Navigation – Plan du site
Des essais cliniques à la formation générale

La résistance des soignants

Philippe Foucras

Résumés

Les soignants reçoivent de la société la mission d’exercer leurs activités dans le seul intérêt de la santé des patients. Cette visée éthique implique des engagements précis des professionnels, des citoyens et des autorités sanitaires, en particulier concernant la recherche de l’indépendance vis-à-vis d’intérêts autres que ceux des patients. Les professionnels de santé sont de plus en plus au centre de multiples conflits d’intérêts compte tenu des enjeux économiques, financiers et politiques qui se cristallisent autour de la santé. Le collectif Formindep tente en France de combattre les influences qui altèrent parfois gravement la qualité de la formation des professionnels et de l’information des patients. Il veut également favoriser l’élaboration et l’utilisation des moyens permettant aux professionnels, accompagnés par les patients, de résister à ces influences. Il soutient que cette attitude de résistance éthique relève des compétences nécessaires à une pratique professionnelle de qualité.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  P. Ricœur, Soi-même comme un autre, Paris, Seuil, « Points », 1990, p. 202.

1« Appelons “visée éthique”, la visée de la “vie bonne”, avec et pour les autres, dans des institutions justes1. » Cet aphorisme de Paul Ricœur, devenu presque lieu commun de la présentation de tout enseignement d’éthique médicale, trouve encore pleinement sa place pour présenter et justifier les engagements du collectif Formindep « pour une formation médicale indépendante au service des seuls professionnels de santé et des patients ».

2Parmi les professions de la société des hommes, il en est peu qui soulèvent autant d’espoirs et d’exigences que la profession soignante. Celle-ci prétend en effet agir directement pour l’homme et, plus encore, pour l’homme souffrant. L’altération de l’état de santé de la personne humaine entraîne une diminution de ses capacités à vivre pleinement sa vocation d’homme et ses choix existentiels. Là se trouve le paradoxe de la condition humaine souffrante : l’homme blessé est empêché dans l’exercice de son humanité mais, pourtant, rien de ce qui fait son humanité n’est altéré. La souffrance, la maladie, la pauvreté, le mal en général, altèrent chez celui qui en est victime sa capacité à vivre pleinement son humanité ; mais tout diminué qu’il soit il n’en reste pas moins pleinement humain. L’homme blessé est diminué dans sa capacité d’agir en humanité, mais reste totalement, indéfectiblement homme.

3C’est en vertu de ce paradoxe qu’il y a des soignants chez les êtres humains, et que l’on n’abandonne pas les malades ou les blessés, comme chez les animaux. C’est cette dignité inaltérable de tout homme qui est la source des droits de l’homme. De ce pari éthique de l’intégrité de la dignité de l’humain en tout homme quel que soit son statut, le soignant tire sa légitimité. La mission éthique du soignant est donc la suivante : la société des hommes lui confie le soin de rétablir l’homme altéré dans ses compétences, ou de l’aider à assumer cette altération si elle est irréversible, pour tenir toute la place qui est la sienne au sein de cette communauté.

4Mission impossible ? Certes, et c’est tant mieux. D’abord parce que la perspective de l’homme parfait qui peut sous-tendre cette mission est un leurre et un fantasme. Cette idée nourrit tous les totalitarismes et les pires déviances. Ensuite, parce que l’idée de toute-puissance soignante qu’engendre nécessairement cette perspective totalitaire et totalisante de l’homme est un autre fantasme tout aussi dangereux. Course à la perfection et volonté de toute-puissance, voilà les deux écueils majeurs et gravissimes auxquels sont confrontés les soignants dans la réalisation de leur mission.

5Ces deux risques sont générés à la fois par les soignants eux-mêmes et par la société. La société alimente en effet ce mythe de la toute-puissance médicale, et les soignants s’y complaisent. Il arrange bien tout le monde, et nourrit certains intérêts personnels, privés, industriels et marchands. Ne profite-t-il pas aux industries pharmaceutiques et à ceux qui ont des profits à en tirer ? N’est-il pas à la source de la médicalisation et la médicamentation croissante de la société, le disease-mongering ou commerce des maladies, par exemple, qui nourrissent des appétits colossaux ?

6Le soignant est donc exposé à cette double tentation de la toute-puissance, à la fois par la pression sociétale et par sa propre complaisance à y céder. On trouve là les deux conflits d’intérêts qui guettent les soignants : conflits d’intérêts extérieurs et conflits intérieurs, ceux de son ego.

7Cette mission fondamentale pour l’humanité dont est investi le soignant va jusqu’à revêtir une dimension sacrée dans l’histoire des civilisations. Cette mission et sa sacralisation l’exposent à la tentation de la toute-puissance et aux dérives totalitaires qu’elles provoquent.

8Mais que signifierait pour le soignant de céder à cette tentation ? Dans le cadre de la relation soignante, ce serait refuser l’éventualité de l’échec ou de l’erreur pourtant inéluctable, ou en attribuer la cause à des tiers : aux patients eux-mêmes, ce qui est le cas des plus démunis, ou à la société. Ce serait prêter une oreille complaisante aux flatteurs, aux négociants, à ceux qui entretiennent l’illusion, par intérêts personnels, que bientôt la médecine pourra tout soigner, tout prendre en charge. Ce serait poursuivre le but que tout peut être traité, médicamenté. Ce serait aller au bout de ce projet, en choisissant d’éliminer ceux de la société humaine qui ne peuvent renvoyer de façon satisfaisante cette image de la toute-puissance soignante et de son corollaire totalisant : l’homme parfait. C’est la tentation de l’eugénisme et de certaines attitudes de dépistage d’anomalies génétiques pourtant vivables en vue de leur élimination, certaines attitudes d’euthanasie, les gestes d’exclusion à l’endroit des plus pauvres, etc.

9Dans la mise en place de ce véritable totalitarisme sanitaire, au sens où Hannah Arendt l’a révélé, où puisque tout est possible tout doit être fait, le professionnel de santé n’est assurément pas le seul responsable, mais il est le centre de toutes les pressions, la cible de toutes les influences. Dès lors, face à ces pressions et tentations tant exogènes qu’endogènes, soutenues par le fantasme de la toute-puissance médicale et des intérêts autres que ceux des patients, la réponse éthique des soignants nous semble se cristalliser par un mot : résistance.

10Le terme peut paraître fort, voire exagéré. Il renvoie d’emblée, en Europe et en France en particulier, à une période de l’histoire qui, par les horreurs vécues, a pris une dimension symbolique, quasiment sacrée, au risque d’être figée par cette sacralisation. Pourtant il est bien celui-là et, au risque de choquer, j’emprunte ce parallèle.

Résister pour soi et pour les autres

11Il y a dans cette notion de résistance éthique des soignants, quelque chose de l’ordre de la dignité et de l’honneur des soignants. Quelque chose de l’ordre de la prise de conscience que « tout » n’est pas possible, et que la caractéristique de l’homme est sans doute sa capacité à faire des choix autres que ceux guidés par sa survie et ses intérêts. Il y a dans l’exercice de cette capacité au choix responsable de dire non cette volonté de prendre ses responsabilités pour que le pire ne soit pas possible, quelque chose de l’accomplissement en humanité. L’Autre et sa Rencontre, par celle du visage, explique Emmanuel Levinas, m’engagent et m’amènent à faire des choix, et ces choix me construisent et honorent à travers moi l’humain. Il y a une fierté à ce chemin. Pourquoi s’en cacher ? Se dire à la fin de sa vie qu’on en était et pouvoir ouvrir à ses successeurs la porte du possible.

12Ne pas nier la satisfaction personnelle qu’il y a à choisir d’essayer de vivre en cohérence avec ses choix existentiels, quoi qu’il en coûte, de décider d’exercer sa dignité d’homme. Une fois cette satisfaction assumée, on peut se recentrer sur la nécessité de la résistance pour l’autre.

13Résister pour les autres, c’est prendre les moyens de « d’abord ne pas nuire ». Par exemple, refuser de prescrire le Vioxx, prendre les moyens nécessaires pour avoir accès à une information fiable et indépendante à ce sujet, résister aux incitations des fabricants de ce produit pharmaceutique, aux demandes des patients, c’était faire le choix de « d’abord ne pas nuire ». Les professionnels qui ont choisi cette résistance ont, très probablement, épargné des drames, préservé des vies.

14Ainsi il nous semble juste d’affirmer que la résistance éthique des soignants est un des éléments de la compétence médicale, de son professionnalisme. Ne pas résister, c’est prendre le risque d’affecter la qualité des soins donnés. La résistance éthique n’est alors plus facultative, ni réservée à une élite.

L’arme de l’humilité

15Nous l’avons dit : l’envahisseur totalisant est à la fois intérieur et extérieur. Il serait vain et hypocrite de ne pas balayer devant sa porte en ne cherchant pas à résister aux influences personnelles qui nous attirent, tel l’insecte vers la flamme, vers les illusions destructrices de la toute-puissance soignante.

16Cette introspection première doit nous amener à pouvoir parler « avec autorité » lors des actions de résistance que le soignant devra mener contre ces tentatives d’intrusion des intérêts extérieurs. La remise en question de ce qui, intérieurement, personnellement, nous détourne de la « visée éthique » a également pour objectif d’éviter l’absolutisation de cette résistance.

17Toute résistance, par définition minoritaire et incomprise à ses débuts, dérange et inquiète. Elle peut être assimilée au terrorisme par ceux auxquels elle s’oppose, elle est soumise aux tentatives de discréditation, car sortant de la pensée commune. Les épithètes fleurissent, signes de l’absence d’arguments : ayatollahs, intégristes, donneurs de leçon, jusqu’au-boutistes, etc. Ce n’est qu’au prix de ce difficile travail intérieur d’identification de ses intérêts personnels, irréalisables en totalité, que l’action résistante peut être crédible et affronter sans crainte les procès d’absolutisme.

18Le premier conflit d’intérêts, c’est avec soi-même… C’est le premier à reconnaître, et c’est celui dont nous pouvons dire avec humilité qu’il ne sera jamais résolu. C’est cette reconnaissance sans complaisance de nos intérêts personnels, goût de la flatterie, du pouvoir, du profit, du confort, du plaisir des sens, etc., qui équipera efficacement le soignant pour la résistance extérieure qui l’appelle.

19Le premier outil de la résistance soignante est donc celui de l’humilité et de la certitude que cette « visée » éthique ne sera jamais atteinte. Car les intérêts extérieurs qui poussent à la toute-puissance médicale utilisent avec maestria nos intérêts personnels pour se promouvoir et avancer. Les représentants commerciaux des firmes pharmaceutiques sont formés à la stimulation des intérêts personnels du soignant, pour agir dans l’intérêt des actionnaires des firmes : « Faites votre idée par vous-même, docteur. » Cette phrase banale, prononcée lors de la promotion de toute « innovation » médicamenteuse, a pour but de réveiller en lui le fantasme de la toute-puissance soignante, qui amène le professionnel de santé à considérer toute expérience ou opinion personnelle comme vérité scientifique, universelle et reproductible.

20L’humilité soignante c’est, par exemple, ne pas se laisser impressionner par l’effet indésirable d’un médicament dont un patient est victime et d’en conclure qu’il faut en priver les autres, alors que cette substance est celle qui a le meilleur rapport coût-bénéfice dans sa classe thérapeutique. C’est s’aviser, en particulier dans la profession médicale, de son appétence à être aimé, reconnu, compte tenu des enjeux humains liés à la pratique médicale. C’est prendre acte des émotions qui nous gouvernent, par exemple la crainte des procès, et qui parasitent d’une façon ou d’une autre nos décisions ou nos protocoles de soins.

21L’humilité soignante, qui permet de connaître ses propres limites personnelles et professionnelles, de les repousser lorsque c’est possible, de les accepter dans tous les cas, est la première arme de la résistance éthique des soignants aux intérêts autres que ceux des patients.

Une résistance citoyenne, politique et professionnelle

22Le professionnel de santé conscient de ses limites personnelles, et ayant acquis tout au long de sa formation et de son parcours professionnel cette humilité médicale qui lui permet de vivre avec elles, peut déjà se considérer prêt à résister aux intérêts extérieurs qui l’assaillent pour influer sur la relation de soins. Mais il est un deuxième combat à mener, un autre lieu de résistance. Il nous semble en effet que le professionnel de santé, hors de son lieu de soins, est appelé à agir pour dévoiler ces influences, afin de les réduire voire les supprimer. Cette action sociétale doit être faite en quelque sorte en amont du lieu du soin.

23Cet après-midi, un patient du docteur Dupont se présente à son cabinet médical car il s’est découvert atteint du syndrome des jambes sans repos après en avoir lu les symptômes dans son hebdomadaire favori. Le matin même, le représentant commercial de la firme vendant le ropinirole est passé voir le docteur Dupont, lui a proposé de « se faire une idée par lui-même » de l’intérêt de ce traitement, et l’a invité à une soirée de formation sur cette grave question, au restaurant, animée par un médecin hospitalier. Que le docteur Dupont sache que ce qui vient de se passer dans son cabinet est le résultat d’une stratégie commerciale dont il est le centre et dans laquelle l’intérêt du patient est accessoire, voire absent, est important.

24Une maladie anecdotique et sans gravité, au sujet de laquelle il n’y avait eu que quelques publications de 1970 à 2000, s’est depuis retrouvée promue et aggravée, avec plus de cent publications annuellement recensées sur PubMed depuis 2002. Parallèlement, la campagne médiatique auprès du public se met en place dès 2003-2004 pour préparer l’arrivée de ce médicament de spectre commercial trop étroit, car réservé aux parkinsoniens. Puis, l’action promotionnelle est lancée auprès des prescripteurs par les relais habituels : leaders d’opinion, articles dans la presse médicale, formation médicale continue, etc.

25Pour le docteur Dupont, la connaissance de ce mécanisme lui permettra d’écouter la plainte de ce patient sans parasitage. Il pourra en recueillir la part réelle de souffrance et de gêne. Il pourra proposer au patient une prise en charge adaptée, présentant le meilleur profil bénéfice-risque pour lui. Grâce à cette connaissance, le docteur Dupont aura agi en professionnel.

26Acquérir un savoir, l’assimiler pour sa pratique dans l’intérêt du patient. Cet exemple montre que la capacité de connaître et de décrypter les influences, cette résistance aux pressions venant d’autres intérêts que celui des patients, constitue une véritable compétence professionnelle, susceptible d’agir en bien ou en mal sur la qualité des soins, selon qu’on la maîtrise ou pas.

27Toutefois il nous semble que le professionnel de santé peut et doit aller au-delà de cette compétence pour agir en amont de son lieu de soins afin de diminuer l’importance de ces influences sur sa pratique, voire d’en supprimer certaines.

  • 2  M. Angell, The Truth About the Drug Companies, New York, Random House, 2005 (2e éd.) ; P. Pignarre (...)

28L’augmentation dans le budget des firmes pharmaceutiques de la part du marketing et de la promotion aux dépens de celle de la recherche et du développement depuis une quinzaine d’années est une réalité qui ne fait plus débat. Les données comptables des firmes elles-mêmes le confirment. L’ouvrage de Marcia Angell, qui fait autorité, ou, en France, celui de Philippe Pignarre démontrent avec précision comment l’absence d’innovation thérapeutique des molécules actuellement vendues oblige les firmes à une politique commerciale de plus en plus agressive, pour maintenir des profits parmi les plus élevés au monde2.

29Citons en vrac et de façon non exhaustive : l’invention et la promotion de nouvelles maladies, la médicamentation de l’existence, le développement des me-too, la pression accrue en Europe et dans le reste du monde pour autoriser la publicité directe aux consommateurs (direct-to-consumer advertising), la création et le financement d’associations de patients, le lobbying auprès des autorités administratives ou gouvernementales, l’infiltration des agences sanitaires ou du médicament nationales ou supranationales par des « experts » travaillant pour les firmes, les études scientifiques biaisées voire manipulées, souvent non publiées lorsqu’elles ne sont pas favorables, la corruption de journalistes, etc.

  • 3  Transparency International, Rapport mondial sur la corruption 2006, première partie : corruption e (...)

30À cela, il convient d’ajouter les actions habituelles visant directement les professionnels de santé : la rencontre interpersonnelle par les représentants des firmes, le financement de la presse médicale, la gestion des leaders d’opinion, la rédaction d’articles en sous-main (ghost writing), le financement des congrès et des voyages, la corruption directe des professionnels de santé par des avantages matériels ou en nature3, le financement de la formation médicale initiale et continue, comprenant l’achat de médecins formateurs, le financement des sociétés savantes, la présence des firmes dans les organismes de gestion de formation des professionnels, la présence « naturelle » des firmes à l’université dès les premières années d’études, la mise en place de chartes, codes de bonnes conduites, partenariats éthiques, engagements de transparence absolue (total disclosure) chargés d’anesthésier la vigilance et l’esprit critique des professionnels et des autorités, etc.

  • 4  M.-T. Hermange et A.-M. Payet, Les conditions de mise sur le marché et de suivi des médicaments. M (...)

31Il faut noter qu’en France, actuellement, la formation médicale des professionnels de santé étant devenue obligatoire, l’absence assumée de financement de cette formation par les professionnels de santé et les autorités publiques offre un boulevard à ceux qui ont intérêt à former les médecins. Cette mainmise de l’industrie pharmaceutique, récemment dénoncée dans un rapport du sénat français4, se fait avec l’accord explicite des autorités sanitaires françaises et des organismes officiels chargés de l’organisation de la formation continue.

32Cette énumération non exhaustive montre combien la pression de ces intérêts marchands sur le professionnel de santé dans son lieu de soins ou de recherche est omniprésente, croissante, tentaculaire. La toile d’araignée emprisonne tout le monde et les mailles sont serrées.

  • 5  « Time to Untangle Doctors from Drug Companies », British Medical Journal, vol. 326, 31 mai 2003.

33Dans cet environnement, il importe aux professionnels de santé, soutenus et encouragés par les patients et les usagers de soins, de lutter pour se dépêtrer de la toile où les emprisonne l’araignée pharmaceutique. « Il est temps de dépêtrer les médecins des firmes pharmaceutiques », titrait en mai 2003 un numéro spécial du British Medical Journal consacré à cette question5. Oui, il est temps, plus que temps.

34L’action en amont pour desserrer les mailles de la toile relève de la fonction des professionnels de santé. Cette réelle résistance à l’influence croissante des intérêts industriels commerciaux et financiers prend alors toute sa signification.

Comment résister ?

35Il convient d’abord de ne plus être seul et d’unir, chaque fois que possible, ses maigres forces. Cette conscience critique de l’intrusion qui menace la pratique soignante n’est pas la plus partagée dans la profession. Nombreux sont les acteurs de cette résistance quotidienne confrontés à la solitude, à l’incompréhension voire à l’hostilité de leurs confrères et camarades de travail. Là encore, le sentiment d’invulnérabilité médicale à toute forme d’influence, entretenu par l’anesthésie de la réflexion critique due à l’absence de formation sur cette question, les flatteries, cadeaux, avantages, et autres corruptions au quotidien, jouent un rôle négatif considérable.

36Ce rassemblement des professionnels de santé résistants aux influences permet à la fois de redonner courage et espoir aux soignants isolés et souvent marginalisés. Il permet également de donner une visibilité et une certaine force à ce mouvement de résistance éthique pour être entendu et efficace. Dès lors cette résistance doit porter sur plusieurs fronts.

Les professionnels de santé

37Premiers concernés par cette offensive des influences, objets de toutes les attentions ou de toutes les attaques, selon le point de vue, ils sont particulièrement vulnérables.

38L’exemple du docteur Dupont illustre comment le soignant se trouve au cœur de toutes les pressions et montre que, sans l’accès à l’information sur ces mécanismes et stratégies, il est littéralement à la merci de ces intérêts au risque de la qualité des soins. La formation qui donne accès à l’information sur ces réalités est assurément la première action de la résistance éthique : révéler et ouvrir les yeux.

39La deuxième étape est de permettre au professionnel de santé sensibilisé à cette situation d’acquérir les moyens de déterminer, parmi les informations qui le submergent, celles qui relèvent de données fiables et celles dont la probité peut être mise en doute. Le corollaire de cette action est bien évidemment l’existence, au service de ces professionnels, d’au moins une source de données fiables et facilement accessibles. En France, la revue Prescrire remplit ce rôle avec ténacité depuis plus d’un quart de siècle et est devenue la référence.

40Rassembler, dévoiler et informer, donner les moyens d’évaluer la fiabilité des données, telles sont les trois tâches majeures de la résistance éthique des soignants vis-à-vis des professionnels de santé. Pour illustrer cette tâche, le collectif Formindep a publié sur son site une grille d’évaluation destinée aux professionnels de santé français, leur permettant d’évaluer le niveau de transparence et d’indépendance des formations auxquelles ils participent.

Les patients, les usagers, les citoyens

41L’action des firmes pharmaceutiques sur le public se situe à trois niveaux. Premièrement, un niveau d’imbibition. Il convient de faire croire au public que la présence des firmes est naturelle, qu’elles font partie du décor. Toute une communication est axée sur l’importance du médicament dans la vie, sur sa présence naturelle, sur le fait que les firmes n’œuvrent que pour le bonheur de l’humanité. Les fondations humanitaires, les campagnes comme celle qui se développe en octobre 2006 en France, « Le médicament, parlons-en » où les firmes prévoient entre autres d’intervenir dans les écoles, d’organiser des visites guidées des lieux de production, etc., tout cela procède de cette stratégie de présence naturelle du médicament et de ses fabricants dans la vie quotidienne des gens. Big Pharma, la bien nommée par John Le Carré, est une amie qui vous veut du bien.

42Deuxièmement, un niveau d’incitation directe à la consommation de médicaments. Il s’agit par exemple du développement légal ou illégal de la publicité directe au consommateur, avec l’intrusion en Europe, Belgique et France notamment, de la publicité dite de « demande d’aide » (help-seeking), qui parle de la maladie sans citer le nom du médicament et incite à consulter le médecin. Citons également en France le développement d’organismes et de structures chargés de promouvoir une « auto-médication responsable » en particulier concernant des médicaments non remboursés.

43Un troisième niveau, utilisant les mêmes outils que le précédent, mais ayant un objectif différent, est celui de l’incitation à la prescription des professionnels. À travers la publicité aux consommateurs, l’achat ou la corruption de journalistes, les articles de leaders d’opinion dans la presse grand public, à la télévision, la création de novo ou le financement massif d’associations de malades, etc., les patients sont chargés par les firmes de « mettre la pression » sur les professionnels de santé pour les inciter à prescrire les dernières nouveautés.

44L’action de résistance soignante face à ce constat passe, comme pour les professionnels, par permettre à la population de prendre conscience des manipulations dont elle est l’objet. Elle passe également par une interpellation des médias concernant le respect de leur propre déontologie et de leur indépendance. Elle consiste enfin à inciter les organismes de consommateurs et leurs relais médiatiques à prendre davantage leurs responsabilités dans ce combat.

  • 6  Art. L 4113-13 du Code de santé publique (art. 26 de la loi no 2002-303 du 4 mars 2002 relative au (...)

45Par exemple, en France existe depuis 2002 une loi dont le décret d’application n’est jamais paru et qui n’est donc pas en vigueur. Elle précise que « les membres des professions médicales qui ont des liens avec des entreprises et établissements produisant ou exploitant des produits de santé ou des organismes de conseil intervenant sur ces produits sont tenus de les faire connaître au public lorsqu’ils s’expriment lors d’une manifestation publique ou dans la presse écrite ou audiovisuelle sur de tels produits6 ». Cet outil de la transparence de l’information n’est pas utilisé. Le collectif Formindep a déposé un recours au Conseil d’État français pour astreindre le gouvernement à prendre ce décret, compte tenu de la perte que constitue son absence pour la santé publique et l’information des patients.

Les autorités sanitaires

46Le troisième lieu de la résistance éthique des soignants, et non le moindre, est formé de la nébuleuse des décideurs, responsables, autorités sanitaires, médicales, législatives.

47Il est difficile de ne pas constater, en France particulièrement, l’extrême dispersion des lieux de décision et de responsabilité concernant la politique de santé. La multiplication des instances de décision à tous niveaux constitue sans doute un mal français. À chaque problème sa commission, son conseil national, son comité consultatif, son agence, sa Haute Autorité.

48À cette complexité nationale se surajoute la supranationale. En Europe, une part croissante des décisions de santé publique se prend à l’échelon supranational et, là encore, la connaissance des lieux et des réseaux semble l’affaire de quelques experts.

49Nous pensons que cette complexité inextricable sert l’intérêt des lobbies industriels capables de mettre en œuvre les moyens adaptés pour en appréhender la globalité. Nous n’irons pas jusqu’à penser que cette complexité est délibérée pour favoriser l’influence des intérêts industriels, mais nous émettons l’idée que la simplification des structures, qui semble nécessaire pour une meilleure visibilité des citoyens et faciliter leur intervention, n’est pas souhaitée par ces intérêts.

50Dans cet environnement, l’action de la résistance soignante va être de rappeler les responsables à leur responsabilité d’agir dans l’intérêt général et non pas dans celui de quelques-uns. La stratégie industrielle et financière va être légitimement de jouer sur cette confusion des intérêts : « Il est de l’intérêt de la France de laisser croître l’industrie pharmaceutique en finançant par la protection sociale l’innovation thérapeutique, car sinon nous allons partir et des emplois sont en jeu », expliquait récemment le président-directeur général d’un puissant groupe pharmaceutique mondial devant les députés acquis à sa cause d’un parti politique français.

51La résistance soignante, à ce niveau, est là pour rappeler que tout ne peut être fait impunément, en portant sans cesse l’intérêt premier des patients et de la santé publique.

52Sans moyens humains et financiers comparés à ceux des firmes, dans une galaxie inextricable des responsabilités, quels seraient les atouts d’un lobby de l’indépendance des soignants, s’il en est ? Ils nous semblent être justement ceux de l’éthique et de l’interpellation en faveur de l’intérêt général. L’irruption de citoyens soignants dans ces cénacles peut, comme pour les professionnels de santé isolés dans leur action de résistance sur le terrain, susciter chez certains responsables sincères et soucieux du bien commun, parfois isolés eux-mêmes, l’espoir que le rouleau compresseur des intérêts marchands n’est pas inéluctable, et redonner le goût de l’action. Prendre la parole pour rappeler le bon sens et l’intérêt général peut ne pas passer inaperçu dans cet « univers impitoyable », et réveiller la bonne conscience chez certains comme la mauvaise chez d’autres, c’est déjà réveiller la conscience tout court.

53Pour illustrer cet engagement, il convient de mettre en avant les actions du collectif Europe et Médicament qui regroupe la revue Prescrire, l’organisme de défense des consommateurs français Que Choisir, et des organismes mutualistes de protection sociale complémentaire à travers la Mutualité française. Ce collectif est intervenu à plusieurs reprises avec efficacité auprès des institutions européennes concernant la politique du médicament en Europe et la transposition des directives européennes sur le médicament en France. Concernant l’action du Formindep, on notera son intervention auprès de la Haute Autorité de santé française concernant son projet d’utiliser les représentants commerciaux des firmes comme vecteur de ses recommandations ; également son action auprès des conseils nationaux de formation médicale continue français pour obtenir la déclaration des conflits d’intérêts de leurs membres.

Un mouvement international à fédérer

54Ce mouvement éthique de la résistance des soignants balbutie en France avec le collectif Formindep qui s’appuie sur le socle affirmé de la revue Prescrire tant pour ce qui est de la solidité de l’information que pour cette formation à la réflexion critique orientée vers l’intérêt bien compris des patients. Pour d’autres pays, il a déjà acquis par endroits un certain développement. No Free Lunch, aux États-Unis et depuis peu au Royaume-Uni, rassemble les professionnels de santé affirmant leur autonomie vis-à-vis des firmes, avec le renfort de l’American Medical Student Association et de ces journées pharmfree, « sans labos ». En Nouvelle-Zélande, Healthy Skepticism propose entre autres un décryptage de l’information publicitaire des firmes et une bibliographie des publications sur la question. L’International Society of Drug Bulletins, dont la revue Prescrire est fondatrice, regroupe les publications pharmaceutiques indépendantes de l’industrie pharmaceutique par le monde. En Belgique, le Groupe de recherche et d’action pour la santé favorise le bon usage du médicament en pratiquant entre autres la « publivigilance ». En Italie, le groupe No grazie pago io ! (Non merci, c’est moi qui paye) mène cette réflexion également.

55Beaucoup d’initiatives individuelles existent et les principales revues médicales internationales s’en font souvent l’écho. Dans ces publications, études et appels sont régulièrement publiés pour informer et alerter sur l’importance et le caractère néfaste de ces influences pour le professionnalisme médical et la qualité des soins, et sur les solutions à apporter.

56L’apport du Formindep est sans doute de vouloir porter ce débat sur la place publique et de faire de ce souci d’une formation indépendante, outre une compétence professionnelle comme nous avons essayé de le démontrer, un engagement citoyen. Il nous semble important, en effet, que patients et citoyens « mettent leur nez » dans nos affaires. D’abord parce qu’ils sont eux-mêmes les objets de ces influences, et peuvent en être les victimes, comme l’a démontré l’affaire du Vioxx, véritable Tchernobyl de l’industrie pharmaceutique ; enfin parce que le regard et l’exigence de la société semblent nécessaires pour éviter aux soignants, dans ce combat, des découragements légitimes devant l’impossibilité de la tâche. Des découragements qui peuvent être à l’origine de tentations de compromissions ou d’arrangements, compréhensibles compte tenu du contexte, mais dommageables pour ceux qui nous confient leur santé.

57Si toutes ces initiatives se développent en même temps c’est sans doute que les « temps sont prêts ». En effet, l’augmentation de la pression et des intrusions pharmaceutiques dans la pratique des soignants augmente la prise de conscience pour nombre d’entre eux de ce caractère insupportable et nuisible de ces influences. Ce qui était il y a peu de temps encore un combat de don Quichotte de quelques visionnaires acquiert une légitimité pour un nombre de plus en plus grand. De nombreux contacts existent, plus ou moins informels, entre les personnes et les structures qui s’engagent dans cette réflexion et ces actions. On se prend alors à rêver d’une fédération de ces initiatives, de prises de paroles communes, d’actions coordonnées. Laissons le temps au temps.

  • 7  La charte du Formindep est consultable et téléchargeable sur le site internet du Formindep : http: (...)

58Agir sur soi-même, dans son lieu d’exercice et sa pratique, avec et auprès de ses collègues de travail, dans la société avec les autres citoyens, envers les institutions et les responsables, pour favoriser l’émancipation des soignants d’influences contraires à l’intérêt de la santé des patients, est un projet bien ambitieux. Il ne faut pas se bercer d’illusions : la « résistance des soignants » ne vaincra pas. Il faut y voir simplement ce souci, pour certains, de rester digne de la mission soignante rappelée dans la charte du Formindep7, celle « d’exercer son activité dans l’unique intérêt de la santé des personnes, comprises dans leurs dimensions individuelle et collective ».

59Les compétences professionnelles nécessaires à la réalisation de cette mission ne sont pas définitivement accordées à chaque professionnel de santé par une grâce particulière à l’issue de ses études ou de l’éventuelle prestation d’un serment. Dans une société des hommes où la référence ultime semble être de plus en plus celle du commerce, ces compétences restent sans cesse et plus que jamais à développer et à préserver.

60Je paraphraserai en ce sens le titre des Mémoires du pédiatre Robert Debré, ancien résistant de la deuxième guerre mondiale, L’honneur de vivre : résister pour rester digne de l’honneur d’être soignant.

Haut de page

Notes

1  P. Ricœur, Soi-même comme un autre, Paris, Seuil, « Points », 1990, p. 202.

2  M. Angell, The Truth About the Drug Companies, New York, Random House, 2005 (2e éd.) ; P. Pignarre, Le grand secret de l’industrie pharmaceutique, Paris, La Découverte, 2004.

3  Transparency International, Rapport mondial sur la corruption 2006, première partie : corruption et santé, www.transparency.org/publications/gcr/gcr_french_2006#part1.

4  M.-T. Hermange et A.-M. Payet, Les conditions de mise sur le marché et de suivi des médicaments. Médicament : restaurer la confiance, rapport d’information no 382 (2005-2006) du Sénat français, fait au nom de la commission des affaires sociales, déposé le 8 juin 2006, http://www.senat.fr/rap/r05-382/r05-382.html.

5  « Time to Untangle Doctors from Drug Companies », British Medical Journal, vol. 326, 31 mai 2003.

6  Art. L 4113-13 du Code de santé publique (art. 26 de la loi no 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé, Journal officiel de la République française, no 54, 5 mars 2002, p. 4118).

7  La charte du Formindep est consultable et téléchargeable sur le site internet du Formindep : http://www.formindep.org. Elle peut être signée en ligne par toute personne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Foucras , « La résistance des soignants », Éthique publique [En ligne], vol. 8, n° 2 | 2006, mis en ligne le 11 septembre 2015, consulté le 22 juin 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/1818 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.1818

Haut de page

Auteur

Philippe Foucras

Philippe Foucras est médecin généraliste, fondateur des collectifs Formindep et CoMeGAS (collectif des médecins généralistes pour l’accès aux soins), ainsi que chargé de mission à la revue Prescrire.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org