Navigation – Plan du site

Remettre en question le paradigme économique et élaborer de nouvelles alternatives

André Lacroix et Allison Marchildon

Texte intégral

1L’espace économique s’est profondément modifié au cours des vingt dernières années en raison, bien sûr, de la mondialisation, mais aussi de la déréglementation et de la financiarisation de l’économie qui ont accompagné de près cette mondialisation, lorsqu’elles ne l’ont pas tout simplement précédé au point de l’orienter. Parmi les nombreuses modifi­ca­tions de l’espace économique qui sont survenues au cours de ces années, le fait que nous soyons passés d’une économie empirique fondée sur le travail humain à une économie virtuelle de la spéculation n’est sans doute pas la moindre. Loin d’être anodin, ce passage à une financiarisation de l’économie a des conséquences humaines, sociales et environnementales des plus importantes, et soulève des enjeux éthiques de fond. La compré­hension de ces enjeux éthiques est d’autant plus essentielle que cette financiarisation a été accompagnée par une impressionnante succession de scandales financiers, allant de l’affaire Enron en 2002 à la crise financière mondiale de 2008, en passant par d’innombrables catastrophes et acci­dents environnementaux et sociaux. Ces scandales et catastrophes ont eu à leur tour des conséquences qui ébranlent la confiance des épargnants, des consommateurs et des citoyens envers les marchés financiers et le système économique.

2Devant l’ampleur des problèmes engendrés par la prédominance croissante des logiques économiques et financières au sein de nos sociétés, une « demande sociale d’éthique » se fait entendre et plusieurs pistes de solution ont été avancées. On a notamment pu observer un mouvement de « moralisation du capitalisme » mis à l’avant-scène managériale par les grandes firmes internationales (par l’OCDE notamment), mais aussi par nombre d’organismes issus de la société civile (PRI, GRI, etc.) et par des chercheurs universitaires influents (Stiglitz, 2014 ; Sen, 2009). Encou­ragée par les États libéraux, cette recherche de solutions consistant à moraliser le capitalisme se veut toutefois volontaire et reste subordonnée aux impératifs du discours économique. Aussi les entreprises et les multi­nationales s’attribuent-elles désormais un rôle normatif en matière d’éthi­que, au point de dicter aux États les bonnes pratiques sans pour autant remettre en question les a priori du système qui sert leurs intérêts et qu’elles continuent de défendre pour cette raison. Or, ce mouvement d’autorégulation éthique ne cache-t-il pas une certaine invalidation du po­litique ? Ou, pour le dire autrement, cette quête d’autorégulation mise en avant par les tenants du capitalisme ne cache-t-elle pas une « inféoda­tion » du politique à des lectures économiques du vivre ensemble ? Plu­sieurs soutiennent que oui et croient que cette moralisation du capi­talisme fondée sur la seule bonne volonté des entreprises et des acteurs écono­miques ne suffit pas. C’est d’ailleurs la thèse que nous défendons dans le texte que nous signons dans le présent numéro d’Éthique publique, ce qui nous amène à soutenir que la capacité d’empathie éthique des gens d’affaires et des financiers faisant défaut, il faut plutôt réguler l’économie. Mais quelles sont les conditions de possibilité d’une régulation politique incarnée par les lois, face à une emprise croissante de la logique écono­mi­que, qui s’étend jusqu’à la sphère politique elle-même ? Selon d’autres, il faudrait plutôt passer d’une moralisation volontaire à une réflexion sur les moyens alternatifs d’encadrer les pratiques et de former les financiers. Or, y a-t-il une place pour l’éthique dans la sphère économique et un espace de réflexion sur les valeurs au cœur des choix qui y sont faits ?

3Au-delà des inévitables questions économiques et sociologiques qui se posent là se profile par conséquent une importante réflexion éthique. Par cette réflexion, c’est non seulement le niveau de régulation devant être assuré par les uns et les autres qui est interrogé, mais c’est aussi le type même de système économique et de développement social qui est en jeu. Et en parallèle, ce sont les réponses des citoyens et des entreprises à cette remise en cause de la prédominance des sphères économique et financière dans nos sociétés – notamment les mouvements de la responsabilité sociale des entreprises (RSE), de la finance et de l’investissement sociale­ment responsables (FSR/ISR), des coopératives et de l’économie sociale et solidaire –, par-delà les décisions des grandes instances gouverne­mentales et internationales, qui doivent être considérées, évaluées et revisitées.

4Le présent numéro thématique est divisé en trois sections. Nous avons regroupé dans la première deux textes qui nous permettent de dresser un état des lieux. Le texte de Gilles Pouzin pose clairement les termes du débat en faisant voir les limites intrinsèques du cadre éco­no­mique actuellement en place dans le monde, toutes sociétés confondues. C’est celui de l’économie de marché et du capitalisme qui génère ses propres règles morales. Le texte de Louis Favreau insiste pour sa part sur l’importance des alternatives citoyennes qui se sont déployées, depuis les trente dernières années, pour faire face aux nombreux défis que pose l’économie de marché. Mais devant les nouveaux défis que doivent main­tenant relever nos sociétés, comme la crise écologique sans précédent à laquelle nous faisons face, il importe aussi, souligne l’auteur, que ces alter­natives s’ouvrent aujourd’hui à d’autres repères dans leurs ambitions de changer le monde.

5La deuxième section regroupe quatre textes qui insistent sur les problèmes et les enjeux des pratiques économiques actuelles. Dans leur texte, David Robichaud et Patrick Turmel discutent des hauts revenus des chefs d’entreprise, tendance qui va en s’accentuant depuis le milieu des années 1990, au point où ces derniers peuvent maintenant gagner jusqu’à plus de 150 fois le revenu moyen des salariés. Leur analyse ne prête guère à confusion et fait bien voir qu’aucun des trois arguments moraux habituellement évoqués pour justifier ces écarts ne résiste à l’analyse. Ainsi, ces revenus ne peuvent être justifiés par le mérite des dirigeants, ni par la difficulté à remplacer les individus qui occupent ces postes et pas plus par la motivation à la performance que génèrent ces revenus. Comme les auteurs l’illustrent dans leur texte, ces trois justifications se butent à l’évaluation empirique, sont souvent indéterminées en ce qui a trait aux résultats qu’elles permettent de justifier ou sont moralement arbitraires. Seul l’effet qu’a la rémunération sur la motivation pourrait à la rigueur justifier certaines inégalités salariales, mais certainement pas de l’ampleur de celles que nous observons aujourd’hui.

6Dans le texte suivant, Denis Dupré et Emmanuel Raufflet nous font voir les carences de la formation des spécialistes de la finance en prenant pour objet de discussion la formation donnée en France. Ils insistent ainsi pour rappeler que le silence moral des gestionnaires de la finance sur les responsabilités liées à l’exercice de leur métier a sans doute joué un rôle dans les dysfonctionnements profonds et répétés des institutions et des instruments financiers. Ces deux auteurs font ainsi le point sur l’évolution de l’enseignement de l’éthique dans les programmes en finance depuis la crise, en insistant sur trois questions : dans quelle mesure le sens éthique a-t-il évolué chez les praticiens de la finance depuis la crise de 2007-2008 ? En quoi l’enseignement de l’éthique en finance, comme lieu de for­mation principal des gestionnaires en finance, a-t-il changé depuis 2008, et quels sont les blocages et les changements ? Quelles initiatives et pers­pectives pourraient dépasser la situation actuelle ? Encore ici, leurs conclusions ne sont guère réjouissantes et appellent plutôt à repenser les formations données aux spécialistes de la finance pour non pas établir un modèle professionnel plus vertueux, mais pour à tout le moins mettre en place des formations qui feraient davantage de place au sens de la respon­sabilité et à la dimension réflexive de leurs pratiques professionnelles.

7Dans le troisième texte de cette section, Myriam Michaud et Luc K. Audebrand discutent le fait que les valeurs et principes de l’éco­nomie sociale (ÉS) semblent s’arrimer naturellement aux principes de la RSE, voire en constituer une certaine garantie. Au-delà de cette première impression toutefois, les auteurs font voir qu’un examen plus attentif de la RSE en contexte d’ÉS nous oblige à nuancer cette première impression. Ils montrent que des critiques s’élèvent à l’égard du bilan social de l’éco­nomie sociale, lesquelles critiques nous incitent à nous demander si les principes mis en avant par ses tenants permettent vraiment d’atteindre les objectifs de responsabilité sociale qu’ils poursuivent. Qui plus est, la préoc­cupation grandissante relative à la RSE pose un défi supplémentaire aux entreprises d’ÉS, qui se doivent de préciser à nouveau leur distinction, à leurs propres yeux tout autant qu’aux yeux de la société. Malgré cela, l’ÉS demeure pour les auteurs l’approche qui permet le mieux de placer les jalons d’une société alternative au sein même de la société actuelle. En ce sens, le défi posé par le développement de la RSE devient peut-être une occasion tout indiquée pour l’ÉS d’entretenir une réflexion critique et nécessaire sur ses propres pratiques.

8Enfin, nous reformulons dans notre texte la question plus largement en nous interrogeant sur le lieu d’émergence et de déploiement de l’éthi­que en économie. Devons-nous en effet chercher à moraliser l’économie comme le font implicitement et explicitement les tenants des différents courants réformateurs de l’économie ou devons-nous, au contraire, déve­lopper une réflexion éthique à l’extérieur de la sphère économique ? Pour mener notre réflexion, nous avons choisi de porter notre regard sur l’évo­lution historique des mouvements de la RSE et de la FSR et d’en faire ressortir les risques et les limites. Nous proposons ensuite d’élargir la réflexion pour souligner la nécessité non seulement d’agir sur les outils éco­nomiques comme le font les tenants de la RSE et de la FSR, mais aussi de déployer, de façon complémentaire, la question éthique en amont de l’économie, dans la sphère publique.

9La dernière section du numéro est consacrée à des propositions de reconfigurations éthiques de l’économie de marché. Dans le premier texte de cette section, Thierry Pauchant et Elizabeth A. Franco reviennent sur les travaux d’Adam Smith pour nous rappeler la pertinence et la clairvoyance de son analyse. Loin de l’image quelque peu caricaturale que plusieurs ont dressée de lui, ils montrent que les dernières recherches mettent bien en lumière la pertinence des écrits de Smith et son inquié­tude de voir l’éco­nomie être déréglementée comme elle l’est actuellement. Ils mettent ainsi en évidence que celui qui est tenu pour être le père de l’économie capi­taliste insistait déjà au xviiie siècle pour bien encadrer les banques, la finance et l’économie.

10De leur côté, Gilles L. Bourque et François L’Italien proposent une manière originale de financer la transition vers une économie écologique sans créer de crises économiques. À mille lieues des discours apocalyp­tiques, ils défendent l’idée que, dans le contexte où les finances publiques sont exsangues et où les fonctions économiques de l’État sont en redé­finition, des innovations permettant de mobiliser l’épargne capitalisée dans les fonds privés doivent être explorées. Selon eux, ces innovations, qui peuvent tirer profit des apports de la finance responsable, sont basées sur un élargissement de l’horizon d’investissement, tant sur la durée que sur le processus d’analyse des choix de placement. Les auteurs affirment que cet élargissement des perspectives permet aux épargnants ainsi qu’aux gestionnaires de fonds de reconsidérer les externalités importantes d’un modèle de croissance intensif en carbone et de soutenir la transition éco­logique. Ils plaident en d’autres termes pour l’intégration d’indicateurs plus soucieux de valeurs humanistes dans les algorithmes économiques.

11Bouchra By, Abdelmajid Hmaittane, Paz Méndez-Rodríguez et Bouchra M’Zali défendent quant à eux une nouvelle forme de régulation, rendue nécessaire par la croissance démesurée des entreprises multinatio­nales et de leur sphère d’influence conjuguée à l’incapacité des États et des organisations transnationales à réguler leurs activités. Tout en reconnais­sant l’intérêt des mouvements citoyens, les auteurs soulignent que ce mode de régulation peut être détourné ou récupéré par ceux-là mêmes qu’il tente de réguler. De la même manière, l’autorégulation des marchés économique et financier a aussi ses limites, ajoutent-ils. Devant ces constats, un mode hybride de régulation reposant sur une coalition des mouvements sociaux et d’une partie du marché financier – les signataires des Principes pour un investissement responsable (PRI) – pourrait bien avoir, soutiennent-ils, un effet bénéfique sur l’encadrement des comporte­ments des entreprises.

12Pour terminer, Yves-Marie Abraham va jusqu’à remettre en cause le rôle de l’entreprise – organisation dominante de nos sociétés – et de cer­tains droits, comme le droit à la propriété, dans la violation d’autres droits de l’homme fondamentaux, comme la liberté, l’égalité et la dignité humaine. Pour y remédier, difficile voire impossible de demeurer dans les limites du paradigme dominant actuel, montre l’auteur. Plutôt, Abraham propose ni plus ni moins de repenser la Charte internationale des droits de l’homme en fonction de nouvelles assises, en supprimant notamment le droit de propriété, condition nécessaire à l’existence de ce qu’il appelle l’« Entreprise-monde », source de ces violations inacceptables.

13Autant de constats, de diagnostics que de pistes de réflexion intéres­santes à partir desquels nous réexaminons la dimension éthique des choix économiques que nous faisons. Avec à la clé ce triple questionnement : peut-on continuer à penser le vivre ensemble à partir du prisme écono­mique ? Si c’est le cas, le discours économique et l’analyse économique respectent-ils leur propre paradigme de réflexion ? Sinon, peut-on envisa­ger de moduler nos analyses économiques et nos outils de développement économique en fonction de nouvelles variables et approches ? Ce sont ces trois questions qui sont abordées dans le présent numéro d’Éthique publique et que nous vous invitons à approfondir.

Haut de page

Bibliographie

Sen, Amartya (2009), The Idea of Justice, Cambridge, Cambridge University Press.

Stiglitz, Joseph E., et Bruce C. Greenwald (2014), Creating a Learning Society. A New Approach to Growth, Development, and Social Progress, New York, Columbia University Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Lacroix et Allison Marchildon , « Remettre en question le paradigme économique et élaborer de nouvelles alternatives », Éthique publique [En ligne], vol. 16, n° 2 | 2014, mis en ligne le 12 janvier 2015, consulté le 26 mars 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/1487

Haut de page

Auteurs

André Lacroix

André Lacroixest professeur titulaire au Département de philosophie et d’éthique appliquée de l’Université de Sherbrooke. Il est aussi chercheur asso­cié à l’Institut d’éthique appliquée de l’Université Laval, consultant auprès d’organismes québécois publics et parapublics, d’ordres profession­nels, de corps policiers québécois et suisses, de même qu’auprès d’orga­nismes internationaux. Il a publié plusieurs articles, chapitres de livre et ouvrages dont les plus récents sont Quand la philosophie doit s’appliquer, paru chez Hermann en 2014, Quelle éthique pour la finance ?, rédigé avec Allison Marchildon et publié aux Presses universitaires du Québec en 2013, Redéployer la raison pratique et Critique de la raison économiste, parus chez Liber respectivement en 2011 et en 2009.

Articles du même auteur

Allison Marchildon

Allison Marchildonest professeure en éthique appliquée à l’Université de Sherbrooke. Elle est aussi membre régulière de l’Institut d’éthique appli­quée de l’Université Laval, membre du comité de direction de la revue Éthique publique et du comité d’éthique et de déontologie du Régime de retraite de l’Université du Québec. Elle possède une formation interdisciplinaire en sociologie (Université du Québec à Montréal), en éthique appliquée (Université de Sherbrooke) et en gestion (HEC Montréal). Ses recherches portent sur les enjeux éthiques et politiques de problèmes publics actuels, notamment en matière d’activités économiques, et inter­pellent tant l’éthique appliquée et la philosophie pragmatiste que la socio­logie de la régulation sociale, de l’action publique et des organisations. Elle a notamment publié Quelle éthique pour la finance ?Portrait et analyse de la finance socialement responsable (2013), livre coécrit avec André Lacroix, et le Petit manuel d’éthique appliquée à la gestion publique (2003), livre coécrit avec Yves Boisvert, Georges A. Legault et Magalie Jutras.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org