Navigation – Plan du site
Enjeux éthiques et contraintes sportives

Le pur, l’impur et le secret. Le dopage dans quatre journaux français

Éric Perera et Jacques Gleyse

Résumés

L’étude de quatre grands périodiques sportifs au cours du vingtième siècle en France fait apparaître plusieurs déclinaisons du rapport au dopage au travers du discours journalistique. Le travail s’appuie sur les théories de Mary Douglas concernant les pollutions, impuretés et autres souillures. Il se penche également sur le concept de « secret ».

Haut de page

Notes de l’auteur

Cette étude fait partie d’un projet plus vaste dirigé par Yves Boisvert de l’École nationale d’administration publique du Québec et par Suzanne Laberge de l’université de Montréal, et qui a reçu un appui financier du ministère des Relations internationales du Québec, du secrétariat au Loisir et au Sport et du ministère de l’Éducation du Québec.

Texte intégral

  • 1  A. Noret, Le dopage, Paris, Vigot, 1990 ; P. Laure, Histoire du dopage et des conduites dopantes : (...)
  • 2  P. Yonnet, Système des sports, Paris, Gallimard, 1998 ; C. Brissonneau, Entrepreneurs de morale et (...)
  • 3  A. Ducardonnet, G. Porte et P. Boulanger, Le guide sport santé, Paris, Édition no 1, 1995 ; M. Bou (...)
  • 4  B. Houlihan, Dying To Win : Doping in Sport and the Development of Antidoping Policy, Strasbourg, (...)
  • 5  J.-P. de Mondenard, Dopage : l’imposture des performances, Paris, Chiron, 2000 ; P. Laure, op. cit(...)

1Les pratiques dopantes interrogent depuis au moins trois décennies en France l’activité sportive de haut niveau et peut-être même depuis quelque temps celle de niveau régional. De nombreux auteurs mettent en évidence le problème éthique qu’elles soulèvent1. Dans la perspective sanitaire qui touche les sportifs, la communauté médicale joue un rôle central en ce qui concerne la définition des limites de cette pratique2. Les risques liés au dopage sont divulgués et traités de façon à mettre en garde les athlètes mal avisés3. Parallèlement, la lutte antidopage tente d’enrayer le phénomène en puisant dans la science des moyens toujours plus fiables de détection4. Pourtant, l’homme, depuis des millénaires et dans tous les domaines, est tenté de dépasser ses propres performances naturelles avec l’aide de substances artificielles dans le but d’aller plus vite, plus loin, plus longtemps, mais aussi dans des perspectives rituelles (rites de passages et d’initiation). En tout état de cause, l’histoire du sport recoupe bien souvent l’histoire du dopage et certains n’hésitent pas à l’illustrer5.

  • 6  A. Noret, op. cit., p. 15.

2De nos jours, le dopage demeure une réalité bien ancrée dans les esprits et dans les médias. Les témoignages redondants et les scandales médiatiques de ces dernières années ont participé à sa banalisation. Par exemple, le docteur De Lignières affirme devant les caméras de télévision, à l’issue du congrès de médecine du sport en 1980, que « 70 % des athlètes français de haut niveau se dopent6 ».

  • 7  G. Peters, dans N. Midol, Performance et santé, AFRAPS, 1991, p. 125.

3On constate qu’une réelle prise de conscience n’est effective que depuis une vingtaine d’années alors que la pratique du dopage existe probablement depuis l’avènement des premiers sports. D’après G. Peters, ce ne sont que les substances employées qui ont varié au cours du temps et qui continuent à évoluer rapidement7.

4La source principale de nos informations sur le sujet est le discours écrit de quatre grands périodiques sportifs français : La Vie au grand air, Le Miroir des sports, L’Auto et L’Équipe. On a exploré la couverture que ces grands périodiques ont faite du Tour de France cycliste (à partir de 1903), qui constitue l’essentiel du corpus, des coupes du monde de football et des jeux olympiques. Ensemble, ils témoignent de presque tous les événements sportifs du vingtième siècle : le journal L’Auto naît en 1903 et s’éteint en 1914 ; La Vie au grand air est publié de 1898 à 1920 ; Le Miroir des sports couvre la période de 1948 à 1968 ; quant à L’Équipe, qui voit le jour au sortir de la seconde guerre mondiale, en 1946, nous le consulterons jusqu’en 1998, année de l’affaire Festina dans le Tour de France cycliste. Au total, ce sont cinq cent quatre-vingt-deux articles concernant le dopage, ou plus généralement les aides ergogéniques, qui ont été consultés. Sur le plan théorique, l’analyse des différents articles se fonde sur un triptyque formé par l’opposition du pur et de l’impur, conditionné par le secret.

  • 8  M. Douglas, De la souillure. Essai sur les notions de pollution et de tabou, Paris, La Découverte (...)
  • 9  M. Douglas, « La pureté du corps », Terrain : carnets du patrimoine ethnologique, n° 31, 1998, p.  (...)
  • 10  M. Douglas, De la souillure, op. cit., p. 201.

5Le pur et l’impur sont des concepts utilisés par l’anthropologue Mary Douglas. Elle propose une réflexion sur la saleté et la pollution comme faits sociaux. Elle montre que « la réflexion sur la saleté implique la réflexion sur le rapport de l’ordre au désordre, de l’être au non-être, de la forme au manque de forme, de la vie à la mort8 ». Elle affirme par ailleurs que « l’“impur” justifie un rejet. C’est une accusation, une exécration. À la manière d’une étiquette qui serait apposée à une personne, cela peut lui assurer l’exil ou la mort9. » Cela n’est pas sans rappeler la stigmatisation des procédés liés au dopage lorsque, les dernières décennies, un sportif de haut niveau a été testé positif. Car, mise en danger, la pureté « déchaîne les passions des membres de toutes les sociétés10 ».

6Le secret constitue un troisième aspect à prendre en compte pour saisir le mouvement contradictoire du « tout ou rien » du pur et de l’impur. En effet, l’impur est souvent associé pour ce qui concerne le dopage à la notion de secret. Le secret masque peut-être l’impur, lui donnant les apparences du pur mais peut aussi, on va le voir, transformer le pur en impur. C’est à travers cette ambiguïté et ce filtre théorique que le phénomène du dopage, et plus généralement celui des aides ergogéniques, sera analysé.

7Il faut enfin revenir sur la méthode de repérage qualitatif des articles dans les journaux. Les thèmes qui ont guidé le choix des articles sont les suivants : dopage, doping, tricherie, nourriture, alimentation, soigneurs, entraîneur, mystère, poisons, médecins, soins, fraudes, « charge », « topette », excitants… mais aussi secret, pur et impur, sain et malsain. Tout cela complété, par la suite, d’une analyse qualitative classique de contenu.

L’eau pure comme modèle initial

  • 11  G. André, « Pour donner confiance aux coureurs : la bouteille merveilleuse », Le Miroir des sports(...)

8Un article du Miroir des sports de 1922, intitulé « Pour donner confiance aux coureurs : la bouteille merveilleuse », donne une sorte de double lecture assez typique de tous les articles jusqu’à la deuxième guerre mondiale. Le texte décrit, sous la plume de Géo André, quelques scènes des jeux olympiques de 1908 : « Sur le terrain, je fus immédiatement frappé par toutes les précautions de mes adversaires […] Je remarquais […] que les entraîneurs présents dissimulaient sous des peignoirs certaines bouteilles qu’ils saisissaient […] pour en donner à boire à leurs poulains. Il ne pouvait y avoir aucun doute : ces bouteilles contenaient des produits spéciaux qui devaient donner aux sauteurs des qualités d’élasticité […] inconnues. Malgré ces fameuses bouteilles magiques, je finis par triompher de tous sauf du gagnant. » Par la suite, Géo André raconte qu’il dérobe une de ces bouteilles magiques, car il est sûr qu’elles contiennent un produit douteux. « J’allais chez un pharmacien lui demandant l’analyse de mon eau. […] Il me fut répondu que celle-ci jouissait d’une grande pureté et qu’il n’y avait dedans rien d’anormal. » En fait, cette histoire a pour but de démontrer qu’il n’y a « point de secrets sensationnels pour l’entraînement : la simple logique et le bon sens secondés d’une longue pratique et d’un esprit observateur11 » suffisent.

9Un système « mythologique » se constitue donc ici valorisant une pratique saine, sans dopage du sport de haut niveau, et une image de pureté de l’athlète similaire à l’eau pure, à sa transparence. On comprend donc que tout ce qui pourra ensuite entacher cette pureté et opacifier cette transparence sera susceptible d’altérer le mythe.

10Mais Géo André tient ce discours pour tenter de mettre en place un guide de proscription des pratiques considérées comme moralement répréhensibles, comme l’usage de produits dopants ou tout au moins stimulants, selon un système d’opposition où « l’eau pure » affronte « les produits spéciaux ». La nature se trouve en quelque sorte mise en conflit avec la chimie ou la pharmacopée. Le pur est face à l’impur, mais l’on voit aussi très bien que c’est avant tout le secret qui soulève le soupçon. Si bien que, une fois le secret levé, l’aide ergogénique devient de toute évidence moins problématique.

L’affaire Mallejac comme révélateur

  • 12  M. Douglas, Leviticus as Literature, Londres, Oxford University Press, 1999 ; et, du même auteur, (...)

11C’est la dichotomie pur-impur, sain-malsain qui conduira à la naissance d’une véritable lutte étatique contre le dopage à partir des années 1960 et à la dénonciation de celui-ci par tous les médias dès la décennie suivante. On retrouve bien évidemment de ce point de vue les systèmes d’oppositions et d’interdits mis en évidence par Mary Douglas12. En fait, les interdits alimentaires, nutritionnels, mais aussi comportementaux sont la métaphore de la structure d’une société. Ainsi les aides ergogéniques, lorsqu’elles se muent en dopage (donc en interdit alimentaire et nutritionnel), témoigneraient de la société sportive dans laquelle elles s’inscrivent. À ce titre, les concepts de pur et d’impur peuvent être utilisés pour analyser l’espace social du sport de haut niveau.

  • 13  Le Miroir des sports, 4 juillet 1955, p. 39.

12Dans un premier temps, les journaux que nous avons examinés ne se préoccupent pas du dopage. Ils sont avant tout soucieux de constituer l’athlète ou le coureur en modèle de pureté. Cela change lorsqu’on constate que le comportement de certains concurrents est opaque en matière d’aide médicamenteuse. C’est ce qui se produit avec l’affaire Mallejac, comme le souligne un article : « L’effondrement de Mallejac a remis le doping d’actualité13

13La « remise »  d’actualité ressemble pourtant à une « mise » d’actualité car si, antérieurement, le dopage est discuté entre les journalistes (anciens coureurs la plupart du temps), les coureurs ou entraîneurs, rien n’en transparaît dans les journaux retenus. Les journalistes sportifs n’évoquent ce problème qu’exceptionnelle-ment avant 1955 et la plupart du temps en le traitant avec dérision ou humour comme si le dopage était un jeu. Si le dopage existe donc, son secret est bien gardé par les médias. C’est la défaillance où l’on frôle la mort qui conduit à révéler le secret.

  • 14  Ibid.

14L’effondrement de Mallejac entraîne une enquête sur « le mal honteux du cyclisme, mal protégé par une véritable conspiration du silence14 ». La question serait de savoir pourquoi les journalistes et les médias sportifs décident alors de le laisser éclater au grand jour pour le public. Sans doute y ont-ils perçu un danger pour l’équilibre du pouvoir dans la société sportive.

  • 15  « Pas de fumée sans feu », L’Équipe, 14 juillet 1959.

15À la suite de l’événement, le docteur Dumas, égérie de la lutte antidopage dans le Tour de France, affirme qu’il est « décidé à porter plainte pour tentative d’empoisonnement ». Car une question subsiste pour les journalistes et le docteur : « Qui a préparé la “topette” ? » Or si le regard des journalistes se tourne vers les soigneurs, comme ce sera souvent le cas, le docteur Dumas évoque lui une « conspiration du silence des coureurs »: « Marcel Bidot a découvert récemment dans une chambre des cachets qui ne sont délivrés que sur ordonnance et qui peuvent avoir des effets extrêmement redoutables. Quand il demande à qui ils appartenaient ce fut la conspiration du silence15

16En réalité, selon les termes de notre modèle interprétatif, les coureurs ne peuvent qu’être purs et, s’ils cachent un secret, c’est pour qu’ils le restent. Or, paradoxalement, une deuxième logique, extrêmement forte également, valorise la transparence absolue et donc le « non-secret », voire sa prohibition. Ainsi, tout produit « pur » peut devenir « impur » s’il est entaché du sceau du secret, à moins qu’il ne s’agisse de secret médical. Le médecin est alors le vecteur principal du rétablissement de l’ordre social.

  • 16  « La mort du Danois Jensen », L’Équipe, 30 septembre 1960.

17Après la défaillance de Mallejac associée à la prise d’amphétamines, vient la mort du Danois Jensen en 1960 qui fait éclater au grand jour, d’une part, la prise de Ronicol (médicament qui intensifie la circulation du sang) et, d’autre part, la dangerosité sanitaire des produits16. Une sorte de bascule du normal et du pathologique, du pur et de l’impur, se produit là qui touche aux limites de la vie et de la mort. Le produit censé guérir tue. À partir de 1964, Le Miroir des sports exprime clairement qu’un contrôle antidopage s’est mis en place.

18Une question demeure toutefois : pourquoi n’est-ce qu’en 1955 que les journaux laissent apparaître ce secret ? Pourquoi se croient-ils en conséquence tenus maintenant à la transparence ? Est-ce pour des raisons intradiscursives ou pour des raisons sociales, liées à une « épistémè » plus large ?

Pour penser le dopage : définir le pur et l’impur

19Avant l’affaire Mallejac, en 1955, le dopage n’est que très rarement évoqué explicitement dans les médias. Lorsqu’il l’est, la suspicion n’est pas aussi nette qu’elle le sera après cette date. On peut même se demander si une certaine tolérance ne va pas de soi à l’égard de produits stimulants souvent associés à des « fortifiants ». C’est pourtant la pureté, sinon l’ascétisme, qui est mise en avant dans les pratiques des coureurs.

  • 17  La Vie au grand air, no 597, 1904, p. 32.

20La mise en scène du corps des athlètes et des coureurs vante une alimentation saine, avec éventuellement des aides curatives telles les « pointes de feu » (c’est-à-dire l’implantation d’aiguilles rougies au feu dans des zones inflammatoires : traitement du mal par le mal). Au début du vingtième siècle, notamment dans La Vie au grand air, ce qui est évoqué, ce sont plutôt des « fraudes en tout genre », notamment des clous jetés sur la chaussée, la prise de raccourcis, l’utilisation de nourriture hors des points de ravitaillement. Un article de ce périodique, en 1904, est explicite : « Ils trichent tous dans cette course17. » Les seules aides ergogéniques que nous avons repérées en ce début de siècle sont une nourriture saine (thé, champagne, café, limonade, viande rouge…) et un entraînement rationnel (les coureurs américains, en 1919, dans La Vie au grand air). Pourtant, comme on l’a vu avec l’article de Géo André qui date de 1922, il existe déjà une suspicion en arrière-plan.

21Ce qui se définit, ce n’est pas l’impur, mais la pureté du champion et de tout ce qu’il absorbe, de tout ce qu’il touche. Pour pouvoir éventuellement plus tard présupposer l’impur, il faudra d’abord délimiter le pur.

  • 18  Le rapport ici entre le pur et l’impur reprend celui entre la raison et la folie (voir M. Foucault (...)

22Le discours sur le dopage ne peut exister en quelque sorte que comme le contrepoint d’un état de « pureté naturelle18 » décrite dans les premiers articles sur le sport. L’impur ne peut se penser qu’en opposition au pur. Il convient donc pour les médias, tout d’abord, de faire le tour de la « pureté ». C’est le lot de la plupart des articles du début du siècle, au moins jusqu’à la deuxième guerre mondiale. Il s’agit en fait d’ériger le coureur et l’athlète en modèles de pureté.

  • 19  L’Auto, 27 juillet 1914, p. 5.
  • 20  « L’alcool est un poison violent », L’Auto, 4 août 1907, p. 3.
  • 21  J.-P. de Mondenard, op. cit.

23À part le Koto, boisson à base de coca19 préconisée pour améliorer le rendement dans les cols, pratiquement aucun article ne parle de dopage avant la deuxième guerre mondiale. L’alcool est tantôt évoqué comme un stimulant tantôt déconseillé pour les épreuves de montagne20. L’eau est vantée. Le café et le thé sont plutôt valorisés, mais parfois aussi décriés car irritants. Rien n’est dit sur l’atropine, la strychnine ou d’autres produits dopants utilisés alors pour les chevaux et que l’on sait, par d’autres sources21, avoir été utilisés par les hommes au cours de cette période.

  • 22  La Vie au grand air, no 41, 1900, p. 84.

24Cependant, quelques soigneurs sont stigmatisés, on leur reproche de connaître des « secrets » parfois emportés dans la tombe… Ces secrets perdus sont perçus comme gênants par les journalistes. Un article de La Vie au grand air fait clairement allusion à la piqûre magique dont seul le soigneur connaît la recette : « Dans l’exercice de ses fonctions, le manager fait un peu acte de médecin et la seringue Pravaz n’a pas de secret pour lui, si elle en conserve pour l’épiderme de son poulain22. » Deux éléments sont à noter dans ce court passage : la notion de secret, qui laisse tout de même le coureur « pur » face à la possibilité d’impureté de la seringue, et le fait que le coureur soit appelé « poulain », ce qui renvoie aux courses de chevaux et donc à un possible dopage ou du moins à l’utilisation de produits impurs issus de l’hippisme.

  • 23  L’Auto, 8 juillet 1907, p. 3.

25Très vite, les soigneurs sont mis à l’index. Ils sont perçus comme nocifs pour les coureurs. Ils deviennent les véhicules privilégiés de l’impureté. Il est même question de les supprimer et de les remplacer systématiquement par des médecins. Quelquefois la suspicion s’exprime, mais aucune preuve n’est avancée ; on parle par exemple de préparation par les entraîneurs de « breuvages réparateurs23 » sans autre précision.

26De fait, les amphétamines sont certainement arrivées en France avec les soldats américains qui ont débarqué en 1944 en Normandie, et surtout avec les pilotes de la RAF lors de la bataille d’Angleterre, mais il n’est pas possible de dire qu’antérieurement il n’existait pas d’autres formes de dopage.

  • 24  La Vie au grand air, no 558, 1904, p. 32.

27Ce qui est certain, c’est la mise en exergue du rôle néfaste des soigneurs aussi bien en athlétisme que dans le Tour de France : « Elle prouve que les fraudes ont dû être nombreuses et que la suppression des entraîneurs et surtout des soigneurs est quasi illusoire24. » En fait, il s’agit de jeter la faute sur l’étranger (l’extérieur) mais aussi sur le plus faible, du point de vue symbolique, afin de ne pas récuser le principe de pureté (parfois naturelle : métaphore de l’eau pure) mais aussi de la « pureté de la race », sur lequel se fonde l’activité sportive dès son origine. L’être pur, c’est le champion. Le soigneur, lui, peut être impur, ce qui n’altère pas la pureté du premier sur le plan symbolique. En ce sens, la race d’un champion, comme celle d’un pur-sang, est souvent évoquée alors comme un des éléments susceptibles de fournir la victoire. Plus une race sera « pure », plus on peut attendre d’elle qu’elle porte des champions. On voit donc bien que ce concept de « pureté naturelle » ou essentielle est le constituant fondamental du mythe sportif.

28La notion de race « pure » ne pourra plus être utilisée après la deuxième guerre mondiale. Il existe pour les journaux étudiés de 1898 à 1936 des races dégénérées (les races européennes qui vivent dans le confort depuis longtemps) et des races sélectionnées sur l’audace, le courage et la force, telle la « race américaine ».

  • 25  La Vie au grand air, no 41, 1900, p. 552.
  • 26  La Vie au grand air, no 412, 1920, p. 21.

29Un article de La Vie au grand air explique que « la race anglo-saxonne » a des qualités que l’on ne peut trouver en Europe. En effet, c’est une « race jeune qui s’est développée dans le Nouveau Monde […] il y a la question d’atavisme qui barre le chemin de la victoire à notre génération [de Français]25 ». Plus clairement encore, on explique que c’est une race de pionniers qui a dû se battre contre d’immenses difficultés et a connu une sélection naturelle. Seuls les plus forts ont survécu. On retrouve cela encore en 1920 sous la plume du célèbre docteur Marc Bellin du Coteau : « La race américaine est une sélection naturelle à la mode du darwinisme : émigrés d’origine britannique ayant eu à lutter pour s’acclimater d’abord, pour vivre ensuite. Les sujets issus de cette sélection ont de toute évidence un potentiel énergétique supérieur à l’Européen stabilisé26

  • 27  La Vie au grand air, no 16, 1919, p. 58.
  • 28  L’Auto, 17 juillet 1907, p. 3.

30L’idée de dégénérescence de la race est évoquée, à la suite des théories de Darwin et surtout de Galton, par de nombreux médecins travaillant dans le domaine de l’exercice au cours de la période. Mais la notion de « race pure », purifiée ou non dégénérée, est tout de même relativisée dès 1919 par certains journalistes probablement à la suite du développement de l’internationalisme et de la guerre de 1914. La Vie au grand air, en 1919, explique que « nous ne croyons pas à la fatigue ou à la déchéance de la race française : nos athlètes bien entraînés peuvent rivaliser avec ceux du reste du monde27 ». Quelques pays européens peuvent parfois être exonérés de la pureté : « Les races latines sont merveilleuses vraiment […] les trois Italiens […] passent dans l’ordre28. » On peut aussi trouver ce genre de propos au sujet des Belges et des Suédois.

  • 29  La Vie au grand air, no 558, 1904, p. 405.

31Mais une purification ascétique peut également être mise en jeu. Ainsi, un article de 1904, dans La Vie au grand air, décrit « un crack à l’entraînement » et explique que le principal est une nourriture très saine, mais aussi que Meyers « sacrifie à sa forme une grande partie des plaisirs de l’existence29 ». Finalement, le coureur dont la race n’est pas « pure » doit trouver d’autres moyens de purification. L’ascétisme est bien connu dans toutes les religions du monde et ici utilisé dans le cadre de la « religion de l’excès », pour reprendre l’expression du baron de Coubertin.

  • 30  J.-M. Brohm, Sociologie politique du sport, Paris, Delarge, 1976.

32On perçoit en tout cas que, pour les médias sportifs étudiés, le coureur est bien, selon l’expression de Jean-Marie Brohm, « un modèle de comportement30 ». L’impur ne peut donc lui être imputé sous peine de discréditer le modèle.

Secret et suspicion

33La notion de secret est un des éléments pivots qui permettent de comprendre sur quelles bases se construit la notion de dopage et, d’une manière générale, ce qui distingue le moralement acceptable et le moralement inacceptable. Elle est une constante dans les représentations de l’entraînement. Les détenteurs de secrets sont en général des soigneurs ou des entraîneurs, jamais des médecins, du moins pendant toute la première moitié du vingtième siècle. La notion de secret dans le domaine sportif est essentielle pour permettre la transmutation du pur en impur, du « fortifiant » en « topette » ou en « charge ». Pourtant, au début du siècle, ce secret ne semble pas nécessairement entaché d’impureté car il est lié la plupart du temps à l’entraînement.

  • 31  La Vie au grand air, no 405, 1903, p. 38.

34Ainsi en va-t-il de l’entraîneur Choppy en 1903. « Choppy mort emporta avec lui le secret de son entraînement qu’il garda toute sa vie avec jalousie31. » On voit ici que si le secret est présent, il n’est pas condamné. En règle générale, il est associé à une sorte de savoir-faire traditionnel efficace. C’est après la deuxième guerre mondiale que cette logique basculera.

  • 32  L’Équipe, 17 juillet 1952.

35Lorsque les Russes participent pour la première fois aux jeux olympiques, en 1952, L’Équipe décèle en arrière-fond de leur préparation un mystère qui pourra rapidement se transformer en suspicion : « Mystère au sujet de l’entraînement des Russes au camp d’Otamini32. » On prend conscience que, dans tous les cas, des secrets parcourent la préparation des athlètes, la nutrition, le groupe des coureurs dans le tour, les soigneurs. Un nouveau corps étranger dans cet espace social demande une définition encore plus claire de la notion de pureté et une plus grande transparence.

  • 33  L’Auto, 21 juillet 1911, p. 1.

36Déjà avant la première guerre mondiale, des prises de produits suspects sont décrites par les journalistes. Mais l’évidence n’apparaît pendant longtemps que lors d’erreurs de dosages, peut-on penser, ou de crises graves : « Je trouvais Duboc dans d’affreux hoquets pris de nausées qui le rendaient verdâtre, atteint d’une diarrhée terrible et de vomissements douloureux. […] Je flairais moi-même un bidon qu’il avait à côté de lui et qui me paraît ne pas sentir l’odeur du thé33

  • 34  L’Équipe, 26 juillet, 1950.

37C’est toujours derrière les produits non révélés que se dissimule le mal. Le secret crée la suspicion médiatique et journalistique : « Certains coureurs se livrent, dit-on, à une mystérieuse alchimie de petits flacons destinés à rehausser le plafond de leurs possibilités34. » Le seul élément qui pourrait rassurer dans ce domaine serait le contrôle médical, caution qui permet de valider le secret ou du moins de nous faire basculer dans la deuxième logique explicative, celle de la pureté.

Certitudes, révélations et exclusions

  • 35  Le Miroir des sports, 4 juillet 1955, p. 39.

38Enfin vient le temps de la révélation. Il n’y a plus de doute. Certains coureurs, voire tous, sont malades parfois gravement ou vont mourir à cause du dopage qui, dès lors, est dramatisé par les médias : « L’abandon de J. Mallejac, dans la onzième étape Marseille Avignon, restera l’affaire du tour 55 puisqu’il entraîne l’ouverture pour les organisateurs d’une enquête sur le mal honteux du cyclisme, un mal secret protégé par une […] conspiration du silence35

  • 36  L’Équipe, 21 juillet 1955.

39C’est alors, comme on le voit, une véritable omertà mafieuse qui est révélée. L’affaire Mallejac ouvre la boîte de Pandore : « Depuis l’ouverture d’une enquête sur le doping […] l’allure de la course avait sérieusement faibli en effet36. » On peut à partir de là constater que plusieurs articles, dans L’Équipe, intitulés « Pas de fumée sans feu », à partir de la fin des années 1950 (1958), se consacrent uniquement au dopage. Le monde de la presse sportive a sans doute perçu la nécessité de toujours faire apparaître le sport comme pur et les sportifs comme purs. Il s’agit donc de stigmatiser les produits « impurs » et ceux qui les utilisent, car le danger est grand pour l’institution. Pourtant, dans la perspective de Mary Douglas, cette définition de la souillure n’est pas tant là pour elle-même que pour ce qu’elle définit d’un ordre social.

  • 37  L’Équipe, 12 juillet 1958.

40Le médecin devient donc protecteur antidopage, il conserve un statut de pur et de protection du pur. « La vraie dynamite est entrée dans la course. […] À Luchon le Docteur Dumas a réuni les masseurs-soigneurs de façon à lutter contre la nouvelle offensive des dynamiteurs du Tour de France […]. Le danger est d’autant plus grand que de nouveaux produits sont […] utilisés […] des dérivés de la nitroglycérine37

  • 38  L’Équipe, 9 juillet 1959.

41La série des articles « Pas de fumée sans feu » continue à la suite toujours de l’affaire Mallejac. « C’est l’anarchie pleine et entière dans le domaine de la “charge” […] certains coureurs prennent n’importe quoi et n’importe comment. Et s’il faut admettre que lesdits coureurs ne peuvent pas marcher à l’eau de source […]38. » Finalement, dans ce passage (et à partir de la fin des années 1950 d’une manière plus générale), le journaliste semble admettre qu’une « charge » non anarchique, peut-être sous contrôle médical, est acceptable dans la mesure où les coureurs « ne peuvent pas marcher à l’eau de source ». On voit encore apparaître la métaphore de la pureté virginale de l’eau de source (la pureté humaine ?), mais cette fois le constat est tout à rebours puisqu’il s’agit de dire que cette pureté ne permet pas aux coureurs de fonctionner dans les conditions normales de la course. Autrement dit, le concept de pureté semble avoir basculé du côté du « contrôle médical » et ne s’applique plus au produit lui-même (qui ne peut être impur s’il est décrété recevable par la médecine). On notera aussi que la dénomination du dopage a changé : de « topette » à « charge », elle est plus violente. En tout état de cause, à partir de ce moment, le dopage est bien devenu une certitude pour les journalistes sportifs.

  • 39  Le Miroir des sports, 5 août 1956.
  • 40  L’Équipe, 1er août 1946.

42Cela dit, on relate aussi que le docteur Dumas utilise une substance que l’on pourrait penser impure : « Le Docteur Dumas lui a fait une infiltration de novocaïne39. » Prise en cachette, elle aurait probablement été jugée telle. Mais comme il est question dans ce cas de protéger la vie du coureur, d’assurer sa survie, le produit non secret retrouve le statut de pureté. Dix ans plus tôt, de même, la déclaration ouverte d’un coureur suffit à rendre pur le produit qu’il prend, même si la transparence n’est pas totale, puisque l’on n’en connaît pas la nature : « J’aurais pas pu repartir d’Aix malgré Manchon si je ne m’étais pas fait faire 6 piqûres dans le genou d’un produit que je sais qu’il me réussit40

43Parfois la métaphore de l’eau pure est reportée sur d’autres produits explicitement mis en exergue ; dans ce cas le double système du pur et du non-secret coïncident et se superposent. Le sucre est montré comme aide ergogénique pure. Sa blancheur est souvent soulignée, au-delà de ses qualités énergétiques. Des systèmes mythiques profonds semblent donc organiser le discours.

  • 41  L’Équipe, 10 juillet 1954.

44Un produit douteux peut même être accueilli favora-blement dans la mesure où la révélation en est faite par le coureur lui-même. La seule révélation « purifie » le produit. « Un vétérinaire des Saintes lui propose un produit sensationnel et inoffensif qui produit une “telle révolution dans le système nerveux” qu’un cycliste quelconque grimpe des côtes habituellement inaccessibles pour lui41

  • 42  Le Miroir des sports, 9 juillet 1962, p. 9.
  • 43  Le Miroir des sports, 9 juin 1960, p. 7.

45La lutte contre l’impur, à la suite de la loi contre le dopage, va donc se mettre en place. Aucun secret et aucune impureté ne sont tolérés dès lors que la révélation de la vérité a eu lieu. Tout le peloton du Tour est brutalement suspecté de dopage et, même si deux thèses s’affrontent, l’article, dont un extrait suit, se conclut bien sur une probabilité très forte de prise de produits totalement incontrôlée par l’ensemble des coureurs : « Une atmosphère de scandale et de suspicion […]. Lamentable spectacle dans Luchon Carcassonne ! Des coureurs à la dérive, l’œil hagard, se tenant le ventre, malades comme des chiens. Nencini et Assirelli incapables de tenir sur leurs jambes […]. Une intoxication alimentaire, prétendaient les uns. La “charge”, affirmaient les autres42. » À partir du moment où le dopage des coureurs devient une évidence, il va falloir exclure les « brebis galeuses », et ici la reprise d’un verset biblique n’est peut-être pas tout à fait anodine, on y reviendra : « Le problème du doping a été récemment évoqué dans la presse. […] Les organisateurs du Tour n’ont pas attendu que la question soit posée pour lutter contre le doping avec une certaine efficacité. […] Les organisateurs du Tour dans le passé ont déjà exclu les brebis galeuses de leur épreuve43

46Tom Simpson se fera ainsi lui-même l’apologiste d’un entraînement pur sans l’usage d’aucun stupéfiant. Trois ans avant sa mort dans le Ventoux par abus d’amphétamines, il est interviewé dans plusieurs articles de L’Équipe et du Miroir des sports où il dénonce le dopage, et il en ira de même pour de très nombreux coureurs célèbres. Apologistes de la lutte contre le dopage un jour, pris la main dans le sac quelque temps après. Le suivi diachronique de L’Équipe et du Miroir des sports est éloquent de ce point de vue.

Deux hypothèses explicatives

La réactivation moderne d’un mythe

47Ce qui semble se jouer dans la « religion sportive » relève peut-être d’une réactivation contemporaine du mythe fondateur biblique. En effet, si le coureur incarne la pureté originelle et naturelle, comme on l’a vu, la question du dopage dans le sport de haut niveau nous rapproche du péché originel et de la chute de l’homme de l’Éden pour avoir croqué le fruit de la connaissance. Le système du dopage dans le Tour en particulier et dans les grandes compétitions internationales en général fonctionne sur ce même modèle mythologique, qu’on retrouve d’ailleurs dans d’autres mythes antiques, comme celui de Prométhée ou d’Icare.

48Mais on peut aller plus loin et affirmer avec Mary Douglas que se joue autre chose dans la logique du pur et de l’impur, dans l’ordre de la pollution et de la souillure. Le corps du sportif est de l’ordre de la pureté incarnée (comme celui d’Adam et Ève d’avant le péché) que rien ne doit souiller. Il est tout à l’opposé des corps « faustiens », entièrement bricolés par la culture, promus par Michel Onfray dans Féeries anatomiques. On peut dès lors conclure que le dopage convient parfaitement à la société sportive dont l’ordre fondamental est défini par la souillure.

L’utopie de la communication

  • 44  P. Breton, L’utopie de la communication, Paris, La Découverte, 1992.

49Une deuxième hypothèse pourrait permettre d’expliquer l’émergence de cet acharnement à vouloir mettre fin au secret du dopage sportif après la deuxième guerre mondiale. Bien sûr, le fait que les amphétamines soient utilisées de plus en plus massivement joue sans doute un rôle dans l’apparition de ce phénomène, mais la mise en place de l’« utopie de la communication44 », selon l’explication de Philippe Breton, y est peut-être pour plus encore. Cette fois, la dynamique essentielle évoquée n’est plus celle du pur et de l’impur comme chez Mary Douglas, mais celle du secret.

50En effet, après 1944, on constate que deux secrets terribles ont été dissimulés au monde : l’Holocauste et Hiroshima. Cette prise de conscience entraîne la naissance d’une volonté de transparence absolue quasi totalitaire que Breton nomme « l’utopie de la communication ». Le secret n’est plus acceptable où qu’il soit. Cela expliquerait que le pur puisse se transformer en impur par le seul fait qu’il ne soit pas communiqué. Ainsi, une pharmacopée est pure si elle est publique et impure si elle ne l’est pas. Une seule exception va à l’encontre de cette logique : le secret médical, qui reste acceptable. Même le secret judiciaire sera de plus en plus récusé.

Conclusion

51Au terme de notre analyse de quelques journaux sportifs du vingtième siècle, il est possible de retracer une évolution en cinq temps de la perception du dopage dans le cyclisme. Le premier, qui se situe dans l’entre-deux-guerres, est celui de la stigmatisation des hommes les plus faibles dans le système, les soigneurs, que l’on juge impurs. Dans un deuxième temps, les années 1955 à 1965, on tente de démontrer dans les journaux l’existence de l’utilisation de produits impurs introduits par les soigneurs. Parfois déjà à ce moment des discussions sont engagées avec les médecins pour essayer de définir la frontière entre pur et impur. Mais parallèlement des coureurs affirment être opposés au dopage et meurent du dopage, comme ce fut le cas de Tom Simpson. Cela pose le problème de la pureté essentielle du coureur. Le troisième temps, autour de 1965, voit émerger l’action des coureurs, une omertà d’équipe dans laquelle sont parfois impliqués les médecins et qui est insupportable dans le monde de « l’utopie de la communication ». Le secret n’est plus acceptable quel qu’il soit. Par la suite, la promulgation de la loi contre le dopage, qui définit ou tente de définir l’impur, rencontre une vive opposition chez les coureurs qui se mettent en grève. Ils n’acceptent pas qu’on les soupçonne d’utiliser des produits impurs puisqu’ils sont le symbole de la pureté en tant que sportifs. Dans la période suivante, les années 1970, les coureurs qui, parfois, se font les apologistes de la lutte antidopage se voient accusés de dopage à la suite de contrôles. On soupçonne alors des manipulations des contrôles. En réalité, il s’agit toujours de projeter la faute sur l’extérieur et que les coureurs symboles de la « pureté » originelle ne soient pas coupables. Enfin, le dernier temps, les années 1980, conduit à se rendre à l’évidence que le pur (le coureur, l’athlète) contient ou ingère de l’impur. Il faut alors le protéger contre lui-même afin qu’il reste pur.

52Ainsi, on le voit bien, le champion est symbole de pureté et de transparence depuis son origine. Il est le porteur du mythe de la pureté originelle. Tout est donc mis en œuvre à la fois pour renforcer cette image et pour la protéger. Les journalistes sportifs les premiers font tout pour altérer au minimum l’image idéale. Par contre, l’impur tourne autour de cette icône, parfois s’en approche de très près, comme dans le cas des soigneurs ou des médecins. Même lorsqu’un coureur a ingéré un produit impur, ce n’est pas lui qui est dans un premier temps considéré comme impur. Il demeure protégé au maximum et tout le système agit dans ce sens. On pense par exemple que c’est pour soigner que le produit impur a été utilisé. Les journalistes doutent le plus longtemps possible. C’est également pour protéger l’idéal de pureté de la souillure qu’on a recours à des produits masquants.

53Par contre, lorsque la pratique de dopage est vraiment avérée, le champion ne peut plus l’être puisqu’il déconstruit le mythe et cela est irrévocable. La figure de Richard Virenque, dans les « Guignols de l’Info », en France, sur Canal Plus, décrit comme « dopé à l’insu de son plein gré », est tout à fait évocatrice du système mis en œuvre.

54C’est donc à une structuration schizophrénique que l’on aboutit. Les coureurs sont tiraillés entre deux systèmes de normes contradictoires et inconciliables mais auxquelles ils doivent impérativement souscrire pour devenir champions. C’est peut-être cette double contrainte qui, dans une perspective anthropologique, délimite l’ordre et le désordre, la souillure et l’acceptable.

Haut de page

Notes

1  A. Noret, Le dopage, Paris, Vigot, 1990 ; P. Laure, Histoire du dopage et des conduites dopantes : les alchimistes de la performance, Paris, Ellipse, 2004 ; C. Petibois, Des responsables du sport face au dopage, Paris, L’Harmattan, 1998 ; A. Jennings, La face cachée des Jeux Olympiques, Paris, L’Archipel, 2000 ; A. Schneider, F. Hong et R. Butcher, Doping in Sport : Global Ethical Issues, Londres, Taylor & Francis, 2004.

2  P. Yonnet, Système des sports, Paris, Gallimard, 1998 ; C. Brissonneau, Entrepreneurs de morale et carrières de déviants dans le dopage sportif. Prises de position et témoignages vécus dans la médecine du sport et dans deux disciplines sportives, l’athlétisme et le cyclisme (1960-2003), thèse de doctorat en sciences et techniques des activités physiques et sportives, université de Paris X-Nanterre, 2003.

3  A. Ducardonnet, G. Porte et P. Boulanger, Le guide sport santé, Paris, Édition no 1, 1995 ; M. Bourgat, Tout savoir sur le dopage, Paris et Lausanne, Favre, 1999 ; G. Walder, L’athlète et le dopage, Paris, Vigot, 1999.

4  B. Houlihan, Dying To Win : Doping in Sport and the Development of Antidoping Policy, Strasbourg, Conseil de l’Europe, 1999 ; G. Auneau, Dopage et mouvement sportif, Voiron, Presses universitaires du sport, 2001 ; D. Mottram, Drugs in Sport, Londres, Taylor & Francis, 2003.

5  J.-P. de Mondenard, Dopage : l’imposture des performances, Paris, Chiron, 2000 ; P. Laure, op. cit.

6  A. Noret, op. cit., p. 15.

7  G. Peters, dans N. Midol, Performance et santé, AFRAPS, 1991, p. 125.

8  M. Douglas, De la souillure. Essai sur les notions de pollution et de tabou, Paris, La Découverte et Syros, 2001, p. 27.

9  M. Douglas, « La pureté du corps », Terrain : carnets du patrimoine ethnologique, n° 31, 1998, p. 9.

10  M. Douglas, De la souillure, op. cit., p. 201.

11  G. André, « Pour donner confiance aux coureurs : la bouteille merveilleuse », Le Miroir des sports, jeudi 9 février 1922, p. 90.

12  M. Douglas, Leviticus as Literature, Londres, Oxford University Press, 1999 ; et, du même auteur, De la souillure, Paris, Maspero, 1971.

13  Le Miroir des sports, 4 juillet 1955, p. 39.

14  Ibid.

15  « Pas de fumée sans feu », L’Équipe, 14 juillet 1959.

16  « La mort du Danois Jensen », L’Équipe, 30 septembre 1960.

17  La Vie au grand air, no 597, 1904, p. 32.

18  Le rapport ici entre le pur et l’impur reprend celui entre la raison et la folie (voir M. Foucault, Histoire de la folie à l’âge classique, Paris, Gallimard, 1962).

19  L’Auto, 27 juillet 1914, p. 5.

20  « L’alcool est un poison violent », L’Auto, 4 août 1907, p. 3.

21  J.-P. de Mondenard, op. cit.

22  La Vie au grand air, no 41, 1900, p. 84.

23  L’Auto, 8 juillet 1907, p. 3.

24  La Vie au grand air, no 558, 1904, p. 32.

25  La Vie au grand air, no 41, 1900, p. 552.

26  La Vie au grand air, no 412, 1920, p. 21.

27  La Vie au grand air, no 16, 1919, p. 58.

28  L’Auto, 17 juillet 1907, p. 3.

29  La Vie au grand air, no 558, 1904, p. 405.

30  J.-M. Brohm, Sociologie politique du sport, Paris, Delarge, 1976.

31  La Vie au grand air, no 405, 1903, p. 38.

32  L’Équipe, 17 juillet 1952.

33  L’Auto, 21 juillet 1911, p. 1.

34  L’Équipe, 26 juillet, 1950.

35  Le Miroir des sports, 4 juillet 1955, p. 39.

36  L’Équipe, 21 juillet 1955.

37  L’Équipe, 12 juillet 1958.

38  L’Équipe, 9 juillet 1959.

39  Le Miroir des sports, 5 août 1956.

40  L’Équipe, 1er août 1946.

41  L’Équipe, 10 juillet 1954.

42  Le Miroir des sports, 9 juillet 1962, p. 9.

43  Le Miroir des sports, 9 juin 1960, p. 7.

44  P. Breton, L’utopie de la communication, Paris, La Découverte, 1992.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Perera et Jacques Gleyse , « Le pur, l’impur et le secret. Le dopage dans quatre journaux français », Éthique publique [En ligne], vol. 7, n° 2 | 2005, mis en ligne le 18 septembre 2015, consulté le 27 avril 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/1923 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.1923

Haut de page

Auteurs

Éric Perera

Éric Perera est doctorant.

Jacques Gleyse

Jacques Gleyse est professeur titulaire en génie des procédés symboliques en santé et en sport à l’université de Montpellier I.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org