Navigation – Plan du site
État des lieux : problèmes et défis de la configuration actuelle de l’économie de marché

Alternatives citoyennes dans un monde en mutation : les nouvelles dynamiques internationales

Louis Favreau

Résumé

Nous vivons présentement un nouveau moment historique du capita­lisme avec la montée en puissance de sa financiarisation (et la crise de 2008), avec la chute du mur de Berlin et l’implosion du communisme (ou plutôt des commu­nismes), avec le retour des religions à l’avant-scène de l’espace public mondial (et surtout des fondamentalismes), avec l’échec du développement dans les pays du Sud simultanément à la montée dans les pays du Nord de la précarité du travail, avec l’urgence écologique, notamment avec le réchauffement climatique, menace de toutes les menaces sur ce plan. Ces tendances fortes ont ébranlé les certitudes de la deuxième partie du xxe siècle. Mais, partout dans le monde, nous avons éga­lement assisté à l’émergence ou au renouvellement de mouvements sociaux qui exigent plus de démocratie, de contrôle des communautés sur leur développe­ment, de justice sociale et de transition écologique de leur économie. Un véritable changement de paradigme, de politique et de stratégie prend peut-être place progressivement. Espoir réinventé ? De quoi s’agit-il plus précisément ?

Haut de page

Texte intégral

1Le monde n’est plus le même. On ne s’engage pas aujourd’hui dans des organisations qui veulent changer le monde comme on le faisait en 1980. Dans les trente dernières années, nous avons assisté à un véritable renversement du monde et des formes que prend l’action collective. Si des changements se produisent au sein de la coopération internationale de proximité, de l’économie solidaire et de la plupart des mouvements sociaux, ces changements sont ces changements sont étroitement liés à la transformation structurelle en cours du paysage économique, politique et écologique mondial.

Les trois dernières décennies : le basculement du monde

2Si l’on veut donner un peu plus de profondeur aux mobilisations en cours pour une économie plus démocratique, plus écologique et plus solidaire, que ce soit celle du mouvement coopératif et de l’économie sociale et soli­daire en général (ESS), celle de mouvements comme le syndicalisme des travailleurs, les organisations paysannes, les groupes écologistes ou celle des organismes de coopération internationale (OCI), il faut prendre acte des différences profondes qui marquent les trente dernières années par rapport à la période antérieure, celle des Trente Glorieuses (1945-1975). Car ces nouvelles tendances induisent en bonne partie les ten­dances de l’avenir. Quelle analyse pouvons-nous faire des mutations en cours ?

3Nos propos épouseront d’entrée de jeu une perspective internatio­nale et de conjoncture longue. Pour les mouvements sociaux qui naissent ou qui cherchent à se renouveler comme pour les organisations de l’ESS ou de la coopération internationale, il s’est passé beaucoup de choses dans les vingt-cinq, trente dernières années qui ont littéralement bouleversé le monde. Tout a basculé dans les années 1980 : financiarisa­tion du capita­lisme, chute du mur de Berlin et implosion du commu­nisme, retour des religions à l’avant-scène de l’espace public mondial, deux décennies sur trois d’échec du développement dans les pays du Sud simultanément à la montée dans les pays du Nord de la précarité du travail et urgence éco­logique. Nous allons ici explorer ces cinq grandes tendances, certaines plus politiques, d’autres plus économiques ou culturelles qui viennent modifier radicalement le monde dans lequel nous vivons maintenant. Au fur et à mesure, nous dégagerons les conclusions auxquelles en arrivent les mou­vements sociaux à ce propos et par la suite nous examinerons le contenu du renouvellement du projet de société des mouvements sociaux qui est en émergence pour faire face au basculement en cours.

La montée en puissance de la financiarisation du capitalisme et la crise de 2008

4De 1945 à 1975, nous avons vécu ce qu’on a coutume de nommer les Trente Glorieuses. Ce qui exprime bien cette réalité est le New Deal bâti au fil de plusieurs décennies du xxe siècle par Franklin D. Roosevelt aux États-Unis et les régimes de social-démocratie en Europe : un compromis historique entre le capitalisme et le mouvement ouvrier dans les pays du Nord, là où la révolution industrielle a démarré, compromis adossé à un second compromis amorcé par le mouvement de décolonisation des pays du Sud. Ce New Deal va introduire deux éléments qui vont transformer substantiellement le capitalisme d’un certain nombre de pays et réduire considérablement la précarité de condition des travailleurs. Le premier est la reconnaissance du rôle de l’État comme moteur des protections sociales auxquelles les entreprises doivent participer (assurance emploi, législation du travail, assurances collectives, fonds de retraite, etc.) et la reconnais­sance comme interlocuteurs auprès des pouvoirs publics d’organisations de la société civile comme les mutuelles, les coopératives, les associations de consommateurs et les syndicats (législation du travail et conventions collectives, mesures législatives favorables aux coopératives, etc.). Et dans les pays du Sud, reconnaissance des indépendances et de la montée des États nationaux de ces pays dans les grandes institutions internationales liées à l’Organisation des Nations Unies (ONU).

5Cependant, de 1980 à aujourd’hui, nous avons vécu trois décennies de capitalisme bien différentes à l’échelle internationale, à la suite de la chute du mur de Berlin en 1989. Le capitalisme a pu se déployer avec beaucoup moins de contrôle et de réglementation dans tous les pays du monde, à l’Est comme à l’Ouest, au Nord comme au Sud. Le deuxième élément, concomitant du premier, est le fait que la finance s’est emparée des postes de commande de l’économie, ce qui a provoqué peu à peu une forme de « dictature » des actionnaires et de leurs intérêts à court terme, la spéculation boursière, etc. Ces derniers, les grands actionnaires, ont peu à peu pris l’avantage sur les dirigeants d’entreprises des générations anté­rieures qui avaient fini par endosser l’idée, dans le cadre du New Deal, que le développement de leurs entreprises dépendait en partie de la contri­bution d’un autre acteur, le syndicalisme. Ces grands actionnaires ont également compromis la reconnaissance chèrement acquise d’une légiti­mité croissante de l’État en tant qu’acteur de premier plan : dévelop­pement de l’investissement sur le long terme, recherche d’une stabilité de la main-d’œuvre et d’une régulation des relations de travail patrons et syndicats, acceptation de mesures importantes de protection sociale.

  • 1  Dans une seule région de la Chine, là où florissait l’industrie textile, 15 millions d’emplois ont (...)

6Mais, avec les trois dernières décennies (1980-2010), surtout les deux dernières, nous sommes arrivés, sans trop nous en rendre compte, à un nouveau moment historique du capitalisme : celui d’un capitalisme financier et boursier (Gadrey, 2010) inscrit dans une interdépendance économique à l’échelle de toute la planète (mondialisation néolibérale) qui a monté de plusieurs crans. Cette interdépendance a amené parmi ses dérives une importante vague de délocalisations. La crise financière de 2008 aux États-Unis aura provoqué la mise au chômage de 20 millions de personnes dans le pays (sans compter les faillites personnelles liées à la fuite en avant immobilière) et 220 millions de pertes d’emplois dans le reste du monde (Radio Canada, 2011)1. Dans cette foulée, une pression indue des banques et des agences de notation sur les États et les finances publiques a occupé l’espace politique. Au bout du compte, une menace lourde a pesé sur les emplois et les salaires des travailleurs. La faiblesse volonté des États à imposer de nouvelles règles du jeu fait aussi partie des caractéristiques de la période actuelle.

7En ce qui concerne les mouvements sociaux sur le plan international, leurs dirigeants ont commencé à tirer quelques leçons de la phase actuelle du capitalisme. En premier lieu, la nécessité de remettre celui-ci en ques­tion dans sa globalité, car il est de plus en plus « toxique ». Bref, il faut le repenser et chercher à le dépasser (Sanchez et Roelants, 2013). En second lieu, la nécessité de construire dès maintenant des alternatives viables, crédibles et durables pour faire face à ce nouveau capitalisme (Jeantet [dir.], 2012). En troisième lieu, la lente construction de pistes concrètes de sortie de crise de cette économie capitaliste de marché au sein des com­mu­nautés, comme celle de miser sur un secteur non capitaliste d’entre­prises sous contrôle démocratique (Scalvini, 2010). C’est ainsi que l’ose aujourd’hui avancer l’idée de retirer des territoires d’expansion aux multi­nationales dans les secteurs majeurs de développement devenus ou rede­venus stratégiques pour répondre à la crise, notamment en matière d’agri­culture et de forêt, de finance de proximité ou de mutualité dans le secteur de la santé et des assurances des personnes de même que dans les énergies renouvelables (Favreau et Hébert, 2012).

La fin des communismes

  • 2  Dans une seule région de la Chine, là où florissait l’industrie textile, 15 millions d’emplois ont (...)

8Vu du Québec, le constat de la fin des communismes peut laisser relative­ment indifférent2. Nous avons peu connu l’influence de cette doctrine dans notre société. Mais, la plupart des pays de la planète ont vraiment vécu cette influence souvent déterminante sur plusieurs décen­nies et géné­rations, que ce soit dans l’Europe de l’après-guerre, en Europe de l’Ouest (avec de partis communistes influents en France, en Italie ou en Espagne) et de l’Est (pays dirigés par des régimes communistes), en Amérique latine à la suite de la révolution cubaine ou dans la foulée de la décoloni­sation en Afrique avec plusieurs mouvements de libération natio­nale (Afrique du Sud, Angola, etc.). Et évidemment en Asie avec le Viêtnam, la Chine et la Corée du Nord.

9En gros, le tiers de la population mondiale aura été dirigé par des régimes communistes tandis qu’une autre partie de la planète aura été fortement influencée par ce courant par l’intermédiaire de puissants partis communistes nationaux dans plusieurs pays démocratiques importants (France, Espagne, Italie, etc.), tous dans la mouvance de l’URSS.

10La chute du mur de Berlin en 1989 marquera un tournant décisif, c’est-à-dire la fin de la plus grande partie des régimes communistes (Europe de l’Est) et la transformation des régimes communistes des pays du Sud en régimes conservant certes le monopole du parti sur l’État mais conduisant aussi une reconfiguration inédite et substantielle de leur économie qui avait été, dans la plupart des cas, quasi entièrement étatisée. Au Viêtnam et en Chine, l’économie s’est de plus en plus ouverte aux multinationales européennes et américaines qui y délocalisent alors une partie de leurs activités, alors qu’à Cuba, on remarque une ouverture à cer­taines réformes encourageant le développement de petites entreprises privées.

11Le résultat le plus net à l’échelle de la planète, au Nord comme au Sud, à l’Est comme à l’Ouest, sera évidemment le dénouement de la ten­sion internationale liée à la guerre froide. Mais, du point de vue des mouvements sociaux, c’est sans doute la fin d’un rêve qui avait marqué des générations, par exemple, celle de la résistance française, celle de la résistance au franquisme en Espagne (Alphandéry, 2011 ; Semprun, 1978) ou celle des militants et des dirigeants de mouvements de libération natio­nale dans les pays du Sud (Nelson Mandela et l’influence de la révolution cubaine sur son parti, l’African National Congress, l’ANC).

12Ces générations ont cru qu’il y avait un véritable projet de société alternatif à celui du capitalisme. C’était une utopie-modèle (Rosanvallon, 2010). Vingt ans après la chute du mur de Berlin, le communisme est devenu un épisode politique qui aura influencé grandement l’histoire du xxe siècle, mais qui aura cessé de faire rêver. Il n’est désormais plus porteur de l’ambition de changer le monde. Il a échoué à le faire. Et il a beaucoup fait réfléchir sur un projet de société qui aura généré des régimes autori­taires, voire totalitaires (Arendt, [1972] 1982). Bref, la désillusion que cer­tains avaient vue bien avant 1989 est désormais consacrée et généralisée à la suite de la chute dudit mur de Berlin. La fin des communismes, c’est aussi la fin d’un monde bipolaire et le triomphe du marché, les coudées franches pour un capitalisme boursier et financier qui peut désormais se déployer sur l’ensemble de la planète. Le monde devient multipolaire, interconnecté et volatil.

13Dans les mouvements sociaux, les dirigeants en ont progressivement tiré de nouvelles conclusions. Ceux qui avaient longtemps placé leur espoir dans cette utopie, ce type de socialisme où étaient censées régner la justice sociale et la démocratie, sont devenus orphelins de modèles et très aller­giques aux dépendances à l’égard de partis politiques qui se voulaient des avant-gardes éclairées. Nombreux sont les mouvements sociaux qui en ont tiré des conclusions majeures : 1) les avancées, quel que soit le domaine, seront démocratiques ou ne seront pas ; 2) les avancées se feront dans le respect du pluralisme et dans le respect, par les partis politiques, de l’autonomie politique des mouvements qui se refusent à être considérés comme de simples courroies de transmission de ces partis.

14Dans cette foulée, la Confédération syndicale internationale (CSI) fondée en 2006 témoigne avec force de la fin de cette époque puisque les oppositions antérieures (chrétienne, sociale-démocrate et communiste) sont tombées à ce congrès de Vienne au bénéfice d’une unité syndicale enfin retrouvée (Favreau, Fréchette et Lachapelle,2010). De son côté, l’Alliance coopérative internationale (ACI), organisation du mouvement coopératif dans le monde, a retrouvé une vigueur intellectuelle qu’on ne lui connaissait plus, comme le manifestent ses derniers congrès (à Genève, en 2009, à Cancún, en 2011, à Manchester, en 2012), pendant lesquels ont été cherchées de nouvelles alternatives. De même, la coopération inter­nationale de proximité se déploie aujourd’hui dans des pays qui étaient complètement fermés à cette idée (pays de l’Est, Chine, Viêtnam) et dans de jeunes démocraties du Sud.

Le retour du religieux et surtout des fondamentalismes religieux

15En coopération internationale de proximité, la religion a souvent été une motivation forte d’engagement de plusieurs OCI issus de courants progressistes. Dans certains mouvements sociaux, elle a été un facteur de motivation pour insuffler la création d’organisations paysannes dans les campagnes et d’associations de quartier dans les bidonvilles d’Amérique latine ou dans les classes populaires de différents pays d’Europe (par exemple, les coopératives sociales italiennes ou Mondragon au Pays Basque). Dans les deux cas, l’influence chrétienne était liée au renouveau de l’Église catholique (Concile Vatican II dans les années 1960, montée de communautés de base et de la théologie de la libération, etc.). Cette influence se démarquait des pratiques antérieures où les organisations so­ciales étaient confessionnelles. Le Concile Vatican II avait en effet donné toute leur place aux laïcs et toute sa place au travail avec les autres, qu’ils soient croyants ou non-croyants, protestants, catholiques orthodoxes ou musulmans.

  • 3  Caritas Internationalis est une confédération internationale de 165 organisations catholiques à bu (...)

16Le retour actuel des religions dans l’espace public est d’un autre or­dre. Le retour du religieux comme phénomène mondial amène à remettre en question la théorie de la sécularisation qui a prévalu en sciences sociales depuis les années 1970 (Dortier et Testot, 2005). Mais, c’est surtout le retour en force des fondamentalismes religieux et avec eux le retour à l’as­sistanat qui sont à souligner. Il y a d’abord ce puissant courant chrétien des Born Again Christians aux États-Unis (80 millions de fidèles, 28 % de la population) qui nourrit les bases sociales du conservatisme politique amé­ricain. Ce qu’on sait moins, c’est que ce type de courant essaime sur toute la planète, tout particulièrement dans des pays du Sud, notamment en Amérique latine et en Afrique anglophone. « La planète religieuse s’est mondialisée », nous dit Olivier Mongin, directeur de rédaction à la revue Esprit. En d’autres termes, la mondialisation n’est pas qu’économique, poli­tique ou sociale. Elle est aussi religieuse. Ce qui n’est pas sans effet sur le travail de coopération internationale étant donné la montée d’organisa­tions non gouvernementales (ONG) confessionnelles néoprotestantes ou musulmanes conservatrices de plus en plus présentes avec des moyens souvent considérables et le virage à droite de certaines organisations so­ciales évoluant dans un environnement catholique. La reconfession­na­lisation de Caritas Internationalis en 2012 à la suite de l’attaque du Vatican en est un exemple probant3.

  • 4  L’arrivée d’un nouveau pape changera peut-être la donne à ce chapitre. Il est encore trop tôt pour (...)

17On assiste en effet depuis deux ou trois décennies à un sérieux retour des choses : essor marqué de l’évangélisme protestant dans les pays du Sud à partir de son foyer principal, les États-Unis, montée d’un islamisme fon­damentaliste à l’avant-scène publique internationale et reprise au sein de l’Église catholique d’un courant conservateur4. Com­mun dénomina­teur :à des degrés divers,le combat contre l’ouverture au monde, le refus de la liberté de conscience et du dialogue avec les autres religions ainsi que le rejet de la laïcité (freedom for religion plutôt que freedom from religion) et même des droits de la personne. Mentionnons ici qu’en 2050, le christia­nisme (surtout protestant) sera la religion des trois quarts de l’humanité et son centre de gravité se sera déplacé des pays du Nord vers les pays du Sud (Chelini-Pont, 2007). Dans cette toile reli­gieuse, l’évangélisme protestant est d’autant plus marquant qu’il est le courant religieux sans doute le plus adapté à la mondialisation en cours avec ses réseaux transnationaux, ses moyens de communication de masse (une télévision qui diffuse partout dans le monde, des universités, des postes de radio et des ONG comme Vision mondiale, ONG pentecôtiste qui dispose d’un milliard et demi de dollars annuellement et de 22 000 employés actifs dans plus de 100 pays (Masson, 2007 : 219-220).

18Les caractéristiques centrales de ce courant sont la montée d’un cer­tain conservatisme social et politique, un retour aux pratiques d’assistanat dans les pays du Sud (souvent sous couvert d’un discours d’empowerment des communautés), le non-respect du principe de la neutralité religieuse, condition depuis longtemps jugée nécessaire au développement de la démocratie et un militantisme associatif du type surtout caritatif. C’est là la « nouvelle » coopération internationale du gouvernement canadien et de certaines organisations de la société civile fortement interpellées par ces courants religieux.

19Pour les mouvements sociaux traversés par ces courants religieux conservateurs, la laïcité est ainsi redevenue un enjeu politique comme en ont témoigné au Québec les débats entourant la commission Bouchard-Taylor et le projet avorté de charte des valeurs du gouvernement du Québec que des chercheurs ou des organisations sociales n’ont pas man­qué d’analyser de façon critique tout en le mettant en perspective (Rocher, 2013). Le Québec n’est cependant pas le seul dans ce registre. Cette laïcité est redevenue un enjeu politique pour nombre de sociétés au Nord comme au Sud.

Deux décennies sur trois d’échec du développement du sud et la montée de la précarité au nord

20Le Sud, au début des années 1980, est en mal de développement. Les gouvernements de ces pays sont endettés. La Banque mondiale et le Fonds monétaire international, sous tutelle des grands pays du Nord, ont beau jeu de leur imposer le « tout au marché » avec des programmes d’ajustement structurel (PAS), qui ont littéralement laminé le peu de protection sociale dont ils avaient hérité de leurs gouvernements inspirés en partie par les social-démocraties européennes en matière d’éducation, de santé, de services sociaux. Cas particulièrement patent dans de nom­breux pays africains. Perte de services publics d’intérêt général, mise au rancart de toute idée de politiques agricoles favorisant un développement endogène et remontée des économies informelles font partie de la dynamique générée par lesdits programmes d’ajustement structurel. C’est le « tout à l’exportation » et donc l’approfondissement d’un développement extraverti (Favreau et Fall, 2007).

21L’année 2000 change la donne avec l’entrée en scène des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) de l’ONU. Souffle de chan­gement, vaste entreprise internationale d’intervention humanitaire. Entre­prise qui ne touche toutefois pas aux structures des inégalités derrière cette pauvreté. Un exemple parmi d’autres a été celui des paysans maliens producteurs de coton qui ont continué de s’appauvrir pendant cette période. D’autre part, on assiste à la présence croissante de pays émergents (Brésil, Inde, Chine) dans des pays du Sud, notamment en sol africain. L’un des résultats est que la concurrence avec les produits des économies locales est posée comme enjeu, tout comme l’est le contrôle des richesses naturelles.

22Au Nord, le monde du travail est également en mutation : la préca­rité est à la hausse pour cause de sous-traitance de la part des grandes en­tre­prises et de délocalisations vers d’autres pays où la main-d’œuvre est moins chère. Révélateur de la crise de 2008 : les grandes forteresses ouvrières de jadis, celles des années 1950 et 1960, dans les industries de la métallurgie, de l’automobile et du papier notamment, dont la fragilité se faisait sentir depuis les années 1980-1990, tombent les unes après les autres ou doivent subir des interventions chirurgicales de grande enver­gure. Le corollaire de tout cela a été que le mouvement syndical s’est sérieu­sement affaibli.

23Que conclure dans ce registre, sinon que l’impératif de la solidarité internationale pour les mouvements sociaux est en phase de renouvelle­ment majeur : d’abord parce qu’on règle de moins en moins les questions sociales et du travail dans un cadre quasi exclusivement national ; ensuite parce que les pays du Sud ne peuvent plus penser leur développement par mimétisme des pays du Nord comme cela s’était dessiné dans les décen­nies de forte croissance (décennies 1960 et 1970) :

Le fond de la crise dont on ne parle jamais, c’est la précarité. La pensée monétariste a effacé le travail comme référent premier de l’économie. Il faut le rappeler et se mobiliser à cet effet, car la force syndicale ne sera pas suffisante à résoudre cette crise-là » (Allocution de Michel Rocard, ex-premier ministre socia­liste de France, 5e édition des Rencontres du Mont-Blanc (RMB), 2011, Chamonix).

L’urgence écologique : la planète en état de survie

24Nous traversons, nous dit l’économiste Jean Gadrey dans son dernier livre, « la première crise socio-écologique du capitalisme financier et boursier, la première où la raréfaction des ressources et les dégâts écologiques ont eu une influence sur le plongeon économique » (2010 : 152). Sur le plan éco­logique, la planète est en train de basculer dans un avenir hostile, montre le professeur d’éthique australien Clive Hamilton dans son plus récent livre (2013). Parmi les risques environnementaux d’envergure planétaire, il y a le réchauffement accéléré de la planète dû à la consommation élevée d’énergies fossiles, la menace qui pèse sur la biodiversité et, finalement, les diverses formes de pollution. La transition écologique de l’économie est un enjeu tout à la fois local et mondial (Favreau et Hébert, 2012 ; Favreau et Molina, 2011).

25Peu d’organisations progressistes se satisfont du très court diagnostic qui voit la crise de 2008 comme étant surtout financière (crédit débridé) et économique (déstabilisation des entreprises, montée du travail précaire et chute de l’emploi). Il faut pousser plus loin et considérer la crise comme globale : économique à coup sûr, sociale par la montée des inégalités, mais aussi, et à la même hauteur, écologique, c’est-à-dire alimentaire, énergé­tique et climatique (Lipietz, 2009 ; Kempf, 2008). La crise actuelle est une grande parce qu’à la crise de l’emploi s’est superposée la question écolo­gique avec ce qu’elle induit de crises alimentaires à répétition, de crises énergétiques récurrentes (prix du pétrole) et de crise du climat (réchauf­fe­ment climatique), laquelle devient chaque année de plus en plus manifeste (inondations, sécheresses, etc.).

26De ce fait, l’interdépendance des nations, des populations, des mouve­ments s’est, du coup, haussée de plusieurs crans, surtout au Sud. Toutefois, sur le plan politique, les rencontres internationales des États de Copenhague en 2009, de Cancún en 2010, de Durban en 2011 et de Rio+20 en 2012 ont marqué les esprits par l’échec des gouvernements et des institutions internationales à répondre de façon contraignante à cette urgence.

27De là découle le fait que la prise en charge de l’urgence écologique est aujourd’hui devenue une proposition centrale pour tous les mouve­ments sociaux, qui s’étaient longtemps focalisés d’abord et avant tout sur la question socioéconomique sans voir qu’elle est désormais adossée à la question écologique. C’est le sommet de la Terre à Rio en 1992 qui a imposé cette mise en relation entre l’économique et l’écologique et intro­duit avec force le concept de développement durable. Vingt ans plus tard, à défaut d’ententes sur des politiques publiques à toutes les échelles d’intervention (du local à l’international), des organisations de la société civile, par-delà la mouvance explicitement écologiste, lancent des initia­tives et ouvrent des chantiers relativement inédits.

28Cela se fait de façon relativement simultanée, comme l’ont suggéré des rencontres internationales ici même au Québec, comme celles de Lévis (2010), de Montréal (2011), de Québec en 2012 et 2104 (Sommet international des coopératives) ou ailleurs dans le monde : 1) chantier de l’énergie et du climat, 2) chantier de l’agriculture durable et de l’aména­gement durable des forêts, 3) chantier du développement des services collectifs dans les communautés locales soutenues par un État social, 4) chan­tier chargé d’intensifierla solidarité Nord-Sud, 5) chantier d’une économie plurielle et plus territorialisée (Bourque, Favreau et Molina, 2012).

Des mouvements sociaux se renouvellent : l’espoir qui se réinvente

29Depuis vingt ans, des réponses à ces grands défis ont ainsi surgi : nous avons assisté à l’explosion d’initiatives alternatives en économie un peu partout dans le monde, à la transformation des grandes organisations nées ou reconstituées dans l’après-guerre (mouvement syndical, mouvement des agriculteurs, mouvement coopératif), à l’émergence de nouveaux réseaux ou de nouvelles organisations (ONG, mouvement de la consom­mation responsable, commerce équitable, réseaux de développement local, réseaux de finance solidaire, etc.).

  • 5  Ce forum existe depuis dix ans et regroupe des centaines d’organisations mutualistes et coopérativ (...)

30À cela s’est ajoutée la montée de l’internationalisation de l’action collective à partir de l’expérience des Forums sociaux mondiaux, qui sont encore à la recherche d’une représentation politique citoyenne transna­tionale répondant mieux aux nouveaux défis. L’ACI, les Rencontres du Mont-Blanc (RMB), qui sont devenues récemment un forum inter­national de dirigeants de l’économie sociale5, l’initiative internationale des Sommets Desjardins avec l’ACI (2012 et 2014) et d’autres participent de cette démarche générale de constitution de nouvelles voies de solutions planétaires.

31Les dirigeants de ces organisations soulignent tous à leur manière les limites et les aspects pernicieux de l’actuel modèle de développement. Le nouveau, c’est qu’ils remettent aujourd’hui en question la transformation d’ensemble du modèle dominant de développement, et non plus seule­ment l’un ou l’autre de ses aspects.

32Certes, la pression capitaliste sur les entreprises de propriété collec­tive demeure très forte et tend à les banaliser ou à les instrumentaliser. La banalisation est cependant réversible. De nombreuses expériences à travers le monde montrent leur potentiel alternatif, surtout lorsqu’elles s’inscri­vent dans un projet plus large. Constat qui s’appuie sur nos plus récents travaux d’enquête sur une cinquantaine de réalisations marquantes dans le monde (Favreau et Hébert, 2012).

  • 6  10 % du PIB mondial, 10 % de la finance mondiale, 10 % des emplois, selon une étude de l’Organi­sa (...)

33Comment aujourd’hui l’ESS peut-elle contribuer à construire un New Deal au xxie siècle qui cette fois sera écologique ? La force écono­mique (le fameux 10/10/10 que représente l’économie coopérative et solidaire sous toutes ses formes dans le monde6) est une chose, faire mouvement, au sens fort de ce terme, en est une autre. Les initiatives de l’ESS et les organisations qui les représentent se déploient trop en rangs dispersés et investissent trop peu le terrain de la représentation politique ouverte, laquelle nécessite qu’on se fédère solidement tant sur le plan na­tional que sur le plan international et que puissent se faire des débats éco­nomiques d’envergure dans l’espace public. Pour cela, des organisa­tions, dont l’association des RMB, ont mis en œuvre un scénario afin que toute cette mouvance puisse converger autour de contributions qui s’adressent directement aux pouvoirs publics nationaux et aux institutions interna­tionales à partir d’une plateforme politique commune composée de cinq grands chantiers et d’une vingtaine de propositions, dont voici l’essentiel :

Premier grand chantier : démocratiser l’économie et favoriser sa territorialisation

1) Nous voulons favoriser par tous les moyens le développe­ment d’un vaste secteur non capitaliste d’entreprises collectives fonctionnant de façon démocratique autour des enjeux de la crise globale que nous traversons.

2) Nous comptons poursuivre avec d’autres le travail de recher­che permettant de mettre en place de nouveaux indicateurs de richesse.

3) Nous misons sur le développement d’emplois de qualité dans le cadre d’une économie misant sur le bien vivre dans un monde équitable.

4) Nous soutenons fortement la prise ou la reprise de contrôle des biens communs (eau, terre, ressources naturelles…) par les commu­nautés et les États à partir, plus particulièrement, du dévelop­pement de coopératives, de mutuelles et d’associations.

5) Nous invitons les pouvoirs publics à soutenir avec plus de force la « biodiversité » de l’économie, l’entrepreneuriat collectif et le développement durable et solidaire des territoires par des politiques et des législations qui leur sont favorables.

6) Nous visons à développer une finance propre à l’ESS ou favorable à celle-ci pour soutenir le développement de nou­velles entreprises collectives (fonds de travailleurs, programmes publics et interna­tionaux d’accompagnement des entreprises collectives en démar­rage…) et nous partageons avec d’autres le principe d’une régulation forte de la finance.

Deuxième grand chantier : affronter la crise de l’énergie et le réchauffement climatique

7) Nous revendiquons que les États contraignent toutes les entre­prises (publiques, marchandes, collectives) à rendre compte non seu­lement de leur création de richesses au plan économique mais aussi de leur utilité sociale et de leur empreinte écologique.

8) Nous sollicitons les États pour que soit mise en priorité, par une éco­fiscalité appropriée, la conversion écologique de leur économie dans l’habitat (efficacité énergétique) et dans le transport (collectif et public) en collaboration avec les organisations et entreprises de l’ESS qui œuvrent dans ces domaines.

9) Nous invitons les États à miser en priorité sur les énergies renou­velables (l’éolien, la biomasse, le solaire, le géother­mique…) et le retrait, sinon le contrôle, de l’exploitation des énergies fossiles (gaz de schiste, pétrole…) en collaboration avec les organisations et en­tre­prises de l’ESS qui œuvrent dans ces domaines.

10) Que le développement du mouvement de la consommation res­ponsable et du commerce équitable soit systématiquement encouragé par les politiques publiques.

Troisième grand chantier : agriculture écologiquement intensive et aménagement intégré des forêts

11) Nous considérons que des politiques de soutien à une agriculture écologiquement intensive et à un aménagement intégré des forêts doivent s’arrimer aux organisations paysannes et aux coopératives agricoles et forestières qui innovent dans ces domaines (biomasse, reforestation…).

12) Nous misons sur des institutions internationales et des États qui appuient résolument le droit des peuples à la souveraineté alimen­taire en sortant l’agriculture et la forêt des règles internationales du « tout au marché » dont elles sont prisonnières.

Quatrième grand chantier : de nouveaux choix sociaux pour l’État

13) Nous voulons travailler à renouer au Nord avec un État social lié à ses territoires et à ses communautés par une partici­pation ci­toyenne organisée dans la délibération sur les choix des priorités locales et régionales (en matière de santé, d’éducation, d’habitat, de services sociaux…).

14) Nous voulons travailler à soutenir au Sud la refondation d’États sociaux, notamment par une collaboration avec les initiatives d’ESS qui contribuent à solidifier un développement endogène tout particulièrement en matière d’agriculture, d’épargne et de crédit, de santé et d’habitat.

15) Nous pensons que la vie associative productrice de lien social est indispensable, notamment par la création de nou­veaux services collectifs telles des coopératives sociales dans des secteurs comme la santé, l’éducation, l’habitat… et que ceux-ci doivent émerger d’une cohabitation active des États avec les initiatives citoyennes.

Cinquième grand chantier : affronter la nouvelle phase de la mondialisation

16) Nous pensons nécessaire d’intensifier la solidarité inter­natio­nale, tout particulièrement la solidarité Nord-Sud et Sud-Sud par le développement de nouveaux partenariats entre coopératives, mutuelles, fonds de travailleurs, associations, syndicats… parte­nariats encouragés par les pouvoirs publics.

17) Nous misons sur le développement de stratégies de ren­forcement de pôles continentaux et internationaux d’ESS. C’est à ce niveau que se situe le Forum international des diri­geants de l’économie sociale dans son travail avec des organi­sations comme l’Alliance coopérative internationale (ACI) et l’Association internationale de la mutualité (AIM).

Pour mettre en œuvre ces chantiers et réaliser ces propositions : faire mouvement par une action politique fédérative

18) Nous croyons nécessaire, aujourd’hui davantage qu’hier, d’exer­cer une présence plus forte dans l’espace public et des prises de posi­tion sur des questions de société.

19) Nous voulons soutenir davantage la dimension confédé­rative internationale des organisations de l’ESS pour lui assurer plus de poids politique.

20) Nous exprimons notre volonté defaire mouvement dans la prochaine décennie avec d’autres organisations (syndicales, écolo­giques, paysannes…) en instaurant un débat permanent autour d’une plate-forme commune de propositions (sociales, économiques et écologiques) dans la mouvance de cette grande rencontre interna­tionale qu’est RIO+20 (RMB, 2011).

34Cette plateforme a été portée par les RMB au siège social de l’ONU à New York en 2012 auprès d’un certain nombre de chefs d’État, puis au Brésil, la même année, à Rio+ 20. En 2014, l’association des RMB était de retour à New York avec une délégation comprenant des représentants de l’Organisation internationale du travail, de l’ACI, du Fonds mondial pour le développement des villes, etc., portant sur les OMD en vue de la grande Conférence de Paris sur ces OMD après 2015.

35Dans la foulée des initiatives comme celle des RMB, le Forum social mondial, né au début du xxie siècle, construit depuis près de quinze ans un espace de délibération planétaire inter-mouvements pour toutes les organisations qui se considèrent (explicitement ou pas) comme partie prenante de la mouvance pilotant une économie plus équitable, plus démo­cratique et plus solidaire. Cela étant dit, les forces sociales de chan­gement demeurent extrêmement hétérogènes. Même si grâce à elles des pistes se dégagent, celles-ci restent en partie limitées à l’intérieur de ré­seaux ne recevant un écho consistant que de certains États et de certaines institutions internationales. Et comme nos sociétés héritent d’un système de production vieux de plusieurs siècles et fondé sur les énergies fossiles, la transition écologique de l’économie que ces mouvements appellent de leurs vœux sera longue et ardue. Sans compter qu’il existe des contradic­tions internes au sein de ces forces sociales qu’il ne faut pas sous-estimer, comme Riccardo Petrella l’a bien illustré à l’ouverture du Sommet inter­national des coopératives de 2012 :

Si les coopératives prennent acte que le système capitaliste de marché – qui a conduit à la situation humaine et sociale drama­tique de ces dernières années et aux dévastations de la planète Terre que l’on connaît – est en échec structurel et qu’il ne répond plus aux besoins de l’humanité, on pourrait alors assis­ter à l’émergence d’une nouvelle forme de coopératives […] car les coopératives ne doivent pas servir à panser les maux du capitalisme ni à venir au secours de l’économie de marché : elles sont des entreprises de biens communs […] (conférence d’ou­verture le 6 octobre).

36Cela vaut également pour tous les autres mouvements qui vivent des contradictions de cet ordre entre le vieux monde et celui qui émerge. Entreprendre une action qui soit collective et disposer d’une analyse critique de la mondialisation néolibérale dans un contexte où l’après-capitalisme n’a pas encore véritablement dessiné tous ses contours leur demeure une exigence de premier ordre. Ces mouvements sont donc encore dans une phase de recherche quant aux avenues à prendre pour changer le monde.

En guise de conclusion provisoire

37Notre lecture internationale des trente dernières années ne prétendait pas à l’exhaustivité. Cependant, elle visait à montrer la complexité accrue de notre monde fini et la nécessité pour les alternatives citoyennes de s’ouvrir à d’autres repères dans leurs ambitions de changer le monde en étant tout particulièrement attentives aux deux socles actuels de la transformation sociale : la dimension internationale de l’action collective et, de façon net­te­ment plus importante qu’auparavant, la crise écologique. Les perspec­tives avancées par les directions des différents mouvements (coopératif, syndical, paysan, associatif, etc.) font partie des démarches d’avenir, à côté des mobilisations plus spontanées des « indignés ».

38C’est l’action réformiste des syndicats, des groupes écologistes et des groupes de femmes, des coopératives, des « indignés », des OCI et des partis progressistes qui offre des issues. D’autre part, l’ambition d’ouvrir une nouvelle voie à la justice sociale indique, en fond de scène, l’existence d’un conflit sur l’égalité entre le modèle économique dominant et les sec­teurs non capitalistes de développement. Les conflits d’hier comme ceux d’aujourd’hui n’échappent pas au clivage de valeurs omniprésent de façon tacite ou explicite dans toutes les sphères de la société. Il s’agit bien d’un débat qui traverse la plupart des pays et des institutions internationales, comme le montrent bien les chercheurs Alain Noël et Jean-Philippe Thérien dans leur dernier ouvrage (2010).

Haut de page

Bibliographie

Alphandéry, Claude (2011), Une si vive résistance, Paris, Éditions Rue de l’échiquier.

Arendt, Hannah ([1972] 1982), Les origines du totalitarisme, Paris,Seuil.

Babekew, A. (2011), Note interne sur l’économie sociale dans le monde, Service de la statistique, OIT, Genève.

Bourque, Gilles L., Louis Favreau et Ernesto Molina (2012), « Le capita­lisme en crise, quelle réponse des coopératives ? », Vie économique, vol. 3, no 4, [En ligne], [http://www.eve.coop/?r=15], (20 septembre 2014).

Chelini-Pont, Blandine (2007), « Le réenchantement discret des mondialisa­tions religieuses », Esprit, mars-avril, p. 161-168.

Dortier, Jean-François, et Laurent Testot (2005), « Le retour du religieux, un phénomène mondial », Sciences humaines, no 160, p. 17-22.

Favreau, Louis, et Abdou Salam Fall (2007), L’Afrique qui se refait, Québec, Presses de l’Université du Québec.

Favreau, Louis, Lucie Fréchette et René Lachapelle (2008), Coopération Nord-Sud et développement, le défi de la réciprocité, Québec, Presses de l’Uni­versité du Québec.

Favreau, Louis, Lucie Fréchette et René Lachapelle (2010), Mouvements sociaux, démocratie et développement : le défi d’une mondialisation solidaire, Québec, Presses de l’Université du Québec.

Favreau, Louis, et Mario Hébert (2012), La transition écologique de l’économie. Contribution des coopératives et de l’économie solidaire, Québec, Presses de l’Université du Québec.

Favreau, Louis, et Ernesto Molina (2011), Économie et société. Pistes de sortie de crise, Québec, Presses de l’Université du Québec.

Favreau, Louis, Sambou Ndiaye et Humberto Ortiz (2008), « L’État social au Nord et au Sud : le défi de la prochaine décennie », Le Devoir, 24 septem­bre, [En ligne], [http://jupiter.uqo.ca/ries2001/carnet/spip.php?article10], (20 septembre 2014).

Gadrey, Jean (2010), Adieu à la croissance, bien vivre dans un monde solidaire, Paris, Éditions Alternatives économiques.

Hamilton, Clive (2013), Requiem pour l’espèce humaine, Paris, Presses de Sciences Po.

Jeantet, Thierry (dir.) (2012), L’économie sociale et solidaire, une réponse aux enjeux internationaux, Paris, Éditions des Rencontres du Mont-Blanc.

Kempf, Hervé (2008), Sauvez la planète, sortez du capitalisme, Paris, Seuil.

Lipietz, Alain (2009), Face à la crise : l’urgence écologiste, Paris, Éditions Textuel.

Masson, Nicolas (2007), « La dimension géopolitique des fondamentalismes », Esprit, mars-avril, p. 219-220.

Mongin, Olivier (2007), « Puissances de la foi, séduction du marché », dans J.-L. Schlegel (dir.), Effervescences religieuses dans le monde, Esprit, mars-avril, p. 156-160.

Noël, Alain, et Jean-Philippe Thérien (2010), La gauche et la droite, un débat sans frontières, Montréal, Presses de l’Université de Montréal.

Radio-Canada (2011), Krach, les dessous de la crise économique mondiale, Montréal, [En ligne], [http://www.radio-canada.ca/emissions/krach/
2011/
], (14 novembre 2014).

RMB (2011), La planète n’y arrivera pas si on ne change pas de modèle. La contri­bution de l’économie sociale et solidaire à l’heure de Rio+20. Document d’orien­tation, Rencontres du Mont-Blanc, Paris. Éditions RMB.

Rocher, Guy (2013), « La laïcité pour le Québec : quelques arguments », dans Daniel Baril et Yvan Lamonde (dir.), Pour une reconnaissance de la laïcité au Québec, Québec, Presses de l’Université Laval, p. 31-40.

Rosanvallon, Pierre (2010),« Uneautre forme d’utopie », Alternatives économiques, no 295, p. 67.

Sanchez, Claudia, et Bruno Roelants (2013), Capital and the Debt Trap : Learning from Cooperatives in the Global Crisis, Basingstoke, Palgrave Macmillan.

Scalvini, Felice (2010), Allocution d’ouverture, Conférence internationale Quel projet de société pour demain : enjeux, défis et alternatives, Lévis. Inédit.

Semprun, Jorge (1979), Autobiographie de Federico Sanchez, Paris, Seuil.

Haut de page

Notes

1  Dans une seule région de la Chine, là où florissait l’industrie textile, 15 millions d’emplois ont été perdus à la fin de 2008, par défaut de carnets de commandes des multinationales américaines et euro­péennes, qui se sont vidés en quelques mois seulement (Radio-Canada, Krach, les dessous de la crise économique mondiale, 2011).

2  Dans une seule région de la Chine, là où florissait l’industrie textile, 15 millions d’emplois ont été perdus à la fin de 2008, par défaut de carnets de commandes des multinationales américaines et euro­péennes, qui se sont vidés en quelques mois seulement (Radio-Canada, Krach,les dessous de la crise économique mondiale, 2011).

3  Caritas Internationalis est une confédération internationale de 165 organisations catholiques à but caritatif, présente dans 198 pays et territoires. Sa branche française est le Secours catholique et sa bran­che canadienne Développement et Paix. Son siège social est la Cité du Vatican. D’une inspiration chré­tienne issue de Vatican II, 2012 aura été l’année d’une forte pression pour un retour à l’affirmation strictement catholique.

4  L’arrivée d’un nouveau pape changera peut-être la donne à ce chapitre. Il est encore trop tôt pour le dire.

5  Ce forum existe depuis dix ans et regroupe des centaines d’organisations mutualistes et coopératives de la planète. Il dispose d’une grande proximité avec le mouvement syndical et le mouvement coopé­ratif international (ACI). Il est aussi devenu récemment un interlocuteur de premier ordre en matière d’économie coopérative et solidaire au Conseil économique et social de l’ONU et dans certaines insti­tutions internationales investies dans le développement durable, l’emploi, la sécurité alimentaire (PNUD, PNUE, OIT, FAO, etc.) et les OMD après 2015.

6  10 % du PIB mondial, 10 % de la finance mondiale, 10 % des emplois, selon une étude de l’Organi­sation internationale du travail (2011).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louis Favreau , « Alternatives citoyennes dans un monde en mutation : les nouvelles dynamiques internationales », Éthique publique [En ligne], vol. 16, n° 2 | 2014, mis en ligne le 12 mai 2015, consulté le 18 août 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/1496 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.1496

Haut de page

Auteur

Louis Favreau

Louis Favreau est sociologue et a été professeur en travail social et en sciences sociales à l’Université du Québec en Outaouais pendant près de vingt-cinq ans. Il a également été organisateur communautaire, d’abord au Conseil de développement social à Montréal, puis directeur fondateur du Centre de formation populaire et membre fondateur de Solidarité Québec-Amérique latine. Il s’intéresse aux mouvements sociaux et à l’or­ga­ni­sation communautaire (notamment les coopératives et l’économie sociale, l’insertion socioprofessionnelle et le développement local). Il est membre du comité scientifique des Rencontres du Mont-Blanc depuis 2011 et a publié ou dirigé plus de 35 ouvrages. Il est entre autres le co­auteur de La transition écologique de l’économie avec Mario Hébert et d’Économie et société. Pistes de sortie de crise avec Ernesto Molina, tous deux publiésaux Presses de l’Université du Québec en 2012 et en 2011.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org