Navigation – Plan du site
Propositions de reconfigurations « éthiques » de l’économie de marché

Adam Smith au-delà de sa caricature néolibérale : suggestions réglementaires et éthiques pour la banque, la finance et l’économie

Thierry C. Pauchant et Elisabeth A. Franco

Résumés

La financiarisation du marché est associée à un déficit démocratique, à un accroissement des inégalités et à un contexte mondial d’incertitude et de crises. Dans le présent article, nous revisitons les vues d’Adam Smith au xviiie siècle sur ces sujets, au-delà de sa caricature néolibérale. Nous suggérons que le père de l’économie moderne, sur qui l’on fonde l’idéologie de la « main invisible » en économie et le « laissez-faire » pour les entreprises, recommandait en fait l’instauration de régulations strictes des banques et de la finance. Après avoir présenté les régulations que Smith a proposées en son temps, nous tirons de son œuvre plusieurs suggestions de réforme pour les secteurs bancaire et financier, contribuant ainsi au débat actuel sur ces questions, tout en l’enracinant dans son contexte historique.

Haut de page

Texte intégral

Ceux qui ne peuvent pas se souvenir du passé sont condamnés à le répéter.
George Santayana, The Life of Reason.

C’est précisément la réduction des vues larges d’Adam Smith sur la nature humaine [qui est à l’ori­gine de la distance entre] les sciences économiques et l’éthique.
Amartya Sen, The Concept of Development.

1La financiarisation accrue du marché, c’est-à-dire la place prépondé­rante prise par les banques et autres institutions financières dans les déci­sions économiques, gouvernementales ou d’entreprise, a été décriée par de très nombreux auteurs (Geithner, 2014 ; Lacroix et Marchildon, 2013 ; Maillard, 2011 ; Piketty, 2013 ; Servan-Schreiber, 2014). Des institutions reconnues ont même dénoncé une telle évolution, qui mène à un déficit démocratique, à un accroissement des inégalités, à un contexte mondial d’incertitude, de manque de confiance et de crises majeures. Ces institu­tions, comme la Banque mondiale, le Fonds monétaire international ou le Forum de Davos (IMF, 2014 ; WEF, 2013 ; Mussa, 2009), sont présentement d’avis que les changements bénéfiques effectués depuis l’émergence de la crise financière de 2007-2008 sont encore insuffisants : beaucoup reste encore à faire en matière d’infrastructure, de réglemen­tation, de culture et d’éthique. Un grand nombre de ces critiques sont dirigées contre le mythe de l’autorégulation, que ce soit envers l’idéologie de la « main invisible » du marché, prônée par la théorie économique dite néoclassique (Krugman, 2009 ; Stiglitz, 2010), ou envers l’idéologie du « laissez-faire », encouragée par certains partisans de la responsabilité sociale des entreprises (Carroll et al., 2012 ; Doane, 2005).

2Dans le présent article, nous revisitons l’auteur classique sur qui l’on fonde supposément ces deux idéologies, Adam Smith. Nous résumons d’abord les régulations qu’il a lui-même présentées en son temps pour les banques et la finance, pour ensuite proposer plusieurs suggestions de réforme que l’on pourrait tirer actuellement de son œuvre, tout en enraci­nant celle-ci dans son contexte historique. Ce faisant, nous montrons que le père fondateur de l’économie moderne ne supposait pas qu’un prétendu « ordre naturel du monde » engendre automatiquement la richesse et le bonheur des populations. Smith a différemment proposé des réformes légales et éthiques qui pourraient bien nous inspirer aujourd’hui.

La régulation des banques selon Smith

3Plusieurs auteurs ont, depuis peu, affirmé que Smith préconisait une régle­mentation stricte des banques et de la finance (Carey, 2009 ; Charolles, 2006 ; Chavagneux et Martimache, 2012 ; Mussa, 2009 ; Rockoff, 2011 ; Sen, 2009 ; Walsh, 2014). S’appuyant sur une étude minu­tieuse des écrits de Smith, et non seulement sur un petit nombre de paragraphes pris hors contexte, ces auteurs ont établi que Smith préco­nisait six types de régulation.

  • 1  Toutes les traductions de Smith dans cet article ont été effectuées par les auteurs. Selon l’usage (...)

4Bien évidemment, ces régulations ne peuvent s’appliquer de façon littérale dans notre système actuel. Par exemple, il n’existait pas à l’époque de Smith de transactions automatiques dites de hautes fréquences, à partir d’algorithmes mathématiques et de systèmes informatiques, représentant actuellement près de 70 % des transactions financières. De même, le rôle des médias, la pratique de la démocratie ou la fiscalité des personnes et des entreprises étaient fort différents à son époque. Pour prendre un dernier exemple, notre système d’entreprises, cotées en bourse, lui était étranger puisqu’en son temps les compagnies par action à responsabilités limitées ou les joint stock companies, comme il les appelait, étaient « établies par édit royal ou par un acte du parlement » (WofN, V.i.e. 15 : 740)1 et non, comme aujourd’hui, par le simple dépôt de formulaires.

5Cependant, et comme nous le verrons, certains principes généraux posés par Smith demeurent aujourd’hui fort pertinents. La mise en garde qu’il fit, par exemple, au sujet du fait qu’on ne peut espérer la même pru­dence de personnes qui gèrent leur propre argent, quand elles sont compa­rées à celles qui jouent « avec l’argent des autres » (WofN, V.i.e. 18 : 741), fut à la base de la théorie de la propriété privée proposée par Adolf Berle et Gardiner Means en 1932 (McCraw, 1990 : 582). Celle-ci critiqua, en suivant Smith, l’accroissement de la concentration des grandes entreprises dans l’économie et la séparation grandissante entre la propriété des capitaux investis et leur gestion. Malheureusement, cette théorie (Berle et Means, 1932) fut dénaturée par la suite par ce que nous appelons aujourd’hui la théorie de l’agence, qui prône que chaque gestionnaire se doit de maximiser la valeur de l’entreprise pour l’actionnaire, une concep­tion fort différente (Carroll et al., 2012 : 169-170). Pour éviter de telles dérives, et beaucoup d’autres, Smith proposa les six régulations suivantes.

Fixer les taux d’intérêt juste au-dessus du rendement du marché

6Tranchant radicalement avec l’idéologie du laissez-faire, Smith proposa à tous les gouvernements de limiter les taux d’intérêt pratiqués par les ban­ques à un taux juste au-dessus du taux de rendement du marché, soit l’échange concret de biens et de services (Mussa, 2009 ; Rockoff, 2011). À son époque, il proposa un taux de 5 % au-delà duquel aucun recours légal n’était possible (Rockoff, 2011 : 256). Par cette régulation, il tenta de diminuer l’entrée dans ce marché d’investisseurs dits prodigues, c’est-à-dire extravagants et dépensiers, ainsi que des investisseurs qu’il nomma des projectors, proches des joueurs compulsifs. Ce taux n’étant que mini­ma­lement supérieur à celui de la croissance du marché, il espérait que seuls des créanciers « sobres », c’est-à-dire prudents et dignes de confiance, allaient être choisis par des banquiers, dans l’espoir d’accroître leur chance de recouvrement. Comme il l’a écrit,

[q]uand le taux légal d’intérêt […] est fixé juste au-dessus du plus bas taux de rendement du marché, les emprunteurs sobres sont préférés de façon universelle [au lieu des emprunteurs dits] prodigues ou compulsifs. […] Ce faisant, une part importante du capital d’une nation est mise entre des mains par lesquelles il est plus probable que ces capitaux soient employés de façon avantageuse (WofN, II.iv.15 : 357).

7Il est instructif de noter que ce principe de prudence, énoncé pour­tant fort clairement par Smith, a souvent été attaqué et dénaturé par des tenants de l’idéologie néolibérale (voir, par exemple, West, 1997).

Réduire l’accès au crédit aux seuls professionnels

8Au temps de Smith, la majorité des transactions de consommation se fai­saient en pièce d’or et d’argent avec lesquelles il était difficile de tricher, à moins de devenir un faussaire professionnel. Si Smith a accepté le déve­lop­pement des « traites » de commerce ou des « lettres de change », c’est-à-dire des accords écrits de paiement après une durée déterminée, il consi­dérait ces traites comme moins certaines, comme « suspendues à des ailes Dédaliennes » (WofN, II.i.86 : 320). Il tira cette expression du mythe grec de Dédale et d’Icare, où le soleil fait fondre la cire attachant les ailes d’Icare, le précipitant dans la mort. Prenant en considération que des ban­quiers professionnels, des industriels et des commerçants importants étaient plus au fait des risques potentiels, Smith recommanda que le mon­tant minimal de ces traites soit suffisamment élevé pour éviter de faire cou­rir un risque trop grand aux personnes non informées, en les tenant à l’écart de ces opérations. Leur montant devait être d’au moins cinq livres sterling, soit l’équivalent aujourd’hui d’un mois de salaire pour un ouvrier qualifié (Mussa, 2009 : 6). De fait, durant la récente crise financière, un grand nombre de clients peu « éduqués », en matière de finance, ont été les victimes de fausses représentations, appelées en théorie économique une « asymétrie d’information » (Maillard, 2011).

Rembourser complètement les dettes contractées en cas de faillite

9Par la mesure décrite ci-dessus, Smith ne suggéra pas de privilégier des « initiés ». En son temps, les utilisateurs de traites ou les propriétaires qui perdaient leur capital emprunté étaient contraints par la loi de les rem­bour­ser intégralement. Par exemple, dans le cas de la banqueroute en 1772 de la banque Ayr, qui impliqua des proches de Smith et qui a été perçue comme similaire au cas récent de Lehman Brothers (Rockoff, 2011 : 250), les propriétaires durent vendre 750 000 livres d’immobilier, soit plusieurs centaines de millions de dollars aujourd’hui, pour rembour­ser leurs créanciers (COR : 165). Au temps de Smith, l’intérêt personnel et familial des banquiers pouvait agir, dans de nombreux cas, comme un gage important de leur prudence dans leurs investissements, puisqu’ils géraient à la fois l’argent des autres et le leur. Cette responsabilité est fort différente de nos jours où, par de nombreux mécanismes et stratagèmes, des personnes et des groupes peu scrupuleux peuvent transférer à d’autres la responsabilité et le coût de leur risque. De plus, les opérations de sauve­tage des banques par les États se sont multipliées ces dernières années, ce qui augmente dangereusement leurs dettes (Roubini et Mihm, 2010).

Maintenir des ratios de dette/capital raisonnables

10Smith suggéra également que le montant de ces traites ne devait en aucun cas excéder les réserves d’or et d’argent des banques à son époque, ou ce que nous appelons les « capitaux propres » aujourd’hui (Mussa, 2009). En effet, en cas de panique soudaine et si les débiteurs viennent à se présenter en trop grand nombre, une banque peut se voir dans l’impossibilité de rem­bourser les sommes demandées et doit alors déclarer faillite. En 2008, ce phénomène de run s’est produit : la logique à l’œuvre était globalement similaire à celle qu’a décrite Smith, il y a plus de 250 ans, même si les instruments financiers ont évolué avec le temps.

Abolir des clauses de délai de remboursement

11À l’époque de Smith, une banque pouvait signer des traites contenant des clauses qui précisaient que les remboursements pouvaient être étalés à la discrétion des banques, au-delà de leur échéance (West, 1997). Comme ces clauses de délai entraînaient le risque d’une délivrance excessive de traites du fait du moindre risque de faillite, Smith recommanda leur résiliation. Ce procédé fut d’ailleurs interdit à son époque en Écosse, tout comme le fut la délivrance de titres en deçà de cinq livres (Rockoff, 2011 : 242-248), mentionnée ci-dessus.

Rendre les transactions transparentes et connaître explicitement les clients

12À l’époque où se développa la Change Alley, l’ancêtre de la City à Londres ou de Wall Street à New York, et où des expressions comme un bull market ou un bear market commencèrent à émerger (LJ, 325 : 537), Smith était déjà au fait que de nombreux opérateurs de marchés ou traders s’échangeaient des traites de façon continue pour faire monter artificielle­ment leur valeur. Nous connaissons actuellement ces pratiques sous les termes d’effets de cavalerie ou de montage pyramidal, dit système de Ponzi, certaines devenant particulièrement sophistiquées et opaques (Mussa, 2009 : 8). Smith recommanda aux banques d’être très attentives à ces tran­sactions artificielles, le meilleur moyen pour lui étant que ces banques ne prêtent qu’à des clients qu’elles connaissaient particulièrement bien et à qui elles pouvaient faire confiance. Les notions de connaissance, de trans­parence et de confiance mutuelle, entre prêteurs et créanciers et vice versa, étaient donc essentielles pour Smith, bien plus que les mécanismes dits purs du marché, mis en avant par l’idéologie néolibérale (Sen, 2009 : 3). Smith a clairement énoncé que ces conditions étaient difficiles à réaliser et que le risque était grand à la fois pour les investisseurs et les banques. Comme il l’a écrit, 

[q]uand deux personnes [s’échangent] mutuellement leurs traites [pour faire monter artificiellement leur valeur, un banquier] doit immédiatement découvrir leur stratagème et réaliser qu’elles n’utilisent aucuns capitaux propres… Quand ces mêmes personnes [mobilisent] un grand cercle de « projec­tors » [ou de joueurs compulsifs, il devient alors] extrêmement difficile de faire une distinction entre une traite légitime et une autre fictive… En supposant qu’un banquier puisse faire cette distinction, il peut parfois y arriver trop tard… [Stopper cette spéculation circulaire entraînerait] nécessairement la faillite de ces personnes et, le cas échéant, en les ruinant, la banque peut aussi se ruiner elle-même (WofN, II.ii.72 : 311-312).

Les motivations de Smith à la base de ces régulations

13Il est souvent étonnant, pour de nombreuses personnes, de réaliser que Smith n’est pas le champion du laissez-faire. Certains auteurs suggèrent même que les principes de Smith ont été « kidnappés » (Carey, 2009 ; Moene, 2011) par des tenants des thèses néolibérales ou de l’école de Chicago en sciences économiques (McLean, 2006 ; Rothschild, 2001 ; Sen, 2011). Pour mieux comprendre ce kidnapping, il est important de se rappeler qu’en son temps, Smith était reconnu comme un philosophe moral (Boyer, 2011), comme l’auteur du livre La théorie des sentiments moraux, paru en 1759. La théorie économique qu’il a proposée en 1776 ou plutôt les principes d’économie politique qu’il défendit furent empreints de sentiments moraux, de justice et d’éthique, tentant de cerner les rôles respectifs du marché, de l’État, de la société civile et de l’environnement naturel ainsi que les interrelations complexes entre eux (Diatkine, 2014 ; Fleischacker, 2004 ; Haldane et May, 2011 ; Pauchant et al., 2007). Comme l’a remarqué avec justesse le prix Nobel d’économie Amartya Sen en se référant explicitement à l’œuvre de Smith, l’économie est une science et une pratique morale (Sen, 2003). Récemment, et dans un livre qui fait actuellement beaucoup de bruit, Thomas Piketty a de même conclu que la prétendue science économique ne peut être coupée des autres considérations sociales : il y inclut ainsi des perspectives historiques, anthropologiques, psychologiques, sociologiques, politiques et morales (Piketty, 2013).

14Smith, le philosophe moral qui a analysé de façon historique l’évolu­tion des sociétés et la révolution industrielle qu’il voyait littéralement se déployer sous ses yeux (Pauchant, à paraître), s’est inscrit dans une quête du bien commun. Ce désir d’équité sociale chez Smith, et non la pro­tec­tion d’un nombre réduit de personnes pouvant mettre en péril le bien-être commun, est particulièrement exprimé par son affirmation, repro­duite ci-dessous, qui va nettement à l’encontre de la défense dogmatique de la notion de liberté :

Restreindre des personnes privées… de recevoir des traites d’un banquier… alors que ces personnes désirent les accepter, ou res­treindre un banquier d’émettre ces traites quand ses voisins sont prêts à les accepter, est une violation manifeste du principe de liberté naturelle dont la fonction du droit est de protéger et non de restreindre… Mais l’extension de la liberté naturelle d’un petit nombre d’individus, qui peut mettre en danger la sécurité de la société dans son ensemble, est et doit être contrainte par les lois de chaque gouvernement… L’obligation d’ériger des pare-feu, dans le but de prévenir la propagation des incendies, est une violation de la liberté naturelle, exactement du même ordre que les régulations ici proposées pour le commerce des banques (WofN, II.ii. : 324).

15Ce souci social chez Smith était aussi en accord avec deux de ses croyances les plus essentielles à l’égard du système bancaire : le fait qu’il ne considérait les banques que comme des moyens au service de la produc­tion de biens et de services et que, pour lui, la vraie richesse des nations n’était pas monétaire. Ces deux notions peuvent sembler étranges dans notre monde actuel, souvent dominé par les institutions financières et l’appât du gain (Maillard, 2011 ; Sandel, 2012 ; Servan-Schreiber, 2014). Mieux les comprendre, cependant, permet de revisiter les fondements historiques de l’économie politique, de les comparer à notre réalité actuelle et d’ainsi explorer potentiellement de nouvelles avenues.

16Si Smith proposait d’ériger des pare-feu pour protéger la société des financiers et des banquiers malhonnêtes ou incompétents, il suggéra aussi que les banques peuvent se comporter de façon « sage » et « judicieuse » et que leurs activités sont tout à fait nécessaires dans des sociétés où l’indus­trie et les échanges se développent : l’avance de fonds par une banque, avec un taux d’intérêt raisonnable, pour un commerçant qui désire apprêter un navire ou pour un industriel qui veut construire une usine, était pour Smith une activité essentielle qui demande, pour se réaliser, de tels prêts et même la délivrance (prudente) de traites. Il nota cependant que le capi­tal d’une nation ne sera pas augmenté par ces prêts, mais bien par l’emploi et la production de biens et services que ces prêts peuvent engendrer, si l’activité ainsi financée est un succès. Comme il l’a écrit, « [c]e n’est pas en augmentant le capital d’une nation, mais en rendant une plus grande part de ce capital actif et productif… que les opérations judicieuses d’une banque peuvent accroître l’industrie d’un pays » (WofN, II.2.86 : 320).

17De même, Smith a toujours affirmé que la vraie « richesse des na­tions » n’est jamais d’abord monétaire. Il écrivit d’ailleurs son traité d’éco­nomie politique pour dénoncer les pratiques mercantilistes de son époque qui confondaient la richesse d’une nation avec son stock d’or et d’argent détenu ou retenu artificiellement par elle (Fleischacker, 2004). Smith proposa que cette fausse conceptualisation provînt du fait que l’argent a toujours une double signification, soit le moyen utilisé pour les échanges et l’unité définissant la valeur monétaire d’un bien. Selon lui, l’argent était avant tout un moyen d’échange ou ce qu’il a appelé la « grande roue de cir­culation » (WofN, II.2.14 : 289). Aussi considérait-il que la richesse d’une nation se basait sur la qualité de ses terres agricoles et de ses ressources naturelles, sur le nombre et la qualité des biens et des services produits et, enfin, sur le nombre d’emplois générés et rémunérés de façon juste. Cette « richesse » incluait aussi, chez Smith, l’essor intellectuel, scientifique, ar­tis­tique et moral, que l’opulence matérielle d’une nation peut supporter ou engendrer. Dans son livre La richesse des nations, il a dénoncé la « notion populeuse que l’argent constitue la richesse », trouvant cette notion « per­ni­cieuse » et « absurde » (WofN, IV.i.34 : 449). Nous sommes ici loin des définitions habituelles de la « richesse » que nous utilisons souvent aujour­d’hui en parlant de « profit » ou de « bénéfice » en entreprise ou de « pro­duit national brut » quand on se réfère à l’économie en général.

Cinq suggestions de réforme

18En englobant les six régulations proposées par Smith en son temps, nous proposons ci-dessous cinq suggestions pour réformer notre système finan­cier actuel. Bien sûr, comme notre situation présente est fort différente de celle qu’a vécue Smith en son temps, ces suggestions ne sont formulées qu’à titre indicatif bien qu’elles puissent, nous l’espérons, stimuler l’émer­gence de nouvelles conceptions.

Élaborer une nouvelle glass-steagall act

19De nombreux auteurs sont d’avis que Smith aurait approuvé des régula­tions telles que la Glass-Steagall Act. C’est par exemple l’avis de Michael Mussa, ancien chef économiste du Fonds monétaire international (Mussa, 2009). Cette réglementation, mise en place en 1933 comme une réponse au krach boursier de 1929, mais qui a été abolie en 1999, éta­blis­sait une distinction entre les banques commerciales (celles qui récoltent des dépôts financiers et accordent des prêts à des particuliers et à des entre­prises) et les banques d’investissement (celles qui spéculent et structurent les opérations et financements de marché). Celles-ci ont développé de nom­breuses autres activités en ingénierie financière, par exemple des produits dérivés, dont certains ont été décrits par l’investisseur Warren Buffet comme des « outils financiers de destruction massive » (Roubini et Mihm, 2010 : 198). Séparer de telles activités permettrait, d’après ces auteurs, de mieux gérer les risques financiers, grâce à la mise en place de pare-feu appropriés.

Réguler la spéculation et encourager la doctrine des effets réels

20Smith proposa que la délivrance de traites et l’extension du crédit soient en majorité dirigées vers des transactions réelles, liées à des biens ou à services concrets, par exemple un transport maritime de laine ou la construction d’une usine. Cette doctrine smithienne (Rockoff, 2011 : 254) est connue sous le nom de la doctrine du real bill ou des « effets réels » (Mussa, 2009). Elle est fort débattue actuellement, surtout en ce qui a trait aux produits de première nécessité, comme le blé ou le riz, dont dépendent des populations entières pour leur survie. Il est important de réaliser que le père de la théorie moderne de l’économie de marché, ou de ce qu’on appelle aujourd’hui de façon réductrice le « capitalisme » (expression que Smith n’employa jamais dans ses écrits – Sen, 2009 : 5), était contre la spéculation fictive. Il conseilla différemment « d’escompter un effet réel tiré par un vrai créancier sur un vrai débiteur, et qui, aussitôt qu’il arrive à échéance, est réellement payé par ce dernier » (WofN, II.ii.59 : 304).

Réorienter les banques vers une logique de financement de laproduction

21D’après de nombreux auteurs, beaucoup de grandes banques, aujourd’hui, cherchent davantage à augmenter leurs revenus qu’à financer l’effort pro­ductif national (Roubini et Mihm, 2011). Les programmes de refinan­cement à long terme lancés par différentes banques centrales à travers le monde pour soutenir les banques et leur fournir une source de finance­ment moins coûteuse que celle qui relève des conditions de marché se sont avérés avoir des effets mitigés sur l’octroi de crédit aux entreprises et aux particuliers. Parfois, des banques ou d’autres institutions ont conservé ces fonds pour améliorer leur bilan ou même spéculer, plutôt que de les redis­tribuer au sein de l’économie réelle (ECB, 2013 ; IMF, 2014). Certaines grandes institutions financières sont ainsi passées d’un rôle d’intermé­diaire ou de « grande roue de circulation », comme suggéré ci-dessus, à un rôle de gestionnaire « dynamique » pour compte propre. De trustees, tour­nées vers les intérêts de la société et de l’intérêt général, ces institutions sont devenues davantage préoccupées par leur propre compte de résultat ainsi instrumentalisé par les marchés financiers dans la course au profit maximal et à la valeur de l’actionnaire. Le modèle capitaliste-financier qui en résulte, fondé sur l’accumulation du capital par un petit nombre au détriment du plus grand nombre, correspond peu au libéralisme équilibré et soucieux d’équité prôné par Smith (Charolles, 2006 : 75). Pour des raisons similaires, Jacques Attali a, par exemple, proposé de « rendre leurs lettres de noblesse aux métiers d’ingénieurs [et] rendre à l’inverse le métier de banquier modeste et ennuyeux, ce qu’il n’aurait jamais dû cesser d’être » (2009 : 154).

Revenir à des établissements de taille raisonnable

22Les changements de logique et d’orientation mentionnés ci-dessus se sont faits dans le cadre d’un environnement compétitif accru, avec deux caractéristiques majeures : une guerre de la rentabilité mesurée par des indicateurs financiers de plus en plus exigeants et court-termistes, d’une part, et un mouvement de concentration des établissements bancaires menant à la réalité du too-big-to-fail, voire du too-big-to-save (Cassis, 2011 : 58), d’autre part. Ce mouvement de concentration sans précédent des grands établissements bancaires cotés en bourse depuis les an­nées 1980, appelés des « instruments de corruption politique » par certains (Muthu, 2008), fut, comme suggéré ci-dessus, dénoncé par Smith en son temps, ainsi que par Berle et Means (1932), juste après la grande dépres­sion de 1929. La crise récente a malheureusement accentué cette ten­dance : par exemple, aux États-Unis, la part des actifs bancaires détenus par les 10 plus grandes institutions financières est passée de 10 % à 50 % entre 1990 et 2008 et s’est encore accrue récemment ; au Canada, trois banques (la Banque Royale, la Banque TD et la Banque Scotia) repré­sentent actuellement 60 % des actifs financiers (IMF, 2014).

Contrer activement le lobbyisme

23Déjà à son époque, Smith, comme mentionné ci-dessus, avait dénoncé les situations de concentration monopolistique ou oligopolistique et l’in­fluence que les banques ou autres acteurs économiques pouvaient exercer sur le marché et les politiques gouvernementales. Bien qu’il doutât qu’un gouvernement totalement « impartial » puisse exister (Diatkine, 2014), Smith proposa ceci :

[…] l’intérêt des marchands ou des fabricants est toujours, à certains égards, différent voire contraire à celui du public. L’in­térêt des marchands est toujours d’élargir le marché et de res­treindre la compétition. Élargir le marché peut fréquemment correspondre à l’intérêt du public ; en revanche, limiter la concurrence lui est toujours contraire et n’a de raison d’être que pour permettre aux marchands, par l’augmentation des profits au-dessus de leur niveau naturel, de lever une taxe injuste sur le reste des citoyens dans leur seul intérêt. Toute proposition de nouvelle loi ou de réglementation commerciale émanant de cette classe de personnes devrait toujours être reçue avec la plus grande circonspection, et ne devrait être adoptée qu’après un long et sérieux examen réalisé non seulement avec la plus scru­puleuse, mais également la plus soupçonneuse attention. Car enfin, ce type de proposition provient d’une classe dont l’intérêt diffère de celui du grand public, et qui a avantage à tromper voire à opprimer le public et qui, de fait, l’a, en de maintes occasions, trompé et opprimé (WofN, I.xi.p.10 : 267).

Conclusion

24Même si l’époque de Smith diffère de la nôtre par de nombreux facteurs, certaines des suggestions du philosophe moral sont encore fort actuelles : elles mériteraient, d’après nous, d’être débattues sérieusement et compa­rées à d’autres. En fait, c’est par une relecture d’œuvres comme celle de Smith que nous pourrions mieux réaliser que certains des problèmes auxquels nous faisons face aujourd’hui s’enracinent dans une réalité historique fort longue et que leur résolution prendra beaucoup plus que des ajustements à la marge.

25L’adage Ceux qui ne peuvent pas se souvenir du passé sont condamnés à le répéter, évoqué au début du présent article, prend ici tout son sens et motive, entre autres, un retour historique au père fondateur de l’économie politique. Il arrive même parfois que certaines de ses vues, pourtant formulées au xviiie siècle, trouvent un écho particulièrement poignant par rapport à notre situation actuelle.

26Par exemple, Smith a pris position sur le thème des inégalités sociales : il a déploré que comparées « aux 10,000 familles qui se suppor­tent mutuelle­ment, 100 peut-être ne travaillent pas du tout et ne contri­buent en rien au bien commun » et que « celles qui travaillent ont une infime partie des biens nécessaires » (LJ : 341). Cette observation est proche de celle qui a été médiatisée récemment par le mouvement Occupy Wall Street, soit que 1 % des personnes détiennent plus de la moitié des ressources financières du monde (Chomsky, 2012). Il est donc erroné d’affirmer, comme l’a fait par exemple Piketty, qu’« Adam Smith […] ne se pose pas véritablement la question d’une possible divergence de répartition des richesses à long terme » (2013 : 21, note 1).

27Smith envisageait le développement économique dans une évolution sociétale plus large, incluant la justice et l’équité sociales, l’accès à l’éduca­tion pour tous ou l’éveil aux arts et aux sentiments empathiques (Evensky, 2005 ; Frazer, 2010 ; Wight, 2006). En tant que membre du Siècle des « lumières écossaises », avec son ami David Hume, il considérait comme concomitants le développement des individus et l’évolution des sociétés (Pauchant, à paraître ; Rothschild, 2001).

28Son époque était encore entachée de féodalisme, où les seigneurs régnaient en maîtres et où une très grande majorité d’aristocrates ou de personnes proches du pouvoir royal décidaient des lois, régissant la justice et le commerce. Se distanciant fortement de l’idéologie du « laissez-faire » des physiocrates français (Smith d’ailleurs n’a jamais utilisé cette expres­sion dans ses écrits), le philosophe a proposé de nombreuses réformes dans le but que l’avènement de ce développement profite à tous, investis­seurs et artisans, propriétaires terriens et ouvriers agricoles, petits entre­preneurs et banquiers, chefs d’entreprise et employés. Pour le dire façon succincte, en relation avec les secteurs de la banque et de la finance, Smith n’a pas voulu remplacer les aristocrates de son époque par ce que l’on pour­rait appeler les financiocrates actuels.

29Dénonçant ces inégalités (Fleischacker, 2004 : 224-226), Smith fut un partisan du libéralisme, voyant dans le développement de l’agriculture, de l’industrie et du commerce l’occasion pour un grand nombre de personnes de s’affranchir de leur dépendance et d’accéder à une vie où leurs besoins essentiels, comme « la nourriture, l’habillement et le loge­ment » (LJ : 340), pourraient enfin être satisfaits. Fin observateur, il suggéra de plus que ces besoins essentiels n’étaient pas seulement finan­ciers ou matériels, mais incluaient aussi d’autres attributs plus subjectifs, comme la possibilité de faire des choix pour soi-même, de s’instruire ou de fonctionner dans la société sans honte ou manque de dignité. De plus, le développement moral d’une société s’effectuait pour lui certes par la régulation et le droit, des notions plus « objectives », mais aussi par des processus plus « subjectifs », comme l’éducation aux sentiments moraux, le développement de l’empathie et une sensibilisation à l’évolution lente de la culture et de la structure des sociétés (Frazer, 2010). Comme il l’a écrit, « [p]ar la notion de nécessité, je n’inclus pas seulement les choses qui sont nécessairement indispensables pour le maintien de la vie, mais aussi ce que la culture d’un pays rend indécent d’être privé, pour chaque personne digne de respect, et même pour les classes défavorisées » (WofN, V.ii.k.3 : 871). Deux siècles plus tard, et en faisant explicitement référence à l’œu­vre de Smith, Sen désignera ces besoins par le terme de capabilités (Sen, 2003 ; Nussbaum, 2011 ; Ricœur, 2004 : 225-236).

30Enfin, Smith n’a pas proposé qu’une prétendue « main invisible » allât, comme par magie, faire disparaître les inégalités ou les manques de dignité avec le seul développement économique. Comme Valérie Charolles, de la Cour des comptes de Paris, l’a bien noté, cette compré­hen­sion faussée de l’œuvre de Smith et la confusion que nous entretenons entre les notions de libéralisme et de capitalisme font partie intégrante de nos problèmes actuels (Charolles, 2006).

31Nous avons ouvert le présent texte avec une citation de Sen qui attribue à la réduction des vues de Smith le manque d’éthique en sciences économiques. Nous terminerons de même avec cet auteur. Sans en faire une panacée, Sen voit dans l’œuvre de Smith l’enracinement du renouveau politique, légal et moral dont nous avons besoin, comme il l’a affirmé récemment :

Parallèle aux emprunts appropriés de Smith [en théorie écono­mique], il existe aussi de nombreux abus. […] Ceci demande de sérieuses rectifications. [Mais] il existe des utilisations additionnelles [de son œuvre] qui ont été malheureusement négligées […], particulièrement en philosophie morale, politi­que et légale. […] Il reste encore beaucoup de vie dans les idées de cet intellectuel remarquable (2011 : 270).

Cette recherche a été réalisée grâce au soutien de l’Autorité des marchés financiers du Québec (AMF), que nous remercions. Les vues exprimées dans le présent article n’engagent que la responsa­bilité de ses auteurs. Nous remercions également les deux évaluateurs d’Éthique publique pour leurs commentaires, ainsi que certains participants à la conférence organisée à l’IESE Business School de Barcelone, « Ethics, business and society », où cet article a été présenté le 30 juin 2014.

Haut de page

Bibliographie

Attali, Jacques (2009), La crise, et après ?, Paris, Fayard.

Berle, Adolf, et Gardiner Means (1932), The Modern Corporation and Private Property, New York, Macmillan.

Blaug, Mark (1990), Economic Theory in Retrospect, Cambridge, Cambridge University Press.

Boyer, Jean-Daniel (2011), Comprendre Adam Smith, Paris, Armand Colin.

Carey, Toni Vogel (2009), « The credit crunch. Don’t blame Adam Smith », Philosophy Now, no 73, p. 1-4.

Carroll, Archie B., et al. (2012), Corporate Responsibility. The American Experience, New York, Cambridge University Press.

Cassis, Youssef (2011), Crisis and Opportunities. The Shaping of Modern Finance, New York, Oxford University Press.

Charolles, Valérie (2006), Le libéralisme contre le capitalisme, Paris, Fayard.

Chavagneux, Christian, et Igor Martinache (2012), Vive l’État ! : Extraits de La richesse des nations de Adam Smith, Alternatives économiques, Paris, les Petits Matins.

Chomsky, Noam (2012), Occupy, New York, Zuccotti Park Press.

Diatkine, Daniel (2014), « Les capitalistes et les législateurs : à propos du sys­tème de la liberté naturelle selon Adam Smith », Revue économique, vol. 65, no 2, p. 337-356.

Doane, Deborah (2005), « The myth of CSR », Stanford Social Innovation Review, vol. 3, no 3, p. 23-29.

Duska, Ronald (2014), « Ethics in financial services. Systems and individuals », dans M. Boylan (dir.), Business Ethics, Londres, John Wiley, p. 325-338.

European Central Bank (2013), Banking Structures Report, [En ligne], [http://www.ecb.europa.eu], (12 novembre 2014).

Evensky, Jerry (2005), Adam Smith’s Moral Philosophy, Cambridge, Cambridge University Press.

Fleischacker, Samuel (2004), On Adam Smith’s Wealth of Nations. A Philoso­phical Companion, Princeton, Princeton University Press.

Frazer, Michael L. (2010), The Enlightenment of Sympathy. Justice and the Moral Sentiments in the Eighteenth Century and Today, New York, Oxford University Press.

Geithner, Timothy F. (2014), Stress test : reflections on financial crises,Random House Large Print.

Haldane, Andrew G., et Robert M. May (2011), « Systemic risk in banking ecosystems », Nature, vol. 469, no 7330, p. 351-355.

International Monetary Funds (IMF) (2014), Global Financial Stability. Moving From Liquidity to Growth-Driven Markets, Washington DC, April.

Krugman, Paul (2009), The Return of Depression Economics and the Crisis of 2008, New York, W.W. Norton.

Lacroix, André, et Allison Marchildon (2013), Quelle éthique pour la finance ? Portrait et analyse de la finance socialement responsable, Montréal, Presses de l’Université du Québec.

Maillard, Jean de (2011), L’arnaque. La finance au-dessus des lois et des règles, Paris, Gallimard.

Mehran, Hamid, Alan Morrison et Joel Shapiro (2011), Corporate Gover­nance and Banks : What Have We Learned from the Financial Crisis ?, Federal Reserve Bank of New York, Staff Report no 502, [En ligne], [http://www.newyorkfed.org/research/staff_reports/sr502.pdf], (2 juin 2014).

McCraw, Thomas K. (1990), « In retrospect : Berle and Means », Reviews in American History, vol. 18, no 4, p. 578-596.

McLean, Iain (2006), Adam Smith, radical and egalitarian: an interpretation for the twenty-first century, Edinburgh, Edinburgh University Press.

Moene, Karl Ove (2011), « The moral sentiments of wealth of nations », The Adam Smith Review, vol. 6, p. 191-206.

Mussa, Michael (2009), « Adam Smith and the political economy of a modern financial crisis », Business Economics, vol. 44, no 1, p. 3-16.

Muthu, Sankar (2008), « Adam Smith’s critique of international trading companies : theorizing “globalization” in the age of Enlightenment », Political Theory, vol. 36, no 2, p. 185-212.

Nussbaum, Martha C. (2011), Creating Capabilities. The Human Development Approach, Boston, Harvard University Press.

Pauchant, Thierry C., et al. (2007), « Deux outils pour encourager des pratiques morales et éthiques en gestion », Gestion, vol. 32, no 1, p. 31-38.

Pauchant, Thierry C. (à paraître), « Adam Smith’s socio-cultural theory of evolution. New insights from his 1749 lecture », The Adam Smith Review.

Piketty, Thomas (2013), Le capital au xxie siècle, Paris, Seuil.

Rajan, Raghuram G. (2010), Fault Lines. How Hidden Fractures Threaten the World Economy, Princeton, Princeton University Press.

Reinhart, Carmen M., et Kenneth S. Rogoff (2009), The Time Is Different. Eight Centuries of Financial Folly, Princeton, Princeton University Press.

Ricœur, Paul (2004), Parcours de la reconnaissance, Paris, Gallimard.

Rockoff, Hugh (2011), « Upon daedalian wings of paper money : Adam Smith and the crisis of 1772 », The Adam Smith Review, vol. 6, p. 237-268.

Rothschild, Emma (2001), Economic Sentiments. Adam Smith, Condorcet, and the Enlightenment, Boston, Harvard University Press.

Roubini, Nouriel, et Stephen Mihm (2011), Crisis Economics. A Crash Course in the Future of Finance, New York, Penguin Books.

Sandel, Michael J. (2012), What Money Can’t Buy. The Moral Limits of Markets, New York, Farrar, Strauss and Giroux.

Santayana, George ([1905] 2011), The Life of Reason, édité par M. S. Wokeck et M. A. Coleman, Boston, MIT Press.

Sen, Amartya (1988), « The concept of development », dans H. Chenery et T. N. Srinivasan, Handbook of Development Economics, Volume I, Elsevier Science Publishers B.V.

Sen, Amartya (2003), L’économie est une science morale, Paris, La Découverte/Poche.

Sen, Amartya (2009), « Capitalism beyond the crisis », The New York Review of Books, 26 mars, vol. 55, no 6, p. 1-7.

Sen, Amartya (2011), « Uses and abuses of Adam Smith », History of Political Economy, vol. 43, no 2, p. 257-271.

Servan-Schreiber, Jean-Louis (2014), Pourquoi les riches ont gagné, Paris, Albin Michel.

Smith, Adam ([1749] 1985), Lectures on Rhetoric and Belles Lettres, édité par J.C. Bryce, Indianapolis, Liberty Fund, and Oxford University Press.

Smith, Adam ([1759] 1982), The Theory of Moral Sentiments, édité par D.D. Raphael et A.L. Macfie, Indianapolis, Liberty Fund, and Oxford University Press.

Smith, Adam ([1763] 1979), Lectures on Jurisprudence, édité par R.L. Meek, D.D. Raphael et P.G. Stein, Indianapolis, Liberty Fund, and Oxford University Press.

Smith, Adam ([1776] 1981), An Inquiry into the Nature and Causes of the Wealth of Nations, vol. I et II, édités par R.H. Campbell et A.S. Skinner, Indiana­polis, Liberty Fund, and Oxford University Press.

Smith, Adam ([1791] 1982), Essays on Philosophical Subjects, édité par W.P.D. Wichtman, J.C. Bryce et I.S. Ross, Indianapolis, Liberty Fund, and Oxford University Press.

Smith, Adam (1987), The Correspondence of Adam Smith, édité par E. C. Mossner et I.S. Ross, Indianapolis, Liberty Fund, and Oxford University Press.

Stiglitz, Joseph E. (2010), Freefall : America, Free Markets and the Sinking of the World Economy, New York, W.W. Norton.

Walsh, James (2014), « Adam Smith and the 2008 financial crisis », Working Paper Kennedy School of Government, Boston, Harvard University.

West, Edwin G. (1997), « Adam’s Smith support for money and banking regulation : a case of inconsistency », Journal of money, Credit, and Banking, vol. 29, no 1, p. 127-134.

Wight, Jonathan B. (2006), « Adam Smith’s ethics and the “noble arts” », Review of Social Economy, vol. 64, no 2, p. 155-180.

World Economic Forum (WEF) (2013), Global Risks 2013, huitième édition, Coligny/Genève, Suisse.

Haut de page

Notes

1  Toutes les traductions de Smith dans cet article ont été effectuées par les auteurs. Selon l’usage courant, les références indiquent les ouvrages de Smith en donnant leurs paragraphes et leurs pages, soit « LRBL » (Lectures on Rhetoric and Belles Lettres), « TMS » (The Theory of Moral Sentiments), « LJ » (Lectures on Jurisprudence), « WofN » (The Wealth of Nations), « EPS » (Essays on Philosohical Subjects) et « COR » (Correspondance of Adam Smith).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry C. Pauchant et Elisabeth A. Franco , « Adam Smith au-delà de sa caricature néolibérale : suggestions réglementaires et éthiques pour la banque, la finance et l’économie », Éthique publique [En ligne], vol. 16, n° 2 | 2014, mis en ligne le 12 mai 2015, consulté le 26 mars 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/1528 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.1528

Haut de page

Auteurs

Thierry C. Pauchant

Thierry C. Pauchant (M. Sc., MBA, Ph. D.) est professeur titulaire à HEC Montréal, où il a reçu le Prix de la recherche et celui de la péda­gogie. Il y est le directeur de la Chaire de management éthique, première chaire de ce type créée dans une école de gestion de la francophonie. Ancien gestionnaire et consultant ou formateur pour de très nombreuses organisations, il est auteur et coauteur de plus de 100 articles et chapitres scientifiques ou professionnels, ainsi que de 12 ouvrages. Ses recherches actuelles portent sur le renforcement des considérations morales dans les échanges économiques et l’audit éthique en entreprise, au moyen d’un nouveau questionnaire qu’il a créé avec ses associés et partenaires.

Articles du même auteur

Elisabeth A. Franco

Elizabeth A. Franco est diplômée de l’École supérieure de commerce de Paris (ESCP) Europe, en France (MBA en 1997). Elle est également titu­laire de deux maîtrises de l’Universidad Complutense/Instituto de Estu­dios Bursatiles en Espagne : un master portant sur les marchés financiers et la gestion d’actifs (2011) et un autre portant sur la responsabilité sociale des banques (2013). Elle a travaillé pendant près de quinze ans dans diffé­rentes banques européennes et mexicaines. Elle a effectué de nombreuses missions d’audit interne et de conseil en organisation et stratégie dans neuf pays différents. Elizabeth Franco est actuellement doctorante à HEC Montréal, à la Chaire de management éthique. Sa thèse porte sur l’étude et la compréhension du rapport entre culture organisationnelle et éthique au sein des institutions financières.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org