Navigation – Plan du site
Enjeux éthiques et contraintes sportives

Hippocrate ou Coubertin : le dilemme de la médecine du sport

Christophe Brissonneau

Résumés

Cette étude sociohistorique, à partir des années 1950, montre la diversité des points de vue du corps médical face à la question du dopage et, dès les années 1960, la demande de médecins d’un soutien pharmacologique pour les sportifs professionnels. Si tous sont opposés au dopage, ils ne le définissent pas de la même façon. Mais tous le refusent aux sportifs amateurs. À partir de la notion de rééquilibrage hormonal, ont peut repérer divers types de médecins qui lui sont favorables ou non. Cette différenciation se fait en fonction de la proximité avec la douleur quotidienne du patient et de son versant santé publique ou sport. La réalité du dopage, à la suite de l’affaire Festina, a porté sur le devant de la scène un nouveau type de médecins, issus de la lutte contre la toxicomanie, amenant avec eux une demande de politique de réduction des risques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  M. Boigey, L’entraînement, Paris, Masson, 1948.
  • 2  C. Brissonneau, Entrepreneurs de morale et carrières de déviants dans le dopage sportif. Prises de (...)
  • 3  H. Solomon, Le sport à tout prix : le mythe de l’exercice physique, Paris, Payot, 1985 ; J.-P. Kor (...)

1L’idée que le sport puisse être bon pour la santé est relativement récente. Posée actuellement comme une évidence, elle n’a pas été et n’est toujours pas partagée par l’ensemble du corps médical. Pendant la première moitié du vingtième siècle, celui-ci voit d’un mauvais œil cette pratique physique fondée sur la compétition : elle échaufferait les esprits et exigerait trop de l’organisme. Un renversement de conception peut être observé à partir des années 1950 où se développe une vision enchantée du sport. Des médecins, eux-mêmes anciens athlètes, passionnés par le sport, avancent l’idée que ce type de pratique peut avoir des impacts bénéfiques sur le corps mais aussi sur l’esprit. Le sportif « est assuré d’une bonne santé physique et morale1 », nous dit le docteur Boigey. Pourtant, lors du congrès de la Fédération internationale de la médecine du sport en 1954, son président, le docteur Govaerts, souligne qu’aucune donnée scientifique ne vient conforter ces appréciations. Malgré cette objection, rapidement balayée, les médecins du sport développent l’idée d’un sport bénéfique pour la santé alors que très peu de travaux scientifiques confirment cette affirmation dans les décennies suivantes. Une analyse des discours sur cette relation2 montre que ce terme de santé est quasi exclusivement assimilé à un bon fonctionnement du système cardiovasculaire, laissant ainsi de côté des blessures telles que les tendinites, les claquages que subissent les tendons, les articulations ou les muscles3.

2Au début des années 1960, le sport devient une « chose sérieuse ». L’État français décide de créer un secrétariat à la Jeunesse et aux Sports et le confie à un militaire, le colonel Crespin. Des budgets plus importants sont destinés au développement d’infrastructures sportives et de postes de personnels affectés notamment aux fédérations. En 1967, le sport devient la référence au détriment des diverses activités physiques alors pratiquées dans les établissements scolaires. Un nombre croissant de valeurs pédagogiques lui sont accolées telles qu’un développement moral, une amélioration de la motricité et des bénéfices pour la santé. Décrié pendant un demi-siècle, le sport est, en peu de temps, paré d’un grand nombre de qualités. La même année, les responsables de la Société médicale d’éducation physique et de sport décident d’abandonner sa première référence pour ne garder que le terme « sport ». Ce changement doit être souligné afin d’en comprendre, plus tard, les implications. On ne parle plus d’une médecine de l’activité physique (regroupant toutes les activités physiques existantes) mais d’une médecine du sport, ce terme contenant les idées de compétition et de dépassement de soi. Parallèlement au développement de la pratique sportive, un nombre grandissant de médecins obtiennent le certificat d’études spécialisées de « biologie appliquée à l’éducation physique et aux sports ». Ils ont le plus souvent en commun d’être d’anciens sportifs, toujours passionnés par ce mode de pratique compétitive.

3Dans le cadre d’une étude sur la question du dopage au sein de la médecine du sport (étendue ensuite à l’ensemble du corps médical), alors que nous nous attendions à une opposition unanime, nous avons pu repérer un espace où les prises de position étaient parfois diamétralement opposées. Si ce travail s’est uniquement intéressé au cas de la France, des échanges avec des sociologues allemands nous ont permis de retracer les mêmes types de prises de position médicales en république fédérale d’Allemagne (1960-1990). Dès le début de notre enquête, deux types d’éthique sont apparus. La première, l’éthique médicale, est relative au serment d’Hippocrate ; elle oblige le médecin à tout mettre en œuvre pour sauvegarder la santé de son patient. La seconde, l’éthique sportive, développée par le monde sportif, est régie par le principe de l’égalité des chances. En privilégiant l’une plus que l’autre, le médecin abordera différemment la question du dopage et préconisera une solution médicale singulière, parfois opposée à la loi.

Une méthodologie particulière à l’étude de la déviance sportive

  • 4  H. Becker, Outsiders, Paris, Métailié, 1985.

4En opérant le renversement préconisé par Howard Becker4, nous avons d’abord étudié ceux qui mettent en place les normes avant d’effectuer, dans un deuxième temps, des entretiens avec des déviants (des sportifs dopés, dans notre cas). C’est ainsi qu’une étude sociohistorique (1950-2003) dans le cadre d’un travail de thèse nous a amené à nous intéresser aux différentes visions médicales concernant la santé du sportif, chacune privilégiant une des deux éthiques, médicale ou sportive.

  • 5  Dans certains cas, il nous a fallu trois ans pour obtenir cette confiance et l’entretien désiré.

5Le dopage étant une forme de déviance fortement réprouvée, ce terme a été peu utilisé dans notre guide d’entretien. Le premier élément d’explication est relatif à son caractère illégal et, par conséquent, à la forme de discours convenu qu’elle induit. Le deuxième – nous le verrons tout au long de ce texte – est qu’une partie des médecins rencontrés considère la prescription de certains produits dopants comme un acte purement thérapeutique. Parler de dopage revient à prendre parti et exclure certains aspects du sujet : la prise de produits dangereux non dopants (prozac, fer, etc.), par exemple. Ces raisons nous ont poussé à aborder le sujet à travers une notion qui semble constituer une barrière dans les discours médicaux depuis la fin des années 1970 : le rééquilibrage hormonal. Celui-ci consiste à faire revenir à son état de forme initial, grâce à des micro-doses d’hormones stéroïdes, un sportif fatigué par un entraînement intensif. Notre appartenance au monde du sport de haut niveau depuis les années 1980 et la mise en place d’un protocole juridique nous ont permis de rencontrer des médecins aussi bien opposés que favorables au rééquilibrage hormonal. La confiance ainsi établie a permis d’obtenir un discours bien différent de celui tenu habituellement en public5. Les entretiens semi-directifs d’une durée d’une à deux heures abordaient le déroulement de leur carrière professionnelle, leur vision de la santé et de l’éthique dans le haut niveau sportif ainsi que leur position à l’égard de la notion de rééquilibrage hormonal. Pour expliquer cette multitude de prises de position, nous avons dû prendre en compte certaines caractéristiques des médecins interrogés : leur proximité ou non avec la douleur quotidienne du sportif (à une extrémité de l’axe apparaît le clinicien et à l’autre le chercheur), leur pratique professionnelle axée majoritairement sur une optique de santé publique ou une optique de rendement physique (médecin d’équipe, par exemple).

Un médecin du sport clinicien

  • 6  R. Saya, « Sport dans la société », Médecine du sport, 1967, p. 237.

6De 1950 à 1980, les sportifs de haut niveau s’entraînent en club avec les autres sportifs de niveau régional, deux ou trois fois par semaine. Les plages de repos sont suffisamment longues, permettant une récupération complète après l’effort. Lorsqu’ils en éprouvent le besoin, les sportifs vont consulter leur médecin généraliste, mais les visites sont extrêmement rares, car on laisse le plus souvent la guérison s’effectuer naturellement. Ils ont la possibilité de se rendre dans les quelques centres médicosportifs existants où des médecins spécialistes (ils possèdent un certificat d’études spécialisées de « biologie appliquée à l’éducation physique et aux sports ») dispensent des soins. Ces spécialistes font surtout de la traumatologie ; ils soignent les os, les blessures musculaires ou tendineuses. Ils font également passer quelques tests évaluant les capacités du système cardiovasculaire. Si les résultats reflètent la moyenne statistique, les sportifs sont jugés en bonne santé par ces spécialistes. Ces médecins du sport sont peu nombreux car le corps médical est encore réticent face aux bienfaits supposés de cette pratique sportive, fondée sur la recherche du dépassement corporel. Seuls quelques médecins, le plus souvent des anciens adeptes, passionnés par la pratique sportive, défendent le fait qu’elle puisse être bénéfique pour le corps et l’esprit moral : « Le sport n’est pas un but mais un moyen pour créer des hommes sains dans leur tête6. » Afin de gérer la bonne santé du sportif et de l’aider à accomplir de meilleures performances, certains médecins du sport se proposent de conseiller l’entraîneur, voire d’entraîner eux-mêmes. Leur niveau de connaissances scientifiques constitue un atout non négligeable pour le champion. Malgré tout, dans le sport de haut niveau, la présence du médecin est négligeable, celui-ci étant considéré comme un « empêcheur de tourner en rond ».

7Quelques-uns réussissent à approcher les sportifs en encadrant des compétitions cyclistes. Ils voient de leurs propres yeux l’utilisation de seringues et de produits pharmacologiques, sans prescription médicale aucune. Ils constatent quelques malaises (Mallejac en 1955), voire des décès (Simpson en 1967) qu’ils attribuent à une surconsommation de médicaments et de drogues, ce en dehors de toute prescription médicale. Pour gérer la situation, ils réclament au secrétaire à la Jeunesse et aux Sports l’encadrement du sport de haut niveau, ce qu’il leur concède. Celui-ci en retour leur demande de veiller à la bonne santé des sportifs afin qu’ils puissent être performants lors des compétitions internationales. Ces médecins, pour la plupart cliniciens, s’inquiètent de l’existence d’un nouveau danger qui guette le sportif : le dopage. C’est ainsi que les docteurs Dumas et Maigre, lors d’une étape du Tour de France 1962, décident de créer un colloque à Uriages-les-Bains qui aura lieu les 26 et 27 janvier 1963. Là doivent être différenciés la préparation biologique et le dopage. La première est faite avant la compétition par un médecin alors que le deuxième est absorbé pendant la compétition avec l’intention d’être plus performant. L’influence du docteur Dumas, initiateur du colloque, sera grande dans l’élaboration de la loi du 1er juin 1965. L’accent sera mis sur le respect d’une éthique sportive et la préservation de la santé. Cette date officialise le dopage comme une démarche déviante dans la pratique physique sportive. Dans l’esprit du ministre de la Jeunesse et des Sports, Maurice Herzog, ce dopage doit être combattu dans les seules compétitions internationales, le sportif de haut niveau ne devant pas constituer un mauvais exemple pour la jeunesse.

8Alors que le sport est jusque-là synonyme de bienfait pour la santé physique et morale et que le dopage est un fléau qu’il s’agit de combattre, nous voyons apparaître un espace de prises de position où ces présupposés sont discutés.

9En 1967, à la suite du scandale de l’affaire Anquetil, champion français ayant avoué avoir pris des amphétamines, quelques voix compréhensives s’élèvent. Si le docteur Burger (clinicien, santé publique) s’oppose à toute prise de produits psychoactifs ou de stupéfiants, il demande à ce que les médecins puissent prescrire des doses « acceptables » aux sportifs professionnels, pour qui le sport est un métier. Quelques années plus tard, en 1976, le docteur Caseris (clinicien, santé publique) préconise, de façon sous-jacente, une politique de réduction des risques. Selon lui, un encadrement médical de la prise de produits tels que les amphétamines serait préférable à une utilisation par les cyclistes de produits beaucoup plus dangereux pour la santé, les stéroïdes anabolisants par exemple.

Un médecin du sport chercheur

10À la fin des années 1970, une bascule semble s’opérer dans la manière d’appréhender la place de la médecine dans la gestion de la santé du sportif de haut niveau. Une unanimité du corps médical s’est construite autour d’une relation entre sport et santé. La haute performance est devenue un moyen d’affrontement pacifique entre blocs de l’Ouest et de l’Est en ces temps de guerre froide. Le nombre de victoires dans les grands championnats ou aux jeux olympiques vient consacrer l’efficacité d’un système sur le plan politique et économique. Après l’échec français des jeux olympiques de Rome en 1960, l’obtention de médailles se pose de façon plus aiguë et l’État français demande une plus grande collaboration à la médecine du sport.

11En 1976, des journaux français reprennent des questionnements de médecins (cliniciens et chercheurs) réputés, proches des équipes nationales de l’Allemagne de l’Ouest, où nous retrouvons la même situation ; certains sont d’ailleurs invités dans des congrès de médecine sportive en France. Ils se demandent s’il faut laisser les sportifs (de l’Ouest) perdre face aux pays de l’Est et si un encadrement médical de la prise de stéroïdes anabolisants ne serait pas préférable afin que ceux-ci puissent enfin gagner. Ces spécialistes de la santé se définissent non seulement comme médecins mais aussi, et surtout, comme médecins du sport. Le sportif de haut niveau en bonne santé serait un sportif qui gagne. L’impact de ces discours ne peut pas être mesuré, mais nous pouvons noter que des médecins du sport français, proches des équipes nationales, sont envoyés en Allemagne de l’Ouest pour observer ce qui se fait là-bas. Pendant leur(s) séjour(s), ils travaillent avec des médecins favorables aux injections d’hormones stéroïdes, produites par les firmes pharmaceutiques pour lesquelles ils mènent également des études.

  • 7  La testostérone, par exemple, est produite par l’homme.
  • 8  C. Louveau et al., Dopage et performance sportive, Paris, INSEP, 1995, p. 31.

12Deux nouvelles prises de position apparaissent en France pendant les années 1975-1977. Promues par le ministère de la Jeunesse et des Sports, elles ont en commun de se développer à distance des sportifs. La première est issue d’un groupe de travail créé par le secrétariat à la Jeunesse et aux Sports qui désire avoir plus d’informations scientifiques sur la fatigue des sportifs, leurs recours aux produits dopants et l’apport d’un rééquilibrage hormonal. Le professeur Plas, médecin chercheur à l’unité d’enseignement et de recherche en éducation physique et sportive de l’université Paris V, responsable du groupe de travail, s’entoure de médecins-chercheurs, certains spécialistes du sport, d’autres des androgènes. Trois ans plus tard, leur rapport conclut que 70% des sportifs sont dopés parmi la population qu’ils ont étudiée. Il faut préciser que ces sportifs, qui ont accepté sous le sceau du secret médical de passer des tests et de parler de leur dopage, pratiquent pour la plupart l’athlétisme, le cyclisme et l’haltérophilie, sports extrêmement touchés par les stéroïdes anabolisants à l’époque. Le rapport met également en avant l’importance de fatigues relatives aux baisses hormonales, elles-mêmes consécutives aux lourdes charges d’entraînement. Faisant référence à son statut de médecin et à l’éthique qui en découle, le professeur Plas préconise pour les sportifs un apport microdosé d’hormones stéroïdes à l’instar de ce qu’il ferait pour des non-sportifs dans ce cas-là. En tant que médecin du sport, il légitime également ce rééquilibrage qui ne doit pas, selon lui, être considéré comme du dopage. Bien reçu lors de son apparition, ce concept provoque un tollé quelques semaines plus tard aux jeux mondiaux de la médecine à Cannes en 1980. Malgré cela, un des chercheurs associés, Bruno de Lignières (chercheur, santé publique) préconise alors publiquement (jusqu’à sa mort en 2004) la prise de microdoses d’hormones stéroïdes afin de rétablir l’équilibre de base. Lors d’un entretien, celui-ci nous dira suivre l’éthique médicale et ne pas avoir à prendre en compte une éthique sportive, qu’il remet en cause par ailleurs. En 1989, il signe, avec d’autres médecins – certains renommés –, une demande d’avis au Conseil consultatif national d’éthique des sciences de la vie sur la notion de rééquilibrage hormonal. Le caractère pathologique du sport de haut niveau est affirmé et le sportif est présenté comme un malade qu’il s’agit de soigner avec des hormones « naturelles7 » comme tout travailleur le serait dans un tel état de fatigue. Le Conseil ne répondra que quatre ans plus tard par un argumentaire reposant sur peu de données scientifiques8. Il préconisera seulement un repos adéquat pour revenir à l’état de base.

13La deuxième prise de position est le fait de médecins-chercheurs, spécialistes en physiologie de l’effort. Au milieu des années 1970, le professeur Rieu a réussi à organiser à Paris un modèle scientifique (physiologie de l’effort) de médecine du sport. Autour de l’hôpital Cochin sont rassemblés des services de prévention et de soins (consultations de médecine du sport et consultation médicosportive), de recherche (laboratoire de physiologie) et d’enseignement (certificat d’études supérieures de biologie et de médecine sportive). Pour le professeur Rieu et son équipe, un suivi rationnel, scientifique, couplé à des phases de repos suffisantes, permet d’exploiter toutes les possibilités physiques de l’individu. Ainsi, d’après ces médecins-chercheurs, une telle préparation médicale scientifique suppléerait tout désir de recours au dopage. Proche du ministère de la Jeunesse et des Sports, ce groupe de médecins va obtenir sa faveur car il amène l’idée que le sport est bon pour la santé et que le dopage peut être vaincu, allant ainsi dans le même sens que la politique d’un « Sport pour tous » (développement d’une politique de masse pour améliorer la santé de la population). Le ministère demande alors au professeur Michel Rieu de prendre en main l’Institut national des sports et de l’éducation physique (INSEP) afin de moderniser l’approche médicale des meilleurs sportifs français. Une convention est signée le 6 juillet 1978 entre le ministère et l’université de Paris V. La simple infirmerie de l’INSEP devient ainsi un centre médical. Alors qu’on y faisait de la traumatologie et quelques recherches, les missions s’étoffent : examens médicaux des athlètes, exploitation des données en liaison avec les services hospitaliers, diffusion des connaissances ainsi acquises auprès des sportifs, des entraîneurs, des enseignants, centralisation des dossiers médicaux des meilleurs sportifs de haut niveau.

14Pour ces médecins-chercheurs, cette compréhension scientifique de la performance doit permettre de gérer en amont la santé du sportif. Bien entraîné, le sportif limiterait l’apparition de fatigues et de blessures et resterait ainsi en bonne santé. En conséquence, rééquilibrer hormonalement un sportif constituerait un acte dénué de sens, pouvant altérer sa santé. C’est la raison pour laquelle ce concept doit être considéré comme du dopage. À l’opposé, la première position constatait les dégâts consécutifs à la pratique sportive intensive et se proposait de soigner en aval la santé altérée. Le rééquilibrage viendrait « réparer » la santé défaillante du sportif de haut niveau. Alors que cette solution découle du rapport du groupe de travail impulsé par le secrétariat à la Jeunesse et aux Sports, cette prise de position, opposant sport et santé et allant ainsi contre sa politique, sera déconsidérée par celui-ci sous le terme de dopage.

Quelle santé du sportif de haut niveau ?

15Après avoir étudié le développement des prises de position sur le dopage (1960-1990) de la part de médecins du sport, une enquête qualitative concernant l’ensemble du corps médical a été menée lors de notre recherche doctorale. Des entretiens semi-directifs ont été conduits auprès de trois médecins généralistes, quinze médecins diplômés en médecine du sport (dont trois spécialistes de la lutte contre le dopage pour des fédérations internationales) et trois médecins endocrinologues. Une deuxième enquête, quantitative, a été menée auprès de trente-sept médecins pendant un cours à la faculté de médecine de La Pitié-Salpêtrière en 2000, lors d’un diplôme universitaire de médecine du sport. Il leur a été posé deux questions ouvertes : leur définition du dopage et leur positionnement par rapport au rééquilibrage hormonal.

16Les médecins généralistes (cliniciens, santé publique) voient peu ou de façon anecdotique des sportifs de haut niveau. Interrogés sur la question du dopage, ils nous disent avoir peu de choses à dire et l’assimilent à un problème de santé. L’aspect lié à l’éthique sportive est peu abordé.

17Les médecins du sport qui ont une clientèle de sportifs de niveau régional ou interrégional nous livrent un discours plus conséquent sur le dopage sportif. Même si les problèmes de santé liés au dopage sont toujours présents, des arguments relatifs au problème d’éthique sportive apparaissent.

18Lorsque nous nous adressons à des médecins du sport qui interviennent au niveau national dans la lutte antidopage (les médecins-chercheurs vus précédemment en font partie), leur discours est essentiellement axé sur l’aspect de tricherie du dopage, contraire à l’éthique sportive. Les mots concernant les sportifs dopés sont parfois très durs. Pour eux, le dopage sportif est un fléau qui doit être combattu afin de sauvegarder la pureté du sport. Par contre, les éléments de discours afférents aux problèmes de santé et à l’éthique médicale sont peu présents lors des entretiens.

  • 9  Le corps médical français, dans son ensemble, est plutôt marqué politiquement à droite (libéraux).

19Nous avons également rencontré six médecins favorables au rééquilibrage hormonal. Ce sont tous des médecins d’équipes nationales ou soignant des sportifs de haut niveau. Ils sont donc tous proches de la douleur quotidienne de leurs patients. Ils se revendiquent avant tout comme médecins et nous affirment ne pas avoir à tenir compte de la morale sportive. D’après eux, le sportif de haut niveau est un patient qu’il s’agit de soigner comme n’importe quel travailleur victime de fatigue. À ce titre, des microdoses d’hormones stéroïdes doivent lui être administrées, cette prescription ne devant pas, d’après eux, être assimilée à un acte antithérapeutique. Opposés au dopage, ils l’assimilent à une prise trop importante d’hormones stéroïdes par des professionnels ou à une utilisation chez les amateurs. Ces médecins d’équipes nationales (cliniciens, ayant malgré tout un certain niveau de connaissances en physiologie de l’effort) estiment là encore que les connaissances scientifiques liées à l’entraînement doivent être développées afin de contrer le dopage. Plusieurs nous ont également présenté l’administration de produits dopants comme une technique à part entière dans l’élaboration de la performance. Cette affirmation peut être reliée au fait que ces médecins9, de par leur opinion politique (socialiste, communiste) ou la spécialité sportive encadrée (athlétisme, sports de combat, etc.), ont tous participé à des stages ou des championnats dans les pays du bloc de l’Est. Ils ont pu y voir un système qui ramène des médailles, ce qui leur semble dans la logique du sport de haut niveau.

20Apparu à la suite de l’affaire Festina, un nouveau segment du corps médical doit être noté : des spécialistes issus de la lutte contre la toxicomanie. Forts des dérives apparues dans le peloton et du nombre important de sportifs de haut niveau dans leurs centres de désintoxication, ceux-ci assimilent la pratique physique intensive à une forme d’addiction. À l’instar de la politique de réduction des risques développée dans la lutte contre la toxicomanie, ils préconisent une libéralisation du dopage dans le sport. Également proches de la douleur quotidienne de leurs patients, ces médecins préfèrent encadrer les risques sanitaires plutôt que de suivre l’éthique sportive.

À chaque médecine du sport sa définition de la santé

21Alors que la question de la santé constitue le noyau du serment d’Hippocrate, et donc de l’éthique médicale, certains types de médecins recourent à une autre éthique, sportive (principes d’égalité parfaite, de fair play), pour condamner des actes de dopage. Plusieurs éléments explicatifs viennent éclairer la mise en avant de l’une ou de l’autre.

22Le premier, menant vers l’éthique sportive, est lié à l’appartenance des médecins-chercheurs (opposés au rééquilibrage, recours à l’éthique sportive) aux postes de représentants du corps médical.

  • 10  E. Freidson, La profession médicale, Paris, Payot, « Médecine et sociétés », 1984.

23Eliot Freidson met en avant l’aspect moralisateur caracté-risant toute profession (dans le sens sociologique du terme), la médecine en étant l’illustration même10. Ainsi, pouvons-nous mieux apprécier le discours fortement moralisateur de ces médecins-chercheurs où semble primer l’éthique sportive. Cet aspect ne se réduit pas au seul dopage puisque nos recherches montrent l’existence d’un tel type de discours, prônant les vertus morales du sport, chez les médecins du sport-chercheurs, déjà pendant les années 1950-1960.

24Le deuxième élément, faisant également pencher vers l’éthique sportive, est lié à l’appartenance ou non au monde du sport. Le plus souvent, les médecins du sport sont d’anciens sportifs. À ce titre, ils partagent la passion de leurs patients, celle-ci pouvant aller jusqu’à une projection du thérapeute 11. Dans le diagnostic, dans les temps de repos ou les produits à utiliser, la notion de santé (largement utilisée pour justifier la lutte contre le dopage) est davantage comprise comme un niveau physique compétitif que comme l’entend l’Organisation mondiale de la santé, par exemple. Le recours à l’éthique sportive intervient de façon prépondérante dans leurs entretiens.

  • 11  J. Collin, N. Damestoy et R. Lalande, « La construction d’une rationalité : les médecins face à la (...)

25Le troisième élément, expliquant cette fois le recours à l’éthique médicale, est relatif à la proximité avec la douleur quotidienne du patient. Cette attitude n’est pas propre au monde du sport. Des sociologues canadiens se sont intéressés aux prescriptions, plus importantes qu’à la normale, de produits psychoactifs aux personnes âgées en maisons de retraite11. Les médecins, qui y travaillent quotidiennement, établissent leurs diagnostics à partir des connaissances acquises sur les bancs de la faculté de médecine mais tiennent aussi compte de la douleur de leurs patients. C’est ainsi que les médecins cliniciens (versant santé publique, lutte contre la toxicomanie) rencontrés, qui perçoivent quotidiennement la douleur de leurs patients, se montrent également compréhensifs envers la prescription de produits hormonaux (dopants) pour les sportifs de haut niveau. Alors que leurs propositions thérapeutiques sont interdites par la loi française, ils le justifient par leur application de l’éthique médicale, soulignant ainsi leur désaccord avec la prise en compte de l’éthique sportive par certains médecins du sport. Situés à l’opposé, positionnés sur le rendement physique, les quelques médecins du sport rencontrés, proches des équipes de France, recourent également à l’éthique médicale pour justifier leur croyance dans la nécessité du rééquilibrage hormonal. Elle s’explique par leur très grande proximité plusieurs dizaines de jours par an, pendant les entraînements, stages et compétitions.

  • 12  Cahiers de l’INSEP, La santé du sportif de haut niveau, Paris, INSEP, 2001.

26Cette vision partagée par différents types de médecins nous amène à remettre en question l’étiquette systématique de « dopeurs » accolée aux médecins du sport prescrivant des produits dopants. Les médecins rencontrés estiment respecter l’éthique médicale en prescrivant des produits dont « manquent » les sportifs. Dans leurs discours, ils soulignent leur détachement de l’éthique sportive utilisée par les autres médecins du sport. Ce rejet nous ramène à un fait souligné en début d’article : la perte, en 1967, dans la dénomination de la Société de médecine du sport, de la référence à l’éducation physique. Ce choix consiste à délaisser un certain nombre d’activités physiques au seul profit d’une activité physique compétitive : le sport. En prenant cette décision, la médecine du sport n’est-elle pas devenue une médecine de la performance ? Dans quelle mesure reste-t-elle toujours comparable aux autres types de médecine ? Le questionnement est toujours d’actualité12 et montre une certaine tension en son sein. La santé telle qu’elle y est conçue est-elle comparable à celle développée par la médecine généraliste ou les différentes spécialités médicales ? Le recours à l’éthique sportive ne montre-t-il pas cette ambivalence ?

27Depuis 2002, la question de l’obésité semble se poser en tant que problème de santé publique. Actuellement, largement débattue par la médecine du sport, sa prise en compte permettrait d’atténuer cette tension en justifiant une utilité sociale unanimement reconnue. Celle-ci ne reposerait plus alors sur la seule, et très controversée, question du dopage.

Haut de page

Notes

1  M. Boigey, L’entraînement, Paris, Masson, 1948.

2  C. Brissonneau, Entrepreneurs de morale et carrières de déviants dans le dopage sportif. Prises de position et témoignages vécus dans la médecine du sport et dans deux disciplines sportives, l’athlétisme et le cyclisme (1960-2003), thèse de doctorat en sciences et techniques des activités physiques et sportives, université de Paris X-Nanterre, 2003.

3  H. Solomon, Le sport à tout prix : le mythe de l’exercice physique, Paris, Payot, 1985 ; J.-P. Koralsztein, La santé à l’épreuve du sport, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1986.

4  H. Becker, Outsiders, Paris, Métailié, 1985.

5  Dans certains cas, il nous a fallu trois ans pour obtenir cette confiance et l’entretien désiré.

6  R. Saya, « Sport dans la société », Médecine du sport, 1967, p. 237.

7  La testostérone, par exemple, est produite par l’homme.

8  C. Louveau et al., Dopage et performance sportive, Paris, INSEP, 1995, p. 31.

9  Le corps médical français, dans son ensemble, est plutôt marqué politiquement à droite (libéraux).

10  E. Freidson, La profession médicale, Paris, Payot, « Médecine et sociétés », 1984.

11  J. Collin, N. Damestoy et R. Lalande, « La construction d’une rationalité : les médecins face à la prescription de psychotropes aux personnes âgées », Sciences sociales et santé, vol. 17, no 2, juin 1999, p. 31-51.

12  Cahiers de l’INSEP, La santé du sportif de haut niveau, Paris, INSEP, 2001.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Brissonneau , « Hippocrate ou Coubertin : le dilemme de la médecine du sport », Éthique publique [En ligne], vol. 7, n° 2 | 2005, mis en ligne le 18 septembre 2015, consulté le 28 mars 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/1933 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.1933

Haut de page

Auteur

Christophe Brissonneau

Christophe Brissonneau est docteur en sciences et techniques des activités physiques et sportives (STAPS) au laboratoire « Sport et culture » de l’université Paris X-Nanterre.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org