Navigation – Plan du site

Présentation

Jean-Marc Larouche , Guy Jobin et Marc Maesschalck

Texte intégral

1Penser la religion comme enjeu d’éthique publique, tels sont à la fois le défi et la visée du dossier constitué pour ce numéro de la revue Éthique publique. Loin de s’éclipser de la modernité avancée, la religion continue d’être une importante composante de l’identité individuelle et collective, et ses diverses formes d’expression et d’inscription dans l’espace public des sociétés démocratiques soulèvent désormais de véritables débats de cette nature. En effet, les discussions sur le statut et la place de la religion dans l’espace public deviennent aussi le foyer d’interrogations sur nos conceptions mêmes de l’espace public et sur des aspects cruciaux du vivre ensemble : droits fondamentaux, droits culturels, tolérance, pluralisme, neutralité de l’État, raison publique, justice. D’une certaine manière, c’est vers une réévaluation des rapports entre le religieux et le politique que pointent ces débats, et, comme elle est au fondement même de la séparation du religieux et du politique, la laïcité se retrouve elle aussi au cœur de la réflexion sur la place de la religion dans l’espace public. La religion devient ainsi un enjeu de la cité politique et, à ce titre, un enjeu d’éthique publique.

2Nous avons regroupé les contributions en trois sections. Les deux textes de la première s’inscrivent largement dans les thèmes et débats de la philosophie politique contemporaine. Prenant acte du récent jugement de la Cour suprême du Canada sur le port du kirpan par un jeune écolier d’une école publique montréalaise, Jean-Marc Larouche aborde les thèmes de la tolérance et de la liberté religieuse. Dans une perspective d’épistémologie politique, Marc Maesschalck relève, de son côté, que les liens conventionnels établis dans les sociétés démocratiques entre les religions et les structures de l’autorité politique (soumission, séparation, tolérance mutuelle) ne sont plus en mesure d’assurer la gouvernance publique des religions, situation qui s’est amorcée bien avant que le terrorisme religieux n’ait saisi l’imaginaire et l’action politiques. La démocratie délibérative serait-elle mieux outillée pour assurer une gouvernance des religions dans l’espace public ? C’est à cette question que Maesschalck répond.

3Les quatre textes de la deuxième section entendent illustrer comment le politique et le droit thématisent et balisent le religieux dans l’espace public. Pauline Côté présente une analyse comparée des modes et processus par lesquels les politiques publiques au Canada (Ontario) et en France ont abordé deux questions controversées : les tribunaux d’arbitrage religieux (rapport Boyd) en Ontario, la présence des signes religieux à l’école publique en France (rapport Stasi). Spécialiste du statut de la femme musulmane dans les sociétés occidentales, la juriste Pascale Fournier montre comment le droit et la culture politique dont il relève procèdent à des traductions toujours réductrices de la femme musulmane. Également juriste, Myriam Jézéquel présente les fondements, les limites et la portée de l’accommodement raisonnable conçu à la fois comme outil juridique et comme une mesure d’intégration. Interrogeant plus spécifiquement l’accommodement raisonnable en matière religieuse, dans le monde du travail et dans le monde scolaire, l’auteur illustre comment cette notion est au service d’une égalité inclusive qui « induit une appréciation plus complexe et plus fine des différences, dans le sens d’un respect, voire d’une optimisation de la diversité ». L.-L. Christians aborde les dilemmes de l’expression religieuse en droit européen.

4Les textes de la troisième section portent sur la place de la religion dans l’école québécoise (Pierre Lebuis), sur le rôle de la théologie dans la bioéthique (Guy Jobin) et sur les questions soulevées par les pratiques en matière d’assistance sociale (en France) où les projets de charité à l’enseigne religieuse côtoient ceux de la justice à l’enseigne laïque (Gilbert Vincent). Pratiques scolaires, pratiques médicales, pratiques sociales d’assistance, trois lieux qui, dans nos sociétés, ont été investis par une forte présence du religieux et dont l’histoire récente révèle de nouvelles configurations de l’espace public.

5Les collaborateurs de ce dossier proviennent, on le voit, de divers horizons disciplinaires (philosophie, sociologie, droit, science politique, théologie), et leurs textes abordent diverses questions qui ont fait l’actualité tant au Québec et au Canada qu’en Europe. On leur saura gré pour l’éclairage qu’ils jettent sur ces importants enjeux contemporains tout autant que pour les perspectives qu’ils dégagent. Une de celles-ci, fondamentale, consiste à reconnaître la caducité de l’opposition typiquement moderne entre religion et raison publique. Les réflexions qui s’élaborent dans les domaines du droit, du politique et de la philosophie pointent vers la reconnaissance du religieux, qui ne se réduit pas à l’irrationnel ou à l’idéologie. En cela, la séparation du religieux et du politique dans la démocratie est aussi secrètement nourrie par la reconnaissance publique du religieux. Nous espérons que ce dossier offrira à tous ceux qu’intéresse la question de la religion dans l’espace public matière à poursuivre leur réflexion et surtout le débat public. Un enjeu d’éthique publique l’est non seulement parce qu’il est issu de toute institution ou organisation publique, mais aussi et surtout parce qu’il s’incarne dans le débat public et que toute orientation normative à son sujet y trouve là le lieu de son élaboration, de sa légitimité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marc Larouche, Guy Jobin et Marc Maesschalck , « Présentation », Éthique publique [En ligne], vol. 8, n° 1 | 2006, mis en ligne le 12 septembre 2015, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/1861

Haut de page

Auteurs

Jean-Marc Larouche

Jean-Marc Larouche est professeur à l’Université du Québec à Montréal.

Articles du même auteur

Guy Jobin

Guy Jobin est professeur à l’Université Laval.

Articles du même auteur

Marc Maesschalck

Marc Maesschalck est professeur à l’université catholique de Louvain et aux facultés universitaires de Saint-Louis.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org