Navigation – Plan du site
Zone libre

L’opposition à la prostitution dans le contexte d’une société libérale

Rhéa Jean

Résumés

L’auteur soulève l’idée que l’opposition à la prostitution que l’on retrouve dans la perspective néoabolitionniste ne s’avère pas incompatible avec les principales valeurs du libéralisme, contrairement à ce que certains auteurs ont pu avancer, mais permet au contraire de réactualiser les notions d’autonomie, de vie privée et de droit au travail. On souhaite ainsi montrer l’importance de ces valeurs, tout en indiquant qu’elles ne peuvent être cohérentes si elles n’intègrent pas la dimension sexuelle de l’identité individuelle. En cherchant à préserver la sexualité de la sphère publique (du travail), le point de vue néoabolitionniste ne s’intéresserait pas tant à la défense des intérêts collectifs concernant la sexualité, comme on a pu le prétendre, mais bien davantage à l’élaboration des conditions permettant l’autonomie sexuelle des individus, lesquelles s’avéreraient incompatibles avec la prostitution.

Haut de page

Texte intégral

1La prostitution a fait l’objet récemment de divers débats publics concernant son expansion sous plusieurs formes ou ses effets sociaux néfastes. Trop souvent reliés aux faits divers, selon nous, ces débats, du moins au Québec, ont souvent évité, de façon inconsciente ou délibérée, les questions de fond portant sur l’impact que peut avoir la commercialisation de la sexualité sur le bien commun. Ainsi, la question de la « légitimité » de la prostitution a été très peu soulevée, d’une part à cause des divisions et malaises qu’elle suscite, et d’autre part parce qu’elle semble être réglée pour ceux qui jugent qu’une société libérale « évoluée » comme la nôtre ne saurait imposer une vision « essentialiste » de la sexualité sans entrer en conflit avec les « préférences » et les « choix » que les individus assument dans leur « vie privée ».

  • 1  Le néoréglementarisme se distingue du réglementarisme traditionnel en ce qu’il ne considère plus l (...)

2L’idée à la base de ce texte est qu’il ne nous semble pas que la défense de la prostitution, telle qu’elle se fait au sein du courant néoréglementariste (où l’on souhaite que la prostitution soit reconnue comme un travail et qu’aucune des parties impliquées – clients, personnes prostituées ou proxénètes – ne soit criminalisée), constitue la meilleure défense des préférences, des choix individuels et de la vie privée. Par ailleurs, on a souvent soutenu que le courant néoabolitionniste (selon lequel la sexualité ne peut être assimilée à un travail puisque cela aurait pour conséquence de réduire certains êtres, principalement les femmes, au rang d’objets sexuels, et selon lequel le client et le proxénète, perçus respectivement comme agresseur et esclavagiste, devraient être criminalisés) définit le bien commun selon une perspective davantage communautarienne, en mettant l’accent sur l’intérêt collectif et non individuel1.

3Dans cet article, nous tenterons de démontrer en quoi le point de vue néoabolitionniste sur la prostitution n’est pas incompatible avec les valeurs libérales de nos sociétés. Au contraire, il nous apparaît défendre les valeurs qui sont au cœur du libéralisme : le droit à l’autonomie, aux préférences et aux choix individuels, ainsi que le droit à la vie privée. Mais la défense de ces valeurs ne se fait, du point de vue néoabolitionniste, qu’à travers une définition de l’être humain qui dépasse la simple notion de « rationalité » en incluant la sexualité comme élément fondamental de la création de l’identité personnelle et collective. Ainsi, s’opposer au « travail du sexe » ne signifie pas nécessairement s’opposer au droit de travailler, comme certains ont pu le croire, mais relève davantage de la défense d’un droit au travail digne, c’est-à-dire d’un travail qui ne vient pas modifier le rapport de soi à la sexualité.

4Dans un premier temps, il sera question des valeurs d’autonomie et de choix individuels et de la façon dont nous pouvons les concevoir lorsqu’il est question de sexualité. Il ne nous apparaît pas évident que le point de vue néoréglementariste défende mieux ces valeurs libérales que le point de vue néoabolitionniste : les deux positions illustrent à notre avis la diversité des interprétations que l’on peut faire des valeurs libérales. Dans un deuxième temps, nous aborderons la question de la protection de la vie privée, qui est l’un des thèmes majeurs du libéralisme. Encore une fois, il nous semble erroné d’affirmer que le point de vue néoréglementariste soit la position qui véhicule le mieux cette valeur libérale : au contraire, le point de vue néoabolitionniste nous semble parfaitement intégrer la définition de la vie privée adoptée par les théoriciens libéraux.

5Enfin, nous verrons en quoi l’assimilation de la sexualité aux tâches domestiques est problématique à maints égards lorsque des féministes, qu’elles soient libérales ou radicales, cherchent à faire reconnaître le travail « invisible » des femmes au nom de l’égalité entre les sexes et du droit au travail. En effet, une analyse sociale de la sexualité ne permet pas de considérer que sa rémunération, et donc sa professionnalisation, correspond à la même reconnaissance sociale des femmes que peut l’être la professionnalisation des tâches domestiques. Cette dernière partie nous a paru essentielle afin de faire comprendre en quoi l’assimilation de la sexualité à un travail, telle qu’elle se vit dans la prostitution, nous apparaît hautement problématique, étant donné la façon dont la sexualité est construite socialement et contribue à la formation de l’identité.

6Ce texte n’a pas pour but la défense vigoureuse du libéralisme, il entend plutôt montrer en quoi le courant néoabolitionniste peut constituer une défense des intérêts individuels tels qu’ils sont promus dans le libéralisme tout en reconnaissant l’importance de la collectivité. Il souhaite également souligner que la promotion des intérêts individuels devrait reposer sur une meilleure analyse sociale de la sexualité.

Libéralisme et autonomie sexuelle

  • 2  J.-M. Chaumont, « Prostitution et choix de société : un débat éludé ?», Éthique publique, vol. 5, (...)

7Dans son article intitulé « Prostitution et choix de société : un débat éludé2 ? », Jean-Michel Chaumont affirme, sans prendre parti pour l’un ou l’autre des points de vue, que la position néoréglementariste sur la prostitution correspond davantage à la conception libérale du bien commun que la position néoabolitionniste car elle ne s’appuie sur aucune vision substantielle du bien en ce qui a trait à la sexualité. La position néoabolitionniste, selon lui, conçoit le bien commun en lien avec l’intérêt collectif, et donc se préoccupe davantage de la désirabilité sociale de la prostitution que du déploiement des préférences individuelles, contrairement au point de vue néoréglementariste, d’inspiration plus libérale. Cette conclusion ne nous apparaît pas satisfaisante car elle ne rend compte ni de la complexité de la position néoabolitionniste ni de la diversité des interprétations que l’on peut faire de la conception libérale du bien commun. Il convient d’abord de décrire la conception du bien commun chez les théoriciens libéraux, pour ensuite se pencher sur la façon dont ils ont abordé la sexualité de façon générale.

  • 3  Ibid., p. 20.
  • 4  W. Kymlicka, Les théories de la justice, Montréal, Boréal, 1999.
  • 5  A. Jaggar, Feminist Politics and Human Nature, Totowa (N. J.), Rowman & Allenheld, 1983, p. 174.

8Comme on le sait, le libéralisme s’est fait le champion de l’épanouissement de « choix de vie librement consentis3 » pour chaque individu, et définit le bien commun par un « processus d’agrégation des préférences4 ». Les philosophes libéraux chercheraient à élaborer une théorie politique indépendante d’une définition de la vie bonne et conçoivent les individus comme des êtres rationnels établissant par eux-mêmes leurs propres fins, sans se les voir imposer par la société. Ainsi, « en autant qu’ils ne violent pas le droit des autres, il n’y a en principe aucune limite à ce qu’ils peuvent avoir envie de faire ou à ce qu’ils croient qu’ils devraient faire5 ». Dans l’ensemble, les libéraux prétendent défendre l’autonomie, la liberté de choix et le respect de la vie privée.

  • 6  J.-M. Chaumont, art. cité, p. 21.

9Par ailleurs, lorsque l’on tente de comprendre le discours des libéraux sur la sexualité, on se rend compte qu’elle y a été dévaluée, absente de leur conception de l’être humain, être de raison. Le libéralisme tend à ne pas considérer les émotions et la sexualité comme des dimensions fondamentales de l’être humain. Ce point de vue dénoterait, selon Alison Jaggar, une « somatophobie » ou mépris du corps, caractéristique de la tradition occidentale, et se traduisant dans l’idéologie libérale par une conception de l’être humain essentiellement liée aux capacités mentales. Pour Jaggar, ce désintérêt à l’endroit du corps ne permettrait donc pas aux libéraux ni d’élaborer une théorie normative concernant la sexualité ni d’aborder la prostitution sous l’angle de la sexualité, comprise comme un aspect de la vie à prendre au sérieux. Les penseurs libéraux font ainsi la promotion d’une société individualiste dans laquelle les personnes « sont libres d’y explorer toutes sortes de possibilités et de préférences, notamment en matière de pratiques sexuelles, que les sociétés plus traditionnelles interdisaient (ou contenaient ou stigmatisaient…) au nom de valeurs dominantes (religieuses ou autres) qui étaient loin d’être toujours partagées6 ».

  • 7  A. Jaggar, op. cit., p. 183.

10Les théories libérales ne prétendent donc pas qu’il y ait des pratiques sexuelles plus naturelles ou objectivement plus désirables que d’autres. Toutefois, elles affirment que celles-ci doivent se déployer entre deux adultes consentants « dans l’intimité de leur maison7 » et constituer des « choix personnels », des « préférences » (selon Chaumont). Les pratiques sexuelles peuvent être diverses, dans la mesure où elles n’entrent pas en conflit avec l’autonomie des individus. On peut donc dire que l’autonomie sexuelle est une valeur libérale, même si la façon de définir cette autonomie sexuelle laisse place à des interprétations diverses. Ainsi, dira-t-on simplement qu’est autonome toute sexualité qui échappe à la coercition physique ou à une manipulation d’un mineur par un adulte ? N’est-ce pas là une définition réductrice ? L’autonomie sexuelle ne signifie-t-elle pas plutôt la possibilité de choisir et d’exprimer ses préférences, ainsi que la possibilité de refuser une relation ? Ne signifie-t-elle pas également la possibilité d’exprimer son identité à travers la sexualité ? Or c’est cette définition qui est au cœur du point de vue néoabolitionniste.

11Car ce que Chaumont semble omettre dans sa description du point de vue néoabolitionniste, c’est que ses défenseurs endossent les valeurs libérales concernant les « choix personnels », les « préférences » et l’autonomie des sujets. Mais leur interprétation, féministe et humaniste, de la prostitution ne correspond pas à celle qu’en donnent les néoréglementaristes (ou défenseurs du « travail du sexe »). Ainsi, contrairement à ce que laisse entendre Chaumont, ce n’est pas au nom d’un ordre social ou d’une définition de la « normalité » sexuelle que la plupart des néoabolitionnistes s’opposent à la prostitution, mais au nom de la liberté de chaque individu de pouvoir vivre sa sexualité selon ses choix et préférences et non selon la nécessité économique. Il ne s’agit pas de soutenir ici qu’il serait impossible qu’il puisse y avoir une relation consensuelle entre une personne prostituée et un client en particulier, celui-ci, en dépit du fait qu’il paye, pouvant accorder à l’autre une certaine marge de liberté et de décision. L’idée est d’affirmer que même dans les situations (plutôt exceptionnelles) de relative autonomie, la personne prostituée ne peut exercer une pleine autonomie sur sa sexualité : toute prostitution implique un rapport sexuel asymétrique du simple fait que l’argent du client lui donne le pouvoir de déterminer les conditions de la relation sexuelle. Même si un client en particulier pouvait ne pas user de ce pouvoir (ce qui semble assez rare), celui-ci est toujours implicite dans la relation. Ainsi, s’il donne une certaine marge de pouvoir à la personne prostituée, cette liberté est déterminée à l’intérieur du pouvoir que lui-même exerce. Il s’agit donc d’une fausse liberté pour la personne prostituée et d’un faux rapport consensuel entre les deux individus.

  • 8  S. A. Anderson, « Prostitution and Sexual Autonomy : Making Sense of the Prohibition of Prostituti (...)

12Les néoabolitionnistes ne cherchent donc pas à déterminer une pratique sexuelle meilleure qu’une autre, mais pensent plutôt que l’expression des choix et des préférences de chacun, telle que préconisée dans la conception libérale du bien commun, n’est pas favorisée lors d’un échange de services sexuels contre de l’argent. Car si les personnes prostituées expriment un « choix », celui-ci n’est pas lié à leur autonomie sexuelle, à l’expression de soi, mais plutôt à leurs besoins financiers. En cela, la prostitution va à l’encontre de la promotion de l’égalité entre les individus, chère à la conception libérale du bien commun. Ainsi : « La prohibition de la prostitution peut être justifiée par le rôle qu’elle joue de défendre l’autonomie sexuelle des plus pauvres et des membres les plus vulnérables de notre société. Cela est important pour ces gens les plus susceptibles de devenir prostitués, mais aussi nécessaire dans le but d’atteindre la justice entre riches et pauvres, aussi bien qu’entre hommes et femmes8

13Un point, à ce sujet, sur lequel s’entendent à la fois les néoabolitionnistes et les néoréglementaristes : une personne se prostitue principalement pour l’argent et non pour des motifs d’expression personnelle (ce que confirment plusieurs études sociologiques). La divergence entre les deux courants de pensée vient du fait que pour les néoabolitionnistes, la sexualité est si fondamentale à l’expression de soi qu’on ne peut accepter qu’elle soit utilisée pour des raisons financières, alors que pour les néoréglementaristes, la sexualité n’est pas considérée comme une dimension individuelle importante, et peut donc être une façon légitime de gagner sa vie. Notons cependant que si la position néoréglementariste se veut « neutre » en ce qui a trait à la question de la sexualité, elle n’en alimente pas moins l’idée, pour ceux qui sont en faveur de la prostitution, que la sexualité (principalement celle de l’homme) doit nécessiter des soins particuliers disponibles sur demande, comme si elle consistait en un besoin impératif qui irait au-delà de toute éthique sociale et obligerait à une tolérance de ses dérives les plus extrêmes. En outre, si les néoréglementaristes peuvent prétendre à une conception neutre de la sexualité, il en est tout autrement des « défenseurs de la prostitution » au sens large, qui ont tendance à considérer la sexualité comme une dimension fondamentale de l’humanité, tout en semblant exclure les personnes prostituées de cette humanité.

  • 9  Ibid., p. 766.

14Les néoréglementaristes, qui défendent la légitimité du choix de recevoir de l’argent lors d’activités sexuelles au nom de la liberté, ne se rendent pas compte que la liberté sexuelle de milliards d’individus se voit brimée, et ce même si, pour ces individus, leur perte d’autonomie sexuelle peut leur apparaître acceptable, à cause de leurs problèmes financiers et à cause de leur conditionnement quant à la sexualité (le fait, par exemple, que la culture patriarcale mette l’accent sur les besoins sexuels masculins et sur la possibilité des femmes de les satisfaire). Ainsi, comme l’affirme Scott A. Anderson : « Permettre aux gens d’utiliser l’activité sexuelle comme étant juste une autre façon de faire de l’argent peut, en fait, ne pas accroître l’autonomie de façon générale, mais plutôt avoir pour effet de propager l’absence de contrôle d’une personne sur sa vie sexuelle et miner son autonomie sexuelle9

15Le point de vue néoabolitionniste n’est pas de dicter ce que des adultes consentants doivent faire ou ne pas faire dans leur chambre à coucher, mais plutôt de définir ce consentement selon les motivations personnelles des acteurs et non selon des motivations économiques. Autrement dit, la prohibition de la prostitution a pour but, non pas de brimer la liberté sexuelle, mais plutôt de mettre en place les conditions sociales permettant de ne pas brimer la liberté sexuelle de chaque individu. En définissant la sexualité comme un domaine gratuit fondé sur la spontanéité et la réciprocité, une société renforce l’idée que tout rapport sexuel non réciproque n’est pas souhaitable pour l’épanouissement individuel.

  • 10  C’est précisément à cause du caractère particulier de la sexualité que nos sociétés ont rejeté, il (...)
  • 11  J. O’Connell Davidson, « The Rights and Wrongs of Prostitution », Hypatia, vol. 17, no 2, 2002, p. (...)

16En tentant de concevoir la prostitution comme un simple « contrat » entre deux individus10 et de « rationaliser » cette pratique en omettant son aspect contraignant, les néoréglementaristes échouent, selon nous, à définir l’autonomie sexuelle qui ne peut se déployer qu’en l’absence de contraintes économiques. Les arguments en faveur de la normalisation de la prostitution échouent à rendre compte de la complexité des relations sexuelles et de leurs constructions sociales. Ainsi : « Conceptualiser la prostitution sans référence aux liens entre la sexualité, les genres, le Moi et la communauté serait aussi insatisfaisant que de conceptualiser la prostitution sans référence aux classes sociales11

17Le point de vue néoabolitionniste dépasse donc en quelque sorte le point de vue libéral concernant l’autonomie et l’égalité par sa conception de la spécificité de la sexualité en tant que domaine particulier de l’expression de soi qui, à l’instar de l’amour et de l’amitié, ne peut être marchandé sans entraîner une profonde trahison de soi. Il considère que la prostitution empêche l’expression des préférences sexuelles des femmes, des pauvres ou de toute personne susceptible d’y entrer, et dénonce le fait que cette industrie repose sur le renoncement de ces personnes à leur autonomie sexuelle et sur l’exaltation d’une culture qui conçoit que les besoins sexuels de certains individus puissent s’imposer à d’autres individus en échange d’une compensation financière. Le point de vue néoabolitionniste se rattache également, selon nous, à la défense de la protection de la vie privée chère aux libéraux, mais, encore une fois, en s’inscrivant dans une perspective à la fois féministe et humaniste.

Le respect de la vie privée

18Dans la conception libérale du bien commun, le respect de la vie privée figure comme un aspect incontournable. Lorsqu’il est question de prostitution, une fois encore, une interprétation davantage féministe de la vie privée, défendue par les néoabolitionnistes, s’oppose à l’interprétation patriarcale. Ainsi, il est couramment admis, dans le discours néoréglementariste mais également dans celui d’une bonne partie de la population, que l’achat de services sexuels relèverait du droit à la vie privée. Cela nous incite à adhérer à la thèse que cette défense de la protection de la vie privée a surtout pour but de protéger les hommes de l’interférence de l’État. Ainsi, comme l’a analysé Will Kymlicka, la famille a été considérée comme relevant de la sphère privée, et le père, désigné comme le représentant de cette famille. Dès lors, cette version patriarcale du libéralisme ne permettrait pas la défense de la vie privée des femmes au sein de la famille car toute interférence étatique dans la famille aurait pour effet de brimer la protection de la « famille », et donc du père. Selon Catherine A. MacKinnon, cette conception du droit à la vie privée permettrait aux hommes de contraindre des femmes en toute tranquillité.

19Cette manière de penser transparaît également dans la façon dont nos sociétés se représentent la question de la vie privée lorsqu’il s’agit de prostitution. Chez les défenseurs du « travail du sexe », l’achat de services sexuels relèverait de la sphère privée (garantissant par exemple la confidentialité), d’autant plus qu’il se fait en dehors de la pression de la communauté (ce qui n’est pas le cas, par exemple, du mariage).

20En s’opposant à la prostitution, les néoabolitionnistes courent le risque de se voir dès lors accusés de tenter d’empiéter sur le terrain de la vie privée et d’aller à l’encontre de l’idée très libérale que « l’État n’a pas à intervenir dans la chambre à coucher » (comme l’a exprimé l’ex-premier ministre Trudeau). Pourtant, le point de vue néoabolitionniste nous paraît en parfait accord avec la définition libérale de la protection de la vie privée, mais l’interprétation qu’il en fait se révèle différente de celle des néoréglementaristes.

  • 12  W. Kymlicka, op. cit., p. 278, citant Hannah Arendt (Condition de l’homme moderne).

21D’abord, comment les libéraux définissent-ils la vie publique et la vie privée ? Le libéralisme considère que la vie publique n’inclut pas seulement l’État, mais également la société civile. C’est chez les auteurs romantiques que cette conception de la vie publique a émergé, et elle a été adoptée par les théoriciens libéraux pour souligner les effets du conformisme social sur l’individualité. Dès lors, la vie privée prend un sens davantage individualiste : « Les individus ont besoin de disposer de temps pour eux-mêmes, loin de la vie publique, pour se consacrer à la contemplation, expérimenter des idées impopulaires, recomposer leurs forces et cultiver des relations intimes. La vie sociale peut être tout aussi gênante pour toutes ces activités que la vie politique. En fait, “la découverte de la vie privée moderne dans ses fonctions les plus importantes, à savoir protéger la sphère intime, a été faite en opposition non pas au politique mais au social”12

22En tenant compte de cette définition des sphères publique et privée, on peut conclure que ce qui a trait à la sexualité, que l’on peut considérer comme faisant partie de l’intimité de la personne, relève donc de la sphère privée et que ce qui a trait au travail relève a priori de la sphère publique. Or au sein de la prostitution a lieu une fusion : l’achat et la vente, du domaine public, viennent se mêler à la sexualité, du domaine privé.

  • 13  S. A. Anderson, art. cité, p. 763.

23Loin d’aller à l’encontre du point de vue libéral concernant la protection de la vie privée, les néoabolitionnistes nous apparaissent au contraire comme ceux qui défendent le plus cette valeur : ainsi, pour eux, la prostitution constitue un empiètement de la sphère publique du travail sur la sphère privée de la sexualité. Si la sexualité doit rester un domaine privé, ce n’est pas seulement l’État qui ne doit pas être dans la chambre à coucher, mais également le commerce. Comme l’explique Anderson : « Traiter le sexe comme une simple utilisation du corps parmi tant d’autres ayant cours dans le commerce aurait pour effet de réduire l’autonomie sexuelle en exposant presque tous les travailleurs (de même que les personnes en recherche d’emploi) à la possibilité de subir des pressions de la part d’employeurs pour qu’ils aient des relations sexuelles contre leur volonté afin de pouvoir garder leur emploi (ou d’être embauchés)13

24Si le sexe devient un travail, il est alors permis de penser que le travail peut devenir sexuel. Ainsi, Anderson donne quelques exemples des dérives auxquelles peut mener le fait de lier sexualité et travail : une secrétaire pourrait se faire imposer de nouvelles tâches qui consisteraient à offrir des services sexuels aux employés et aux clients de la compagnie ; des centres d’emploi pourraient proposer aux personnes sans emploi un travail dans l’industrie du sexe sous peine, s’ils refusent de s’y soumettre, de se voir réduire leur allocation sociale ; une femme qui reçoit de l’argent ou des cadeaux de la part d’un homme pourrait se voir reprocher par cet homme et par la société le fait qu’elle refuse d’avoir des rapports sexuels avec lui « en échange », etc.

25Comme on peut le constater, la barrière séparant le sexe et le commerce a non seulement pour but de garder le milieu du travail en dehors des pressions sexuelles, mais aussi de garder les relations sexuelles privées en dehors des normes du commerce. En considérant que la sphère publique ne peut empiéter sur la vie sexuelle des gens, les néoabolitionnistes ne font que promouvoir le droit à la protection de la vie privée cher au libéralisme, mettant l’accent sur le fait qu’on ne peut extraire la sexualité de la définition de l’intimité sans risquer de miner profondément la notion de vie privée.

26Cette sphère privée, dans laquelle est incluse la sexualité, ne doit pas, par ailleurs, être confondue avec la sphère domestique, qui a, à tort, été rapprochée du « travail du sexe » par les militants néoréglementaristes afin de tenter de légitimer leur lutte. Cette distinction importante sera discutée dans la prochaine partie qui abordera une autre dimension fondamentale du libéralisme : la liberté de travailler.

Le travail « invisible » des femmes

27Afin de faire avancer la cause de l’égalité entre hommes et femmes, certaines féministes, libérales ou radicales, considèrent que la société doit reconnaître le travail « invisible » des femmes en le rémunérant. Ce travail « invisible » pourrait se définir par les différentes tâches non rémunérées accomplies par les femmes, le plus souvent pour fournir différents services à leur mari et leurs enfants (bien qu’on puisse élargir la définition du travail « invisible » des femmes en incluant leur participation bénévole au sein de compagnies, de partis politiques, etc.). Ainsi, la reconnaissance du travail domestique (ménage) et « reproductif » (soin des enfants) est une revendication courante des féministes et qui peut être considérée comme légitime. S’ajoute à cela une demande de reconnaissance qui, elle, nous semble davantage problématique : en effet, il n’est pas rare que ces féministes ajoutent les activités sexuelles dans la définition de ce qui constitue le travail « invisible » des femmes. En considérant la sexualité comme un travail « invisible » des femmes, il n’y a alors qu’un pas à franchir pour invoquer le droit à la reconnaissance du « travail du sexe », ce que le lobby des défenseurs du travail du sexe s’est empressé de faire. Ce que nous chercherons ici à démontrer, c’est l’idée que cette assimilation entre sexualité et travail « invisible » est à la base erronée et même dangereuse, et ce, peu importe l’allégeance politique des féministes qui l’avancent. Selon nous, cette assimilation mène à légitimer et à renforcer l’asymétrie sexuelle entre hommes et femmes.

  • 14  A. Jaggar, op. cit., p. 178.

28Régulièrement, l’on insiste, dans les publications féministes, sur le fait que les femmes fourniraient des services sexuels gratuits à leur mari et que cela constituerait, au même titre que les tâches domestiques non rémunérées, une forme d’exploitation des femmes à l’intérieur du patriarcat. Ainsi, Alison Jaggar affirme : « La situation est pire pour ces femmes qui ne sont pas payées pour le soin des enfants, le service sexuel et le travail domestique à la maison : la dépendance économique auprès de leur mari fait qu’il est difficile ou pratiquement impossible pour les femmes à la maison d’exercer leur autonomie14. » Cet argumentaire est souvent repris par des féministes, qu’elles soient davantage radicales (comme c’est le cas de Jaggar) ou libérales (parmi lesquelles on pourrait classer, entre autres, le lobby pro-travail du sexe). Le travail domestique et les rapports sexuels, en entrant dans la même catégorie (du travail « invisible »), nécessiteraient-ils alors les mêmes revendications ?

29Cette façon de lier activités sexuelles et activités domestiques est fréquente chez les féministes car elle permet de dresser un portrait de la situation d’aliénation et de contrôle patriarcal au sein de certains ménages composés d’un homme et d’une femme. Toutefois, l’idée de considérer l’activité sexuelle de la femme comme un « travail bénévole » s’avère pour le moins problématique : après tout, les maris ne sont pas plus rémunérés pour le temps qu’ils « consacrent » à l’activité sexuelle. Il faut donc qu’il y ait asymétrie dans la conception de la sexualité selon les genres pour que l’activité sexuelle de la femme, et pas celle de l’homme hétérosexuel, apparaisse fréquemment comme un « travail ». Notons que les féministes qui ont lié activité sexuelle et travail domestique n’endossaient pas nécessairement cette vision asymétrique de la sexualité, mais souhaitaient parfois rendre compte de la construction sociale de la sexualité, tout en proposant une autre vision des rapports hommes-femmes.

30Pourtant, certains défenseurs du « travail du sexe » prennent au pied de la lettre ce rapprochement entre activités sexuelles et activités domestiques de façon à faire passer leur discours politique pour un geste féministe. Ainsi, faire l’amalgame entre l’activité sexuelle des femmes et le travail domestique leur permet de tenter d’amener leurs interlocuteurs à admettre qu’il est tout à fait légitime que certaines femmes réclament de l’argent pour la même activité que d’autres femmes (les « femmes mariées ») exercent en échange, selon ces défenseurs, de biens matériels, d’un soutien financier de la part de leur mari ou « même de rien ». Le sexe serait donc, aux yeux de certains militants pour le « travail du sexe », un travail « invisible » exercé par les femmes pour satisfaire les besoins sexuels masculins, et, en ce sens, les prostituées auraient historiquement été « féministes » avant l’heure puisqu’elles recevaient un salaire au lieu d’offrir des « dons » comme les épouses. Selon ces militants, l’opprobre social fait aux prostituées serait même dû au fait qu’elles seules osaient demander de l’argent aux hommes pour une activité sexuelle considérée comme un « don » de la femme à l’homme.

  • 15  C. Thiboutot, « Lutte des travailleuses du sexe : perspectives féministes », dans Rapport du comit (...)

31Ainsi en témoigne Claire Thiboutot, de l’organisme Stella (organisme montréalais qui intervient auprès des « travailleuses du sexe » et qui milite pour la reconnaissance et la décriminalisation complète de cette activité) : « Nous reconnaissons la prostitution et le travail du sexe comme l’une des quatre grandes institutions à la base de l’oppression des femmes : contrainte à l’hétérosexualité, reproduction, mariage, prostitution. Tout comme nous avons lutté comme féministes pour la reconnaissance du travail “invisible” des femmes à l’intérieur de ces institutions – éducation des enfants, soins aux malades, travail domestique, etc. – et contre les abus et les violences qui y prenaient place (et y prennent toujours place dans plusieurs cas), nous revendiquons la même reconnaissance pour ce qui concerne le travail du sexe. […] Il faut comprendre que la norme, dans le cadre des institutions patriarcales, est que les femmes fournissent des services sexuels (ainsi que domestiques) aux hommes gratuitement. Le caractère transgressif de l’institution de la prostitution est que les femmes demandent explicitement de l’argent ou une forme de rémunération quelconque pour ces services15.» L’argumentaire pourrait être recevable si on ne tenait pas compte de la nature même des activités (domestiques et sexuelles) en question, de ce qui les différencie et de ce qu’implique la compensation financière pour chacun des cas. Ainsi, le travail domestique est une activité essentielle au bon fonctionnement de toute société humaine et de chaque individu. Imaginons un instant un monde dans lequel les jeunes enfants ne seraient pas pris en charge par aucun adulte et seraient laissés à eux-mêmes. Imaginons un instant l’état d’hygiène d’une société qui ne laverait plus rien. On se rend bien compte que sans ce travail « invisible » exécuté quotidiennement et la plupart du temps gratuitement (en grande majorité par les femmes), on vivrait dans un chaos à peine imaginable. C’est pourquoi un grand nombre de féministes considèrent, au nom de l’égalité entre les sexes, que ce temps consacré par les femmes au travail domestique doit être reconnu et rémunéré au lieu d’être gratuit ou compensé par le don de quelqu’un (de l’homme, bien souvent) ou par une aide de l’État pour les « sans emploi ». Les deux cas sont source de beaucoup d’insatisfaction : le fait de dépendre du don de quelqu’un crée une dépendance envers cette personne, et l’aide de l’État pour les « sans emploi » ne permet pas la reconnaissance du travail domestique.

32Mais si cette question intéresse les féministes, ce n’est pas que l’activité domestique serait intrinsèquement une activité féminine, mais parce que cette activité, ayant traditionnellement été déléguée aux femmes, n’a jamais été reconnue, précisément parce que c’était en grande majorité des femmes qui s’en chargeaient. Le travail domestique en soi, essentiellement, n’est pas un travail qui doit être exécuté par une femme, il peut être effectué autant pas des hommes que par des femmes, par des vieux ou des jeunes, par des beaux ou des laids, etc. On peut donc présumer que le travail domestique n’a pas été rémunéré à cause de la place traditionnellement subordonnée des femmes dans la société.

33Au contraire, dans la prostitution, le raisonnement est différent. Ainsi, c’est parce que la place des femmes dans la société est dévaluée que leur sexualité est considérée comme une source de revenu, et ce pour deux raisons : d’une part, l’exclusion des femmes du monde du travail et des richesses, d’autre part, le contrôle sexuel exercé par les hommes sur les femmes (tant physiquement que mentalement). En effet, le recours à la prostitution a historiquement toujours été plus grand dans les périodes de pauvreté ou de disparité entre les riches et les pauvres. Ces périodes sont souvent plus difficiles encore pour les femmes car ce sont les hommes qui s’emparent du travail. Elles doivent donc opter pour les solutions de rechange pour pouvoir survivre et nourrir leur famille. La prostitution représente alors un « choix tragique » pour les femmes qui ne peuvent ni se tourner vers un emploi ni vers une personne qui pourrait les aider financièrement.

  • 16  J. O’Connell Davidson, art. cité, p. 90.

34Notons que la sexualité ne constitue en rien une activité détachée, comme c’est le cas du travail domestique, de ce qui nous fait en tant que sujets. Aussi, on ne peut exiger un rapport sexuel de la même façon qu’on peut exiger d’avoir accès à un environnement propre, car la rencontre sexuelle fait intervenir deux subjectivités (ou plus): la rencontre d’un partenaire sexuel est accessoire à la sexualité, et accepter d’avoir un rapport sexuel avec quelqu’un demeure une faveur qu’on lui fait. Comme le note Julia O’Connell Davidson : « Si l’absence d’un contact sexuel représentait une menace à la santé et qu’une personne avait besoin de se voir prescrire les “soins” d’une “travailleuse du sexe” de la même façon qu’une autre a besoin des soins d’un docteur ou d’une infirmière quand elle souffre d’un mal particulier, alors l’apparence physique, l’âge, le sexe et la race du/de la prostitué(e) ne seraient pas des critères importants. Mais le sexe n’est pas une simple fonction corporelle ou un besoin physique. Notre vie érotique est fondée sur les idées que nous utilisons pour catégoriser, interpréter et donner du sens à l’expérience humaine et sociale16. » Ainsi, ce n’est pas simplement une satisfaction sexuelle que le client recherche en se payant une prostituée, mais ce corps-là, cette relation-là, etc. On est bien loin ici du travail domestique en ce qui a trait aux critères corporels ou relationnels. La sexualité met en jeu des dimensions beaucoup plus profondes et personnelles que le lavage des planchers.

  • 17  S. L. Bartky, « Feeding Egos and Tending Wounds : Deference and Disaffection in Women’s Emotional (...)

35De plus, pour comprendre que la grande majorité des personnes prostituées sont des femmes et que la grande majorité des clients sont des hommes, il faut nécessairement qu’il y ait disparité dans la conception de la sexualité des unes et des autres : la sexualité masculine devrait impérativement faire l’objet de soins particuliers et la sexualité féminine serait essentiellement un service rendu aux hommes et n’aurait pas vraiment de légitimité en elle-même. Le fait que certains tenants de la reconnaissance du « travail du sexe » considèrent la sexualité de la femme comme un service non rémunéré qu’elle rend à son mari en dit long sur la persistance de ce double standard sexuel entre hommes et femmes. Mais comme l’ont démontré les recherches de Sandra Lee Bartky sur le « travail émotif » des épouses, la compensation financière (directe ou indirecte) que des hommes offriraient à des femmes en échange d’un soutien émotif et de « services » sexuels, demeure une situation aliénante et frustrante pour ces femmes car l’argent ou les biens matériels ne viennent pas compenser le déplaisir d’une relation non réciproque. Ainsi : « Il serait difficile de montrer à quel point une telle compensation (économique) peut racheter le dommage éthique et la mystification générale auxquels est exposée une femme dans une situation de soutien émotif non réciproque. Plusieurs penseurs féministes ou conservateurs qui louangent cette capacité des femmes à offrir un support émotif ont simplement ignoré la possibilité que celles-ci puissent souffrir d’un dommage moral lorsqu’elles rendent ce genre de service17

36Les recherches de Bartky démontrent également que cette non-réciprocité imprègne profondément une conception hiérarchique des rapports entre les individus, les uns se retrouvant dans la position d’une sorte de noblesse despotique (la noblesse masculine dont parle Pierre Bourdieu), les autres n’ayant pour seul but et pour seule possibilité de survie ou d’avancement que de séduire cette noblesse despotique. Contrairement à ce que suggérait Claire Thiboutot, ce n’est donc pas le fait que des hommes s’attendent à recevoir du sexe gratuitement qui semble problématique, mais plutôt le fait qu’il y ait des relations sexuelles non réciproques.

  • 18  On relève souvent chez les militants pour la reconnaissance du « travail du sexe » l’idée que de d (...)

37C’est donc à cause de l’asymétrie sexuelle et de l’inégalité économique entre hommes et femmes que la sexualité de celles-ci est considérée souvent comme un service pour les hommes, un travail. Et si la rémunération du travail domestique relève de l’idéologie féministe parce qu’elle permet aux femmes qui exercent ce travail essentiel à la vie en société d’être reconnues, la rémunération du service sexuel (celui des prostituées comme celui des épouses) vient quant à elle renforcer l’idée que les femmes doivent être exclues du monde du travail (ou sous-rémunérées) et que la non-réciprocité sexuelle doit demeurer inchangée car elle rapporterait financièrement aux femmes18. Il apparaît dès lors que l’industrie du sexe tire son profit de l’asymétrie sexuelle, de la dichotomie dans les conceptions de la sexualité, et mine par le fait même l’égalité entre hommes et femmes et le droit, pour tous et toutes, à une sexualité plaisante, désirée.

38Comme on le voit, l’association du travail domestique et de la prostitution ne tient pas la route car leur rémunération n’implique pas le même impact social pour les femmes. Ainsi, en rémunérant le travail domestique, une société met à égalité le travail traditionnellement féminin et celui traditionnellement masculin, et améliore le statut social des femmes.

39À l’inverse, en reconnaissant le « travail du sexe », une société considère la non-réciprocité sexuelle comme un fait de société dont nous pouvons profiter financièrement (et qui amène particulièrement les femmes à considérer leur sexualité comme un service), au lieu de tenter de combattre les inégalités entre hommes et femmes, ainsi qu’entre riches et pauvres. En refusant de reconnaître la prostitution comme un travail, les néoabolitionnistes cherchent non pas à préserver une vision réductrice de la sexualité, comme le prétendent certains défenseurs du « travail du sexe », mais cherchent au contraire à combattre la conception traditionnelle de non-réciprocité sexuelle entre hommes et femmes que la reconnaissance de la prostitution viendrait légitimer et renforcer. Il apparaît alors irrecevable, lorsqu’il est question de la reconnaissance du « travail du sexe », d’invoquer la notion d’égalité des sexes dans l’accès au travail, et encore moins la notion d’égalité entre hommes et femmes au niveau de l’expérience de la sexualité.

40Le point de vue néoabolitionniste ne va donc pas à l’encontre de la liberté de travailler et du droit de choisir son travail, qui apparaissent également comme des valeurs sous-jacentes au libéralisme. Au contraire, en souhaitant préserver le travail de la sexualité, le point de vue néoabolitionniste met l’accent sur le fait que la prostitution constitue souvent, non pas une « carrière », mais une solution de dernier recours pour des femmes qui souhaiteraient avoir un travail décent et suffisamment rémunéré. De plus, en permettant que la prostitution soit considérée comme un choix de travail, une société en viendrait à réduire les choix sexuels (le choix de partenaires, le choix du type de rapport, le choix de refuser, etc.) des individus susceptibles d’être prostitués.

41Ce texte tentait de démontrer que l’opposition à la prostitution ne consiste pas seulement et simplement en une défense des intérêts collectifs face à un enjeu de société, comme on tente parfois de nous le faire croire, mais englobe une perspective proprement libérale par le recours aux notions de choix individuels, d’autonomie et de protection de la vie privée. Le néoabolitionnisme permet en quelque sorte de questionner le libéralisme en ce qui a trait à la position sociale des femmes et à la construction sociale de la sexualité. Il nous apparaît donc erroné de lier systématiquement, comme le fait Jean-Michel Chaumont, néoréglementarisme avec liberté individuelle et néoabolitionnisme avec intérêt collectif. Comme nous avons tenté de le démontrer, la position néoabolitionniste est beaucoup plus complexe, et c’est précisément parce que les néoabolitionnistes sont attachés à la liberté individuelle qu’ils s’opposent à la professionnalisation de la sexualité. Si l’on considère que le respect de la vie privée, des choix individuels et de l’autonomie font partie de la définition libérale du bien commun, on peut alors considérer que la position néoabolitionniste concernant la prostitution est loin d’être en contradiction avec les valeurs libérales, mais qu’elle tient compte des particularités de la sexualité lorsque l’on aborde ces valeurs.

Haut de page

Notes

1  Le néoréglementarisme se distingue du réglementarisme traditionnel en ce qu’il ne considère plus la prostitution comme un « mal nécessaire » qu’il faut tolérer, mais comme un travail « légitime ». Le néoabolitionnisme se distingue de l’abolitionnisme traditionnel en ce qu’il ne considère plus la lutte contre la prostitution en termes de moralité publique, mais en termes de droits humains des personnes prostituées et de lutte féministe. Notons que ces deux courants se caractérisent par leur approche humaniste. Pour un tableau comparatif de ces différents courants, voir Y. Geadah, La prostitution : un métier comme un autre ?, Montréal, VLB, 2003, p. 76-77.

2  J.-M. Chaumont, « Prostitution et choix de société : un débat éludé ?», Éthique publique, vol. 5, no 2, automne 2003, p. 17-21.

3  Ibid., p. 20.

4  W. Kymlicka, Les théories de la justice, Montréal, Boréal, 1999.

5  A. Jaggar, Feminist Politics and Human Nature, Totowa (N. J.), Rowman & Allenheld, 1983, p. 174.

6  J.-M. Chaumont, art. cité, p. 21.

7  A. Jaggar, op. cit., p. 183.

8  S. A. Anderson, « Prostitution and Sexual Autonomy : Making Sense of the Prohibition of Prostitution », Ethics, vol. 112, no 4, juillet 2002, p. 751.

9  Ibid., p. 766.

10  C’est précisément à cause du caractère particulier de la sexualité que nos sociétés ont rejeté, il y a quelques décennies, le « devoir conjugal » comme une condition dans le contrat de mariage. Aujourd’hui, une personne est libre de refuser un rapport sexuel avec son partenaire conjugal et peut divorcer, car nos sociétés ont compris (du moins pour ce qui est du mariage et de la société mainstream) que la sexualité, l’amour et l’amitié, dimensions fondamentales pour l’expression de soi, ne s’exigent pas, ne s’imposent pas. La prostitution peut (à l’instar du « devoir conjugal ») être perçue comme un résidu d’une conception traditionnelle de la sexualité où le sexe et parfois les sentiments (il existe une forme de fausse tendresse dans la prostitution) peuvent faire l’objet d’un contrat.

11  J. O’Connell Davidson, « The Rights and Wrongs of Prostitution », Hypatia, vol. 17, no 2, 2002, p. 94.

12  W. Kymlicka, op. cit., p. 278, citant Hannah Arendt (Condition de l’homme moderne).

13  S. A. Anderson, art. cité, p. 763.

14  A. Jaggar, op. cit., p. 178.

15  C. Thiboutot, « Lutte des travailleuses du sexe : perspectives féministes », dans Rapport du comité de réflexion sur la prostitution et le travail du sexe, Fédération des femmes du Québec, 2001, p. 12-13.

16  J. O’Connell Davidson, art. cité, p. 90.

17  S. L. Bartky, « Feeding Egos and Tending Wounds : Deference and Disaffection in Women’s Emotional Labour », Feminity and Domination : Studies in the Phenomenology of Oppression, New York et Londres, Routledge, 1990, p. 118.

18  On relève souvent chez les militants pour la reconnaissance du « travail du sexe » l’idée que de demander de l’argent en échange de rapports sexuels est une façon rusée que certaines femmes ont trouvée pour prendre l’« argent des hommes ». Or ces « ruses » ne constituent qu’un pseudo pouvoir des dominées qui ne permet pas un renversement des rapports de domination : elles renforcent la position de pouvoir des hommes et l’idée que les femmes ne sont pas sujets de leur sexualité autant que les hommes, mais sont au service de ceux-ci.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rhéa Jean , « L’opposition à la prostitution dans le contexte d’une société libérale », Éthique publique [En ligne], vol. 8, n° 1 | 2006, mis en ligne le 12 septembre 2015, consulté le 23 mars 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/1881 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.1881

Haut de page

Auteur

Rhéa Jean

Rhéa Jean est docteure en philosophie de l’université de Sherbrooke.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org