Navigation – Plan du site
Prescription et usages sociaux

Doit-on blâmer ou encourager les conduites dopantes ?

Patrick Laure

Résumés

Les conduites dopantes, ou la consommation de substances aux fins de performance, semblent répandues dans la population et parmi les sportifs. En améliorant des éléments qui favorisent la performance (mémoire, masse musculaire) ou en diminuant ceux qui la gênent (anxiété, fatigue), elles permettent au sujet d’affronter différents obstacles, réels ou ressentis, rencontrés dans son parcours de vie : examen scolaire, entretien d’embauche, prise de parole en public, compétition sportive, etc. La notion de conduite dopante pose plusieurs questions, en particulier celle de l’égalité des chances, celle du sens donné au primat de la performance, ou encore celle de l’échec. Se dirige-t-on vers une société productive et performante mais dont les membres, de plus en plus dépendants de ces substances chimiques, auront aliéné leur liberté ?

Haut de page

Texte intégral

1Aborder la notion de conduite dopante revient à explorer l’une des multiples facettes du détournement des médicaments, processus au cours duquel ces derniers sont utilisés à d’autres fins que celles prévues lors de leur mise à disposition du public. Dans ce champ s’inscrivent les consommations de médicaments à des fins addictives, de suicide ou d’euthanasie. On y trouve aussi les prescriptions des professionnels de la santé lorsqu’elles s’opèrent en dehors de l’autorisation de mise sur le marché et les utilisations criminelles (vol, viol, homicide volontaire avec ou sans préméditation, syndrome de Münchausen par procuration, etc.). Y figurent enfin les conduites dopantes, ou consommations de substances à des fins de performance.

2Comme, par définition, toutes ces consommations relèvent d’un détournement d’usage, c’est-à-dire – en simplifiant – de la transgression d’une norme ou d’un jeu de valeurs, les conduites dopantes pourraient être regardées comme contraires à l’éthique. C’est d’ailleurs le cas dans le champ sportif, où le dopage est considéré à la fois comme une source de dommages pour la santé et, surtout, comme une atteinte à l’égalité des chances entre concurrents. Et donc interdit. Toutefois, si l’éthique est envisagée comme la connaissance et la recherche de la vie meilleure et que, comme Spinoza, on entend par « bon » ce qui permet d’atteindre ce but, alors cette posture mérite d’être nuancée. En effet, le philosophe précise, dans l’Éthique : « par bon, j’entendrai ce que nous savons avec certitude être un moyen de nous rapprocher du modèle de la nature humaine que nous nous proposons ». Ainsi, tout comportement centré sur le désir d’épanouissement personnel s’inscrirait dans une démarche éthique. Par exemple, celui de la personne qui se propose de parvenir à son modèle en adoptant une conduite dopante. Et se « doper » serait donc « bon ».

3L’objectif de cet article est de contribuer à réinterroger ces conduites et le regard qu’on leur porte, à la quête de repères éthiques, en observant que le dopage n’a pas été imaginé par les sportifs, même si on ne l’évoque que dans cette communauté.

Un temps en arrière

4Dès les années 1930, le dopage est défini comme l’usage par un athlète de certains produits destinés à améliorer sa performance. Il faut toutefois attendre novembre 1963 pour que la première liste de substances interdites aux sportifs soit édictée, à l’initiative du Conseil de l’Europe.

  • 1  A. Le Roy de Méricourt, « Le maté », dans A. Dechambre, Dictionnaire des sciences médicales, vol.  (...)

5Avant cette période, il est intéressant d’observer que seul le monde des courses hippiques se préoccupe de dopage. En effet, il convenait alors d’éviter que les chevaux puissent vaincre grâce aux artifices chimiques car cela risquait, entre autres désagréments, de fausser les prix du marché équin. En revanche, chez les travailleurs et dans la population, le recours à des substances à des fins de performance était sinon encouragé, du moins courant. Ainsi lit-on, dans l’imposant Dictionnaire des sciences médicales paru en 1872 : « Il serait avantageux, sous bien des rapports, de procurer les bénéfices de cette boisson [ yerba mate ] aux hommes qui ont de grandes fatigues à supporter, tels que les marins ; et surtout à ceux qui sont exposés à une haute température, tels que les mécaniciens et les chauffeurs des bâtiments à vapeur1 ».

6Dans le courant du dix-neuvième siècle, à la naissance du sport moderne caractérisé par l’institutionnalisation des pratiques et leur réglementation, c’est tout naturellement que cet usage ordinaire de produits se transpose chez les athlètes. Avec un certain assentiment des professionnels de la santé, qui débattent dans les revues médicales de référence de l’époque (Medizinische Welt, Arbeitsphysiologie, Semana Médica, etc.) de l’efficacité stimulante comparée de l’arsenic, la morphine, la strychnine et le camphre. Or, la demande de performance sportive s’accroît rapidement. Les défis que se lancent les pratiquants ou leurs clubs, l’introduction du chronomètre et autres systèmes de mesure dans les stades, la volonté de repousser les limites, y sont pour beaucoup. Ainsi, dans le domaine du cyclisme, si la première course au monde, organisée en 1868 à Saint-Cloud (France), ne compte que 2 km, dès l’année suivante, le Paris-Rouen, première épreuve d’endurance, passe à 139 km. En 1903, la création du Tour de France porte la distance à 2 428 km.

  • 2  M. Ramsey, Professional and Popular Medicine in France 1770-1830, Cambridge, Cambridge University (...)

7Et les consommations de substances de s’adapter expérimentalement à ces nouvelles conditions de pratique. Sportifs et entraîneurs tentent de déterminer, à tâtons, le meilleur produit, la dose la plus adéquate, les mélanges les plus efficaces et commencent à s’échanger les recettes. Cette quête doit être replacée dans le contexte de son temps, où la population se montre friande de nombreux produits « innovants », couverts de toutes les vertus thérapeutiques par leurs auteurs, souvent à la fois inventeurs et fabricants, en dépit du monopole obtenu par les pharmaciens. Ainsi en est-il des pilules Morison, supposées éliminer les impuretés du sang « responsable de toutes les maladies », de la poudre fébrifuge du Dr James et autre élixir de Reis. En somme, on vend au public de l’espoir bien plus que des médicaments efficaces2.

8À partir de la fin des années 1920, quelques médecins s’interrogent à propos de ces différentes consommations de substances aux fins de performance. La majorité de ces praticiens ne remettent pas en cause le bien-fondé de ces usages, c’est-à-dire les comportements, mais se questionnent sur la nature des produits utilisés car certains d’entre eux se révèlent dangereux pour la santé. Et ce sont essentiellement les sportifs qui font l’objet de cette sollicitude. Les travailleurs, même lorsqu’ils recourent à des substances comparables, semblent moins en constituer la cible. Il est vrai qu’en cette période d’après-guerre le sport et les exploits physiques des athlètes contribuent plus que le travail à faire oublier, un temps, les soucis de la vie quotidienne.

9Ainsi, plusieurs substances sont quasi unanimement déconseillées au nom de leur dommage potentiel pour la santé, comme la cocaïne, la digitaline, la strychnine, la morphine ou la noix de kola. D’autres continuent de défrayer la chronique, comme l’arsenic, le chlorure d’ammonium, l’alcool et autre ephedra.

  • 3  O. Boje, « Doping », Bulletin de l’organisation d’hygiène de la Société des nations, vol. 8, 1939, (...)
  • 4  Bulletin officiel du CIO, vol. 37, 1938, p. 39.

10D’autres médecins, quant à eux, s’intéressent non pas tant aux produits qu’au comportement des sportifs. Ils se demandent si les valeurs de volonté, d’endurance et de courage susceptibles d’être véhiculées par les disciplines les plus populaires s’accommodent bien du recours aux artifices que sont les substances dopantes. Dans un rapport de la Société des nations, publié en 1939, un praticien s’interroge : « Est-il, en réalité, conforme au véritable esprit du sport d’employer des stimulants spéciaux3 ? » Il pourrait paraître étonnant que des professionnels de la santé se préoccupent ainsi d’esprit sportif. Sans doute cet intérêt traduit-il le fait que les comportements constituent l’un des déterminants de la santé individuelle et collective, même si, dans cette première moitié du vingtième siècle, cette notion de santé publique n’est pas encore très développée. Mais ce qui surprend encore plus, c’est que les habituels entrepreneurs de morale sportive, responsables fédéraux et autres dirigeants, sont pour ainsi dire muets sur la question. Seules quelques grandes organisations l’évoquent sporadiquement comme le Comité international olympique au cours de sa trente-huitième session (1938) : « L’usage des drogues ou des stimulants artificiels de toutes sortes est des plus condamnables, et toute personne qui reçoit ou offre du doping, sous quelque forme que ce soit, ne devrait pas être admise aux meetings d’amateurs ou aux Jeux Olympiques4

11Tout compte fait, on peut dire que cette période de l’entre-deux-guerres voit la naissance des deux socles fondamentaux dans lesquels s’ancrera la lutte contre le dopage des sportifs : la santé et l’éthique.

Dopage ou conduites dopantes ?

12Le dopage ne fera l’objet d’une définition consensuelle, c’est-à-dire commune, acceptée et employée à la fois par le mouvement olympique, les fédérations sportives internationales et les gouvernements, voire par les instances chargées de sa prévention, qu’au début des années 2000. Ainsi, l’adoption du Code mondial antidopage en 2003 fournit une définition à peu près universelle.

13Toutefois, quelles que soient les définitions du dopage, elles présentent toutes deux points communs : s’appliquer aux seuls sportifs et se fonder sur une liste de substances et de méthodes prohibées. Le cœur du débat est donc représenté par le produit, dont la seule nature est qualifiante. Par ailleurs, le dopage est l’objet d’un jugement de valeur défavorable dans la communauté sportive, qui le regarde volontiers comme un « fléau », le « nouveau mal du siècle » ou le « cancer du sport ». Une posture qui ne favorise pas nécessairement son analyse avec toute la sérénité et la prise de distance voulues.

14Pour élargir ce thème au reste de la société et porter l’attention sur la personne et non sur le produit, j’ai proposé, en 1997, le concept de conduite dopante, brièvement défini comme la consommation de produit aux fins de performance. Le dopage en constitue un sous-ensemble, limité à une partie de la population (les sportifs), une partie des produits disponibles (ceux qui sont inscrits sur la liste), et qui fait l’objet d’une régulation particulière (répression et prévention). Une conduite dopante est donc un comportement de consommation de substance pour affronter un obstacle réel ou ressenti par la personne ou par son entourage aux fins de performance. Cette définition comporte quatre aspects. La consommation se décline d’abord en usage, abus ou dépendance, trois catégories familières aux spécialistes des conduites addictives. Ensuite, la nature de la substance importe peu, bien qu’il s’agisse surtout de médicaments, de stupéfiants ou de compléments alimentaires. Dans le cadre sportif, le produit peut donc être interdit ou pas. L’obstacle, quant à lui, est une difficulté placée sur le parcours de la personne (examen scolaire, entretien d’embauche, compétition sportive). Il peut être réel (un concours d’admission très sélectif) ou perçu (la prise de parole en public). Dans ce dernier cas, la perception est le fait de la personne ou de son entourage (parents, collègues de travail, entraîneurs, coéquipiers, professionnels de la santé). Enfin, la performance est la réalisation d’une fonction en situation ordinaire, dans le contexte de la vie courante, c’est-à-dire dans l’environnement physique et social habituel du sujet. Elle ne se réduit pas à un exploit sportif. La substance agit soit en augmentant un élément favorisant la performance (mémoire, masse musculaire), soit en diminuant un élément négatif (anxiété, fatigue).

15La notion de conduite dopante permet, en raison du mode d’approche spécifique de cette consommation (la quête de la performance), d’en construire une lecture transversale et originale qui la distingue des autres conduites de consommation de substances, mais dont elle va s’inspirer, notamment en termes de méthodes (recherche, prévention). Depuis 2000, ce concept est utilisé en France dans des rapports et des documents d’information et de prévention du ministère des Sports, du secrétariat d’État à la Santé, de la Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie, du Conseil de prévention et de lutte contre le dopage, etc. Il a fait l’objet de communications dans différents pays, dont le Canada, le Danemark, l’Allemagne et l’Espagne.

Des conduites répandues et dangereuses ?

16Dans le champ de la santé publique, l’un des critères utilisés pour considérer un problème de santé affectant la population comme une priorité est son importance, c’est-à-dire sa fréquence et les dommages qu’il provoque. Bien qu’il ne soit pas question ici de déterminer dans quelle mesure les conduites dopantes pourraient être une priorité de santé publique, examinons ce comportement à la lueur du critère ci-dessus.

17Première question : les conduites dopantes sont-elles répandues ? Dans le domaine du dopage des sportifs, il existe un grand nombre d’études de nature épidémiologique qui permettent de décrire la prévalence de ces consommations, au moins chez les amateurs. Il n’en est pas de même dans celui des conduites dopantes pour différentes raisons. Parmi les principales, l’usage de substances aux fins de performance n’est pas réglementé dans le monde civil – exception faite de la consommation des stupéfiants – et il passe pour être un facteur de productivité. Il n’est donc pas jugé problématique et le besoin de l’étudier dans la population ne s’est guère imposé aux chercheurs. De plus, c’est un sujet difficile à explorer parce qu’il repose sur la notion de performance et de comportement, deux entités dont la perception varie selon les personnes. Ainsi, lorsqu’on parle de « dopage » à un sportif, celui-ci sait de quoi il retourne, même s’il n’a de la liste des produits interdits qu’une connaissance vague ou partielle. En revanche, les « conduites dopantes » n’évoquent en général pas grand-chose ou trop de choses au contraire, tant sont multiples et diverses les situations d’usage de produits et leurs représentations, tout comme d’ailleurs les produits eux-mêmes. Dès lors, les chercheurs sont contraints de restreindre leur champ d’investigation en scrutant des symptômes révélateurs d’un tel comportement, comme la fatigue ou l’anxiété, puis de dénombrer les substances consommées pour y faire face et d’observer le type d’environnement dans lequel elles sont utilisées (travail, vie familiale, université, etc.), mais aussi l’enjeu de l’obstacle à affronter, la présence ou non d’un soutien social, etc.

  • 5  G. M. Bohigian, J. L. Croughan et K. Sanders, « Substance Abuse and Dependence in Physicians : An (...)
  • 6  P. Laure et C. Binsinger, « Consommation de produits “aux fins de performance” par les médecins gé (...)
  • 7  P. H. Hughes, S. E. Conard, D. C. Baldwin et al., « Resident Physician Substance Use in the United (...)
  • 8  P. Laure, « Consommation de produits aux fins de performance par les étudiants en médecine de Nanc (...)

18On peut donner une idée des résultats auxquels mène ce genre de recherche en illustrant rapidement la prégnance des conduites dopantes dans la profession qui a été la plus étudiée jusqu’à présent : celle des médecins. D’une façon générale, la prévalence de l’abus ou de la dépendance à des substances comme l’alcool, le cannabis, la cocaïne et autres serait de 10 % à 15 % plus élevée chez les médecins que dans la population5. En France, 19 % des médecins généralistes disent avoir pris des produits pour lutter contre le stress professionnel et 24 % des substances contre la fatigue au cours des douze derniers mois. Et 44 % en ont pris pour « tenir le coup » au cours de leurs études, surtout ceux qui prennent actuellement des produits contre le stress6. Ce recours personnel au produit pourrait donc prendre son origine au cours des études7. Ainsi, nous avons montré qu’en première année des études médicales à Nancy, 58 % des étudiants déclarent avoir consommé des produits aux fins de performance (72 % au moment des examens et 28 % tout au long de l’année universitaire), les principales substances utilisées étant les vitamines, les anti-asthéniques et psychostimulants, les bêtabloquants, le cannabis – substance illicite – et les benzodiazépines8.

  • 9  D. C. Baldwin, P. H. Hughes, S. E. Conard et al., « Substance Use Among Senior Medical Students », (...)

19Une autre recherche, portant sur 2 046 étudiants en médecine en fin de formation, a trouvé 10 % d’usagers de cannabis au cours des trente jours précédant l’enquête, 3 % d’usagers de cocaïne, 2 % d’usagers de benzodiazépines, 1 % d’usagers d’opiacés (autre que l’héroïne) et 1,6 % de consommateurs dépendants9.

  • 10  A. Hill, L’alcoolisme et la toxicomanie au sein de la profession juridique, Toronto, Programme d’a (...)

20Deux facteurs principaux ont été avancés pour expliquer ces consommations par les médecins : leurs conditions d’exercice professionnel, surtout lorsqu’elles sont épuisantes ou stressantes (isolement, garde), et l’accessibilité aisée des médicaments, notamment les psychotropes. Plus généralement, mais cette hypothèse est à confirmer et à expliquer, l’exercice de professions d’assistance à autrui (comme la médecine, le droit ou le travail social) aurait tendance à attirer un plus grand nombre de personnes susceptibles de développer des pharmacodépendances10.

  • 11  M. Lapeyre-Mestre, P. Sulem, M. Niezborala et al., « Prendre des produits en milieu de travail : é (...)

21Des études plus récentes s’intéressent aux conduites dopantes dans d’autres métiers, comme celle qui montre que 20 % des travailleurs d’une métropole du sud de la France recourent à des substances pour se sentir « en forme » sur leur lieu de travail11.

22Seconde question : les conduites dopantes sont-elles dangereuses ? Concernant la santé, les études scientifiques sont relativement muettes quant à la morbidité, voire la mortalité, provoquées par des produits aux fins de performance. Seuls quelques travaux suggèrent l’existence d’effets indésirables majeurs, mais essentiellement chez des sportifs. Cela ne signifie pas que ces consommations soient inoffensives pour la santé : simplement, il n’en existe pas de dénombrement à grande échelle. Du point de vue de la société et de son fonctionnement, les conduites dopantes sont-elles problématiques ? Il est difficile de répondre à cette question de façon simple et rapide tant la mosaïque fluide sociétale comporte de facettes variées. Pour illustrer cela, je proposerai quelques éléments de réponse dans la section suivante à partir de la notion, si courante, d’égalité des chances.

Les conduites dopantes : un gage d’égalité12 ?

  • 12  Cette question a déjà été abordée dans Éthique du dopage (Paris, Ellipses, « La bioéthique en ques (...)

23À juste titre ou non, le mouvement sportif considère volontiers le dopage comme un facteur d’inégalité des chances. La société civile, quant à elle, ne semble guère s’être ni interrogée ni émue des liens potentiels entre la notion d’inégalité et celle de consommations de produits à des fins de performance. Or, on pourrait faire l’hypothèse que les conduites dopantes sont, justement, un facteur qui contribue à gommer l’inégalité physique ou intellectuelle entre les personnes.

24Supposons deux employés, Pierre et Paul, confrontés à une tâche à accomplir. Qualifions arbitrairement Pierre de « doué » dans le domaine concerné et Paul de « peu doué » (sans que cette étiquette lui enlève de valeur par ailleurs). Grâce à ses capacités naturelles, Pierre exécute aisément la tâche, tandis que Paul, pour y parvenir, doit faire des efforts. Imaginons maintenant une seconde tâche, de même nature, mais d’une difficulté supérieure à la première. Pierre peut la réaliser, mais il doit se montrer performant. Quant à Paul, quels que soient ses efforts, il n’y arrive pas. En revanche, s’il augmente artificiellement son niveau de performance par une conduite dopante, en présumant celle-ci efficace, il y parvient lui aussi.

25Dans cet exemple, certes simpliste, les conduites dopantes ont contribué à diminuer l’inégalité des chances de succès dans l’accomplissement d’une tâche donnée entre Pierre et Paul. Aussi ce comportement paraît-il favorable à la personne comme à la société, puisque non seulement il est susceptible d’accroître la performance et donc la productivité, ce qui est notamment recherché dans une dynamique de mondialisation, mais en plus il offre des chances d’égal accès à la réussite.

26Quant à l’appréciation portée sur cet usage, elle dépend de l’aspect que l’on souhaite valoriser : quantitatif (le résultat) ou qualitatif (la façon d’y parvenir). Ainsi, en sport, est-il juste d’acclamer et de congratuler autant un athlète « naturellement brillant et doué », qui ne s’est donné aucun mal pour réaliser le temps de qualification au cent mètres, par exemple, qu’un autre qui, pour arriver au même résultat, a peiné et travaillé d’arrache-pied pendant des mois, en faisant de nombreux sacrifices ? La réponse est affirmative si on ne considère que le résultat final, somme toute identique pour les deux athlètes. Une attitude conforme à l’échelle des valeurs sportives, d’une objectivité rassurante, mais aussi inquiétante, car on ne juge l’individu que sur ses seuls résultats, et non sur ses possibilités. En revanche, la réponse est négative si on prend en compte la différence d’efforts fournis pour l’atteindre. Mais dans ce cas, peut-on affirmer que la prise d’un produit dans le seul but d’atténuer quelque peu l’inégalité entre les deux athlètes (pour permettre au second de voir plus souvent ses enfants, sa famille, etc.), dont aucun n’est initialement responsable lorsqu’elle est génétique par exemple, serait « contraire à l’éthique » ?

27À cela s’ajoutent encore quelques bémols dont on doit tenir compte dans le jugement d’une telle conduite. Le premier réside dans le fait que les substances ne rendent pas nécessairement plus performant. Les produits n’agissent, au mieux, que sur la condition physique ou intellectuelle, jamais sur la connaissance théorique de la tâche à accomplir et très peu sur la motivation à la réaliser, les trois composantes essentielles de la performance selon Per Olof Astrand, un physiologiste de renom.

28Le deuxième a trait à l’ampleur de la consommation : est-il réellement légitime d’assujettir à une prise de produits fréquente, voire quotidienne, l’accomplissement de tâches courantes (ménagères, scolaires ou professionnelles) ? Surtout si le produit entraîne des effets indésirables, en particulier pour la santé ?

  • 13  T. Parsons, The Social System, Londres, Routledge & Kegan Paul, 1951.

29Le troisième est plus sournois : la consommation d’un produit aux fins de performance ne confère-t-elle pas l’illusion, et ne l’entretient-elle pas pour peu que cet usage se prolonge, que la réussite est, finalement, à portée de tous, puisque les inégalités sont vaincues ? Ce qui, on le sait, ne correspond pas à la réalité, et d’autant moins que, selon Talcott Parsons dans The Social System, l’inégalité serait un principe nécessaire au maintien de toute structure sociale13. Cela dit, si une personne souhaite vivre dans le confort de cette utopie, et si cela n’entraîne aucun impact négatif sur son entourage, il est a priori malaisé de justifier une quelconque intervention pour l’en dissuader. Reste à savoir si la société dans laquelle nous évoluons n’envisagerait pas de recourir à cette illusion chimiquement entretenue pour en faire un instrument de contrôle social. Un second retour au Meilleur des mondes d’Aldous Huxley, en quelque sorte.

30Un dernier bémol mérite d’être mentionné. Depuis une décennie environ, la quête de la performance, de la productivité et du rendement se traduit de plus en plus souvent par une exigence du « tout, tout de suite », qui pourrait refléter une forme de régression de la société à un stade de développement infantile. Les conduites dopantes s’inscrivent en partie dans cette course effrénée à l’immédiateté du résultat. Des crèmes antirides ou anticellulite qui ne vanteraient pas une « modification visible dès le huitième jour » n’auraient probablement aucune chance de succès commercial. L’enthousiasme quasi mythique déclenché par des produits comme la mélatonine ou la DHEA (déhydroépiandrostérone), ou des médicaments détournés de leurs indications thérapeutiques comme le sildénafil (Viagra) ou la fluoxétine (Prozac), est partiellement lié à leurs capacités présumées de transformer immédiatement la vie des usagers. En d’autres termes : stopper le vieillissement sans attendre, rendre sexuellement éblouissant dès le premier petit comprimé en forme de losange, ou encore accéder au bonheur vite et sans autre effort que tendre le bras vers son armoire à pharmacie et ingérer quotidiennement sa gélule verte et blanche.

Un outil d’intégration et de connaissance de soi ?

31L’intégration est l’un des sujets majeurs de préoccupation dans les sociétés occidentales. Pour Durkheim, une personne est intégrée dans la mesure où elle partage les valeurs, les croyances et les pratiques d’un groupe social, elle interagit avec les autres membres de ce groupe et elle poursuit, avec eux, des buts communs.

  • 14  O. Gollnhofer et R. Sillans, « Usages rituels de l’Iboga au Gabon », Psychotropes, vol. 2, no 3, 1 (...)

32Dans ce sens, les conduites dopantes constituent parfois des instruments d’intégration. Par exemple lorsqu’elles prennent la forme d’une conduite ordalique, comme la consommation de racine d’iboga, au Gabon. À faible dose, celle-ci sert à lutter contre la fatigue et la faim. À forte dose, les sectateurs du fétiche Bwiti, de la tribu des Mitsogho, l’utilisent chez les adolescents des deux sexes au cours d’une initiation. Si l’adolescent ne tolère pas la dose ingérée – elle peut entraîner transes et crises convulsives –, c’est qu’il n’est pas digne de pénétrer le Bwiti, ce qui est vécu comme une humiliation majeure, surtout par les garçons14.

  • 15  A. Wolna-Peresson, « Prévention et milieu du travail », Interventions, no 42, 1993, p. 41-45.
  • 16  A. Ehrenberg, Le culte de la performance, Paris, Calmann-Lévy, 1991, p. 259.

33Sous nos latitudes, certains rites de passage sont eux aussi liés à des conduites dopantes. C’est le cas avec les psychotropes dans le monde de l’entreprise, au point que d’aucuns parlent même de « culture d’entreprise15 ». Les produits de la performance assurent ici une double fonction : affronter des conditions de travail parfois éprouvantes, et s’approprier les « usages stimulants » des autres travailleurs pour s’intégrer au milieu. Dans Le culte de la performance, Alain Ehrenberg le souligne : « Les dopants de la société concurrentielle sont des drogues d’intégration sociale et relationnelle [ … ]. Les médicaments psychotropes expriment la recherche forcenée de tenir le coup quand le rapport à autrui, y compris les formes de la solidarité, est de plus en plus envisagé sous l’angle de la concurrence : ils permettent de se stimuler ou de se calmer pour être compétitif et de se rendre indépendant des contraintes sociales tout en restant socialisé16.» On pourrait décrire des fonctions identiques au dopage des sportifs. Notamment chez certains jeunes athlètes, qui recourent aux corticostéroïdes consommés par les plus âgés, dans l’attente, peut-être un jour, de pouvoir prendre des stéroïdes anabolisants ou de l’érythropoïétine.

  • 17  D. Cuche, « Alcoolisation, esprit de corps et acculturation de classe dans une grande école d’ingé (...)

34Il est intéressant de noter que la quête de l’intégration par une substance n’est pas l’apanage des conduites dopantes. On l’observe aussi dans certaines conduites addictives, avec des produits comme le tabac (nicotine), l’alcool, le cannabis et la cocaïne. Par exemple, il fut un temps où l’appellation « gadzart », qui qualifie les élèves-ingénieurs de la prestigieuse École des arts et métiers (Paris), était refusée à ceux qui n’adhéraient pas aux « traditions », c’est-à-dire, entre autres, aux libations collectives17.

35Enfin, la prise de substances aux fins de performance permet aussi, dans certaines conditions, d’évaluer et d’apprécier ses propres limites physiques, voire intellectuelles. En effet, grâce au produit, et tout en jonglant plus ou moins adroitement entre les risques pour la santé et l’exploration de ses capacités au dépassement de soi, l’usager accomplit des actes qu’il n’aurait pas réalisés sans son aide. Comme de faire un premier, et parfois dernier, saut à l’élastique après avoir (discrètement) consommé un tranquillisant mineur ou (moins discrètement) un verre d’alcool. Ou encore foncer à pleine vitesse, quel que soit le véhicule (vélo, moto et autres patins à roues alignées), après s’être « donné du courage » avec un joint.

36La communauté sportive valorise largement le courage et la prise de risques, et la médiatisation des exploits des athlètes de haut niveau ou, surtout, ceux des sportifs de l’extrême y contribue. La société civile n’y est pas indifférente et tente de s’en approprier les avantages (développement de solidarités, etc.) en les transférant, par exemple, aux cadres et dirigeants d’entreprise, au cours d’épreuves épurées (de même nature, mais strictement encadrées) et de « rituels retrouvés » comme la marche sur le feu ou les stages « de survie ». Enfin, la consommation de produits sert également à faire l’apprentissage de la perception du danger, en particulier chez les adolescents. Cela dit, de nombreuses personnes ne jugent pas utile de prendre un produit pour passer à l’acte et certains mettent d’ailleurs un point d’honneur à n’éprouver que des sensations « pures », dont ils veulent rester totalement maîtres.

37L’instrumentalisation des conduites dopantes comme des outils d’initiation et d’intégration suggère que la finalité de ces comportements ne se résume pas toujours à la recherche de performance.

Au final : un évitement de l’échec ?

38Et si, au fond, l’objectif ultime des conduites dopantes, à travers la recherche de la performance, était l’évitement de l’échec. L’échec est le résultat d’un processus qui soit visait à atteindre un but mais en vain, soit est parvenu à l’objectif tout en générant d’importants effets inattendus jugés problématiques. Pour une personne, qualifier une situation d’« échec », nécessite donc de connaître son but initial, ce à quoi elle espère arriver ou, au minimum, ce à quoi elle pense parvenir en réalité.

39De nos jours, différents déterminants, dont le primat de l’économie, imposent une quête permanente de la performance pour s’inscrire dans une démarche d’expansion, de gain en parts de marché, d’augmentation du pouvoir et autre reconnaissance sociale. Si cet objectif ne peut pas ou ne peut plus être atteint, alors la démarche devient celle de préservation des acquis, de maintien de son rang ou de son capital, de conservation de son entreprise, de sauvegarde de ses intérêts, voire, parfois, de survie sociale.

40Dans cette logique, on observe depuis deux décennies la multiplication d’outils présumés améliorer significativement la performance de n’importe quel système de production, de formation ou de création. Ce sont les innombrables stages de « perfectionnement » ou les ouvrages au titre prometteur de réussite. Grâce à eux, l’impétrant est supposé apprendre à gérer son énergie, à prendre des décisions rapides et pertinentes, etc. Ce sont aussi tous les moyens d’assistance symptomatique, comme les techniques de visualisation ou de relaxation. Et aussi les conduites dopantes.

  • 18  J. W. Atkinson, An Introduction to Motivation, Princeton (N. J.), Van Nostrand, 1964.

41Selon l’ancien modèle d’Atkinson, la tendance à s’engager dans une action serait fonction de la tendance à atteindre le succès moins la tendance à éviter l’échec18. Une personne pour qui la valeur de la réussite est conséquente et qui est dotée d’une estime de soi élevée, envisagerait l’action plutôt sous l’angle du succès. En effet, persuadée d’avoir suffisamment d’atouts, elle est intéressée, notamment, par le fait de se valoriser grâce à sa réussite, puisque le succès est dû à son habileté. À l’inverse, quelqu’un qui doute, dont l’estime de soi est faible, qui ignore s’il possède des qualités positives ou négatives, considérerait l’action plutôt comme un échec à éviter, car la quête du succès lui semble peu concevable.

42Or, différentes études, dont les conclusions demandent confirmation, suggèrent fortement l’existence d’un lien entre, par exemple, une faible estime de soi, une anxiété élevée, une insatisfaction de ses résultats, et la prise de substances à des fins de performances, au moins chez les adolescents. Aussi, la tentation est-elle grande de formuler l’hypothèse selon laquelle les conduites dopantes ont pour but l’évitement de l’échec.

43Si celle-ci se consolide, alors elle soulèvera plusieurs questions. La première concernera la légitimité des interventions dites de « prévention des conduites dopantes », dont l’objectif est, finalement, d’empêcher des personnes d’adopter un comportement qui leur permet d’affronter ce qu’elles perçoivent comme un obstacle et donc de leur éviter un échec (ou d’en limiter les effets négatifs). Surtout dans une société concurrentielle qui met de plus en plus ses membres en situation d’échec personnel.

44La deuxième sera celle de l’échec et de son éventuelle gestion, au sens général de ce terme, à laquelle la société, « civile » et « sportive », ne prépare pas, et qu’elle se contente, la plupart du temps, de sanctionner (redoublement d’une classe, perte d’emploi, etc.). Comme si la norme sociale était la réussite et elle seule et que toute transgression de cette norme devait être punie.

45Enfin, peut-être devra-t-on réinterroger le sens donné au primat de la performance et, en corollaire, à l’extrême valorisation du résultat par rapport au processus qui y mène (notamment l’effort fourni). Tout compte fait, la meilleure prévention des conduites dopantes serait peut-être la suppression de la performance à tout prix… Si les conduites dopantes sont parfaitement légitimes dans de nombreuses situations, elles deviennent indéfendables lorsqu’elles engendrent le risque de transformer les personnes en objets, uniformes maillons d’une chaîne forgée au seul bénéfice de la productivité et de la performance, et au prix d’une perte de leur liberté et de leur autodétermination.

Haut de page

Notes

1  A. Le Roy de Méricourt, « Le maté », dans A. Dechambre, Dictionnaire des sciences médicales, vol. 5, Paris, Asselin-Masson, 1872, p. 191-195. Le maté est une plante à forte teneur en caféine, consommée traditionnellement en Amérique du Sud pour ses vertus stimulantes et coupe-faim.

2  M. Ramsey, Professional and Popular Medicine in France 1770-1830, Cambridge, Cambridge University Press, 1988.

3  O. Boje, « Doping », Bulletin de l’organisation d’hygiène de la Société des nations, vol. 8, 1939, p. 472-505.

4  Bulletin officiel du CIO, vol. 37, 1938, p. 39.

5  G. M. Bohigian, J. L. Croughan et K. Sanders, « Substance Abuse and Dependence in Physicians : An Overview of the Effects of Alcohol and Drug Abuse », Missouri Medicine, vol. 91, 1994, p. 233-239.

6  P. Laure et C. Binsinger, « Consommation de produits “aux fins de performance” par les médecins généralistes », Thérapie, vol. 58, 2003, p. 445-450.

7  P. H. Hughes, S. E. Conard, D. C. Baldwin et al., « Resident Physician Substance Use in the United States », Journal of the American Medical Association, vol. 16, 1991, p. 2069-2073.

8  P. Laure, « Consommation de produits aux fins de performance par les étudiants en médecine de Nancy », Thérapie, vol. 55, 2000, p. 383-389.

9  D. C. Baldwin, P. H. Hughes, S. E. Conard et al., « Substance Use Among Senior Medical Students », Journal of the American Medical Association, vol. 16, 1991, p. 2074-2078.

10  A. Hill, L’alcoolisme et la toxicomanie au sein de la profession juridique, Toronto, Programme d’aide aux juristes (PAJ), 1998.

11  M. Lapeyre-Mestre, P. Sulem, M. Niezborala et al., « Prendre des produits en milieu de travail : étude d’un échantillon de 2 106 travailleurs autour de la ville de Toulouse », Thérapie, vol. 59, 2004, p. 615-623.

12  Cette question a déjà été abordée dans Éthique du dopage (Paris, Ellipses, « La bioéthique en questions », 2002) et j’en reprendrai ici les aspects essentiels.

13  T. Parsons, The Social System, Londres, Routledge & Kegan Paul, 1951.

14  O. Gollnhofer et R. Sillans, « Usages rituels de l’Iboga au Gabon », Psychotropes, vol. 2, no 3, 1985, p. 95-108.

15  A. Wolna-Peresson, « Prévention et milieu du travail », Interventions, no 42, 1993, p. 41-45.

16  A. Ehrenberg, Le culte de la performance, Paris, Calmann-Lévy, 1991, p. 259.

17  D. Cuche, « Alcoolisation, esprit de corps et acculturation de classe dans une grande école d’ingénieurs », Psychotropes, vol. 5, no 3, 1989, p. 87-95.

18  J. W. Atkinson, An Introduction to Motivation, Princeton (N. J.), Van Nostrand, 1964.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Laure , « Doit-on blâmer ou encourager les conduites dopantes ? », Éthique publique [En ligne], vol. 8, n° 2 | 2006, mis en ligne le 13 octobre 2015, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/1835 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.1835

Haut de page

Auteur

Patrick Laure

Patrick Laure est médecin de santé publique et agit à titre de conseiller auprès de la direction régionale de la jeunesse et des sports de Lorraine.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org