Navigation – Plan du site
Réalités régionales

Les régions transfrontalières: un exemple d’intégration sociospatiale de la population en Afrique centrale ?

Christian-Yann Messe Mbega

Résumés

La libre circulation des personnes et des biens est loin d’être réglée entre les États de l’Afrique centrale. Cet échec est lié aux difficultés de la mise en pratique des traités d’ouverture des frontières signés entre les États de cette région. Cependant, le modèle d’ouverture des frontières proposé par le géographe américain Oscar J. Martinez (1994), qui décrit le passage de frontières aliénées à des frontières intégrées, semble s’appliquer à l’espace transfrontalier que forment le Sud-Cameroun, le Nord-Gabon et la partie continentale de la Guinée Équatoriale. Cette région se présente comme un exemple d’espace d’intégration sociospatiale grâce à la transnationalité de l’ethnie Fang, à l’implantation des marchés frontaliers et à la coopération décentralisée amorcée par les collectivités locales.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  CEDEAO ou la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest. Elle regroupe : le Bénin, le (...)

1Contrairement à ce qui se passe entre les États ouest-africains, où la libre circulation des personnes et des biens est garantie par la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO1) depuis plus de deux décennies, les mouvements transfrontaliers des individus en Afrique centrale restent perçus, à tort ou à raison, comme une négation des territoires nationaux hérités de la colonisation (Bennafla, 1999 : 25). Les frontières des États de cette région sont les lieux où s’exprime encore le nationalisme. Ces dernières ne semblent pas s’adapter à la théorie du debordering (effacement des frontières) qui décrit les progrès des relations de part et d’autre d’une frontière évoluant vers l’ouverture (Martinez, 1994 : 36).

2En effet, après avoir constitué des barrières, les frontières exerceraient désormais des fonctions de trait d’union, au point de devenir les bases d’une intégration régionale (Renard, 1997 : 8). Cette conception représente la frontière comme une zone. Celle-ci est désignée par divers vocables : « périphérie nationale » (Igue, 1995 : 8), « région informelle » (Raison, 1983 : 6), « frange frontalière » (Bennafla, 1999 : 26) ou « région frontalière ». La nature de cette zone dépend du type de relations qu’entretiennent les États situés de part et d’autre de la ligne séparatrice (Ratti, 1996 : 28). Aussi, la construction des voies de circulation et des infrastructures commerciales dans les régions frontalières peut-elle transformer une périphérie bornée en un territoire ouvert où la frontière devient une ressource (Szary, 2006 : 27) pour la population présente. Dans une telle configuration, le système territorial de clôture de la frontière par l’État s’y trouve dépassé tant sur les plans spatial et économique que dans le domaine sociologique, favorisant ainsi la libre circulation des personnes et des biens (Blatter, 2001 : 58).

3L’effacement des frontières hermétiques dans les régions frontalières conduit généralement à l’interaction spatiale, socioculturelle, économique qui réunit dans une même communauté des espaces nationaux auparavant bornés. Cette communauté d’espace ou région transfrontalière permettrait l’intégration sociospatiale de la population vivant de part et d’autre des frontières nationales, grâce aux valeurs éthiques qu’elle partage (Fourny, 2003 : 56).

4Dans son essence, l’éthique est à la fois séjour, manière et pratique de vivre dans un milieu naturel et humain (Racine, 2010 : 74). Elle a pour but d’indiquer comment les êtres humains doivent se comporter et agir mutuellement dans leur environnement. L’éthique engage des valeurs qui permettent d’agir avec la conscience d’une action sociétale responsable et peuvent être considérées comme norme de conduite personnelle ou sociale relevant de la morale ou de la politique (Bourdieu, 1978 : 134).

5Si la réglementation est incapable de prévoir toutes les situations, l’éthique, elle, favorise la recherche du consensus (La Vallée, 1993 : 1). Elle est indispensable lorsque se posent les problèmes sociaux et moraux liés aux textes juridiques. L’éthique s’intéresse à la spécificité des situations (Ghorra, 2013 : 18) ; elle est une « vérité singulière » (Badiou, 2000 : 14).

6Relativement à la question d’ouverture des frontières, l’éthique présuppose un certain degré d’évolution de la représentation de la frontière. Elle sous-tend que l’ouverture l’emporte sur la fermeture, la paix s’impose face à la guerre, le lien humain s’ordonne sur la séparation et la justification de la rationalité, des choix des actions doivent être au-dessus de la réglementation et la circulation des personnes est préférable à l’iconographie (Gottmann, 1958 : 57). Tel semble être le cas des frontières qui séparent le Nord-Gabon, le Sud-Cameroun et la partie continentale de la Guinée Équatoriale (Carte 1). Grâce aux valeurs éthiques qui unissent la population présente, cette région constitue un exemple d’espace d’intégration sociospatiale en Afrique centrale : de quelles valeurs éthiques dispose la région transfrontalière que forment le Nord-Gabon, le Sud-Cameroun et la partie continentale de la Guinée Équatoriale pour servir d’exemple d’espace d’intégration sociospatiale de la population en Afrique centrale ? Quels sont les acteurs qui contribuent à la mise en place de cette forme intégration ? L’émergence de ces pouvoirs locaux peut-elle constituer une alternative à l’idée de la fermeture des frontières promue par les pouvoirs nationaux ? L’apparition de tels pouvoirs ne serait-elle pas porteuse de conflits entre les instances locales et les États autour de la question de la fermeture des frontières ? Quelles formes peuvent alors prendre les interactions sociospatiales entre les trois localités concernées ?

Carte 1. La région des trois frontières : Nord-Gabon, Sud-Cameroun, partie continentale de la Guinée Équatoriale

Carte 1. La région des trois frontières : Nord-Gabon, Sud-Cameroun, partie continentale de la Guinée Équatoriale

7À partir d’une étude qualitative basée sur une centaine d’entretiens semi-directifs réalisés auprès des personnes vivant dans cette région, cette analyse met en évidence une réalité existante qui reste cependant peu abordée par les chercheurs. La collecte des données s’est déroulée entre le 20 décembre 2012 et le 4 mars 2013. En ce qui a trait aux personnes interviewées, une démarche visant à obtenir un échantillon représentant le mieux possible la diversité de points de vue dans la région a été privilégiée. L'objectif n’était pas d’obtenir un échantillon représentatif de tous les acteurs vivant dans la zone, mais d’interroger des personnes aux profils suffisamment diversifiés pour obtenir un panorama global. Cette réflexion s’inscrit dans une vision holistique et globale du contexte étudié, car il s’agit de recueillir les données dans leur milieu naturel pour comprendre le sens que les acteurs donnent à leurs actions dans un contexte spatio-temporel.

8Sur la base des résultats qui montrent que la population qui vit dans cette région transfrontalière circule et échange librement sans tenir compte de la juridiction des États, est émise ici l’hypothèse selon laquelle le modèle d’ouverture des frontières proposé par Martinez (1994) s’appliquerait sur la région transfrontalière que forment le Nord-Gabon, le Sud-Cameroun et la partie continentale de la Guinée Équatoriale.

9Cette méthode d’analyse dite inductive, nécessite une description préalable de la situation juridique actuelle de la liberté de circulation des personnes en Afrique centrale d’une manière générale, pour ensuite explorer les valeurs éthiques qui favoriseraient l’ouverture des frontières dans la région étudiée.

Le contexte juridique de la politique migratoire régionale en Afrique centrale

10La liberté de circuler, quoique liée à la nature humaine, ne peut être effective que si elle est encadrée par des normes juridiques mises en place par un État ou un regroupement d’États. Qu’en est-il de la situation des États de l’Afrique centrale ? Comment est encadrée juridiquement la liberté de circulation des personnes dans cette région ? Comment les États perçoivent-ils individuellement ce principe ?

Encadrement juridique de la liberté de circulation des personnes en Afrique centrale par les institutions régionales locales

11Les États de l’Afrique centrale ont signé plusieurs conventions – dont les références figurent dans les traités constitutifs de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC) et de la Communauté économique et monétaire des États de l'Afrique centrale (CEMAC) – réaffirmant de manière solennelle l’attachement au principe de libre circulation des personnes dans cette région.

12L’article 40 du traité constitutif de la CEEAC indique que « les citoyens des États de la CEEAC sont considérés comme des ressortissants de la communauté » (article 40 du traité de la CEEAC). Cet article invite les États membres à faciliter la liberté de circuler et le droit d’établissement des personnes (Mbougueng, 1989 : 37). Dans l’esprit de cet article, il ne s’agit que d’une simple invitation qui permettrait aux États d’accueil de conserver l’intégralité de leur pouvoir discrétionnaire de réglementation des entrées sur leur territoire.

13Pour sa part, la CEMAC semble davantage s’aventurer que la CEEAC sur la voie d’une mise en œuvre communautaire de la libre circulation des personnes et des biens au sein de son espace. En effet, à la suite du traité du 16 mars 1994 qui institue la CEMAC, la convention du 5 juillet 1996 affirme que « l’union constitue un seul territoire douanier à l’intérieur duquel la circulation des personnes, marchandises, biens, services, et capitaux est libre» (article, 27 du traité de la CEMAC). Ce principe a malheureusement été différé ad vitam aeternam face aux réticences des États signataires de ce texte. Le projet d’institutionnalisation d’un passeport communautaire pour les ressortissants de la CEMAC depuis 1999, a été présenté comme une initiative juridique visant la concrétisation du principe de liberté de circulation en Afrique centrale. Si la décision semble intéressante, son application demeure tributaire du bon vouloir des États puisque l’article 3 de ce règlement dispose que « l’impression, la gestion de la délivrance du passeport CEMAC sont de la compétence de chaque État membre » (article 3 du traité de la CEMAC). De plus, cet article ne définit aucun mécanisme d’incitation ou de contrainte à cet effet. Ainsi, dans le cadre de ladite convention, les citoyens camerounais, centrafricains, congolais et tchadiens ont la possibilité de se déplacer dans les territoires de ces quatre États sans se soumettre aux formalités d’obtention d'un visa, tandis que l’entrée au Gabon et en Guinée Équatoriale reste soumise à l’obtention d’un visa.

14La réglementation de la politique migratoire régionale en Afrique centrale tarde à prendre corps. Cette situation souligne le paradoxe entre la rhétorique intégrationniste – ayant toujours eu cours lors des rencontres officielles entre les dirigeants des États de l’Afrique centrale – et les ambiguïtés de sa mise en œuvre dans les États qu’ils dirigent. Si le discours de la CEMAC semble plus disert, en ce sens qu’il reconnaît l’unité du territoire douanier de l’union à l’intérieur duquel les ressortissants des différents États peuvent circuler librement, celui de la CEEAC se contente d’inviter les États à appliquer la libre circulation des personnes et des biens, reste à ces derniers de l’accepter ou pas. Quoi qu’il en soit, que l’on soit dans le cadre de la CEEAC ou au sein de la CEMAC, le débat sur la réglementation de la politique commune de migration en Afrique centrale reste problématique. Que justifie ce peu d’empressement ? Comment ces différents textes juridiques sont-ils appréhendés sur le plan des États ?

La juridiction des États et les principes de la libre circulation des personnes en Afrique centrale

15La politique migratoire en Afrique centrale varie au gré de chaque État. En dépit des initiatives communautaires en faveur de l’effacement des frontières, ils restent paradoxalement réfractaires à l’idée de défonctionnaliser leurs frontières. Parmi les pays les plus hostiles à ce principe figurent le Gabon et la Guinée Équatoriale, les deux États les plus nantis et les moins peuplés de la CEMAC.

16Si le Gabon fut, à un moment, seul à s’illustrer dans ce domaine, il a été rejoint par la Guinée Équatoriale, devenue depuis peu le « nouvel eldorado régional ». Une telle attitude de méfiance vis-à-vis des voisins trouve une partie de son explication dans ce qu’on peut appeler le mythe de la spoliation économique (Loungou, 2010 : 317). En effet, le Gabon et la Guinée Équatoriale refusent de partager les bénéfices de leurs ressources avec les États voisins qu’ils considèrent, à tort ou à raison, comme des profiteurs (Loungou, 2010 : 317). Cette attitude se traduit par les différentes lois fixant le régime d’entrée et de séjour des étrangers dans ces pays.

  • 2  L’entrée de tout étranger sur le territoire gabonais est soumise à l’obtention d’un visa. Celui-ci (...)

17Au Gabon, la loi 5/86 du 19 juin 19862 fixant le régime d’entrée et de séjour des étrangers au Gabon a été adoptée pour décourager la venue sur le territoire national des migrants non fortunés (Loi no 5/86 du 18 juin 1986 fixant le régime d'admission et de séjour des étrangers en République gabonaise). Elle a permis, le renflouement officieux des caisses à un moment où, précisément, l’État était en proie à une grave crise économique (Zomo Yebe, 1993 : 9).

18La Guinée Équatoriale, pour sa part, après avoir été longtemps un pays méconnu, du fait de la misère et de la dictature qui y ont régné pendant la magistrature de M. Nguema (1968-1979), cette ancienne colonie espagnole est aujourd’hui devenue, grâce à ses revenus pétroliers, l’Eldorado régional suscitant de nombreuses convoitises des migrants originaires des États voisins. L’immigration en Guinée Équatoriale n’est pas sans conséquence. En effet, pour le peuple équato-guinéen, hier traité avec mépris par les nations voisines, l’attrait du pays offre l’occasion de se forger une fierté nationale, qu’il n’hésite pas à afficher, quelquefois de manière ostentatoire(Loungou, 2010 : 317). C’est ainsi que les autorités n’hésitent pas à critiquer clairement la forte présence de la main-d’œuvre étrangère dans les compagnies pétrolières présentes sur le territoire national (Ewangue, 2002 : 36).

  • 3  Les exonérations des droits de visa existent entre le Congo et le Cameroun, entre le Cameroun et l (...)

19Si le Gabon et la Guinée Équatoriale sont présentés comme les États les plus hostiles à la libre circulation en Afrique centrale, cela n’implique pas nécessairement que le reste des États de cette région y sont favorables. En effet, les mêmes exigences de présentation d’un visa d’entrée sont aussi requises par le Congo Brazzaville. De même, l’entrée des ressortissants de la République du Cameroun est conditionnée par de nombreux contrôles routiers et des taxes élevées qui sont généralement imposées aux voyageurs originaires de cette région. L’exemple du Cameroun est particulièrement intéressant pour mettre en cause le prétexte officiel de la politique de réciprocité que semble souvent avancer ce pays, d’autant plus que les frais de visa exigés aux voyageurs gabonais par le consulat du Cameroun à Libreville sont passés de 12 000 francs C.F.A (19 euros) à 50 000 (75 euros) depuis 2005. Il en va différemment des autres États membres de la CEMAC et de la CEEAC sous réserve, dans certains cas, de la clause de réciprocité3.

20En somme, les politiques migratoires des États de l’Afrique centrale ne semblent être soumises qu’aux intérêts égoïstes. Le Gabon et la Guinée Équatoriale, qui sont les États les plus nantis et les moins peuplés de la région, devraient constituer des réceptacles privilégiés des migrations dans la région. Ils développent malheureusement des réflexes d’autopréservation au moyen d’une législation très restrictive symbolisée par le maintien du visa d’entrée. Le Congo éraflé par la guerre de l’ennemi en provenance de l’extérieur a tendance à surveiller les entrées et sorties du territoire national et développe des velléités d’autarcie. Les pays sans frontières maritimes tels la République centrafricaine et le Tchad sont les plus pénalisés. Que dire de la population qui vit dans les espaces frontaliers de ces différents États ?

  • 4  C’est le cas de la convention du 18 avril 1908 signée entre l’Allemagne et la France pour préciser (...)

21La population frontalière est, en principe, dans une situation particulière grâce au régime de voisinage. Celui-ci induit la définition de conditions administratives et réglementaires libérales en vue de favoriser les déplacements quotidiens desdites populations de part et d’autre de la frontière afin d’exercer leurs activités traditionnelles : agriculture, chasse, petit commerce, visite familiale, etc. (Yakemtchouk, 1971 : 76). Quelques clauses ont existé dans l’histoire pour gérer les flux migratoires transfrontaliers en Afrique centrale4 (Akamba, 1986 : 372). Les États semblent aujourd’hui ignorer ces accords, à l’exception de quelques lois, à l’exemple de la législation camerounaise du 19 décembre 1990, qui régit les conditions d’entrée, de séjour et de sortie du territoire, dont l'article 11 prévoit que « les mouvements traditionnels des frontaliers font l’objet des textes particuliers» (Donfack Sokeng, 2004 : 88). La difficulté de cette loi est qu’elle ne décline pas ces mouvements. Cependant, au regard des mouvements migratoires que l’on observe au sein de la région transfrontalière que forment le Nord-Gabon, le Sud-Cameroun et la partie continentale de la Guinée Équatoriale, l’éthique ne serait-elle pas en train de s’affirmer comme le fondement de la libre circulation de la population de cet espace ?

L’ouverture des frontières en Afrique centrale : la région transfrontalière du Cameroun, du Gabon et de la Guinée Équatoriale aux avant-postes des valeurs éthiques ?

22L’espace que forment le Sud-Cameroun, le Nord-Gabon et la partie continentale de la Guinée Équatoriale tend à discréditer la thèse de la fermeture des frontières en Afrique centrale. Trois raisons fondamentales permettent à la population qui vit dans cette région de tenir plus aux valeurs éthiques qu’elle ne respecte la réglementation migratoire de chaque État concerné. Il s’agit des liens socioculturels qui unissent l’ethnie Fang vivant de part et d’autre des frontières ; des échanges commerciaux transfrontaliers, dynamisés par les marchés frontaliers et de la coopération décentralisée, instaurée par les collectivités locales. L’analyse de ces trois facteurs requiert de présenter au préalable les espaces frontaliers de chaque État.

23Tout d’abord, l’espace frontalier gabonais. Il s’agit du département du Ntem, situé à l’extrême nord-ouest de la province septentrionale du Gabon (Woleu-Ntem). Cette localité partage sa frontière septentrionale avec le Cameroun et sa limite occidentale avec la Guinée Équatoriale  ; Bitam est le chef-lieu de ce département.

24La région frontalière camerounaise, ensuite, est centrée sur le département de la vallée du Ntem dont trois localités sont concernées : Ambam, Kyè-Ossi et Abang-Minko’o. Ambam est le chef-lieu de ce département. Elle est délimitée au nord par la commune d’Ebolwa, à l’est par cette dernière et celle de Mvaguane. À l’ouest, elle est limitée par la commune de Ma’an, tandis que celle d’Olamzé et le Gabon constituent sa frontière sud. Situés à l’intersection de la frontière Cameroun-Guinée-Équatoriale, les villages de Kyé-Ossi et Abang-Minko’o sont des villages commerciaux.

25Enfin, l’espace frontalier équato-guinéen. Il s’agit plus précisément d’Ebebeyin, chef-lieu du district de Kyé-Ntem. Cette ville est située entre le département du Ntem et la Guinée Équatoriale.

La transnationalité de l’ethnie fang et le commerce transfrontalier : outils de pacification et de migration ?

26Les frontières africaines correspondent à des limites subséquentes, en ce sens qu’elles ont été instaurées alors que des populations y résidaient déjà. Elles ont de ce fait séparé les familles, les clans, les tribus et les ethnies. Ainsi en a-t-il été des Touaregs (Libye-Maroc-Mali), des Mandés (Mali-Côte d’Ivoire-Burkina Faso), etc.

27Les frontières des États de la région étudiée obéissent aussi à ce mode de délimitation, car elles ont été définies par les puissances coloniales françaises (Gabon), allemandes (Cameroun) et espagnoles (Guinée Équatoriale) entre 1885 et 1900 alors que l’ethnie fang était déjà en place depuis 1819. Les familles, les clans et les tribus ont ainsi été divisés entre le Nord-Gabon, le Sud-Cameroun et la partie continentale de la Guinée Équatoriale.

28La triple territorialité des Fang en Afrique centrale est intéressante pour étudier les frontières autrement que par les normes juridiques. En effet, chez les Fang, les liens culturels sont sacrés. Ils le sont d’autant plus que les frontières juridiquement définies ne peuvent constituer des facteurs de séparation entre les ressortissants d’un même clan. La structure interne de la société fang est organisée de telle sorte qu’au sommet se situe l’ethnie, qui se divise en sous-groupes (Ntoumou, Betsi, Boulou, Eton, Ewondo etc.), qui à leur tour se divisent en d’autres sous-groupes (ayong), en des tribus elles-mêmes scindées en clans (ndat bot). Le clan étant le noyau essentiel de cette structure.

29Dans la région des trois frontières, les clans Essandone, Esseng, Effack sont à la fois présents à Ambam, à Ebebiyine, et à Meyo-Kyé. Sur la base de leurs liens de filiation, ces clans n’accordent que très peu d’intérêt aux frontières établies durant la colonisation. Au cours d’un entretien qui visait à mesurer le sentiment de solidarité qui anime cette communauté, un ressortissant gabonais vivant à Meyo-Kyé déclarait : « Pour moi, les frontières fixées pour les intérêts des colonisateurs sont moins fortes que les liens de sang et la conscience de partager les mêmes ancêtres et de parler la même langue que mes frères Fang camerounais et équato-guinéens ». C’est ainsi que durant les cérémonies de réjouissance ou de malheur cette communauté transfrontalière n’hésite pas de se soutenir mutuellement. Le déni des frontières étatiques dans la région est d’autant plus remarquable qu’il est fréquent de voir les espaces champêtres des paysans s’étendre des deux côtés de la frontière. Les pistes nées de ces intrusions paysannes finissent par servir de lieux des passages pour « les transmigrants ».

30Les liens qui unissent les Fang vivant de part et d’autre des frontières en Afrique centrale ne sont pas sans influencer les plus hautes autorités politiques. C’est ainsi que lors des élections présidentielles de 2009 au Gabon, le candidat, feu A. Mba Obame, ressortissant de cette communauté a été accusé à tort ou à raison d’avoir sollicité l’aide militaire des plus hautes autorités équato-guinéennes, elles aussi fang, en vue d’un éventuel coup d’État militaire au Gabon.

31Outre la transnationalité de l’ethnie fang, la conception éthique des frontières dans la région des trois frontières tient davantage aux flux commerciaux transfrontaliers qui caractérisent cette localité.

  • 5  Nom du marché frontalier camerounais situé à la frontière entre le Gabon et le Cameroun.

32En Afrique centrale s’opposent deux zones transfrontalières. L’une, nommée « triangle de la mort », regroupe le Cameroun, le Tchad et la Centrafrique. Cette région est soumise aux menaces de toutes natures (conflits, trafic d’armes, coupeurs de routes, etc.). L’autre appelée « triangle de l’opulence » formée par le Sud-Cameroun, le Nord-Gabon et la partie continentale de la Guinée Équatoriale. Celle-ci bénéficie d’une stabilité relative (Ngodi, 2011 : 8). La population qui vit dans cette localité jouit non seulement de la stabilité politique, mais profite aussi du différentiel des prix et des produits existant d’un côté ou de l’autre des frontières. L’effervescence des échanges transfrontaliers dans le triangle d’opulence est anicienne. En effet, pendant la colonisation, le Gabon ne fut pas organisé comme une entité politique autonome, mais en tant que localité de l’Afrique-Équatoriale française (AEF). Ainsi, sa partie septentrionale fut arrimée économiquement à la colonie voisine (le Cameroun). Aujourd’hui, en dépit de la politique économique résolument nationaliste cette réalité reste encore prégnante. Elle est d’autant plus marquante grâce à la création des marchés frontaliers dans la région : Abang Minko, de Kyé-ossi et Mondial5 (Cameroun) ; Meyo-Kyé, Bitam (Gabon) et Ebebeyin (Guinée Équatoriale).

33Le marché de Kyé-Ossi est situé à un kilomètre de la Guinée Équatoriale et à trois kilomètres du Gabon. C’est un marché journalier qui connaît sa plus grande affluence le samedi, jour réservé au commerce des produits vivriers. Il a été créé dans les années 1980 et rénové en 2003 grâce à un financement du Fonds d’équipement intercommunal du Cameroun (FEICOM).

34Pour sa part, le marché d’Abang Minko’o, est situé à 1,5 kilomètre du fleuve Ntem qui sert de frontière naturelle entre le Cameroun et le Gabon. Outre le marché hebdomadaire, une vingtaine de boutiques fonctionnent tous les jours au profit de la population locale et des Gabonais habitant les villages frontaliers. Ce marché est un marché de vivres  ; il a été construit en 1993 dans le cadre du plan de sécurité alimentaire, à la suite d’une convention entre le Gabon et le Cameroun avec l’appui financier du Fonds européen pour le développement (FED).

35Les marchés de Bitam, Ebebeyin et Ambam ne sont pas des marchés frontaliers en tant que tels, mais certains revendeurs s’y ravitaillent pour approvisionner les marchés de Kyé-Ossi et d’Abang Minko’o. Dans ces marchés, la clientèle est la population environnante.

36Dans les marchés camerounais, des ressortissants des localités voisines y achètent généralement des produits agricoles notamment des fruits (ananas, mangues, avocats, oranges, mandarines, etc.) des légumes (choux, champignons, tomate, gombos, poireaux) ; des tubercules (ignames, macabos, pommes de terre, manioc) ; des condiments (piments, ail, oignons), des céréales (maïs) et du bétail sur pied (bœufs et chèvres).

37L’attrait des produits agricoles camerounais pour ses voisins peut s’expliquer par la différence de prix. Un régime de bananes y coûterait 1 500 francs CFA (1,5euro) contre 6 500 francs CFA (10 euros) du côté gabonais et plus de 10 000 francs CFA (15 euros) en Guinée Équatoriale.

38Du côté gabonais, ce sont principalement les services qui sont fournis aux voisins. Le pain de Bitam, réputé pour sa bonne qualité, est vendu à Kyé-Ossi, à Ambam et à Ebebeyin. Cette localité exporte aussi des produits laitiers (en poudre et concentrés) ; des ressources halieutiques, notamment du hareng et de la sardine fumés ; de la volaille (congelée) ; du riz asiatique. Si les ressources halieutiques sont plus pêchées dans les eaux territoriales gabonaises qu’à celles des pays voisins, les produits importés d’Asie sont moins taxés à la douane gabonaise que dans celles des voisins. Quant au marché d’Ebebeyin, il ravitaille ses voisins en boissons, produits de beauté, carburant, poisson frais, vin de canne à sucre, vin rouge, bière et liqueurs venus d’Espagne.

39L’intensité du trafic commercial a fait de cette région transfrontalière le lieu où se développent des réseaux commerciaux, qui échappent aux normes de commerces visibles et comptabilisés par les États. Parmi les activités commerciales illicites figurent le trafic de carburant, de gaz butane, de drogue et l’immigration clandestine (Chouala, 2004 : 96). À Kyé Ossi par exemple, l’immigration clandestine y est devenue non seulement un phénomène majeur, mais aussi un revenu pour les jeunes de cette localité qui jouent le rôle de passeurs. « Pour ceux qui veulent aller à Libreville ou à Malabo, je peux leur faire passer la frontière. Lorsque je réussis à le faire, j’ai une commission de 100 000 francs CFA par personne et le chef du gang gagne 400 000 francs CFA. Je les récupère très souvent la nuit », m’avait confié un des membres du réseau à qui j’ai demandé de m’expliquer les modes opératoires de l’immigration clandestine dans la région.

40Si le droit de passer la frontière sur présentation de la carte nationale d’identité est uniquement réservé aux frontaliers, les allochtones s’engouffrent aisément dans ce faisceau de facilités propres au trafic frontalier. Ainsi au poste de contrôle de Meyo-Kyé, les agents de la police des frontières m’ont montré un carton contenant plus de 1 000 cartes nationales d’identité d’immigrés clandestins camerounais qui, sous prétexte d’effectuer des achats ou des visites familiales, ont « disparu dans la nature ».

41Globalement le Nord-Gabon, le Sud-Cameroun et la partie continentale de la Guinée Équatoriale peuvent être considérés du point de vue économique comme des « périphéries nationales », car les flux commerciaux de ces trois localités sont orientés vers leurs voisins. Une telle situation favorise une forme de coopération « décentralisée ».

La coopération décentralisée des collectivités locales et la construction des voies de circulation : un modèle de gouvernance interétatique et d’ouverture des frontières ?

42La coopération décentralisée est un mode de coopération comprenant toutes les relations d'amitié, de jumelage ou de partenariat nouées entre les collectivités locales d'un pays et celles, équivalentes ou non, d'autres pays.

43La région des trois frontières dispose d’un potentiel très important pour faciliter l’émergence des relations de part et d’autre des frontières. La route Biyi-Eboro reliant le département du Ntem et ses voisins camerounais et équato-guinéen est goudronnée. Elle a permis de fluidifier et d’intensifier les échanges pour la population locale. Dans l’optique d’apprécier l’apport de cette route dans la vie de la population locale, une riveraine d’Ambam, vendeuse de vin de canne à sucre, déclare : « Grâce aux recettes du vin de canne à sucre vendu en Guinée Équatoriale et au Gabon, j’ai pu m’offrir deux voitures et une camionnette certes de seconde main ».

44Outre des avantages socioéconomiques, la route a pour effet de réduire ce que Guy. Baudelle a appelé la friction de la distance et favorise l’interaction spatiale. Quels sont alors les acteurs qui pilotent les interactions spatiales dans la région des trois frontières  ? Quelles sont leurs marges de manœuvre dans l’implantation de cette coopération décentralisée  ? Quels exemples justifient ce processus  ?

45La coopération décentralisée dans la région des trois frontières regroupe un ensemble de modalités et d’implication d’actions politiques, socioéconomiques et sportives. Parmi les actions politiques, figure la « diplomatie des villes frontalières ». En effet, durant les célébrations des fêtes des indépendances, les préfets et les maires de chaque localité n’hésitent pas à inviter leurs homologues vivant de l’autre côté des frontières à y prendre part. À titre d’exemple, le 17 août qui commémore la date de l’accession du Gabon à la souveraineté internationale, les communautés camerounaise et équato-guinéenne vivant à Meyo-Kyé défilent sous les couleurs de leur pays respectif.

46Sur le plan socioéconomique, cette coopération se caractérise par diverses aides. C’est ainsi que certains natifs des localités gabonaises n’hésitent pas à aller chercher la main d’œuvre au Cameroun pour les travaux champêtres et de construction. De même, pour quelques sociétés présentes à Bitam notamment SIAT Gabon qui exploite une partie importante de la main-d’œuvre camerounaise et équato-guinéenne. Cette aide s’observe aussi dans le domaine de la santé. En effet, c’est dans le centre hospitalier d’Ebebiyine (le plus moderne de la région) que les ressortissants de Meyo-Kyé et d’Ambam vont se faire soigner.

47Sur le plan sportif, c’est surtout pendant les vacances de fin d’année scolaire que des jeunes de villages situés de part et d’autre des frontières organisent des tournois de football et invitent leurs « frères à venir y participer ».

48Toutefois, le processus de coopération décentralisée dans la région des trois frontières ne relève que des rapports de bon voisinage et ne repose sur aucune base juridique. Cette situation pourrait s’expliquer par le retard qu’accusent les États en présence dans la décentralisation des pouvoirs. Contrairement à l’Afrique de l’Ouest où ce processus a bien pris corps, la décentralisation dans les États de l’Afrique centrale reste encore embryonnaire. Au Cameroun les régions et les villes sont inscrites comme entités autonomes dans la constitution depuis 1996, mais elles restent administrées par des délégués du gouvernement. Au Gabon, la loi 15/96 relative à la décentralisation, qui en son article 218 précise que « les collectivités locales peuvent établir des rapports bilatéraux ou multilatéraux avec des collectivités locales ou des institutions étrangères de même nature ou de toute autre, sous réserve de l’approbation du gouvernement » (article 218 de la loi no 15/96 relative à la décentralisation au Gabon) n’est pas toujours appliquée. En Guinée Équatoriale, les communes et les villes n’ont pas d’exécutifs élus. Il y a donc une réelle difficulté pour des collectivités locales de ces trois pays de bien saisir l’opportunité nouvelle d’intégration régionale qui s’offre à elles et d’assumer leur autonomie.

Conclusion

49L’élaboration commune des politiques migratoires en Afrique centrale demeure une préoccupation majeure. La résolution de ce problème reste peu probable dans un proche avenir et les raisons de douter ne manquent pas. Cependant, l’espace que forment le Nord-Gabon, le Sud-Cameroun et la partie continentale de la Guinée Équatoriale est un exemple des bouleversements introduits par l’ouverture des frontières dans un contexte de méfiance et de vie en autarcie des États. Cette région est le lieu d’apprentissage de gouvernance et de la coopération transfrontalière en raison des valeurs éthiques qui rapprochent les populations. Mais les budgets modestes des collectivités locales de cette région font que les effets directs de cette politique d’intégration restent limités.

50Les autorités de la CEEAC et la CEMAC doivent renforcer et inciter la coopération entre les territoires des différents États membres à mesure que progresse la construction de l’espace communautaire. Ces pays peuvent par exemple s’inspirer des programmes Interreg de l’Union européenne qui ont contribué à la mise en place d’une intégration régionale croissante et, par voie de conséquence, à la libre circulation des personnes et des biens.

51De même, les États concernés doivent comprendre que la région des trois frontières forme le socle territorial sur lequel la coopération décentralisée peut prendre racine. Elle est l’échelon de proximité par excellence qui permettrait à la fois de promouvoir une approche territoriale du développement des politiques intégrées et un meilleur exercice du pouvoir proche de la population, d’où l’intérêt de promouvoir la politique de décentralisation dans cette région.

Haut de page

Bibliographie

Akamba, Roger (1986), Les frontières internationales du Cameroun de 1885 à nos jours. La frontière méridionale et la frontière orientale de l’Atlantique au lac Tchad. Thèse de doctorat 3e cycle, Université de Yaoundé.

Amilhat-Szary, Ane-Laure, et Marie Christine FOURNY (dir.) (2006), Après les frontières, avec les frontières, Aube, Monde en cours.

Arbaret-Schu, Cynthia (2002), « Les villes européennes, attracteurs étranges de formes frontalières nouvelles », dans Bernard RHEITEL et al. (dir.), Villes et frontières, Paris, Anthropos, p. 51-62.

Badie, Bertrand (2000), La diplomatie des droits de l’homme entre éthique et volonté, Paris Fayard.

Badiou, Alain (2003), L’éthique : essai sur la conscience du mal, Paris Seuil.

Baudelle, Guy (2010), « Les zones frontalières en Europe : “Des espaces d’intégration privilégiés ?” », dans Catherine Flaesch et Joël Lebullenger (dir.), Regards croisés sur les intégrations régionales : Europe, Amérique, Afrique, Paris, Bruylant, p. 343-364.

Bennafla, Karine (1999), « La fin des territoires nationaux ? État et commerce frontalier en Afrique Centrale », Politique africaine. En ligne à [http://www.cairn.info/resume.php ?ID_ARTICLE=POLAF_073_0025, consulté le 3 décembre 2014.

Blatter, Joachim (2001), « Debordering the word of states: towards a multi-level system in Europe and a multi-polity system in North America ? Insights from border regions », European journal of international relations, vol. 7, no 2, p. 175-209.

Chouala, Yves Alexandre (2004), « L’installation des Camerounais au Gabon et en Guinée Équatoriale, les dynamiques originales d’exportation de l’État d’origine », dans Luc Sindjoun (dir.), État, Individus et réseaux dans les migrations africaines, Paris, Karthala, p. 93-145.

Donfack Sokeng, Léopold (2004), « La liberté d’aller et venir », dans Luc Sindjoun (dir.), État, individu et réseaux dans les migrations africaines, Paris, Karthala, p. 67- 92.

Ewangue, Jean-Luc (2002), « Guinée Équatoriale : le complexe du nouveau riche », Enjeux, vol. 4, no 10, p. 35-36.

Ghorra-Gobin, Cynthia (2010), « Géographie et éthique, la convergence s’impose-t-elle en ce début de XXIe siècle ? », Géographie et cultures. En ligne à http://gc.revues.org/1720, consulté le 28 novembre 2014.

Gottmann, Jacques (1952). La politique des États et leur géographie, Paris, Armand Colin.

Organisation internationale du travail, Loi no 5/86 du 18 juin 1986 fixant le régime d'admission et de séjour des étrangers en République gabonaise. En ligne à http://www.ilo.org/dyn/natlex/natlex4.detail ?p_lang=fr&p_isn=38817, consulté le 11 décembre 2014.

Loungou, Serge (2010), « La libre circulation des personnes au sein de l’espace de la CEMAC : entre mythes et réalités », Belgo. En ligne à www.belgeo.revues.org, consulté le 10 décembre 2014.

Martinez, Jose (1994), Border People. Life and society in the US-Mexico Borderlands. Tucson, the Arizona University Press.

Mbougueng, Valentin (1989), Le droit de l’immigration au Cameroun. Mémoire de maîtrise en droit public, Cameroun, Université de Yaoundé.

Mourgeon, Jacques (1996), Les droits de l’Homme, Paris, PUF 3 Que sais-je ?

Ngodi, Etanislas (2011), L’Afrique centrale face aux nouveaux enjeux sécuritaires du XXIe. En ligne à http://www.general.assembly.codesria.org/IMG/pdf/Etanislas_Ngodi.pdf, consulté le 17 avril 2015.

Racine, Jean-Bernard (2010), « Géographie, éthique et valeurs Invitation à la réflexion et à l’action », Géographie et culture. En ligne à http://gc.revues.org/1726, consulté le 5 décembre 2014.

Ratti, Ronald. (1991). Théorie du développement des régions-frontières, Fribourg, Centre de recherches en économie de l'espace de l'Université de Fribourg.

Schulders, Guy (1990), S’unir. Le défi des États de l’Afrique centrale, Paris, L’Harmattan.

Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC) (1983), Traité instituant la communauté économique des États de l’Afrique centrale. En ligne à http://www.ceeac-eccas.org/images/traites/trt_eccas.pdf, consulté le 5 décembre 2014.

Communauté économique et monétaire des États de l'Afrique centrale (CEMAC) (1994), Traité révisé de la Communauté économique et monétaire des États de l’Afrique centrale. En ligne à http://www.cemac.int/sites/default/files/documents/files/traite_revise_cemac.pdf, consulté le 19 décembre 2014

Yakemtchouk, Romain (1971), L’Afrique en droit international, t. LXIII, Paris, Librairie générale de droit et de jurisprudence (coll. Bibliothèque de droit international).

Zomo Yebe, Alexie (1993), Comprendre la crise de l’économie gabonaise, Paris, L’Harmattan.

Haut de page

Notes

1  CEDEAO ou la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest. Elle regroupe : le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d'Ivoire, la Gambie, le Ghana, la Guinée, la Guinée-Bissau, le Liberia, le Mali, le Niger, le Nigeria, le Sénégal, la Sierra Leone, le Togo et le Cap-Vert.

2  L’entrée de tout étranger sur le territoire gabonais est soumise à l’obtention d’un visa. Celui-ci s’obtient séance tenante aux services de l’immigration présents à la frontière. Tout séjour excédant trois mois soumet le migrant au régime de la carte de séjour, dont le montant est fonction de la nationalité du demandeur. Lors de l’établissement de la première carte de séjour, il est exigé le paiement d’une caution dite « de rapatriement », censée faciliter le retour des immigrés indésirables chez eux.

3  Les exonérations des droits de visa existent entre le Congo et le Cameroun, entre le Cameroun et la République centrafricaine (RCA), entre le Congo et la RCA, et entre la RCA et le Tchad.

4  C’est le cas de la convention du 18 avril 1908 signée entre l’Allemagne et la France pour préciser la frontière entre le Cameroun et le Congo (art. 4).

5  Nom du marché frontalier camerounais situé à la frontière entre le Gabon et le Cameroun.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1. La région des trois frontières : Nord-Gabon, Sud-Cameroun, partie continentale de la Guinée Équatoriale
URL http://ethiquepublique.revues.org/docannexe/image/1724/img-1.png
Fichier image/png, 289k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian-Yann Messe Mbega , « Les régions transfrontalières: un exemple d’intégration sociospatiale de la population en Afrique centrale ? », Éthique publique [En ligne], vol. 17, n° 1 | 2015, mis en ligne le 30 juin 2015, consulté le 23 mars 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/1724 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.1724

Haut de page

Auteur

Christian-Yann Messe Mbega

Christian-Yann Messe Mbega est doctorant au Laboratoire de Géographie politique et d’aménagement (Habiter) à l’Université de Reims Champagne Ardenne (France). Il est titulaire d’un master II en Histoire militaire obtenu à l’Université de Montpellier 3 (France) et d’un master 1 en Géographie politique à l’Université Omar Bongo (Gabon). Ses principaux domaines de spécialisation ont trait aux dynamiques territoriales (organisation et intégration régionales) et à la sécurité régionale.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org