Navigation – Plan du site
Enjeux éthiques et contraintes sportives

L’affaire Simpson de 1967 : une rupture médiatique dans l’appréhension du dopage

Pascal Charroin

Résumés

Cet article est tiré d’une recherche portant sur « Éthique et dopage ». Le travail montre que la mort de Tom Simpson, durant le Tour de France de 1967, s’apparente à une véritable rupture dans la perception du dopage au travers des médias. Le décès d’un champion, lors de la course cycliste la plus célèbre du monde, en direct devant les caméras de télévision conduira à un glissement : d’un dopage festif, individualisé et inorganisé vers un dopage tragique, collectif et rationalisé. Enfin, le traitement journalistique de l’affaire révèle que, pour les agents détenteurs du pouvoir sportif, politique et médical, le dopage ne demeure qu’une affaire individuelle ; alors que pour les agents dépossédés dans le champ, le fléau s’érige en système, devient plus collectif et autorise donc une critique des instances dirigeantes.

Haut de page

Texte intégral

1Nous sommes le 13 juillet 1967, Tour de France, étape Marseille-Carpentras, 45°, ascension du mont Ventoux culminant à 1912 mètres, 21 kilomètres de montée ; à 1 500 mètres du sommet, Tom Simpson titube puis s’effondre. Transporté à hôpital Sainte-Marthe d’Avignon, le coureur décède. Chaleur, effort intense et, vraisemblablement, prise d’amphétamines expliquent le drame.

  • 1  P. De Coubertin, « Les assises philosophiques de l’Olympisme moderne », dans Textes choisis, t. 2, (...)
  • 2  C. Sobry, « Le Tour de France et le dopage », dans P. Porte et D. Vala, Maillot jaune. Regards sur (...)
  • 3  Dans le jargon cycliste, produit, le plus généralement illicite, naturel ou artificiel permettant, (...)
  • 4  A. Londres, « Les géants de la route », Le Petit Parisien, 27 juin 1924.
  • 5  J.-P. Penez, J. De Potier, F. Page et D. Camus, « Mystère dans le Tour : une des vedettes tombe le (...)
  • 6  « Très bon pistard 1314 victoires », L’Équipe, no 6440, mardi 15 octobre 1966, p. 2.

2Le sport, en tant que « culte de l’effort musculaire intensif, appuyé sur le désir de progrès pouvant aller jusqu’au risque1 », suscite la tentation du dopage. Il semble en outre que plus une discipline est liée à la mesure objective, plus elle expose ses adeptes à la prise de produits interdits et donc à la transgression de l’éthique et de la morale sportives. De plus, le vélo se distingue, puisqu’il demande de combiner des qualités antagonistes : « rouler plus de 200 kilomètres, […] grimper jusqu’à cinq cols […], disputer un sprint, etc.2 ». Ainsi, certains coureurs ont toujours recherché la « topette3 ». La gnôle ou le vin rouge sont massivement utilisés durant l’entre-deux-guerres et seront, plus tard, remplacés par des produits chimiques plus ou moins efficaces et violents. Dès les années 1920, les frères Pélissier font des révélations sulfureuses sur le Tour de 1924 avec le fameux « Nous marchons à la dynamite4 ». En 1939, Maes gagne la « grande boucle » avec une moyenne de 31,394 km / h. En 1964, Anquetil l’emporte avec une moyenne de 37,317 km / h. Sans être des preuves d’une propagation massive du dopage, on peut penser que ces « progrès » ne sont pas dus uniquement à des améliorations technologiques ou à un entraînement plus élaboré. Par ailleurs, en 1952, Dielem et Crouillères décèdent lors de l’épreuve qualificative sur piste en vue des jeux olympiques d’Helsinki. En 1955, Mallejac, au Tour de France, tombe en montant le Ventoux. Il est sauvé in extremis par le docteur Dumas. Les organisateurs prononcent par communiqué l’interdiction du dopage, « pratique dangereuse bien qu’elle soit aussi vieille que les coureurs cyclistes5 ». C’est donc ici la question de la santé qui prédomine sur la question de l’éthique. La même année, des médecins s’élèvent contre les « soins artificiels » prodigués aux champions. Jensen décède, en 1960, aux jeux olympiques de Rome, à la suite de la prise d’amphétamines. Bien que d’une portée moins dramatique, les pratiques de Van Steenbergen, champion du monde de l’année 1964, sont connues pour être délictueuses6.

3Si la guerre, la politique, l’économie, les études, le théâtre, le cinéma ou encore la musique justifient tous les moyens ou presque pour parvenir à leurs fins, le sport, en raison de ses soubassements éthiques et de son essence même, ne peut se le permettre. Tout d’abord, il est un drame et non une dramaturgie, tout ce qu’il donne à voir existe bel et bien.

  • 7  M. Bouet, Signification du sport, Paris, Éditions universitaires, « Encyclopédie universitaire », (...)

4En effet, le sport n’est pas un véritable spectacle, dans la mesure où la vérité, le réel supplante l’interprétation. De plus, c’est un drame en direct, la réalisation de l’action est concomitante à sa « mise en spectacle ». Enfin, c’est un drame en action et non en représentation, puisque personne, pas plus le sportif, le spectateur que l’entraîneur, n’en connaît l’issue. Le champion n’exécute pas un rôle de composition, il s’exécute lui-même, de ce fait, tout ce qui est de l’ordre de la triche, du « cinéma », de la « comédie », de la simulation, est banni. Dans la mesure où le sport est épuré de toutes les scories qui interfèrent dans l’ensemble des autres spectacles et pratiques, il n’y a aucune raison pour que le dopage y soit accepté, sauf à vouloir remettre en question son essence et ses fondements mêmes7.

  • 8  J. Leulliot, « Le petit prince Jacques Anquetil 1952 la confirmation », Vélo-Rétro, no 77, Pomeys, (...)

5Ainsi donc, les médicaments qui euphorisent le coureur sont considérés comme les plus dangereux (maxiton, northadrine), car ils travestissent la réalité et entraînent la perte de contrôle de la bicyclette8. En 1965, Herzog et Crespin prononcent l’interdiction du dopage, en France, lors des compétitions d’abord, puis, ensuite, durant les temps d’entraînement et de repos. Par conséquent, il semble que, durant les années 1960, la santé soit devenue une préoccupation majeure pour l’individu-sujet, responsable de sa forme physique.

  • 9  T. Simpson, « Oui, j’ai été dopé », France-Dimanche, no 998, 1965, p. 18.

6En 1965, Simpson, lui-même, avoue avoir été dopé à son insu, lors d’une classique de début de saison. Il roulait, selon ses dires, « comme une fusée » en début de course, puis dut abandonner à quelques kilomètres de l’arrivée. Il prétendit qu’un inconnu lui aurait versé de la drogue dans son bidon. À la suite de cet épisode, il tombe malade, perd 10 kg en dix jours et sa pression sanguine reste dangereusement élevée. Les médecins lui prescrivent vitamines, foie d’animal, caféine et fortifiants musculaires. Pour lui, le dopage déloyal n’existe pas. « Je ne crois pas que le doping, dans le plus mauvais sens du terme, règne sur le cyclisme. Un coureur n’a qu’à s’évanouir, tituber ou tomber et les faiseurs de rumeurs disent qu’il se drogue, ces imbéciles ne sachant pas qu’un évanouissement est dû habituellement aux efforts effrayants du cyclisme lui-même. Si l’on trouve quelque chose de mauvais […] cela signifiera qu’un cochon rusé a mis de l’amphétamine dans mon thé, mon fromage ou mon raisin9

  • 10  P. Arnaud, « Une histoire du sport », La Documentation française, no 7019, juin 1995, « Documentat (...)
  • 11  F. Wille, Le Tour de France : un modèle médiatique 1903-2003, Villeneuve d’Ascq, Presses universit (...)
  • 12  G. Vigarello, « Le corps et ses représentations dans l’invention de la gymnastique », dans C. Poci (...)
  • 13  M. Vidal, « Les compagnons du Tour », Miroir-Sprint, no 1102, 17 juillet 1967, p. 2.
  • 14  L’Équipe, no 6622, 14 juillet 1967, p. 2.
  • 15  « Les derniers efforts de Tom Simpson », Le Miroir du cyclisme, no 89, août 1967, p. 30.
  • 16  M. Radenac, « Roger Pingeon : Tous les coureurs cyclistes se dopent un jour ou l’autre », Télé 7 J (...)

7Toutefois, comme le souligne Pierre Arnaud, il semble bien que la mort de Simpson ait été le véritable détonateur de la politique de lutte contre le dopage et de la prise de conscience du caractère dangereux des substances10. Le décès d’un homme, et pas n’importe lequel, un leader, lors de la plus grande course du monde et en direct devant les caméras de télévision, devient un exemple paroxystique. La conjonction dans cet événement de quatre paramètres (mort, médias, champion, épreuve cycliste la plus populaire) semble donc être la cause de l’émergence de la rupture dans l’appréhension du dopage11. La fin de Simpson s’apparente, comme l’écrit Vigarello, à un véritable remaniement12. Des décès, il y en avait déjà eu des suspects, mais pas à l’écran. Seules des chutes curieuses avaient eu lieu jusque-là sous les yeux des téléspectateurs, mais sans que cela n’entraîne le décès de coureurs13. Le dopage a pris une dimension spectaculaire, sérieuse et grave avec la mort de Simpson, réfutant par là même l’optimisme des déclarations d’Anquetil, qui avait annoncé candidement son dopage devant les caméras de télévision. Comme l’avançait le journal L’Équipe, « le cas Simpson risque d’intervenir au moment où toutes les forces légales, morales, spirituelles, scientifiques doivent se conjuguer pour ramener le bon ordre moral et éthique14 ». En effet, le petit écran montre Tom agonisant fixer les yeux du caméraman du journal télévisé, puis s’effondrer quelques minutes plus tard15. En bon prédicateur, le jour du drame, Pierre Dumas, le médecin du Tour, dit à Pierre Chany de L’Équipe : « Compte tenu de la chaleur, si les gars plongent le nez dans la “topette”, nous risquons d’avoir un mort sur les bras16. » Nous pouvons donc affirmer qu’un glissement s’opère : d’un dopage joyeux, gai, farceur, nous passons à un interdit dramatique, triste et inacceptable sur le plan éthique. Désormais, tout accident sur un terrain de sport ne manquera pas de poser la question du dopage.

  • 17  Paraphrase de l’article de G. Hébert, « Médecin, halte-là ! », L’Éducation physique, no 2, 1927.
  • 18  M. Mallaret, A. Jaillard et H. Hida, « Effets physiologiques de la pharmacodépendance », Sport, to (...)

8Si la représentation du phénomène est unique, car négativement connotée, en revanche, donner une définition type du dopage est difficile. Ce terme, historiquement marqué, est polysémique et pluriel, tout comme les objectifs poursuivis par ceux qui s’y adonnent : amélioration artificielle de la performance, camouflage de la fatigue, augmentation de l’intensité de l’entraînement, lutte contre le stress, amélioration de la concentration, etc. Aussi les substances et leur utilisation se sont-elles modifiées avec le temps : transfusion sanguine, manipulation génétique, grossesse, prise de stéroïdes anabolisants, d’excitants (caféine), de bêtabloquants, dopage chimique et hormonal, greffes, etc. Même la liste des produits est soumise à controverses, tout comme l’identité de celui qu’il faut poursuivre : le sportif, le pourvoyeur ? Depuis 1963, le Conseil de l’Europe, l’État belge, les gouvernements des pays de l’Est et, en France, bon nombre de ministres de la Jeunesse et des Sports, Maurice Herzog (loi du 1er juillet 1965), François Missoffe, Roger Bambuck et Marie-Georges Buffet, s’essaient à définir le dopage en ajoutant systématiquement une pièce supplémentaire à l’édifice. C’est Marie-Georges Buffet, par sa loi du 23 mars 1999, qui nous en délivre la toute dernière signification : « Le dopage est défini par la loi comme l’utilisation de substances ou de procédés de nature à modifier artificiellement les capacités d’un sportif. Font également partie du dopage, les utilisations de produits ou de procédés destinés à masquer l’emploi de produits dopants. La liste des procédés et des substances dopantes mise à jour chaque année fait l’objet d’un arrêté conjoint des ministres chargés des sports et de la santé. » L’institutionnalisation et le caractère coercitif du contrôle sont, aujourd’hui, omniprésents. L’entraînement est plus particulièrement visé par des contrôles inopinés. Les acteurs institutionnels en charge du problème, eux aussi, se multiplient. Les Antennes médicales de lutte contre le dopage (AMLD) prodiguent des conseils aux sportifs et s’intéressent à la pharmacodépendance, c’est-à-dire la continuation de la consommation en dehors de toute contrainte de performance. Il semble qu’aujourd’hui on distingue le dopage du traitement à l’appui d’une ordonnance médicale. Le pouvoir des « blouses blanches » se renforce en la matière17. Le dopage est de l’ordre de la transgression des règles, mais aussi de la toxicomanie18. Santé physique et éthique se conjuguent alors.

9Après ce constat, des questions restent en suspens. Qu’est-ce qui pousse un sportif à se doper ? Sont-ce des motivations strictement personnelles liées à la célébrité, l’appât du gain… ou y est-il contraint par le « système » ? Bref, est-il responsable de ses actes ou n’est-il que le fruit d’un conditionnement ? À partir de quel moment un acte privé de dopage devient public ? De quelle manière les différents médias et en particulier la presse écrite spécialisée abordent la question sur le plan éthique notamment ? La position des journalistes au sein du champ a-t-elle une influence sur la réponse produite ? Du fait de son caractère exemplaire, il semble que l’affaire Simpson, étudiée au travers du traitement que lui a réservé la presse de l’époque, apporte quelques réponses.

10Nous verrons, dans un premier temps, comment le décès de Simpson a été traité « à chaud » par les médias. Dans un deuxième temps, nous tenterons de savoir si le « système cycliste » a été remis en question ou si les journalistes se sont essentiellement bornés à montrer la déchéance prévisible et inéluctable d’un champion dépourvu d’éthique, tout cela au moyen d’une perspective comparatiste et d’une lecture attentive de la presse des années 1960.

Le traitement « à chaud » de l’affaire Simpson

  • 19  L’Équipe, no 6622, op. cit., p. 1.

11Au début de l’affaire, la presse sportive semble brouiller les pistes et hésiter à livrer l’information. L’événement occupe peu de place et des commentaires laconiques lui sont consacrés dans L’Équipe. Dans l’édition du 14 juillet 1967, on titre : « Simpson : défaillance tragique dans le Ventoux19

  • 20  M. Thierry, « À deux kilomètres du sommet, Simpson se mit à tanguer… il s’abattit dans la pierrail (...)
  • 21  J. Goddet, « L’hommage à un camarade mort sur la route », L’Équipe, no 6623, 15-16 juillet 1967, p (...)
  • 22  « L’enquête se poursuit », L’Équipe, no 6624, 17 juillet 1967, p. 4.
  • 23  A. Michea, « Tom était mort », Le Miroir du cyclisme, no 89, août 1967, p. 43.

12Le journaliste relate froidement les faits : « À 1,5 km du sommet, Simpson vacille, puis tombe dans le fossé. Inanimé, c’est un spectateur qui pratique d’abord le bouche-à-bouche. Puis les docteurs Dumas et Macorig pratiquent la réanimation et font évacuer le coureur à l’hôpital Sainte-Marthe d’Avignon, lieu de son décès ». Mieux encore, le quotidien du même jour fait un commentaire tactique du drame : « une échappée de Jimenez […] un groupe de coureurs, dont Poulidor, à sa poursuite […] ce peloton qui compte Simpson s’effiloche, puis ce dernier est lâché par ses compagnons à 5 km du sommet20 ». Lors de l’édition des 15-16 juillet, le journal ne fait guère plus. Une seule page est consacrée à Simpson… le quotidien en compte huit21. Dès le 17 juillet, l’affaire est même presque totalement oubliée. L’Équipe ce jour-là ne lui accorde qu’un petit article et traite pourtant de l’épreuve sur six pages22. Dans Le Miroir du cyclisme, la place prise par l’accident de Simpson est tout aussi minime. Le numéro spécial rétrospectif du Tour 1967 lui consacre un petit encart. Mais le dopage n’est pas abordé. On parle de chaleur, de souffrance et d’excès tout au plus. En revanche, la tactique de course et les circonstances de l’étape sont relatées et un hommage est rendu au défunt par Goddet, Lévitan et les coureurs23. Au petit écran, c’est Robert Chapatte qui commente, en direct, la tragique étape.

  • 24  R. Pointu, « Une course et des hommes », Miroir-Sprint, op. cit., p. 12.

13« C’est à 1,5 km du sommet qu’il a sa défaillance. Le docteur Dumas pratique le bouche-à-bouche, après son effondrement, il le place sous oxygène […]. Il est 17h40, Tom Simpson vient d’être transporté par hélicoptère à l’hôpital d’Avignon et on vient d’apprendre son décès. » Au journal de vingt heures, le commentateur vedette du cyclisme relate ainsi ce qui est arrivé : « Tom titube dans le Ventoux, chute une première fois, le mécano anglais le supplie d’abandonner, mais Simpson veut continuer. Il est tombé, mais ses mains ne voulaient pas quitter son vélo. On l’a remis en selle. La tête pendait en dessous du guidon. Quand il est monté dans l’hélicoptère, j’ai dit : “Au revoir Tom.” J’avais un pressentiment. Je savais que c’était un adieu ! […] Le docteur Macorig lui a fait un massage cardiaque dans l’hélicoptère. Une ambulance l’a transporté jusqu’à l’hôpital le plus proche. Les médecins Fudeyrand et Maigne se sont activés autour de lui. En fait, il était en état de mort apparente24. » Quel que soit finalement le support médiatique, ce qui frappe l’observateur, c’est le caractère laconique et tragique avec lequel on rapporte l’accident. Rien ne vient, sur le fond, alimenter le débat. Les questions liées à l’éthique ne se posent pas, la dimension purement informative exclut toute autre considération.

  • 25  J. Goddet, art. cité.
  • 26  J.-P. de Mondenard, « Les médailles propres sont rares », Sport et vie, no 9, p. 4-5.
  • 27  É. Besson, « Fenêtres sur Tour », Miroir-Sprint, op. cit., p. 22.

14Côté institutionnel, on se situe sur un registre similaire. Le dopage est fort rarement abordé. Ce sont d’autres explications qui alimentent les discours. Ainsi, les organisateurs ne souhaitent pas entrer sur le terrain de l’enquête : « On ne peut s’attaquer autrement au destin quand il se met à exagérer sa cruauté25… » Ils parlent de la canicule, de la difficulté que représente le Ventoux et de l’effort qu’il réclame aux « machines ». Le mont est mythifié : « La carburation, côté Bédouin, est mauvaise pour les moteurs à explosion, il en est de même pour les poumons. En cas de chaleur, gare aux organismes. Le Ventoux ne donne jamais de grands écarts, mais il est un lieu de drame. En pleine chaleur, il est l’ennemi du cycliste. » La métaphore de la machine s’égraine toujours davantage : « […] un phénomène appelé “fringale” dans les pelotons. Le coureur ayant oublié de “charger la chaudière” […] est contraint à s’arrêter comme une locomotive privée de charbon26. » Par la suite, le « pelé » – nom donné au mont Ventoux – est carrément diabolisé, il ne bouleverse pas la hiérarchie et tue. On parle d’un « Etna qui crache son invisible feu par tous ses pores27 ». Ici encore, la question de l’éthique ne se pose pas, on se livre à une « diabolisation topographique ».

  • 28  R. Burger, « Quo vadis… sport cycliste ? », Le Miroir du cyclisme, no 92, octobre 1967, p. 6-7.

15Du côté des médecins, même constat, Decourt affirme que Simpson, sans dopage, aurait toutefois succombé à la chaleur et à l’effort physique démesuré. Il accuse d’ailleurs le docteur Dumas de n’avoir pas allongé immédiatement le coureur et de ne pas lui avoir injecté de l’adrénaline. Mais, pour les médecins, comme pour d’autres, « la fatigue et les conditions atmosphériques sont les raisons majeures du décès de Simpson28 ».

  • 29  M. Clare, « Lucien Aimar : “Simpson aimait tant la vie”», L’Équipe, no 6622, op. cit., p. 4.

16Pour ce qui concerne les coureurs, la stratégie est identique. Bahamontes s’écrie : « Les gens pensent à mal », et attribue lui aussi la mort de Simpson aux efforts et à la chaleur. Aimar, de son côté, parle d’une de ses précédentes défaillances causée par la chaleur dans les Pyrénées et ne pense pas que « Tom ait pu faire une bêtise29 ». Les coureurs parlent des « accidents dus à la forte chaleur » et on revient sur le cas de Jansen en 1960 (jeux olympiques de Rome), ou celui de Mallejac en 1955 (Tour de France)… Ainsi, l’ensemble du peloton français refuse de croire à la thèse du dopage généralisé. On insiste d’ailleurs beaucoup sur l’abnégation de Simpson.

17Dès cet instant, la stratégie de tous les acteurs sera de préserver le cyclisme en « se payant sur le cadavre ». La dimension éthique commence à s’immiscer dans le discours dominant, mais de façon individuelle. La personnalité de Simpson est dévoilée et critiquée. L’Équipe lui reproche, par exemple, ses déclarations telles que : « Le Tour de France est la plus mythique et la plus médiatisée des courses cyclistes, il faut donc s’y faire repérer par des managers. » Sous-entendu : « à n’importe quel prix » !

  • 30  Affirmation d’ailleurs confirmée par Alex Poyer, spécialiste français de l’histoire du cyclisme et (...)

18On mentionne alors explicitement que Simpson avait des médicaments dans les poches de son maillot : trois tubes d’Onidrine (amphétamines) dont il ne restait que la moitié. Ses compatriotes ne sont guère plus tendres avec lui30. Les soigneurs et l’encadrement sportif de l’équipe anglaise clament leur innocence : « Simpson ne m’a jamais parlé de ce qu’il utilisait. J’étais absolument en dehors de tout », déclare Alex Taylor, le patron de la formation. Les soigneurs insistent sur le fait que le contenu de la pharmacie de Simpson ne dépendait que de lui. Si l’éthique du coureur est donc remise en question, le problème ne prend pas à ce stade une dimension « systémique ».

  • 31  « L’enquête se poursuit », L’Équipe, no 6624, op. cit., p. 4.
  • 32  M. Vidal, art. cité.

19La presse sportive française, elle, utilise la stratégie de l’altérité visant à faire de l’étranger un bouc émissaire. Ainsi, L’Équipe raconte que, lors de la même étape, Mugnaini, le coureur italien, blessé dans une chute, se fait opérer l’avant-bras, et que le chirurgien marseillais est obligé de demander à des journalistes quel « traitement » prend le coureur, afin de pouvoir l’opérer en toute sécurité31. De plus, si la police judiciaire de Marseille perquisitionne, c’est dans les voitures et les hôtels des équipes nationales britannique et belge. Le dopage devient alors une pratique d’étrangers. L’utilisation du mot anglo-saxon doping et l’insistance des journalistes à parler de Simpson, un « Britannique de Grande-Bretagne », atteste de l’altérité du phénomène. Dire par exemple que « l’âpreté du gain est digne d’un Écossais » est on ne peut plus explicite ! D’autant que plusieurs coureurs, tous étrangers, sont mis sur la sellette : Coppi, Nancini, Enamark, Sculte (alsacien) et Van Steenbergen. En revanche, pas un mot sur l’accident de Rivière, en 1960, dans le col de Perjuret. Anquetil, qui bat le record du monde à Milan, ne se présente pas au contrôle, sa performance n’est pas homologuée et la presse se déchaîne contre cette injustice faite au grand champion français. Les anciens ne sont pas en reste pour « défendre la patrie ». Ainsi, Louison Bobet, vainqueur de trois Tours de France, répond ainsi à la question « Croyez-vous que le doping améliore la performance ? » : « J’ai roulé à 42, 43 km à l’heure et je n’ai jamais pris que du vin sucré et de la quintonine ! » Les Français semblent donc préservés. De façon bien involontaire, tous les coureurs cautionnent également cette logique de l’altérité. En effet, lors de l’étape suivant le drame, Carpentras-Sète, le peloton s’entend pour offrir à 50 km de l’arrivée un « bon de sortie » à un Britannique en laissant gagner Barry Hoban, l’équipier de Simpson, qui l’emporte dans un silence pesant et pleure sur la ligne d’arrivée. Certains y voient l’illustration du vieil adage : The show must go on. D’autres perçoivent cette bénédiction des autres coureurs comme la démonstration d’une éthique et d’un tact populaires32. Ainsi, si cette dernière se manifeste, c’est sous une forme commémorative ou nationalement connotée.

  • 33  Ibid. et « Hoban en hommage », Miroir-Sprint, no 1102 A, 17 juillet 1967, p. 20-21.
  • 34  Cette argumentation va à l’encontre de celle de Michel Bouet (op. cit.), qui fait du sport une pra (...)

20Pour ce qui concerne le drame en lui-même, les Britanniques et les équipiers en attribuent la responsabilité au caractère particulier de Tom. Les Français, qu’ils soient coureurs, représentants du cyclisme ou journalistes, font de sa nationalité une justification (l’Écossais pingre et mercantile), comme pour mieux repousser les éventuels soupçons sur les autres. Néanmoins, la thèse de l’altérité est utilisée différemment par certains médias. Ainsi, Le Miroir du cyclisme, magazine proche du Parti communiste français, confère au dopage une dimension sociale pour contrer le journal L’Équipe. Miroir-Sprint parle aussi de la dépossession du mouvement sportif au profit des politiques et des marchands du temple. Mais l’objectif est bien finalement le même : protéger le cyclisme français. On mentionne, à ce titre, que d’autres sports, d’autres périodes, d’autres sphères, dont la société civile elle-même, sont touchés par la toxicomanie et la « pharmacophrénie33 ». De ce point de vue, la question de la santé devient centrale dans les débats, ce qui a pour conséquence de ne pas exclure le sport des préoccupations sanitaires de l’époque et donc de confondre dopage sportif et dopage non sportif en affirmant seulement qu’ils nuisent à la santé dans toutes les sphères sociales34. On commence ici aussi à faire intervenir l’éthique en référence à un système politique et économique clairement identifié.

  • 35  A. Michea, « Tom était mort », op. cit.
  • 36  M. Crozier et E. Friedberg, L’acteur et le système, Paris, Seuil, 1977.

21Mais, après les hommages et les justifications « altéristes », bien vite tout de même, la mort de Simpson se place délibérément sur un terrain judiciaire et pharmacologique. L’affaire est confiée au parquet d’Avignon. Puis, dès septembre 1967 et durant l’année 1968, on se repose sur le savoir des médecins. Ceux-ci concluent majoritairement que l’association amphétamines-efforts-chaleur s’avère explosive. Pour ainsi dire, la « topette » devient une affaire sérieuse, dès lors que la justice et les « blouses blanches » s’en mêlent. D’objet de plaisanterie, elle devient un instrument de mort35. L’affaire est grave, elle touche « l’acteur et le système36 ». Voilà sans doute une preuve supplémentaire de son exemplarité, notamment éthique.

Champion déchu ou condamnation d’un système ?

  • 37  Défini par Pierre Bourdieu comme « sous-ensemble de l’espace social à l’intérieur duquel les agent (...)

22Si le traitement à chaud de l’affaire est quantitativement peu important, le nombre d’articles qui lui sont consacrés par la suite devient, lui, impressionnant. Grossièrement, la place qu’on lui fait est de trois à six fois plus importante en fonction des quotidiens. La presse écrite dans son ensemble, qu’elle soit généraliste, sportive ou exclusivement cycliste, tente en effet d’expliquer les raisons qui ont conduit Simpson à se doper et à mettre fin à ses jours. Certains continuent à insister fortement sur la personnalité singulière du coureur, pendant que d’autres proposent une argumentation plurielle remettant en question la compétence des institutions en charge du sport cycliste. D’une certaine manière, les médias délivrent une justification humaniste et comportementaliste, dont la conséquence est la remise en question de l’éthique et de l’honnêteté du ou des sportif(s) ou une explication plus structurelle et politique qui conduit à s’interroger sur l’organisation et l’éthique générales du mouvement sportif. C’est cette dernière explication qui occupe une place prépondérante. La thèse qui met en avant la responsabilité de l’homme est presque uniquement soutenue par les médias influents dans le « champ37 ».

Le discours psychologisant ou Simpson sur la sellette.

  • 38  J.-P. Ollivier, Tom Simpson. Un champion dans la tourmente, Grenoble, Glénat, « La véridique histo (...)
  • 39  C. Parmentier, « Le dossard numéro trois n’était pas au départ… », Le Miroir du cyclisme, no 90, a (...)
  • 40  M. Vidal, art. cité, p. 5.
  • 41  O. Merlin, G. Conesa, C. Duranteau, H. Chandet et M. Terrier, « Le doping va-t-il tuer le sport ?  (...)
  • 42  C. Sobry, « Le Tour de France et le dopage », dans P. Porte et D. Vala, Maillot jaune. Regards sur (...)
  • 43  T. Simpson, Cycling is My Life, Londres, Stanley Paul, 1966.
  • 44  É. Besson, art. cité.

23Né en 1937, Tom Simpson est champion de Grande-Bretagne et quatrième du championnat du monde en 1957. Il gagne le Tour des Flandres en 1961. Il termine cinquième de Paris-Nice, la même année, et second, la saison suivante. En 1962, il finit sixième du Tour de France après avoir endossé le maillot jaune. Il ressort victorieux de Bordeaux-Paris en 1963, il triomphe au Milan-San Remo de 1964, puis dans le Tour de Lombardie en 1965, et, surtout, devient champion du monde cette saison-là. L’année de sa mort, il s’offre un baroud d’honneur en remportant le Paris-Nice38. Mais évidemment, il n’est vainqueur d’aucun des grands tours. Classé septième avant sa tragique et dernière étape dans le plus prestigieux d’entre eux, il sait que cela ne lui permet pas d’espérer un nombre suffisant de contrats publicitaires. Sa soif de promotion sociale est immense. Simpson avoue, dès 1965, au journal The People qu’il se dope comme tout le monde39. Chacun sait qu’il prend des stimulants. Il en absorbe plus que d’autres aux dires des journalistes, car il court beaucoup et veut toujours plus d’argent pour sortir de la médiocrité40. Il semble bien alors que l’appât du gain et l’intérêt personnel priment toute autre considération, notamment éthique. De son côté, le magazine Paris-Match relate le drame et rédige une biographie peu glorieuse du coureur. On souligne son goût du lucre et de l’argent. On rapporte son refus de payer des impôts et le déménagement en Belgique qui s’en est ensuivi. D’ailleurs, Simpson ne se cachait pas qu’il avait quitté l’Angleterre pour faire fortune, ce que ses compatriotes ne lui pardonnaient pas : « 25 millions par an ne lui suffisent pas ». Simpson est considéré comme « celui qui en prend trop41 ». Comme le relate Claude Sobry, Tom faisait la saison sur piste, les classiques, les grands tours et les critériums. Sa soif de promotion sociale semblait intarissable. L’ensemble des quotidiens sportifs en font état… même s’ils ne lui donnent pas tous la même importance42. On loue sa motivation, tous les efforts consentis, mais on lui reproche, dans le même temps, sa volonté de tout écraser. Ses succès, pourtant nombreux, ne le contentent pas. Simpson est considéré comme un passionné de la victoire à tout prix, tant sur le plan familial que professionnel. Il possédait une maison en Corse qu’il avait acquise avec peine. Il voulait que ses efforts soient récompensés. De ce point de vue, il semble que la prise de produits interdits se justifie, soit un moyen acceptable et loyal permettant de convertir économiquement et socialement tous les sacrifices. Nul problème d’éthique et de conscience ne vient interférer dans le déroulement de carrière que Simpson avait programmé. Un an avant la tragique étape du Ventoux, il publie un livre au titre évocateur : Cycling is My Life, au sein duquel la passion, la volonté et le désir de s’en sortir sont sans bornes, mais également sans regrets, ni problèmes de conscience43. Denson, un de ses coéquipiers, déclarait à la télévision française : « Quand je suis fatigué, je descends de vélo et j’arrête. Tom, lui, continuait. » De leur côté, Goddet, Janssen, Plaud, Jimenez, Gimondi, Stablinski, Bidot, Poulidor et De Bruyne ne remettent pas du tout en question la présence du Ventoux dans le Tour de France et condamnent, en revanche, de façon implicite, le coureur lui-même, qui jouait le classement général… pari sans doute trop ambitieux44.

  • 45  M. Radenac, art. cité.
  • 46  R. Pointu, art. cité, p. 13.

24On s’aperçoit donc que, au regard de ces témoignages, le passage à l’acte chez Simpson est justifié. Cela accrédite l’idée qu’il n’y a pas réellement problème de conscience. De ce point de vue, l’affaire est d’une grande modernité et inaugure une nouvelle ère : d’un dopage festif, fantaisiste et inorganisé, nous passons à un dopage austère, rationalisé, programmé et, éthiquement parlant, acceptable. D’ailleurs, Pingeon déclare : « Ceux qui affirment n’avoir jamais rien pris sont des menteurs, tous les coureurs cyclistes se dopent un jour ou l’autre45.» Mais alors, c’est l’épouse, le cercle familial qui préviennent des débordements, comme pour mieux conforter l’explication comportementaliste : « Tom bavait terriblement, si cela avait été mon mari, je l’aurais fait descendre46

25Néanmoins, ce qui rend l’affaire Simpson, encore une fois, exemplaire, c’est que cette justification individualiste et psychologisante du drame est bien loin d’être partagée par la majorité des protagonistes. La critique quant à la carence éthique du système est plus souvent avancée, notamment par la presse sportive proche du Parti communiste, mise à l’écart de l’organisation du système du sport cycliste. Mais aussi, par les médecins exclus du contrôle ou par les détenteurs du pouvoir sportif qui voient, par ce biais, leur responsabilité interne écartée.

La justification structuraliste ou quand les contrepouvoirs se rebiffent

  • 47  M. Bouet, op. cit.
  • 48  J. Goddet, art. cité.

26En 1967, la presse confond dopage, toxicomanie et « pharmacophrénie ». Ainsi, bon nombre de protagonistes endossent parfois la tunique d’éditorialiste, dont Jacques Goddet, le président de la Société du Tour de France, et expliquent l’affaire Simpson en élargissant le spectre. Pour celui qui en particulier incarne le pouvoir, pêle-mêle, dopage, drogues, tranquillisants et antidouleur sont liés, comme pour mieux préserver l’espace sportif, comme pour ne pas lui faire porter toute la responsabilité du drame. La société des années 1960 se trouve affublée de tous les maux, dont celui de la surmédicalisation. Cet argument n’en est pas moins surprenant, dans la mesure où amalgamer sport et société, c’est réfuter l’éthique et l’essence même de cette pratique, bien mises en avant par Michel Bouet47. Mais Jacques Goddet s’en prend également à une catégorie singulière d’agents du champ sur laquelle il n’a pas prise, les soigneurs, et déplore la dépossession dont sont victimes les institutions sportives dans leur lutte contre le dopage. Le pouvoir médical et judiciaire n’est pas intervenu malgré la présence d’un arsenal juridique qui donne les moyens de contrecarrer le fléau48. La quasi-totalité des articles de fond concernant l’affaire vont donc s’évertuer à confondre dopage et toxicomanie et à englober le problème dans un système large et, du même coup, plus déresponsabilisant.

  • 49  M. Bouet, op. cit.
  • 50  O. Merlin et al., art. cité.

27La presse à scandale, notamment Paris-Match, ne se limite pas, de son côté, à pointer du doigt la responsabilité personnelle de l’athlète. C’est la condamnation d’une logique culturelle qui est à l’œuvre : l’usage de la drogue et des médicaments dans la société civile. Filant la métaphore dopage-toxicomanie, l’hebdo-madaire étaye son analyse grâce à des témoignages médicaux. Le dopé est un drogué, il ne peut résister à aucune attaque microbienne, selon le professeur Boissier de la faculté de médecine de Paris. De la même façon que Jacques Goddet, les journalistes de Paris-Match font fi de la spécificité du sport49. L’éditorialiste de l’hebdomadaire condamne toutefois aussi la surmédiatisation du sport et les intérêts économiques qui gravitent autour de lui50.

  • 51  J.-P. Mestre, « Dopage : le professeur Escande muscle le débat », Centre-Dimanche, no 2613, 29 jui (...)
  • 52  Toutefois, l’adversité s’incarne, pour ce qui concerne cette pratique, dans la nature (montagne) e (...)
  • 53  A. Michea, « Une loi bâclée », Le Miroir du cyclisme, no 91, septembre 1967, p. 31.

28Les ouvrages critiques condamnent eux aussi non le sport lui-même, mais l’utilisation qui en est faite. Si le Tour de France est propice au dopage, c’est parce qu’il est né de la volonté commerciale du rédacteur en chef de L’Auto, Henri Desgranges, de la concurrence entre les marques de cycles et de l’arrivée de la télévision. En revanche, là où l’explication est originale, c’est lorsqu’elle met au jour une tension entre l’appât du gain des coureurs, des directeurs sportifs et des soigneurs et le nombre limité de commanditaires. Cette carence justifie que toutes les parties prenantes ne peuvent tirer bénéfice de leur investissement dans le Tour de France et dans les autres compétitions cyclistes de moindre envergure. Toutefois, l’idée générale est bien que le cyclisme soit passé du sport au spectacle. La responsabilité des coureurs s’efface donc derrière la logique du système. Anquetil, d’ailleurs, reprendra l’argumentation en déclarant que « Simpson est mort des exigences de sa profession ». Aujourd’hui encore, le docteur Jean-Paul Escande expose une réalité où la responsabilité du sportif se cache derrière la logique du système, notamment politique51. Cette conception n’est pas nouvelle, elle trouve son origine dans le pessimisme que l’affaire Simpson a inauguré. En effet, en cette année 1967, les responsables politiques sont mis en cause. On reproche ainsi à Maurice Herzog l’édification d’une mauvaise loi, orientée strictement vers le cyclisme… alors que lui-même a franchi l’Annapurna par des moyens déloyaux (maxiton) et que l’alpinisme se réclame de l’éthique et de l’essence même du sport52. On regrette également que « le gouvernement se soit emparé du contrôle antidoping de façon inopérante, alors que le pouvoir sportif commençait à éradiquer le fléau53 ».

  • 54  M. Bouet, op. cit.
  • 55  M. Vidal, art. cité, p. 5.

29Mais incontestablement, la critique sociale et politique se fait plus vive encore avec le journal Miroir-Sprint, dès la deuxième quinzaine du mois de juillet 1967. « Le “doping” est un mal de notre temps. Il ne frappe pas que les cyclistes ; il frappe tous ceux que leur condition sociale incite à remporter quelques victoires sur leur état : les étudiants qui doivent passer un examen et travailler en même temps. Le routier qui doit, pour vivre correctement, assurer une rotation accélérée. L’ouvrier, qui fait des heures supplémentaires ou du travail au noir. » Si le progrès est là, les cadences infernales et la course à la productivité aussi. Ce point de vue original illustre donc l’impossibilité de reproduire l’éthique et l’essence du sport dans les autres sphères de la société, tandis que les discours précédents ne faisaient que regretter la contagion du sport par le social54. Parmi les protagonistes de la presse critique, lorsque la société capitaliste n’est pas attaquée, c’est un champ médian qui l’est, en l’occurrence le système sportif. Miroir-Sprint regrette d’ailleurs que seul le cyclisme soit remis en question, alors que l’on « soutient cette entreprise de démolition qu’est la boxe ». On relate aussi les affaires qui ont secoué les jeux olympiques de Rome, de Tokyo et les clubs de football. Les cyclistes ne sont donc plus les seuls concernés. « En athlétisme, le mal tend à se répandre et les sports d’équipe […] ne sont pas à l’abri de la contagion. Si les cyclistes en usent plus régulièrement, c’est que leur pratique est la plus dure de toutes55

  • 56  R. Burger, « Quo vadis… sport cycliste ? », art. cité.
  • 57  Tous les faits relatifs à la dualité Anquetil-Poulidor ont été puisés dans O. Hannegrave, « Les gr (...)
  • 58  J.-P. de Mondenard, art. cité.

30Les seuls qui finalement remettent en particulier le cyclisme en question sont certains médecins qui se jugent illégitimement dépossédés du contrôle de ce sport. Dès octobre 1967, des contributions sont publiées par la presse sportive, cautionnées par le niveau de certification des praticiens. Ceux-ci, pour la plupart, s’insurgent contre le calendrier proposé par les instances en charge de la discipline qui ne fait qu’encourager le recours au dopage. Regrettant également l’absence de confrères pour entourer les coureurs, les « médecins journalistes » expliquent « qu’il y a plus de gens pour soigner la mécanique, que pour soigner les hommes […] de ce fait, les soigneurs sont très demandés56». Dès lors, l’entourage direct des coureurs est montré du doigt. Poulidor parle, par exemple, du gourou Antonin Magne, son directeur sportif chez Mercier : « À la fin de chaque étape, il faisait virevolter, tour à tour et devant chaque coureur, son pendule au-dessus des fioles homéopathiques. Dès que l’outil vibrait, cela signifiait qu’il était “positif”, il en donnait alors quelques gouttes à l’intéressé57.» Simpson était, pour sa part, très entouré. Les financiers britanniques l’aidaient. Ses dévoués coéquipiers étaient prêts à se stimuler… le cas échéant avec des produits chimiques58.

31Au final, toutes ces justifications, malgré leur différence de largeur de spectre, ont un point commun. Elles conduisent toutes à déresponsabiliser les coureurs pour entériner une logique « causaliste », déterministe et « altériste ». Société capitaliste, système politique, sport, cyclisme, entourage s’offrent comme autant de boucliers. D’une certaine manière, on tend à disculper toujours plus l’agent sportif, sorte de gladiateur des temps modernes. Après tout, le ou plutôt les systèmes impersonnels peuvent bien en assumer la responsabilité… la structure est moins sensible que l’homme !

Conclusion

32Le drame de 1967 est exemplaire de la désormais tragique image du dopage, au sens où la mort en direct d’un champion, devant les caméras de télévision et dans la course la plus populaire du monde est une regrettable première, comme si cet événement inaugurait une nouvelle structuration dans l’espace social. Elle laisse voir des appréhensions médiatiques aussi diverses que les positions des acteurs de la presse à l’intérieur du champ. Les dominés, qu’ils soient journalistes, médecins, voire même coureurs éloignés des instances dirigeantes, se rangent aux côtés des cyclistes et font du dopage une affaire générale. Les dominants, qu’ils soient dirigeants politiques, membres de la société du Tour de France ou journalistes de L’Équipe, cherchent, eux, à réduire le « phénomène » à une affaire personnelle. Les stratégies de défense des acteurs sont définitivement posées : détournement, banalisation, retournement, conversion, en cas de dopage avéré, et persécution, incrimination, en cas de simples rumeurs. Les justifications du passage à l’acte sont lancées en cette année 1967 et perdurent encore aujourd’hui.

33Cette affaire est exemplaire aussi dans la mesure où elle se double d’une critique sociale exacerbée, notamment par le journal Le Miroir du cyclisme. Elle inaugure également une nouvelle donne en matière de santé. Si le médicament, dans la vie civile, est considéré comme un bienfait avant 1967, sa consommation abusive commence à susciter des questions à partir de cette date. Les médecins, selon leur position dans le champ, vont en défendre l’usage ou au contraire le condamner. Le dopage lui-même se modifie : dynamisant auparavant, il sert à masquer son usage par la suite. Le drame Simpson a donc bien une portée générale, tant le nombre d’acteurs, la pluralité des secteurs touchés et les moyens de défense utilisés sont nombreux.

34Sur le plan épistémologique et paradigmatique, impossible donc de limiter l’éclairage historique à un structuralisme triomphant ou à un subjectivisme tout-puissant. Ainsi, certains acteurs remettent en cause l’honnêteté de Simpson, pendant que d’autres attaquent le « système ». À ce titre, ces derniers développent une argumentation « causaliste », explicative et structuraliste, alors que les premiers émettent un point de vue comportementaliste, « compréhensif » (au sens où l’entend Max Weber), subjectiviste et individualiste. Le déterminisme, qu’il soit lié à des circonstances mouvantes ou à un système structuré et stable, s’oppose donc au pragmatisme, qui restaure très largement la part de liberté individuelle de chacun. La dimension macroscopique se mêle et se confronte à la dimension microscopique. De la même façon, certains protagonistes s’attachent au particularisme du sport, à son essence même, à son éthique et à sa signification, pendant que d’autres n’en font pas un « champ clos hors le monde », pour reprendre une expression chère à Pierre De Coubertin.

35La prochaine étape dans l’appréhension du dopage est de ne plus se limiter aux disciplines considérées, depuis toujours, comme suspectes (cyclisme, athlétisme et natation). Les autres sports individuels (tennis) et les sports collectifs font maintenant l’objet d’une critique acerbe. L’harmonisation entre les disciplines et entre les pays paraît nécessaire. Les plus laxistes d’entre eux commencent à réagir. Depuis décembre 2003, après le championnat du monde d’athlétisme d’août 2003 au Stade de France, la fédération américaine d’athlétisme a pris la décision de suspendre à vie ses athlètes dont le test de contrôle est positif.

  • 59  « Le Tour ça sent si bon la France », Paris-Match, no 2824, du 3 au 9 juillet 2003, p. 66.

36Pourtant, malgré ces avancées, le scandale Festina, durant le Tour de France 1999, l’affaire Cédric Vasseur de l’équipe Cofidis de janvier 2004, les paroles de Philippe Gaumont qui avoue se doper comme 95% des coureurs, l’éviction de l’équipe espagnole Kelme du Tour 2004, à la suite d’autotransfusions sanguines, et surtout le décès de Marco Pantani, la même année, après une prise importante d’anxiolytiques, font dire que « trente-huit ans plus tard, le problème n’est toujours pas réglé59 ». S’il ne l’est pas, la volonté politique et sportive est, toutefois, davantage présente. La fédération grecque n’a pas hésité à prendre des sanctions lourdes contre ses propres représentants dans le sport majeur qu’est l’athlétisme aux jeux olympiques. Ainsi, lors des jeux d’Athènes, Kanteris et Thanou n’ont pu participer au sprint, la Russe Korzhanenko (poids), ainsi que les Hongrois Fazekas (disque) et Annus (marteau), tous trois champions olympiques, ont été destitués de leur titre. Après l’affaire Simpson qui a conditionné trente-huit ans de lutte contre le dopage, les jeux olympiques d’Athènes n’ouvrent-ils pas en la matière une nouvelle ère en passant de l’intention aux actes avec vingt-cinq athlètes débusqués ? Si tel est le cas, doit-on percevoir, à travers cela, une volonté de moraliser puissamment le sport de haut niveau et d’y réintégrer une certaine éthique, celle liée à son essence propre ? Est-ce un aveu d’impuissance des « spécialistes » du dopage qui reconnaissent, par ce biais, que les moyens de détection ont progressé plus rapidement que les techniques de masquage ? Plus probablement, cette volonté d’épurer et de redonner toute sa place à l’éthique ne va pas à l’encontre des intérêts inhérents à la pratique de haute compétition. En effet, pour satisfaire les instances internationales et les États désireux d’offrir d’eux une image pacifique et propre, les structures sportives nationales sont condamnées à faire bonne figure. Nous pouvons alors conclure qu’éthique et intérêts ne sont pas opposés, dès lors que les objectifs poursuivis par les acteurs, quels qu’ils soient, sont convergents.

Haut de page

Notes

1  P. De Coubertin, « Les assises philosophiques de l’Olympisme moderne », dans Textes choisis, t. 2, L’olympisme, CIO, 1986, p. 15-19.

2  C. Sobry, « Le Tour de France et le dopage », dans P. Porte et D. Vala, Maillot jaune. Regards sur cent ans du Tour de France, Anglet, Atlantica, « Sport et Mémoire-Musée National du Sport-Musée Auto Moto Vélo », 2003, p. 464-485.

3  Dans le jargon cycliste, produit, le plus généralement illicite, naturel ou artificiel permettant, selon les utilisateurs, d’améliorer le niveau de performance.

4  A. Londres, « Les géants de la route », Le Petit Parisien, 27 juin 1924.

5  J.-P. Penez, J. De Potier, F. Page et D. Camus, « Mystère dans le Tour : une des vedettes tombe les bras en croix », Paris-Match, no 527, 18 juin 1955, p. 28-29.

6  « Très bon pistard 1314 victoires », L’Équipe, no 6440, mardi 15 octobre 1966, p. 2.

7  M. Bouet, Signification du sport, Paris, Éditions universitaires, « Encyclopédie universitaire », 1968.

8  J. Leulliot, « Le petit prince Jacques Anquetil 1952 la confirmation », Vélo-Rétro, no 77, Pomeys, Vélocithèque, p. 26-27.

9  T. Simpson, « Oui, j’ai été dopé », France-Dimanche, no 998, 1965, p. 18.

10  P. Arnaud, « Une histoire du sport », La Documentation française, no 7019, juin 1995, « Documentation Photographique », p. 8.

11  F. Wille, Le Tour de France : un modèle médiatique 1903-2003, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, « Sport et sciences sociales », 2003.

12  G. Vigarello, « Le corps et ses représentations dans l’invention de la gymnastique », dans C. Pociello (dir.), Entre le social et le vital. L’éducation physique et sportive sous tensions… (XVIIIe-XXe siècles), Grenoble, Presses universitaires deGrenoble, « Sports, cultures, sociétés », 2004, p. 27-41.

13  M. Vidal, « Les compagnons du Tour », Miroir-Sprint, no 1102, 17 juillet 1967, p. 2.

14  L’Équipe, no 6622, 14 juillet 1967, p. 2.

15  « Les derniers efforts de Tom Simpson », Le Miroir du cyclisme, no 89, août 1967, p. 30.

16  M. Radenac, « Roger Pingeon : Tous les coureurs cyclistes se dopent un jour ou l’autre », Télé 7 Jours, 7 août 1984, p. 62-63.

17  Paraphrase de l’article de G. Hébert, « Médecin, halte-là ! », L’Éducation physique, no 2, 1927.

18  M. Mallaret, A. Jaillard et H. Hida, « Effets physiologiques de la pharmacodépendance », Sport, toxiques et dépendance, Lyon, ENSL, jeudi 29 novembre 1990, p. 7.

19  L’Équipe, no 6622, op. cit., p. 1.

20  M. Thierry, « À deux kilomètres du sommet, Simpson se mit à tanguer… il s’abattit dans la pierraille », L’Équipe, no 6622, op. cit., p. 2.

21  J. Goddet, « L’hommage à un camarade mort sur la route », L’Équipe, no 6623, 15-16 juillet 1967, p. 3.

22  « L’enquête se poursuit », L’Équipe, no 6624, 17 juillet 1967, p. 4.

23  A. Michea, « Tom était mort », Le Miroir du cyclisme, no 89, août 1967, p. 43.

24  R. Pointu, « Une course et des hommes », Miroir-Sprint, op. cit., p. 12.

25  J. Goddet, art. cité.

26  J.-P. de Mondenard, « Les médailles propres sont rares », Sport et vie, no 9, p. 4-5.

27  É. Besson, « Fenêtres sur Tour », Miroir-Sprint, op. cit., p. 22.

28  R. Burger, « Quo vadis… sport cycliste ? », Le Miroir du cyclisme, no 92, octobre 1967, p. 6-7.

29  M. Clare, « Lucien Aimar : “Simpson aimait tant la vie”», L’Équipe, no 6622, op. cit., p. 4.

30  Affirmation d’ailleurs confirmée par Alex Poyer, spécialiste français de l’histoire du cyclisme et du cyclotourisme (Les premiers temps des véloce-clubs. Apparition et diffusion du cyclisme associatif français entre 1867 et 1914, Paris, L’Harmattan, 2003).

31  « L’enquête se poursuit », L’Équipe, no 6624, op. cit., p. 4.

32  M. Vidal, art. cité.

33  Ibid. et « Hoban en hommage », Miroir-Sprint, no 1102 A, 17 juillet 1967, p. 20-21.

34  Cette argumentation va à l’encontre de celle de Michel Bouet (op. cit.), qui fait du sport une pratique sociale dotée d’une essence singulière.

35  A. Michea, « Tom était mort », op. cit.

36  M. Crozier et E. Friedberg, L’acteur et le système, Paris, Seuil, 1977.

37  Défini par Pierre Bourdieu comme « sous-ensemble de l’espace social à l’intérieur duquel les agents luttent pour l’appropriation de profits symboliques, matériels ou financiers spécifiques » (La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit, « Le sens commun », 1979, p. 73).

38  J.-P. Ollivier, Tom Simpson. Un champion dans la tourmente, Grenoble, Glénat, « La véridique histoire », 2002.

39  C. Parmentier, « Le dossard numéro trois n’était pas au départ… », Le Miroir du cyclisme, no 90, août 1967, p. 3.

40  M. Vidal, art. cité, p. 5.

41  O. Merlin, G. Conesa, C. Duranteau, H. Chandet et M. Terrier, « Le doping va-t-il tuer le sport ? », Paris-Match, no 1155, 29 juillet 1967, p. 34-36.

42  C. Sobry, « Le Tour de France et le dopage », dans P. Porte et D. Vala, Maillot jaune. Regards sur cent ans du Tour de France, op.cit.

43  T. Simpson, Cycling is My Life, Londres, Stanley Paul, 1966.

44  É. Besson, art. cité.

45  M. Radenac, art. cité.

46  R. Pointu, art. cité, p. 13.

47  M. Bouet, op. cit.

48  J. Goddet, art. cité.

49  M. Bouet, op. cit.

50  O. Merlin et al., art. cité.

51  J.-P. Mestre, « Dopage : le professeur Escande muscle le débat », Centre-Dimanche, no 2613, 29 juin 2003, p. 3, et J.-L. Maitrot, Enquête sur les coulisses du dopage, Paris, Flammarion, 2003.

52  Toutefois, l’adversité s’incarne, pour ce qui concerne cette pratique, dans la nature (montagne) et non dans la culture (autres concurrents).

53  A. Michea, « Une loi bâclée », Le Miroir du cyclisme, no 91, septembre 1967, p. 31.

54  M. Bouet, op. cit.

55  M. Vidal, art. cité, p. 5.

56  R. Burger, « Quo vadis… sport cycliste ? », art. cité.

57  Tous les faits relatifs à la dualité Anquetil-Poulidor ont été puisés dans O. Hannegrave, « Les grands duels du sport Anquetil/Poulidor », canal Arte, 2001, 55 minutes.

58  J.-P. de Mondenard, art. cité.

59  « Le Tour ça sent si bon la France », Paris-Match, no 2824, du 3 au 9 juillet 2003, p. 66.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascal Charroin , « L’affaire Simpson de 1967 : une rupture médiatique dans l’appréhension du dopage », Éthique publique [En ligne], vol. 7, n° 2 | 2005, mis en ligne le 18 septembre 2015, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/1921 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.1921

Haut de page

Auteur

Pascal Charroin

Pascal Charroin est maître de conférences, chercheur à l’université Claude-Bernard (Lyon 1) et chercheur associé à l’université Jean Monnet Saint-Étienne.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org