Navigation – Plan du site

Présentation

Jean-Marc Larouche et Florence Piron
p. 5-10

Texte intégral

  • 1  En témoignent, entre autres, la parution en 2009 d’un numéro de la revue Cahiers de recherche soci (...)
  • 2  Voir l’article très riche du biologiste Jacques Testart sur ce thème dans l’Encyclopedia Universal (...)

1En 2000, la revue Éthique publique publiait un dossier sur le thème de l’éthique de la recherche (vol. 2, no2). Nous souhaitions alors faire écho aux débats, aux analyses et à diverses études suscités par la mise en place toute récente de politiques et dispositifs encadrant l’éthique de la recherche avec des participants humains par les organismes subventionnaires canadiens ainsi que par différents ministères ou organismes de l’État québécois. Nous souhaitions aussi élargir le questionnement en abordant l’éthique de la recherche sous l’angle de la responsabilité des chercheurs. Le dossier alors publié a, croyons-nous, bien rempli ses promesses et s’est avéré être une source appréciée d’information et de réflexion critique. Dix années plus tard, la revue reprend ce thème qui ne cesse de susciter l’intérêt1. Qu’en est-il aujourd’hui de ces politiques et dispositifs en éthique de la recherche dont on peut espérer qu’ils reflètent une partie de la responsabilité sociale des institutions scientifiques du Canada et du Québec ? Qu’en est-il de la responsabilité sociale des chercheurs scientifiques, tant celle qu’ils assument dans le contexte particulier d’une recherche que celle qu’ils ont par rapport aux débats de société2 ? Les articles du présent numéro couvrent les deux thèmes, créant un lien nécessaire entre l’éthique de la recherche avec des participants humains et la responsabilité sociale des chercheurs et des institutions scientifiques. Pour chacun de ces axes et conformément à la pratique de la revue Éthique publique, des études et analyses côtoient des textes dits de « débat ».

2Deux études amorcent ce parcours en montrant à quel point les transformations actuelles de l’éthique de la recherche avec des participants humains, y compris le principe du consentement libre et éclairé, risquent de l’éloigner d’une éthique de responsabilité au profit de procédures de gestion des normes. Pionnier dans le domaine de la bioéthique et en éthique de la recherche au Québec, Hubert Doucet plaide pour le passage « de l’éthique de la recherche à une éthique en recherche ». Ce plaidoyer s’appuie sur un diagnostic précis, soit le délitement des motivations qui animaient l’éthique de la recherche du début des années 1970 à la fin des années 1980. Doucet montre que ces motivations étaient fortement marquées au sceau de la responsabilité sociale et que l’éthique de la recherche était une affaire publique, une affaire de citoyens. Dans les années 1990, un nouvel environnement scientifique (l’économie du savoir) et le rétrécissement de l’éthique de la recherche à la seule protection des sujets ont transformé la donne et mené au malaise actuel, voire à la crise de l’éthique de la recherche. Pour sa part, Jean-Noël Ringuet, professeur retraité de philosophie et longtemps actif au sein de comités d’éthique clinique et de la recherche en milieu hospitalier, montre que les politiques actuelles ne sont même plus en mesure d’honorer leur mandat de protection des sujets tant l’érosion du principe de consentement est importante. Ringuet évoque lui aussi le nouvel environnement scientifique et pointe le fait que la protection des chercheurs, l’avancement des connaissances, voire la compétitivité économique sont désormais mis dans la balance, en contrepoids au respect de l’autonomie des sujets.

3L’étude de Jean Bernatchez sur la valorisation commerciale de la recherche universitaire prend à bras le corps ce nouvel environnement scientifique et interroge deux enjeux d’éthique publique mis en jeu par l’économie du savoir : la liberté universitaire et les droits de propriété intellectuelle. En conclusion, l’auteur – qui fut pendant près de vingt ans gestionnaire de recherche universitaire et qui enseigne aujourd’hui en sciences de l’éducation (Université du Québec à Rimouski) – endosse la visée éthique telle que définie par Paul Ricœur, soit « de mettre la recherche universitaire au service de la vie bonne, avec et pour les autres, dans des institutions justes ». Le texte de débat de Florence Piron, anthropologue, professeure au Département d’information et de communication de l’Université Laval et longtemps membre des comités d’éthique de la recherche de l’Université Laval, s’inscrit dans une telle visée éthique. En guise de résistance au dogme de l’économie du savoir et aux dérives soulignées par les trois textes précédents, elle propose la notion de citoyenneté scientifique et la création d’une commission citoyenne nationale de la recherche scientifique qui aurait pour mandat de soumettre la recherche scientifique à l’examen démocratique de ses ressources, de ses actions et de ses retombées et qui serait le pilier d’une science plus socialement responsable.

4Deux textes de débat poursuivent cette exploration des enjeux éthiques soulevés par la conjonction entre science et intérêts économiques. Pour leur part, Jean-Marc Larouche (professeur de sociologie à l’Université du Québec à Montréal) et Anne-Marie Voisard signent un texte de défense des auteurs du livre Noir Canada. Pillage, corruption et criminalité en Afrique qui, avec leur éditeur Écosociété, sont actuellement poursuivis pour plus de six millions de dollars par la compagnie minière canadienne Barrik Gold. Leur histoire illustre à quel point la recherche qui se fait dans une perspective critique peut être bâillonnée par des intérêts économiques et, par le fait même, la démocratie, fissurée. Quant à lui, Alexandre Vidal, étudiant à l’Université McGill et membre du groupe Demilitarize McGill, propose un texte qui porte sur la recherche militaire dans les universités. Il y montre que la liberté universitaire est l’argument invoqué par les autorités des établissements d’enseignement contre un élargissement de l’encadrement éthique des recherches associées au domaine militaire. Ces deux textes illustrent que la responsabilité sociale de la recherche se conjugue différemment selon les intérêts en jeu. En cela, la recherche est bien affaire de société, d’éthique publique.

5Les quatre études qui suivent s’intéressent à la responsabilité sociale et aux enjeux d’éthique de la recherche à une autre échelle : celle du terrain, des relations qui se nouent entre chercheurs et participants. Les sociologues Jean-Louis Genard et Marta Roca-Escoda (Groupe de recherche sur l’action publique, Université libre de Bruxelles) donnent le ton en soutenant que « la responsabilité sociale des chercheurs passe par une pratique active et publique de la réflexivité sur leurs pratiques de recherche ». Par l’intermédiaire de situations de recherche précises, ils examinent les enjeux et tensions de deux postures typiques de la recherche en sciences sociales : la posture objectivante et la posture participante. Si chacune d’elles engage des exigences éthiques et épistémiques différenciées, les auteurs montrent comment elles se rejoignent tant dans leur portée que dans leur limite.

6Suivent deux études illustrant les enjeux et dilemmes de la posture participante comme l’ont vécue deux chercheuses dans le cadre de leur recherche doctorale. Elsa Gisquet, sociologue au Centre de sociologie des organisations du Centre national de la recherche scientifique (CNRS), met en perspective deux types d’enjeux éprouvés pendant une observation ethnographique en milieu hospitalier (en France) : le rapport aux autres dans un contexte émotionnellement difficile et la responsabilité de la chercheuse comme porte-parole de situations intimes, inédites et taboues. Gisquet montre bien comment certaines situations de recherche soulèvent des cas de conscience et de loyauté. Pour sa part, Béatrice Eysermann, anthropologue et coordonnatrice du comité d’éthique de la recherche du Centre de santé et de services sociaux de la Vieille-Capitale, a réalisé en France une recherche traitant du don chez des bénévoles et des salariés d’une association caritative œuvrant auprès de sans-abri. À posteriori, elle réexamine les questions éthiques rencontrées en cours de recherche à la lumière des normes canadiennes en éthique de la recherche. Elle conclut au peu de prise que les balises qui y sont consignées ont sur le type de recherche qu’elle a effectuée et montre que les chercheurs ont davantage besoin de soutien pour réfléchir aux enjeux éthiques, suivant en cela les pistes évoquées dans le texte de Doucet. Enfin, Nicolas Lechopier, philosophe des sciences, examine les enjeux éthiques tels qu’ils se posent dans les recherches participatives. Si ces recherches instaurent des ruptures par rapport aux méthodologies traditionnelles, le cadre éthique canonique de la recherche avec des sujets humains (bienfaisance, autonomie, justice) devient quant à lui inopérant et ces recherches exigent un redéploiement de la responsabilité des chercheurs, entre recherche et action.

7Ce dossier se termine par un débat sur la gouvernance de l’éthique de la recherche au Canada et au Québec. Analyste principale des politiques au Secrétariat interagences en éthique de la recherche, Thérèse de Groote présente dans son texte les différentes étapes du processus de révision en cours de l’Énoncé de politique des trois conseils : éthique de la recherche avec des sujets humains ; elle y précise le statut et la visée que les organismes subventionnaires canadiens attribuent à ce document si important pour les comités d’éthique de la recherche du Canada. Son texte est suivi par celui de Michel Bergeron et Joseph Josy Lévy, rattachés respectivement à l’Université de Montréal et à l’Université du Québec à Montréal où ils exercent des rôles institutionnels importants en matière d’éthique de la recherche. Ces deux auteurs ont aussi travaillé au sein du Sous-comité sur l’éthique de la recherche universitaire de la CREPUQ (Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec). Inspiré par les analyses de ce sous-comité sur les politiques proposées par le Conseil canadien de la protection des participants humains aux recherches et le Comité interministériel du gouvernement du Québec sur l’encadrement éthique de la recherche et la protection des sujets de recherche, leur texte explore les tensions que vit la gouvernance de l’éthique de la recherche au Québec.

8Éric Gagnon, sociologue chercheur au Centre de santé et de services sociaux de la Vieille-Capitale et président du comité d’éthique de la recherche de cette institution, conclut le débat. Selon lui, il ne suffit pas de « réviser les lignes directrices », il faut changer de perspective, soit passer de l’évaluation bureaucratisée des projets de recherche à une réappropriation de la réflexion éthique par les chercheurs, à la lumière de ce que propose Doucet. Les comités d’éthique doivent devenir des lieux d’animation et de discussion plutôt que d’examen et d’arbitrage.

9Au début de cette introduction, nous rappelions le numéro publié il y a dix ans par cette revue sur ce thème. Les textes que vous avez entre les mains contribueront, nous l’espérons, à consolider une réflexion collective qui exprime le désir d’une plus grande appropriation de la réflexion éthique par les chercheurs et celui d’une recherche scientifique plus responsable socialement et plus critique du virage vers l’économie du savoir.

Haut de page

Notes

1  En témoignent, entre autres, la parution en 2009 d’un numéro de la revue Cahiers de recherche sociologique sur ce thème et l’enquête menée par l’Association francophone pour le savoir (ACFAS) et le Centre interuniversitaire de recherche sur la science et la technologie (CIRST) sur la responsabilité sociale des chercheurs en 2008 (http://www.acfas.ca).

2  Voir l’article très riche du biologiste Jacques Testart sur ce thème dans l’Encyclopedia Universalis, ainsi que tous les travaux de l’historien des sciences Jean-Jacques Salomon.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marc Larouche et Florence Piron , « Présentation », Éthique publique, vol. 12, n° 1 | 2010, 5-10.

Référence électronique

Jean-Marc Larouche et Florence Piron , « Présentation », Éthique publique [En ligne], vol. 12, n° 1 | 2010, mis en ligne le 10 mai 2011, consulté le 24 avril 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/149

Haut de page

Auteurs

Jean-Marc Larouche

Articles du même auteur

Florence Piron

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org