Navigation – Plan du site
De quelques enjeux des pratiques et alternatives actuelles

Les enjeux de la moralisation de l’économie : réflexion à partir des exemples de la RSE et de la FSR

André Lacroix et Allison Marchildon

Résumé

La succession récente de crises économiques et financières constitue le symptôme le plus évident des dysfonctionnements du système économique. De nouvelles approches comme la responsabilité sociale des entreprises (RSE) et la finance socialement responsable (FSR) proposent d’humaniser le capitalisme et de reconfigurer l’économie de marché. Ces deux courants de pensée ont d’ailleurs contribué à opérer un important changement dans l’imaginaire social quant à la façon de concevoir la légitimité des activités économiques. Malgré leur grand inté­rêt, ces nouvelles approches comportent des limites relativement à leur effica­cité et leur capacité de remédier aux dysfonctionnements reconnus. C’est pour­quoi nous souhaitons examiner ces deux approches et envisager la discussion des questions éthiques dans une perspective plus large. Nous le ferons en affirmant que le dilemme éthique de l’économie se pose assez simplement dans les termes suivants : moraliser l’économie de l’intérieur ou reformuler la question éthique à l’extérieur du discours économique, notamment par la voie politique et démocra­tique. Dans le premier cas de figure, c’est l’effectivité des approches normatives comme la RSE et la FSR qui doit être examinée. Dans le second cas de figure, c’est la place de l’éthique dans le discours social et sa relation avec l’économie qui doit être discutée. Nous discuterons donc ces deux cas de figure et proposerons de reformuler la question éthique à l’extérieur de la sphère économique en utilisant l’éthique comme cadre d’analyse transversale et matrice des choix sociopolitiques.

Haut de page

Texte intégral

1La succession récente de crises économiques et financières constitue le symptôme le plus évident des dysfonctionnements du système écono­mique. Et ceux-ci ne sont pas que de pures abstractions mathématiques qui se laissent intégrer dans les algorithmes de nos financiers. Bien au contraire. Ils ont des répercussions directes sur les personnes, les collec­tivités et les écosystèmes, au point de nous obliger à remettre en question nos manières de vivre et d’envisager le vivre ensemble. Face à ce constat, plusieurs groupes d’experts, groupes de pression et de citoyens, d’hommes et de femmes d’affaires, de même que de chercheurs ont cherché des solu­tions pour humaniser le capitalisme et reconfigurer l’économie de marché. Parmi les propositions faites par ces différents groupes, certaines ont été retenues et ont gagné en popularité au point d’être désormais considérées par plusieurs comme de nouveaux standards économiques. C’est le cas notamment de la responsabilité sociale des entreprises (RSE) et du développement durable (Gendron, 2000 et 2006 ; Marchildon, 2011), de la finance socialement responsable (FSR) (Bourque et Simard, 2004 ; Lacroix et Marchildon, 2013), de la consommation responsable (Durif et al., 2013 ; Waridel, 2011) ou encore des certifications éthiques, sociales ou environnementales (McEwan et Bek, 2009). Hors du giron de l’État ou de concert avec celui-ci, ces propositions, qui sont autant de dispositifs différents de régulation de l’économie, s’inscrivent toutefois à l’intérieur des forces du marché pour « moraliser » le capitalisme. Ce faisant, elles ont contribué à opérer un important changement dans l’imaginaire social quant à la façon de concevoir la légitimité des activités économiques. Tout aussi intéressantes puissent-elles être cependant, ces nouvelles approches n’en soulèvent pas moins des questions et comportent des limites relative­ment à leur efficacité et à leur capacité de remédier aux dysfonction­ne­ments reconnus.

2C’est pourquoi nous souhaitons examiner ces nouvelles approches qui cherchent à réformer nos systèmes économiques de l’intérieur et envi­sager la discussion des questions éthiques dans une perspective plus large. Nous le ferons en affirmant que le dilemme éthique de l’économie se pose assez simplement dans les termes suivants : moraliser l’économie de l’inté­rieur, comme le souhaitent explicitement des penseurs tels Sen (1993) ou Hirschman (1984) et implicitement les tenants des approches alternatives que nous venons d’évoquer, ou reformuler la question éthique à l’extérieur du discours économique (Lacroix, 2009), notamment par la voie politique et démocratique (Hache, 2011 ; Stiglitz et Greenwald, 2014). Dans le pre­mier cas de figure, c’est l’effectivité des approches normatives comme la RSE et la FSR qui doit être examinée. Dans le second cas de figure, c’est la place de l’éthique dans le discours social et sa relation avec l’économie qui doit être discutée. Nous aborderons ce dilemme par une analyse critique des tentatives faites jusqu’à maintenant pour « moraliser l’économie » en insistant sur les deux approches que sont la RSE et la FSR afin de montrer dans quel contexte ces démarches s’inscrivent et quels en sont les tenants et les aboutissants. Nous proposerons ensuite de refor­mu­ler la question éthique à l’extérieur de la sphère économique en utilisant l’éthique comme cadre d’analyse transversale et matrice des choix sociopolitiques.

La moralisation de l’économie par la RSE et la FSR

3Les mouvements que sont la RSE et la FSR se veulent des réponses aux processus de déréglementation économique qui se sont enclenchés à partir des années 1980. C’est la raison pour laquelle nous avons retenu ces deux approches aux fins du présent texte, dans la mesure où elles constituent deux « idéaux types » des propositions de « moralisation de l’économie ». Mais encore faut-il préciser ce que nous entendons par « moralisation de l’économie » avant d’aller plus loin, puisque cette notion est au cœur de l’hypothèse que nous développons dans ce texte. Nous entendons donc par « moralisation de l’économie » les initiatives qui tentent de « poser la question éthique à l’intérieur du discours économique en se demandant comment rendre nos sociétés plus équitables dans le respect de l’économie de marché » (Lacroix, 2009 : 153). Pour emprunter les termes d’Émilie Hache, ce sont ainsi des « propositions de redéfinition de l’économie qui ouvrent la porte à une autre approche qui, aussi hétérogène soit-elle, fait une place aux questions morales » (2011 : 103). À partir d’une telle com­préhension du concept de moralisation de l’économie, il nous est apparu tout naturel d’y associer la RSE et la FSR, qui se présentent comme des alternatives éthiques aux approches économiques standard. Leur analyse nous permettra de définir les enjeux de la moralisation de l’économie, et les problèmes qui en découlent.

Le cas de la RSE

4À l’image des propositions de moralisation de l’économie qui sont très hétérogènes (Hache, 2011), les initiatives qui s’inscrivent dans le courant de la RSE revêtent diverses formes, selon le contexte dans lequel elles ont évolué. Pour comprendre cette multiplicité de formes, il faut remonter aux origines des approches alternatives à l’économie de marché afin de constater que, si le concept de RSE s’est développé au cours du xxe siècle (Carroll, 1999), on situe ses sources conceptuelles au début du xixe siècle (Crowther et Rayman-Bacchus, 2004 ; Jones, 1996), notamment dans les écrits de Robert Owen en 1816. Dans le contexte sociopolitique propre à cette époque, les travailleurs bénéficiaient de peu de protection sociale et les États démocratiques naissants étaient peu préparés à intervenir devant le phénomène nouveau de l’industrialisation. Ainsi, lorsqu’il était question d’une responsabilité à l’égard des activités économiques en effervescence, c’étaient les commerçants et les entrepreneurs industriels eux-mêmes qui, devant les risques et les conséquences parfois délétères de celles-ci, rem­plissaient leur devoir moral en jouant le rôle de protecteur de leurs em­ployés : ils leur fournissaient logement, éducation et soins de santé, et ce, directement ou par l’intermédiaire d’œuvres sociales ou charitables. C’est la raison pour laquelle la moralisation des activités économiques a d’abord pris des airs de paternalisme entrepreneurial. Mais, avec la sépa­ration subséquente de la propriété et du contrôle des entreprises au tour­nant du xxe siècle, avec le passage à l’actionnariat et à la forme corporative et, en parallèle, le développement des droits du travail et la socialisation des risques, allant éventuellement jusqu’à la constitution d’un État-providence dans les pays occidentaux, ce paternalisme moral s’est transformé en un légalisme moral. D’une part, de plus en plus de lois obligeaient les entre­prises à assumer des responsabilités envers leurs employés, de même qu’envers d’autres parties prenantes, leurs actionnaires au premier chef. D’autre part, l’État assumait une part croissante des coûts associés à la protection des travailleurs et de l’environnement. C’est dans ce contexte que la question de la RSE – et non plus celle de l’homme d’affaires (Bowen, 1953) – a commencé à se poser. En effet, lorsque l’action publi­que ne se révélait pas suffisante ou que les lois ne semblaient pas assez contraignantes, c’est non plus vers l’État mais vers les entreprises dont les pratiques étaient jugées inacceptables que la société civile a dirigé ses pressions politiques (Vogel, 1974). Or, si pressions avaient toujours pour objectif un resserrement de l’encadrement étatique, elles ont également ouvert la voie à l’institutionnalisation progressive de ce qu’il est désormais convenu d’appeler la RSE (Vogel, 2005). Cette responsabilité s’est d’abord manifestée en tant que réponse à des pressions sociales, donc sous une forme très réactive de moralisation des activités des entreprises. Elle s’est ensuite mue en une forme volontaire et stratégique de prise en compte de considérations sociales, environnementales et de gouvernance par les entreprises, qui y ont vu une occasion de se distinguer sur le marché, se joignant au mouvement avec un étonnant volontarisme. De façon plus subtile, les tenants de la RSE ont aussi imposé une dimension politique à ce mouvement, avec le retrait plus ou moins prononcé de l’État des sphères sociales et économiques à partir des années 1980, la RSE s’imposant comme un nouveau vecteur de solidarité sociale. La RSE est alors devenue une façon privilégiée de moraliser l’économie tout en légitimant implicitement les processus de déréglementation et de privati­sation amorcés par les États (Kinderman, 2011 ; Boisvert, 1999). Dans le contexte actuel de gouvernance mondialisée et d’affaiblissement du rôle et du pouvoir des États nationaux, cette approche a même favorisé une participation active des entreprises aux processus publics de prise de déci­sion politique pour redéfinir les normes et attentes en matière de respon­sabilité sociale (Scherer et Palazzo, 2011 ; Dhaouadi, 2008).

5En tant que nouveau référent normatif, la RSE revêt par conséquent un caractère polymorphe (Racine, 2006), qui peut être analysé de plu­sieurs façons (Gendron, 2000 ; Béji-Bécheur et Bensabaa, 2005 ; Dhaouadi, 2008). Mais, tout en reconnaissant les diverses manières dont se décline ce courant de pensée qu’est la RSE, et le fait que ces différentes formes de la RSE coexistent dans la sphère publique aujourd’hui, il est pos­sible de réunir toutes ces approches sous un même chapeau en défi­nissant la RSE comme un mouvement de pensée qui consiste à défendre l’idée que les entreprises doivent tenir compte des dimensions environ­ne­mentales, sociales et de gouvernance de leurs activités dans leurs décisions et opérations d’affaires, et ce, de façon volontaire (Marchildon, 2011 : 23). Et il y a de plus en plus d’entreprises qui adhèrent à cette conception de la gestion, au point d’en faire maintenant un mouvement dont on ne peut ignorer la présence dans la sphère économique. C’est pour cette raison que Marc T. Jones (1996) considère la RSE comme l’interface privilégiée entre l’entreprise et la société, et que nous pouvons de notre côté affirmer que la RSE est sans aucun doute l’idéal type par excellence, avec la FSR à laquelle nous consacrons la prochaine section de ce texte, en matière d’ap­proche voulant « humaniser l’économie » et introduire l’éthique dans le discours économique.

Le cas de la FSR

6Comme la RSE, la FSR est une réponse aux dysfonctionnements de l’économie ; elle vise plus précisément les milieux financiers lorsque ceux-ci deviennent prisonniers d’une approche spéculative empreinte de cupi­dité, pour reprendre les mots de Joseph E. Stiglitz (2010). De la même façon que la RSE, elle constitue une réponse formulée de l’intérieur du système économique pour pondérer, de différentes manières et dans des buts divers, une décision de placement, d’investissement ou de capita­lisation en recourant à des valeurs ou à des critères « extra-financiers ». Elle constitue ainsi une autre approche innovatrice pour intégrer d’autres valeurs dans les choix économiques (Sparkes, 2001). Mais, pour mieux cir­conscrire cette nouvelle approche, il importe de revenir à ses sources, qui se trouvent d’abord dans la mouvance religieuse. Le mouvement de l’investissement éthique débute ainsi au début du xxe siècle, avec le refus des communautés religieuses d’investir leurs économies dans certains sec­teurs de l’économie jugés « immoraux ». Ces communautés entreprennent de soumettre leurs décisions d’investissement à des valeurs et à des prin­cipes religieux, de façon à rendre ces investissements moralement acceptables à leurs yeux. Le mouvement va ensuite prendre une dimension plus sociale et politique à partir des années 1960, alors qu’il s’inscrira dans une tendance sociale à portée beaucoup plus large en faveur d’une réforme du système économique mondial dans lequel l’entreprise devient un lieu privilégié de changement politique, social et environnemental (Vogel, 1978 et 2005), notamment sous les pressions des investisseurs institution­nels qui réclameront des outils d’épargne collective plus responsables socialement, puis sous l’impulsion des consommateurs-épargnants de plus en plus nombreux à vouloir « que les produits et services qu’ils consom­ment soient en accord avec leurs valeurs » (Loiselet, 2000 : 2). À partir des années 1980 et surtout 1990, la FSR va s’institutionnaliser par la création de fonds éthiques, solidaires ou socialement responsables, par la for­mation de divers groupes et organisations revendiquant auprès du milieu financier la prise en compte de leurs préoccupations sociales et environ­nementales, de même que par la constitution d’associations propres à cette industrie et l’élaboration de principes en vue de baliser la FSR. Cette ins­ti­tutionnalisation du mouvement va permettre à la FSR d’être reconnue par les intervenants des milieux financiers, mais aussi par de nombreux citoyens et investisseurs. Tout comme la RSE, la FSR s’avère ainsi une façon de moraliser l’économie en proposant une réponse normative aux dérives économistes de nos sociétés, c’est-à-dire une démarche proposant l’adoption de nouveaux principes permettant de bonifier la réflexion écono­mique et les prises de décision des entreprises. Mais, ces réponses normatives, tout intéressantes qu’elles soient, comportent aussi les limites d’une réponse « pensée et réfléchie » à partir des règles économiques, celles-là mêmes qui ont mené ces économies à des crises à répétition.

Quand moralisation de l’économie signifie subordination de l’éthique à l’économie

7Dans un ouvrage paru en 2002, Charles Handy soutient que l’entreprise dépend de la société tout comme la société dépend de l’entreprise. À ses yeux, la dimension sociale des activités de l’entreprise ne fait donc aucun doute et impose un traitement social des décisions économiques. Selon les tenants de l’approche business and society défendue par Handy, la plupart des approches alternatives au discours économique auraient par consé­quent été articulées en fonction de cette idée qui consiste à adapter les décisions des entreprises aux impératifs sociaux, environnementaux et de saine gouvernance. Ces nouvelles approches ont ainsi entraîné des chan­ge­ments non négligeables en ce qui a trait à la prise en compte de la dimension éthique des activités économiques. Pourtant, tout intéressantes qu’elles soient, les alternatives que sont la RSE et la FSR ne sont pas sans défauts, et nombreuses sont les critiques qui leur sont aujourd’hui adres­sées. Nous ne reprendrons pas ici ces critiques de façon systématique. Nous nous attarderons plutôt à ce qui nous apparaît constituer le principal problème lié à ces alternatives : la subordination de l’éthique à l’économie qu’elles cristallisent. Car si des approches alternatives comme la RSE et la FSR ont pu avoir des visées de profonde transformation de l’économie à l’origine, elles se sont substantiellement assouplies, voire dé-radicalisées, pour devenir plus accessibles aux entreprises (Shamir, 2004). Ainsi, en cherchant à prendre en considération de nouvelles variables – que l’on appellera parfois extra-économiques – pour bonifier les approches écono­miques existantes, de telles alternatives ne remettent aucunement en ques­tion les postulats de base de la science économique ni le cadre de lecture économique de nos sociétés. En s’institutionnalisant, notamment dans des instances supranationales, non gouvernementales ou étatiques, tels l’Organisation des Nations Unies (Pacte mondial), l’Organisation de coopération et de développement économiques ou les États, elles misent plutôt sur la prise en compte de principes (principe de précaution, droits de la personne et du travail, principes d’investissement responsable, etc.), l’intégration de nouveaux critères et indicateurs de performance (indica­teurs du Global Reporting Initiave (GRI), critères ESG (environnemen­taux, sociaux et de gouvernance), triple bottom line, etc.), le recours aux certifications (éthiques, sociales ou environnementales) ou encore la considération de valeurs sociales, religieuses, environnementales et de responsabilité pour « humaniser le discours économique ». En ce sens, de nouvelles normes et de nouveaux mécanismes de contrôle sont déployés dans le respect des paramètres actuels du discours économique et ont pour principale fonction de proposer une manière de formuler des décisions socialement plus acceptables. Nous pourrions même dire qu’ils tablent sur le respect manifesté à l’égard de ce cadre d’analyse pour établir leur crédi­bilité et qu’ils contribuent à en maintenir la légitimité pour cette raison. Dès lors, plutôt que d’être imaginé par les politologues, les sociologues ou les anthropologues, l’espace commun est associé à l’espace économique, où le marché est posé comme une réalité (Polanyi, 1954 ; Dardot et Laval, 2009) et un modèle de société. Dans ce contexte, l’éthique, définie comme une réflexion critique portant sur les dimensions axiologique et normative de l’action humaine, se trouve subordonnée à ce cadre normatif et se voit contrainte d’élaborer sa réflexion à l’intérieur des postulats de base de la science économique ou de ce que certains chercheurs ont qualifié d’éco­nomisme (Lacroix, 2009). Or, au-delà de la prise en compte de consi­dérations éthiques ou morales à l’intérieur même du cadre économique, c’est la suprématie – ou du moins la prédominance – de ce cadre écono­mique sur le cadre éthique qui soulève plusieurs risques. Nous définirons ces risques dans ce qui suit pour ensuite proposer une alternative qui nous semblerait plus porteuse dans la dernière section.

Les risques d’une subordination de l’éthique à l’économie

8Hache observe avec justesse que « la possibilité d’une dimension morale des questions économiques et les efforts pour la faire exister font face à une histoire dans laquelle l’intervention de la morale n’a cessé ou bien d’être rejetée comme moraliste, ou bien d’être instrumentalisée comme justification de pratiques économiques immorales » (2011 : 100). Et comme nous le mentionnions plus tôt, la FSR et la RSE sont de ces idéaux types « d’articulation entre les problématisations économiques et nos préoccupations morales » qui comportent des risques d’instrumen­taliser ou de récupérer l’éthique, ou encore de se poser comme nouveaux dogmes moraux. Ce sont ces risques que nous souhaitons maintenant évoquer en les regroupant en quatre grandes catégories.

Le risque d’instrumentalisation

9Le « risque – d’instrumentalisation ou – de récupération despréoccupa­tions morales par l’économie » (Hache, 2011 : 102) est certainement celui qui est le plus fréquemment abordé et décrié, tant par les acteurs sociaux que dans la littérature. Qu’il s’agisse du fait que les intentions et les discours ne se matérialisent pas en pratiques concrètes, que ceux-ci soient mobilisés à des fins purement stratégiques – pour favoriser une bonne image d’entreprise ou augmenter les ventes –, voire qu’ils soient instru­mentalisés « comme justification de pratiques économiques immo­rales » (Hache, 2011 : 100), ce risque est probablement celui qui laisse planer le plus de doutes sur la possibilité d’une articulation saine et constructive entre éthique et économie. À ce premier risque bien réel, il nous faut ajouter celui qui concerne l’écart entre l’intention, le discours et l’action, ce qui constitue un problème fondamental en philosophie morale. Et ce risque de voir les tenants de ces discours être incapables d’arrimer le discours à l’action s’observe évidemment dans le cas des approches de la RSE et de la FSR. En effet, ne peut-on pas raisonnable­ment se demander dans quelle mesure les discours des tenants de la RSE, maintenant pro­férés par la majorité des grandes entreprises occidentales, sont précédés par des intentions et suivies par des actions toutes deux alignées en pleine cohérence avec ceux-ci ? Mais, on peut aussi soulever l’effet potentiel de légitimation ou d’atténuation de pratiques ou d’industries jugées éthi­quement délicates ou problématiques (le pétrole, les sables bitumineux, les jeux de hasard, l’ingénierie génétique, etc.) par les discours et les pratiques de la RSE ou de la FSR. On peut notamment penser à l’approche best in class/best of sector pratiquée en investissement responsable, qui a pour effet d’évaluer les pratiques des entreprises à l’intérieur de leur industrie, donc sans évaluer l’acceptabilité sociale et environnementale de celle-ci. Ou en­core, aux classements périodiques des entreprises les plus socialement et « environnementalement » responsables qui, par leur recours à des évalua­tions multicritères (fréquemment dési­gnées sous le vocable de critères ESG – environnementaux, sociaux et de gouvernance) menant à une appréciation globale, tendent à diluer le caractère saillant de certaines pratiques particulièrement problé­matiques, puisque celles-ci peuvent être compensées par de très bonnes performances à d’autres égards. Comme on le voit, les risques d’instrumentalisation des discours sont multiples et loin d’être négligeables.

Le risque de moralisme

10En s’institutionnalisant, les mouvements comme la RSE et la FSR ont aussi tendance à s’ériger comme une référence quant à « ce qu’il est bien de faire » en matière de pratiques économiques. Ce faisant, ils établissent les nouvelles valeurs de référence qui sont ensuite cristallisées en une multi­tude de règles, de normes et de standards visant à guider les pratiques. Or, lorsque les propositions morales sont ainsi « formulées une fois pour toutes », le risque de tomber dans le moralisme devient grand, nous dit Hache (2011 : 64). Ce risque découle du fait qu’à partir du moment où une règle est érigée et vaut comme dogme, il n’est plus question de la remettre en question, mais seulement de l’appliquer en cherchant les meil­leures manières de la traduire dans les opérations. Pour cette raison, on pourrait penser qu’il y a risque de moralisme en économie lorsque l’on établit de façon fixe ce qu’il est bien ou mal d’y faire, critères qui permet­tent par la suite de faire la leçon, de juger les intentions et, surtout, de distinguer les « bons » acteurs des « mauvais ». Or, la réalité étant évidem­ment beaucoup plus complexe et nuancée, cette tendance à établir les critères de ce que seraient des pratiques économiques « éthiques » com­porte le danger de glisser dans une simplification outrancière de nos évaluations des pratiques, voire de neutraliser le jugement éthique des acteurs qui doivent les mener. Ce sont là notamment les risques de la stratégie du tamisage négatif utilisée en FSR qui, en excluant de facto certaines industries (et en incluant nécessairement d’autres industries, de facto elles aussi), peut avoir des effets pervers et nous empêcher de prendre en compte la complexité du contexte dans les évaluations du caractère moral ou non des pratiques d’une entreprise (De Colle et York, 2009). À l’inverse, l’adoption de certains codes, règles ou standards promulgués par les tenants des courants de pensée de la RSE ou de la FSR tend elle aussi à déterminer de façon nette quelles sont les bonnes pratiques – pensons ici par exemple à une adhésion au Pacte mondial ou aux Principes pour l’in­vestissement responsable des Nations Unies, à une certification équitable ou à un endossement de la norme ISO 26 000, ou encore à la publication régulière de rapports de responsabilité sociale selon les normes du GRI – qui deviennent en quelque sorte une « garantie » du caractère socialement responsable d’une entreprise ou de pratiques de placement et d’investis­se­ment. Cependant, aussi symboliques soient-ils, ces engage­ments ne sont, ni à eux seuls ni même jumelés, un gage inconditionnel du fait qu’une entreprise est « bonne » ou non pour la société dans laquelle elle évolue, ni d’une prise en compte appropriée des préoccupations éthi­ques dans la sphère économique. Ainsi, bien que ces normes et standards ne soient pas sans intérêt, comme nous le verrons un peu plus loin, il n’en demeure pas moins qu’ils ne remplacent pas une évaluation compré­hensive de la dimension éthique des activités économiques, puisque la façon de prendre en considération des préoccupations éthiques dans ces activités et leur objet ne peuvent être appelés à changer, tant dans le temps que dans l’es­pace, qu’en raison des conséquences qu’elles pourraient entraîner.

Le risque d’application à géométrie variable

  • 1  http://www.ga-institute.com/research-reports/ga-institute-contributes-to-carrots-sticks-iii-2013-e (...)

11À ces deux premiers types de risques s’en ajoutent d’autres qui sont plus pratiques et immédiats. En effet, à l’inverse du risque précédent, où le déploiement de standards et de normes peut nous faire tomber dans le piège du moralisme, l’absence de telles normes, ou du moins l’absence de normes relativement harmonisées et contraignantes, peut elle aussi entraîner des risques importants : celui d’une prise en compte hautement discrétionnaire de préoccupations éthiques dans la conduite des activités économiques. Il s’agit là d’un enjeu central, tant pour la RSE que la FSR, puisque dans les deux cas, les normes à partir desquelles ces mouvements se déclinent sont pour la plupart volontaires et non contraignantes, et ce, même si le nombre de politiques et de réglementations étatiques en la matière, de même que leur caractère obligatoire, ont augmenté signi­fica­tivement au cours de la dernière décennie1. Ainsi, le caractère volontaire de ces normes et standards ainsi que leur multiplication impressionnante font en sorte que tant les définitions de ce que devrait être une conduite responsable d’activités économiques ou de placement et d’investissement que la façon de les mettre en pratique ou de les évaluer varient significa­ti­ve­ment non seulement d’un pays ou d’une industrie à l’autre, mais éga­lement d’une entreprise à l’autre. Cela entraîne une confusion impor­tante puisque chaque norme ou standard a ses particularités qui font en sorte que tant les utilisateurs de celles-ci – les consommateurs, les inves­tisseurs in­di­­viduels, les distributeurs, etc. – que les acteurs qui décident de s’y plier – les entreprises, les investisseurs institutionnels, les sociétés de ges­tion de fonds, etc. – ont souvent du mal à en comprendre clairement les implications. En fin de compte, c’est donc non seulement la valeur et l’uti­lité de ces normes qui sont mises en question, mais aussi la possibilité d’évaluer la qualité des pratiques qui y sont liées. Et cela, c’est sans compter les préoccupations ou les acteurs qui ne sont pas pris en compte ou qui sont oubliés. Enfin, la prise en compte discrétionnaire des préoc­cupations éthiques dans la conduite des activités économiques a pour effet d’en­traîner un régime de double (voire multiple) standard dans lequel les échap­pa­toires et les occasions de resquillage sont nombreuses (Marchildon, 2014).

Les risques politiques

12Les derniers risques que nous souhaitons relever ici sont des risques moins visibles, mais néanmoins importants à long terme. Ce sont les risques politiques. Les dispositifs alternatifs de régulation des activités écono­miques qui permettent aux acteurs de l’économie de marché de se substi­tuer à l’État en régulant leurs activités au moyen de différents mécanismes volontaires impliquent en effet que les entreprises tendent à occuper une place grandissante dans l’espace public. Cette place devient si importante que les entreprises se sentent désormais légitimées de réclamer leur voix au chapitre, comme tous les citoyens, puisqu’elles se considèrent elles-mêmes comme des « citoyens corporatifs » du fait qu’elles s’imposent une nouvelle responsabilité sociale. Or, le pouvoir que détiennent celles-ci étant considérablement plus grand que celui du citoyen ordinaire, on peut craindre que ces prétentions à la responsabilité sociale ne viennent confor­ter ces rapports de force, en contribuant à légitimer le bien-fondé de leurs revendications. Et le corollaire est aisément imaginable : cela facilite les allégements réglementaires réclamés par les grandes entreprises au nom, justement, de leur nouvelle responsabilité sociale (Kinderman, 2011 ; Marchildon, 2014). Cela a pour conséquence que nos sociétés accordent de plus en plus de pouvoir aux entreprises qui y déploient leurs activités, de sorte que nous risquons de faire face à une augmentation du poids des entreprises dans la détermination de nos orientations écono­miques, voire sociétales. Dans les faits, c’est donc notre conception de la démocratie qui est remise en question, puisque l’espace public n’est plus composé seulement par ses citoyens, entendus au sens de personnes humaines, mais il est désormais composé « d’entités morales », parmi les­quelles on re­trouve tout autant des personnes humaines que des créatures économiques et administratives. Mais surtout, la présence de ces puis­santes entreprises comme acteurs sociopolitiques légitimes contribue tout à la fois à redessiner la carte politique et à consacrer la subordination du politique à l’économique lorsque vient le temps de réfléchir le dévelop­pement de l’espace social et la gestion des problèmes publics.

Les limites d’une moralisation interne de l’économie

13Tout intéressantes que soient les propositions de travail que constituent la RSE et la FSR, leur moralisme latent et les risques que nous venons d’évoquer nous incitent à nous demander dans quelle mesure ces dis­positifs alternatifs de régulation de l’économie pourront réellement changer les pratiques des acteurs économiques et engendrer les amélio­rations annoncées. De la même façon, nous sommes également en droit de nous interroger sur la possibilité que d’autres alternatives comme l’in­vestissement socialement responsable, l’économie sociale ou le commerce équitable, dans leur forme actuelle, soient instrumentalisées et contri­buent à légitimer le système capitaliste, renforçant du même coup le pou­voir des entreprises et du marché (Soederberg, 2007 ; Graefe, 2004 ; Fridell, 2010 ; Shamir, 2004 et 2008 ; Marchildon, 2011 et 2013). Si ce risque est bien réel, pensons-nous, c’est en raison du fait que, même si de tels dispositifs alternatifs de régulation économique permettent d’aligner les pratiques sur certaines exigences minimales et valeurs communes et favorisent une certaine efficacité dans la prise en compte de préoccu­pations extra-financières, ils maintiennent néanmoins les préoccupations éthiques dans un rapport de subordination face à l’économie, comme nous l’avons mentionné. C’est devant un tel constat que de nombreuses voix s’élèvent pour réclamer une reformulation de la question sociale hors du seul discours économique (Dardot et Laval, 2014 ; Boltanski et Chiapello, 1999 ; Stiglitz, 2006 ; Salmon, 2007). Le défi est alors de penser d’autres articulations entre éthique et économie qui ne maltraitent pas nos préoc­cupations morales (Hache, 2011). L’une de ces propositions pourrait être, pensons-nous, de réarticuler les sphères économique et éthique en ancrant le questionnement éthique dans la sphère publique (Lacroix, 2009 : 154), plutôt que de le déployer à l’inté­rieur même de la sphère économique. C’est cette proposition que nous esquisserons avant de conclure.

Vers une reformulation de la question éthique à l’extérieur de la sphère économique

14L’analyse précédente des dispositifs alternatifs de régulation économique que sont la RSE et la FSR nous mène ainsi à affirmer que ceux-ci com­por­tent des limites inhérentes au fait qu’ils tentent de moraliser l’éco­no­mie « de l’intérieur », c’est-à-dire à partir de ses paramètres actuels en vue de « réencastrer l’économie dans un système de valeurs pour une économie plus humaine » (Salmon, 2009 : 10). L’histoire récente nous montre d’ailleurs bien comment « l’idée que les dysfonctionnements des sphères systémiques peuvent être réglés par le système lui-même (par l’État, par l’économie, par plus de technologie, par les experts, etc.) » (Genard, 1997 : 93) est indéfendable. Ainsi, sans nier la valeur de telles ini­tiatives, il nous apparaît nécessaire de pousser la réflexion plus loin.

La reformulation de la question éthique en amont de l’économie

15Afin d’articuler considérations économiques et éthiques sans « maltraiter » celles-ci, il nous apparaît nécessaire de concevoir des propositions consis­tant à « intégrer des “variables” et des “indicateurs” éthiques qui nous permettraient de redonner un sens à la gestion économique, tout en nous fournissant les moyens d’en contenir excès et dérives sans placer ces cri­tères sous la seule règle de l’économisme » (Lacroix, 2009 : 154). En d’autres termes, il importe de faire une place à la dimension éthique de nos choix « en amont » des opérations économiques (Hache, 2011 : 112 ; Lacroix, 2009 : 154). Pour ce faire, c’est dans la sphère publique et non seulement au sein de la sphère économique que notre réflexion éthique doit être menée, pensons-nous. Il s’agit en fait de libérer un « potentiel critique » qui jusqu’à récemment était « largement refoulé et cantonné aux dimensions de la sphère privée » et aux différents sous-systèmes, dont le système économique (Genard, 1997 : 93). Une telle proposition rejoint celles qui sont formulées dans d’autres courants de pensée, notamment dans la foulée de la théorie de la régulation, où l’on considère que le marché et a fortiori le capitalisme ne sont pas autorégulateurs et que par conséquent, « la régulation du capitalisme […] ne peut se passer d’une avancée de la démocratie au cœur des institutions économiques les plus essentielles » (Aglietta et Rebérioux, 2004 : 9-10), ce qui appelle une « im­brication de la sphère économique dans un espace plus large », et ce, de façon à « lever l’indétermination à laquelle conduirait une logique écono­mique pure » (Boyer et Saillard, 2002 : 64). En faisant plutôt de l’éthique une matrice réflexive plus générale à partir de laquelle seraient pensés nos choix sociétaux, dont nos choix économiques (Lacroix, 2009 : 154), nous cherchons à soustraire la réflexion éthique du paradigme économique stricto sensu afin de prendre en compte différentes variables pour analyser le débat public, y réfléchir et l’orienter. Cette matrice permet ainsi une déconstruction critique qui vise à créer des « espaces où le politique peut renaître et où des êtres humains peuvent préserver leur dignité et pré­tendre au bonheur. Il s’agit par la démarche éthique de rendre compte des “rationalités complexes” (Morin, 2004) et de libérer la possibilité de discours nouveaux » (Droz et Lavigne, 2006 : 45).

16Une telle matrice réflexive aurait ainsi d’abord pour objectif de repérer les valeurs en débat dans les stratégies économiques proposées, comme le proposent les tenants de la théorie de la régulation (Tersac, 2003). Pour ce faire, elle exigerait aussi de définir la « constellation de par­te­naires » impliqués dans les discussions autour de ces stratégies écono­mi­ques, d’en étudier le « système de prise de parole » et la « circulation d’in­formation », de façon à « dévoiler les valeurs – implicites et explicites – qui marquent ce système de détenteurs d’intérêts » (Droz et Lavigne, 2006 : 42). En ce sens, la démarche éthique est « écoute active et observation attentive : de l’argumentation qui justifie les choix, de la prise d’options, des valeurs et des normes parfois exprimées, des pratiques qu’elles susci­tent » (Droz et Lavigne, 2006 : 42). Elle revêt ainsi une dimension socio­logique, en ce qu’elle cherche non pas à prescrire, mais « à comprendre les systèmes de représentation qui étayent le monde et les pratiques qu’ils induisent sans en exclure aucun a priori » (Droz et Lavigne, 2006 : 42). Une fois cette déconstruction faite, la démarche éthique viserait à « reconstruire » dans la sphère publique – ce qui implique de recourir à un plus large spectre d’acteurs – de nouvelles voies permettant d’articuler les stratégies économiques avec les préoccupations des acteurs sociaux. Elle s’inscrit alors dans une perspective d’éthique publique, dans la mesure où c’est par l’intermédiaire des institutions publiques déjà en place – et non seulement entre acteurs directement intéressés – que se discuteraient les critères éthiques susceptibles de guider « l’évaluation des questions, des choix, des institutions et des politiques qui concernent les perspectives de vie de tout un chacun, son bien-être, ses droits, ses possibilités de vie, de même que ses libertés », et cela, sans « nier les réalités du marché ni la pos­si­bilité de disposer de ses richesses et biens » (Lacroix, 2009 : 156). Il s’agit donc d’un projet social et politique, qui requiert un approfondissement démocratique considérable (Marchildon, 2011 : 231), vers une démocratie non seulement plus « délibérative », mais aussi plus « participative », « dé­cen­trée », voire « créative », pour reprendre l’expression de John Dewey (Bohman, 2008 ; Garon, 2005 ; Zask, 2008).

Vers une pratique éthique réflexive et pragmatiste

17Une telle proposition de penser l’éthique à l’extérieur de la sphère écono­mique a bien sûr des implications sur la manière dont les acteurs éco­nomiques intégreront l’éthique à leurs pratiques. Car si, par la stimu­lation du débat social autour des activités économiques, ce sont au premier chef les citoyens qui sont invités à réfléchir, les valeurs et les préoccupations qui y seront soulevées ne pourront ensuite être intégrées dans les pratiques que si les acteurs économiques sont eux aussi invités à développer leurs outils réflexifs. Et une telle manière de faire suit en tout point l’évolution qu’ont connue nos sociétés et le monde du travail des professionnels de l’économie et des décideurs. En fait, de telles approches réflexives signi­fient que les acteurs sociaux sont en mesure de mener une analyse éthique procédant par définition des valeurs en jeu et par priorisation en fonction des contextes et des lieux d’action dans lesquels elles s’insèrent. En contextualisant ainsi leur choix à la lumière de valeurs jugées importantes et de leurs conséquences attendues, les acteurs économiques devraient aussi être en mesure de comprendre et d’expliquer les implications de leurs décisions, et même de les revisiter si celles-ci, dans leur réalisation concrète, n’actualisaient pas les valeurs visées ou n’avaient pas les consé­quences escomptées. Il s’agit donc d’éviter l’effet d’aveuglement moral évoqué par John Hendry, effet auquel sont souvent soumis les acteurs ayant à mener des tâches à caractère spécialisé, qu’elles soient de nature scientifique, technique, ou économique (Hendry, 2013 : 43). Mais, une telle approche implique le développement des compétences réflexives des acteurs économiques, ce qui ne pourra se faire sans un encadrement approprié. Des outils seront nécessaires et des obstacles devront être levés pour que les acteurs économiques soient en mesure – tant au chapitre de la capacité que de la possibilité – de penser leurs décisions et actions, même lorsqu’elles semblent être de nature purement économique, à partir d’une matrice réflexive comme celle que nous proposons. Car souvent, il n’est pas aisé pour les acteurs du milieu économique de mettre en œuvre un tel processus réflexif devant chaque décision, souvent vue comme essentielle­ment économique ou « d’affaires ». C’est pourquoi des outils comme la sensibilisation, la formation ou le coaching sont nécessaires, de même que des changements importants dans les milieux de travail, pour permettre le développement d’une compétence réflexive à partir d’une matrice éthique et le recours à cette compétence.

Conclusion : la complémentarité des approches interne et externe

18Comme on peut le constater, le chantier que nous esquissons ici nous oblige à revoir notre manière de réfléchir la dimension éthique des acti­vités économiques. Il s’agit d’une perspective qui contraste avec celle que mettent en avant les approches alternatives évoquées au début du présent texte, parce qu’elle propose une réflexion qui n’est pas soumise à une logi­que économique, mais s’effectue plutôt à l’extérieur de ce paradigme. C’est cette réflexion, croyons-nous, qui rendra ensuite possible le déploie­ment d’outils et de milieux facilitant le développement de pratiques responsables à l’intérieur de la sphère économique. En proposant un tel déploiement du travail éthique autour de l’analyse et de la réflexion, nous nous distancions des démarches comme celles de la RSE et de la FSR tout en y restant, paradoxalement, fidèles. En effet, nous poursuivons le même objectif de « réhumaniser » l’économie et la finance, puisque nous mettons au cœur du travail la reconnaissance des valeurs qui agissent dans un contexte et un lieu particuliers, celui de l’économie, rappelant que toute décision économique ou financière doit d’abord être mise au service des individus et de la communauté (Dardot et Laval, 2014). Mais, nous pen­sons que cela ne peut se produire de façon satisfaisante, c’est-à-dire sans risquer de sacrifier nos valeurs et préoccupations sociales au profit d’une logique qui demeure économique, si nous limitons notre réflexion à l’intérieur du paradigme économique, comme le font la RSE et la FSR. C’est pourquoi nous croyons qu’il est essentiel d’imbriquer de telles initia­tives dans un travail de réflexion plus large, au sein duquel, plutôt que d’être considérée comme une finalité, l’économie redeviendrait un outil de développement social et d’émancipation humaine. Loin de rejeter les approches qui sont en ce moment privilégiées lorsqu’il est question d’éthi­que en matière d’activités économiques, une telle façon de penser l’éthique prend en considération les différents enjeux (éthiques, sociaux, envi­ron­nementaux, etc.) évoqués par la RSE, la FSR et autres approches alter­natives du même type, mais en les ancrant dans une perspective réflexive et pragmatiste (Dewey, 2011 et [1920] 2004 ; Rorty, 2008 ; Smiley, 1992 ; Lacroix, 2006 ; Marchildon, 2011) plutôt que morale ou déontologique, comme c’est souvent le cas à l’heure actuelle (Lacroix et Marchildon, 2013 ; Marchildon, 2013 et 2008). Plus concrètement, cela signifie d’en­visager l’éthique de façon non pas prescriptive, mais d’abord et avant tout comme une analyse et une réflexion sur les valeurs et les principes qui sous-tendent les actions humaines, tant individuelles que collectives (Lacroix, 2004 et 2009), de même que sur leurs conséquences concrètes sur les personnes, les collectivités ou les milieux touchés (Marchildon, 2011). Pour ce faire, il ne s’agirait plus de simplement faire des choix éco­no­miques – d’achat, de production, de mise en marché, d’investissement, de placement, etc. – en appliquant des critères ou des principes normatifs déterminés, par exemple la santé ou le respect de l’environnement. Cela appellerait plutôt à contextualiser chacun de ces choix en fonction des événements et des situations dans lesquels ils s’inscrivent et d’en envisager les conséquences potentielles à la lumière non seulement de nos analyses individuelles, mais aussi de l’échange et de la mise en commun avec les interprétations des autres acteurs interpellés par la question. Une fois ce travail amorcé, il va pour nous de soi que certains principes, normes, indi­cateurs, labels ou autres – un peu à l’image de ceux qui existent à l’heure actuelle – pourront et devront même s’institutionnaliser, de façon à ex­pliciter les attentes envers les acteurs économiques et minimiser les ris­ques d’arbitraire. Mais, ceux-ci auront été établis sur la base d’une réflexion citoyenne et démocratique et s’inscriront dans des contextes de pratique leur demandant de les réfléchir avant de les appliquer et de les remettre en question au besoin.

19Si elle est ambitieuse, notre proposition permettrait de minimiser les risques et les effets pervers liés à une moralisation de l’économie suscep­tible de se produire lors de la mise en place de dispositifs alternatifs de régulation des activités économiques telles la FSR ou la RSE et que nous avons évoqués précédemment. D’abord, le risque d’instrumentalisation qui guette tout mouvement social, et par lequel les discours de la RSE ou de la FSR sont susceptibles d’être récupérés pour légitimer des pratiques et des manières de faire sans en intégrer la philosophie et la logique, nous apparaît diminué de manière considérable. Car en développant la ré­flexion et l’analyse éthiques non seulement au sein de la sphère écono­mique, mais aussi en amont de celle-ci, l’éthique devient une partie inté­grante du processus de réflexion plutôt que d’être proposée comme une nouvelle variable dont il nous faut tenir compte. Ainsi, la relation entre l’éthique et l’économie est renversée, de sorte que ce sont les ressources économiques qui sont mobilisées pour réaliser des finalités et des valeurs déterminées à même le processus de réflexion éthique, et non l’inverse. Le risque de moralisme (Hache, 2011 : 100-104 ; Lacroix, 2009) pourrait lui aussi être minimisé en raison du fait que les valeurs seraient discutées dans la sphère publique, donc par tous ceux et celles qui se sentent interpellés par une telle discussion. Ces valeurs seraient soumises à une remise en question constante à la lumière des pratiques concrètes et de leurs consé­quences, pour qu’on s’assure qu’elles reflètent toujours ce qui est visé et qu’elles entraînent les effets recherchés. Le risque d’application discré­tion­naire demeure pour sa part réel, dans une certaine mesure à tout le moins, puisqu’en préconisant la réflexion et la remise en question constantes, notre proposition ne va pas dans le sens d’une uniformisation et d’une standardisation des pratiques économiques, au contraire. Pour­tant, en favorisant le développement de la compétence réflexive des citoyens, tout comme celle des acteurs économiques et des acteurs politiques, on peut s’attendre à une amélioration des pratiques, ou du moins à l’établissement d’un seuil minimal d’exigence quant aux conduites atten­dues beaucoup plus élevé. Enfin, les risques politiques sont égale­ment réduits puisque notre proposition implique que les questions éthiques, y compris celles qui concernent les activités économiques, et de façon plus large les enjeux liés à la gestion des conséquences découlant de ces acti­vités, soient discutées en amont de celles-ci, c’est-à-dire dans l’es­pace public et de façon démocratique, plutôt que dans l’espace privé des entre­prises prises une à une.

20Notre proposition redonne ainsi tout son sens à la RSE et à la FSR puisque nous cherchons à les inscrire, comme elles-mêmes le proposent, dans une visée qui consiste à redonner une dimension sociale aux choix économiques et à subordonner les activités économiques à des choix formulés par et pour la collectivité. Nous parlons alors de prendre en consi­dé­ration des valeurs qui sont autres que celles habituel­lement pro­mul­guées par le discours économique – des valeurs non éco­no­miques ou extra-financières. Une telle réflexion sur l’économie impli­que ainsi une analyse axiologique des choix sans les effets pervers des alter­natives ac­tuelles puisqu’elle s’inscrit dans une perspective sociale plus large.

Haut de page

Bibliographie

Aglietta, Michel, et Antoine Rebérioux (2004), Dérives du capitalisme finan­cier, Paris, Albin Michel.

Béji-Bécheur, Amina, et Faouzi Bensebaa (2005), « Responsabilité sociale de l’entreprise : les apports prometteurs du pragmatisme », xie Conférence internationale de management stratégique, Pays de la Loire, Angers, 6‑9 juin 2005, AIMS, [En ligne], [http://www.strategie-aims.com], (12 novembre 2014).

Bohman, James (2008), « Réaliser la démocratie délibérative comme mode d’enquête : le pragmatisme, les faits sociaux et la théorie normative », Tracés, vol. 15, no 2, p. 26.

Boisvert, Yves (1999), « La dimension politique de l’éthique des affaires », Éthi­que publique, vol. 1, no 2, p. 49-57.

Boltanski, Luc, et Ève Chiapello (1999), Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

Bourque, Gilles L., et Daniel Simard (2004), Faire du capital un outil au service du travail : un point de vue syndical de la finance responsable, Saguenay, Édi­tions Les classiques des sciences sociales.

Boyer, Robert, et Yves Saillard (2002), « Un précis de la régulation », dans R. Boyer et Y. Saillard, Théorie de la régulation. L’état des savoirs, Paris, La Découverte.

Carroll, Archie B. (1999), « Corporate social responsibility : Evolution of a definitional construct », Business & Society, vol. 38, no 3, p. 268-295.

Crowther, David, et Lez Rayman-Bacchus (2004), Perspectives on Corporate Social Responsability, Cornwall, Ashgate Publishing.

Dardot, Pierre, et Christian Laval (2014), Commun. Essai sur la révolution au xxie siècle, Paris, La Découverte.

De Colle, Simone, et Jeffrey G. York (2009), « Why wine is not glue ? The unresolved problem of negative screening in socially responsible in­vesting », Journal of Business Ethics, vol. 85, p. 83-95.

Dewey, John ([1920] 2004), Reconstruction in Philosophy, New York, Dover publication.

Dewey, John (2011), La formation des valeurs, Paris, La Découverte.

Dhaoudi, Inès (2008), « La conception politique de la responsabilité sociale de l’entreprise : vers un nouveau rôle de l’entreprise dans une société global­isée », Revue de l’organisation responsable, vol. 3, no 2, p. 19-32.

Droz, Yan, et Jean-Claude Lavigne (2006), Éthique et développement durable, Paris, Éditions Karthala.

Durif, Fabien, et al. (2013), Baromètre 2013 de la consommation responsable au Québec, Observatoire de la consommation responsable, [En ligne], [http://consommationresponsable.ca/wp-content/uploads/2013/11/BCR_2013.pdf], (12 novembre 2014).

Fridell, Gavin (2010), « Fair trade, free trade and the state », New Political Economy, vol. 15, no 3, p. 457-470.

Garon, Francis (2005), « Représentation politique et projets démocratiques concurrents », Éthique publique, vol. 7, no 1, p. 91-100.

Genard, Jean-Louis (1997), « Le retour de l’éthique », dans Guy Giroux (dir.), La pratique sociale de l’éthique, Montréal, Bellarmin, p. 77-101.

Gendron, Corinne (2000), Le questionnement éthique et social de l’entreprise dans la littérature managériale, Montréal, Cahiers du Centre de recherche sur les innovations sociales (CRISES), Coll. « Études théoriques », no ET0004, [En ligne], [http://www.crises.uqam.ca/cahiers/ET0004.pdf], (12 no­vembre 2014).

Gendron, Corinne (2006), Le développement durable comme compromis. La moder­nisation écologique de l’économie à l’ère de la mondialisation, Québec, Presses de l’Université du Québec.

Graefe, Peter (2004), « Chapitre 8 : L’économie sociale renforce-t-elle la démo­cratie ou le néolibéralisme ? », dans R. Canet et J. Duchastel (dir.), La régulation néolibérale. Crise ou ajustement ?, Montréal, Athéna Éditions, p. 201-222.

Hache, Émilie (2011), Ce à quoi nous tenons. Propositions pour une écologie pragmatique, Paris, La Découverte.

Handy, Charles (2002), « What is a business for ? », Harvard Business Review, vol. 80, no 12, p. 48-55.

Hendry, John (2013), Ethics and Finance. An Introduction, Cambridge, Cam­bridge University Press.

Hirschman, Albert Otto (1984), L’économie comme science morale et politique, Paris, Gallimard/Seuil.

Jones, Marc T. (1996), « Missing the forest for the trees : A critique of the social responsibility concept and discourse », Business and Society, vol. 35, no 1, p. 7-41.

Kinderman, Daniel (2011), « Free us up so we can be responsible ! The co-evolution of corporate social responsibility and neo-liberalism in the UK, 1977-2010 », Socio-Economic Review, vol. 10, no 1, p. 29-57.

Lacroix, André (dir.) (2004), Éthique publique, « Que reste-t-il du bien com­mun ? », vol. 6, no 1.

Lacroix, André (2004a), « Entre le bon et le juste », Éthique publique, vol. 6, no 1, p. 150-158.

Lacroix, André (2004b), « L’éthique en matière de valeurs mobilières : une prison dorée ou un champ de bataille policé ? », dans Michelle Thériault, Valeurs mobilières et protection du public : le point de vue de l’investisseur, Montréal, Wilson Lafleur, p. 51-67.

Lacroix, André (dir.) (2006), Éthique appliquée, éthique engagée. Réflexions sur une notion, Montréal, Liber.

Lacroix, André (2009), Critique de la raison économiste, Montréal, Liber.

Lacroix, André, et Allison Marchildon (2013), Quelle éthique pour la finance ? Portrait et analyse de la finance socialement responsable, Québec, Presses de l’Université du Québec.

Loiselet, Éric (2000), « L’investissement socialement responsable : genèse, méthodes et enjeux », L’Économie politique, no 7, p. 6-31.

Marchildon, Allison (2008), « Pour un regard socioéthique sur l’appel à la responsabilité sociale des entreprises », dans Stéphanie Gaudet et Anne Quéniart (dir.), Sociologie de l’éthique, Montréal, Liber, p. 151-168. (Coll. « Éthique publique », hors série.)

Marchildon, Allison (2011), « Responsabilité et bio-ingénierie : de la respon­sabilité sociale des entreprises au problème public ». Thèse de doctorat, Montréal, Université du Québec à Montréal.

Marchildon, Allison (2013), Corporate Responsibility or Corporate Power ? A Proposal to Analyse Corporations’ Role in Shaping the Definitions and Solutions to our Public Problems, 29e European Group for Organizational Studies (EGOS) Colloquium, HEC Montréal, 4-6 juillet.

Marchildon, Allison (2014), Politicizing Corporations through Corporate Social Responsibility : Exploring Some Unintented Consequences of CSR, 5th LAEMOS Colloquium, La Havane, Cuba, 2-5 avril.

McEwan, Cheryl, et David Bek (2009), « The political economy of alternative trade : Social and environmental certification in the South African wine industry », Journal of Rural Studies, vol. 25, no 3, p. 255-256.

Polanyi, Karl (1944), La grande transformation. Aux origines politiques et écono­miques de notre temps, Paris, Gallimard.

Racine, Jacques (2006), « La responsabilité sociale de l’entreprise : un concept polymorphe », dans Éric Gagnon et Francine Saillant (dir.), De la res­ponsabilité. Éthique et politique, Montréal, Liber, p. 125-142. (Coll. « Éthi­que publique ».)

Rorty, Richard (2008), « Entre Kant et Dewey : la situation actuelle de la philosophie morale », Revue internationale de philosophie,vol. 245, no 3, p. 235‑256.

Salmon, Anne (2007), La tentation éthique du capitalisme, Paris, La Découverte.

Salmon, Anne (2009), Moraliser le capitalisme ?, Paris, Éditions du CNRS.

Scherer, Andreas Georg, et Guido Palazzo (2011), « The new political role of business in a globalized world – A review of a new perspective on CSR and its implications for the firm, governance, and democracy », Journal of Management Studies, vol. 48, no 4, p. 899-931.

Sen, Amartya (1993), Éthique et économie, Paris, Presses universitaires de France.

Shamir, Ronen (2004), « The de-radicalization of corporate social respon­sibility », Critical Sociology, vol. 30, no 3, p. 669-689.

Shamir, Ronen (2008), « The age of responsibilization : On market-embedded morality », Economy and Society, vol. 37, no 1, p. 1-19.

Smiley, Marion (1992), Moral Responsibility and the Boundaries of Community, Chicago, University of Chicago Press.

Soederberg, Susanne (2007), « Socially responsible investment and the deve­lopment agenda : Peering behind the progressive veil of non-financial benchmarking », Third World Quarterly, vol. 28, no 7, p. 1219-1237.

Sparkes, Russel (2001), « Ethical investment : Whose ethics, which invest­ment ? », Business Ethics : A European Review, vol. 10, no 3, p. 194-205.

Stiglitz, Joseph E. (2006), Making Globalisation Work, New York, Norton.

Stiglitz, Joseph E. (2010), Freefall, New York, WWW Norton. [Traduction française : Le triomphe de la cupidité, Paris, Les Liens qui Libèrent (LLL).]

Stiglitz, Joseph E., et Bruce C. Greenwald (2014), Creating a Learning Society. A New Approach to Growth, Development, and Social Progress, New York, Columbia University Press.

Terssac, Gilbert de (2003), La théorie de la régulation sociale de Jean-Daniel Rey­naud. Débats et prolongements, Paris, La Découverte. (Coll. « Recherches ».)

Vogel, David (1974), « The politicization of the corporation », Social Policy, vol. mai/juin, p. 57-62.

Vogel, David (1978), Lobbying the Corporation. Citizen Challenges to Business Authority, New York, Basic Books.

Vogel, David (2005), The Market for Virtue : The Potential and Limits of Cor­porate Social Responsability, Washington, Brookings Institution Press.

Waridel, Laure (2011), L’envers de l’assiette, Montréal, Écosociété.

Zask, Joëlle (2008), « Le public chez Dewey : une union sociale plurielle », Tracés, vol. 15, no 2, p. 169-189.

Haut de page

Notes

1  http://www.ga-institute.com/research-reports/ga-institute-contributes-to-carrots-sticks-iii-2013-edition.html.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Lacroix et Allison Marchildon , « Les enjeux de la moralisation de l’économie : réflexion à partir des exemples de la RSE et de la FSR », Éthique publique [En ligne], vol. 16, n° 2 | 2014, mis en ligne le 14 janvier 2015, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/1527 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.1527

Haut de page

Auteurs

André Lacroix

André Lacroixest professeur titulaire au Département de philosophie et d’éthique appliquée de l’Université de Sherbrooke. Il est aussi chercheur asso­cié à l’Institut d’éthique appliquée de l’Université Laval, consultant auprès d’organismes québécois publics et parapublics, d’ordres profession­nels, de corps policiers québécois et suisses, de même qu’auprès d’orga­nismes internationaux. Il a publié plusieurs articles, chapitres de livre et ouvrages dont les plus récents sont Quand la philosophie doit s’appliquer, paru chez Hermann en 2014, Quelle éthique pour la finance ?, rédigé avec Allison Marchildon et publié aux Presses universitaires du Québec en 2013, Redéployer la raison pratique et Critique de la raison économiste, parus chez Liber respectivement en 2011 et en 2009.

Articles du même auteur

Allison Marchildon

Allison Marchildonest professeure en éthique appliquée à l’Université de Sherbrooke. Elle est aussi membre régulière de l’Institut d’éthique appli­quée de l’Université Laval, membre du comité de direction de la revue Éthique publique et du comité d’éthique et de déontologie du Régime de retraite de l’Université du Québec. Elle possède une formation interdis­ciplinaire en sociologie (Université du Québec à Montréal), en éthique appliquée (Université de Sherbrooke) et en gestion (HEC Montréal). Ses recherches portent sur les enjeux éthiques et politiques de problèmes publics actuels, notamment en matière d’activités économiques, et inter­pellent tant l’éthique appliquée et la philosophie pragmatiste que la socio­logie de la régulation sociale, de l’action publique et des organisations. Elle a notamment publié Quelle éthique pour la finance ?Portrait et analyse de la finance socialement responsable (2013), livre coécrit avec André Lacroix, et le Petit manuel d’éthique appliquée à la gestion publique (2003), livre coécrit avec Yves Boisvert, Georges A. Legault et Magalie Jutras.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org