Navigation – Plan du site
Dossier : Responsabilité sociale et éthique de la recherche

Un terrain dans une association caritative marseillaise (France) à l’épreuve de l’éthique de la recherche (Canada). Éthique, méthodologie et responsabilité

Béatrice Eysermann
p. 179-200

Résumés

Cet article croise la nouvelle proposition de l’Énoncé de politique des trois conseils : éthique de la recherche avec des sujets humains, qui balise l’éthique de la recherche au Canada, avec une recherche ethnographique menée à Marseille (France), dans le but de soulever les limites du document lorsqu’on doit l’appliquer à ce type de recherche. Après avoir posé quelques constats de lecture sur cette proposition, l’article poursuivra une réflexion éthique et empirique sur la neutralité des chercheurs et la question récurrente des conflits d’intérêts sur le terrain. Au final, cet article tentera de replacer la responsabilité sociale du chercheur à l’intérieur même des débats sur l’éthique de la recherche.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Il existe également des comités d’éthique de la recherche avec des animaux, mais il n’en sera null (...)
  • 2  Ces comités d’éthique de la recherche doivent, au moment de leurs délibérations, être minimalement (...)
  • 3  L’Énoncé de politique des trois conseils : éthique de la recherche avec des sujets humains (ÉPTC) (...)
  • 4  Dorénavant, les renvois à ce texte seront signalés par la seule mention ÉPTC suivie de l’année et (...)

1Au Canada, les étudiants de maîtrise et de doctorat ainsi que les chercheurs de toute discipline ont l’obligation de faire approuver leurs projets de recherche auprès d’un comité d’éthique de la recherche dès que ceux-ci requièrent la participation d’êtres humains1. Afin d’évaluer adéquatement ces projets sur le plan éthique, ces comités2 prennent appui sur plusieurs textes officiels, dont l’Énoncé de politique des trois conseils : éthique de la recherche avec des sujets humains3, adopté pour la première fois en 1998, et qui vise à définir « les normes et les procédures entourant l’éthique de la recherche avec les êtres humains » (Conseil de recherches médicales du Canada, Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Conseil de recherches en sciences humaines du Canada, 1998 : i.24). Dans sa proposition d’une deuxième édition, l’Énoncé s’ouvrirait à la recherche qualitative en tentant de donner des repères propres à l’évaluation éthique de ce type de projet de recherche.

  • 5  « Les donneurs de temps dans notre société. Bénévoles et salariés de l’humanitaire dans une associ (...)

2Je tenterai ici de montrer que la compréhension de la recherche « qualitative » telle qu’exprimée par la proposition de la deuxième édition de l’Énoncé ne correspond pas nécessairement à la réalité de la recherche ethnographique ou n’est pas toujours applicable selon les contextes. Pour cela, je vais croiser mon expérience de terrain de recherche de doctorat5 avec la proposition de la seconde version du texte de l’Énoncé (2009). Cette recherche traitant du don de temps chez les bénévoles et les salariés d’un accueil de nuit pour sans-abri, à Marseille, a soulevé plusieurs enjeux éthiques auxquels j’ai dû faire face et donner des réponses directement sur le terrain et au cœur des interactions avec les participants. Ce sont ces réponses qui vont être confrontées à la lecture de la proposition du nouvel Énoncé pour en définir les limites, plus particulièrement en ce qui concerne les questions de neutralité et de conflits d’intérêts telles qu’elles se sont présentées sur mon terrain de recherche.

Seconde proposition de l’Énoncé de politique des trois conseils : constats de lecture

  • 6  On voit ici que la responsabilité est donnée aux établissements relativement à leurs membres. Dans (...)

3Dès le premier chapitre du document, on constate que sa logique est celle de la légitimation d’une activité d’investigation particulière, la recherche, directement liée à la curiosité intrinsèque de l’être humain à expliquer tout ce qui compose son univers (ÉPTC, 2009, chapitre I). Une curiosité au travers de laquelle les lecteurs présupposés (chercheurs, membres de comités d’éthique de la recherche, financeurs, participants et grand public – ÉPTC, 2009 : 4) devront y « reconnaître les grandes questions d’éthique » dans « la conception, le déroulement et la supervision de la recherche », et surtout s’appuyer sur le document pour trouver « la voie à suivre pour des réponses réfléchies et moralement acceptables à ces questions » (ÉPTC, 2009 : 4). L’utilisation ou la vocation du document est rappelée à plusieurs endroits ; on comprend alors vite que celui-ci se destine clairement à donner des balises éthiques aux établissements qui, à leur tour, « veilleront à ce que tous les membres des CER reçoivent de l’information et de la formation sur l’évaluation éthique dans la recherche sur les êtres humains, pour leur donner les moyens de s’acquitter de leurs tâches6 » (ÉPTC, 2009 : 72). Ainsi, et d’après cette première lecture, on pose que ledit document est en réalité écrit spécialement pour les membres évaluateurs des comités d’éthique de la recherche, ce qui ne sera pas sans conséquence. Ces personnes vont croiser leur expérience, leur expertise et leur interprétation du document de référence pour réaliser leur mandat.

  • 7  À ce titre, il est rappelé : « Dans la présente politique, le terme “participant” lui a été préfér (...)
  • 8  Une nuance est à apporter dans la recherche qualitative, comme nous le verrons plus loin.

4Le second constat, issu en partie ou en totalité de l’histoire de la recherche dans ce qu’elle a eu de plus dramatique (ÉPTC, 2009 : 3), est que la recherche devient vecteur de dangerosité pour les futurs « participants à la recherche », anciennement désignés par le terme de sujets de recherche7 : « Les participants se distinguent des autres parties intéressées au projet de recherche par le fait qu’ils assument les risques les plus sérieux inhérents à la recherche » (ÉPTC, 2009 : 12). Davantage héritée de l’expérimentation médicale, cette conception de la recherche veut que l’être humain, parce qu’il y a volontairement consenti, se mette en danger. Un danger qui, et c’est le troisième constat, le rend vulnérable et inférieur (Desclaux, 2008), à l’intérieur du processus de recherche comme au cœur de la relation ambiguë qui va se nouer avec le chercheur ; le document précise à ce titre que l’un et l’autre interagissent au sein d’une relation de « pouvoir » (ÉPTC, 2009 : 7, 94, 110), dont on peut présager qu’elle accentue le déséquilibre entre les deux parties, mais « au détriment du participant8 » (ÉPTC, 2009 : 7).

  • 9  À noter que dans la première version révisée du document (2008), la définition du « risque » n’app (...)
  • 10  L’auteure de ce texte est également coordonnatrice d’un comité d’éthique de la recherche, à Québec
  • 11  Recherche qui comprend la sociologie, la psychologie, la criminologie, l’administration des affair (...)
  • 12  Ou « la préoccupation pour le bien-être, le respect de l’autonomie, le respect et l’égalité morale (...)
  • 13  Le Groupe consultatif interagences en éthique de la recherche a mené une consultation sur la reche (...)

5Cette vision de la recherche tend à définir l’éthique à partir du « risque » pour le participant, jugé par défaut vulnérable et en position d’infériorité par rapport au chercheur, dès lors que s’instaure un processus de recherche. Notion de risque définie relativement à la somme des traumatismes émotionnels ou physiques pouvant survenir pendant le déroulement de la recherche9 (ÉPTC, 2009 : 20). Aussi et à la lecture du document, on peut faire le constat suivant : les chercheurs n’étant supposément pas les personnes les plus adéquates pour évaluer les risques de leur recherche (Hedgecoe, 2008), le mandat est transféré aux comités d’éthique de la recherche pour protéger les participants, ce qui introduit le présupposé de la suspicion d’une recherche qui, par défaut, peut créer un déséquilibre de statut (relation de pouvoir) et met potentiellement les participants en danger : risque pour l’intégrité ou l’autonomie, le consentement libre, la confidentialité, notamment. En vertu de quoi les membres des comités d’éthique s’attacheront bien souvent, comme j’ai également pu l’observer10, à évaluer la série des possibles pour éviter que le pire n’arrive – série de possibles variant pourtant d’un comité d’éthique de la recherche à l’autre (ÉPTC, 2009 : 10). Si ces considérations sont générales pour tous les types de recherche, existe-t-il, toujours selon l’Énoncé, des enjeux éthiques propres à la « recherche qualitative11 » ? Ou autrement posé, comment les principes directeurs de respect des personnes, de préoccupation pour le bien-être et la justice12 (ÉPTC, 2009 : 4) sont pensés à l’intérieur d’un chapitre pour la première fois dédié à ce type de recherche13 ?

  • 14  Dans la première version révisée, le but de ce chapitre était de « donner des indications précises (...)

6À la lecture dudit chapitre, on note, ce sera le quatrième constat, que la compréhension de la recherche qualitative passe essentiellement, pour ne pas dire exclusivement, par la méthodologie, dans le but de « donner des indications précises sur certaines questions […] pertinentes pour la recherche qualitative14 » (ÉPTC, 2009 : 135), tandis que les autres chapitres de l’Énoncé donneront « les principes, les normes et les pratiques applicables à la recherche qualitative » (ÉPTC, 2009 : 135). Les neuf principes généraux et de nature différente qui la décrivent tentent alors de circonscrire les enjeux éthiques dans la description méthodologique. Ce type de recherche viserait ainsi une « compréhension inductive » selon de multiples approches (principes a et b, ÉPTC, 2009 : 136) afin d’analyser certains phénomènes, de « donner une voix à une population particulière » (principe f, ÉPTC, 2009 : 138) ou de faire la critique d’un système ou d’une situation (principe f, ÉPTC, 2009 : 138). Pour cela, il se peut que le chercheur ait à négocier avec les participants (principes g et h, ÉPTC, 2009 : 138) dans des contextes variés (principe d, ÉPTC, 2009 : 137), dans lesquels il récoltera ses données grâce à diverses « techniques » (principe e, ÉPTC, 2009 : 137) : observation, entrevue, questionnaire.

7Ces principes, décrits dans un vocabulaire différent de celui des sciences sociales, rendent la recherche qualitative difficilement saisissable (« approches multiples », « contextes variés », « traitement des données »). Pour autant, c’est autour de cette description portant sur l’énumération (exhaustive ?) des méthodes, des lieux et des buts de la recherche que les membres des comités d’éthique de la recherche devraient se baser pour en soulever et en discuter les enjeux éthiques qui se centrent alors respectivement sur les éléments suivants : le moment de l’évaluation éthique, le consentement des participants, la diffusion des résultats. Et sous-jacent, sur une certaine perception des interactions entre chercheur et participants telle que décrite dans la section portant sur « les études par observation » (ÉPTC, 2009 : 141-145).

8Interactions que l’on devine, ce sera le cinquième constat, potentiellement dangereuses à moins qu’elles ne puissent être évitées, puisque « [la] recherche axée sur l’observation qui ne permet pas d’identifier les participants lors de la diffusion des résultats, qui n’est pas orchestrée à l’avance par le chercheur et qui a un caractère non intrusif sera normalement considérée comme comportant un risque minimal » (ÉPTC, 2009 : 142). Il est à noter que le chercheur pourrait faire de l’observation à l’insu des participants s’il démontre et justifie que celle-ci peut influencer le comportement des participants s’ils se savaient observés (ÉPTC, 2009 : 143), s’il n’y a pas d’interaction directe avec les personnes observées (ÉPTC, 2009 : 143) ou si le niveau de risque est « minimal » (ÉPTC, 2009 : 143). Mais il est intéressant de constater qu’une observation « inoffensive » (non intrusive) suppose l’absence d’interactions entre chercheur et participants, laissant ainsi les deux parties dans l’anonymat réciproque. En allant plus loin, ce que décrit cette absence de relation qui en outre réduit le niveau risque, c’est le maintien de l’autre, du participant, dans une sorte d’altérité absolue, telle que décrite par Cognet et Montgomery (2007), qui semble alors le protéger de toute influence (néfaste, indue ?) et de tout danger qui en découlerait. Autrement dit, tout danger ou risque que représente l’interaction directe peut idéalement être réglé par son évitement. Pour autant si, comme on l’a vu plus haut, les interactions présupposent un déséquilibre de pouvoir au désavantage du participant, ce déséquilibre tend à s’estomper par des collaborations entre le chercheur et son terrain (dans les milieux communautaire ou organisationnel, ÉPTC, 2009 : 138).

9Les enjeux éthiques propres à la « recherche qualitative », selon la deuxième version possible de l’Énoncé, et dépeints ici à grands traits, permettent de cerner quelques-unes des balises qui serviraient aux évaluations éthiques des projets de recherche et l’esprit dans lequel, potentiellement, elles seraient menées. Tout d’abord, notons que les enjeux éthiques de la recherche semblent ici se réduire à la compréhension de sa méthodologie. Retenons ensuite un présupposé de suspicion envers le chercheur qui, par la recherche, mettrait le participant en danger. Bien que la pertinence de la recherche ne soit jamais remise en cause dans le document, il n’en demeure pas moins que celle-ci présuppose un déséquilibre de pouvoir entre les participants et le chercheur. Enfin, il s’avère que les interactions entre ces deux parties comporteront toujours le risque d’être intrusives, à moins qu’elles ne puissent être évitées ou qu’elles ne soient bilatéralement négociées.

10Déplaçons-nous à présent de la « recherche qualitative » à la recherche ethnographique et posons-nous la question suivante : à la lumière de ces éléments, peut-on conclure que le document permet de bien comprendre la recherche ethnographique dans ses particularités ? Les enjeux éthiques réels ont-ils été soulevés ? Car si les plus grands enjeux éthiques de la recherche ethnographique prennent corps au sein des interactions entre chercheur et participants, ce point ne semble pas être traité, ou bien alors ponctuellement, et seulement en vertu d’une notion de risque ou de préjudices potentiels. Pourtant, c’est bien un « risque » inévitable en recherche ethnographique.

11Pour diminuer le risque présupposé inhérent aux interactions entre chercheur et participants, et selon l’analyse présentée ici, l’Énoncé semble proposer, et ce sera le dernier constat, d’y appliquer une bienveillante neutralité. Celle-ci, bien que non désignée comme telle, se devine dans la volonté que le chercheur n’interagisse pas de façon indue ou intrusive avec les acteurs de terrain, mais de façon négociée, qu’il ne prenne pas de décision individuelle, mais qu’il ait recours à son comité d’éthique de la recherche. Les interactions deviendraient en conséquence éthiquement acceptables si la présence du chercheur est librement consentie par le participant (autonomie, consentement) et conforme à ce que le comité d’éthique aura approuvé. La neutralité définirait une frontière idéale entre chercheur et participants, permettant d’entrer en contact sans jamais entrer en collision, réduisant de fait le risque à son niveau « minimal ». Neutralité qui en outre prendra soin du participant (bienveillance) dans son altérité et empêchera le plus possible qu’elle ne soit altérée (respect de l’intégrité) par le contact avec le chercheur.

12Une conception de la neutralité somme toute analogue à celle qui me fut inculquée durant mon cursus universitaire, en France, mais qui ne caresse pas les mêmes fins. L’Énoncé vise la bienveillance, ma formation universitaire optait pour la faisabilité et la continuité de la recherche sur le terrain. Cela signifiait de ne pas se positionner en faveur ou en défaveur des acteurs de terrain, d’éluder parfois les questions, d’y répondre sans y répondre, afin d’éviter toute forme de conflits et de garder à priori une certaine objectivité du contexte et dans les interactions. En outre, le chercheur en tant qu’élément neutre, et comme le préconise à demi-mot l’Énoncé15, ne doit pas interagir dans le but influencer les réponses ou les perceptions des participants, et doit taire tout jugement de valeur sur ce qu’il entend ou observe. Une conception de la neutralité héritée des années 1950 (Bizeul, 2007), et analogue à celle de l’Énoncé, bien que non désignée comme telle.

13Le questionnement que je propose ici est le suivant : comment cette neutralité, qu’elle soit un gage de bienveillance ou le moyen de faire du terrain, s’applique-t-elle ? Quels en seront alors les enjeux et les conséquences ? Dans les deux parties suivantes, je vais tenter de répondre à ces questions en tirant des exemples de la recherche ethnographique menée dans le cadre de mon doctorat, et la relire à la lumière de l’Énoncé d’un point de vue critique, pour en soulever les limites ou le manque d’adéquation avec ce type de recherche.

L’improbable neutralité sur le terrain de recherche…

  • 15  C’est-à-dire les personnes présentes aux réunions, ce qui représentait environ 30 % des bénévoles (...)

14Mon terrain de doctorat se déroula dans une association caritative à Marseille (France), afin de répondre à la question du don de temps par l’intermédiaire de l’action bénévole. Action qui se concentrait ici sur la distribution de repas aux SDF (sans domicile fixe) rencontrés lors du trajet de la voiture dans la ville. Dès le premier jour dans l’association, et durant les deux ans de mon terrain, la position et la place que j’occupais ont évolué en fonction des besoins. Ainsi, j’ai été tour à tour, et parfois simultanément, bénévole à l’accueil de nuit, à la coordination de ces bénévoles et membre d’un comité d’évaluation de l’activité. C’est ainsi par l’observation participante que j’ai récolté une grande partie de mes données. L’observation s’est déroulée de façon intuitive et spontanée, et à l’insu, puisqu’elle n’avait pas fait l’objet d’une information ou d’une demande explicite d’approbation auprès des participants. Ces derniers15 avaient simplement été informés de la raison de ma présence à l’association, présence alors motivée par le désir de « voir comment ça se passe [à l’association] » – selon les termes utilisés quand l’une des personnes responsables d’une des (nombreuses) réunions de l’association me présentait à l’assemblée. L’observation participante impliqua toujours des interactions avec les acteurs en présence. Ce faisant, étais-je la seule à porter ce devoir de neutralité, comme le recommandaient mes professeurs ? J’ai fait face à toute une palette de comportements et de subjectivités, toujours tributaire de la confiance ou de la méfiance, du changement d’attitude des uns et des autres, de la curiosité et de l’indifférence, des attentes et des déceptions, et de tout ce que peuvent susciter « l’irruption » (Fabre, 1992 ; Altabe, Fabre et Lenclud, 1992 : 45) et la présence d’un chercheur sur le terrain. Les trois exemples choisis ici vont permettre de décrire la notion de neutralité dans différents contextes et de poursuivre cette réflexion croisée avec l’Énoncé (2009).

  • 16  En effet, certains bénévoles avaient un discours humaniste prônant la liberté individuelle du sans (...)
  • 17  Dans son texte, Fassin relate une recherche en Afrique du Sud où, après plusieurs pérégrinations d (...)

15Une parenthèse : aurais-je pu faire de telles observations à l’insu si j’avais dû soumettre mon projet à un comité d’éthique de la recherche ? Sans doute que cette observation aurait exigé le dépôt d’un amendement au protocole précisant les modalités et motifs de l’observation participante, et à l’insu. Les raisons de ce choix auraient été motivées par le présupposé d’une « profilmie » chez les différents acteurs de terrain, c’est-à-dire, rapporté à notre contexte, le risque de modifier leur comportement puisque se sachant observés. Risque qui s’avéra fondé, à posteriori, au vu du décalage entre, par exemple, les discours des bénévoles en entrevue ou en réunion et ce que je pus en observer sur le terrain16. Donc, on peut poser que, passage ou non devant un comité d’éthique de la recherche, l’observation se serait faite, sous réserve d’avoir eu l’accord du comité évidemment, à l’insu des participants17.

  • 18  Statut vécu par Laurence Nicolas (2001), où elle décrit les différentes places qu’on lui a assigné (...)

16Revenons aux exemples de terrain. Le premier montre le positionnement de l’observatrice que je fus dans un rapport de curiosité/méfiance avec les acteurs de terrain. Lors des réunions avec les bénévoles, le fait de prendre des notes suscitait toujours la curiosité des participants qui, en outre, lisaient par-dessus mon épaule. En réponse, sans pour autant montrer que cette attitude me dérangeait quelque peu, je prenais soin de ne rien écrire sur mes carnets de notes qui pouvait ternir ou défaire l’image de l’association, de l’activité ou de leurs instigateurs eux-mêmes. Ce faisant, j’évitais d’éveiller le moindre soupçon par rapport à mon rôle de chercheuse qui pouvait me faire basculer, comme je l’avais entendu dire déjà, même sous forme de plaisanterie, dans un rôle de journaliste ou d’espionne18. Je gardais alors en mémoire certaines de mes observations (subjectives) pour ne consigner sur le moment que les propos entendus. Dans ce contexte, on remarque que c’est la crainte de la suspicion (méfiance) présumée des acteurs qui motive une prise de notes la plus neutre et la plus objective possible. Suspicion qui fut perçue par rapport aux conséquences potentielles : une mauvaise intégration dans l’association, voire le rejet du chercheur, ou son exclusion du terrain.

17À l’inverse, et c’est le second exemple, la présence du chercheur peut susciter une apparente indifférence chez les autres acteurs. Ce fut le cas lors de mes nombreuses observations à l’intérieur des locaux de l’association, notamment lorsque j’étais coordonnatrice de l’accueil de nuit. Dans l’un de mes carnets de terrain, j’écrivais : « Je suis d’ailleurs étonnée de n’avoir encore entendu personne me demander ce que je venais faire dans les bureaux des salariés. Personne ne s’étonne de me voir errer sans rien faire dans les couloirs et de m’entendre dire chaque fois qu’ils me verront le lendemain. Les banalités s’échangent d’un bureau à l’autre : à priori, rien de ce qui m’est dit dans ces murs n’est confidentiel. » L’indifférence est ici vécue dans l’absence d’interactions avec les participants qui en outre semblaient faire fi de ma présence parmi eux. Ce qui a généré des questions sur le rôle que les acteurs m’attribuaient, ensuite sur l’identité et la spécificité du chercheur sur son terrain, jusqu’à la validité des données recueillies. En effet, si tout chercheur aspire peut-être, en sciences sociales, à un rôle de confident, l’indifférence engendre des questions sur le jeu des acteurs à l’égard de l’anthropologue : dans quelle mesure se savent-ils observés ? Cela modifie-t-il leurs comportements ? C’est ensuite dans la durée et la fréquence des observations que ces questions, parfois déstabilisantes, trouveront une réponse, mais il faudra user de patience.

  • 19  Expression familière signifiant que la personne a un problème de santé mentale.
  • 20  Il est à noter que plusieurs fois lors des tournées de nuit, les bénévoles attribuaient la respons (...)

18Je n’irai pas plus loin afin d’enchaîner sur le troisième exemple où ma présumée neutralité de chercheuse a été testée lors de l’activité de nuit. Un soir, l’équipe de bénévoles rencontra un homme très agité qui se sentait poursuivi. L’un des bénévoles a pris soin de l’écouter et, de retour dans la voiture, dira que cet homme a « une case en moins19 », ce à quoi acquiesça le reste de l’équipe avant de s’enquérir de mon opinion. Dans mon carnet de terrain, j’écrivais : « À ce type de question, il faut être vigilant. Si je juge, cela voudra dire que je donne un avis subjectif aux choses. Donc, je peux en faire autant avec eux tous. » On note que ce n’est que dans le huis clos de la voiture qu’un « diagnostic » sur le sans-abri sera posé, stigmatisant ce dernier par sa présupposée mauvaise santé mentale (puisqu’il a « une case en moins »), sans qu’une intervention d’un autre ordre ne soit envisagée20. Dans cet extrait, c’est la réaction de l’anthropologue sur les commentaires des bénévoles qui était attendue, et non celle de la bénévole. En une telle situation, la neutralité impliquait de faire un choix de réponse qui ne susciterait pas la désapprobation ou le rejet de l’équipe en cas de désaccord, et qui permettrait aux participants de ne pas se sentir jugés dans cette situation, créant ou renforçant par ce biais un lien de confiance pour le présent et l’avenir. Parallèlement, l’enjeu fut aussi celui de ma crédibilité en tant que chercheuse, ce qui à mon sens impliquait une certaine neutralité et de l’objectivité. Cette vigilance déployée s’est in fine traduite par une réponse évasive, tournée vers l’interprétation du comportement du SDF plutôt que vers les commentaires émis par les bénévoles sur son état mental présumé. Une façon d’éluder la prise de position et le jugement de valeur qui, si cela réussissait, diminuerait peut-être la méfiance chez les personnes observées, et donc me permettrait, du moins le présupposais-je, de poursuivre mon terrain. Mais l’on constate que je fus bien la seule, en raison de mon rôle de chercheuse, à me contraindre au principe de neutralité.

  • 21  Voir ci-dessus.
  • 22  Ariane Bélanger-Vincent (2006) en fait également très bien la démonstration dans son texte.

19Le texte proposé pour la seconde version de l’Énoncé propose de gérer les interactions par l’évitement, à défaut, par un principe de bienveillance assimilé ici à l’application d’un principe de neutralité à l’égard des participants. Ces trois exemples décrivent chaque fois un rapport subjectif au terrain dans des contextes qui peuvent autant déstabiliser le chercheur qu’ils ne l’enrichissent. Rapport subjectif qui annihile en quelque sorte l’ambition d’une posture neutre ou objective par rapport à l’autre, puisque le chercheur est pris avec sa propre subjectivité dans des interactions qu’il n’avait pas prévues et face auxquelles il doit se positionner. Ainsi, si la neutralité semble être davantage une position, ou une volonté personnelle sur le terrain, elle est parallèlement une façade ou un rempart qui a eu vocation de masquer la subjectivité de la chercheuse que je fus, pour me permettre de continuer à faire mes observations et mon terrain, et de ne pas froisser l’autre. Mais il est intéressant de constater que cette attitude bienveillante à priori n’est pas sans conséquence. En effet, si les acteurs de terrain ne sont pas contraints aux mêmes « règles » éthiques, le rapport de pouvoir entre le chercheur et le participant, tel que posé par l’Énoncé21, tend ici à s’inverser : c’est le chercheur qui devient vulnérable au sein des interactions avec les participants22. Une vulnérabilité qui s’est exprimée ici dans la crainte de la suspicion (journaliste ou espion), de l’absence de reconnaissance du rôle de chercheuse (indifférence), d’un « mauvais » positionnement à l’égard des acteurs. Dans tous les cas, l’enjeu est bien de poursuivre le terrain, de ne pas s’en faire exclure. Une tension qui persiste depuis l’entrée sur le terrain jusqu’à la sortie, et parfois au-delà (restitution des résultats). Ce qui demande de s’adapter aux contextes et situations, d’anticiper les réactions des uns et des autres, de trouver le comportement adéquat, de faire preuve d’une vigilance et d’une humeur constantes, en donnant l’impression que tout cela est naturel, tandis que le tout est nécessairement teinté du vécu du chercheur (Bourdieu, 2003 ; Ghasarian, 1997).

20En ce sens, la neutralité peut se concevoir comme une posture que choisit le chercheur et une ligne médiane que les acteurs redéfinissent sans cesse et sur laquelle le chercheur marche tel un funambule. Si la neutralité semblerait réduire le niveau de « risque » pour les participants, elle accroît parallèlement la vulnérabilité du chercheur sur le terrain qui, à défaut de pouvoir soutenir subjectivement cette posture, la contient. La neutralité, dans ces circonstances, reste un défi plus qu’une réalité, mais dans le for intérieur du chercheur. Et si la neutralité reste peut-être, et selon l’Énoncé, souhaitable, elle devient impossible quand elle est rejetée par les participants eux-mêmes. C’est ce que nous allons voir dans la section suivante, qui traite de la question des conflits d’intérêts.

Que dire du conflit d’intérêts ?

  • 23  Ce qui est également précisé par le Fonds de la recherche en santé du Québec (FRSQ) : « Le CER dev (...)

21Dans le chapitre qui leur est consacré (chapitre 7), le texte proposé pour la deuxième édition de l’Énoncé (2009) livre sa définition des conflits d’intérêts, et des pistes pour les éviter ou les gérer. Appliqués au contexte de la recherche en sciences sociales, les conflits d’intérêts émergeraient parfois des relations interpersonnelles (ÉPTC, 2009 : 93), naîtraient de l’endossement de plus d’un rôle sur le terrain de recherche (ÉPTC, 2009 : 94) et pourraient en conséquence altérer les relations de confiance avec les participants, ou nuire à leur participation, créer des situations d’influence ou des déséquilibres de pouvoir (ÉPTC, 2009 : 93). Afin d’éviter les conséquences éventuelles de ces conflits, l’Énoncé propose de les gérer, au mieux en les anticipant, au pire en divulguant au comité d’éthique de la recherche « tout conflit d’intérêts individuel, qu’il soit réel, apparent ou éventuel, ainsi que tout conflit d’intérêts institutionnel qui pourrait avoir une incidence sur [la] recherche23 » (ÉPTC, 2009 : 93 ; voir aussi ÉPTC, 1998 : 4.1).

  • 24  Gagnon (1996) renvoie à la notion de risque dans la recherche thérapeutique, dont la gravité se me (...)

22Le comité d’éthique de la recherche aura en conséquence la responsabilité d’imaginer pour le chercheur l’incidence des conflits d’intérêts (réels ou éventuels) sur son propre jugement et d’établir « la gravité du préjudice qui pourra vraisemblablement résulter d’une influence de ce genre ou de la perception d’une influence indue » (ÉPTC, 2009 : 95). Les notions de risque et de préjudice, et l’appréciation de leur gravité24(Gagnon, 1996), sont en outre laissées à l’interprétation des membres de ces comités relativement à leur compréhension de la recherche et aux conséquences présupposées. Et dans tous les cas, la divulgation première devrait se faire auprès des comités d’éthique de la recherche (ÉPTC, 2009 : 93), et non auprès des acteurs de terrain. La nuance est importante puisqu’à partir de cette divulgation seront prises les mesures pour régler les conflits :

[…] dans certains cas, le CÉR pourrait conclure que le conflit d’intérêts ne requiert pas de mesures particulières. […] Où la divulgation ne constitue pas une mesure suffisante […] le CÉR peut, à la lumière des politiques de l’établissement, exiger que le chercheur se retire du projet de recherche, ou permette que d’autres qui ne se trouvent pas en situation de conflit d’intérêts prennent les décisions touchant la recherche (ÉPTC, 2009 : 94).

23Mais alors, ce que propose l’Énoncé sur la question des conflits d’intérêts est-il valide sur le terrain de recherche ethnographique ? Dans cette partie, je vais répondre à cette question en croisant une situation de conflit d’intérêts vécue sur mon terrain de recherche avec ce que propose l’Énoncé, pour discuter, une fois encore, de la validité des balises suggérées par le texte pour les résoudre.

24Tout d’abord une mise en contexte : durant tout le terrain, les salariés comme les bénévoles de l’association étaient globalement bien plus intéressés par la qualité de mon engagement et ma disponibilité que par ma position de chercheuse. Cette prise de conscience a été immédiate : tandis que je me présentais dans toutes les réunions comme faisant une recherche dans l’association, les bénévoles écoutaient d’une oreille plutôt distraite, en mettant davantage l’accent sur mon implication sur le terrain d’action. Les acteurs avaient ainsi, et dès le départ, choisi ma place en fonction de leurs intérêts : l’engagement bénévole pour une cause commune. Le contact prolongé avec ces derniers m’a confirmé plus d’une fois que j’étais considérée et appréciée dans mon rôle de bénévole « engagée », apparemment toujours disponible. Tant que l’illusion sur ce rôle unique de bénévole était maintenue, aucun problème ne semblait se poser. Mais dès lors que je souhaitais endosser mon rôle de chercheuse, les tensions sont apparues.

25Ces tensions ont donc clairement émergé alors que je fus sollicitée pour faire partie d’un comité d’évaluation de l’accueil de nuit. Profitant de l’occasion pour rendre plus tangible ma position de chercheuse, je demandais à remplir ce mandat en tant qu’anthropologue pour analyser les données qui me seraient confiées. Cette requête fut approuvée. Pour autant, lors des différentes réunions, je constatais que la bénévole représentant l’activité de nuit et la salariée responsable de l’évaluation défendaient systématiquement l’activité contre toute critique des évaluateurs externes. Cherchant plus à collecter les données nécessaires à l’évaluation qu’à justifier la légitimité de l’action (qui par ailleurs n’était pas remise en cause), j’essuyais régulièrement les remarques ou commentaires de mes « collègues » sur mon « désengagement » bénévole (Fillieule et Broca, 2001). Les évaluateurs externes nous ont ensuite fourni des données que j’ai analysées comme prévu.

26Dans le document que j’avais préparé, je soulevais les forces et les faiblesses de l’activité à partir des propos que les évaluateurs avaient recueillis sur le terrain, ainsi que quelques points de discussion sur le fonctionnement de l’activité, notamment sur le risque du nombre croissant de réunions pour les bénévoles. J’avais pris soin de faire deux copies : une pour le directeur de l’association (salarié) et l’autre pour le président (bénévole). Le conflit d’intérêts qui sourdait a éclaté au moment où le directeur a pris connaissance de mon analyse ; dans un extrait de terrain le relatant, j’écrivais :

Demandant la nature du problème, [le directeur de l’association] visiblement en colère rétorqua ne pas savoir de quel côté je me situais entre bénévole et anthropologue. Je n’ai pas saisi sur le moment. Tandis que je rendais compte d’une analyse objective des données en ma possession, il me regarda en disant « enfin, objectivité ! » et en évoquant une série de contre-vérités. J’ai alors suggéré de prendre rendez-vous ailleurs pour en discuter tranquillement [nous étions dans le stationnement].

27Le conflit d’intérêts est clairement induit par la perception soudaine d’un changement de rôle de bénévole à chercheuse, autant lors de l’évaluation que pendant la restitution des résultats. Si les bénévoles m’avaient considérée comme étant leur « alter ego de rôle », le conflit d’intérêts présenté ici met en lumière le rejet d’une identité exclusive (bénévole), pourtant passe-droit de l’intégration sur le terrain d’action et de recherche. Les acteurs, bénévoles et salariés, ont interprété pour eux-mêmes ce changement de rôle et en ont déterminé les conséquences. Ici, l’objectivité fut décriée par les acteurs puisqu’interprétée comme un positionnement en défaveur de l’activité, donc de l’association, inspirant ainsi la méfiance, l’incompréhension, finalement la colère. Il n’y avait pas de compromis possible : soit j’étais bénévole et à ce titre, je me devais de défendre tant l’activité de nuit que l’association, soit j’étais anthropologue avec le risque de nuire à l’un et à l’autre. Si j’avais été placée dès mon arrivée et par défaut du présumé « bon côté », celui de l’association, c’était ici ma responsabilité de choisir de rester de leur côté, au risque sinon de m’exclure ou d’être exclue.

28Pour sortir de cette impasse, je choisissais de reprendre la discussion ailleurs que sur le stationnement. Le directeur disait ne pas avoir le temps, mais après plusieurs tentatives, il accepta. Notre discussion avait été difficile ; finalement, nous avions tous deux constaté ne pas avoir les mêmes données à analyser ; ce dernier pensait que les propos des évaluateurs externes étaient en réalité ceux que j’avais recueillis pour ma recherche, ce qui l’avait contrarié. Mais bien que ce malentendu ait été finalement dissipé, mon positionnement comme anthropologue a été à posteriori sanctionné par l’évitement des différents acteurs, bénévoles ou salariés, et par une mise à l’écart : je me présentais à des réunions qui avaient déjà eu lieu, je notais des regards suspicieux, une impression parfois de gêner, de ne pas être la bienvenue, et d’une façon générale, une distanciation de la part des acteurs de terrain. C’est à ce moment précis que j’avais choisi de commencer mes entretiens avec chacun, pour appuyer mon « changement » de rôle aux yeux de tous ; rôle auquel je n’avais, pour ma part, jamais prétendu renoncer. On voit ici que la résolution finale de ce conflit d’intérêts a induit l’abandon implicite d’un de mes deux rôles. Il s’agit alors plus d’une conséquence du conflit que d’un choix, mais il fallait l’accepter pour pouvoir continuer.

29Considérant le chapitre proposé de l’Énoncé sur les conflits d’intérêts (2009) et cet exemple, je poserai ici trois remarques. Première remarque : si ma recherche avait été évaluée par un comité d’éthique de la recherche, j’aurais sans doute dû demander rapidement l’évaluation d’un amendement à mon protocole selon lequel j’allais moi-même devenir bénévole sur mon terrain, attendre ensuite l’approbation du comité avant de me lancer dans l’accueil de nuit, et de fait, différer l’invitation de la secrétaire à me présenter à ladite activité dès le lendemain de mon arrivée. On ne peut que spéculer sur ce qui se serait passé ensuite, mais probablement que mon entrée sur le terrain aurait eu un impact différent. L’évaluation de l’amendement aurait sans doute soulevé la question d’un potentiel conflit d’intérêts entre mon rôle de chercheuse et celui de bénévole. Mais s’il est toujours possible d’y réfléchir, était-il possible de l’éviter ? On peut difficilement prévoir ce que seront les conflits d’intérêts, car ils dépendent de toute une série de facteurs aléatoires. En outre, lorsqu’ils surviennent dans les relations interpersonnelles entre chercheur et acteurs de terrain, les conflits d’intérêts requièrent une gestion immédiate pour ne pas ajouter à l’incompréhension ou grossir le conflit. Il en va aussi de la position du chercheur sur son terrain pour en assurer la continuité, condition sine qua non de la faisabilité de la recherche.

30Seconde remarque : la divulgation des conflits d’intérêts au comité d’éthique de la recherche, et non aux participants, comme le préconise l’Énoncé (2009), engendrerait un délai dans la réponse et la gestion de ceux-ci. Cela signifie-t-il parallèlement de devoir suspendre le terrain en attendant ? Différer la résolution d’un conflit d’intérêts sur le terrain est-il acceptable pour les participants ? Le retour sur le terrain avec la solution présumée nécessiterait de revenir sur un événement déplaisant entre les deux partis, peut-être trop longtemps après que celui-ci est survenu, à moins que le temps n’ait permis de l’étouffer dans l’oubli, mais comment savoir ? Par contre, et si l’Énoncé propose l’abandon d’un des rôles, le cas échéant, on constate que dans l’exemple ici relaté, nous, anthropologue et acteurs en présence, avons opté « naturellement » ou « intuitivement » pour cette solution. Donc, ce ne sont probablement pas tous les conflits d’intérêts qui ont vocation à être divulgués auprès des comités d’éthique. Il serait peut-être intéressant de nuancer alors la nature des conflits d’intérêts ciblés par ces mesures de divulgation, car tous ne s’appliquent pas aux sciences sociales. Et le recours au comité d’éthique de la recherche ne devrait ainsi être rendu possible qu’en cas d’impasse.

31Troisième remarque ou question : quelles seraient les conséquences pour les comités d’éthique de la recherche de se voir « divulguer » tout conflit d’intérêts « réel », « apparent » ou « potentiel » de toutes les recherches qu’ils évaluent, et plus particulièrement ici en sciences sociales ? Probablement que les comités d’éthique verraient par trop augmenter leur charge de travail, pour des conflits où les chercheurs et les participants sont peut-être, au sein des interactions et dans les liens qui s’y tissent, les mieux placés pour répondre adéquatement. On pourrait alors suggérer que seuls les conflits d’intérêts réels qui peuvent porter à conséquence, selon la lecture que le chercheur fait de son terrain, et s’il ne peut les résoudre, devraient être rapportés à son comité d’éthique, qui tiendrait un rôle de conseil. Mais là encore, il faudrait s’assurer que les membres du comité connaissent les conflits d’intérêts que créent bien souvent les recherches en sciences sociales, et qu’ils fassent preuve de souplesse et de compréhension.

Discuter pour conclure

32J’ai voulu ici croiser la seconde proposition pour l’Énoncé, non encore acceptée, avec un terrain de recherche ethnographique, qui n’exigeait pas l’accord d’un comité d’éthique de la recherche, pour déterminer la pertinence ou l’impertinence de certains points. L’analyse a alors permis de constater que la compréhension de la recherche et ses implications pour le participant ne correspondent pas nécessairement à la réalité de terrain. Une posture neutre, par exemple, si elle vise à faire en sorte que la venue du chercheur soit la moins intrusive possible, s’insère pourtant dans des rapports subjectifs qui rendent le chercheur à son tour vulnérable. Le rapport de pouvoir, tel que présupposé dans cette seconde proposition, s’inverse au détriment du chercheur, et non plus du participant. Mais alors, peut-être que la réponse à cette nouvelle vulnérabilité doit se lire dans la responsabilité du chercheur qui a délibérément choisi de faire sa recherche. Ainsi, il devra en assumer les conséquences quelle qu’en soit la nature. L’Énoncé ou toute éthique officielle de la recherche peut alors se retirer du débat, puisqu’elle ne vise que la protection des participants, et non des chercheurs. Est-ce peut-être parce que le chercheur est dans une position vulnérable que sa responsabilité lui échappe en matière de gestion des conflits d’intérêts qu’il a lui-même générés, par sa présence ? Ou alors parce qu’on ne lui reconnaît pas les compétences, puisque nous sommes dans la recherche ethnographique, professionnelles et humaines à leur résolution ? Dans un cas comme dans l’autre, son champ d’action se limite à la divulgation au comité d’éthique et à l’attente d’une réponse. Les conséquences sur le terrain et les liens avec les participants ne sont pas soulevés ; le chercheur, si cette mesure de divulgation systématique s’appliquait, aurait à gérer son retour sur le terrain, avec une solution qu’il devra ensuite faire accepter aux acteurs en présence. Une deuxième intégration, en somme, qui met en question sur la faisabilité même du terrain en de telles circonstances.

  • 25  Nous renvoyons ici aux nombreux auteurs qui traitent de cette « totalisation monographique » de l’ (...)

33Pourquoi ? Parce qu’au-delà de ces remarques se pose la question suivante : une neutralité inaltérable sur le terrain est-elle véritablement souhaitable ? Les conflits d’intérêts ne permettent-ils pas, dans un certain contexte, de soulever d’autres questions qui enrichiront la recherche ? S’il était possible pour les chercheurs de rester en dehors des interactions et des implications subjectives qu’elles entraînent, ne serait-ce pas au détriment de toute une série de données sur les multiples dimensions du terrain, et qui rendent le travail d’ethnographie particulier ? Car ces absences de prises de position, les dilemmes qu’elles suscitent et toute la subjectivité qui découle des interactions sur le terrain, de ce que le chercheur y voit et y vit, offrent une compréhension qui va au-delà des discours (entrevues) et qui permet de saisir plus largement le contexte dans lequel les participants baignent, évoluent, agissent et interagissent25. Ma position est alors que ces questions dépassent le cadre purement méthodologique que l’Énoncé dresse de la « recherche qualitative » – rapportée ici à la recherche ethnographique – par trop dépourvu de toute la substance qui la compose dans sa recherche de sens.

34Mais alors, et je terminerai là-dessus, s’il est vrai que l’Énoncé politique des trois conseils, dans sa version actuelle (1998) comme dans la proposition analysée ici, s’adapte mal à la recherche ethnographique, devrait-il exister une autre façon de décrire l’éthique de la recherche et d’en soulever les enjeux ? Si oui, à qui incombe la responsabilité d’un tel devoir d’écriture pour qu’il échappe à un langage juridique, inapproprié, et reflète davantage la réalité du terrain ? Ce faisant, aiderait-on la recherche ou l’enfermerait-on encore dans un cadre éthique trop serré ? Car ajouter un chapitre sur la « recherche qualitative » à l’intérieur d’un document d’abord conçu pour l’expérimentation médicale, c’est prendre le risque de passer à côté de la cible et de désintéresser les chercheurs des sciences sociales de cette éthique officielle de la recherche. Peut-être est-ce aussi pour cela que la réflexion autour des enjeux éthiques de la recherche en sciences sociales se passe bien plus souvent en dehors des textes officiels en éthique de la recherche. Il serait peut-être temps d’envisager la création d’un autre document, dans une nouvelle éthique de la recherche, davantage propre aux sciences sociales, mais surtout plus adaptée. Plusieurs auteurs ont déjà amorcé cette réflexion. Il nous resterait à définir ensuite si ce risque serait ou non « minimal » pour la faisabilité des recherches sur le terrain.

Haut de page

Bibliographie

Altabe, Gérard, Daniel Fabre et Gérard Lenclud (dir.) (1992), Vers une ethnologie du présent, Paris, Maison des sciences de l’homme.

Association pour la recherche qualitative (2007), La recherche qualitative dans le cadre de l’ÉPTC, [En ligne], [http://www.recherche-qualitative.qc.ca/consultation_avis.pdf], (21 juillet 2010).

Bélanger-Vincent, Ariane (2006), « Quand les contraintes éthiques et la théorie s’imbriquent avec l’émotion (note de recherche) », Anthropologie et sociétés, vol. 30, no 1, p. 157-167.

Bizeul, Daniel (2007), « Que faire des expériences d’enquête ? Apports et fragilité de l’observation directe », Revue française de sciences politiques, vol. 57, no 1, p. 69-89.

Bourdieu, Pierre (2003), « L’observation participante », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 150, p. 43-58.

Cognet, Marguerite, et Catherine Montgomery (dir.) (2007), « Introduction », dans Éthique de l’altérité. La question de la culture dans le champ de la santé et des services sociaux, Québec, Presses de l’Université Laval, p. 1-16.

Conseil de recherches médicales du Canada, Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (1998), Énoncé de politique des trois conseils : éthique de la recherche avec les êtres humains, Canada, Travaux publics et Services gouvernementaux.

Desclaux, Alice (2008), « L’éthique médicale appliquée aux sciences humaines et sociales : pertinence, limites, enjeux, et ajustements nécessaires », Bulletin de la Société de pathologie exotique, vol. 101, no 2, p. 77-78.

Desclaux, Alice, et Aline Sarradon-Eck (2008), « Introduction au dossier : L’éthique en anthropologie de la santé : conflits, pratiques, valeur heuristique », Ethnographiques.org, no 17, [En ligne], [http://www.ethnographiques.org/Introduction-au-dossier-L-ethique], (10 juin 2009).

Dodier, Nicolas, et Isabelle Baszanger (1997), « Totalisation et altérité dans l’enquête monographique », Revue de sociologie française, vol. 38, no 1, p. 37-66.

Eysermann, Béatrice (2005), « Partir en quête du sans-abri : la construction sociale du sans domicile fixe (SDF) par les bénévoles d’une action de nuit à Marseille (France) », Anthropologie et sociétés, vol. 29, no 3, p. 167-183.

Fabre, Daniel (1992), « L’ethnologie et ses sources », dans Gérard Altahbe et al. (dir.), Vers une ethnologie du présent, Paris, Maison des sciences de l’homme, p. 39-55.

Fassin, Didier (2008), « L’éthique, au-delà de la règle. Réflexions autour d’une enquête ethnographique sur les pratiques de soins en Afrique du Sud », Sociétés contemporaines, vol. 71, p. 125.

Fillieule, Olivier, et Christophe Broqua (2001), « Désengagement et conséquences biographiques de l’engagement », actes du colloque Actions associatives, solidarités et territoires, Saint-Étienne (France), Presses universitaires de Saint-Étienne, p. 157-162.

Fonds de la recherche en santé du Québec (2006), « L’encadrement des banques de données et des banques de matériel biologique à des fins de recherche en santé », rapport final du groupe-conseil, FRSQ.

Fonds de la recherche en santé du Québec (2008), « Standards du FRSQ sur l’éthique de la recherche en santé humaine et l’intégrité scientifique », [En ligne], [http://www.frsq.gouv.qc.ca/fr/ethique/pdfs_ethique/Standards.pdf], (30 mars 2010).

Gagnon, Éric (1996), Les comités d’éthique. La recherche médicale à l’épreuve, Québec, Presses de l’Université Laval.

Ghasarian, Christian (1997), « Les désarrois de l’ethnographe », L’Homme, vol. 37, no 143, p. 189-198.

Hedgecoe, Adam (2008), « Research ethics review and the sociological research relationship », Sociology, vol. 45, no 5, p. 873-886.

Nicolas, Laurence (2001), « Le chercheur en sciences sociales face à des associations en situation conflictuelle : entre espion et allié, l’impossible statut du chercheur sur un terrain de discorde », actes du colloque Actions associatives, solidarités et territoires, Saint-Étienne (France), Presses universitaires de Saint-Étienne, p. 63-68.

Paerregaard, Karsten (2002), « The resonance of fieldwork. Ethnographers, informants and the creation of anthropological knowledge », Social Anthropology, vol. 10, no 3, p. 319-334.

Haut de page

Notes

1  Il existe également des comités d’éthique de la recherche avec des animaux, mais il n’en sera nullement question ici.

2  Ces comités d’éthique de la recherche doivent, au moment de leurs délibérations, être minimalement composés de deux membres connaissant la recherche et ses méthodes, d’une ou d’un éthicien, d’une ou d’un spécialiste en droit, d’une ou d’un représentant des usagers (Fonds de recherche en santé du Québec, 2008: 10)

3  L’Énoncé de politique des trois conseils : éthique de la recherche avec des sujets humains (ÉPTC) est la synthèse des positions en éthique communes aux Instituts de recherches en santé du Canada (IRSC), au Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG) et au Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH). Une version révisée de ce document a été proposée par le Groupe consultatif interagences en éthique de la recherche en 2009, mais n’est pas adoptée au moment de la rédaction de cet article: Proposition de la 2e édition de l’Énoncé de politique des trois conseils: éthique de la recherche avec les êtres humains, version révisée, décembre 2009, 192 p.

4  Dorénavant, les renvois à ce texte seront signalés par la seule mention ÉPTC suivie de l’année et du numéro de la page.

5  « Les donneurs de temps dans notre société. Bénévoles et salariés de l’humanitaire dans une association caritative marseillaise », thèse de doctorat en anthropologie, soutenue publiquement le 18 novembre 2004. Cette recherche n’a pas exigé l’autorisation éthique de quelque comité que ce soit. Un débat est actuellement en cours sur la formalisation de l’éthique de la recherche en sciences sociales, notamment en France (Desclaux et Sarradon-Eck, 2008).

6  On voit ici que la responsabilité est donnée aux établissements relativement à leurs membres. Dans la première version révisée du document datant de décembre 2008, il était de la responsabilité des membres de « tous comprendre les principes directeurs et concepts de l’éthique énoncés dans la présente politique afin de contribuer au processus d’évaluation » (ÉPTC, version révisée, décembre 2008: 67).

7  À ce titre, il est rappelé : « Dans la présente politique, le terme “participant” lui a été préféré [à celui de “sujet”] parce qu’il reflète mieux l’esprit qui anime les principes directeurs : que les personnes qui choisissent de participer à une recherche y jouent un rôle plus actif que celui qu’évoque le terme “sujet” » (ÉPTC, 2009 : 12). Pour Ghasarian, à l’inverse, l’emploi du terme de participant, partenaire ou interlocuteur reflète l’engagement du chercheur sur le terrain (1997: 192).

8  Une nuance est à apporter dans la recherche qualitative, comme nous le verrons plus loin.

9  À noter que dans la première version révisée du document (2008), la définition du « risque » n’apparaissait pas.

10  L’auteure de ce texte est également coordonnatrice d’un comité d’éthique de la recherche, à Québec.

11  Recherche qui comprend la sociologie, la psychologie, la criminologie, l’administration des affaires, les sciences politiques, la communication, l’éducation, l’histoire (ÉPTC, 2009 : 135) « et d’autres disciplines » (ÉPTC, 2008 : 123).

12  Ou « la préoccupation pour le bien-être, le respect de l’autonomie, le respect et l’égalité morale de tous les êtres humains » (ÉPTC, 2008 : 2).

13  Le Groupe consultatif interagences en éthique de la recherche a mené une consultation sur la recherche qualitative dans le cadre de la révision de l’Énoncé auprès de l’Association pour la recherche qualitative (ARQ), dont l’avis a été publié en 2007. Il était ainsi recommandé que « l’approche qualitative devrait aussi faire l’objet d’une attention spéciale dans certains chapitres existants, par exemple, le chapitre sur le consentement, sur la confidentialité des renseignements et sur les conflits d’intérêts » (Association pour la recherche qualitative, 2007: 9).

14  Dans la première version révisée, le but de ce chapitre était de « donner des indications précises pour le processus d’évaluation éthique » (ÉPTC, 2008: 123).

15  C’est-à-dire les personnes présentes aux réunions, ce qui représentait environ 30 % des bénévoles de l’activité de nuit.

16  En effet, certains bénévoles avaient un discours humaniste prônant la liberté individuelle du sans-abri, mais insistaient parfois vertement pour que ce dernier prenne en main sa demande de prestation sociale. Il en était de même pour toutes ces remarques entendues sur la volonté présupposée des sans-abri de rester dans la rue, de profiter de l’aide, de détourner les dons qui leur sont faits, de voler les denrées de la voiture pendant l’activité, de dépenser la totalité de leur prestation sociale en alcool (Eysermann, 2005).

17  Dans son texte, Fassin relate une recherche en Afrique du Sud où, après plusieurs pérégrinations dans un comité d’éthique de la recherche local, il a obtenu l’autorisation de faire de l’observation à l’insu, alors « conduite sans l’autorisation expresse des patients » (Fassin, 2008 : 125).

18  Statut vécu par Laurence Nicolas (2001), où elle décrit les différentes places qu’on lui a assignées dans l’association. Tantôt alliée, tantôt espionne, elle endossa aussi une place intermédiaire qu’elle appelle fluctuante.

19  Expression familière signifiant que la personne a un problème de santé mentale.

20  Il est à noter que plusieurs fois lors des tournées de nuit, les bénévoles attribuaient la responsabilité de l’état psychique du SDF à ses « problèmes psychologiques », fermant de fait l’intervention pour laquelle ils se sentaient impuissants.

21  Voir ci-dessus.

22  Ariane Bélanger-Vincent (2006) en fait également très bien la démonstration dans son texte.

23  Ce qui est également précisé par le Fonds de la recherche en santé du Québec (FRSQ) : « Le CER devrait exiger des responsables de la recherche qu’ils lui déclarent les circonstances susceptibles de compromettre la protection des participants, par exemple, les situations de conflits d’intérêts chez les chercheurs » (2006 : 42)

24  Gagnon (1996) renvoie à la notion de risque dans la recherche thérapeutique, dont la gravité se mesure par rapport notamment à d’autres traitements thérapeutiques. Ce qui est impossible en sciences sociales.

25  Nous renvoyons ici aux nombreux auteurs qui traitent de cette « totalisation monographique » de l’enquête de terrain. Voir par exemple Dodier et Baszanger (1997), Paerregaard (2002), Ghasarian (1997) et Bizeul (2007).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Béatrice Eysermann , « Un terrain dans une association caritative marseillaise (France) à l’épreuve de l’éthique de la recherche (Canada). Éthique, méthodologie et responsabilité », Éthique publique, vol. 12, n° 1 | 2010, 179-200.

Référence électronique

Béatrice Eysermann , « Un terrain dans une association caritative marseillaise (France) à l’épreuve de l’éthique de la recherche (Canada). Éthique, méthodologie et responsabilité », Éthique publique [En ligne], vol. 12, n° 1 | 2010, mis en ligne le 10 mai 2011, consulté le 23 mars 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/185 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.185

Haut de page

Auteur

Béatrice Eysermann

Centre de santé et de services sociaux de la Vieille-Capitale

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org