Navigation – Plan du site
Enjeux éthiques et contraintes sportives

Société québécoise et dopage sportif : la morale sportive confrontée aux réalités contemporaines

Suzanne Laberge

Résumés

Cet article rend compte des résultats d’un sondage ayant pour objectif d’explorer les positions éthiques de la population québécoise en matière de dopage sportif (approbation-désapprobation, réglementation ou punition souhaitées). Les résultats indiquent l’existence de deux tendances. D’un côté, on note un courant conservateur de la morale sportive qui, par principe, se prononce contre la levée de l’interdiction des produits qui ne sont pas nocifs pour la santé et contre les applications des découvertes génétiques au domaine sportif mais en faveur de sanctions plus sévères pour les fautifs. De l’autre côté, on constate un courant plus libéral ou « réformiste », d’accord pour autoriser les produits qui ne sont pas nocifs pour la santé, ouvert au « dopage génétique » et en faveur de sanctions minimales ou modérées. Ce courant éthique semble davantage pragmatique et souhaite d’un ajustement des valeurs sportives à celles des sociétés démocratiques contemporaines, notamment lorsqu’il est question de santé.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article a présenté les résultats d’une recherche qui a reçu le soutien financier du ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport du gouvernement du Québec. Les tableaux des résultats n’ont pu être présentés, en raison des normes éditoriales de la revue Éthique publique. Les lecteurs qui désirent obtenir l’article incluant ces tableaux peuvent en faire la demande à l’auteur à l’adresse suivante : suzanne.laberge@umontreal.ca

Texte intégral

1Cet article présente et discute les résultats d’un sondage sur les positions éthiques de la population québécoise à l’égard du dopage sportif. Afin de mieux saisir la signification et la portée des résultats, nous voudrions, dans un premier temps, rappeler les origines de la régulation antidopage et le contexte sociohistorique qui ont mené à l’amplification du phénomène du dopage, et, dans un second temps, exposer les principaux arguments sur lesquels s’appuient les auteurs qui remettent en question les fondements éthiques et la pertinence sociale de l’interdiction du dopage.

Régulation et dopage

  • 1  P. Laure, Le dopage, Paris, PUF, 1995.
  • 2  Sur l’évolution des politiques antidopage, voir P. Laure (dir.), Dopage et société, Paris, Ellipse (...)
  • 3  Nous utilisons le terme « morale » au sens de prescriptions ou codes qui proposent ou imposent une (...)

2Les historiens du sport s’entendent pour dire que les athlètes utilisent depuis toujours une variété de substances pour améliorer leur performance1. Jusqu’à la moitié du vingtième siècle, on ne parlait pas de « dopage » mais d’utilisation de « fortifiants », de « stimulants » et autres « remontants » faisant fréquemment partie de la pharmacopée et du modus operandi des sportifs. La consommation de substances susceptibles d’améliorer la performance n’est devenue un « comportement déviant » qu’avec la multiplication d’indices selon lesquels la prise d’amphétamines était répandue chez les athlètes (jeux olympiques d’Oslo en 1952 et de Melbourne en 1956), et surtout après deux décès amplement médiatisés survenus dans les années 1960 : la mort du cycliste Knut Jensen lors des jeux olympiques de Rome (1960, premiers jeux faisant d’ailleurs l’objet de retransmissions télévisuelles) après qu’il eut absorbé des amphétamines et des excitants ; et celle de Tom Simpson, dans des circonstances analogues, lors du Tour de France de 1967. Fait étonnant, ce n’est pas l’institution sportive qui prit l’initiative de la réglementation de ce qu’on appela dès lors le dopage, mais les autorités politiques : les gouvernements belge et français sont en effet les premiers à promulguer, en 1965, une loi interdisant le dopage en sport2. L’institution sportive emboîte le pas en 1967 et le Comité international olympique (CIO) met sur pied une commission médicale qui aura pour mission de proposer une réglementation interdisant le dopage. La règle 26 (établissant le caractère illégitime du dopage) est alors enchâssée dans la charte olympique : la non-consommation de substances ergogènes (tout comme l’exclusion de procédés déloyaux) devient ainsi constitutive de la « morale3 » sportive. La régulation sera accompagnée de plusieurs mesures, par exemple : constitution d’une liste de substances et de procédés prohibés en ce qu’ils sont susceptibles d’améliorer « de façon déloyale » la performance et que leur effet est potentiellement nocif pour la santé (cette liste ne cessera de s’allonger avec les années) ; mise au point de tests capables de détecter des substances interdites dans le corps humain (certaines substances sont actuellement interdites mais non encore détectables) ; établissement de sanctions pour les éventuels fautifs.

  • 4  Nous utilisons le terme « éthique » au sens de principes et de valeurs partagés par une collectivi (...)
  • 5  P. Laure, Éthique du dopage, Paris, Ellipses, 2002.
  • 6  N. Fost, « Banning Drugs in Sports : A Skeptical View », Hastings Center Report, août 1986, p. 9 ; (...)
  • 7  « Le sportif n’est pas entièrement responsable de ses actes : il devient un enfant à protéger cont (...)

3Deux arguments vont essentiellement servir, et servent encore, de fondements à l’interdiction du dopage : le respect de l’« éthique » sportive et la protection de la santé des athlètes4. Dans le premier cas, on renvoie à la notion de fair play et au principe des « chances égales pour tous » qui sont au cœur de la charte olympique : recourir au dopage engendrerait une inégalité des chances de victoire entre les athlètes5. Dans le second cas, on adopte une posture quelque peu paternaliste6 en présumant que les athlètes ne sont pas en mesure d’évaluer correctement ce qui est nocif pour leur santé7 ou qu’ils n’ont pas le « droit » de porter atteinte à leur santé dans leur recherche de « dépassement de soi ».

  • 8  L’admission des joueurs professionnels en basket-ball, en hockey et en tennis, par exemple, engend (...)
  • 9  La médiatisation accentue le prestige associé à la victoire. Elle dote la performance sportive d’u (...)
  • 10  J.-F. Bourg, « Le dopage », dans G. Vigarello (dir.), L’esprit sportif aujourd’hui, Paris, Encyclo (...)

4Plusieurs transformations, tant intérieures qu’extérieures au sport, ont marqué les dernières décennies et contribué à la complexification et à l’amplification du phénomène du dopage. Au sein de l’institution sportive, trois importants changements ont accentué les enjeux et accru la valeur symbolique et économique des résultats sportifs (et en corollaire les profits tirés de l’utilisation de substances en vue de gagner) : l’élimination de la règle d’amateurisme de la charte olympique8, la médiatisation croissante des compétitions sportives9 et l’investissement de plus en plus prononcé du secteur privé dans le domaine du sport (commandites des athlètes, bourses à la performance). Sur le plan social, on observe une exaltation de la compétitivité, de la performance et de l’individualisme, donnant à la compétition sportive valeur d’exemplarité. On assiste en même temps à une forte progression des connaissances scientifiques en pharmacologie, en biotechnologie, en neurosciences, qui seront exploitées par l’entraînement sportif. Ces transformations se produisent dans un contexte où la circulation de l’information et des produits est largement facilitée par la mondialisation. La performance sportive est ainsi devenue une production sociale où sont impliqués un grand nombre d’acteurs (scientifiques, économiques et politiques) qui en tirent un profit économique et symbolique (de prestige). Bourg affirme à cet égard : « Le dopage s’inscrit à la fois dans le cadre d’une trans-formation sociétale (esprit de concurrence et de compétition, obligation de résultat) qui exige de l’individu qu’il soit meilleur que lui-même, et dans un mouvement général de médicalisation de la société qui s’accompagne d’une instrumentalisation du corps10

Réflexion éthique sur la prohibition du dopage

  • 11  Voir entre autres R. Beamish et I. Ritchie, « From Chivalrous “Brothers-in-Arms” to the Eligible A (...)

5À partir des années 1990, un nombre croissant d’observateurs ont proposé une réflexion éthique sur la prohibition du dopage11. Le questionnement cible le plus souvent le double fondement de l’interdit. Concernant le principe des chances égales pour tous, certains estiment que l’interdit ne favorise pas l’égalité des chances, mais accentue au contraire l’inégalité en favorisant les déviants qui réussissent à contourner les tests ou qui trouvent les moyens de ne pas se faire prendre. En effet, le témoignage de plusieurs médaillés olympiques retraités et la saisie de produits dopants lors des compétitions internationales (non reliées aux tests antidopage) attestent de l’inefficacité des mesures de lutte contre le dopage et, en conséquence, de la préservation du principe d’égalité des chances. Comme il semble que la consommation de substances ergogènes soit relativement répandue et qu’elle ne puisse être contrôlée, plusieurs des commentateurs arrivent à la conclusion qu’il serait plus juste et « moins hypocrite » de lever l’interdit. En ce qui a trait au second argument, la santé des athlètes, on estime que la prohibition accentue plutôt qu’elle ne limite les risques, et ce, pour diverses raisons : l’interdit engendre l’utilisation de substances pour masquer la prise de produits illicites qui peuvent être nocives pour la santé ; il contraint les athlètes à faire appel au marché noir où la qualité des produits ne peut être contrôlée ; il limite la possibilité d’obtenir une surveillance médicale ou la facilité avec laquelle on a recours à cette surveillance, ce qui contribue au risque d’absorption de doses excessives ; enfin, il peut favoriser la diffusion du VIH ou d’autres maladies, comme l’hépatite C, transmises par le partage de matériel d’injection mal stérilisé.

  • 12  Le cas de Jim Thorpe est une illustration intéressante à cet égard. En 1912, ce médaillé d’or en p (...)
  • 13  R. Beamish et I. Ritchie, art. cité.
  • 14  N. Fost, art. cité ; F. Péronnet, « Le dopage : une question à regarder en face », dans Centre nat (...)

6D’autres mettent en évidence les transformations apportées aux principes mêmes de l’institution sportive, pointant particulièrement du doigt la levée de la règle d’amateurisme qui se fondait sur le principe de gratuité de l’effort et de désintéressement au cœur du sport olympique12. Les principes olympiques ne seraient donc pas immuables. On n’aurait pas pu imaginer, avant 1974, que des athlètes professionnels soient un jour admis dans les rangs des athlètes amateurs ; peut-être en est-il de même aujourd’hui où on ne peut imaginer que la consommation de substances ergogènes soit autorisée13. Enfin, plusieurs soulignent les incohérences dans l’application des principes : les sources d’inégalités sont nombreuses dans le sport, mais seul le dopage fait l’objet d’une régulation. En ce qui a trait à la santé, l’institution tolère des pratiques (notamment la boxe et le surentraînement) dont les effets nocifs sont connus et médicalement documentés14, mais prétend vouloir protéger la santé des athlètes en interdisant le dopage pour lequel la documentation médicale est plutôt parcimonieuse.

  • 15  Les articles dans la presse sportive de même que dans les magazines grand public en font d’une cer (...)

7Ces divers questionnements ne sont pas l’apanage des éthiciens et sociologues ; le débat se retrouve également au sein de la population15. Or la population fait incontestablement partie des acteurs qui exercent un rôle dans la régulation sociale. Son questionnement, sa tolérance ou sa réprobation peuvent éventuellement influencer tant l’institution sportive que les athlètes et autres acteurs impliqués dans le sport (commanditaires, médias, etc.). Le dopage est une question d’intérêt public en ce que les athlètes, les membres de l’institution sportive ainsi que les producteurs-distributeurs de produits dopants sont des membres des collectivités, et que le sport touche plusieurs autres secteurs d’activités sociales, tels l’école et le domaine politique (les athlètes représentent des pays). Toutefois, peu d’études à ce jour se sont penchées sur la position éthique des collectivités, sinon dans le cadre de sondages commandés par les médias à la suite de tests positifs de médaillés olympiques ou de découvertes spectaculaires de substances interdites (par exemple, le cas de l’équipe Festina au Tour de France de 1998 ou des nageuses chinoises au championnat mondial de natation en 2001).

8Nous voudrions dans cet article faire état de la position éthique de la population québécoise en matière de dopage (approbation ou désapprobation, réglementation ou punition souhaitées) et ainsi apporter une contribution à la connaissance d’un acteur négligé par la recherche en éthique sportive.

Appréciation de la réalité sportive

  • 16  Ce sondage fut réalisé entre le 21 et le 23 décembre 2000 auprès d’un échantillon (n=1000) représe (...)
  • 17  Le cas de la cycliste Geneviève Janson dont l’hématocrite fut jugé étrangement élevé et dont l’usa (...)
  • 18  Comme ce fut le cas lors des jeux olympiques de Séoul en 1988 où le sprinter Ben Johnson et des ha (...)

9La méthode des sondages se prête peu à l’étude des questions éthiques en raison de son manque de profondeur. Elle nous a semblé néanmoins appropriée pour mener à bien notre réflexion car l’objectif était d’identifier de grandes tendances et d’éventuelles variations populationnelles. Nous avons élaboré un questionnaire comprenant deux sections : la première comporte dix questions concernant l’appréciation du phénomène et la position éthique à propos de l’usage de substances améliorant les performances ; la seconde reprend trois questions d’un sondage sur le dopage génétique effectué en décembre 2000 par la firme SOFRES pour le journal L’Équipe16. La comparaison de données québécoises et françaises nous paraissait intéressante pour mettre en lumière la dimension culturelle des positions éthiques. Le sondage québécois comportait en outre des questions sur les caractéristiques sociodémographiques des personnes interrogées, permettant l’examen de variations éventuelles entre divers segments de la population (sexe, groupe d’âge, scolarité, statut socioéconomique). La firme SOM-Recherches et sondages a réalisé le sondage du 21 juillet au 2 août 2004 auprès d’un échantillon représentatif (n=1006) de la population québécoise âgée de dix-huit ans et plus. Étant donné l’impact possible des événements sportifs sur les positions éthiques de la population, précisons que le sondage a été réalisé deux mois avant la tenue des jeux olympiques d’Athènes 2004 et qu’aucun incident significatif relié au dopage ne s’était produit dans les six mois précédents17. La population québécoise n’était donc pas sous le choc d’une « honte » nationale comme cela ne manque pas d’arriver lorsqu’un de ses membres est pris en faute18.

  • 19  Il faut rappeler ici que la connaissance de la population en matière de sport et de dopage se cons (...)

10Toute position éthique se fonde sur plusieurs facteurs, notamment l’évaluation de la réalité et la force des principes qui la régulent. À cet égard, la première question du sondage visait à connaître le sentiment des Québécois à l’égard de l’application du principe d’égalité des chances dans les compétitions de haut niveau19. Les résultats montrent que la population se partage en deux camps : quatre personnes sur dix voient encore dans le sport le lieu par excellence de ce principe, les autres semblent plus pessimistes. Les hommes, les personnes plus âgées, plus scolarisées et dont le revenu est supérieur à la moyenne sont plus nombreux à ne pas croire à l’égalité des chances en sport de haut niveau.

  • 20  Le fait que le jugement qualitatif des performances ne s’applique qu’à un nombre limité de discipl (...)

11Mais quels sont les écueils que recontre l’application du principe de chances égales pour tous les athlètes ? Lorsque nous demandons – à tous, y compris ceux qui estiment que le principe est bien appliqué – « Parmi les trois éléments suivants, quel est celui qui, selon vous, nuit le plus au principe de chances égales pour tous dans les compétitions olympiques ? », le dopage est pointé par un plus grand nombre d’interrogés (près de 40 %), suivi de près par la richesse inégale des pays (34 %). Le manque de neutralité des juges n’est crucial que pour un sondé sur quatre (26 %)20. On note que les jeunes adultes (18-34 ans) et les personnes plus scolarisées accordent plus d’importance que les autres à la richesse inégale des pays, et que les femmes et les personnes moins scolarisées soulignent davantage le manque de neutralité des juges.

  • 21  Voir entre autres C. Louveau, M. Agostini, P. Duret, P. Irlinger et A. Marcellini, Dopage et perfo (...)
  • 22  Sur les athlètes canadiens, voir les statistiques aux adresses suivantes : http://www.cces.ca/pdfs (...)

12L’ampleur du phénomène du dopage demeure une donnée inconnue en raison de son caractère illicite. Les appréciations de la réalité sont en conséquence très variées tant dans le milieu sportif que non sportif21. Nous avons voulu les connaître car elles peuvent avoir des répercussions sur la position éthique des gens. Par exemple, on peut penser que le « problème » est à ce point répandu qu’il faut « composer avec » (le légitimer, comme ce fut le cas pour l’admission des athlètes professionnels), ou bien qu’il est d’une ampleur « maîtrisable » et alors accentuer la régulation, ou bien qu’il est marginal et juger que l’investissement dans la régulation n’est pas justifié. Près d’une personne sur deux (47 %) estime que la moitié ou plus des athlètes consomment des substances ergogènes ; 12 % croient même que le phénomène en touche plus des trois quarts. Étant donné que 75 % des personnes interrogées estiment que le quart et plus des athlètes utilisent des produits ergogènes, on peut dire que les Québécois ont l’impression que le dopage est passablement répandu dans les compétitions de haut niveau. Cette perception va à l’encontre des faits objectifs fournis par les tests antidopage qui n’indiquent qu’un très faible taux de cas positifs (en deçà de 1 %), que ce soit chez les athlètes canadiens, lors des compétitions olympiques, ou chez les sportifs professionnels comme en cyclisme22. Il est difficile de déterminer les facteurs explicatifs de cet écart entre la perception de la population et le taux attesté de fautifs, à moins de présumer que les cas qui ont fait les manchettes ont fortement marqué l’imaginaire collectif.

Position éthique

  • 23  Institut national du sport et de l’éducation physique et Institut de l’enfance et de la famille (I (...)
  • 24  S. Laberge et G. Thibault, « Dopage sportif : attitudes de jeunes athlètes québécois et significat (...)

13Même si le dopage ne constitue pas la seule, ni toujours la plus importante, source d’injustice dans le sport, une très forte majorité de sondés (87 %) s’opposent à la levée de l’interdit de substances ergogènes. Fait intéressant, l’analyse des résultats selon les caractéristiques sociodémographiques montre des proportions similaires pour toutes les caractéristiques, sauf pour ce qui est de l’appartenance linguistique : 22 % des anglophones seraient d’accord pour autoriser le dopage contre seulement 9 % des francophones. L’appui massif à la prohibition du dopage fait écho aux enquêtes, peu nombreuses il est vrai, abordant la question. Ainsi, une étude réalisée en France en 1993 auprès de 5 000 jeunes de 8 à 18 ans rapporte que 81 % désapprouvent que certains sportifs se dopent23. Également, dans une enquête menée en 1989 auprès de 2 296 jeunes participant aux jeux du Québec, 84 % s’opposent à l’idée de « permettre aux athlètes d’utiliser les produits qui sont actuellement défendus24 ». La libéralisation du dopage semble donc presque impensable dans un contexte où l’idéologie sportive s’est cristallisée autour de l’interdit. Pourtant, la forte adhésion des Québécois à la prohibition du dopage ne les empêche pas de penser que le phénomène est très répandu. Leur position éthique semble ainsi fondée sur une question de principe : « la loi, c’est la loi ».

14Toutefois, lorsque l’on enlève l’effet potentiellement nocif des substances interdites pour la santé, le point de vue des Québécois change de façon marquée : si les substances interdites ne sont pas nocives pour la santé, on passe de 12 % qui sont d’accord pour la légalisation en général à 57 %. Il faut cependant reconnaître que nous sommes en présence de deux positions (57 % sont d’accord et 41 % en désaccord) recueillant chacune une part substantielle de défenseurs. Cette relative opposition est présente au sein des divers groupes sociaux, sauf pour ce qui est du sexe : les femmes sont significativement plus nombreuses (63 %) que les hommes (50 %) à donner leur aval à la consommation de substances ergogènes si elles ne sont pas nocives pour la santé. Cette ouverture quelque peu surprenante suggère qu’une partie de la population a tendance à faire passer au second plan l’argument d’inégalité des chances pour donner la priorité à l’argument sanitaire.

  • 25  Cité dans P. Laure, Éthique du dopage, op. cit., p. 66.
  • 26  L’augmentation des charges d’entraînement et la diminution concomitante des temps de récupération (...)

15Cette ouverture à des substances ergogènes mais non nocives pour la santé s’est également manifestée depuis quelque temps au sein de l’institution sportive, non sans remous d’ailleurs. Dans une déclaration au journal El Mundo, le 26 juillet 1998 et en plein cœur de l’affaire Festina, Juan Antonio Samaranch, alors président du CIO, disait souhaiter une « réduction drastique de la liste de produits dopants », estimant que « tout ce qui ne porte pas atteinte à la santé de l’athlète » ne peut être considéré comme du dopage25. L’Agence mondiale anti-dopage (AMA) reprend partiellement cette position en 2001 en envisageant l’établissement d’une liste se limitant aux produits dont le pouvoir ergogène est démontré ; la question sanitaire n’est pas retenue comme critère d’inclusion dans la liste. Est-ce parce que la nocivité pour la santé de certaines substances ergogènes est difficile à prouver ? Est-ce parce que l’aspect thérapeutique-analgésique de certaines substances, ou encore le « droit au rééquilibrage26 », rend difficile leur interdiction ? Faute de pouvoir répondre à ces questions, on ne peut que constater que l’institution olympique n’est pas fermée à une réflexion sur le problème. Une éthique davantage « pragmatique » et adaptée à la pratique sportive contemporaine serait-elle en voie d’émergence ?

Opinions à l’égard des tests antidopage

16L’efficacité d’une politique et de la réglementation qui en découle constitue un autre élément pouvant influencer la position éthique. Nous avons ainsi voulu connaître la perception de l’efficacité des tests antidopage : six personnes interrogées sur dix estiment que les tests antidopage ne sont pas efficaces pour dissuader les athlètes d’utiliser des substances défendues. Ces personnes se recrutent d’ailleurs en majeure partie (60 %) parmi celles qui estiment que le dopage est répandu chez les sportifs de haut niveau. À l’opposé, près des deux tiers des gens qui pensent que les tests sont efficaces se retrouvent parmi ceux qui croient que le dopage est relativement peu répandu (c’est-à-dire n’impliquant que le quart des athlètes et moins). Toutefois, du même mouvement, près de neuf interrogés sur dix affirment qu’il est important de continuer à faire des tests même si leur effet dissuasif semble peu manifeste auprès des athlètes. Ainsi, d’une part, les Québécois montrent un certain pessimisme quant à l’efficacité de la réglementation mais, d’autre part, ils adhèrent massivement au principe de « c’est la loi et l’ordre ». Tout se passe comme si les tests avaient une valeur symbolique et que leur abandon signifiait que l’institution sportive admet avoir perdu le contrôle, tout comportement étant maintenant autorisé. Or aucune société ne permet à tous et chacun de faire à leur guise. Il importerait donc aux yeux du public que la société sportive continue de départager ce qui est « bien » et ce qui est « mal », les tests constituant une manifestation concrète de l’existence d’une morale proprement sportive.

17Nous avons bien sûr demandé, en question ouverte, à ceux qui considéraient comme important de continuer l’administration des tests antidopage pourquoi ils y tenaient malgré leur relative inefficacité. Six raisons principales ont été mentionnées (une seule était retenue) : c’est une question de principe (20 %) ; les tests permettent une certaine détection de fautifs (19 %) ; c’est le seul moyen de contrôle disponible (17 %) ; la peur d’être pris peut limiter l’expansion du phénomène (12 %) ; les tests peuvent progresser dans la détection des substances (9 %). La régulation sportive semble faire partie inhérente de la représentation sociale du sport chez les Québécois.

  • 27  P. Laure, Éthique du dopage, op. cit., p. 88.
  • 28  Une des premières initiatives de l’AMA a été d’harmoniser les sanctions entre les diverses fédérat (...)

18« Réguler les conduites dopantes, c’est en assurer la prévention et, en cas d’échec, la répression27.» Au-delà du maintien des tests, il s’agissait de savoir quelle répression ou sanction, aux yeux des Québécois, les athlètes jugés coupables de dopage devraient se voir imposer. On peut voir dans la sévérité de la sanction un indice de la plus ou moins grande tolérance au dopage. En réponse à la question « Selon vous, quelle devrait être la punition pour un athlète ayant consommé des substances interdites ? », la population québécoise paraît se répartir, assez proportionnellement, en trois groupes : un premier tiers (32 %), les « tolérants », ne donneraient aucune punition ou simplement une suspension d’un an ; un second tiers (36 %), les « modérés », donneraient une suspension de deux ou quatre ans28 ; et un dernier tiers (29 %), les « intolérants », donneraient une suspension à vie, sanction beaucoup plus sévère que celle fixée par l’AMA. Certains groupes de la population adoptent sur cette question des positions statistiquement distinctes : les hommes sont plus intolérants (35 %) que les femmes (23 %), les francophones (31 %) plus que les anglophones (22 %) et les gens aisés (35 %) plus que les moins nantis (22 %).

19Un examen des relations entre le degré de tolérance et la position quant à la levée de l’interdit des substances non nocives pour la santé révèle en outre que les tolérants sont plus nombreux à y donner leur accord (65 % contre 59 % pour les modérés et 43 % pour les intolérants). Également, les tolérants sont proportionnellement plus nombreux à penser que c’est « chances égales pour tous » dans les compétitions de haut niveau (40 %, contre 35 % pour les modérés et 27 % pour les intolérants). Tout se passe comme si, pour les tolérants, la consommation de produits dopants faisait « partie du jeu », la préoccupation sanitaire l’emportant sur le risque d’injustice engendré par la consommation de substances ergogènes. Pour les « intolérants », le dopage serait une tricherie, une entorse à la « pureté » du sport et une désobéissance grave à la règle sportive ; il doit en conséquence être puni de façon exemplaire. À leur avis, la morale sociale doit soutenir la morale sportive existante.

Découvertes génétiques et dopage

  • 29  Voir entre autres F. Lasne, L. Martin, J. de Ceaurriz, T. Larcher, P. Moullier, P. Chenaud, « “Gen (...)

20Cette section rend compte des réponses de la population québécoise à trois questions sur le dopage génétique que nous avons empruntées, pour fin de comparaison, à un sondage mené par la firme SOFRES pour le journal L’Équipe. La question des manipulations génétiques nous paraissait intéressante dans un contexte où la « révolution génétique » touche presque tous les secteurs de la vie ; les avancées de la thérapie moléculaire n’ont bien sûr pas ignoré les applications possibles dans le domaine du sport29.

21Premier résultat frappant : les Québécois sont nettement plus ouverts que les Français à l’utilisation dans le domaine sportif des découvertes de la génétique. En effet, un Québécois sur deux estime souhaitable d’appliquer les découvertes de la recherche génétique au domaine du sport et des activités sportives, pour seulement un Français sur trois. Toutefois, mentionnons que l’application des ces avancées dans les secteurs de l’alimentation, du fonctionnement du cerveau et des maladies graves obtient un assentiment supérieur à celui pour le sport auprès des Québécois, soit 65 %, 71 % et 82 % respectivement. Les Français montrent un ordre de préférence similaire, sauf que l’alimentation et le sport sont ex æquo à 31 %. Ainsi, les besoins en sport paraissent tout de même relativement secondaires en matière d’exploitation des découvertes génétiques. Notons que la population québécoise se divise à nouveau en deux groupes relativement proportionnels : d’un côté, 55 % sont favorables à l’utilisation des découvertes génétiques dans le domaine du sport, de l’autre, 43 % (avec un pourcentage élevé, 24 %, dans le « pas du tout souhaitable ») s’opposent à de telles applications. Les plus scolarisés sont d’ailleurs significativement plus nombreux à affirmer que de telles applications ne sont pas souhaitables. Ce groupe social est également surreprésenté au sein des intolérants.

22L’ouverture aux applications génétiques ne va cependant pas sans réserve : elle est fortement modulée par l’objectif poursuivi. La comparaison des résultats obtenus selon les différents objectifs permet de mieux cerner le principe qui est au fondement de la prise de position des personnes interrogées. L’objectif thérapeutique (remplacement d’organes blessés) recueille près de deux fois plus d’appuis que les objectifs de type ergogène (prolonger la durée de la carrière sportive et améliorer les performances). L’aspect sanitaire apparaît ainsi à nouveau prioritaire dans la position éthique des Québécois. Par ailleurs, l’analyse du degré d’accord en fonction des caractéristiques sociodémographiques des sondés révèle des différences notables : les femmes, les personnes moins scolarisées et les moins nantis sont plus nombreux à donner leur approbation aux applications génétiques de type ergogène. Ce sont ces mêmes groupes qui étaient plus nombreux à donner leur accord à la levée de l’interdit si les substances ne sont pas nocives pour la santé. Ils étaient en outre plus nombreux parmi les tolérants sur le plan des sanctions.

23Au chapitre des applications génétiques, la culture nord-américaine paraît creuser l’écart entre Québécois et Français. D’une part, les Québécois manifestent une approbation plus grande que les Français pour chacune des différentes applications mentionnées. D’autre part, l’augmentation de la résistance à l’effort et l’amélioration des performances recueillent la faveur de deux fois plus de Québécois que de Français. Cet appui supérieur aux applications de type ergogène dans le domaine du sport suscite un certain étonnement étant donné que la tradition sportive est beaucoup plus forte en France qu’au Québec. Serait-ce que le sport est pour les Québécois le symbole même de la performance et qu’ils sont imprégnés de la culture nord-américaine qui valorise à un point inégalé la performance et l’efficacité ?

24La confrontation des résultats obtenus pour le dopage sportif « traditionnel » avec ceux portant sur l’application des découvertes génétiques dans le domaine du sport suggère que les Québécois sont davantage ouverts aux applications de la génétique qu’au dopage traditionnel. En effet, on se rappelle que seulement 12 % des sondés se sont dit d’accord avec la levée de la prohibition de substances ergogènes, alors que plus de la moitié estiment souhaitable l’application des découvertes génétiques au domaine sportif, et plus du tiers sont favorables à une application de type ergogène. Serait-ce que les applications de la génétique ne sont pas considérées comme une forme de dopage ? Voilà ce qu’il fallait vérifier.

25En réponse à la question « Selon vous, ces différentes applications de la génétique dans le sport peuvent-elles être considérées comme une forme de dopage ? », une majorité appréciable (57 %) de Québécois répondent par l’affirmative. Nous sommes tout de même loin du jugement de 76 % des Français qui considèrent ces applications comme une forme de dopage. Manifestement, les Québécois ne voient pas les avancées de la génétique du même œil.

26Un examen des données en fonction des caractéristiques sociodémographiques ne montre aucune différence significative si ce n’est entre les sexes. Ainsi, les hommes ne veulent pas que l’on modifie la pratique sportive actuelle : 41 % considèrent les applications génétiques au sport comme une forme de dopage contre 29 % chez les femmes. Enfin, une analyse des relations entre les réponses obtenues aux différentes questions révèle que ceux qui ne considèrent pas les applications génétiques comme une forme de dopage sont plus nombreux à estimer souhaitable leur application au domaine sportif et sont surreprésentés parmi les tolérants et parmi ceux qui sont favorables à la levée de l’interdit des produits non nocifs pour la santé. Cette cohérence vient conforter notre interprétation des résultats : il existerait au sein de la population québécoise un courant qui incline à adopter une position éthique plus libérale en matière de dopage sportif de même qu’en matière d’application des découvertes génétiques. Il semble en outre que ce courant manifeste une sensibilité particulière en matière de santé propice à adoucir les préceptes de la morale sportive.

27Les grandes lignes de la position éthique de la population québécoise qui ressortent du sondage suggèrent l’existence de deux tendances. D’un côté, il y a ceux qui partagent la vision suivante : le principe des chances égales pour tous serait présent dans les compétitions olympiques ; le dopage serait en partie responsable des inégalités ; celui-ci serait répandu ; les tests seraient peu efficaces pour dissuader les athlètes de se doper et les sanctions devraient être plus sévères. De l’autre côté, il y a la vision opposée : le principe des chances égales pour tous ne se concrétiserait pas vraiment ; la richesse inégale des pays et la partialité des juges seraient autant de sources de chances inégales de victoire pour les athlètes ; le dopage ne serait pas endémique ; les tests seraient relativement efficaces pour dissuader l’usage de produits ergogènes et les sanctions ne devraient pas être trop sévères. Par ailleurs, dans les deux courants, les Québécois sont majoritairement contre la levée de la prohibition et pour le maintien des tests antidopage, peu importe leur efficacité.

28Lorsque les personnes interrogées sont confrontées à l’argument sanitaire et aux avancées des manipulations génétiques, les deux positions éthiques se précisent. D’un côté, il y aurait un courant, que l’on pourrait qualifier d’« intégriste » (au sens du rejet des transformations), qui est contre la levée de l’interdiction des produits qui ne sont pas nocifs pour la santé et qui est contre les applications des découvertes génétiques au domaine sportif ; c’est le courant qui prône également des sanctions extrêmes, telle la suspension à vie. De l’autre côté, il y aurait un courant plus libéral ou « réformiste » qui est prêt à autoriser les produits qui ne sont pas nocifs pour la santé et qui se montre ouvert au « dopage génétique », lequel n’est pas, dans ce cas, considéré comme une forme de dopage ; c’est le courant qui prône également des sanctions minimales ou modérées. La préoccupation sanitaire des tenants de cette dernière position est manifeste dans leur ouverture plus prononcée aux applications thérapeutiques du dopage génétique. Ce courant éthique semble davantage pragmatique et en faveur d’un ajustement des valeurs sportives à celles des sociétés démocratiques contemporaines.

  • 30  G. Lipovetsky, Le crépuscule du devoir. L’éthique indolore des nouveaux temps démocratiques, Paris (...)

29On pourrait voir dans ces deux courants l’expression d’un mouvement que Lipovetsky appelle « post-moraliste ». Ce mouvement se caractériserait par l’érosion et la transformation de l’idéal de progrès moral qui a marqué la période moderne. Un trait dominant de ce mouvement serait justement la présence de deux courants apparemment opposés. En matière de lutte contre le dopage, Lipovetsky identifie d’une part un courant éthique se fondant principalement sur la réaffirmation des règles du jeu et pour lequel « la fin poursuivie n’est plus que la reproduction de la sphère sportive en tant que telle et la morale l’instrument adapté à cette perpétuation : point d’autre finalité que la préservation de la vie du sport en tant que telle30 ». Il repère d’autre part un courant éthique plus pragmatique où les principes hygiénistes l’emportent sur les principes originels de l’éthique sportive. Dans ce dernier cas, la morale sportive s’ajusterait aux nouvelles réalités et valeurs des sociétés contemporaines en privilégiant la protection de la santé des athlètes plutôt que des principes absents de la réalité contemporaine. Toutefois, seule une étude des positions éthiques à l’égard d’autres sphères d’activités sociales pourrait nous permettre de vérifier la présence d’un tel mouvement postmoraliste au sein de la population québécoise.

  • 31  Voir l’article de Blair Tindall, « Better Playing Through Chemistry », paru dans le New York Times(...)

30En terminant, nous aimerions souligner la spécificité et la valeur d’exception dont jouit le sport au regard des autres sphères de la vie sociale. En effet, on est en droit de se demander pourquoi la société souhaite davantage protéger la santé des sportifs de haut niveau que celle du citoyen, ou encore davantage assurer l’égalité des chances entre les sportifs qu’entre les travailleurs. Le cas des musiciens faisant usage de bêtabloquants (substances interdites en sport de haut niveau) met bien en lumière le caractère « exceptionnel » du sport. Le recours aux bêtabloquants par les musiciens a en effet été attesté dès les années 1970, et un sondage effectué en 1987 par la Conférence internationale des musiciens d’orchestre symphonique indiquait que plus du tiers des musiciens en consommaient31. Pour les musiciens d’orchestre symphonique, comme pour les sportifs, il s’agit d’être « parfait », de réaliser une prestation de haut niveau, éventuellement de se dépasser. Leur succès aux concours musicaux est déterminant pour être sélectionnés et décrocher un poste. Or cet usage est toléré même s’il peut être jugé de façon négative par certains. Pourquoi ne s’inquiète-t-on pas de la santé des musiciens ? Pourquoi ne met-on pas en place une réglementation visant à protéger la pureté des prestations musicales et l’égalité des chances de travail entre les musiciens ?

31L’institutionnalisation des pratiques sportives explique vraisemblablement en partie la position éthique plus sévère adoptée par la population. L’institution sportive a pour mission de veiller à la pérennité de l’image de « pureté » du sport auprès de la société. Les positions éthiques de la société laissent croire que la mission est bien remplie, à moins que ce ne soit parce que l’on veut conserver cette dernière illusion : le sport serait le dernier retranchement de la pureté, de la justice et du dépassement de soi dans une société affectée par de multiples dérives.

Haut de page

Notes

1  P. Laure, Le dopage, Paris, PUF, 1995.

2  Sur l’évolution des politiques antidopage, voir P. Laure (dir.), Dopage et société, Paris, Ellipses, 2000, et B. Houlihan, Dying To Win : Doping in Sport and the Development of Antidoping Policy, Strasbourg, Conseil de l’Europe, 1999.

3  Nous utilisons le terme « morale » au sens de prescriptions ou codes qui proposent ou imposent une norme de conduite à des personnes ou des collectivités.

4  Nous utilisons le terme « éthique » au sens de principes et de valeurs partagés par une collectivité donnée ou propres à une institution donnée, et qui fondent la réflexion et le questionnement sur les codes de conduite. L’accent mis sur l’éthique ou sur la santé des athlètes a varié à travers le temps dans les discours politiques et dans ceux de l’institution sportive, mais les deux aspects ont toujours été présents (voir P. Irlinger, « Les fondements éthiques de la lutte contre le dopage », dans P. Laure (dir.), Dopage et société, op. cit., p. 46-47).

5  P. Laure, Éthique du dopage, Paris, Ellipses, 2002.

6  N. Fost, « Banning Drugs in Sports : A Skeptical View », Hastings Center Report, août 1986, p. 9 ; F. Siri et W. Lowenstein, « Dopage et morales du sport », dans M. Canto-Sperber (dir.), Dictionnaire d’éthique et de philosophie morale, Paris, PUF, p. 468.

7  « Le sportif n’est pas entièrement responsable de ses actes : il devient un enfant à protéger contre lui-même », selon l’analyse des textes législatifs effectuée par F. Siri et W. Lowenstein, art. cité, p. 468.

8  L’admission des joueurs professionnels en basket-ball, en hockey et en tennis, par exemple, engendre assurément une forme d’inégalité dans les compétitions olympiques ; on comprendra que les « amateurs » doivent mettre à profit des ressources supplémentaires pour affronter des athlètes payés par une entreprise privée et qui profitent de l’encadrement nécessaire à la production d’un spectacle.

9  La médiatisation accentue le prestige associé à la victoire. Elle dote la performance sportive d’un pouvoir additionnel que voudront exploiter les pouvoirs économiques (sous forme de commandites publicitaires) et politiques (pour mousser le prestige national).

10  J.-F. Bourg, « Le dopage », dans G. Vigarello (dir.), L’esprit sportif aujourd’hui, Paris, Encyclopædia Universalis, 2004, p. 139.

11  Voir entre autres R. Beamish et I. Ritchie, « From Chivalrous “Brothers-in-Arms” to the Eligible Athlete », International Review for the Sociology of Sport, vol. 39, no 4, 2004, p. 355-371 ; T. Black, « Does the Ban on Drugs in Sport Improve Societal Welfare ? », International Review for the Sociology of Sport, vol. 31, no 4, 1996, p. 368-381 ; T. Black et A. Pape, « The Ban on Drugs in Sports », Journal of Sport & Social Issues, vol. 21, no 1, 1997, p. 83-92 ; R. Coomber, « Drugs in Sport : Rhetoric or Pragmatism », The International Journal of Drug Policy, vol. 4, no 4, 1993, p. 169-178 ; N. Fost, art. cité, p. 5-10 ; V. Howard, « Fair Play : Ethical Issues of Doping in Sport », dans R. S. Laura et S. W. White (dir.), Drug Controversy in Sport : The Socio-Ethical and Medical Issues, Sydney, Allen & Unwin, 1991, p. 44-57 ; E. Köning, « Criticism of Doping : The Nihilistic Side of Technological Sport and the Antiquated View of Sport Ethics », International Review for the Sociology of Sport, vol. 30, nos 3-4, 1995, p. 247-259 ; M. Lavin, « Sports and Drugs : Are the Current Bans Justified ? », dans J. Boxill (dir.), Sports Ethics : An Anthology, Oxford, Blackwell, 2003, p. 189-196 ; I. Waddington, Sport, Health and Drugs : A Critical Social Perspective, New York, Routledge, 2000 ; A.-M. Waser, « De la règle du jeu au jeu avec la règle : le dopage dans le sport de haut niveau », dans F. Siri (dir.), La fièvre du dopage, Autrement, no 197, 2000, p. 187-198.

12  Le cas de Jim Thorpe est une illustration intéressante à cet égard. En 1912, ce médaillé d’or en pentathlon et en décathlon se voit retirer ses médailles et son statut d’amateur parce qu’on apprend qu’il avait reçu quelques centaines de dollars en jouant dans une ligue de baseball mineure en Caroline du Nord. En 1983, trente et un ans après la mort de Thorpe, le CIO remet des médailles à sa famille en guise d’excuse…

13  R. Beamish et I. Ritchie, art. cité.

14  N. Fost, art. cité ; F. Péronnet, « Le dopage : une question à regarder en face », dans Centre national de documentation sur les toxicomanies, Sport, toxiques, dépendance, Lyon, 1990, p. 30-44.

15  Les articles dans la presse sportive de même que dans les magazines grand public en font d’une certaine manière écho. Par exemple, P. Lacerte, « Olympiques : Oui aux drogues », L’Actualité, vol. 24, no 2, février 1999, p. 20-23.

16  Ce sondage fut réalisé entre le 21 et le 23 décembre 2000 auprès d’un échantillon (n=1000) représentatif de la population française âgée de quinze ans et plus ; pour plus de détails voir http://www.lequipe.com/Athletisme/champion_futur_3_carton.html.

17  Le cas de la cycliste Geneviève Janson dont l’hématocrite fut jugé étrangement élevé et dont l’usage d’une tente hypobare (simulant les conditions de l’altitude et destinée à renforcer la production naturelle d’érythropoïétine par l’organisme) provoqua certains questionnements ne fit que susciter une réflexion sur le flou entourant ce qui est légitime ou illégitime, efficace et non efficace, pour améliorer la performance.

18  Comme ce fut le cas lors des jeux olympiques de Séoul en 1988 où le sprinter Ben Johnson et des haltérophiles québécois furent reconnus coupables de dopage, ces deux cas ayant provoqué la mise en place de la commission d’enquête Dubin.

19  Il faut rappeler ici que la connaissance de la population en matière de sport et de dopage se construit surtout à travers les événements relatés par les médias.

20  Le fait que le jugement qualitatif des performances ne s’applique qu’à un nombre limité de disciplines a pu affecter la fréquence de ce choix. Par ailleurs, il faut reconnaître que l’affaire Jamie Sale et David Pelletier en patinage artistique et l’erreur de la juge brésilienne dans le cas Sylvie Fréchette en nage synchronisée ont touché plus particulièrement les Québécois.

21  Voir entre autres C. Louveau, M. Agostini, P. Duret, P. Irlinger et A. Marcellini, Dopage et performance sportive, Paris, insep, 1995 ; P. Mignon, Le dopage : état des lieux sociologique, Paris, Documents du CESAMES, no 10, 2002, et I. Waddington, op. cit.

22  Sur les athlètes canadiens, voir les statistiques aux adresses suivantes : http://www.cces.ca/pdfs/CCES-MR-2003Q2Results-E.pdf et http://www.brocku.ca/sportlaw/domestic.htm ; sur les cyclistes, voir J.-P. de Mondenard, « Contrôle antidopage : le zéro pointé des statistiques », La Recherche, vol. 23, juillet-août 1992, p. 6-8 ; et, du même auteur, Le dopage aux Jeux olympiques, Paris, Amphora, 1996.

23  Institut national du sport et de l’éducation physique et Institut de l’enfance et de la famille (IDEF), Le sport, moi et les autres : pratiques et représentations du sport chez les jeunes, Paris, Collections de l’IDEF, 1993.

24  S. Laberge et G. Thibault, « Dopage sportif : attitudes de jeunes athlètes québécois et significations dans le contexte d’une éthique post-moderne », Loisir et société, vol. 16, no 2, 1993, p. 363-388.

25  Cité dans P. Laure, Éthique du dopage, op. cit., p. 66.

26  L’augmentation des charges d’entraînement et la diminution concomitante des temps de récupération ont amené certains médecins sportifs à réclamer le « droit au rééquilibrage hormonal ou biologique », c’est-à-dire le droit de faire usage de certaines substances ergogènes qui compensent les pertes causées par l’entraînement (voir C. Louveau et al., op. cit., p. 31).

27  P. Laure, Éthique du dopage, op. cit., p. 88.

28  Une des premières initiatives de l’AMA a été d’harmoniser les sanctions entre les diverses fédérations sportives. L’AMA a opté pour une suspension de deux ans pour une première faute. Quelques fédérations sportives (soccer-football, cyclisme et tennis) voulaient maintenir des sanctions moins sévères, mais ont dû obtempérer pour pouvoir être reconnues par le CIO.

29  Voir entre autres F. Lasne, L. Martin, J. de Ceaurriz, T. Larcher, P. Moullier, P. Chenaud, « “Genetic Doping” with Erythropoietin cDNA in Primate Muscle Is Detectable », Molecular Therapy, vol. 10, no 3, 2004, p. 409-410.

30  G. Lipovetsky, Le crépuscule du devoir. L’éthique indolore des nouveaux temps démocratiques, Paris, Gallimard, 1992, p. 122.

31  Voir l’article de Blair Tindall, « Better Playing Through Chemistry », paru dans le New York Times du 17 octobre 2004 et accessible sur internet : http://www.mozartinthejungle.com/work5.htm. On peut également entendre des entrevues effectuées auprès de musiciens et présentées dans un reportage à l’émission Le point sur la chaîne de Radio-Canada le 30 mars 2005 : http://radio-canada.ca/actualite/lepoint/.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Suzanne Laberge , « Société québécoise et dopage sportif : la morale sportive confrontée aux réalités contemporaines », Éthique publique [En ligne], vol. 7, n° 2 | 2005, mis en ligne le 18 septembre 2015, consulté le 20 août 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/1926 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.1926

Haut de page

Auteur

Suzanne Laberge

Suzanne Laberge est professeur titulaire et responsable du laboratoire de sociologie du sport au département de kinésiologie de l’université de Montréal.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org