Navigation – Plan du site
Prescription et usages sociaux

La médicalisation des humeurs des enfants

Joël Monzée

Résumés

Les enfants qui ont des comportements dérangeants ou qui souffrent de problèmes neurologiques, comme le trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH), remettent en question nos moyens d’intervention pour les aider. Alors que le contexte européen tend à privilégier une intervention psychoéducative, les milieux nord-américains recourent davantage aux psychostimulants pour réduire les effets des problèmes comportementaux des enfants. Cet article aborde quelques problématiques éthiques liées à la médicalisation des affections psychologiques soignées par voie neuropharmacologique, telles que les difficultés à bien diagnostiquer ces affections, la normalisation des comportements par voie pharmacologique, la rareté des études longitudinales menées auprès des enfants en question, l’utilisation des informations scientifiques par les milieux scolaire, paramédical et médical, ainsi que les comportements des adultes accompagnant ces enfants.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders (DSM-IV-TR), Washington (D. C.), American Ps (...)
  • 2  Collège des médecins et Ordre des psychologues du Québec, Le trouble déficit de l’attention/hypera (...)

1Le TDAH. Ces quatre lettres désignent le « trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité », un déficit neurologique répertorié parmi les atteintes psychiatriques, selon le DSM-IV1. Elles tentent de définir les causes physiologiques des difficultés que rencontrent certains enfants en milieu scolaire ou familial, à savoir la distraction fréquente, l’hyperactivité et l’impulsivité. Quatre lettres qui, à la vue de l’expérience clinique et des observations qualitatives rapportées par différents auteurs, deviennent les quatre murs d’une prison pour de nombreux enfants contraints, « pour leur bien », de vivre avec un diagnostic médical affirmant qu’ils souffrent d’une malformation neurologique. Initialement, le dépistage des difficultés d’apprentissage de ces enfants avait comme but de leur offrir un encadrement scolaire plus adapté ; à la suite des restrictions budgétaires qui ont accompagné les restructurations du système de santé et de l’éducation, on se retrouve avec peu de moyens devant des enfants dont le comportements, dérange l’entourage familial ou scolaire. Si les pays européens souhaitent encore intervenir dans une perspective psychosociale, en Amérique du Nord on favorise la médicalisation souvent systématique malgré l’invitation répétée des ordres professionnels à plus de circonspection2.

  • 3  S. W. Porges, « Social Engagement and Attachment : A Phylogenetic Perspective », Annals of the New (...)
  • 4  J. A. Sergeant, « The Cognitive-Energetic Model : An Empirical Approach to ADHD », Neuroscience & (...)

2Pourtant, plusieurs ont soulevé des doutes quant au processus du dépistage et au diagnostic : d’une part, les comportements en cause pourraient être attribués à la simple difficulté à gérer les émotions plutôt qu’à un déficit neurologique3 ; d’autre part, il est possible qu’un manque d’objectivité dans l’évaluation ait conduit à surestimer l’incidence de cette affection psychiatrique4. On peut dès lors s’interroger sur les évaluations neuropsychologiques et donc sur la propension à l’intervention pharmacologique. Et si le diagnostic était erroné pour nombre d’enfants – même si leur comportement répond aux catégories des outils diagnostiques en pédopsychiatrie ? Et si leur comportement ne faisait que traduire des difficultés à s’intégrer dans un contexte social, scolaire et familial incapable de répondre à leurs besoins ? Et s’ils avaient simplement besoin de contacts humains, d’adultes présents au quotidien, pour les accompagner dans leur développement et dans l’apprentissage d’une gestion sereine des émotions ? La médicalisation ne s’inscrirait-elle pas, dès lors, dans la culture de la performance à laquelle résistent justement ces enfants ? Et quelles conséquences aura-t-elle sur le développement de l’enfant, sur son autonomie d’adulte ?

3Le recours à la médication pour normaliser les comportements des enfants, même dans un souci de leur offrir un contexte scolaire plus stable, pose comme on voit un certain nombre de questions éthiques sur le dépistage, la durée du traitement pharmacologique, les effets secondaires, le processus d’évaluation du médicament, etc. Si certains enfants ont sans doute besoin de médicaments s’ils veulent augmenter leurs chances de réussir leur vie, faut-il pour autant systématiser ce mode d’intervention aux enfants qui éprouvent des difficultés comportementales ou scolaires ? Car le recours aux psychostimulants pour les enfants diagnostiqués TDAH est en passe de banalisation en attendant la prochaine catégorie de médicaments à être offerts aux enfants, les antidépresseurs – le gouvernement fédéral étasunien a ainsi proposé récemment de dépister les enfants dépressifs dès leur jeune âge. Cet article voudrait dresser l’état des lieux sur ces questions de diagnostic du TDAH et de modes d’intervention qui entendent aider les enfants à réussir leur développement, dans une perspective non seulement de réussite scolaire, mais également de vie autonome et engagée en tant que citoyens responsables des choix personnels et collectifs.

Les comportements dérangeants et le soi

  • 5  À partir de leurs observations en milieux scolaire et clinique, J. P. Gagné et H. Renaud ont propo (...)

4Par comportements dérangeants, on entend divers modes d’action ou de réaction des enfants qui perturbent leur entourage familial et scolaire. Ils peuvent être regroupés en différentes catégories5, tels les comportements d’opposition, l’orgueil, la colère, l’urgence ou l’impulsivité, l’agressivité, la distraction, l’excès de peur ou l’anxiété, l’hyper-vigilance ou la détresse émotionnelle… Parmi ces comportements dérangeants, l’hyperactivité décrit le comportement des enfants qui bougent beaucoup, déchargent leur énergie, sont désorganisés ou ne peuvent pas se concentrer pour réaliser certaines tâches précises sur un banc d’école. De même, la distraction fréquente d’un enfant en classe, qu’il soit attiré par un bruit ou qu’il soit rêveur, crée des difficultés lorsqu’il doit suivre les consignes dictées par l’enseignant d’une classe de vingt-cinq à trente élèves. Ces deux grandes caractéristiques comportementales peuvent, à terme, réduire les chances de réussite scolaire pour les enfants, ce qui pousse les adultes à chercher des solutions à court terme (diminution de la fréquence des comportements dérangeants) et à moyen terme (réussite scolaire).

  • 6  Ibid.; S. W. Porges, art. cité ; J. Monzée et al., « Approche psychocorporelle pour réduire les co (...)

5On a souvent vu dans la difficulté à gérer les émotions la source de ces comportements dérangeants6. Ce point de vue met en rapport l’autonomie affective et la force du soi, qui peut se définir comme la sensation de se sentir vivant. Comme le soi des enfants et des adolescents n’est pas encore assez développé pour les rendre capables de contenir leurs émotions, plus encore lorsque le milieu familial est précaire ou que la famille traverse une période difficile (séparation, deuil, etc.), les émotions déclenchent des comportements d’autoprotection (mécanismes de défense) qui réduisent le risque de se reblesser face aux adultes et leurs pairs et qui permettent de s’adapter aux situations. Les enfants commencent entre autres à se couper des sensations de leur corps, siège de l’inconfort émotionnel (réduction de la force du soi), ils rationalisent (mentalisation, déni, résilience, etc.), se dissocient (inattention, distraction, enfant lunatique, etc.), déchargent leur agressivité (hyperactivité, impulsivité, agressivité, etc.), adoptent des croyances qui limitent leur estime d’eux-mêmes (« ne pas en valoir la peine », « ne pas être capable », etc.), décrochent (échecs, redoublement, abandon de l’école).

  • 7  Selon la phylogénétique, ces deux systèmes neurophysiologiques sont les parties les plus archaïque (...)

6Ainsi, les contrariétés, les frustrations et l’insécurité tendent à faire émerger des comportements défensifs comme la désorganisation (hyperactivité) et la dissociation (manque d’attention soutenue). Le premier comportement est associé au système sympathique et le second au système parasympathique, les deux composantes de la réaction végétative lors d’un excès d’émotions dans une situation donnée7, qui plus est dans un contexte où l’enfant subi de la pression de son entourage familial et scolaire pour « performer » à l’école ou dans les activités extrascolaires. Les enfants dont le soi est plus fragile adoptent donc plus facilement des comportements défensifs qui dérangent l’entourage.

L’outil diagnostique médical

  • 8  R. A. Barkley, « Behavioral Inhibition, Sustained Attention, and Executive Functions : Constructin (...)
  • 9  Le cerveau comprend différentes structures qui se sont modifiées au cours de l’évolution phylogéné (...)
  • 10  La maturité du cerveau est liée à l’héritage génétique, à l’apparition progressive de myéline (cel (...)

7La définition du TDAH décrit le comportement d’enfants éprouvant des difficultés à se concentrer sur les tâches scolaires (déficit d’attention), bougeant continuellement (hyperactifs) ou impulsifs. Selon la recherche en ce domaine, le TDAH serait la conséquence d’une maturation plus lente du cortex préfrontal ou d’une dysfonction affectant la voie nerveuse du striatum (tronc cérébral) qui libère de la dopamine, un neurotransmetteur, pour moduler les aires du cortex préfrontal (une des voies dopaminergiques du cerveau)8. Il faut savoir que l’attention, le contrôle de l’impulsivité et les conduites sociales impliquent le cortex préfrontal qui, d’un point de vue phylogénétique, est la partie la plus récente du système nerveux9. Or, ces zones cérébrales nécessitent entre dix et douze années pour être myélinisées et une vingtaine d’années pour que les connexions entre les neurones soient vraiment efficaces10. Dans le contexte du TDAH, une apparition plus lente de la myéline et la création d’un nombre insuffisant de synapses pour que les réseaux de neurones impliquant le cortex préfrontal puissent être efficaces conduiraient à des comportements hyperactifs et lunatiques. Dès lors, le milieu médical, surtout en Amérique du Nord, tend à considérer ces comportements comme les indices d’un trouble neurologique et, par conséquent, comme une maladie affectant la santé mentale des enfants.

  • 11  F. Bange et M. C. Mouren-Siméoni, « Hyperactivité ou Ritaline : le pour et le contre », Médecine t (...)
  • 12  J. M. Swanson, J. A. Sergeant, E. Taylor et al., art. cité ; J. A. Sergeant, art. cité.
  • 13  Ibid. ; A. Diricq, « La science de la raison », Ça m’intéresse, no 284, octobre 2004, p. 68-78.

8Proposant une classification dépistant les psychopathologies, le DSM-IV considère trois formes de TDAH, selon une dizaine d’indices comportementaux évalués grâce à différents tests neuropsychologiques dans deux lieux différents. Ce manuel de référence en santé mentale définissait l’incidence du TDAH de 3 % à 5 % en 1996 et de 5 % à 7 % en 2000. Les recherches scientifiques rapportent toutefois que l’incidence atteindrait 16 % dans certaines régions du monde, voire 24 % selon une étude11. Pourtant, des chercheurs néerlandais suspectent que l’incidence ne serait que de 1 % si on améliore la rigueur et l’objectivité de l’évaluation neuropsychologique12. Deux autres hypothèses peuvent toutefois contribuer aux différences statistiques entre les études épidémiologiques. D’abord, le milieu médical européen tend à ne dresser le diagnostic de TDAH que dans le cas où les dix critères du DSM-IV sont satisfaits, à savoir que l’enfant manifeste des indices sévères de distraction, d’impulsivité et d’hyperactivité. De plus, le DSM-IV regroupe trois sous-types selon l’importance des indices. Les professionnels de la santé nord-américains diagnostiquent le TDAH si l’enfant se retrouve dans l’un des trois sous-types, alors que les Européens ne le font que chez les enfants qui révèlent les trois symptômes combinés13.

  • 14  F. Bange et M. C. Mouren-Siméoni, art. cité.

9Mis en marché en 1944, le méthylphénidate (Ritalin ou Ritaline) est le plus ancien des médicaments psychostimulants contrant les effets du TDAH. Bloquant la recapture de la dopamine libérée dans la synapse, le principe actif prolonge la durée d’action de ce neurotransmetteur qui stimule les neurones de la voie dopaminergique reliant le tronc cérébral et le cortex préfrontal. Il existe toutefois des médicaments génériques et des concurrents, tels le Concerta et l’Addérall, qui agissent de manière similaire sur cette voie dopaminergique. Les effets secondaires du Ritalin (hypertension, insomnie, maux d’estomac, manque d’appétit, nausées, ralentissement de la croissance et tachycardie) toucheraient au moins 10 % des enfants14. Il faut savoir toutefois que le méthylphénidate est classé par le DSM-IV dans la même catégorie que les amphétamines et la cocaïne, puisqu’ils agissent sur les mêmes récepteurs synaptiques du tronc cérébral. De plus, contrairement à la plupart des médicaments, le méthylphénidate compense le déficit neurologique, mais ne le guérit pas, ce qui laisse le milieu médical suspecter que la maladie est incurable.

  • 15  A. Diricq, art. cité.
  • 16  F. Lajoie, « Hyperactivité ou hyperintolérance », Actualité médicale, vol. 25, no 9, 2004, p. 8-22
  • 17  M. F. LeHeuzey, « Votre enfant est-il hyperactif ? », Cerveau et psycho, no 6, 2004, p. 72-77 ; A. (...)

10Enfin, le recours à la médication pour corriger les difficultés comportementales des enfants atteste de divergences entre les approches médicales européennes et nord-américaines. En effet, aux États-Unis, on recensait récemment près de trois millions d’enfants absorbant des psychostimulants pour contrer les effets du TDAH15. Au Québec, le ministère de l’Éducation et celui de la Santé rapportent que de 6 % à 8 % des enfants consomment des psychostimulants – ce pourcentage atteint 12 % là où on dépend de l’aide sociale. La prise quotidienne de Ritalin, qui n’est qu’un des psychostimulants disponibles, est en hausse continue : le ministère de la Santé recensait 13 000 enfants en 1997, 23 000 en 2002 et 27 000 en 200316. Pourtant, la France ne comptait que 6 000 enfants sous médication sur 200 000 enfants diagnostiqués TDAH en 2004, et ce, même si la Ritaline est disponible depuis 1992 et que le recours aux psychotropes est usuel chez les adultes17.

L’envers de la médaille TDAH

  • 18  M. Kruger, « Description of Self : An Exploratory Study of Adolescentes with ADHD », Journal of Ch (...)

11Certes, il est nécessaire d’intervenir auprès des enfants TDAH, tant pour leur bien, car le risque de décrochage scolaire est élevé, que pour les équipes éducatives et les parents qui se sentent souvent impuissants devant les comportements dérangeants d’enfants distraits ou hyperactifs et impulsifs. Toutefois, on rapporte souvent les effets pervers du dépistage de ces enfants où une certaine intolérance se manifesterait dès l’apparition d’un comportement dérangeant, ce qui amplifierait ce que l’on veut, justement, contenir. Les études qualitatives révèlent ainsi que ces enfants ne se sentent pas acceptés par leur entourage, ce qui est une source majeure d’anxiété et donc de réactions défensives. En fait, les enfants diagnostiqués savent que leurs comportements entraînent souvent du rejet ou une stigmatisation ; ils suspectent que les intervenants, y compris les psychothérapeutes, manquent d’empathie pour les comprendre ; ils se sentent jugés, parfois sévèrement, par les enseignants, alors que leurs habiletés et leurs efforts sont rarement soulignés ; ils craignent que les difficultés comportementales soient représentatives de leur identité ; ils ne trouvent pas leur place parmi les autres enfants, ce qui les conduit à s’isoler ou à réagir agressivement18.

  • 19  R. A. Barkley, art. cité ; DSM-IV, op. cit.
  • 20  S.W. Porges, art. cité ; J. Monzée et al., « Approche psychocorporelle pour réduire les comporteme (...)
  • 21  M. Kruger, art. cité ; M. Hébert, art. cité.

12Les statistiques révèlent que quatre garçons pour une fille seraient atteints d’un TDAH, surtout en ce qui concerne la forme « hyperactivité »19. En fait, ces enfants ont besoin de sécurité fondée sur le sentiment d’être acceptés par les autres20, alors que le milieu scolaire les considère comme des enfants « perturbateurs incontrôlables »21. Dès lors, de nombreux enfants TDAH expriment de l’agressivité qui, selon Kruger, serait une réaction à la pression exercée par l’entourage familial et scolaire à se conformer à un modèle, plutôt que d’être accueillis et encouragés à développer leurs talents. Leur agressivité témoignerait avant tout d’une tentative de retrouver leur intégrité par le contrôle d’une situation où ils se sentent écrasés ou par le désir de trouver une place parmi les autres enfants ou les adultes. Enfin, si l’agressivité est dirigée vers les autres chez les garçons, les filles la retourneraient plutôt contre elles-mêmes ou elles se résigneraient.

  • 22  J. P. Gagné et H. Renaud, Huit moyens efficaces pour réussir mon rôle de parent, op. cit. ; J. P. (...)
  • 23  J. L.Rosenberg, op. cit. ; B. De Lièvre et L. Staes, La psychomotricité au service de l’enfant, Br (...)

13On constate donc la grande sensibilité émotionnelle de ces enfants. Il y aurait dès lors intérêt à considérer leurs comportements comme des tentatives maladroites de faire face au stress et à la pression exercée par le contexte familial et scolaire. Plusieurs ont d’ailleurs montré que les comportements dérangeants pouvaient être atténués grâce au mouvement et à la sécurisation de l’enfant lorsqu’il vit des émotions plutôt qu’en accroissant la rigidité de l’accompagnement22. Cela dit, le résultat de ces démarches plus comportementales s’observe généralement à moyen terme, ce qui n’est pas nécessairement aisé à accepter par les enseignants et les parents, ainsi que par les enfants confrontés aux conséquences de leurs propres comportements. Ces méthodes éducatives et thérapeutiques ne remplacent donc pas nécessairement l’intervention en pédopsychiatrie, mais elles permettent d’agir de manière préventive et d’installer des habiletés qui contribuent à une meilleure disponibilité aux apprentissages scolaires23.

  • 24  B. De Lièvre et L. Staes, op. cit. ; J. Richard et L. Rubio, La thérapie psychomotrice, Paris, Mas (...)
  • 25  Ministère de l’Éducation de la communauté française Wallonie-Bruxelles, www.ministre-enfance.be/en (...)
  • 26  Les résultats de ces études montrent une réduction des comportements d’hyperactivité et d’inattent (...)
  • 27  N. Chevalier, H. Poissant, H. Bergeron et A. Girard-Lajoie, « The Effect of Visual-Motor Imagery T (...)
  • 28  J. Monzée et al., « Approche psychocorporelle pour réduire les comportements d’hyperactivité…», op (...)

14L’expérience européenne d’ateliers de développement du soi par la psychomotricité tend en effet à donner des résultats dans ce sens. Des activités de développement psychomoteur ont été créées dans les écoles européennes depuis près de quarante ans. Ces activités permettent aux jeunes enfants, à travers une multitude d’espaces de jeux, de faire l’expérience de leur corps et de se sentir mieux dans leur peau, donc d’être plus disponible à l’apprentissage scolaire24. En 2002, le ministère de l’Éducation de la communauté française de Belgique a accru le nombre de ces séances pour réduire les comportements d’inattention et d’hyperactivité dans les écoles maternelles et primaires (enfants de 3-7 ans scolarisés)25. Cette technique a également été explorée à Montréal comme solution de rechange à la prise de médication26, à travers un programme psychomoteur d’entraînement de l’attention chez des enfants de moins de sept ans27 ou d’amélioration des habiletés relationnelles par des activités en classe ou en gymnase chez des enfants d’école primaire et en pratique clinique28.

Les problématiques de la médicalisation des humeurs

  • 29  Organisation mondiale de la santé (OMS), Operational Guidelines for Ethics Committees That Review (...)

15Les actions, les sensations, les émotions, les pensées et les conduites sociales émergent de l’interaction cohérente entre des milliards de cellules nerveuses organisées en de multiples systèmes et sous-systèmes. De même, le cerveau régule toutes les fonctions physiologiques du corps (respiration, circulation sanguine, digestion, homéostasie, hormones, sexualité, etc.). Cette réalité souligne la complexité de cet organe dont l’organisation fonctionnelle assure la survie de l’individu et son insertion active dans le monde environnant à travers les comportements, des plus rudimentaires aux plus nobles. Par conséquent, les déficits neurologiques peuvent avoir des effets désagréables, voire néfastes, pour l’individu, son entourage et la collectivité. Parmi ces déficits, ceux qui affectent la santé mentale touchent près de 13% de la population mondiale ; au Canada seulement, les coûts dans ce domaine avoisinent les 24 milliards de dollars par an29. Dès lors, l’industrie pharmaceutique et les professionnels exercent un rôle majeur pour limiter, compenser ou récupérer les effets des affections psychiatriques.

  • 30  K. Rubia, S. Overmeyer, E. Taylor et al., op. cit.
  • 31  J. A. Sergeant, art. cité.
  • 32  A. Lefèvre-Balleydier, art. cité.

16La plupart des déficits psychiatriques sont indécelables par les méthodes médicales traditionnelles, comme on le voit avec le dépistage du TDAH, puisque même l’imagerie cérébrale ne permet pas de distinguer les enfants atteints des enfants en santé30. En fait, un déficit en santé mentale est rarement détectable à l’aide de symptômes, comme c’est le cas pour les maladies dont le diagnostic se fonde sur des indicateurs biologiques objectifs. On utilise donc plutôt l’évaluation des comportements (indices) pour dépister les affections psychiatriques. Or, on peut soupçonner qu’il y a une confusion entre les indices et les symptômes dans la définition même des déficits et qu’un diagnostic peut parfois être proposé trop rapidement, notamment en ce qui concerne le TDAH31. Dans ce contexte, il existe un risque de confusion entre les « indices comportementaux » et les « symptômes », et l’absence de marqueurs biologiques peut faire appel trop rapidement à une médication qui n’est pas toujours nécessaire. Et comme les comportements défensifs des enfants sont similaires aux indices comportementaux des personnes ayant une lésion du cortex préfrontal, il y a un risque de simplifier les modes d’intervention par une intervention strictement médicale, plutôt que d’observer quels changements dans l’environnement scolaire ou familial permettraient de mieux accompagner l’enfant32.

  • 33  J. M. Swanson, J. A. Sergeant, E. Taylor et al., art. cité ; J. A. Sergeant, art. cité.
  • 34  G. Corneau, La guérison du cœur. Nos souffrances ont-elles un sens ?, Québec, Éditions de l’homme, (...)

17Un autre facteur qui réduit la validité du diagnostic est lié au contexte d’évaluation. La vérification des tests neuropsychologiques évaluant les indices comportementaux se fonde généralement sur une triade d’observateurs entraînés jusqu’à ce qu’ils voient, tous les trois, la « même chose au même moment ». Or, l’évaluation de l’enfant suspecté d’avoir un TDAH ne se fait généralement pas dans ces conditions. Conséquemment, la subjectivité de l’observateur peut influer sur l’évaluation des affections psychiatriques33 : chaque acteur, que ce soit l’entourage scolaire et familial confronté aux comportements dérangeants ou le personnel médical devant une situation d’urgence, évalue de manière solitaire les indices. La subjectivité n’est pas un phénomène nouveau, comme le rappelait récemment Corneau : « La question du sens et de l’interprétation des symptômes se complique du fait que, comme Jung l’a indiqué, il est difficile d’avoir un point de vue objectif sur la psyché humaine puisque nous sommes de la psyché qui étudie de la psyché et que, en ce sens, l’observateur et ses propres conditionnements subjectifs influencent fortement l’observation, d’autant plus que ces conditionnements demeurent la plupart du temps inconscients. Voilà pourquoi il a proposé que les psychothérapeutes soient rompus à une fine observation d’eux-mêmes par une psychanalyse personnelle. De cette façon, se connaissant mieux, ils peuvent contrôler un tant soit peu leurs propres travers lorsqu’ils évaluent les cas qui se présentent à eux34

  • 35  C’est également le cas de la maladie d’Alzheimer où il n’existe aucun diagnostic possible avant un (...)

18Ces deux premières problématiques soulignent donc la difficulté d’évaluer précisément les troubles neurologiques sur la base d’observations d’indices comportementaux, et ce, même si l’observateur utilise de bons tests35. En elle-même, l’évaluation subjective est un risque acceptable, c’est une réalité humaine. Par contre, cela peut poser problème lorsqu’on infère une affection neurologique d’une évaluation trop soumise à la subjectivité, tel qu’on peut l’observer dans l’évaluation des indices de comportements dérangeant l’entourage de l’enfant suspecté d’avoir un TDAH, qui plus est dans une situation où la famille et l’école connaissent une situation de crise. De plus, il existe une certaine ambiguïté quant aux indices comportementaux utilisés lors du dépistage du TDAH, puisque les comportements émotionnels réactifs de l’enfant sont similaires à la fréquente distraction et à la désorganisation.

  • 36  E. J. Massaro (dir.), Handbook of Neurotoxicology, t. 2, Totowa (N. J.), Humana Press, 2002.
  • 37  Ces normes sont définies par des agences gouvernementales, tels le ministère de la Santé du Canada (...)
  • 38  La nouvelle molécule est comparée à un médicament déjà commercialisé (ou un placebo s’il n’existe (...)

19Une troisième problématique dans la médicalisation des humeurs est la rareté des études longitudinales. Ces études devraient permettre de déceler les effets à long terme de la médication, puisque toute médication implique l’absorption de toxines potentiellement néfastes pour le corps humain, plus encore lorsqu’il s’agit de médication agissant sur les conduites sociales d’une personne36. La recherche médicale se fonde, bien sûr, sur des normes imposant quatre phases de recherche clinique successives pour déterminer les effets thérapeutiques et secondaires d’une molécule qui pourrait soigner une maladie particulière37. Les trois premières phases sont menées avec un petit nombre de sujets expérimentaux, en santé ou malades, afin de débuter la mise en marché du produit. La troisième phase, réalisée avec des patients en « double aveugle »38, est la seule qui offre des informations longitudinales durant le développement d’un médicament. Toutefois, cette phase est limitée à un maximum d’une année et, si les effets secondaires n’ont pas causé des dommages néfastes pour la santé des patients, la mise en marché sera maintenue.

  • 39  Il s’agit de médicaments pour contrer la dysfonction érectile (Viagra, Cialis ou Levitra), pour ré (...)

20Les informations sur les effets secondaires néfastes apparaissent donc lorsque le médicament est déjà commercialisé. Les agences gouvernementales surveillent les études indépendantes qui continuent à observer les effets thérapeutiques et secondaires. Ainsi, récemment, plusieurs molécules largement commercialisées ont été remises en question, car des effets secondaires néfastes ont été décelés bien des années après leur mise en marché39. Dans certains cas, ces effets néfastes ont été suffisamment alarmants pour que les agences gouvernementales ordonnent que ces médicaments soient retirés du marché, temporairement ou définitivement.

  • 40  Un brevet d’invention a une durée de vingt ans. Au-delà, une autre compagnie peut copier l’inventi (...)
  • 41  Voir Société Radio-Canada, « Merck malmené en bourse », http://www.src.ca, consulté en novembre 20 (...)

21La mise en marché sur la base des essais cliniques semble un risque acceptable pour la société, puisque l’objectif des agences et des compagnies est de soigner des gens avec la meilleure approche possible, dont les médicaments les plus récents pourraient être les plus efficaces. Cependant, il y a également des enjeux financiers en lien avec la durée du brevet d’invention qui dure vingt ans après que le dépôt a été fait, et non pas après le début de la commercialisation40. Les trois premières phases de recherche clinique peuvent durer six années aux États-Unis et dix années au Canada ; la rentabilité de l’effort de recherche et développement est donc affectée puisque les compagnies génériques peuvent copier la molécule sans avoir à financer de recherche à vaste échelle comme les compagnies pharmaceutiques traditionnelles. La mise en marché rapide s’accompagne donc d’importants revenus financiers, même si le risque de voir publier ultérieurement une étude démontrant les effets négatifs peut mener à une certaine circonspection41.

  • 42  Society for Neuroscience, « Addiction’s Path », Brain Briefing, juillet 1997 ; Society for Neurosc (...)

22On constate donc que la vérification à long terme de l’utilisation des médicaments peut être problématique. Cela devrait inciter d’autant plus à la précaution lorsqu’il s’agit de médicaments agissant sur le cerveau puisque le processus de plasticité neuronale (réorganisation constante) implique que des neurones soient continuellement interactifs pour que les connexions se fassent ou se maintiennent. Or, dans le cas de l’utilisation de cocaïne, qui agit sur les mêmes récepteurs synaptiques que le méthylphénidate et ses concurrents, des chercheurs ont démontré que l’usage régulier de cette substance, agissant sur le système dopaminergique en prolongeant la stimulation synaptique, contribuait à terme à inverser le processus de maturation par manque de stimulation naturelle42. Pourtant, bien que le méthylphénidate ait été mis en marché il y a plus de soixante ans, aucune étude longitudinale n’a encore été publiée pour évaluer les effets de la médication à long terme sur le développement du cerveau des enfants.

Les problématiques de l’évaluation des médicaments chez les enfants

  • 43  Par exemple, le Canada dispose, par l’Association des pharmaciens du Canada (CPA), du Compendium o (...)
  • 44  Plan d’action ministériel en éthique de la recherche et en intégrité scientifique, Québec, ministè (...)

23L’industrie pharmaceutique est encadrée par des normes claires en ce qui concerne les conditions de recherche clinique et de production du produit, l’efficacité, la toxicité, l’affichage du contenu sur l’emballage, etc. Une fois que le médicament est accepté par les agences sur la foi des résultats fournis par la compagnie, il figure au sein de listes officielles présentant les publics cibles, les effets primaires et secondaires, les contre-indications ou toute autre information pertinente permettant aux médecins d’évaluer les avantages et les inconvénients de la prise de médication en fonction de la gravité des symptômes des patients, de la durée du traitement et des effets à long terme lorsque la toxicité du produit est significative43. Ces normes contraignantes pour l’industrie pharmaceutique visent à protéger les patients d’une mauvaise utilisation des médicaments qui pourraient altérer leur santé plutôt que de la leur faire recouvrer. Les normes gouvernementales réglementent aussi l’utilisation des enfants en recherche clinique, ainsi que les conditions permettant la prescription des nouveaux médicaments aux enfants malades. Au Canada, par exemple, l’utilisation des enfants dans le cadre des recherches cliniques est balisée par les politiques institutionnelles (ministère de la Santé, fonds de recherche et universités). De plus, il existe parfois, du moins au Québec, des dispositions particulières énoncées dans plusieurs textes législatifs sous la gouverne du ministère de la Santé44 ; il existerait des dispositions similaires dans d’autres pays, dont la France. Ces directives limitent donc la recherche effectuée avec des enfants, surtout dans le cadre de la validation des médications.

  • 45  A. Lefèvre-Balleydier, art. cité.
  • 46  F. Lalande et B. Roussil, Les essais cliniques chez l’enfant en France, Inspection générale des af (...)

24Au-delà des normes gouvernementales, d’autres limites à la recherche sur les médicaments effectuée chez les enfants ont été décrites récemment. Lefèvre-Balleydier rapporte ainsi que 4 % ou 5 % des enfants et des adolescents occidentaux sont sous psychotropes et que l’incidence s’accroît depuis trente ans45. À son avis, le problème majeur de ces statistiques consiste, en fait, dans la rareté des études cliniques vérifiant les effets thérapeutiques et indésirables des psy-chotropes dans les différents groupes d’âge de moins de vingt ans. Aussi, les médicaments ayant fait l’objet d’une mise en marché pour les adultes peuvent être administrés aux enfants si l’on n’a pas observé d’effets secondaires trop indésirables. En effet, selon un rapport de l’Inspection générale des affaires sociales en France, il n’y aurait qu’une dizaine de protocoles de recherche sur les médicaments neuropsychiques qui seraient soumis aux comités d’éthique de la recherche par année46.

  • 47  D’autant plus que, dans certains pays, les psychotropes comme les antidépresseurs (à l’exception d (...)
  • 48  En Europe, les enfants ne peuvent pas participer à la phase 1 des essais cliniques ; les enfants e (...)

25Selon l’enquête menée, Lefèvre-Balleydier tente d’expliquer la rareté des tests cliniques chez les enfants par six hypothèses : 1) les hésitations des parents à accepter que leur enfant contribue à des recherches sur les psychotropes, alors que les enfants souffrant de maladies plus sévères (cancer, etc.) ou plus rares contribuent plus facilement aux recherches ; 2) la faiblesse des revenus pour les compagnies pharmaceutiques liés aux médications pour les enfants, qui représenteraient seulement 5% des parts de marché47 et les coûts associés à la recherche clinique qui deviennent proportionnellement astronomiques (coûts/rentabilité), alors qu’il n’y a aucune disposition légale imposant de telles recherches ; 3) les restrictions législatives en matière de recherche effectuées chez les enfants font que seulement 30 % de ces études sont autorisées par les comités d’éthique de la recherche locaux ou nationaux en Europe48 ; 4) la rareté des enfants diagnostiqués avec des affections neuropsychologiques, comme par exemple la dépression qui toucherait seulement 2,5 % des enfants, alors que la prévalence pour les adultes serait de 15 % à 20 % ; or, il faut recruter des centaines d’enfants et adolescents pour réaliser les phases 2 et 3 des recherches cliniques ; 5) l’incapacité des chercheurs à distinguer les effets placebo des effets thérapeutiques de certaines médications ; 6) l’hétérogénéité des affections neuropsychologiques chez les enfants limitant la capacité des chercheurs à disposer d’échantillons homogènes.

26D’autres aspects n’ont pas encore fait l’objet d’études scientifiques, mais ils influeraient sur le déroulement de la recherche clinique effectuée sur un échantillon (phase 3) et sur la population (phase 4) : la contrainte de la phase 3 d’effectuer des études en double aveugle, ce qui sous-entend que 50 % des enfants ne recevraient pas le traitement ; le nombre de parents qui décident d’arrêter la médication sans nécessairement avertir le médecin, à cause des effets secondaires désagréables ou le manque d’argent (limitation de la portée de la phase 4 des recherches cliniques ou des vérifications subséquentes par les agences gouvernementales) ; le manque de disponibilité des médecins pour effectuer un suivi et quantifier le nombre d’arrêts et les causes de cette décision tout en avertissant la compagnie pharmaceutique ou les services de santé concernés (limitation de la portée de la phase 4 des recherches cliniques).

  • 49  Ministère de l’Éducation du Québec, Rapport du comité-conseil sur le TDHA et sur l’usage de stimul (...)
  • 50  J. Tremblay, « Hors Ritalin, plein de salut ! », Nouvelles CEQ, mai-juin 1998, p. 8-10 ; DSM-IV, o (...)
  • 51  Collège des médecins et Ordre des psychologues du Québec, op. cit.
  • 52  Voir les données du ministère de la Santé et des Services sociaux que cite F. Lajoie, art. cité.

27Ces problématiques expliquent probablement la rareté des études sur la toxicité des médicaments administrés aux enfants, alors que les études de toxicité ont seulement été menées chez les adultes. Or, l’enfant étant en croissance et son cerveau en développement, il est probable que les environnements biochimiques du corps et, donc, du cerveau puissent être différents chez les enfants par rapport à celui des adultes. Dès lors, les compagnies pharmaceutiques s’en remettent au discernement des médecins pour déterminer la nécessité de recourir à une médication pour soigner les enfants, sur la base des essais cliniques et des premières années d’utilisation du médicament chez les adultes. Dans un contexte où les psychostimulants sont de plus en plus banalisés, il est possible que la société soit devant une problématique éthique, dont le questionnement pourrait se résumer comme ceci : doit-on recourir ou non au psychostimulant chez les enfants ou devrions-nous leur offrir un environnement de développement adapté à leur réalité ? Prenons une nouvelle fois l’exemple bien documenté du Ritalin, la distribution de ce produit augmente de 250 % chaque année depuis plus de quinze ans49. Dans les faits, un enfant se voit prescrire ce médicament de plus en plus systématiquement : il était prescrit dans 41 % des cas en 1992 et dans 62 % des cas en 1996, et ce, après une entrevue de 5 à 15 minutes effectuée par un médecin dans son bureau, alors que le DSM-IV recommande aux cliniciens d’effectuer les tests dans deux lieux différents50. En 2000, le Collège des médecins et l’Ordre des psychologues ont rappelé les normes dans la prescription de cette médication51, mais la croissance de la consommation de ce psychostimulant s’est poursuivie52, tel que le démontrent les statistiques énoncées précédemment.

Les problématiques spécifiques de la médicalisation du TDAH

28Il existe une certaine difficulté à aborder les questions éthiques soulevées par le recours à la médication pour intervenir auprès des enfants diagnostiqués TDAH. En effet, les milieux familial et scolaire sont souvent en état de crise lorsque le médecin prescrit un psychostimulant. Cela dit, il est important de connaître les limites de l’approche médicale pour choisir avec discernement le mode d’intervention le plus adéquat pour l’enfant et éviter certaines dérives dommageables : 1) bien que le méthylphénidate soit commercialisé depuis 1944, il n’existe pas d’étude longitudinale effectuée chez les enfants pour en mesurer les effets sur le cerveau ; 2) le méthylphénidate agirait, selon le DSM-IV, sur les mêmes récepteurs et les mêmes voies dopaminergiques (striatum – cortex préfrontal) que la cocaïne et les amphétamines ; or, l’utilisation fréquente de cocaïne montre, dans le cerveau de souris, une inversion du processus de maturation de ces voies nerveuses ; 3) la prescription est en croissance continuelle en Amérique du Nord, alors qu’elle est limitée en Europe qui privilégie une intervention psychosociale et éducative ; 4) les effets secondaires du Ritalin toucheraient au moins 10 % des enfants (hypertension, insomnie, maux d’estomac, manque d’appétit, nausées, ralentissement de la croissance et tachycardie), ce qui démontre l’effet systémique du médicament et engendre des douleurs qui peuvent générer des comportements de désorganisation (bouger à cause de la douleur dans son corps) ou de dissociation (se couper de cette douleur) des enfants ; 5) contrairement à la plupart des médicaments, le méthylphénidate compense le déficit neurologique, mais ne le guérit pas, ce qui implique, d’une part, la prise de médication sur de longues périodes pour limiter les difficultés scolaires et, d’autre part, la croyance que la maladie ne se guérit pas ; 6) le DSM-IV suggère de poser le diagnostic avant l’âge de 7 ans, selon une dizaine d’indices comportementaux évalués en deux lieux différents ; or, la prescription de psychostimulants semblait plutôt obtenue après une visite chez un médecin de famille en Amérique du Nord et ce, malgré les recommandations de prudence émises par les ordres professionnels ; 7) il y a un risque élevé de confusion entre les indices comportementaux inférant la maladie (TDAH) et les difficultés comportementales liées à un développement du soi trop limité par rapport aux contextes familial et scolaire des enfants (frustration, pression pour performer, identification, manque d’intérêt, etc.).

  • 53  L’activité nerveuse contribue au développement de nouvelles synapses permettant d’affiner continue (...)
  • 54  S. W. Porges, art. cité.
  • 55  J. Monzée et al., « Approche psychocorporelle pour réduire les comportements d’hyperactivité…», op (...)
  • 56  Observation révélée lors d’une enquête sur les considérations éthiques du recours au dopage, les c (...)

29Il faut comprendre que le cerveau des êtres humains, qui plus est chez l’enfant, est en continuelle réorganisation (création, élimination et maintien des synapses) en fonction de leur vécu au quotidien, tel que l’imagerie cérébrale et les études chez les animaux le démontrent53. De plus, selon les études physiologiques et cliniques réalisées chez des enfants autistes, l’enfant a besoin de se sentir en sécurité pour que le cortex préfrontal puisse se développer adéquatement54. Or, d’une part, ce processus de maturation demande près d’une vingtaine d’années et, d’autre part, il nécessite un soi solide pour permettre à l’enfant et l’adolescent de gérer adéquatement leurs émotions, sinon elles les insécurisent55. De plus, la situation de crise vécue par l’enfant et son entourage familial et scolaire lorsqu’il développe des comportements dérangeants nécessite parfois une intervention rapide tendant vers la médicalisation. On peut craindre, toutefois, que, comme avec le dopage sportif56, il n’y ait une simplification exagérée du rôle et de l’efficacité d’un médicament pour contenir les humeurs des enfants : une banalisation générale de la prise de médicaments où les effets secondaires ne sont pas assez considérés et une simplification exagérée de la physiologie humaine. On peut donc regretter d’autant plus la rareté des données scientifiques quant à l’utilisation à long terme des psychostimulants chez les enfants, puisque le processus de maturation du cerveau requiert une stimulation constante pour consolider les connections entre les neurones, permettre la maturation des processus d’attention et de conduites sociales responsables, liés au développement du soi.

Éthique, morale et mœurs

  • 57  Voir de A. Ehrenberg, Le culte de la performance, Paris, Hachette, « Littératures », 1991 ; L’indi (...)

30Notre société occidentale est au prise avec un mode de fonctionnement qu’Ehrenberg qualifie de culture de la performance57, où l’être humain subit de plus en plus les conséquences négatives du désir de se réaliser à travers un idéal aux paramètres narcissiques : individualisme plutôt qu’individualisation, protection de l’image que nous montrons aux autres plutôt que responsabilisation, réussite sociale basée sur l’action (« faire ») pour posséder (« avoir ») plutôt que sur les qualités intrinsèques de la personne (« être »), évaluation de la valeur individuelle selon des critères extrinsèques (performance) plutôt qu’en fonction de la personne, etc. Cette identification culturelle a induit, selon Ehrenberg, une certaine vulnérabilité psychique chez certaines personnes, car l’individualisme et la possessivité les conduisent à minimiser leur responsabilité individuelle et collective. Et comme, conséquemment, il y a une perte du soutien collectif, l’individu est mû par une logique de performance pour retrouver une reconnaissance de la part d’autrui et compenser son esseulement. Dans ce contexte de performance, les enfants vivent dans un environnement familial et scolaire qui peut bousculer leur développement. Ceux qui sont les plus fragiles peuvent être trop rapidement étiquetés comme ayant un déficit neurophysiologique, surtout si l’équipe éducative et la famille se sentent dépassées par les comportements dérangeants de l’enfant. Cette identification de la source du problème chez l’enfant élimine toute remise en question des modes de fonctionnement émergeant de la culture de performance à laquelle, volontairement ou involontairement, les adultes contraignent les enfants.

  • 58  J. L. Rosenberg, op. cit.
  • 59  M. Kruger, art. cité ; M. Hébert, art. cité ; F. Lajoie, art. cité.

31L’enfant a besoin de se sentir vu et entendu dans ce qu’il vit, pour se sentir reconnu en fonction de lui-même et non de critères extérieurs58. Il doit bien sûr être guidé pour développer du discernement et son soi. Pour ce faire, nombreux sont les adultes qui ont à cœur d’accueillir des enfants dans leur famille ou de choisir une profession qui leur permettra de les accompagner à développer leurs habiletés personnelles. Lorsque le cheminement de l’enfant est plus erratique, on peut suspecter que, en s’adressant aux « symptômes » et non aux « sources » des difficultés, les adultes sont confrontés à leur impuissance devant la souffrance et les difficultés comportementales et scolaires. Prisonniers eux aussi des critères d’évaluation de leurs habiletés selon leur performance comme parents ou professionnels, une certaine intolérance peut surgir face à la réalité des enfants qui résistent à se conformer aux règles fixées par la famille ou la culture59. Étant donné que les professionnels, tant dans le milieu médical que scolaire, tentent de dépister ceux qui auraient une affection neurologique pour réduire le risque de décrochage scolaire, que les connaissances scientifiques sont parfois trop vulgarisées et qu’il existe un manque de ressources psychosociales, il est donc facile d’abréger le processus de diagnostic et de minimiser les besoins réels des enfants.

  • 60  L. Rodriguez del Barrio, E. Corin et M. L. Poirel, « Le point de vue des utilisateurs sur l’emploi (...)

32Les compagnies pharmaceutiques informent pourtant les professionnels, mais il appert que de nombreux adultes minimisent les risques liés à la prise chronique de médicaments. Et comme la succession des restructurations économiques dans le milieu de la santé et des services sociaux, ainsi que dans le milieu scolaire, ne permet pas nécessairement aux intervenants d’agir aussi efficacement qu’ils le pourraient60, le recours à la médication va compenser le manque de soutien social, qu’il soit familial, scolaire ou médical. Dans un tel cadre, la médicalisation des difficultés comportementales des enfants simplifie l’intervention en offrant des résultats rapides, sans remettre en question le milieu d’accueil de ces enfants. Pourtant, il existe d’autres voies que la pédopsychiatrie et la stigmatisation TDAH. Certains enfants ont peut-être besoin d’un soutien médical, mais ils ont avant tout besoin d’apprendre à mieux gérer leurs émotions pour que leur soi se développe harmonieusement. C’est un enjeu éthique majeur, car lorsque certains admettent que de 5 % à 24 % des enfants ont un déficit neurologique, il y a un risque de prendre un raccourci dangereux pour l’avenir de notre société, alors que ces enfants nous indiquent probablement que nos valeurs sont peut-être à remettre en question.

Cette recherche a été financée par la commission de l’éthique, de la science et de la technologie du gouvernement du Québec et par les Instituts de la recherche en santé du Canada.

Haut de page

Notes

1  Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders (DSM-IV-TR), Washington (D. C.), American Psychiatric Association, 2000.

2  Collège des médecins et Ordre des psychologues du Québec, Le trouble déficit de l’attention/hyperactivité et l’usage de stimulants du système nerveux central. Lignes directrices du Collège des médecins du Québec et de l’Ordre des psychologues du Québec, Collège des médecins du Québec, 2001.

3  S. W. Porges, « Social Engagement and Attachment : A Phylogenetic Perspective », Annals of the New York Academy of Sciences, no 1008, 2003, p. 31-47 ; J. Monzée, « Le syndrome d’inattention, l’hyperactivité et le Ritalin », Présence, vol. 8, no 2, 2003, p. 3 ; J. Monzée, S. Dagenais, G. Lépine et A. Duchesne, « Approche psychocorporelle pour réduire les comportements d’hyperactivité chez les enfants ayant un trouble déficitaire de l’attention/hyperactivité », communication au 72e congrès de l’Association canadienne-française pour l’avancement des sciences (ACFAS), Montréal, 2004 ; J. Monzée, « Médicalisation des enfants hyperactifs ou inattentifs : interventions et problématiques psychosociales » (à paraître).

4  J. A. Sergeant, « The Cognitive-Energetic Model : An Empirical Approach to ADHD », Neuroscience & Biobehavioral Reviews, vol. 24, no 1, 2000, p. 7-12 ; J. M. Swanson, J. A. Sergeant, E. Taylor et al., « Attention-Deficit Hyperactivity Disorder and Hyperkinetic Disorder », Lancet, vol. 351, 1998, p. 429-433.

5  À partir de leurs observations en milieux scolaire et clinique, J. P. Gagné et H. Renaud ont proposé un classement des comportements dérangeants en huit catégories, en fonction des limites de leur contexte familial et scolaire et des besoins réels des enfants (Huit moyens efficaces pour réussir mon rôle de parent, Montréal, Quebecor, 2001 ; Être parent. Mode d’emploi, Montréal, Quebecor, 2004).

6  Ibid.; S. W. Porges, art. cité ; J. Monzée et al., « Approche psychocorporelle pour réduire les comportements d’hyperactivité…», op. cit. ; J. Monzée, « Médicalisation des enfants hyperactifs…», op. cit. ; J. L. Rosenberg, Le corps, le soi et l’âme, Montréal, Québec Amérique, 1999.

7  Selon la phylogénétique, ces deux systèmes neurophysiologiques sont les parties les plus archaïques du système nerveux qui, en étroite collaboration avec le système hormonal, régulent les viscères, la respiration, les battements cardiaques, etc. Le système parasympathique régule les fonctions vitales du corps, alors que le système sympathique régule l’activation du corps. Ces systèmes doivent être en équilibre pour assurer la santé physique et émotive de l’individu. Le stress émotif, selon Porges, tend souvent à suractiver l’une des composantes au détriment de l’autre et conduit au déséquilibre et au stress oxydatif du corps.

8  R. A. Barkley, « Behavioral Inhibition, Sustained Attention, and Executive Functions : Constructing an Unifying Theory of ADHD », Psychological Bulletin, vol. 121, 1997, p. 65-94 ; DSM-IV, op. cit. ; D. S. Charney et E. J. Nestler (dir.), Neurobiology of Mental Illness, Oxford, Oxford University Press, 2004.

9  Le cerveau comprend différentes structures qui se sont modifiées au cours de l’évolution phylogénétique. Brièvement, des macrostructures se distinguent selon leur organisation anatomique : le tronc cérébral et le cervelet (apparus avec les reptiles), le système limbique (mammifères) et le néocortex (primates). Ces macrostructures contiennent des structures (noyaux et aires) traitant spécifiquement l’information biochimique (flux nerveux). Les fonctions neurologiques (marcher, écouter, calculer, etc.) émergent de l’interaction entre de nombreuses structures qui sont, en outre, composées de milliers de neurones. Chaque neurone reçoit une stimulation de plusieurs autres au niveau des dendrites et la transmet à d’autres neurones, par l’entremise de l’axone et de ses boutons terminaux. La synapse est l’espace entre deux neurones en interaction. Le flux nerveux parcourant un axone entraîne la libération dans la synapse de neurotransmetteurs stimulant le neurone suivant, et ainsi de suite. L’action des neurotransmetteurs est rapidement stoppée grâce à des molécules, dont les enzymes dégradants. C’est sur ce mécanisme qu’agissent les médicaments psychostimulants (E. R. Kandel, J. H. Schwartz et T. M. Jessel, Principles of Neural Science, New York, McGraw-Hill, 2000).

10  La maturité du cerveau est liée à l’héritage génétique, à l’apparition progressive de myéline (cellules enroulant les axones pour faciliter la transmission nerveuse) et à la création de milliards de synapses. Les synapses assurent les connexions entre les neurones afin que ceux-ci puissent interagir de manière efficace pour faire émerger une fonction neurologique particulière (penser, boire, marcher, etc.). L’efficacité des réseaux de neurones dépendant du nombre de ces connexions et du processus de myélinisation. Voir E. R. Kandel et al., op. cit.; R. Rigal, Motricité humaine. Fondements et applications pédagogiques, t. 2, Développement moteur, Québec, Presses de l’université du Québec, 2003 ; K. Rubia, S. Overmeyer, E. Taylor et al., « Hypofrontality in Attention Deficit Hyperactivity Disorder (ADHD) During Higher Order Motor Control : A Study with fmri », inabis ’98-5th Internet World Congress on Biomedical Sciences at McMaster University, Canada.

11  F. Bange et M. C. Mouren-Siméoni, « Hyperactivité ou Ritaline : le pour et le contre », Médecine thérapeutique/pédiatrie, vol. 3, 2000, p. 168-171 ; A. S. Rowland, D. M. Umbach, K. E. Catoe et al., « Studying the Epidemiology of ADHD », Canadian Journal of Psychiatry, vol. 46, 2001, p. 931-940 ; M. Hébert, « Réflexion sur le vécu subjectif des enfants porteurs du TDAH » (à paraître).

12  J. M. Swanson, J. A. Sergeant, E. Taylor et al., art. cité ; J. A. Sergeant, art. cité.

13  Ibid. ; A. Diricq, « La science de la raison », Ça m’intéresse, no 284, octobre 2004, p. 68-78.

14  F. Bange et M. C. Mouren-Siméoni, art. cité.

15  A. Diricq, art. cité.

16  F. Lajoie, « Hyperactivité ou hyperintolérance », Actualité médicale, vol. 25, no 9, 2004, p. 8-22.

17  M. F. LeHeuzey, « Votre enfant est-il hyperactif ? », Cerveau et psycho, no 6, 2004, p. 72-77 ; A. Lefèvre-Balleydier, « Psychotropes : l’enfant fait de la résistance », La recherche, Hors-série, 16, 2004, p. 37-39.

18  M. Kruger, « Description of Self : An Exploratory Study of Adolescentes with ADHD », Journal of Child and Adolescent Psychiatric Nursing, vol. 14, no 2, 2001, p. 61-72 ; M. Hébert, art. cité ; F. Lajoie, art. cité.

19  R. A. Barkley, art. cité ; DSM-IV, op. cit.

20  S.W. Porges, art. cité ; J. Monzée et al., « Approche psychocorporelle pour réduire les comportements d’hyperactivité…», op. cit. ; J. Monzée, « Médicalisation des enfants hyperactifs…», op. cit. ; J. L.Rosenberg, op. cit. ; F. Veldman, Haptonomie, Paris, PUF, 1989 ; M. Kruger, art. cité.

21  M. Kruger, art. cité ; M. Hébert, art. cité.

22  J. P. Gagné et H. Renaud, Huit moyens efficaces pour réussir mon rôle de parent, op. cit. ; J. P. Gagné et H. Renaud, Être parent, op. cit. ; J. Monzée et al., « Approche psychocorporelle pour réduire les comportements d’hyperactivité… », op. cit. ; J. Monzée, « Médicalisation des enfants hyperactifs… », op. cit. ; J. L.Rosenberg, op. cit. ; F. Veldman, op. cit.

23  J. L.Rosenberg, op. cit. ; B. De Lièvre et L. Staes, La psychomotricité au service de l’enfant, Bruxelles, De Boeck, 1993.

24  B. De Lièvre et L. Staes, op. cit. ; J. Richard et L. Rubio, La thérapie psychomotrice, Paris, Masson, 1995 ; J. Monzée, « Le syndrome d’inattention…», art. cité.

25  Ministère de l’Éducation de la communauté française Wallonie-Bruxelles, www.ministre-enfance.be/enseignement/dossiers/psychomot.html, consulté en novembre 2003.

26  Les résultats de ces études montrent une réduction des comportements d’hyperactivité et d’inattention, ainsi qu’une élévation de l’attention soutenue.

27  N. Chevalier, H. Poissant, H. Bergeron et A. Girard-Lajoie, « The Effect of Visual-Motor Imagery Training on cpt Performance in Children with Attention Deficit Hyperactivity Disorder », Journal of Cognitive Education and Psychology, vol. 3, 2003, p. 120-136.

28  J. Monzée et al., « Approche psychocorporelle pour réduire les comportements d’hyperactivité…», op. cit. ; J. Monzée, « Médicalisation des enfants hyperactifs…», op. cit.

29  Organisation mondiale de la santé (OMS), Operational Guidelines for Ethics Committees That Review Biomedical Research,2000 ; Conseil de la science et de la technologie (CST), « Portrait statistique des neurosciences au Québec », Québec, 2005.

30  K. Rubia, S. Overmeyer, E. Taylor et al., op. cit.

31  J. A. Sergeant, art. cité.

32  A. Lefèvre-Balleydier, art. cité.

33  J. M. Swanson, J. A. Sergeant, E. Taylor et al., art. cité ; J. A. Sergeant, art. cité.

34  G. Corneau, La guérison du cœur. Nos souffrances ont-elles un sens ?, Québec, Éditions de l’homme, 2000.

35  C’est également le cas de la maladie d’Alzheimer où il n’existe aucun diagnostic possible avant une étude post mortem du cerveau où seule la présence de plaques amyloïdes confirme le diagnostic posé du vivant de la personne.

36  E. J. Massaro (dir.), Handbook of Neurotoxicology, t. 2, Totowa (N. J.), Humana Press, 2002.

37  Ces normes sont définies par des agences gouvernementales, tels le ministère de la Santé du Canada ou la Food and Drug Administration (FDA) aux États-Unis. En effet, toute médication agit de manière systémique : bien sûr, elle permet de mimer un mécanisme physiologique qui est déficient chez un patient, sans toutefois être suffisamment spécifique pour empêcher des effets concomitants, souvent indésirables, sur des structures initialement saines des autres systèmes du corps humain.

38  La nouvelle molécule est comparée à un médicament déjà commercialisé (ou un placebo s’il n’existe pas de médicaments) ; les sujets expérimentaux et le personnel médical ne savent pas s’ils utilisent la molécule ou le médicament.

39  Il s’agit de médicaments pour contrer la dysfonction érectile (Viagra, Cialis ou Levitra), pour réduire la douleur arthritique (Vioxx et le Celebrex) ou les effets du TDAH (Adéral). Pour les explications concernant chaque affaire, voir : J. Monzée, « La recherche en neurosciences : définitions et questionnements éthiques », note de recherche, Montréal, École nationale d’administration publique (ENAP), Institut national de la recherche scientifique et Commission de l’éthique de la science et de la technologie, 2006, p. 158 ; J. Monzée, « Dopage sportif : de la responsabilité des chercheurs et des entreprises pharmaceutiques », Éthique publique, vol. 7, no 2, automne 2005, p. 53-70.

40  Un brevet d’invention a une durée de vingt ans. Au-delà, une autre compagnie peut copier l’invention et commercialiser la copie. Or, la Food and Drug Administration (FDA) aux États-Unis prend en moyenne six années après le dépôt du brevet pour accepter la commercialisation d’une nouvelle molécule pharmacologique. La compagnie dispose donc de quatorze ans pour rentabiliser son investissement. Par contre, le ministère canadien de la Santé demande jusqu’à dix ans pour valider une molécule, vérifier sa bienfaisance pour les patients et accepter sa mise en marché. Les compagnies ne bénéficient donc que de dix années pour rentabiliser leurs efforts de recherche et développement. Pour attirer des centres de recherche de diverses compagnies pharmaceutiques, on a créé au Québec la « règle des 15 ans » qui permet de laisser les médicaments sur la liste de remboursement officielle durant les quinze années qui suivent le début de leur commercialisation, ce qui a pour effet de compenser la différence de temps que prennent les États-Unis et le Canada pour accepter la mise en marché d’un nouveau médicament et assurer une rentabilisation durant quinze ans à partir du début de la commercialisation.

41  Voir Société Radio-Canada, « Merck malmené en bourse », http://www.src.ca, consulté en novembre 2004, et Société Radio-Canada, « Santé Canada ordonne le retrait du Celebrex », http://www.src.ca, consulté en décembre 2004, quant aux effets boursiers lors des affaires du Vioxx et du Celebrex.

42  Society for Neuroscience, « Addiction’s Path », Brain Briefing, juillet 1997 ; Society for Neuroscience, « Parental Care and the Brain », Brain Briefing, avril 2000 ; Society for Neuroscience, « Glutamate and Cocaine Addiction », Brain Briefing, juin 2003.

43  Par exemple, le Canada dispose, par l’Association des pharmaciens du Canada (CPA), du Compendium of Pharmaceuticals and Specialities (CPS) (voir http://www.pharmacists.ca/index.cfm, consulté en juin 2005).

44  Plan d’action ministériel en éthique de la recherche et en intégrité scientifique, Québec, ministère de la Santé et des Services sociaux, 1998.

45  A. Lefèvre-Balleydier, art. cité.

46  F. Lalande et B. Roussil, Les essais cliniques chez l’enfant en France, Inspection générale des affaires sociales, octobre 2003.

47  D’autant plus que, dans certains pays, les psychotropes comme les antidépresseurs (à l’exception du Zoloft) sont interdits aux moins de quinze ans (A. Lefèvre-Balleydier, art. cité).

48  En Europe, les enfants ne peuvent pas participer à la phase 1 des essais cliniques ; les enfants et adolescents montrant une tendance suicidaire sont systématiquement exclus des autres phases (ibid.).

49  Ministère de l’Éducation du Québec, Rapport du comité-conseil sur le TDHA et sur l’usage de stimulants du système nerveux central, 2001 ; Collège des médecins et Ordre des psychologues du Québec, op. cit.

50  J. Tremblay, « Hors Ritalin, plein de salut ! », Nouvelles CEQ, mai-juin 1998, p. 8-10 ; DSM-IV, op. cit. ; F. Lajoie, art. cité.

51  Collège des médecins et Ordre des psychologues du Québec, op. cit.

52  Voir les données du ministère de la Santé et des Services sociaux que cite F. Lajoie, art. cité.

53  L’activité nerveuse contribue au développement de nouvelles synapses permettant d’affiner continuellement les tâches sensorimotrices ou cognitives (E. R. Kandel et al., op. cit.).

54  S. W. Porges, art. cité.

55  J. Monzée et al., « Approche psychocorporelle pour réduire les comportements d’hyperactivité…», op. cit. ; J. Monzée, « Médicalisation des enfants hyperactifs…», op. cit. ; J. L. Rosenberg, op. cit.

56  Observation révélée lors d’une enquête sur les considérations éthiques du recours au dopage, les chercheurs et les promoteurs de l’industrie pharmaceutique signalaient deux causes de l’utilisation des médicaments par un athlète (J. Monzée, « Dopage sportif…», art. cité.).

57  Voir de A. Ehrenberg, Le culte de la performance, Paris, Hachette, « Littératures », 1991 ; L’individu incertain, Paris, Hachette, « Littératures », 1995 ; et La fatigue d’être soi, Paris, Odile Jacob, 1998.

58  J. L. Rosenberg, op. cit.

59  M. Kruger, art. cité ; M. Hébert, art. cité ; F. Lajoie, art. cité.

60  L. Rodriguez del Barrio, E. Corin et M. L. Poirel, « Le point de vue des utilisateurs sur l’emploi de la médication en psychiatrie », Revue québécoise de psychologie, vol. 22, no 2, 2001 ; Ministère de l’Éducation, op. cit. ; Collège des médecins et Ordre des psychologues du Québec, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joël Monzée , « La médicalisation des humeurs des enfants », Éthique publique [En ligne], vol. 8, n° 2 | 2006, mis en ligne le 13 octobre 2015, consulté le 25 mars 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/1839 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.1839

Haut de page

Auteur

Joël Monzée

Joël Monzée est chercheur postdoctoral à l’Institut national de la recherche scientifique et à l’École nationale d’administration publique à Montréal, ainsi que professeur associé au département de kinanthropologie de l’université du Québec à Montréal.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org