemple, serait pour le fait de renforcer biologiquement l’articulation fragile d’un sportif avant que celui-ci ne se blesse. Selon lui, il n’y a pas de différence entre cette pratique et le fait de se mettre une protection avant son activité.

15Nous faisons donc face à une pratique qui, d’un côté, serait caractérisée comme « dopante » (c’est-à-dire illégale, dans le cadre des règlements sportifs) et, de l’autre, serait réalisée dans le souci de protéger la santé de l’athlète.

  • 17  Ces informations sont données par le docteur Patrick Schamasch dans le documentaire Athlètes génét (...)

16Par ailleurs, le recours aux pratiques ou aux produits « autorisés » génère des comportements qui paraissent peu souhaitables tout en conservant un caractère légal. Ainsi, lors d’une étude réalisée à l’occasion des jeux olympiques de Sydney par le Comité international olympique, on a étudié après les contrôles antidopage toutes les fiches où les sportifs devaient mentionner les médicaments et les substances qu’ils avaient consommés lors des trois jours précédents. La liste s’est élevée jusqu’à trente-huit médicaments différents absorbés lors des dernières soixante-douze heures17. Cela équivaut à la prise d’un médicament (ou substance) différent toutes les deux heures, tout en tenant compte du fait que nous ne savons pas ici quelle est la posologie de chaque produit. De plus, il n’est pas certain que l’ensemble des sportifs qui participent aux jeux olympiques puissent, s’ils le souhaitent, accéder à une telle pléthore de produits, même lorsque ceux-ci sont autorisés. Il paraît difficile dans ces conditions de garantir l’égalité des chances pour les sportifs du monde entier. Cet élément semble contredire une référence morale omniprésente dans le discours, celle de « l’esprit sportif », considérée comme une valeur intrinsèque du sport, lui-même représenté, entre autres, par la santé et l’épanouissement de la personnalité. Lorsque Madame Buffet justifiait la lutte antidopage par le refus que « des individus soient placés en état de dépendance, par rapport à des produits, à des procédés », elle indiquait une préoccupation qui concerne finalement l’ensemble des sportifs, quels que soient leur niveau, leur âge ou leur sexe, dès lors qu’ils entretiennent un rapport de nécessité entre la prise d’un produit et la performance, que ce produit soit interdit ou non et que ce rapport de nécessité provienne d’une efficacité physiologique ou symbolique.

Comment sont construites les limites de l’acceptable dans ces deux champs ?

17Nous souhaitons désormais mettre en évidence la manière dont se discute et s’établit entre les différents acteurs la régulation des comportements vis-à-vis du corps humain et de ses perspectives de modifications, qu’elles soient thérapeutiques ou liées à d’autres finalités sociales (performance, bien-être, recherche scientifique, etc.).

  • 18  H. Becker, Outsiders, Paris, Métailié, 1985.

18En reprenant la terminologie de Becker18, nous nous demandons qui sont les « entrepreneurs de morale », c’est-à-dire qui décide des limites de l’acceptable et dans le même temps comment sont définis les comportements légitimes. Comment est utilisé ce pouvoir dans les deux champs étudiés ?

19De nombreux textes fournissent le cadre d’une éthique médicale. Plusieurs d’entre eux ont été écrits après la seconde guerre mondiale à la suite de la révélation des atrocités « médicales » perpétrées par les médecins nazis à l’endroit de populations détenues arbitrairement. Il y a dans ces documents une volonté explicite de fixer des limites à l’intervention du médecin et à la recherche scientifique, dès lors qu’elle concerne l’humain.

20Le code de Nuremberg est sans doute le premier texte où apparaît cette thématique. Rédigé en 1946, ce code met l’accent sur la nécessité d’obtenir le « consentement volontaire du malade » avant toute entreprise d’expérimentation clinique. De plus, l’individu devra en connaître les risques. On observe une volonté d’instaurer un échange sincère entre l’expérimentateur et le malade, en laissant toujours au second la possibilité de décider de son investissement.

  • 19  En 1932, le service de santé publique des États-Unis a lancé cette expérience afin d’étudier l’évo (...)

21Un autre texte abordant la régulation médicale de l’intervention sur le corps humain est la déclaration d’Helsinki de 1964, faite par l’Association mondiale médicale. Ce document a été modifié à plusieurs reprises, jusqu’à sa version de 2002. La déclaration expose des principes éthiques dont l’objectif est de fournir des recommandations aux médecins et autres participants à la recherche médicale sur des êtres humains. Elle précise à l’article 5 que « les intérêts de la science et de la société ne doivent jamais prévaloir sur le bien-être du sujet ». Car, encore dans les années 1960-1970, sont révélés des faits qui contredisent ce principe. À cette époque, aux États-Unis, dans un but « scientifique », on n’a pas donné de pénicilline à des Noirs syphilitiques afin d’observer l’évolution de la maladie19. La déclaration ajoute que le but essentiel de toute recherche médicale doit être de progresser dans les connaissances diagnostiques, thérapeutiques et préventives, ainsi que dans la connaissance des maladies. De plus, avant d’être réalisée, l’expérience doit faire l’objet d’un protocole qui sera étudié par un comité d’éthique indépendant réuni à cette fin. Les participants à l’expérience doivent être des volontaires informés du protocole (risques, bénéfices attendus, méthodes, financement, conflits d’intérêts éventuels entre les protagonistes). Le sujet reste libre tout au long de la recherche, il peut se retirer à tout moment sans contrainte particulière. Une fois l’expérience réalisée, les éditeurs et auteurs ont également une responsabilité éthique vis-à-vis de la présentation des résultats et de leur exactitude : tous les aspects, qu’ils soient positifs ou négatifs, doivent être présentés.

22Dans le même souci, la déclaration de Manille de 1981 a été rédigée conjointement par l’Organisation mondiale de la santé et par le Conseil des organisations internationales des sciences. Ce texte concerne la recherche biomédicale impliquant des sujets humains et annonce que toute nouvelle recherche devra présenter un protocole qui sera observé du point de vue scientifique et éthique par un organisme indépendant. Il précise également l’importance d’obtenir le consentement libre et éclairé des sujets et la nécessité d’étudier les conditions dans lesquelles celui-ci est donné. « La valeur du consentement de candidats qui débutent ou occupent une place subalterne dans un groupe fortement hiérarchisé mérite un examen attentif étant donné qu’il peut être indûment influencé par l’attente, justifiée ou non, d’avantages fortuits. » Cette affirmation concerne principalement ceux que la déclaration nomme les « groupes sociaux vulnérables ».

  • 20  Serment d’Hippocrate, réactualisé par le professeur Bernard Hœrni, Bulletin de l’Ordre des médecin (...)

23Enfin, nous pouvons aborder les deux textes les plus connus lorsque l’on invoque l’éthique médicale (ou la déontologie), à savoir le code de déontologie médicale et le serment d’Hippocrate. Le premier est un texte important dans la régulation des comportements des médecins. Il résulte de leur volonté collective d’édicter des règles de « conscience » spécifiques à leur corps professionnel. La protection de la santé, l’indépendance des agissements et autres respects du secret médical sont les éléments majeurs des cent douze articles. Le second est un texte sur lequel le médecin prête serment avant d’exercer. Ce faisant, il s’engage à respecter tout au long de sa carrière les principes éthiques fondateurs de sa profession, en affirmant : « Mon premier souci sera de rétablir, de préserver ou de promouvoir la santé dans tous ses éléments, physiques et mentaux, individuels et sociaux. Je respecterai toutes les personnes, leur autonomie et leur volonté, sans aucune discrimination selon leur état ou leurs convictions. […] Je ferai tout pour soulager les souffrances20

24D’après les différents textes que nous avons mentionnés, nous pouvons dire que la recherche médicale est à chaque instant subordonnée à l’intérêt des individus y participant. Nous constatons que les limites de l’acceptable sont perpétuellement redéfinies par de nouvelles possibilités, comme le souligne la dernière phrase du serment d’Hippocrate.

25Jean-François Mattei, médecin et ancien ministre de la Santé, exprime de façon très claire la nécessité de ne pas figer les limites de l’intervention scientifique sur le corps humain mais plutôt de s’adapter à son époque et aux nouvelles possibilités. De plus, cette redéfinition ne doit pas se faire dans un huis clos scientifique mais au contraire dans un débat ouvert à l’ensemble de la société. Le 9 décembre 2003, devant l’Assemblée nationale, à propos du projet de loi bioéthique, il disait : « La science, pour avancer, se heurte aux repères moraux de chacun ; grâce à elle, ces repères évoluent. […] La recherche sur l’embryon demeure interdite, mais, à titre dérogatoire, dans des conditions fort strictes et pour une durée limitée, il est permis que certaines recherches soient menées sur certains embryons. […] J’ai longtemps espéré que l’on pourrait faire l’économie de la recherche sur les cellules issues d’embryons. Mais la réalité des exigences de la recherche, j’en ai été convaincu, impose qu’on l’autorise. » Le débat suppose ici l’articulation des volontés scientifiques et politiques de mettre en place une autorégulation, car les acteurs de ces deux champs « savent combien est nécessaire une régulation qui émane aussi largement que possible du corps social ». Mattei évoque les principes moraux comme frein à l’intervention scientifique sur le corps humain et précise que, il n’y a d’ailleurs pas si longtemps, l’anesthésie, la dissection ou encore la vaccination étaient sujets à discussion. La redéfinition quasi perpétuelle des limites de l’acceptable par le monde médical se justifie, semble-t-il, par la prise en compte de la santé de l’homme comme une fin. Tous les moyens disponibles et fiables doivent être mis en œuvre pour la maintenir ou la restaurer.

26En ce qui concerne le sport, nous avons vu que lorsqu’un produit ou une méthode sont jugés illégaux, on entre dans le domaine du dopage. Il est donc maintenant nécessaire de revenir sur la façon dont l’AMA classe ces différents procédés.

  • 21  Code mondial antidopage, 2003, p. 16.
  • 22  Ibid., p. 3.

27Deux éléments méritent d’être discutés à propos de l’énonciation des critères qui vont justifier l’interdit. Tout d’abord, la règle laisse une place importante à l’interprétation puisque, quand bien même une méthode ou un produit répondent à deux des critères institués, ils restent « susceptibles21 » de ne pas être interdits. C’est en effet ce qu’affirme l’extrait que nous avons repris. Il serait intéressant de savoir ce qui influence la décision de l’AMA dans ces cas-là et pour quelles raisons un produit ne serait alors pas mentionné dans cette liste. De plus, le troisième critère, exclusivement décidé par l’AMA, sans recours à la preuve scientifique ou médicale, concerne l’atteinte à l’esprit sportif. Nous pouvons nous demander comment on établit si une aide est contraire ou non à cet esprit et avec quelle objectivité. L’affirmation qu’une substance nuit à « l’excellence dans l’exercice » ou au « divertissement et la joie22 » n’est sans doute pas facile à prouver.

28En matière de régulation, l’AMA dispose d’une sorte de toute-puissance puisqu’elle choisit, en se laissant une certaine liberté vis-à-vis de la science, de la médecine et de la pharmacologie, les produits et les méthodes qui figurent sur la liste, et, une fois ce choix fait, elle peut l’imposer de manière supranationale.

  • 23  J.-L. Chappelet, « L’Agence mondiale antidopage : un nouveau régulateur des relations internationa (...)
  • 24  G. Dine, J.-P. Escande et B. de Lignières sont d’accord sur ce point.
  • 25  C.-L. Gallien, L’Express, 24 novembre 1989. M. Gallien a été président de la Commission de lutte c (...)

29Contrairement au monde médical, où la volonté de différents acteurs est de faire appel le plus largement possible à l’ensemble de la société afin de définir les limites de l’intervention scientifique sur le corps humain, le monde sportif se coupe de la société pour définir ces mêmes limites ou, plus précisément, il évite de poser les conditions du débat public pouvant intégrer par exemple la notion de bien commun. D’ailleurs, la rédaction du code mondial antidopage « a été confié[e] à une équipe restreinte assistée de consultants23 ». Il n’est pas fait appel au débat social alors que le dopage est pourtant souvent associé à un problème de santé publique face à la diversité de la population qu’il concerne. En reprenant la terminologie d’Yves Boisvert, nous pouvons dire que nous nous trouvons ici dans un système d’hétérorégulation. Le monde sportif fonctionne comme une morale, voire comme une religion. Le code mondial antidopage impose des comportements aux sujets tout en prévoyant des sanctions en cas de non-respect. Il n’y a pas de redéfinition officielle par le sportif et son entourage des limites de l’acceptable. Cette décision à « huis clos » de ce qui est autorisé et de ce qui ne l’est pas crée certains conflits ou tout au moins des discussions concernant les interprétations du code lui-même. C’est par exemple le cas du renforcement biologique d’articulations diagnostiquées fragiles avant une blessure grave. Les médecins ne sont pas tous pour interdire une telle opération si elle est justifiée par un diagnostic et une pratique sportive de haut niveau. Actuellement, ce procédé, tout comme le rééquilibrage hormonal, est interdit alors même que des connaissances sont disponibles sur les risques pathologiques d’une pratique sportive intense et répétée aux niveaux hormonaux, articulaires, tendineux24, etc., et que dès 1989, Claude-Louis Gallien disait : « Un organisme normal ne peut plus assumer la dose d’entraînement aujourd’hui obligatoire pour figurer en haute compétition25

  • 26  Entretien accordé à l’auteur le 21 avril 2005.

30On peut également s’interroger sur l’autorisation actuelle de recourir aux chambres hypoxiques. Ces caissons sont utilisés afin d’augmenter le nombre de globules rouges dans le sang, ce qui améliore les performances des sportifs. De plus, selon le matériel utilisé et la « responsabilité » des utilisateurs, nous ne savons pas, actuellement, quels peuvent être les risques pour la santé des sportifs. Comme le signalait le professeur Rabin 26, directeur scientifique de l’AMA, toutes les expériences faites à ce jour l’ont été avec du matériel de haute technologie, en ne dépassant pas une altitude simulée raisonnée et avec un suivi médical spécifique26. Dans le but d’être plus performant, ne risque-t-il pas d’y avoir une course à l’altitude avec ces machines pouvant reproduire des conditions atmosphériques supérieures à 5 000 m ? Par ailleurs, qu’adviendrait-il dans le cas où des sportifs ou leur entourage confectionneraient de façon artisanale ce type de machine, sans suivi médical ? En reprenant les caractéristiques pouvant amener une méthode d’entraînement à être définie comme dopante, il est loin d’être évident que ces caissons ne créent pas de l’inégalité et donc d’une certaine façon n’aillent pas à l’encontre de l’esprit sportif tel qu’il est défini par l’AMA.

31D’une manière plus générale, nous pouvons constater que, parfois, sous prétexte d’être en adéquation avec l’éthique sportive, certains comportements vont à l’encontre de l’éthique médicale. En effet, dans différents textes médicaux, nous avons vu que le médecin doit tout faire pour soulager les souffrances. Or, la pratique du sport occasionne des souffrances mais interdit le recours à certains produits qui pourraient les soulager.

  • 27  « Des médicaments auraient été détournés de leur usage légal », Le Monde, 8 décembre 2003.

32Le médecin doit-il alors agir en médecin, indépendamment des règlements sportifs auxquels il n’est pas tenu de se conformer, ou bien doit-il respecter l’éthique sportive dont il ne partage pas nécessairement les valeurs ni les finalités ? Sachant que, en même temps, elle l’empêche de « tout faire » pour soulager les souffrances, faut-il protéger le sport ou la santé du sportif ? Comment cela se passe-t-il lorsque le médecin est un salarié de la structure sportive ? Agit-il réellement en toute indépendance technique et morale en considérant uniquement l’état de santé du patient, comme le mentionnent différents textes officiels, ou tient-il compte des finalités visées par son employeur : la victoire ? Cette indépendance technique et morale induit que doivent être fournis à l’athlète les meilleurs soins possibles. On peut alors se demander quelle attitude doit tenir un médecin quand le statut de sportif de haut niveau de son patient lui interdit de pratiquer certains soins jugés illégaux par les instances dirigeantes. Le procès de la Juventus de Turin a mis en évidence un exemple où le médecin du club n’agissait pas en toute indépendance morale. Il a été trouvé dans le vestiaire lors d’une perquisition « 281 sortes de médicaments. Parmi ceux-ci, des préparations contenant des substances dopantes (stimulants, corticoïdes, anesthésiques locaux, hormones peptidiques) et une quinzaine, comme le Liposom Fort ou la Tricortin 1000, préconisées contre les dysfonctionnements du système nerveux27

  • 28  T. Novarèse, « Corps ouvragé, corps ravagé », Les irraiductibles, juin-juillet 2004, p. 382.
  • 29  Ces deux coureurs cyclistes coupables de dopage ont fait part à plusieurs reprises des pressions q (...)

33Nous avons pu constater que les mondes médical et sportif n’appréhendent pas de la même façon les nouvelles possibilités d’intervention sur le corps humain. Dans le premier cas, il y a une considération et une discussion des possibilités d’actions nouvelles. Dans le second cas, celles-ci sont majoritairement vues comme une entrave à l’idéologie du sport : l’égalité des chances. « Les hommes ne naissent ni libres ni égaux, nous les voulons libres et égaux28. » Il est même étonnant de voir à quel point les principes énoncés dans les textes faisant référence en matière d’éthique médicale ne reçoivent aucun écho dans le domaine sportif qui se prévaut pourtant d’une éthique. À propos du dopage, l’éthique sportive ne condamne pas de façon explicite le fait qu’il n’y ait pas (toujours) de consentement libre et surtout éclairé de la part du sujet (code de Nuremberg), comme cela a été le cas avec la tétrahydrogestrinone. Elle ne condamne pas le fait que le médecin dopeur ait pu agir en ayant d’autres finalités en vue que le simple fait de soigner son patient (code de déontologie médicale, serment de Genève, déclaration d’Helsinki), d’autant plus que ces finalités considérées sont liées à la victoire en compétition, à la récupération accélérée permettant de s’entraîner de nouveau ou de participer à une nouvelle épreuve. De plus, les sportifs dont le test de dépistage est positif ne sont jamais perçus comme faisant partie d’un groupe social vulnérable, aliéné par des intérêts qui le dépassent, même s’ils en retirent des bénéfices, ce qui, au regard de la déclaration de Manille et de différents témoignages comme ceux de Gaumont et de Manzano29, paraît étonnant.

34En définitive, le seul véritable problème posé à l’éthique sportive par les nouvelles possibilités d’intervention sur le corps humain est lié au fait qu’elles soient néfastes à l’image du sport et mettent en danger les fondements idéologiques de ce champ culturel.

Haut de page

Notes

1  M. Gamerre, « Le médecin face aux nouveaux pouvoirs de la médecine », Philosophie, éthique et droit de la médecine, Paris, PUF, 1997, p. 421.

2  J. Duchateau, « Principes de base de l’électrostimulation musculaire et recrutement des différents types d’unités motrices », Science et motricité, 16, 1992, p. 18-24 ; N. Maffiutelli et al., « The Effects of Electrostimulation Training and Basketball Practice on Muscle Strength and Jumping Ability », International Journal of Sports Medicine, 21, 2000, p. 437-443.

3  G. Millet et B. Roels, « Les méthodes d’entraînement en hypoxie », dans J.-C. Chatard (dir.), Lutter contre le dopage en gérant la récupération physique, Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne, 2003, p. 56.

4  Voir l’avis no 3 du Comité consultatif national d’éthique datant du 23 octobre 1984.

5  H. Alexandre, « L’embryon humain : sujet ou objet ? », Bioéthique : Jusqu’où peut-on aller ?, Bruxelles,  Édition de l’université de Bruxelles, 1996, p. 30.

6  A. Marcellini, « Réparation des corps “anormaux” et des handicaps », Quasimodo, « Modifications corporelles », no 7, 2003, p. 278.

7  L. Tomas, « Severino Antinori, docteur ès mépris de l’humain », L’Humanité, le 30 décembre 2002.

8  C. Jasmin, L’homme futur en question, Paris, Lattès, 1995.

9  http://www.cite-sciences.fr/francais/ala_cite/expo/tempo/defis/home/homef.htm

10  Code mondial antidopage, 2003, p. 16.

11  Discours de Marie-Georges Buffet lors de la neuvième conférence des ministres responsables pour le sport, « La lutte contre le dopage », Bratislava, 30 et 31 mai 2000.

12  Selon la distinction classique établie dès 1925 par Georges Hébert entre un « sport pur » et un « sport dévoyé » (Le sport contre l’éducation physique, Paris, Vuibert, 1925).

13  F. S., « Dopage à tous les étages ? », L’Humanité, 23 octobre 2003.

14  B. Hennion, « Dopage du centenaire : un cas, un seul », L’Humanité, 28 juillet 2003.

15  Célèbre pour avoir piloté le projet menant à l’invention d’une molécule indétectable, appelée THG, et utilisée par de nombreux sportifs américains et anglais du plus haut niveau mondial.

16  P. Giberné, « Coup de grisou sur les stades », Le Monde, 5 décembre 2005.

17  Ces informations sont données par le docteur Patrick Schamasch dans le documentaire Athlètes génétiquement modifiés de Régine Abadia, 2002.

18  H. Becker, Outsiders, Paris, Métailié, 1985.

19  En 1932, le service de santé publique des États-Unis a lancé cette expérience afin d’étudier l’évolution de la maladie. Cette expérience inhumaine a été rendue publique le 26 juillet 1972 par le New York Times.

20  Serment d’Hippocrate, réactualisé par le professeur Bernard Hœrni, Bulletin de l’Ordre des médecins, no 4, avril 1996.

21  Code mondial antidopage, 2003, p. 16.

22  Ibid., p. 3.

23  J.-L. Chappelet, « L’Agence mondiale antidopage : un nouveau régulateur des relations internationales sportives », Relations internationales, no 111, automne 2002, p. 381-401.

24  G. Dine, J.-P. Escande et B. de Lignières sont d’accord sur ce point.

25  C.-L. Gallien, L’Express, 24 novembre 1989. M. Gallien a été président de la Commission de lutte contre le dopage et vice-président du Comité national olympique et sportif français.

26  Entretien accordé à l’auteur le 21 avril 2005.

27  « Des médicaments auraient été détournés de leur usage légal », Le Monde, 8 décembre 2003.

28  T. Novarèse, « Corps ouvragé, corps ravagé », Les irraiductibles, juin-juillet 2004, p. 382.

29  Ces deux coureurs cyclistes coupables de dopage ont fait part à plusieurs reprises des pressions qu’ils subissaient au sein de leur équipe. Ils affirment que les pratiques dopantes étaient instituées et obligatoires sous peine de perdre son emploi.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raphaël Homat , « Le corps aux limites de l’acceptable : éthique médicale et éthique sportive », Éthique publique [En ligne], vol. 7, n° 2 | 2005, mis en ligne le 18 septembre 2015, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/1935 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.1935

Haut de page

Auteur

Raphaël Homat

Raphaël Homat est professeur d’éducation physique et sportive et doctorant au Centre de recherche et d’innovation sur le sport (CRIS), université de Lyon 1.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org